Aller au contenu

Bluehawk

Membre
  • Contenus

    1245
  • Inscription

  • Dernière visite

2 abonnés

À propos de Bluehawk

  • Rang
    NegMarron
  • Date de naissance 10/28/1994

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme

Visiteurs récents du profil

6865 visualisations du profil
  1. Cela ne fait plus aucun doute. Elisa Pilarksi, 29 ans, a succombé aux morsures de plusieurs chiens tandis qu’elle promenait le sien. «L’Union» a révélé les résultats de l’autopsie effectuée lundi à l’institut médico-légal de Saint-Quentin. «L’autopsie a permis de déterminer que le décès s’était produit entre 13 heures et 13h30 et avait pour origine une hémorragie consécutive à plusieurs morsures de chiens, aux membres supérieurs et inférieurs ainsi qu’à la tête», a déclaré le procureur de la République de Soissons, précisant que «certaines morsures [étaient] ante mortem et d’autres post mortem». Le procureur a ajouté que le corps sans vie de la femme enceinte de 6 mois «a été découvert par son concubin à proximité d’un sentier de la forêt de Retz, situé sur la commune de Saint-Pierre Aigle», où une chasse à courre était organisée. La jeune femme avait téléphoné à son partenaire pour l’avertir de la présence de «chiens menaçants». Brigitte Bardot, présidente de la Fondation Brigitte Bardot, s'est déclarée «bouleversée et profondément scandalisée» et demande, dans une lettre ouverte à la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne, de suspendre «immédiatement toute autorisation de chasse à courre pour cette saison». Article ici : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/faits-divers/elisa-enceinte-de-6-mois-a-bien-été-tuée-par-des-chiens/ar-BBX3lXN
  2. Retour sur un siècle de migrations et de réfugiés. L'historien Bruno Cabanes, spécialiste d'histoire de la guerre à l'université d'Ohio, aux Etats-Unis, a publié début novembre Un siècle de réfugiés : photographier l'exil (Seuil), qui retrace par l'image les mouvements de population traversant le monde depuis le début du XXe siècle. L'universitaire entend utiliser l'histoire pour éclairer les débats actuels. "Les déplacements de population, c'est une constante de notre histoire", souligne-t-il au micro d'Europe 1, pointant l'importance de la "mémoire longue". "Dans les années 1920, la population de la Grèce a connu un accroissement de 20%, soit deux fois plus qu'en 2015. Et quand la Seconde Guerre mondiale éclate, un Belge sur cinq quitte son pays envahi", rappelle Bruno Cabanes. ARTICLE ICI : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/societe/les-déplacements-de-populations-sont-une-constante-de-notre-histoire-retrace-lhistorien-bruno-cabanes/ar-BBWTT91?li=BBkGbOY
  3. "La précarité tue", rappellent depuis quelques jours des centaines d’étudiants à travers la France et sur les réseaux sociaux. C’est leur réponse au drame qui a frappé le campus de Lyon-2. Vendredi, un étudiant désargenté s’est immolé par le feu. Brûlé à 90%, il est toujours entre la vie et la mort. Militant du syndicat Solidaires, il avait laissé un message dénonçant la précarité étudiante qui le touchait, lui, comme des centaines de milliers d’autres. Attal dénonce "une misère étudiante" Condamnant la violence, la plupart des responsables politiques ne nient pas le problème. Interrogé sur le sujet, le secrétaire d’État à l’Éducation et à la Jeunesse Gabriel Attal enfonce le clou, parlant de "misère étudiante", ce mercredi, sur RTL. La France compte 2,7 millions d’étudiants dans l’enseignement supérieur, dont 1,6 million à l’université. Âgés de 18 à 28 ans pour la plupart, ils ne peuvent bénéficier du RSA avant 25 ans… et les aides existantes peinent à couvrir des études – par nature pas ou peu rémunératrices. Un étudiant sur 5 sous le seuil de pauvreté Selon un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) de 2015, 19,1 % des étudiants vivent en dessous du seuil de pauvreté - soit avec moins de 60% du revenu médian (987€ par mois). C'est moins que dans la population des chômeurs, mais c'est nettement plus que dans l'ensemble de la population. Flourish logoA Flourish data visualisation > Si le contenu ci-dessus ne s'affiche pas, cliquez ici Par ailleurs, selon la dernière enquête de l'Observatoire de la vie étudiante (qui dépend du ministère de l'Éducation), 23 % des étudiants considèrent avoir des difficultés financières. Soit près d'un sur quatre. Un logement toujours plus cher Pour plus de 2,7 millions d’étudiants, la France ne compte que 165 000 lits publics. Un gros quart (27%) logent donc chez leurs parents – à condition qu’ils habitent à proximité du lieu d’études, généralement en ville. En revanche, l’immense majorité doit trouver à se loger dans le parc privé, avec un loyer qui s’échelonne entre 300 et 400 € dans les villes étudiantes les plus accessibles… et 600 à 900 euros en région parisienne. Hormis les très insuffisants lits des Crous (il y en a moins d'un pour 15 étudiants), il n'existe pas d'aide au logement spécifique aux étudiants. Tout juste est-il possible d'obtenir, au maximum, 175 euros d’aide par mois (en Île-de-France, et 145 en régions), via la caisse d’allocations familiales. Pas de quoi couvrir des loyers souvent dissuasifs, même en colocation. À noter que les aides au logement pour les étudiants n’ont plus aucun lien avec les revenus des parents… sauf si ceux-ci paient l’impôt sur la fortune. Auquel cas, aucune aide n’est possible pour leurs enfants étudiants. Les associations étudiantes dénoncent un coût du logement toujours plus élevé, et qui touche tout le monde, avec des aides et des dispositifs qui ne profitent qu'à un faible nombre d'étudiants, très insuffisants. Des bourses insuffisantes L’État accorde des bourses d’études sur critères sociaux en fonction de la situation de l’étudiant et de sa famille. Sont pris en compte la distance entre le logement familial et le lieu d’études, ainsi que le nombre d’enfants et/ou d'enfants étudiants à charge. 712000 bourses ont ainsi été attribuées en 2019. Mais attention : pour un tiers d’entre eux, c’est à l’échelon "0bis". Soit la simple gratuité des frais d'inscriptions à l'université. Les autres perçoivent entre 140 euros (103 000 étudiants concernés) et 462 euros par mois (45 000). Soit une infime partie des 2,7 millions d’étudiants. Article ici : https://www.leprogres.fr/france-monde/2019/11/13/logement-bourses-travail-comprendre-la-precarite-etudiante
  4. Quelque 12 000 personnes se sont rassemblées à Bologne contre la présence de l’ancien vice-premier ministre venu soutenir sa candidate aux régionales de janvier 2020. L’objectif était d’atteindre 6 000 personnes. Ils ont doublé leurs espérances. A Bologne, capitale de la région d’Emilie-Romagne, présidée par Stefano Bonaccini, membre du parti démocrate (PD), près de 12 000 personnes se sont rassemblées sur la très emblématique « Piazza Maggiore ». Serrés comme des « sardines », poissons bricolés en aluminium en mains, chantonnant « Bella Ciao », ces Bolognais ont manifesté contre la présence de Matteo Salvini, leader de la Ligue (extrême droite), venu soutenir sa candidate aux élections régionales de janvier prochain. A un kilomètre de là, Matteo Salvini poste sur Twitter une vidéo depuis un palais des sports plein, où se tient la convention de la Ligue. Sur scène, la sénatrice Lucia Borgonzoni espère remplacer l’actuel président de région, candidat à sa réélection. Alors, qui a gagné la bataille des images ? La capacité maximale du palais des sports étant de 5 570 personnes, les anti-Salvini s’étaient fixé l’objectif d’être au moins aussi nombreux pour défendre leurs idéaux démocratiques, « antifascistes », « antiracistes », banderoles à l’appui : « Bologne ne mord pas », lit-on depuis les balcons donnant sur la place centrale.« A Bologne, les seules choses qui s’attachent (« se lega », en référence au parti de la Ligue) sont les bicyclettes » affiche un cycliste trois rues plus loin. Article ici : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/en-italie-mobilisation-monstre-contre-salvini-à-lapproche-délections-clés-pour-la-gauche/ar-BBWOAJc?li=BBoJIji
  5. Un touriste français, qui se prenait en selfie, est mort après être tombé dans une chute d'eau sur l'île thaïlandaise de Koh Samui. L'accident s'est produit jeudi après-midi dans ce haut-lieu touristique, célèbre pour ses plages de sable blanc et ses randonnées dans la jungle. Le jeune homme de 33 ans est tombé dans la cascade de Na Mueang 2, au même endroit qu'un touriste espagnol, décédé en juillet. "Il a fallu plusieurs heures pour récupérer le corps car le terrain est très glissant et abrupt", a indiqué le lieutenant Phuvadol Viriyavarangkul. "Son ami nous a raconté qu'il essayait de prendre un selfie, a glissé et est tombé", a-t-il poursuit. Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017. https://www.rtl.be/info/monde/international/thailande-un-touriste-francais-decede-en-se-prenant-en-selfie-du-haut-d-une-cascade-1173895.aspx
  6. Marie-Clémence Bordet-Nicaise est chrétienne, bourgeoise, mariée avec une femme et mère d’une petite fille. Elle nous raconte les obstacles qu’elle a dû franchir. De la paroisse à la PMA. Quand je rencontre Aurore en 2008, je suis en couple depuis quatre ans avec un garçon. Il est l’homme de ma vie. Pourtant, un matin, j’ai envie de plaire à Aurore. Je me maquille et m’habille pour elle. Je n’ai toutefois aucune perspective amoureuse avec elle. Je viens d’une famille catholique pratiquante, aimante, unie et plutôt bourgeoise. Nous entamons avec Aurore une relation fusionnelle, dans laquelle l’amour et l’amitié se mélangent. En 2010, mon meilleur ami Silvère se suicide. Pour la première fois, je suis confrontée à une mort violente. La vie n’est pas ce truc idéalisé fait de messes le dimanche et de repas en famille. Je veux être avec la bonne personne. Je quitte mon copain. Mon histoire avec Aurore démarre. Quand la loi nous le permet, nous nous marions. C’est ma manière de forcer tout le monde à considérer cette histoire comme n’importe quelle histoire d’amour. Je veux qu’on passe par les mêmes étapes symboliques, même si ce ne sera pas à l’église. C’est une journée exceptionnelle. Après, j’ai assez vite envie d’avoir un enfant. Aurore moins. Elle a grandi avec cette conscience d’être homosexuelle et est allée jusqu’à se priver de ce désir. Elle comprend que, de mon côté, je ne pourrai pas faire sans. J’ai encore besoin de reproduire un maximum le cadre dans lequel j’ai grandi et dans lequel j’ai été heureuse. Elle accepte et nous entamons une procédure de PMA en 2017. Très vite, je l’annonce à ma famille. Mes parents n’ont jamais eu de discours homophobe, mais quelque chose va se briser. Mon père encaisse. Il me dit : « Il y a ce qu’on projette pour nos enfants et qui ils sont vraiment. On refait connaissance avec eux à l’âge adulte. » Ma mère ne comprend pas. C’est elle qui m’a faite, elle me connaît mieux que moi-même : je ne peux pas être homosexuelle. Pendant des années, je la vois souffrir à cause de moi, ainsi qu’une partie du reste de ma famille. Je ne le supporte pas. Parfois, je me demande si c’est comme dans les films dans lesquels le héros est dans une secte et sa famille veut l’en sortir. Suis-je la seule à ne pas voir que je fous ma vie en l’air ? Ça me traverse l’esprit. A chaque fois, je me dis : “Donc, là, si j’arrête tout, je quitte Aurore.” Non, je ne peux pas. C’est difficile. Je dois sortir de mon éducation. Mes parents se trompent. Ce n’est pas parce qu’ils disent que l’homosexualité n’est pas une bonne chose que ça n’en est pas une. Je m’affranchis de leur opinion. Je grandis. Article ici : https://www.msn.com/fr-fr/actualite/r-evolutions/chrétienne-bourgeoise-et-mariée-avec-une-femme-marie-clémence-raconte-son-histoire-de-la-paroisse-à-la-pma/ar-BBWKLHH?li=BBoJIji
  7. Encore heureux, un homme qui appelle aux "viol des femmes" n'a pas sa place dans les université, de même Hollande n'a pas son mot a dire dans cette décision, lui si enclin a faire passer son avis de force contre celle de la majorITE.
  8. Le président béninois Patrice Talon a annoncé, jeudi soir 7 novembre, le « retrait des réserves de change du franc CFA » qui se trouvent en France et son souhait de voir rentrer au pays l’ancien président Boni Yayi, actuellement en exil. « Nous sommes tous d’accord là-dessus, à l’unanimité, pour mettre fin à ce modèle », a déclaré le président Talon dans une interview à Radio France internationale (RFI) et à la chaîne de télé France 24, assurant qu’il constitue avant tout un « problème psychologique » et non « technique ». « La Banque centrale des pays d’Afrique de l’Union monétaire ouest-africaine (UMOA) va gérer la totalité de ces réserves de devises et va les répartir auprès des diverses banques centrales partenaires dans le monde », a assuré le chef de l’Etat béninois, déclarant que cela se ferait « très rapidement », sans donner toutefois de calendrier précis. « Réforme ambitieuse » Début octobre, le ministre français des finances, Bruno Le Maire, avait déclaré que la France était ouverte à une « réforme ambitieuse »du franc CFA. Il avait dit attendre que les 15 pays qui partagent cette devise attachée à l’euro « décident ce qu’ils souhaitent », à un moment où l’Afrique de l’Ouest envisage de créer sa propre monnaie unique. Article ici : https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/11/08/le-benin-annonce-le-retrait-des-reserves-de-change-du-franc-cfa-qui-se-trouvent-en-france_6018455_3212.html
  9. La solution est surtout de voter utilise, Macron obéit aux lobbies des multinationale, il est au ordre de Bruxelle et du CAC 40, l'interet du peuple est le cadet de ses soucis mais les moutons continueront a se laisser se faire tondre car il plus facile de blamer la faute aux plus faible que de s'attaquer aux puissant qui dirige le système.
  10. Mais qui sont les gagnants de la politique Macron ? Le troisième projet de loi de finances du quinquennat Macron est actuellement débattu à l'Assemblée nationale. Un an après le mouvement des Gilets jaunes, quels Français seront cette fois mis à contribution -ou pas- en 2020 ? Et finalement, quel impact auront eu trois ans de réformes sociales et fiscales sur le porte-monnaie de chaque Français ?Entre la baisse de la taxe d'habitation et des impôts, la défiscalisation des primes et heures supplémentaires, la revalorisation des petites retraites, le quasi-gel des plus grosses... l'Institut des politiques publiques (IPP), constitué de chercheurs en économie, a fait le bilan des gagnants et perdants pour 2020, et depuis l'arrivée d'Emmanuel Macron. Et contrairement à l'idée répandue, c'est la classe moyenne qui s'en sera sortie le mieux en termes de revenu disponible, c'est-à-dire après impôts et taxes et après perception des prestations sociales. Voilà qui ne va pas changer la perception des Français dont 80 % pensent que les inégalités se creusent.2020, rattrapage pour les classes moyennesConcernant le budget 2020, l'IPP estime qu'il « va conduire à une hausse de revenu disponible de 252 euros par ménage en moyenne ». Une hausse dont va profiter avant tout la classe moyenne qui va bénéficier, selon l'institut, d'un « rattrapage » suite aux mesures prises en faveur des Gilets jaunes
  11. Les Pays-Bas n’en ont pas fini avec la polémique du « Zwarte Piet » : à l’approche du 6 décembre et de la fête de Saint-Nicolas, adversaires et partisans de ce serviteur noir du saint blanc – évêque mort au IVe siècle – en sont venus aux mains, vendredi 8 novembre, à La Haye. Cinq personnes ont été arrêtées par la police. Une soixantaine de militants, parfois accompagnés d’enfants, étaient rassemblés dans un bâtiment de la ville pour mettre au point leur plan d’action pour les semaines à venir. Ils sont membres du comité KOZP (Kick off Zwarte Piet), qui entend faire bannir Pierre le Noir (ou Père Fouettard) des cortèges festifs qui accompagnent l’arrivée de saint Nicolas. Son domestique, un homme hilare au costume bariolé et aux cheveux crépus, distribue des friandises et est censé punir les enfants désobéissants. Des opposants, porteurs de fumigènes, ont tenté de perturber la réunion de La Haye en brisant des vitres et en s’en prenant aux voitures des participants. Selon Mitchell Esajas, le responsable du comité KOZP, de 30 à 40 individus auraient tenté de pénétrer dans le bâtiment et d’y mettre le feu. Les assaillants, favorables au maintien d’une longue tradition qui fait partie, selon eux, de l’identité néerlandaise, avaient apparemment été mobilisés par l’organisation d’extrême droite Pegida, un mouvement populiste anti-immigration, né en Allemagne et qui a essaimé dans les pays voisins. article : https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/09/a-la-haye-des-affrontements-entre-partisans-et-adversaires-de-zwarte-piet_6018616_3210.html
  12. Booba clash une personnalité tout les semaine, rien de nouveau ! Il fait son bad buzz et continue a exister de cette manière sans trop se fatiguer mais on sait depuis l'épisode Kaaris que quand il faut assumer en face, il y a plus personne...
  13. Un énième scandale raciste a eu lieu en Italie dimanche dernier. Cette fois-ci, c’est Mario Balotelli qui a été la cible de cris racistes de la part des Ultras du Hellas Verone. Quelques jours après ces incidents, les supporters de Brescia (le club de Balotelli) ont publié un communiqué plutôt étonnant puisqu’ils ne soutiennent pas leur joueur. « Aucun d’entre nous ne connaît Mario Balotelli personnellement mais nous devons admettre que nous avions des opinions peu flatteuses à son sujet avant même qu’il ne porte le maillot du club », peut-on lire dans le communiqué. Article ici : https://www.lesoir.be/259211/article/2019-11-08/cris-racistes-en-italie-mario-balotelli-pas-soutenu-et-critique-par-ses-propres
  14. Les jeunes préfère sans doute dormir pour rever de la vie qu'il aurait pu avoir il y a sans doute quelque année quand il y avait le plein emploi, la sécurité, pas de chomage... au moins quand ils dorment, ils ne passent pas leur temps a taper sur les chomeurs ou les fonctionnaires comme certains quand ils sont eux même considerer comme des parasite sociaux.....
  15. Ne t'en fais pas pour moi a ce niveau dans 15 ans même pas ma communauté sera certainement majoritaire, la question ne se posera donc plus.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité