Aller au contenu

Noisettes

Membre+
  • Compteur de contenus

    10 132
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    3
  • Points

    1,787 [ Donate ]

Noisettes a gagné pour la dernière fois le 20 mai 2012

Noisettes a eu le contenu le plus aimé !

6 abonnés

À propos de Noisettes

  • Date de naissance 20/02/1984

Informations Personnelles

  • Titre
    Un manuscrit dans une main, une boussole dans l'autre
  • Sexe
    Femme
  • Lieu
    Paris
  • Intérêts
    Le théâtre
    l'Histoire
    la géographie
    décortiquer la presse
    une grande passion pour la politique
    le roller
    la littérature
    les dessins animés et les séries télés anciennes

Visiteurs récents du profil

50 615 visualisations du profil

Noisettes's Achievements

Forumeur forcené

Forumeur forcené (8/14)

  • Dévoué Rare
  • Première semaine terminée
  • Un mois plus tard
  • Un an ici Rare
  • Réagit bien Rare

Badges récents

2,8 k

Réputation sur la communauté

  1. Nous sommes d'accord mais cette termominologie indiquent bien la mentalité des gens : ils considèrent la médecine comme un bien de consommation et ils estiment que leur médecins doivent répondre positivement à toute leurs demandes et râlent quand ce n'est pas le cas.
  2. Sauf que depuis des années, les patients des médecins se disent clients (j'entends ça tous les jours dans mon travail).
  3. Personne n'est à l'abri d'un accident de la vie qui peut le faire basculer de l'autre côté de la barrière et les enfants, malheureusement, en sont des victimes collatérales.
  4. L'histoire et la géographie pour celles que j'aimais. L'anglais pour celle que je détestais.
  5. Pour la petite histoire, les classes sociales n'existait plus en URSS qui était devenu la patrie des prolétaires et des ouvriers. Les bourgeois ont soit fuis le pays au moment de la Révolution Russe de 1917, soit ils ont été assassinés par les armes bolcheviques où alors, pour rester dans le pays, ils ont renoncé à leurs biens. Si Gorbatchev qui est effectivement fils de paysan, il faut savoir que son père était très actif dans le parti communiste et qu'il allait à la chasse au Koulaks (je te laisse faire une petite recherche dessus) et que le grand-père de Gorbatchev a été interné dans un goulag car il était considéré comme Koulak. De plus, Gorbatchev a fait toute sa carrière politique au sein du parti et dans l'URSS, il fallait avoir sa carte du parti pour faire carrière, peu importe l'origine sociale de la personne.
  6. Comme je l'ai dit dans un post prédécent, l'acronyme URSS signifie Union des Républiques Socialistes Soviétiques qui était au nombre de quinze. En plus de la Russie, il y avait les pays Baltes (Estonie Lituanie et la Lettonie), l'Ukraine, le Caucase, la Géorgie (d'où était originaire Staline), le Kazakhstan, Ouzbékistan, la Téchchénie et d'autres dont les noms m'échappe.
  7. En 1985, quand Gorbatchev est arrivé, le pays était à bout de souffle, tant que politiquement, économiquement et socialement. La corruption au sein du parti était endémique, l'instustrie du pays ne tenait plus et l'agriculture collectiviste était à bout de souffle sans oublié les conflits ethniques au sein de l'URSS (Le pays était composé de quinze république et que URSS signifie Union des Républiques Socialistes Soviétiques). Les réformes qu'il a entreprit par la Glansot et la Péréoïska devait permette au pays de se relever du marasme dans lequel il était empêtré depuis des années. Mais paradoxalement, c'est par sa volonté de réformer le régime que ce dernier est tombé, alors que ce n'était pas sa volonté. De plus, il ne faut pas oublié que L'URSS avait des États Satellites qui eux-aussi, ne pouvait plus vivre sous l'autoritarisme de Moscou et quand une brèche s'est ouverte dans le Rideau de Fer, à la frontière austro-hongroise, à l'été 1989 il a eu l'intelligence de ne pas faire intervenir les chars de l'armée Rouge et réprimer ce geste par un bain de sang, idem avec la chute du Mur de Berlin le 9 novembre 1989. Il a compris que le bloc de l'Est était en train de se fissurer et qu'il ne pouvait pas mater dans le sang les véhélités d'indépendance des pays satellites et des Républiques qui composaient L'URSS alors il a cherché à créer des alliances avec les pays frontaliers par le biais de la CEI (Communauté des États Indépendants).
  8. Un petit conseil, documentes-toi sur la situation politique, économique et sociale de l'URSS à son arrivée au pouvoir à la fin de l'année 1985 jusqu'à la la dissolution du pays en 1991. Les réformes qu'il avait entrepris devaient remettre l'URSS sur les rails et non la faire sauter. Sauf que cela a eu l'effet inverse et à la différence d'un Staline ou d'un Brejnev, il a eu l'intelligence de ne faire appel aux chars soviétiques quand la Hongrie a ouvert sa frontière avec l'Autriche. Idem quand le mur de Berlin est tombée.
  9. Plusieurs facteurs expliquent la pénurie de médecins : les médecins qui partent à la retraite et qui ne sont pas replacés, le numerus clausus en place pendant plus trente ans qui a limité le nombre d'étudiants pouvant accéder de la première à la deuxième année, le veillissement de la population. Sans oublier le problème des déserts médicaux.
  10. Et après, le gens se plaignent que les médecins ne prennent plus de nouveaux patients...
  11. Je viens de finir un roman d'une auteur argentine, Lucía Puenzo, dont le titre est Invisibles. C'est l'histoire de trois enfants des rues de Buenos Aires qui vivent de larçins en tous genres et comme ce sont de très bons cambrioleurs, ils sont engagés par un types pour cambrioler des riches villas sur le bord de la mer urugayennes.
  12. Je n'aurais pas pensé que ma commune girondine voterait majoritairement pour Mélenchon. En revanche, j'aurais été plus que surprise que l'arrondissement parisienne dans lequel j'ai grandis et vécu plus de trente ans vote majoritairement pour Macron.
  13. J'ai appris à me méfier des médias au cours des années car pour manipuler les esprits, ils ne sont pas mauvais. Et je précise que je suis pas anti-vax, ni complotiste ou d'autre trucs dans ce genre. Ce que je constate dans le cadre de mon travail, c'est qu'on est parvenu à faire peur aux gens.
×