Aller au contenu

Bluehawk

Membre
  • Contenus

    708
  • Inscription

  • Dernière visite

3 abonnés

À propos de Bluehawk

  • Rang
    Forumeur forcené
  • Date de naissance 10/10/1994

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme

Visiteurs récents du profil

5 958 visualisations du profil
  1. Oui il est évident qu'un salut hitlérien dans une groupe extrême droite n'a pas du tout connotation, c'est juste bonne enfant
  2. Bien sur qu'il n'ont pas connue l'Esclavage mais ce système a influencer ce qu'il sont aujourd'huie, a ton avis pourquoi les population les plus riches du monde sont celles qui n'ont pas été colonisé récemment, pourquoi les noirs et les arabes vivent dans des situations aussi précaire, pourquoi l'Afrique en dépit d'être une des nation les plus riche de la planète possède une des population qui est l'une des plus pauvre.
  3. Confond pas une histoire de 2000ans qui n'a aucune repercusion a l'esclavage, l'Appartheid c'était il y a même pas 30ans et les discriminations au logement, au travail et au faciès sont encore bien actualités sans parler des génocide au USA par les flics.
  4. Enfin une parole sensée malheureusement, la logique ne prédomine pas encore sur ce forum chez certains
  5. Bluehawk

    L'homophobie en France

    Non j'ai une aversion encore plus forte pour ceux qui l'ignore et se crois malin... Comme je l'ai dit ma tolérance a des limites.
  6. Bluehawk

    L'homophobie en France

    Si tu résume ton homosexualité a ta chambre a coucher c'est sur que cela réduit le risque mais beaucoup ne le font pas et ne sont pas obligée de le faire... Ah oui et penser que seule les non souchiens de banlieu peuvent faire preuve homophobie est ridicule en plus d'être stigmatisants, des vendéens qui manifestait contre l'homophobie l'ont appris a leur dépend ce week-end
  7. Bluehawk

    L'homophobie en France

    J'avoue que sur ce point la, je suis très intolérant, je ne supporte pas les cons, les homophobes, les sexistes et les xenophobes même moi j'ai des limites
  8. Bluehawk

    L'homophobie en France

    Non, j'ai jamais eu ce genre de problème, j'ai de la chance d'avoir une famille ouverte, tolérante et généreuse ce qui n'est pas le cas de tout le monde... Par exemple je comprendrai qu'un homosexuel choissisent de se couper les veines plutot que de combattre l'intolérance si il t'avait comme Parent en lisant tes message
  9. Bluehawk

    L'homophobie en France

    Si je resume bien des Homosexuels se font insulter, tabasser, mettre a la rue par leur famille et certains ici trouvent encore le moyen dire qu'ils se victimisent et su'il le cherche, eh bien l'homophobie et la connerie a encore de beaux jours dans ce pays
  10. Le racisme s'exprime tout simplement pas au même niveau, un homme peut etre victime de sexisme par une femme parcqu'il est pas assez viril, trop emotif, aime le rose ou nul en travaux manuel... va t'on mettre cependant ce sexisme au même niveau que celui que subit les femmes chaque années quand nous savont que chaque 3jours, 1 femme meurt sous les coups de son mari. Ont ne peut pas comparer le racisme institutionnel que subissent les noirs et les arabes chaque jours en France a un sale blanc sorti a une station metro 1 hiver sur 2
  11. Exact, avant son premier clip, il devraitavoir 134 vue sur You Tube aujourd'hui il a des millier de followers, quand on voit la pub que les medias lui font, je comprends pourquoi il continue sur sa lancée, deja 3 pages sur un non événement....
  12. Geert Wilders, Matteo Salvini, Marine Le Pen,, Veselin Mareshki, Tomio Okamura, Milan, Italie le 18 mai 2019. ALESSANDRO GAROFALO / REUTERS Le chef de la Ligue (extrême droite italienne), Matteo Salvini, a rassemblé, samedi 18 mai, à Milan, les représentants d’une dizaine de partis souverainistes, dont Marine Le Pen, en vue des prochaines élections européennes, qui se dérouleront entre le 23 et le 26 mai. « Sur cette place, il n’y a pas d’extrémistes, il n’y a pas de racistes ou de fascistes », a-t-il lancé aux dizaines de milliers de ses partisans rassemblés sous la pluie sur la grande place du Duomo, la cathédrale de Milan. « Les extrémistes sont ceux qui ont gouverné l’Europe pendant vingt ans au nom de la pauvreté et de la précarité », a-t-il ajouté face aux banderoles bleues de son parti et quelques drapeaux français de militants du Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen. Celle-ci a symboliquement prêté à ses alliés nationalistes l’hymne français de la Marseillaise, considérant que « le jour de gloire » des patries était « arrivé », dans un discours précédant celui de M. Salvini. « Basta Islam » Le patron de la Ligue, qui est aussi vice-premier ministre, a appelé les électeurs à se mobiliser en masse le 26 mai pour dépasser « la gauche » aux élections européennes et tourner le dos au passé. « Le choix est entre le passé et l’avenir, entre la rue et les salons des milieux d’affaires », a-t-il lancé. Vraie vedette de ce rassemblement d’une douzaine de partis de la droite nationaliste, Matteo Salvini a multiplié les références à la religion catholique et aux racines chrétiennes de l’Europe, brandissant un rosaire et invoquant la Vierge Marie. « Basta islam », avait lancé plus tôt Geert Wilders, le leader du Parti de la liberté aux Pays-Bas avant que Mme Le Pen ne fustige une « oligarchie sans repères, sans racines, sans âme, qui nous dirige avec, pour seule ambition, la soumission et la dilution de nos nations ». La présidente du RN a poursuivi sur un registre identitaire : « Nous disons “non” à cette immigration qui submerge nos pays et qui met en danger la sécurité de nos peuples, nos comptes sociaux et nos valeurs de civilisation », a-t-elle lancé, en invoquant une Europe « plurimillénaire », « fille d’Athènes et de Rome, de la chrétienté et des Lumières ». « Nous voulons vivre en France comme des Français, en Italie comme des Italiens et plus largement en Europe comme des Européens », a martelé Marine Le Pen. « Une religion qui dit qu’une femme vaut moins qu’un homme ne pourra jamais faire la loi chez moi », a lancé de son côté M. Salvini, sous les applaudissements de la foule. « Reprendre les clés de notre maison » La mission que se sont fixés le ministre italien de l’intérieur et sa principale alliée Mme Le Pen reste toutefois délicate. Ces derniers souhaitent réussir l’alliance de douze partis nationalistes et identitaires. Leurs positions divergent sur de nombreux points, comme la discipline budgétaire ou la répartition des migrants déjà présents dans l’Union européenne. Leur objectif : faire du groupe Europe des nations et des libertés (ENL), où siègent déjà la Ligue, le RN, le FPÖ autrichien ou le Vlaams Belang flamand, la troisième force du Parlement européen, une place que convoitent aussi les libéraux de l’ALDE, où pourraient siéger les élus français rangés derrière le président Emmanuel Macron. « Donnez-nous un coup de main […] pour reprendre les clés de notre maison. Les élections européennes sont un référendum entre la vie et la mort, entre le passé et l’avenir, entre une Europe libre et un Etat islamique basé sur la peur », a lancé Matteo Salvini, qualifiant par avance les abstentionnistes de « complices des Merkel, Macron et Soros ». Article réservé à nos abonnés Lire aussi Marine Le Pen dénonce une « Europe carcérale », sans appeler à en sortir « L’Europe n’est forte que de nations fortes », a renchéri Marine Le Pen, qui prône comme Matteo Salvini une « Europe des nations et des coopérations » au lieu d’une UE fédéraliste. La présidente du Rassemblement national a fustigé le comportement d’Emmanuel Macron, « un enfant roi », selon elle, frappé d’« une sorte de conviction de surpuissance ». Marine Le Pen défend son bilan Interrogée sur le bilan du RN proprement dit, Marine Le Pen a affirmé qu’il était « fantastique ». « Nous avons, avec nos alliés, donné au peuple la possibilité de profondément réorienter la construction européenne », a-t-elle affirmé. En revanche, a estimé Marine Le Pen, « le bilan du groupe auquel appartient le président de la République est terrifiant puisque ALDE est le groupe qui a été le plus en pointe pour ouvrir nos frontières à l’immigration massive, le plus en pointe pour défendre l’ultra-libéralisme qui a sacrifié les économies de nos pays respectifs, le plus en pointe pour lutter contre tout système de protection sociale ». Si le quotidien italien La Repubblica estime que le chef de la Ligue devrait obtenir un bon score, il s’interrogeait toutefois vendredi sur ce qu’il compte faire de ses futurs sièges au Parlement de Strasbourg, jugeant « irréalisable » l’idée de marquer « du sceau de la cohésion internationale le groupe des souverainetés nationales ». Article réservé à nos abonnés Lire aussi Européennes : fin de campagne tendue pour Matteo Salvini en Italie « Les premiers à claquer la porte au nez de M. Salvini ont été justement ceux que le leader de la Ligue considère comme ses interlocuteurs : la droite autrichienne, bavaroise, finlandaise », explique le journal. Les divergences sont en effet nombreuses comme, par exemple, sur le rapport à entretenir avec la Russie, Marine Le Pen et Matteo Salvini étant proches de Moscou alors que les partis nationalistes des anciens pays communistes y sont allergiques. La Ligue est créditée, selon les récents sondages, de 26 eurodéputés, soit 20 de plus qu’actuellement, le RN passant à 20 élus (5 de plus). L’extrême droite autrichienne dans la tourmente D’autres partis, plus petits et dont certains ne sont pas sûrs d’obtenir des sièges, comme le bulgare Volya, ont aussi fait le déplacement dans la capitale lombarde, qui accueillait le même jour une manifestation antifasciste. Mais ont brillé par leur absence le premier ministre national-conservateur hongrois, Viktor Orban, qui refuse toute alliance avec Marine Le Pen, ainsi que le PiS polonais. Lire aussi Européennes : comment le Rassemblement national a abandonné l’idée du Frexit L’eurodéputé Harald Vilimsky, tête de liste du Parti de la liberté d’Autriche (FPÖ) pour les européennes, a annulé sa venue en pleine tempête dans son pays. Il a été remplacé par l’eurodéputé Georg Mayer. Heinz-Christian Strache, le chef du FPÖ, a en effet démissionné de son poste de vice-chancelier samedi après avoir été mis en cause pour une tentative de collusion avec la pseudo-nièce d’un oligarque russe. A une semaine du scrutin européen, ce scandale tombe mal pour Matteo Salvini et Marine Le Pen. Celle-ci n’a pas commenté directement les malheurs du FPÖ, « une affaire intérieure autrichienne », a-t-elle dit samedi matin lors d’une conférence de presse, préférant se féliciter de cette « rencontre fraternelle » des « patriotes et des nations d’Europe ».
  13. En gros qu'une femme qui n'est pas a l'aise au point de venir dans une piscine sans etre voilé de la tête au pied n'est peut être pas forcément a sa place dans ce genre endroit ou le corps est 80% découvert... je vois aussi cet contradiction
  14. Bof.... ce genre de phrase dans le rap n'a rien de nouveau, faudra faire mieux pour buzzer....
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité