FFr Mag'

  • billets
    462
  • commentaires
    1 209
  • vues
    3 251 144

Contributeurs à ce blog

Littérature

Maïwenn

15 vues

Le jour où le féminisme m'a frappée en plein coeur

« Toilettes pour femmes » de Marilyn French

Marilyn French est américaine, née à New-York le 21 novembre 1929. Elle se marie à l'âge de 21 ans, obtient un master d'anglais en 1964, puis divorce en 1967 après 17 ans d'un mariage qu'elle qualifiera de malheureux. Est-ce pour elle la découverte de la liberté ? Toujours est-il qu'elle reprend des études à Harvard et y obtient un doctorat en littérature.

En 1977, cette militante convaincue des droits des femmes publie « Toilettes pour femmes », dont 20 millions d'exemplaires, traduits en une vingtaine de langues seront vendus.

Ce roman profondément féministe, dur et bouleversant, m'est tombé entre les mains lorsque j'avais 20 ans. Il a changé ma vision des hommes, des femmes et de leurs relations.

On y suit le parcours de Mira, depuis son enfance jusqu'à sa vie de femme -presque- libre, en passant par sa condition de femme au foyer dans une banlieue de l'Amérique des années 50.

Mira est une femme comme tant d'autres, d'abord adolescente qui rêve du prince charmant, étudiante que l'on remet vite à sa place d'inférieure, femme au foyer d'abord si heureuse d'être dans la norme, mais découvrant rapidement les désillusions, les frustrations, pour finalement ouvrir les yeux et conquérir son indépendance en découvrant la solidarité et l'amitié féminines.

Destins croisés de femmes, culpabilité inculquée à l'épouse, à la mère, femmes qui s'effacent et se nient pour des époux méprisants et des enfants indifférents, discriminations, viols... Comment croire que ces mots écrits il y a plus de 30 ans, sonnent encore si juste ?

Elles font leur devoir, subissent, se taisent, aiment d'amour et se lient d'amitié, s'éveillent, réfléchissent, discutent, se révoltent parfois, boivent trop, espèrent, se suicident aussi, se relèvent souvent...

La manière qu'a Marilyn French d'aborder les thèmes du couple, de la sexualité ou encore de la grossesse est totalement iconoclaste, surtout pour l'époque. Elle casse notamment le mythe de la maternité épanouie et radieuse : devenir mère, c'est d'abord souffrir puis résumer sa vie à « la merde et les haricots verts », dit-elle.

Certains trouveront sans doute le trait outré, la peinture faite de l'homme odieuse et caricaturale. Pour ma part, j'ai été emportée dans la bourrasque violente de ces quotidiens si banals ; j'ai reconnu mes surs, partagé leur douleur, ri et pleuré avec Mira, Val, Iso, Kyla et toutes les autres, dévoré les pages et refermé le livre bouleversée, désespérée, renforcée, changée...

Marilyn French a combattu et vaincu un cancer de l'sophage en 1992, contre le pronostic des médecins qui lui donnaient alors quelques mois à vivre. Elle est décédée le 2 mai 2009 d'une crise cardiaque à l'âge de 79 ans.

Quelques-uns de ses ouvrages :

•Les bons sentiments, 1982 (les difficiles relations amoureuses entre les hommes et les femmes)

•Telle mère, telle fille, 1990 (comment le poids de l'héritage familial peut briser une vie, qu'on croyait pourtant réussie)

•La guerre contre les femmes, 1992 (essai)

•Notre père, 1997 (drame familial ; quatre surs que tout sépare se retrouvent au chevet de leur père mourant, se heurtent et se rapprochent autour de l'ombre d'un lourd secret...)

Chapacha




0 Commentaire


Aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant