Aller au contenu

Bluehawk

Membre
  • Contenus

    1661
  • Inscription

  • Dernière visite

3 abonnés

À propos de Bluehawk

  • Rang
    NegMarron
  • Date de naissance 10/28/1994

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme

Visiteurs récents du profil

7752 visualisations du profil
  1. Rectification tu t'en branle pas moi ! en tant que Noir ces grand artistes m'ont inspirée et ont été des modèles a suivre quand j'étais plus jeune mais pas que moi il a sans doute inspirée des millions d'afro-descendants par sa musique. Un grand artiste noir nous a quitté comme Pape le mois dernier et Kobe en janvier, ces stars sont la fierté du peuple noir et rien ne changera cela.
  2. R.I.P Encore un grand artiste noir qui nous a quitté, 2020 est décidément vraiment pourri comme année !
  3. Pour le préfet de Paris, les patients en réanimation sont ceux qui n’ont «pas respecté» le confinement « Ceux qui sont aujourd’hui hospitalisés, ceux qu’on trouve dans les réanimations, désormais aujourd’hui, ce sont ceux qui au début du confinement, sont ceux qui ne l’ont pas respecté, c’est très simple. Il y a une corrélation très simple. » Didier Lallement, préfet de Paris, était interrogé en marge d’une opération de contrôle visant à empêcher les Parisiens de partir en vacances pendant la crise du coronavirus. Si le préfet voulait probablement dire que sortir de chez soi, c’était exposer sa santé et celle des autres, ses propos peuvent choquer alors que plus de 4 500 personnes sont décédées en France du coronavirus et que près de 60 000 cas de contamination ont été confirmés. Des salariés contaminés Autant de vies qui auraient pu être épargnées si les consignes avaient été « respectées » ? Évidemment pas si simple : le samedi 21 mars, jour de l’annonce du confinement, la France déplorait déjà 562 morts et plus de 6 000 patients hospitalisés, dont près de 1 500 en réanimation. L’épidémie était déjà en circulation sur le territoire. Et le préfet omet surtout de préciser que parmi les malades en réanimation aujourd’hui se trouvent des personnes qui avaient le droit de sortir de leur domicile pour aller travailler, dans la grande distribution ou tout simplement pour aller soigner les gens par exemple, et qui ont donc « respecté » les règles du confinement. Pas de départs en vacances Didier Lallement a annoncé ce vendredi matin un renforcement des contrôles tout le week-end avec un dispositif qui mobilisera 8 277 fonctionnaires et militaires à Paris. « Nous ne baisserons pas la garde. Nous serons là pour le départ, pendant le trajet et à l'arrivée, donc évitez les ennuis, évitez des verbalisations répétitives », a dit le préfet de police. Les excuses du préfet Dans un communiqué ce vendredi midi, Didier Lallement a présenté ses excuses après ses propos qui ont choqué. « L’intention de Didier Lallement n’étais pas de d’établir un lien entre non-respect des consignes et présence des malades en réanimation. Il s’agissait de rappeler la nécessité d’une stricte application du confinement dans cette période, pour la protection de la santé de chacun. » https://www.lavoixdunord.fr/735584/article/2020-04-03/pour-le-prefet-de-paris-les-patients-en-reanimation-sont-ceux-qui-n-ont-pas
  4. Bluehawk

    coronavirus et le monde

    En Afrique, cinq pays officiellement épargnés par le coronavirus Le Lesotho, le Malawi, les Comores, Sao Tomé-et-Principe et le Soudan du Sud n’ont encore enregistré aucun cas de Covid-19. Cinq Etats africains figurent parmi les rares pays au monde à n’avoir encore déclaré aucun cas de contamination au coronavirus : le Lesotho, le Malawi, Les Comores, Sao Tomé-et-Principe et le Soudan du Sud. Le Burundi est sorti de la liste, mardi soir 31 mars, après l’annonce par son ministre de la santé de deux premiers cas de Covid-19 dans le pays qui se disait jusqu’alors « protégé par la grâce de Dieu ». Lire aussi Longtemps épargnée par l’épidémie, l’Afrique s’inquiète des risques sanitaires et économiques du coronavirus La pandémie qui affecte la planète a frappé presque tous les pays, à l’exception d’une poignée de petites îles isolées, du Yémen en guerre et de la très fermée Corée du Nord. En Afrique, certains de ces pays attribuent leur bonne fortune à leur isolement. D’autres voix relèvent que l’absence de cas est sans doute liée à la faiblesse des moyens mis en œuvre pour le dépistage. Autoconfinement L’archipel des Comores, situé dans l’océan Indien entre Madagascar et le Mozambique, n’a toujours détecté aucun cas, selon le ministère de la santé. Le docteur Abdou Ada, un généraliste de Moroni, se demande si ce n’est pas lié au traitement de masse à base d’artémisine utilisé aux Comores contre le paludisme. « Je me permets de croire que le traitement antipaludéen de masse explique le fait que les Comores sont, pour l’instant du moins, épargnées par le Covid-19. Il s’agit d’une conviction personnelle qu’il faut confirmer scientifiquement », a-t-il avancé. Le Lesotho, même s’il n’a recensé pour l’heure aucun cas positif, est entré lundi en période de confinement national de vingt-cinq jours. Le petit royaume d’Afrique australe d’un peu plus de 2 millions d’habitants n’avait jusqu’à la semaine dernière ni test, ni centre de dépistage... Il a reçu le 26 mars ses premiers kits grâce au milliardaire chinois Jack Ma. Les autorités ont rapporté 8 cas suspects. Les premiers résultats sont attendus très prochainement. https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/04/01/en-afrique-cinq-pays-officiellement-epargnes-par-le-coronavirus_6035175_3212.html La France aura du mal a trouver des cobayes ici !
  5. Edouard Philippe tacle les Français partis en confinement dans leur maison secondaire Au cours de son audition à l’Assemblée nationale mercredi 1er avril au soir, Edouard Philippe n’a pas manqué d’avoir une « pensée » pour les Français ayant déserté les villes et leur plus petit appartement pour se réfugier en bord de mer ou en province... dérogeant ainsi aux recommandations nationales face à la pandémie de Covid-19. 17 % des Parisiens ont fui la capitale à cause du Covid-19. Voici ce que cela dit d’euxLes Parisiens se réfugient à Belle-Ile-en-Mer : « Personne n’a pensé qu’ils seraient aussi cons » « Latitudes coupables » Selon le Premier ministre « un certain nombre de nos concitoyens prennent parfois des latitudes coupables avec les consignes collectives » : « Certains disent que dans tel ou tel quartier dit souvent difficile on ne respecterait pas correctement les consignes de confinement. Je peux attester que dans beaucoup de quartiers dits difficiles, on les respecte très sérieusement. Je peux dire aussi qu’un certain nombre de nos concitoyens ont pensé […] qu’aller dans sa résidence secondaire était souvent une bonne façon de passer le confinement. Je ne suis pas sûr que, ce faisant, ils aient permis de contenir la circulation du virus."Avant/après : Paris est bel et bien confiné ! En effet, comme « l’Obs » l’avait indiqué dans plusieurs articles, des habitants des îles bretonnes et vendéennes, Belle-Ile-en-Mer en tête, avaient vu débarquer à leur grand dam des milliers de Parisiens anticipant les mesures de confinement total.
  6. Une honte quand ce pays est poussé dans ses retranchement, ils montrent son vrai visage... Pourquoi ne propose t'il pas cela en Italie ou en Etat Unis qui sont aussi touché et ont pratiquement plus d’équipement respiratoire, pourquoi ce pays méprisent toujours autant l'Afrique alors que pourtant c'est grâce a lui qu'il vit, allez bien vous faire foutre tous les deux.... Afrique n'est pas votre terrain de jeu et les Africains ne sont pas vos cobayes !!!!
  7. Doit-on s’attendre à un baby boom post-Coronavirus ? Le confinement va-t-il provoquer une augmentation des naissances en décembre prochain ? Les avis divergent sur le sujet. Confinement oblige, les couples sont enfermés 24h/24 avec leur partenaire. Et entre le télétravail et le binge-watching sur Netflix, certains aiment aussi s’adonner au sport de chambre. Il faut dire qu’en cette période de crise sanitaire on a tous besoin d’un peu de réconfort dans les bras de notre moitié. Face à cette situation, nous nous sommes posés une question : doit-on s’attendre à un baby boom en décembre ? Ce n’est pas impossible, si l’on se fie aux résultats d’anciennes recherches. En 2008, une étude américaine avait en effet mis en évidence l’augmentation du taux de naissances après des évènements tels qu’une tempête de neige ou encore un ouragan. En bref, des situations où les gens ont également dû rester chez eux. Dans une interview pour le site Motherly, Diana Spalding, une sage-femme, avait expliqué ces résultats : Une autre étude menée après l’attaque terroriste dans la ville d’Oklahoma aux États-Unis, en 1995, attestait par ailleurs des mêmes conclusions. Lire aussi : Découvrez pourquoi il y a un pic de naissance le 23 septembre Pourtant, selon certains experts, cela ne signifie pas qu’un baby boom va se produire après l’épidémie du Coronavirus. Interrogé par la presse Canadienne, le professeur Richard Macroux, du département de sociologie de l’Université Laval, a en effet expliqué que psychologiquement, le climat n’était pas idéal pour concevoir un enfant. “Les gens sont stressés, et dans un contexte de stress (...) les projets familiaux sont reportés”, a-t-il déclaré. Avant d’ajouter : “La plupart du temps les crises économiques sont plutôt associées à une baisse de la natalité”. Sachant que le Covid-19 aura un impact très négatif sur l’économie de nombreux pays, il ne faudrait donc pas s’attendre à un baby boom.
  8. Bluehawk

    coronavirus et le monde

    Sous couvert de lutter conte la pandémie, Viktor Orban s’est fait voter les pleins pouvoirs pour une « durée illimitée » par le parlement qui a ensuite suspendu ses travaux. L'Europe au temps du coronavirus ressemble de moins en moins au projet fondateur né après la Seconde Guerre mondiale et la victoire sur le nazisme. Au cœur du vieux continent, le Premier ministre hongrois Viktor Orban fait franchir à son pays un pas décisif vers la dictature. Lundi, à Budapest, le Parlement dominé par son parti Fidesz a octroyé les pleins pouvoirs, pour une « durée illimitée », au chef du gouvernement, avant de suspendre ses travaux dans la foulée, réduisant du même coup l'opposition au silence. http://www.leparisien.fr/international/covid-19-en-hongrie-le-virus-emporte-la-democratie-31-03-2020-8291670.php
  9. Bluehawk

    coronavirus et le monde

    Coronavirus : le roi de Thaïlande Rama X se confine dans un hôtel avec un harem de 20 femmes L’homme, très critiqué dans son pays, a décidé d’aller se confiner dans la très huppée station de ski de Garmisch-Partenkirchen, en Allemagne. Pour allier l’utile à l’agréable, il a évidemment posé ses valises dans un hôtel de luxe de la station allemande, qu’il a privatisé. Le roi de la Thaïlande Maha Vajiralongkorn, 67 ans, se retrouve lui-aussi confiné mais pas vraiment dans les mêmes conditions que la majorité des "confinés" de la planète. Celui que l'on surnomme Rama X, cela ne s'invente pas, a pris la direction de l'Allemagne, rapporte The Independant, dans un hôtel de luxe de la station alpine de Garmisch-Parten­kir­chen, avec un harem de 20 femmes ! Avec ses quatre épouses ? Pour assurer son bien-être, le roi thaïlandais aurait réservé l'intégralité de l'hôtel, qui malgré les mesures de confinement outre-Rhin, a reçu une autorisation exceptionnelle d'ouverture. L'anecdote, rapporte à son tour RTL, ne dit pas si le roi a emmené avec lui ses quatre épouses. La nouvelle a en tout cas suscité la colère de nombreux Thaïlandais. Le hashtag "Pourquoi avons-nous besoin d'un roi ?" a inondé Twitter. Pour ces critiques, les internautes risquent jusqu'à 15 ans de prison https://www.midilibre.fr/2020/03/30/le-roi-de-thailande-rama-x-se-confine-dans-un-hotel-allemand-avec-un-harem-de-20-femmes,8824933.php
  10. Article ici : https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2020/03/31/pape-diouf-ex-president-de-l-olympique-de-marseille-est-mort-du-covid-19_6035101_3382.html
  11. En Seine-Saint-Denis, un père écroué pour violences irréversibles sur son fils Un père de famille est suspecté d’avoir frappé son fils de 6 ans, causant des lésions cérébrales irréversibles. Chaque jour, retrouvez le top actu Ouest-France sur les réseaux sociaux Un homme a été mis en examen et écroué dimanche 29 mars, suspecté d’avoir violemment frappé son fils de 6 ans à Tremblay-en-France (Seine-saint-Denis), lui infligeant des lésions cérébrales irréversibles, a-t-on appris auprès du parquet de Bobigny. Entendu en garde à vue vendredi après les faits présumés, le père de famille de 45 ans a été mis en examen pour « violences ayant entraîné une infirmité permanente sur mineur de quinze ans par ascendant » et placé en détention provisoire, a indiqué le parquet à l’AFP. Une information judiciaire, menée par un juge d’instruction, a été ouverte. L’enfant en état de mort cérébrale Le petit garçon, transporté à l’hôpital par les secours, souffre de lésions cérébrales irréversibles qui l’ont plongé dans un état de mort cérébrale, a indiqué le parquet. Les faits se sont déroulés vendredi après-midi à Tremblay-en-France, au domicile familial où résident le couple et ses enfants, selon une source policière. Les violences conjugales ou intrafamiliales sont exacerbées depuis le début du confinement, décidé par le gouvernement le 17 mars pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus. https://www.ouest-france.fr/faits-divers/violences/en-seine-saint-denis-un-pere-ecroue-pour-violences-irreversibles-sur-son-fils-6795066
  12. La policière, l'attestation, et «les gens comme ça» Tribune. Mardi 24 mars, début de la deuxième semaine de confinement. Les choses se sont accélérées, la vie n’est plus du tout la même. La rumeur du monde, valse étourdissante de chiffres lugubres et d’images de panique, contraste avec le temps, magnifique, lumineux, du printemps qui émerge. Hier soir, Edouard Philippe a annoncé des mesures plus drastiques, des autorisations de sortie plus restreintes. Désormais, pour aller chez le médecin, il faudra y être convoqué. Je suis médecin, je suis psychiatre, psychanalyste. Je reçois essentiellement des adolescents, des jeunes adultes. Ils viennent en séance une fois par semaine, parfois depuis plusieurs années. Il n’est pas question d’arrêter le travail entamé car, virus ou pas, la dépression qui lui préexistait n’a pas disparu pour autant, ni l’angoisse, ni les difficultés relationnelles avec les parents, le petit ami, l’existence simplement. Chacun vit le confinement à sa façon, et pour cela, j’ai proposé de poursuivre la psychothérapie en présentiel autant que possible, sinon par téléphone, mais il est parfois compliqué pour un adolescent, de s’isoler pour téléphoner, surtout lorsque tous les membres de la famille sont présents au domicile. Les jours confinés peuvent être rudes, entre les exigences scolaires sans aucune des compensations habituelles (voir les amis, discuter, rêvasser dans le climat si particulier du lycée, de l’université), la présence des parents en permanence, les nerfs à fleur de peau des proches à supporter. Ce qui semblait être une grande liberté (le temps pour faire des choses qu’on ne fait jamais…) finit par ressembler à une certaine aliénation régie par l’impératif de «profiter» de ce temps, alors qu’on ne sait plus bien quoi en faire puisqu’il ne manque pas. Mardi matin, le premier patient arrive. Il est très angoissé. Il a appris une nouvelle particulièrement déstabilisante le matin même et il vient de se faire verbaliser lors d’un contrôle de police à 50 mètres du cabinet : son attestation de sortie était mal remplie. Il est inquiet, il est au RSA, il vit dans un logement social, il pense aux 135 euros. Je l’aide à s’apaiser puis je lui propose d’aller voir l’agent qui l’a verbalisé pour attester de la véracité de ses dires, à savoir que son déplacement, à plus d’un kilomètre de son domicile, était justifié par un rendez-vous médical. Je me munis de mon caducée car j’ai perdu ma carte de médecin il y a quelques années. Je n’utilise jamais ce caducée, n’ayant pas de véhicule, je l’ai retrouvé sous une pile de papiers lors d’une tentative de grand rangement favorisé par le confinement. Je me présente à l’agent, lui expliquant que je suis le médecin avec qui le jeune homme verbalisé avait rendez-vous, souhaitant ainsi attester de sa bonne foi. Elle me répond : «Non mais vous avez vu comment elle est remplie son attestation ?» Elle est manuscrite, et mon patient, par égarement, avait coché deux cases, la raison de santé et l’exercice physique. Je reconnais tout cela et c’est le motif de ma présence, clarifier et justifier le déplacement, c’est-à-dire l’objet de l’attestation. L’agent n’en a cure : «Si tout le monde commence à faire comme ça ! C’est bon, il suffit de cocher une case.» J’avais prévenu mon patient («nous ferons profil bas de toute façon») et j’explique à l’agent qu’il s’agit d’un patient qui vient consulter un psychiatre, il est donc dans un moment de fragilité et il lui a été compliqué de remplir l’attestation. Elle me rétorque : «Vous êtes en train de dire que les gens comme ça, qui vont voir un psychiatre, ne sont pas capables de remplir cette feuille !» https://www.liberation.fr/debats/2020/03/30/la-policiere-l-attestation-et-les-gens-comme-ca_1783580
  13. Le mépris des DOM TOM continue dans ce pays, et toujours pas d'hopital en Guadeloupe depuis qu'il a cramée il y a quatre ans, les ultramarins citoyens français non a part mais totalement a part.
×