Aller au contenu

Bluehawk

Membre
  • Contenus

    393
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de Bluehawk

  • Rang
    Forumeur survitaminé
  • Date de naissance 10/10/1994

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme

Visiteurs récents du profil

5 192 visualisations du profil
  1. Bluehawk

    Le Voile de la Discorde

    Le syndicat étudiant a condamné les "appels à la haine" lancés sur les réseaux sociaux après la diffusion d’un reportage montrant l’une de ses responsable voilé Dans le 19.45 de M6, samedi soir, face caméra, Maryam Pougetoux, présidente du syndicat étudiant Unef à l’université Paris-IV, apparaît la tête couverte d’un voile encadrant son visage. D’après Le Monde, le premier à réagir sur Facebook est Laurent Bouvet, professeur de théorie politique à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines e écrivant : "À l’UNEF, la convergence des luttes est bien entamée. C’est la présidente du syndicat à l’Université Paris-Sorbonne qui le dit", écrit le cofondateur du Printemps républicain, mouvement de défense de la laïcité habitué des polémiques. Une capture d’écran de l’interview est ensuite reprise par l’essayiste Céline Pina, elle aussi identifiée comme une "pro-laïcité", qui fait un lien avec les "frères musulmans" et évoque une "manipulation" : "Si vous lisez ceux qui ont travaillé sur les frères musulmans, vous verrez que leur premier objectif est la jeunesse et que le pouvoir au sein des universités les intéresse car ce sont souvent des ventres mous où la lâcheté de la gouvernance est vue comme de la coolitude. (…) L’infiltration et le noyautage du syndicalisme étudiant est une volonté forte (…). Visiblement dans certains endroits, la manipulation a réussi." Dans le 19.45 de M6, samedi soir, face caméra, Maryam Pougetoux, présidente du syndicat étudiant Unef à l’université Paris-IV, apparaît la tête couverte d’un voile encadrant son visage. D’après Le Monde, le premier à réagir sur Facebook est Laurent Bouvet, professeur de théorie politique à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines e écrivant : "À l’UNEF, la convergence des luttes est bien entamée. C’est la présidente du syndicat à l’Université Paris-Sorbonne qui le dit", écrit le cofondateur du Printemps républicain, mouvement de défense de la laïcité habitué des polémiques. Une capture d’écran de l’interview est ensuite reprise par l’essayiste Céline Pina, elle aussi identifiée comme une "pro-laïcité", qui fait un lien avec les "frères musulmans" et évoque une "manipulation" : "Si vous lisez ceux qui ont travaillé sur les frères musulmans, vous verrez que leur premier objectif est la jeunesse et que le pouvoir au sein des universités les intéresse car ce sont souvent des ventres mous où la lâcheté de la gouvernance est vue comme de la coolitude. (…) L’infiltration et le noyautage du syndicalisme étudiant est une volonté forte (…). Visiblement dans certains endroits, la manipulation a réussi." Le reste ici : http://www.jeanmarcmorandini.com/article-381089-une-jeune-militante-voilee-dans-le-1945-d-m6-provoque-une-violente-polemique-sur-les-reseaux-sociaux-depuis-48h-regardez.html
  2. Que s’est-il passé le 29 décembre 2017 à Strasbourg ? Depuis plusieurs jours, de nombreux internautes nous interpellent au sujet d’un enregistrement audio troublant, publié sur le site d’information local alsacien Heb’di. On y entend une jeune femme qui contacte le SAMU pour des douleurs et recevoir moqueries et hostilité de la part des répondantes. Un enregistrement dont l’authenticité nous a été confirmée par l’hôpital qui a pris en charge la patiente. « La dame que j’ai au bout du fil, elle a appelé la police », soupire une opératrice. « C’est parce qu’elle a la grippe, c’est ça ? », répond l’autre. « Elle m’a dit qu’elle va mourir. Et ça s’entend, qu’elle va mourir. » Des rires gras ponctuent la discussion. Au bout du fil, une autre voix, exsangue, peine à mettredes mots sur sa douleur. Naomi Musenga, une jeune Strasbourgeoise, tente de décrire ses maux. « Si vous ne me dites pas ce qu’il se passe, je raccroche », la tance l’opératrice du SAMU d’une voix agacée. « J’ai très mal. Je vais mourir », souffle la jeune femme. « Oui, vous allez mourir un jour, comme tout le monde, O.K. ? Vous appelez SOS Médecins, je ne peux pas le faire à votre place »,conclut sèchement son interlocutrice. « Tout est vrai » Naomi Musenga est morte quelques heures plus tard. Elle avait 22 ans, elle était mère d’une petite fille. Après avoir finalement réussi à appeler SOS Médecins au terme de cinq heures d’attente, elle a été transportée, encore consciente, à l’hôpital par le SAMU. Elle a fait deux arrêts cardiaques, a été transférée en réanimation et est morte à 17 h 30, le 29 décembre 2017. Selon le rapport d’autopsie, que nous nous sommes procuré, Naomi Musenga a succombé des suites d’une « défaillance multiviscérale sur choc hémorragique », c’est-à-dire que plusieurs organes s’étaient arrêtés de fonctionner, un syndrome pouvant résulter de facteurs variés. L’autopsie du corps a été pratiquée le 3 janvier — soit cent douze heures après la mort de la jeune femme. Elle rapporte que le corps de Naomi Musenga était alors en « état de putréfaction avancée multiviscérale ». Il est pour l’heure impossible de savoirsi ce défaut de prise en charge initial a aggravé ou non sa situation. « Cela paraît tellement gros mais, pourtant, tout est vrai », lâche, dans un soupir, Thierry Hans. Directeur de la publication du site Heb’di, « le lanceur d’alerte alsacien », qui a révélé l’affaire, il a été contacté par la famille Musenga peu de temps après la mort de la jeune femme. Aucun autre média local ne s’est fait l’écho de ces faits. « Une enquête est en cours. On ne dira rien de plus » Contacté par Le Monde, l’hôpital de Strasbourg confirme que l’enregistrement du SAMU est authentique, mais il se refuse à tout commentaire supplémentaire.« On a fait un communiqué de presse, une enquête est en cours. On ne dira rien de plus », dit l’établissement. En onze lignes, ce texte succinct présente les condoléances de l’établissement à la famille et annonce qu’une enquête administrative au sein de l’hôpital a été ouverte le 3 mai — soit six jours après la publication de l’enquête d’Heb’di, et cinq mois après la mort de Naomi Musenga. Le reste ici : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/05/08/moquee-par-le-samu-une-jeune-strasbourgeoise-meurt-peu-apres-l-enregistrement-est-vrai_5296033_4355770.html
  3. Egérie populaire mais controversée de la lutte anti-apartheid, elle fut la deuxième épouse du premier président noir d’Afrique du Sud, Nelson Mandela. Winnie Mandela, l’ex-épouse de l’ancien président sud-africain Nelson Mandela, est morte à l’âge de 81 ans des suites « d’une longue maladie », lundi 2 avril à l’hôpital Milpark de Johannesburg, a annoncé son porte-parole. « Elle est décédée des suites d’une longue maladie, pour laquelle elle a été hospitalisée à plusieurs reprises depuis le début de l’année. Elle est partie en paix en tout début d’après-midi lundi, entourée de sa famille », a déclaré Victor Dlamini dans un communiqué. Winnie Madikizela Mandela, qui « était l’une des plus grandes icônes de la lutte contre l’apartheid », a « sacrifié sa vie pour la liberté de l’Afrique du Sud », a-t-il souligné. L’archevêque anglican sud-africain et Prix Nobel de la paix Desmond Tutu a salué la disparition d’« un symbole majeur » de la lutte contre le régime de l’apartheid. « Elle a refusé de céder face à l’incarcération de son mari, le harcèlement perpétuel de sa famille par les forces de sécurité, les détentions, les interdictions et son bannissement. Son attitude de défi m’a profondément inspiré, ainsi que des générations de militants. » « Nous avons perdu une mère, une grand-mère, une amie, une camarade, une meneuse et une icône », a, pour sa part, déclaré le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, dans une brève allocution télévisée. Le Congrès national africain (ANC, au pouvoir) avait rendu hommage peu avant, par la voix de l’un de ses responsables, Mbalula Fikile, à une femme qui « symbolisait la force, la résistance et une âme éternelle de la liberté » : « Elle s’est battue sans relâche pour que nous ayons une société juste et égalitaire. Elle a consacré sa vie au service du peuple africain. » Le Reste ici : http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2018/04/02/winnie-mandela-ex-epouse-de-nelson-est-morte_5279656_3382.html#ovlisVf1ji5WQg2r.99
  4. En plus de reproché aux jeunes d'être des feignants et une génération d'assistés voila maintenant qu'on les empêche d’accéder aux filières ou ils s'épanouiront le plus... eh ouais si t'a pas le QI Einstein ou des parents assujettis l'ISF, tu finira au mieux femme de ménage ou éboueurs (métiers respectable mais méprisé par 80% de la population) au pire S.D.F même si tu a la volonté de viser plus... Quel beau pays la France.
  5. Bluehawk

    Une Député LREM menacé de mort

    Lol qui joue au Calimero, j'ai encore le droit d'exprimer ma pensé et poster les sujets sur ce forum comme je souhaite, si les fachocho et autres reliques du forum ne sont pas contents, ils peuvent toujours créé leur propre topics rien ne les empêche...
  6. Bluehawk

    Une Député LREM menacé de mort

    La députée LREM Laetitia Avia a annoncé mercredi à l'AFP le dépôt d'une plainte dans un commissariat de police de Paris après avoir reçu une lettre contenant des insultes racistes et des menaces de mort. Ce courrier, que l'élue de la capitale a publié sur son compte Twitter, se termine par "Compte tes jours, on va s'occuper de toi". "Je n'ai jamais subi une attaque d'un tel racisme. Et on me menace de mort. On ne peut pas laisser passer ça", a déclaré à l'AFP Mme Avia, née au sein d'une famille originaire du Togo. "Indigné par l'odieuse attaque raciste dont a été victime Laetitia Avia. Je lui adresse tout mon soutien", a tweeté le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. "Quand le racisme d'une violence innommable touche nos députés... ça donne cette ignoble lettre d'insultes", a tweeté le délégué général de LREM Christophe Castaner, en souhaitant "courage à Laetitia Avia qui a (son) plein soutien dans cette épreuve". Deux associations ont également apporté leur soutien à la députée de Paris. Pour SOS Racisme, cet épisode "rappelle ce qu'est la virulence du racisme antinoir. En choisissant de publier cette lettre, Laetitia Avia contribue à montrer ce que sont les pensées putrides qui continuent à agiter une partie de notre pays. En 2018, le fait d'être noire expose ainsi une députée à être comparée à une +truie noire+ et à un +singe+", relève l'association, en demandant à la justice, dans un communiqué, "de faire toute la lumière sur cette affaire en déployant les moyens nécessaires pour identifier son ou ses auteurs. En effet, la lâcheté de l'anonymat ne saurait être une promesse d'impunité pour les racistes". De son côté, le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) a indiqué qu'il envisageait de porter plainte. "Il demande que les pouvoirs publics, les élus, les associations et tous les acteurs concernés se mettent à l'ouvrage pour faire évoluer la législation et prendre en compte les évolutions techniques les plus récentes et les moyens qu'internet met à disposition des auteurs de haine et de propos discriminatoires et racistes", ajoute le mouvement dans un communiqué. La semaine dernière, l'annonce du choix d'une jeune métisse pour incarner Jeanne d'Arc aux prochaines festivités annuelles d'Orléans célébrant l'héroïne avait déclenché sur les réseaux sociaux un déferlement de commentaires injurieux et racistes. Le procureur de la République d'Orléans a ouvert une enquête préliminaire pour "provocation publique à la discrimination et la haine raciale" à propos de deux tweets comparant cette jeune femme à un singe. Une ex-candidate FN avait été condamnée en septembre 2016 à 3.000 euros d'amende avec sursis pour avoir comparé quelques années plus tôt Christiane Taubira, alors garde des Sceaux, à un singe. Elle avait été exclue du Front national après la diffusion de ses propos. l'article ici : http://www.lepoint.fr/politique/lettre-raciste-et-menace-de-mort-la-deputee-laetitia-avia-lrem-porte-plainte-28-02-2018-2198513_20.php
  7. 250 ans qu'il vivent sur ces terres pillé par leur ancêtres et aucun d'entre-eux n'a jamais pensée a les redistribuer plus équitablement avec le reste de la population opprimé, au contraire ils préfèrent jouir dans l'opulence et le luxe donc je vois pas pourquoi les sud-africains devraient maintenant ce soucier de leur cas...
  8. Enfin, il est plus que temps que les Africains redevienne maître sur leur terre que ça plaisent ou pas, bon la méthode est assez brutale mais leur colonisation l'était aussi donc ce n'est que le retour de bâton, les Européens devrait trouver un endroit a piller assez rapidement cependant.
  9. Bluehawk

    La Nouvelle Jeanne d'Arc fait polémique

    Des propos racistes, des insultes et des injures se multiplient depuis la présentation officielle, lundi, de la nouvelle Jeanne d’Arc de la ville, Mathilde Edey Gamoussou, rapporte France Bleu Orléans . Pour la première fois la jeune fille élue est métisse. La jeune fille âgée de 17 ans est devenue lundi la nouvelle pucelle aux fêtes Johanniques d’Orléans. Un choix qui déchaîne les réseaux sociaux. Bénédicte Baranger, la présidente de l’association Orléans-Jeanne d’Arc, organisatrice de l’élection a affirmé « regretter de tout cœur ce qu’il se passe ». Pour elle, la jeune fille correspond aux critères : être catholique pratiquante, habiter Orléans depuis au moins 10 ans, être scolarisée dans un lycée orléanais public ou privé et donner gratuitement du temps aux autres. "Mathilde Edey Gamassou est une jeune fille bien...point!", ajoute-t-elle.Découvrez les sélections de pièces intemporelles au format XXL pour sublimer toutes les silhouettes. L'association Orléans-Jeanne-D'Arc organise chaque année l'élection de celle qui chaque année, défile le 8 mai dans les rues d'Orléans sous les traits de la libératrice de la ville en 1429. L'élève en première littéraire au lycée Sainte-Croix-Saint-Euverte à Orléans a été sélectionnée parmi 13 candidates. Elle a reçu le soutien d'Olivier Carré, le maire de la ville mais aussi de Marlène Shiappa, la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes. l'article ici : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/02/22/97001-20180222FILWWW00068-orleans-la-nouvelle-jeanne-d-arc-victime-de-propos-racistes.php
  10. BLACK (SUPER) POWER Avec le blockbuster «Black Panther» et les séries «Luke Cage» et «Black Lightning», les super-héros noirs prennent enfin le pouvoir... «Luke Cage», «Black Panther», «Black Lightning»... Trois super-héros noirs, trois oeuvres importantes — Netflix / Marvel Studios / The CW Black Panther est le dix-huitième film Marvel, et peut-être le plus important. Oui, plus important encore que Avengers : Infinity War, qui sort deux mois plus tard et réunit plus de 60 personnages du Marvel Cinematic Universe. En fait, tout est une question de représentation. Avec son super-héros, son réalisateur, son équipe et son casting majoritairement afro-américains, Black Panther est, selon le Time, « le blockbuster le plus magnifiquement noir que Hollywood n’ait jamais produit ». Le magazine offre sa couverture au film et son acteur Chadwick Boseman avec ce titre : « A Hero Rises ». « Se reconnaître dans des personnages est nécessaire » Comme l’écrit le journaliste du Time, Jamil Smith, de but en blanc : « Si vous lisez ceci et que vous êtes blanc, voir des gens qui vous ressemblent à l’écran n’est pas quelque chose auquel vous pensez souvent. (…) Ceux d’entre nous qui ne sont pas blancs ont plus de mal à trouver une représentation de nous-mêmes, une représentation multiple de notre humanité. Se reconnaître dans des personnages est nécessaire pour se sentir vus et compris, mais aussi pour être vus et compris. Sinon, tout le monde est perdant. » Un film, une utopie Professeur à l’Université de UC Riverside et coéditeur du livre The Blacker the Ink - Constructions of Black Identity in Comics, John Jennings parle d'« annihilation symbolique », « l’idée qu’en ne montrant pas un peuple et son histoire, vous les tuez symboliquement. C’est l’une des raisons pour lesquelles les colonisateurs détruisent toujours l’art des colonisés. Leur enlever leur image, c’est leur enlever leur identité. C’est ce qui est arrivé aux Américains noirs, qui ne descendent pas d’immigrants mais d’Africains captifs. Donc, oui, on ne parle que d’un film, mais il représente une utopie, les espoirs et rêves d’une nation invisible dont les besoins d’affirmation se réalisent enfin. » Un phénomène avant même la sortie Avant même sa sortie vendredi aux Etats-Unis et à l’instar de Wonder Woman pour les femmes l’année dernière, Black Panther est donc déjà un phénomène culturel, social et médiatique, avec par exemple le hashtag #WhatBlackPantherMeansToMe, la réaction virale d’élèves à l’annonce qu’ils verront le film ensemble, les rayons des magasins remplis de déguisements et de jouets de super-héros « who look like me », une presse mobilisée et des critiques dithyrambiques - 98 % d’avis positifs sur le site de référence Rotten Tomatoes. Le record de préventes pour un film de super-héros Mais le film est également une étape décisive pour Hollywood. « Une nouvelle génération de créateurs noirs, qui ont grandi avec la SF, le fantastique, les comics, sont maintenant au pouvoir à Hollywood, commente John Jennings. Les studios comme Disney ou Warner se rendent compte qu’ils passent à côté de beaucoup d’argent en ignorant le public noir, et je pense qu’une nouvelle ère est en train de s'ouvrir. » Après avoir battu le record de préventes pour un film de super-héros, Black Panther s’oriente vers un premier week-end américain à hauteur de 165 millions de dollars, un chiffre proche des succès Deadpool, Batman V Superman ou Iron Man 3. Une question d’identification Même s’il est présenté comme tel par certains médias, Black Panther n’est pas le premier super-héros noir sur les écrans. Son réalisateur lui-même, Ryan Coogler, cite les films Blade et la série Luke Cage comme références et fierté. Le Marvel Cinematic Universe avait d’ailleurs déjà Nick Fury, War Machine, Heimdall ou le Faucon comme super-héros noirs, mais dans des rôles secondaires. Luke Cage change la donne avec un super-héros noir tête d’affiche, et surtout un super-héros noir du quotidien, de quartier. « Comment incarner Luke Cage à l’écran ?, s’amuse le showrunner de la série Cheo Hodari Coke. Tu descends une rue de Harlem, tu mets de la musique, et voilà, tu as Luke Cage. » Toujours cette question de représentation, d’identification. Une super-héroïne noire et lesbienne Dernière incarnation de ce mouvement « Black Superheroes Matter », la sérieBlack Lightning est disponible depuis fin janvier sur Netflix. Si Black Panther est indéniablement politique avec son pays africain à la fois traditionnel et futuriste, son trio de femmes fortes et son héros roi qui doit accepter son héritage et ses responsabilités, Black Lightning se révèle encore plus moderne avec son père de famille qui a échangé, il y a dix ans, son costume de super-héros contre celui de proviseur de lycée, mais qui doit sortir de sa retraite face aux violences policières et règne des gangs. Et il a une fille, une fille lesbienne qui se découvre des pouvoirs. La première super-héroïne noire et lesbienne. l'article en entier ici : https://www.20minutes.fr/cinema/2219307-20180214-black-panther-black-lightning-luke-cage-pourquoi-monde-besoin-super-heros-noirs
  11. C'est vrai, johnny aussi était un bel enfoirée dans le genre, fraudeur fiscal, pro israelien, sarkozyste (beurk...) mais la Laetitia se défend aussi de son coté, comme quoi les rats attire les rats.
  12. Renier son propre sang... elle a bien manœuvré son coup la blondasse, elle s'est pas tapé un vieux machin pendant 15ans pour rien, pas étonnant qu'on répète que pute est le plus vieux métier au monde....
  13. En Indonésie, la police arrête des femmes transgenres et leur coupe les cheveux Des défenseurs des droits des homosexuels dans le pays musulman le plus peuplé au monde ont vivement critiqué ces interpellations. «Je ne comprends pas la logique de la police, c'est clairement de la torture», a dénoncé l'un deux, Hartoyo. L'an passé à Aceh, deux hommes âgés d'une vingtaine d'années avaient subi des coups de bâton assénés en public pour avoir eu des relations homosexuelles. L'homosexualité et les relations entre personnes de même sexe sont légales en Indonésie, sauf à Aceh. Cette province a commencé à mettre en oeuvre la charia après avoir obtenu un statut d'autonomie en 2001 auprès du gouvernement central de Jakarta, afin de mettre fin à plusieurs décennies de rébellion séparatiste. (photo AFP)La police indonésienne a interpellé des femmes transgenres, leur a coupé les cheveux de force et les a contraintes à mettre des habits d'hommes à Aceh, seule province d'Indonésie à appliquer la loi islamique, ont indiqué lundi les autorités. Les faits se sont produits à la suite d'une opération de police dimanche dans des salons de beauté de cette province ultra-conservatrice, située à la pointe nord de l'île de Sumatra (ouest). Lors du transfert des transgenres au commissariat, des dizaines d'habitants ont tenté d'attaquer ces employées de salons de beauté, accusées d'enfreindre la loi islamique, mais les forces de l'ordre se sont interposées, selon les autorités. Des policiers leur ont ensuite coupé les cheveux. Ils les ont aussi forcées à mettre des habits d'hommes et à parler jusqu'à ce qu'une voix masculine puisse être entendue. l'article ici : http://www.liberation.fr/direct/element/en-indonesie-la-police-arrete-des-femmes-transgenres-et-leur-coupe-les-cheveux_76892/
  14. Bluehawk

    Le Droit d'Importuner - Quand les femmes se divisent

    Oui sauf que ce n'est pas vraiment le propos ce que je remarque c'est que je n'entend pratiquement aucune critiques sur ce sujet alors que ce site est très voyant et leur publicités est légion, pareil pour des sujet comme les violences conjugale envers les hommes ou le sujet de la garde parentale ou les médias tournent cela limite en dérisions, attention je sais pertinemment que ses broutilles ne sont rien par rapport a que les femmes subissent chaque jours notamment dans certains pays comme l'arabie saoudite ou l'inde ou certaines sont traités encore moins bien que des annimaux mais j'ai l'impréssion que la société ou plutôt le lobby féministe veulent imposer non une égalité mais une suprématie des femmes, désormais une femme peut être ce qu'elle veut, s'habiller comme elle, avoir le même salaire qu'un homme, être féminine ou non sans perdre bien sur leur précédent avantage qu'elle avait comme les petit cadeaux, les resto gratos, la pension alimentaire, la galanterie, etc... mais l'homme lui doit être parfait, avoir un comportement irréprochable, se montrer a la fois fort, viril, drôle ainsi qu'avoir une bonne situation, une subtilité, etc... pour s'approcher de ces dernières, en gros maintenant pour se venger du patriarcat ayant exercée depuis l'antiqué, elle veulent renverser la tendance et faire subir aux hommes ce qu'il ont subit.
  15. Bluehawk

    Le Droit d'Importuner - Quand les femmes se divisent

    Peu importe, ce n'est pas le problème du reluqueur tant qu'il n'a aucun geste déplacer, je suis mal a l'aise dans pas mal de situation et certaine personnes m'incommode mais je n'irai pas me plaindre d'harcèlement, je vois aussi un double discours de la part de certaine femme qui se plaignent de ce phénomène mais en même temps qui critique le fait que de plus en plus d'hommes ne prennent pas assez initiative, lâche rapidement l'affaire quand certaines veulent se faire désirer ou encore que la galanterie n'existe plus car leur pigeons habituel ne paient pas leur part quand il vont au resto mais l'égalité des sexe va dans un sens et pas dans l'autre, d'un côté les médias, les politique et les personnalité nous parle chaque jours depuis l'affaire Weinstein des violences, du harcèlement et de l’assouvissement que subisse les femmes au quotidien et dénonce le moindre petit dérapage pourtant je ne vois aucun personne s'indigné devant la communication et les publicités "Adopte un Mec" par exemple qui réduisent les hommes a une simple marchandise, je n'imagine d'ailleur même pas la polémique si sa s’appelait "Adopte une Nana"
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation