Aller au contenu

Tequila Moor

Sérial Banneur
  • Contenus

    7 342
  • Inscription

  • Dernière visite

6 abonnés

À propos de Tequila Moor

  • Rang
    X_|_x
  • Date de naissance 01/04/1919

Informations Personnelles

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Autre style, message proche : When you go don't make a big deal No dramatics, don't overplay 'Cuz don't you know that we'll all Feel better once you've gone away
  2. Tes poumons ne sentent pas bon ? Ta bouche est parfumée goudron ? Si en pis, t'aimes le houblon, La bienvenue aux ganglions Avec la pollution, c'est pire : Exhalée, l'oxygène expire Sur tes lèvres, son souvenir De tes veines va déguerpir. Fumar mata, donc fumer tue ! Toutes langues disent "c'est foutu" : Les Etats auront prévenu En empochant les taxes dues. Fumar Mata - Mata Hari - Harry Potter - Com' tu fum' trop Tu diras bonjour aux croq'morts ! Problème : la mort a du bon Et t'attire, sa séduction Est riche et veloutée. Faut qu'on Te délivre de ce poison Qui est aussi goûteux loisir. Certes, tu pourrais en mourir Mais, de suite, c'est le plaisir Qui fait feu, de ta tige, luire. Mata Hari ou ingénue, Houri qui te courtise, nue : Tu la mattes, ta bienvenue Qui t'attise, t'en es fondu. Fumar Mata - Mata Hari - Harry Potter - Com' tu fum' trop Tu diras bonjour aux docteurs ! Pour garder la magie, le bon, Le vertige sans le goudron, Le délice sans l'affliction, Tu pourras changer d'addiction : Adopter l'e-clope et, sans rire, Une autre baguette choisir. Tant de parfums, les découvrir, De l'absinthe aux fleurs du Zaïre. D'Harry Poter, mage glandu, Tu croiras les coquecigrues : Tu t'offriras en continu, De ton cancer, le substitut. Fumar Mata - Mata Hari - Harry Potter - Com' tu fum' trop Dis donc bonjour aux vapoteurs !
  3. I got something I don't know
  4. C'est un prêté pour un rendu : on y rerentre tellement souvent...
  5. Tequila Moor

    Projets.

    Oui je comprends, j'ai visité 2-3 fois Lyon, ça m'a bien plu comme ville. Paris j'y suis attaché de par le fait d'être né juste à côté, et d'avoir voulu y vivre pendant longtemps : maintenant c'est moins le cas. Un endroit à la mer, voire sur une île, ça remplacerait avantageusement la Seine.
  6. Merci m'sieur @konvicted !
  7. Tequila Moor

    Projets.

    C'est fou ça ! J'étais convaincu que tu habitais en IDF, il me semblait avoir lu ceci dans un de tes vieux textes... Mais effectivement, le fait d'être fonctionnaire, ça pourrait aussi accélérer les choses par ici. C'est le fait de ne pas avoir de garant qui multiplierait ton temps de recherche par 10 : en tout cas, ça a toujours été le cas pour moi. Bon, j'espère que tu es bien installée.
  8. Tequila Moor

    Projets.

    C'est dingue qu'il y ait des gens qui puissent retrouver des appartements en si peu de temps sur la région parisienne...
  9. Elle m'est revenue, la parole indicible, Que simplement vivre n'est pas belle raison : Se suicider semble n'être que solution À une interrogation peu intelligible. Ainsi être hédoniste mou, sans conviction, Ou vivre simplement, devient inadmissible : Le sort inévitable restant destruction De nos vies, de la vie, de l'univers tangible. Sol absorbera Terre : ultime incréation. Toute étoile mourra, ça se compte en trillions D'années ; puis le cosmos, cru comme inextinguible, Se désagrègera. Avenir putrescible. Tout est déjà, car toujours fut & sera, mort : Fin, dans le présent, dans le début, fusionnée. Ainsi considéré, le temps peut s'effondrer Et nous pouvons songer, et prendre aux dents le mors. Existence n'est plus centrale en ces idées Pas plus qu'expiration : nous voici matamores. En-dehors de l'esprit est la réalité, Au-delà de nous : qui devenons oxymores. Vivants-morts, nous voyons le monde en ce qu'il est : Hostile... Etranger... Ni possession ni foyer... Est-ce qu'il fut prévu de nous avoir à bord ? Devaient-ils penser, ces éléments du décor ? On s'en fout, s'en balance ! Trop fou pour qu'on y pense ! On respire, on avance ! Le cerveau n'aime pas ce que ça signifie, Le pauvre nié sait qu'on lui joue un tour pendable : Il se veut unique, n'est qu'un objet friable, Bout de mise en scène qui se croit à l'abri. Là, extinction de sens devient envisageable Quand sens envisage d'être extinction : déni Las qui entraîne extinction de l'envisageable Et seule s'envisage extinction, notre amie. On la voit ainsi se dresser, inéluctable : Certains donc vont l'aimer, la trouver désirable, Pour ne pas accepter l'absurde de la vie. On recherche l'oubli quand l'effroi nous saisit, La perte de contrôle mène au masochisme... Pourquoi quelque chose en lieu et place de rien ? S'il n'y avait que rien, on le voudrait donc sien ? Il semblerait que oui : d'où vient ce nihilisme ? Du fait qu'on refuse d'être simples pantins, Préférant même devancer le traumatisme Plutôt que d'admettre l'existence de liens A nos pieds, à nos mains, et jusque dans nos truismes. Autant anticiper, fidèle comme un chien, L'appel du sens en acceptant le vil destin : Inviter dans le présent la mort, tel un isthme Nous reliant à celle future – étrange prisme. On s'en fout, s'en balance ! Besoin fort d'évidences ! On respire, on avance ! Et voici que se trouve piégé le vouloir : Lui qui cherche tant à dépasser la souffrance, Lui qui se flatte d'être plus que flatulences – Soudain ! – il comprend bien qu'il n'a aucun pouvoir. "Accepte ton fatum" s'écrie l'intelligence Ou n'importe quel truc qui nous sert de savoir : Juste un soin palliatif... En vrai, l'incohérence Est notre seule amie, et ne peut nous déchoir. Poussières stellaires passionnées d'ingérence En vie de l'univers, nous sommes en partance Pour des siècles et siècles de vain désespoir Jusqu'à l'exquise fin qui saura nous échoir. On s'en fout, s'en balance ! Ton texte sent le rance ! On respire, on avance !
  10. Tequila Moor

    L'écriture inclusive

    Je ne pense pas, c'est mauvais pour la santé. Par contre j'utilise assez souvent l'écriture inclusive (cadre pro, officiel, commercial) sauf que je remplace le "point milieu" par des parenthèses.
  11. Sale temps à l'hôtel El Royale. Très bon film, inspiré autant par le voyeurisme et les ambiances paranoïaques de Brian de Palma, que par la violence et les structures scénaristiques compliquées de Quentin Tarantino. Excellente utilisation de la musique et du silence, ce qui s'incarne dans un personnage de chanteuse soul représentant l'innocence blessée, joué par Cynthia Erivo. Le film a par contre été mal vendu, la bande annonce et l'affiche laissant croire que le bellâtre qui joue Thor dans Avengers y tenait le premier rôle : heureusement ce n'est pas le cas...
  12. Tequila Moor

    Help !

    Chanson très surcôtée des Beatles.
  13. Sauf que pour Vilaine, ça s'écrit en 2 mots : elle a besoin d'être con, et d'être sidérée.
  14. Faire ressentir un trouble ? Une chanson qui donne envie d'avoir envie ?
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité