Aller au contenu

stvi

Membre
  • Contenus

    15 674
  • Inscription

  • Dernière visite

6 abonnés

À propos de stvi

  • Rang
    Forumeur alchimiste
  • Date de naissance 04/01/1911

Informations Personnelles

  • Pays

Visiteurs récents du profil

21 909 visualisations du profil
  1. stvi

    L'extinction des insectes

    même chose pour l'élevage , inclure les coûts de la pollution dans le prix de la viande ... pas normal que ceux qui n'en mangent que très peu voire pas du tout paient les dégats ..
  2. stvi

    L'extinction des insectes

    c'est surtout une mauvaise excuse pour justifier la toxicité du glyphosate en instillant dans l'esprit des gens qu'un pesticide doit être toxique ... ils n'ont pas tort .. ceci dit la bouillie bordelaise est un fongicide ... elle n'est nocive que pour les vers de terre ...en remplacement j'utilise du lait et du bicarbonate de soude , et en prévention je sème deux fois plus de plants , ce qui provoque souvent une sur-récolte... obligé de supplier les citadins qui viennent me rendre visite de prendre des légumes ....même chose pour les fruits qui pourrissent au pied de l'arbre et qui font le bonheur des guêpes ....
  3. stvi

    L'extinction des insectes

    tu es nostalgique de la république des Mollah Iranienne ? 100 exécutions depuis le début de l'année ( joyeux anniversaire ) et il y en aura 100.000 autres .... il y a des avancées , mais certainement trop lentes comparées à l'accroissement rapide de l'arsenal des pesticides ... c'est l'hydre de lerne , on supprime trois produits il en sort dix ... La justice européenne confirme l’interdiction de certains néonicotinoïdes
  4. le cout du chômage c'est 100 milliards , c'est à dire que quand on le fait baisser d' un point c'est dix milliards dans le budget de l'état ....ça mérite quand même qu'on trouve des solutions pour sortir de cette acceptation d'un chômage à 10% ....pour l'instant on en est à un demi point de baisse , c'est toujours 5 milliards de gagnés ....
  5. non effectivement je ne sais pas pourquoi j'ai attribué ton post à @ouest35 donc c'était adressé à ouest ... maintenant si tu paies encore la taxe d'habitation tu fais partie des classes aisées voire favorisées ... celles qui n'ont pas le droit de se plaindre de partir une semaine en croisière au lieu de 10 jours ... déjà c'est 33% qui le trouvent bon et et non pas 66% qui le trouvent mauvais , mais 66% qui sont opposants politiques ... forcément RN , LFI , LR , PS ne vont pas voter Macron ... les différences de réforme avec les réformes des gouvernements précédents ? mais tu vis où ? Macron : un an de réformes - La Tribune https://www.latribune.fr › Économie › France 7 mai 2018 - [Un an de présidence Macron] Au cours de la première année de son quinquennat. ... Le gouvernement d'Édouard Philippe (à gauche) a fait passer plusieurs ... Macron a déjà mis en oeuvre un vaste programme de réformes ... tu répètes en boucle la propagande qui court dans les réseaux sociaux destinée au extrêmes , tu comprends qu'on puisse être fatigué de réfuter chaque arguments ( à part la flat taxe qui passe à 30% des revenus du capital qui étaient taxés à hauteur de 17% et 12,8% ) ..., et comme une image vaut des phrases , en voilà une ..
  6. stvi

    "Il m'a volé ma vie" !

    moi c'est cette stigmatisation qui m'inquiète ... c'est un genre de racisme insidieux : l'âgisme un handicapé n'aura pas les mêmes réflexes qu'un type de trente ans ... Il faut admettre que le type de trente ans , sobre , sportif , en pleine possession de ses capacités physiques et intellectuelles , n'est pas la référence ... on fait partie d'une société qui comporte des beaux, des moches ,des bourrins, des intellectuels , des jeunes des vieux , des calmes et des énervés .. les jeunes de moins de 24 ans causent 17% des accidents pour 8% de part de population ... est ce qu'il faut retirer le permis aux excités bourrins, vieux et moches ? ils volent la vie d'énormément de personnes ... Il existe déjà une législation sur le handicap et la conduite qui s'applique aussi bien aux jeunes qu'aux vieux , il n'est pas nécessaire d'en créer d'autre ... les personnes âgées sont à peine plus impliquées dans un accident mortel 20,6% que les cadres et employés ( 17%) et bien moins que les 20/30 ans (30,5% ) ...
  7. il ne faut pas donner trop d'importance à ce que ce Charles Amédée du Buisson de Courson peut dire ... c'est pourtant une loi élaborée par son parti et à laquelle il a participé ... il est dans l'opposition, il fait son boulot ... Il faut juste qu'il n'en fasse pas trop sans ça il va basculer chez Dupont Aignan
  8. stvi

    Stocamine : L'Etat renonce au déstockage des déchets

    "En 2012, le gouvernement avait acté la fermeture de ce centre de stockage pour déchets industriels situé à Wittelsheim, près de Mulhouse. Suite à un incendie en 2002, " depuis 2002 on joue à se refiler la patate chaude
  9. stvi

    Bienvenue dans la France de Dieudo et de la quenelle

    c'est avec le Rwanda , et le génocide arménien , le dernier dans le temps ... Il ne s'agit pas d'en faire un devoir de mémoire , mais plutôt d'un exemple à ne pas suivre ... Après le génocide Arménien on pensait que ce serait le dernier , et bien non , on a été plongé dans le génocide des juifs , puis celle des Tutsis ... Alors on peut comme toi considérer qu'on ne doit pas ouvrir sa gueule , mais se référer aux derniers holocaustes lorsqu'on sent des relents d'antisémitisme n'a rien de stupide ... on ne remet plus en cause l'abolition de l'esclavage ni les souffrances que ce dernier a occasionné .. c'est peut être pour ça qu'on en parle moins ... des types comme Dieudonné , font monter l'antisémitisme , et par conséquent la référence à la shoah pour dire qu'un antisémitisme primaire a conduit à un génocide ... Si le xx° siècle a été celui des génocides , on peut faire du XXI° celui de la paix , et la fin des sketches douteux de cet humoriste qui fait qu'on se demande comment il peut être aussi con ....
  10. stvi

    Gilets Jaunes et tragédie économique.

    Tu trouves que ce gouvernement ne fait pas assez pour le travail ? c'est justement ce qu'on lui reproche , essayer de mettre les Français au travail par des incitations pécuniaires ... C'est peut être pour ça qu'il est détesté , préférer le travail au biberonnage ... Tu crois que le chômage ne coûte pas une blinde à l'état , et que lorsque les cotisations ne rentrent pas , avec autant de chômeurs dans un système particulièrement généreux ... et puis ce serait bien que tu ne te compares pas tes capacités intellectuelles avec celle du ministre du travail , la révolution française , avec l'alliance contre nature des populistes de gauche et de droite gros et gras ... il devrait y avoir une bonne dizaine de kilos et une vingtaine d'années en moyenne de différence entre un révolutionnaire et un gilet jaune ... Alors oui , il y a 70.000 emplois menacés ,et 10% de faillites en plus en janvier , et c'est dû à l'ambiance délétère qu'a provoqué ce mouvement ...d'une perception positive des ménages Français en Décembre , on est passé à une inquiétude ... Il ne faut pas dire que ce mouvement a apporté une avancée sociale , un plan pauvreté aurait dû être voté avec un budget de 10 milliards , 10 milliards qui sont passés dans des mesures d'urgences .. fini les mesures pour les enfants , l'insertion des jeunes , le revenu universel ... https://www.la-croix.com/France/Exclusion/cinq-principales-mesures-plan-pauvrete-dEmmanuel-Macron-2018-09-13-1200968531 DIAGNOSTIC Trop de Français sont prisonniers du chômage. Cela fait plus de trente ans que notre pays connaît un chômage de masse et qu’il fait dans ce domaine moins bien que la moyenne des pays européens. Les jeunes, les séniors et les travailleurs peu qualifiés sont les premières victimes de cette situation. Plus de 40% des demandeurs d’emploi y sont enfermés depuis plus d’un an. Trop de Français sont prisonniers de la précarité. Aujourd’hui, notre marché du travail est coupé en deux. D’un côté, il y a ceux qui sont bien formés et qui bénéficient d’un emploi stable. De l’autre, il y a ceux qui sont peu qualifiés et qui enchaînent les contrats courts et les périodes de chômage. Les jeunes, qui représentent 49% des CDD, sont les plus pénalisés. Ces inégalités dans le travail se répercutent dans tous les domaines de la vie : car lorsqu’on est en CDD, on rencontre plus de difficultés pour toutes les démarches courantes de la vie quotidienne : trouver un logement, pour obtenir un crédit ou bénéficier d’une formation. Trop de Français travaillent sans être rémunérés à hauteur de leur mérite, de leurs efforts, de leur implication : ils vivent de leur travail mais en vivent mal. Ainsi, le pouvoir d’achat a stagné ces 10 dernières années. Trop de Français se lèvent chaque matin sans trouver de sens ou d’intérêt personnel à leur activité, et éprouvent un sentiment d’inutilité, parfois de mal-être au travail, là aussi bien plus que dans la moyenne des pays européens. PROPOSITIONS Objectif 1 : Un travail plus rémunérateur pour les actifs. Nous augmenterons le pouvoir d’achat des travailleurs, en réduisant l’écart entre le salaire brut et le salaire net. « Je crains que l'intégralité de mon salaire ne serve qu'à payer des factures, loyer, impôts... Sans perspective d'amélioration! » – Grégoire, Hérault – La Grande Marche Aujourd’hui, les actifs ne sont pas rémunérés à la hauteur de leurs efforts. Demain, nous ferons moins peser la protection sociale sur le travail pour soutenir leur pouvoir d’achat. Nous augmenterons le revenu net de chacun, en réduisant les cotisations sociales. Tous les salariés verront leur salaire augmenter. Par exemple, si l’on gagne 2200 euros nets par mois, ce seront 500 euros nets supplémentaires par an. Les fonctionnaires et les indépendants bénéficieront d’une mesure équivalente. Ces mesures seront financées par une hausse de moindre ampleur de la CSG, qui ne touchera pas les retraités modestes (près de la moitié) ou les indemnités chômage. Nous augmenterons encore plus le pouvoir d’achat de tous ceux qui travaillent davantage. Nous ferons en sorte que toute reprise d’emploi se traduise par un supplément de revenu conséquent, en augmentant la prime d’activité. Cette réforme concernera 2,4 millions de foyers, dont 400 000 jeunes et 500 000 familles monoparentales. C’est près de 80 euros supplémentaire par mois pour un salarié au SMIC. Au total, grâce aux deux mesures précédentes, un salarié au SMIC touchera chaque mois 100 euros nets supplémentaires par rapport à aujourd’hui. Nous rétablirons les exonérations de cotisations sociales sur les heures supplémentaires. Objectif 2 : Un travail moins cher pour l’employeur. « Baisser le coût du travail permettra d'augmenter la compétitivité des entreprises. » – Comité Soucieu – En Marche Aujourd’hui, pour beaucoup d’employeurs, il est difficile d’embaucher parce que le coût du travail pour les salariés peu qualifiés est trop élevé. Demain, les démarches administratives seront plus simples, le coût du travail sera réduit pour faciliter l’embauche des salariés moins qualifiés. Nous donnerons ainsi aux entreprises les moyens d’investir dans de nouveaux équipements et projets et d’embaucher. Nous simplifierons la vie des entreprises, en transformant le CICE en allégement permanent de cotisations sociales de 6 points. Cela permettra de faire gagner du temps aux employeurs des petites entreprises. Nous faciliterons l’embauche des salariés peu qualifiés, en atteignant zéro charge générale au niveau du SMIC. Pour les entreprises, c’est une baisse de charges de près 1800 euros par an et par salarié, lorsque celui-ci est payé au SMIC par exemple, ou qu’elles pourront investir en nouveaux projets et équipements. Nous créerons des “emplois francs”. Lorsqu’une entreprise, où qu’elle soit située, embauchera un habitant des quartiers prioritaires de la politique de la ville en CDI, elle bénéficiera d’une prime de 15 000 euros, étalée sur les trois premières années : ce sera comme si elle ne payait plus de charges. En CDD, la prime sera de 5000 euros sur les deux premières années. Objectif 3 : Nous rendrons la vie plus simple à ceux qui créent du travail, pour eux-mêmes comme pour les autres. Aujourd’hui, créer de l'emploi est souvent trop compliqué : ceux qui veulent lancer leur projet, embaucher, oser sont souvent confrontés à des complications nombreuses. Demain, nous ferons en sorte de soutenir les personnes qui veulent embaucher, investir et vivre de leur travail. Nous créerons un code du travail digital pour mieux accompagner les PME dans les décisions qu’elles prennent. Parce que la réglementation du travail est souvent trop complexe, un site donnera accès aux PME aux obligations légales et conventionnelles à respecter, ainsi qu’à des conseils fournis par l’administration. Les réponses fournies en ligne seront valables face à cette dernière. Nous réduirons nettement les cotisations sociales qui pèsent sur les indépendants (professions libérales, commerçants, artisans, agriculteurs…) : 500 euros de moins par an pour un revenu de 3000 euros nets par mois. Nous supprimerons la caisse qui gère le Régime Social des Indépendants (RSI) pour l’adosser au régime général, afin que tous bénéficient de la même qualité de service et des mêmes droits. Nous supprimerons les charges des microentreprises nouveau nom des auto-entrepreneurs) la première année et doublerons les plafonds pour permettre à plus d’entreprises de bénéficier de cette mesure et du régime fiscal de la microentreprise. Nous permettrons à tous les artisans et commerçants, chaque année, d’opter ou non, selon leur besoin, pour le régime fiscal de la microentreprise. Nous ferons un effort massif pour l’apprentissage. Pour que les jeunes en difficulté scolaire puissent réussir leur apprentissage, nous développerons les périodes de pré-apprentissage. Pour donner des perspectives d'emplois aux lycéens de la filière professionnelle, nous développerons l'alternance dans tous les lycées professionnels. Pour que les bacheliers professionnels réussissent dans l'enseignement supérieur, des licences professionnelles seront préparées sur trois ans et en alternance. Nous ferons converger les deux contrats existants (apprentissage et professionalisation) et impliquerons pleinement les branches professionnelles dans la définition des programmes et l’organisation des formations. Nous rassemblerons les aides et subventions existantes dans une aide unique qui sera fonction de la taille de l’entreprise et du niveau de qualification de l’apprenti. L'ensemble de la taxe d'apprentissage sera affectée à son financement. Objectif 4 : Nous lutterons contre la précarité. Aujourd’hui, la précarité de l’emploi fait obstacle à l’insertion professionnelle et sociale des jeunes en même temps qu’elle freine le développement des compétences des salariés, quel que soit leur âge, et accroît le risque de pauvreté des plus fragiles. Demain, nous mettrons les entreprises entretenant la précarité en face de leurs responsabilités. Nous instaurerons un système de bonus-malus sur les cotisations d’assurance chômage. Les employeurs qui entretiennent la précarité par un recours excessif aux contrats courts paieront plus, ceux qui créent des emplois stables et pérennes paieront moins. Nous réduirons l’incertitude sur les coûts de licenciement, pour favoriser l’embauche en emploi stable. Nous instaurerons un plafond et un plancher pour les indemnités prud’homales pour licenciement sans cause réelle et sérieuse (hormis les cas de discrimination, de harcèlement, etc.). Le plancher permettra de protéger les droits des employés. Le plafond donnera aux entreprises une visibilité et une assurance qui permettront de lever les freins à l’embauche en CDI. Objectif 5 : Nous mettrons en place de nouvelles sécurités professionnelles pour tous ceux qui ont ou cherchent un emploi. « Les changements économiques et la révolution numérique vont transformer le marché du travail. Cela rend une projection professionnelle incertaine avec le sentiment d'un manque de stabilité dans la future carrière professionnelle. » – Thomas Haute-Garonne, apprenti, 26 ans – La Grande Marche Aujourd’hui, les carrières ne sont plus linéaires et les Français sont de plus en plus nombreux à devoir changer de métier ou passer par le chômage au cours de leur vie professionnelle. Dans un monde incertain, les travailleurs ne sont pas tous logés à la même enseigne. Ils n’ont pas les mêmes droits au chômage. Les 2-3 millions de travailleurs indépendants en France n’ont pas l’assurance d’une sécurité face à la perte d’activité, et ne bénéficient pas d’assez de formations de bonne qualité. Ceux qui ont un emploi stable n’osent souvent pas prendre le risque d’évoluer professionnellement lorsqu’ils ne trouvent pas leur compte dans leur travail. Demain, nous devons rebâtir une véritable sécurité professionnelle, universelle, simple et efficace, qui puisse accompagner chacun d'entre nous, quel que soit notre statut. Cette sécurité devra faire plus pour ceux qui ont moins. Nous mettrons en place une assurance chômage pour tous, parce que dans un monde qui se transforme, le chômage ne peut plus être un risque contre lequel certains se couvrent à titre individuel, d’autres par des garanties collectives qui se fragilisent. Elle couvrira tous les actifs – salariés, artisans, commerçants indépendants, entrepreneurs, professions libérales, agriculteurs – et facilitera les transitions d’un statut à un autre. Nous ouvrirons les droits à l'assurance-chômage aux salariés qui démissionnent. Tous les cinq ans, chacun y aura droit, s’il choisit de démissionner pour changer d’activité ou développer son propre projet professionnel. Ceci incitera les entreprises à investir pour améliorer la qualité de vie au travail afin de conserver leurs salariés, dont nous renforçons le pouvoir de négociation. La contrepartie de ces droits nouveaux sera un contrôle accru de la recherche d’emploi, pour lequel les moyens de Pôle Emploi seront renforcés et les sanctions rendues justes et crédibles. À l'arrivée à Pôle Emploi, un bilan de compétence sera réalisé dans les 15 jours. Si plus de deux emplois décents, selon des critères de salaire et de qualification sont refusées, ou que l'intensité de la recherche d'emploi est insuffisante, alors les allocations seront suspendues. Parce qu’il assume en dernier ressort la responsabilité du chômage et de la précarité, l’État prendra en charge le système d’assurance-chômage en y associant l’ensemble des parties prenantes et en particulier les partenaires sociaux. Nous rendrons plus transparente et plus efficace la formation professionnelle pour que se former devienne une démarche simple et naturelle Le système de formation doit être entièrement réformé. A l’heure actuelle, l’accès à la formation est un parcours d’obstacles, et les choix sont souvent limités à des listes de formations qui ne correspondent pas toujours aux aspirations individuelles, ni aux besoins du marché du travail. On ne connaît pas la qualité ni les débouchés des formations proposées. La majeure partie des contributions actuelles des entreprises pour la formation sera progressivement converti en droits individuels pour les actifs. Chacun pourra s’adresser directement aux prestataires de formation, selon ses besoins. Le système sera simple. Les droits seront d’autant plus élevés que les besoins de qualification sont importants. Le système sera juste. Chacun disposera d’une information simple sur les résultats concrets de chaque formation, de chaque accompagnement (retour à l’emploi, impact sur la trajectoire salariale…) car tous les organismes seront soumis à labellisation et obligés d'afficher leurs performances : plus personne ne s’engagera dans une formation sans savoir à quoi elle mène ni quelle est sa qualité. Le système sera transparent. Aujourd’hui, les droits à la formation des personnes fragiles sont insuffisants, car ils dépendent essentiellement de l’activité salariée. Les jeunes et les chômeurs de longue durée en sont largement exclus. Les droits sont les mêmes pour tous, alors qu’ils devraient être renforcés pour ceux qui en ont le plus besoin, et en premier lieu pour les chômeurs. Demain, 15 milliards d’euros de notre Plan d’investissement seront consacrés à l’acquisition des compétences par ceux qui en ont le plus besoin. C’est un effort sans précédent, à la hauteur de nos besoins. Nous investirons massivement dans l’acquisition des compétences Nous formerons 1 million de jeunes peu qualifiés éloignés de l’emploi. Nous formerons 1 million de chômeurs de longue durée faiblement qualifiés. Nous poursuivrons la généralisation de la Garantie jeunes. Ce parcours d’accompagnement intensif assorti d’une allocation sera proposé à tous les jeunes précaires ni en formation ni en emploi. Objectif 6 : Nous ferons confiance aux salariés et aux entreprises pour négocier au plus près du terrain. «Définir les fondamentaux dans la loi, comme l’égalité femmes/ hommes ou le salaire minimum, mais permettre, par accords majoritaires, de trouver de nouvelles souplesses au niveau de l’entreprise ou de la branche » – Comité Monceau – En Marche Aujourd’hui, les différents secteurs d’activité ne vivent pas la même réalité économique : l’agriculture et l’industrie, le luxe et la coiffure ont peu en commun pour ce qui est de la situation de l’emploi et de l’exercice des métiers. Une PME a peu en commun avec le grand groupe. Comment peut-on prendre en compte ces réalités différentes tout en donnant le même cadre général à tous ? Nous proposons de définir les règles qui régissent le quotidien des salariés au plus près de là où ils travaillent, dans l’entreprise. Demain, les rôles respectifs de la loi, de l'accord de branche et de l'accord d'entreprise seront redéfinis. Les acteurs de la négociation collective, en particulier les syndicats de salariés, verront leur place renforcée. Les négociations à l’échelle de l’entreprise, ou à défaut l’accord conclu au niveau de la branche, seront privilégiés. Nous permettrons de négocier au plus près du terrain. Le Code du travail définit un socle de droits et de règles (durée légale du travail, salaire minimum, égalité professionnelle...), qui continuera de s’imposer aux entreprises. Au-delà, la primauté sera donnée aux accords d'entreprise sur les accords de branche. Tout accord d'entreprise résultera soit d'un accord majoritaire avec les syndicats, soit d'un référendum à l'initiative de l'employeur ou des syndicats sur la base d'un accord minoritaire. C’est seulement à défaut d’accord d’entreprise que la branche interviendra. Ainsi, les conditions de travail et les salaires notamment seront négociés au plus près du terrain. Une démarche volontariste sera engagée pour réduire fortement le nombre de branches à celles qui pourront pleinement participer à une politique de filière au-delà des métiers et des secteurs : nous pouvons viser d’en avoir entre cinquante et cent. Nous simplifierons les instances de représentation du personnel pour un dialogue social plus efficace. Une instance unique de représentation reprenant l’ensemble des attributions des comités d’entreprises, délégués du personnel et CHSCT serait mise en place dans toutes les entreprises et tous les groupes sans limitation de plafond, sauf accord d'entreprise visant à maintenir les instances existantes ou à en créer de nouvelles. Nous renforcerons la formation des représentants des salariés. Au-delà des compétences en droit social, ces formations doivent aussi porter sur les enjeux spécifiques de la gestion d’une entreprise, pour que syndicats et employeurs parviennent à mieux se comprendre et aboutir à des solutions communes plutôt que de confronter des positions stériles. Nous permettrons à chaque salarié d’apporter des ressources financées par l’employeur au syndicat de son choix. Nous encouragerons l’engagement syndical, la reconnaissance de celui-ci dans les carrières au sein des entreprises et nous lutterons contre la discrimination syndicale.
  11. qui a dit que je niais ? bien au contraire , je trouve que les salaires ne sont pas assez élevés en France , qu'on tape trop sur les revenus du travail au profit de la rente ... pour la première remarque ça concerne les entreprises et pas le gouvernement , pour la deuxième on a avancé un peu avec cette baisse des cotisations salariales .. Il y a bien sûr cette inégalité salariale entre ceux qui gagnent 60 fois le SMIC et ceux qui sont au smic ... ce n'est pas vraiment aussi un problème de gouvernement ... limiter aussi la part des dividendes dans la répartition des bénéfices .. la prime" Macron" va dans ce sens là en prélevant sur les bénéfices une petite redistribution vers la masse salariale ,au détriment j'espère du versement de dividendes et pas sur la R&D ...Il y a des avancées , mais sans révolution c'est mieux pour tout le monde ... tu n'as pas vécu la période Sarkozy ? même Hollande ! ... Maintenant qu'ils ne sont plus au gouvernement ,ils sont redevenus populaires ... chaque fois qu'un président veut réformer ce système sclérosé de petits privilèges et d'avantages indus c'est un tollé ... souvent ils reculent , pas Macron ...
  12. stvi

    "Il m'a volé ma vie" !

    à partir de quel âge faut il assimiler une personne âgée à un handicapé , et à partir de quel handicap faut il interdire la conduite ? ....
  13. si les réformes nécessaires pour enrayer une dégringolade c'est "foutre le bordel " alors on peut être heureux qu'un président fasse le boulot que depuis des dizaines d'années les présidents successifs ont eu la lâcheté d'éviter ...
  14. la liberté n'existe plus vraiment ? je suppose que tu parles de la tienne et comme sa liberté s'arrête ou commence celle du voisin , je pense que tu trouves que la tienne n'est pas assez large et celle du voisin trop envahissante .. et qui aurait tu mis en face de Macron ? JLM le bolivarien admirateur de Maduro ? Fillon le voleur? , DA le benêt ? Hamon l'utopiste ? Macron a gagné haut la main tout simplement parce qu'il est meilleur que n'importe qui sur la scène politique et le plus capable de réformer ce pays , pour le mettre au même niveau que les pays scandinaves , ce qui lui attire haine et jalousie ...
  15. mais on se fout des cas particuliers ... et encore , si comme tu l'avances tu as une retraite mini , tu ne paies pas de CSG , et tu ne paies plus de taxe d'habitation ...ce qui pour beaucoup fait une économie d'une vingtaine d'euros ... pour ceux qui sont au minimum vieillesse ( qui va atteindre les 900 euros dans les mois à venir ) c'est une bénédiction ... et tu devrais donc avoir une augmentation de ton pouvoir d'achat , à moins que tu paies la CSG plein pot ... je soupçonne que tu nous mènes en bateau , un coup tu habites une maison dont tu es propriétaire isolée dans la campagne et le lendemain c'est un appartement et tu conduis une voiture ... remarque tu as peut être les deux avec une maison de campagne ... tout à fait Il suffit de lire le post cité plus haut ... Mais pourquoi j'ai pensé que c'était toi qui postait au lieu de @bibifricotin
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité