Aller au contenu

Messages recommandés

Membre, Posté(e)
OuïeFractale Membre 30 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Bonjour à tous,

Bien que je ne suis pas forumeur et encore moins conseiller politique, les questions d'actualité me travaillent à tel point que ce que je croyais comme acquis fondamental depuis mon enfance, qui est l'évolution internationale vers la paix et la démystification (le "plusjamaisça" d'hier), se trouve à l'heure actuelle, plus que manifestement menacé. Étant donné que je ne peux voir l'immense rouage du fonctionnement et de l'évolution du monde, je ferais silence dessus. J'évite ainsi toute polémique contre-productive sur telle ou telle vision des "réalités" dont je ne connais qu'à peine le dixième de la surface émergée de cet iceberg thermodynamique.

En revanche je me permet de vous mettre en lumière une perle de littérature, classé aujourd'hui comme de la philosophie politique dans les rayons universitaires, publié en 1938 par Vladimir Bartol en Slovénie.

Autant dire qu'il était en "plein dedans".

Passons au vif du sujet:

La forteresse d'Alamut et l'histoire romancée des Haschashins.

L'initiation des Fedayins et des Houris

Tout commence par l'histoire d'un jeune homme sensible et intelligent, qui partit de chez ses parents pour affronter le monde, fit connaissance sur sa route de certains "recruteurs" de la forteresse d'Alamut, un bastion d'Iran géré par une organisation religieuse illégale, les Ismaélites (une branche du Chiisme), dont le rêve de gloire et de puissance conté par ses recruteurs l'a séduit.

En effet d'après eux, il aurait été "choisit" pour représenter l'élite guerrière de l'organisation, les Fedayin. Et son parcours commence le jour de son baptême.

S'ensuit une longue période d'entrainement et de dure sélection:

Maniement des armes, résistance à la douleur (marcher sur des braises), études variées, allant de la poésie à l'étude coranique et passant par des notions d'alchimie héritée de la philosophie Grecque, discipline militaire extrêmement poussée, compétition farouche entre les membres ...

Parallèlement à ça, une jeune fille vierge et dans la fleur de l'âge fût capturée et élevée dans un jardin luxuriant, semblable à un sublime conte de fées digne des Mille et une Nuits. Elle y appris l'art de la séduction, du raffinement, de la musique, de l’esthétisme...

Autant d'artifices qu'elle puise pour se mettre en valeur aux yeux des plus braves guerriers, les Fedayins, auquel ses éducatrices lui a promis qu'elle y tombera amoureuse.

Ces éducatrices y suivent une stricte hiérarchie, semblable à celle des Fedayins. Les professeurs, la professeur des professeurs qui dépend des ordres de la "supérieure". On y apprend que celle-ci n'est autre que l'amante de Hassan Ibn Sabbah, "l'architecte", prophète auto-proclamé et grand décideur de l'organisation.

Les mois passent et les jeunes apprentis gravissent les échelons. Le futur Fedayin passe son baptême du feu face à une victoire clairement anticipée d'Hassan Ibn Sabbah contre une petite armée de rebelles peu dangereuse. Bien sûr, les proches de Hassan, lui font clairement comprendre qu'il fait partie des Héros, et que sans eux, la bataille fût perdue d'avance. Le chien-guerrier est séduit par l' os que son maître lui donne, justement mérité.

Pendant ce temps, les jeunes filles deviennent des hautes courtisanes, expertes en l'art de séduire.

Création de décors féériques digne des Dionysies Grecques, connaissance de la séduction inspiré par Ovide... Tout y est. Elles sont enfin prête à offrir une nuit de délices avec leurs futur "choisit". Un guerrier intrépide possédant le titre de Fedayin et auquel elle s'imagine le voir en un demi-dieu.

Bien sûr, cette forteresse où les guerriers s'entrainent à devenir la "Main du Prophète" et ce jardin somptueux où ces jeunes filles deviennent leurs prostituées de luxe, sont côte à côte, bien qu'aucune informations s'échange de l'un à l'autre. Ils servirons tout deux à l'élaboration d'une supercherie ingénieuse visant à accéder Hassan au pouvoir absolu dans tout le Moyen-Orient.

La dernière étape de leurs parcours est sur le point de commencer: L'entrée au Paradis.

L'action des Fedayins et des Houris

Première fois que les Fedayins rencontrent ce fameux prophète-architecte: Hassan Ibn Sabbah.

Celui-ci leur prétend être le réel Prophète, et que lui seul détient la clé du Paradis.

Celle-ci est toute simple, en réalité: une simple boulette de haschich, dont le paroxysme de son effet lui transporte "dans le jardin du Paradis, où il sera accueilli par les Houris . Mais qu'est-ce qui en est en "réalité" ...

La supercherie parait simple; pour prouver que celui-ci dit vrai, il leur fait gouter cet avant-gout du "Paradis", de la même manière qu'un œnologue persuasif transforme un vin médiocre en "Grand Cru".

Le Fedayin mange la boulette de hasch, s’endort, et se réveille dans un tout nouvel endroit;

Jardin sublime, vin à gogo, vierges somptueuses ... Il se trouve désormais avec sa "Houri", et celle-ci lui assurant que tout cela est bien le Paradis, malgré son incrédulité.

Il finit, tant bien que mal, par se faire convaincre que cette supercherie est bien réelle, en se laissant aller à l'ivresse du vin, du haschisch, de la musique et ... de l'amour.

Leurs première fois se vit sous des sensations partagées sublimes dans un jardin merveilleux, et dicté de toute pièces par un couple cynique se prenant pour des Dieux.

Le motif du "Paradis" deviens clair: Les traîtres Sunnites et Chiites doivent céder leurs place à l'Ismaélisme, et Hassan deviendrais le futur nouveau prophète de l'histoire coranique.

L'objectif est simple: les hautes têtes des pouvoirs du Moyen-Orient doivent être tombées. Les Fedayins sont choisit pour les couper. Bien entendu, leurs vies est menacées mais de leurs point de vue, ce n'est pas un problème, au contraire, la mort devient la solution car ils "connaissent" le Paradis, douce continuité de la mort.

Le Fedayin finit par tenter d'assassiner le Sultan Abasside de l'époque armé d'un stylet empoisonné, sous l'influence de la drogue, et prétextant être un diplomate.

Echec total, le sultan n'est pas mort, et celui-ci lui révélant la supercherie, le Fedayin élu est contraint d'accepter la vérité. Pris alors d'un sentiment de vengeance envers son ancien maître, il tente de le tuer.

Second échec, Hassan s'en rend compte et lui explique le pourquoi de sa vision du monde.

S'en suit un long dialogue philosophique sur la réalité du pouvoir et le pouvoir de l'illusion.

Et celui-ci est particulièrement lucide

"Protagoras disait que l’homme est la mesure de toute chose. Ce qu’il perçoit existe, ce qu’il ne perçoit pas n’existe pas. Dans les jardins, nos trois garçons, leur corps, leur âme et tous leurs sens vont jouir du paradis. Le paradis existe donc pour eux. Toi, Buzruk Umid, tu t’indignes de la supercherie dans laquelle j’ai attiré les fedayin. Ce faisant, tu oublies que nous sommes nous-mêmes victimes des illusions de nos sens. Dans ce domaine, je ne serai en rien pire que cet être supposé au-dessus de nous qui, comme l’affirment les différentes religions, nous a créés. Démocrite savait déjà que nous sommes victimes de nos sens. Pour lui, il n’y a ni couleurs, ni sons, ni douceur, ni amertume, ni froid, ni chaleur mais seulement des atomes et de l’espace. Et Empédocle a constaté que seuls nos sens assurent la liaison avec notre savoir. Ce qui n’est pas en eux n’est pas non plus dans notre pensée. Si nos sens mentent, comment notre connaissance, qui procède d’eux, pourrait-elle être juste ? Regardez ces eunuques (hommes castrés) dans les jardins ! Ils ont les mêmes yeux que nous, la même bouche et les mêmes sens. Et pourtant ! Une petite mutilation de leur corps a suffi pour que leur image du monde change fondamentalement. Qu’est pour eux le parfum enivrant d’une peau de jeune fille ? une odeur repoussante de peau en sueur. Et le contact des seins fermes d’une vierge ? la sensation désagréable d’un membre étranger adipeux. Et l’accès secret au summum de la volupté ? un drain malpropre. Telle est, vous le voyez, la fiabilité de nos sens. L’aveugle n’a que faire de la beauté colorée d’un jardin en fleurs. Le sourd est inaccessible au chant du merle. Le charme des vierges n’excite pas l’eunuque. Et le nigaud se moque de toute la sagesse du monde.

"

"– Ce ne sont pas les choses en elles-mêmes qui nous rendent heureux ou malheureux, dit Hassan à ses dais dans l’observatoire alors qu’ils étaient allongés sur des coussins, mais seulement l’idée que nous avons d’elles, le crédit que nous leur accordons. Prenons un avare qui enterre un trésor dans un endroit secret. En public, il joue au misérable ; en privé, il jouit de l’idée qu’il est riche. Son voisin découvre sa cachette et lui vole son trésor. L’avare se réjouira de sa richesse tant qu’il ne découvre pas le larcin. Et si sa mort survient avant, il expirera dans l’idée heureuse qu’il est riche. Il en est de même avec l’homme qui ne sait pas que sa maîtresse le trompe. S’il ne l’apprend pas, il vivra heureux jusqu’à sa mort. Examinons le cas où sa femme chérie est un modèle de vertu et où une mauvaise langue le persuade qu’elle lui est infidèle, il souffrira les tourments de l’enfer. Ni une chose vraie ni un fait vrai ne décident donc de notre bonheur ou de notre malheur, car nous sommes surtout et exclusivement dépendants de nos interprétations et de la conscience que nous en avons. Nous découvrons tous les jours combien ces interprétations sont mensongères ou erronées. Notre bonheur s’appuie sur des jambes frêles et notre tristesse est souvent injustifiée ! Quelle merveille que le sage soit indifférent aux deux ! Et si seuls les rustres et les imbéciles pouvaient jouir du bonheur ?"

"Nous n'avons plus personne au-dessus de nous, excepté Allah et son ciel énigmatique. De l'un et de l'autre, nous ne savons presque rien, et n'en saurons jamais plus : autant donc fermer pour toujours le grand livre des questions sans réponse... J'entends désormais me contenter de ce monde tel qu'il est. Sa médiocrité me dicte la seule conduite à tenir : inventer des fables, aussi colorées que possible, que nous destinerons à nos fidèles enfants... en attendant dans cet asile le dénouement de la suprême énigme. Il est permis à un vieillard qui connaît le monde de s'adresser aux hommes sous forme de légendes et de paraboles. Que de travail ai-je encore devant moi ! Pour les croyants du commun, il me faut imaginer mille et une histoires rendant compte de la genèse du monde, évoquant le paradis et l'enfer, les prophètes, Mohammad, Ali, Al-Mahdi... Juste au-dessus du troupeau, les croyants combattants auront droit à comprendre le pourquoi et le comment des règles et des interdits qui nous gouvernent : je préparerai à leur intention un code et un catéchisme imagé.

Les fedayins, eux, seront introduits à un savoir secret : je leur enseignerai que le Coran est un livre énigmatique qui doit être interprété à l'aide d'une certaine clef. Mais aux deys, au-dessus d'eux, nous apprendrons que le Coran lui-même ne renferme pas les mystères suprêmes. Et s'ils se révèlent dignes d'accéder au grade ultime, nous leur révèleront le terrible principe qui gouverne tout notre édifice : rien n'est vrai, tout est permis ! "

Ils y a tant d'autres citations sur Babélio . A défaut d'avoir l'ouvrage.

Inspiré d'une réalité historique mise en lumière par Marco Polo, Vladimir Bartol révèle les stratégies de travestissement du réel, par la "coloration" de toute Gnoses allant dans le sens du pouvoir...

En était il de même avec le Mythe du Vallalah Scandinave teinté de romantisme qui a inspiré le Pangermanisme génocidaire des années 30-40 ?

En est-il de même de l'influence de la publicité sur notre confiance des géants de l'énergie à gérer la crise écologique, tout en nous incitant par la consommation abusive, à vider les ressources naturelles de la Planète ?

En est il de même face à l'endoctrinement Djihadiste ?

Et toutes formes de dérives populistes ?

Les questions sur la capacité du Pouvoir à colorer et modeler les mythes et réalités à leurs images sont légions.

"Rien n'est réel, tout est permis"

Ici, donc il y aurait deux phrases clés: "Rien n'est réel, Tout est permis" de Vladimir Bartov interprétée par le personnage de Hassan ibn Sabbah, et dont sa portée est riche en interprétations, et entendue par tout le monde. Cette phrase vient de Dostoïevski qui avait inspiré Nietzsche : Si Dieu n'existe pas, tout est permis, dans les frères Karamazov.

Il y a aussi cette phrase de Jean-Luc Godard qui fait brillamment écho "Il est temps que la pensée redevienne ce qu'elle est: dangereuse pour le penseur, et transformatrice du réel"

Ainsi, en combinant ces deux phrases-mères, rien ne saurait être réel, mis à part "le réel", dicté par la pensée du penseur et "dangereuse pour le celui-ci". Ces phrases sous-entendraient la réalité de nos pensées, et leurs pouvoir sur nous-même.

Si je poste ce sujet dans la section politique, et non dans religion ou philosophie, est que la question que j’entend poser ici est celle-ci: "Comment ouvrir les yeux sur la réalité politique du monde sans tomber dans toutes formes d'influences artificielles, que l'on peut recenser comme telles ?"

A savoir la Religion travestie par l'exemple de cette secte des Haschischins romancée par V. Bartov, mais aussi le "Monde de la Communication", sous entendu: L' influence de la publicité, des médias main-stream et autres "télé-réalités", et conférences politiques sur nos émotions et notre perception du réel dont le livre "99 Francs" de F. Beigbeder nous offre une perspective aussi cynique que réaliste. Bref, toutes formes de travestissement du réel ordonnées par certaines institutions, influente sur son peuple, et pour servir les intérêt du Pouvoir, qu'il soit manifesté par l'argent, par les armes ou par des mythes.

On connaît alors la volonté qu'on certains médias indépendants, tel "Politis" ou le projet Wikipédia, de refuser toute forme de travestissement du réel servant le Pouvoir , en faisant appel aux dons à la place de notre bonne vieille pub aussi énervante qu'influente, voir même fascisante (pris uniquement dans son sens étymologique: créer un vif faisceau lumineux n'éclairant qu'une partie du monde, laissant le reste dans l'obscurité.)

Est-il possible alors de considérer toute forme de travestissement du réel comme un problème, une dérive politique ?

Et de surcroît, est-il possible de sauvegarder notre liberté d'expression tout en se prémunissant de toute forme d'influences artificielles sur la capacité de nos pensées à faire des choix et à représenter le monde ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, 56ans Posté(e)
essayeur Membre 3 422 messages
Baby Forumeur‚ 56ans‚
Posté(e)

Il y a de tout et son contraire sur l'Internet. On peut donc avoir une idée presque exacte du réel.

A nous d'aller vers les sources différentes et de mixer ce qu'on y trouve, seulement en a-t-on le temps, en a-t-on l'envie ? On a aussi une vie à mener, une vie pour soi, égoïste...

Pour comprendre le monde arabe, je vais sur le site de René Naba, journaliste d'origine libanaise, il me donne un point de vue que je ne peux pas avoir par moi même et qu'on voit peu dans les médias.

http://www.renenaba.com/

Sur le fond, il est difficile comme tu l'as dit, de connaître toutes les données d'un problème, y compris concernant l'énergie, tu te doutes bien que les sciences politiques étant les sciences du mensonge, l'état dit ce qu'il veut...

Cependant sur ces domaines en Europe, c'est relativement transparent, car les politiciens sont incultes : est-ce que tu imagines Valls ou Hollande comprendre quelque chose à l'énergie atomique ? Tu les imagines résoudre une simple équation au second degré ou parler chimie ? Non ils en sont incapables, ils ne savent même pas ce qu'est une fonction asymptote, ils ont arrêté les maths très tôt vu que d'ailleurs ils ont endetté le pays, ça veut dire que même soustraction et addition n'ont pas été assimilées.

Les ingénieurs font partie du peuple, c'est pourquoi malgré Hadopi, l'état a toujours trois coups de retard sur les logiciels de partage, puisque ceux qui les développent détiennent les clés du pouvoir informatique et que les politiciens savent seulement tweeter et lire leurs messages, c'est déjà beaucoup pour eux qui doivent écrire des discours et perdent du temps en intrigues de couloir...

Ils n''arriveront jamais à dominer les scientifiques : les vrais hommes de pouvoir aujourd'hui, sont les ingénieurs et les techniciens. Donc les informations filtreront toujours et on doit faire confiance au genre humain : il y a toujours une grande gueule qui ouvre son clapet. Voilà, à quoi servent les grandes gueules :smile2:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Talon 1, 76ans Posté(e)
Talon 1 Membre 20 014 messages
76ans‚ Talon 1,
Posté(e)

L'histoire de la secte chiite du "Vieil Homme de la Montagne" est bien connue. Il conditionnait ses disciples à l'aide du haschich ( d'où leur nom d'haschichins qui a fait assassins) et leur faisait assassiner ses ennemis. Le roi de France a créé les "Gardes du Corps" pour s'en protéger. Cette secte maudite fut anéantie par les Mongols.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
lumic Membre 8 250 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)

Ici, donc il y aurait deux phrases clés: "Rien n'est réel, Tout est permis" de Vladimir Bartov interprétée par le personnage de Hassan ibn Sabbah, et dont sa portée est riche en interprétations, et entendue par tout le monde. Cette phrase vient de Dostoïevski qui avait inspiré Nietzsche : Si Dieu n'existe pas, tout est permis, dans les frères Karamazov.

Et bien justement tout n 'est pas permis .C 'est à mon avis dans ce sens là que l 'homme créa Dieu.

Bon dimanche

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, forumeuse acharnée, Posté(e)
querida13 Membre 40 641 messages
forumeuse acharnée,
Posté(e)

Tout est permis tant que cela ne dérange pas les autres ,mais comme nous sommes de plus en plus ,il nous faut de plus en plus marcher au pas pour ne pas se piétiner les uns les autres et,dans le mouvement collectif dans lequel nous sommes pris ,i y a peu de place et de moins en moins de moyens pour une réalisation personnelle de soi .

En définitive nous devenons les servants d'idéologies,de partis,de groupes et nous y perdons notre spécificité et notre âme car formatés dès le plus jeune âge par des institutions qui nous dépassent.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
OuïeFractale Membre 30 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Il y a de tout et son contraire sur l'Internet. On peut donc avoir une idée presque exacte du réel.

A nous d'aller vers les sources différentes et de mixer ce qu'on y trouve, seulement en a-t-on le temps, en a-t-on l'envie ? On a aussi une vie à mener, une vie pour soi, égoïste...

Pour comprendre le monde arabe, je vais sur le site de René Naba, journaliste d'origine libanaise, il me donne un point de vue que je ne peux pas avoir par moi même et qu'on voit peu dans les médias.

http://www.renenaba.com/

Sur le fond, il est difficile comme tu l'as dit, de connaître toutes les données d'un problème, y compris concernant l'énergie, tu te doutes bien que les sciences politiques étant les sciences du mensonge, l'état dit ce qu'il veut...

Cependant sur ces domaines en Europe, c'est relativement transparent, car les politiciens sont incultes : est-ce que tu imagines Valls ou Hollande comprendre quelque chose à l'énergie atomique ? Tu les imagines résoudre une simple équation au second degré ou parler chimie ? Non ils en sont incapables, ils ne savent même pas ce qu'est une fonction asymptote, ils ont arrêté les maths très tôt vu que d'ailleurs ils ont endetté le pays, ça veut dire que même soustraction et addition n'ont pas été assimilées.

Les ingénieurs font partie du peuple, c'est pourquoi malgré Hadopi, l'état a toujours trois coups de retard sur les logiciels de partage, puisque ceux qui les développent détiennent les clés du pouvoir informatique et que les politiciens savent seulement tweeter et lire leurs messages, c'est déjà beaucoup pour eux qui doivent écrire des discours et perdent du temps en intrigues de couloir...

Ils n''arriveront jamais à dominer les scientifiques : les vrais hommes de pouvoir aujourd'hui, sont les ingénieurs et les techniciens. Donc les informations filtreront toujours et on doit faire confiance au genre humain : il y a toujours une grande gueule qui ouvre son clapet. Voilà, à quoi servent les grandes gueules :smile2:

C'est juste ce que tu dis. Cela vaut pour les sciences politiques, pour information, j'ai un ami qui est allé jusqu'à la licence dans ce domaine. D'après ce qu'il me dit sur Paris 8, il y a une pensée "bien-pensante" très marqué, ce qui conduit à une impuissance à gérer les problèmes dans leurs fond, et les débats sont superficiels (égalité hommes-femmes blabla...). Malgré quelques professeurs à l'écoute de paradigmes novateurs.

Comme si, même dans une prestigieuse université de sciences politique, on ne peux pas "innover radicalement", sans prendre le risque de perdre sa place. La pensée à la fâcheuse tendance à se cristalliser dans son époque et ses valeurs.

En ce qui concerne Polytechnique et les écoles d'Ingé, je ne connais que très peu, mais tous les ingénieurs que j'ai rencontré considèrent leur travail comme purement a-politique, incapable de faire des liens entre phénomènes physique et gestion politique d'une organisation

En revanche, Un Grand Merci à Mr François Rodier; La conférence est longue et parfois rébarbative mais Ô combien intéressante

Si tu te sens de sacrifier un peu de temps d’égoïsme vital pour un savoir de haute qualité ^^

Enfin, quoique ... le savoir que tu y assimilera assouvira peut être ta volonté de connaissance :dev:

Et bien justement tout n 'est pas permis .C 'est à mon avis dans ce sens là que l 'homme créa Dieu.

Bon dimanche

Oui, heureusement. Et par conséquent, tu dois te douter que l'invention de Dieu et du Karma, servait (et continue de servir parfois) à canaliser les pulsions destructrices de l'homme. Aujourd'hui nous avons la psychanalyse (pour ceux qui en on les moyens), la liberté sexuelle (dans une certaine limite, sauf pour ceux qui en on les moyens), les divertissements (pour ceux qui en on les moyens), la spiritualité libre (bon... ok respirer reste gratuit :sleep: ) . Ou la prison, pour ceux qui croient encore à la toute puissance de leurs permissions de détruire.

Certains, sont gravement dépendant à l'augmentation de leur permissions. Ils se croient "tout-permis", mais on ne peux les mettre en prison ou brider leurs permissions, on ne met pas de limites à quelqu'un parce qu'il à un compte bancaire à 7 chiffres. Il l'a "bien mérité nan ?" :dev: :dev:

Tout est permis tant que cela ne dérange pas les autres ,mais comme nous sommes de plus en plus ,il nous faut de plus en plus marcher au pas pour ne pas se piétiner les uns les autres et,dans le mouvement collectif dans lequel nous sommes pris ,i y a peu de place et de moins en moins de moyens pour une réalisation personnelle de soi .

En définitive nous devenons les servants d'idéologies,de partis,de groupes et nous y perdons notre spécificité et notre âme car formatés dès le plus jeune âge par des institutions qui nous dépassent.

Et d'après toi, pourquoi y a il de moins en moins de place pour la réalisation personnelle de soi ? Pourtant, d'après Abraham Maslow, celle-ci constitue le fondement de notre humanité, et créé de grandes frustrations si celle-ci est inaccessible.

pyramide_maslow.gif

Cela n'est pas dû à l'augmentation de la population par rapport au nombre de places dispos, vu que la population augmente très peu.

Et pourtant ... qui dis place, dit cout et rémunération de cette place. Allé un petit indice:

Le fossé entre les plus riches (ceux qui se rapprochent du "tout-permis") et les plus pauvres ("rien-permis" si ce n'est se nourrir) se creuse de jour en jour (voir les chiffres sur INSEE). N'y aurait-il pas un lien ?

graphe-de-l-inegalite-planetaire.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Esprit de contradiction, 45ans Posté(e)
Savonarol Membre 10 346 messages
45ans‚ Esprit de contradiction,
Posté(e)

L'histoire de la secte chiite du "Vieil Homme de la Montagne" est bien connue. Il conditionnait ses disciples à l'aide du haschich ( d'où leur nom d'haschichins qui a fait assassins) et leur faisait assassiner ses ennemis. Le roi de France a créé les "Gardes du Corps" pour s'en protéger. Cette secte maudite fut anéantie par les Mongols.

Jusqu'à ce qu'Ubisoft en fasse un jeu :hehe:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
le merle Membre 18 230 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)

bonsoir

cette (secte ) existe encore .ismaéliens , leurs branche principale est celle des nizari et leur chef spirituel est l'aga khan .

le vieux de la montagne avait invité quelques croisés occidentaux du temps des croisades , dans son château ou repaire .

pour prouvez à ceux-ci que ses hommes lui était dévoué corps et âme , il donna l'ordre à quelques sentinelles qui montaient la garde sur les remparts de son château , de se jeter dans le vide .

les sentinelles s'exécutèrent aussitôt sans un mot .les templiers étaient les amis du vieux de la montagne enfin , un certain temps .

bonne soirée

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, forumeuse acharnée, Posté(e)
querida13 Membre 40 641 messages
forumeuse acharnée,
Posté(e)

lumic:La population humaine augmente très peu,dis-tu mais qu'est ce qu'il te faut ,Lumic?Quand on passe de un milliard de personnes en 1900 à plus de sept milliards en 2015?

De plus à mon sens ,l'islam n'st pas la soLution au problème ,ni d'ailleurs le communisme qui consiste à faire comme Robin des bois!

La solution passe par le contrôle des naissances,la décroissance mondiale de la population consentie,ce qi désengorgera l'habitat inhumain ,source de problèmes et nous obligera à repenser l'utilisation de l'espace urbain,la recherche d'énergie alternatives moins productives de CO2,la restauration des milieux naturels ravagés par l'emploi de pesticides , dévastés par un siècle et demi d'industrialisation sauvage et de bétonnage et de désertification des sols,le reboisement car si notre terre chauffe c'est que sa couverture végétale est attaquée de toutes parts par les défrichements intempestifs pour gagner des champs ui nourrissent cette population pléthorique.Cette façon d'utiliser la nature au delà de ses possibilités est en train de provoquer une extinction massive des espèces!

Si la terre va mal les humains ne peuvent pas aller bien car tous les êtres vivants font partie d'une chaîne !

Enormément d'humains sur terre n'ont absolument aucune prise sur leur environnement;Le seul pouvoir qu'ils ont c'est de refuser que leurs propres enfants aient des conditions de vie plus inhumaines encore qu'eux-mêmes en s'abstenant d'en faire.Car si tout le monde faisait quatre enfants nous serions vite quatorze milliards ,encore plus serrés,encore plus entassés,vivant dans un monde brûlant plus d'énergie,donc plus pollué,plus bétonné donc moins vivable!Je plains la progéniture des familles nombreuses qui doivent savoir avec l'augmentation des prix que provoque la raréfaction de la nourriture ce qu'est tirer le diable par la queue!

Un monde où la productivité rendrait les cadences infernales pour les travailleurs chargés de satisfaire tout le monde. Un monde où les aspirations personnelles de chacun seraient étouffées par la recherche de l'intérêt du groupe. Groupe qui s'applique à formater les esprits par tous les moyens ,y compris religieux!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Animal sauvage, Posté(e)
Mr_Fox Membre 16 731 messages
Animal sauvage,
Posté(e)

L'abolition du réel en France est arrivée à ce moment précis :

Ca implique que tous les médias coopèrent car ce sont eux les artisans du réel, ceux qui donnent une image au peuple. On décrit souvent leur rôle comme ceux qui déforment l'image, en éclairant certaines parties de la scène et en jetant l'ombre sur d'autres. De nos jours il y a une ombre gigantesque et un tout petit coin du voile éclairé très fortement. Et ce qui est éclairé relève du grand guignol. Donc oui, rien n'est réel tout est permis.

En ce qui concerne la neutralité de wikipédia j'ai déjà pu voir disparaitre un nombre si important de données qui y figuraient que je renonce à y croire.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×