Noisettes

Membre+
  • Compteur de contenus

    9 321
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Noisettes

  • Rang
    Un manuscrit dans une main, une boussole dans l'autre
  • Date de naissance 20/02/1984

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Lieu
    Paris
  • Intérêts
    Le théâtre
    l'Histoire
    la géographie
    décortiquer la presse
    une grande passion pour la politique
    le roller
    la littérature
    les dessins animés et les séries télés anciennes

Visiteurs récents du profil

41 154 visualisations du profil
  1. Apparemment, la mère a pu s'extraire avec le plus jeune des enfants mais n'a pas pu revenir pour récupérer la grande.
  2. C'était un Européen mais là n'est pas la question. Il a outrepassé sa fonction quand il a insinué que mon frère, par son patronyme et la cicatrise qu'il a à la joue, es un délinquant victime d'un règlement communautariste en utilisant les termes dealers maghrébins. Mais il a compris que la grande sœur qui est présente n'est pas une idiote et qu'elle maîtrise l'histoire de France, c'est de cette façon que je l'ai renvoyé dans les cordes. Vive l'enseignement de l'histoire.
  3. Ce' n'est pas un fantasme, mais du vécu dans une grande ville qui se nomme Paris (ma famille y est installée depuis quatre générations). Depuis qu'il a seize ans, mon frère enchaine les contrôles d'identité sans rien dire mais exaspérer par ces contrôles, mais le jour où le flic a fait référence à la cicatrice qu'il a sur la joue en insinuant que c'était un règlement de compte entre dealers "maghrébins" . J'ai vu mon frère bouillir car ce flic a fait deux interprétations foireuses : la première est cette cicatrice qui est le fait d'un accident domestique alors que mon frère avait 5 ans et la deuxième, du fait de notre patronyme, a cru qu'ont était des enfants issus de l'immigration. C'est là que je l'ai remis à sa place en plus expliquant que son raisonnement était faux car notre mère, ainsi que les grand-parents maternels sont français depuis au moins le courant du XVIIIe siècle et que mon frère est moi sommes FRANÇAIS (nés en FRANCE et élevés dans la culture et les valeurs françaises). Voilà comment un contrôle d'identité virer à l'affrontement. Et encore, avec mon frère on s'en est pas trop mal sortis et le flic en question a du apprendre, depuis, qui était Tallayrand (et oui il a eu le droit à un cours d'Histoire de France).
  4. Un jour, mon frère s'est fait contrôlé et cela a finir très mal finir par le flic en question avait fait de la provocation et heureusement que j'étais là pour éviter que mon frère saute à la gorge du flic. Mais en parallèle, le flic en question a passé 5 minutes qu'il n'a pas du oublié car il est devenu blanc quand j'ai fait référence à une plainte pour discrimination.
  5. Peut-être qu'il y a un ras-le-bol des contrôle aux faciès. Mon frère a la peau légèrement basané (il a pris le côté méditerrané des deux cotés de la famille) un look, comment dirais-je, particulier. Un jour, alors qu'il était en pause déjeuner dans un parc près de son boulot, il se fait contrôler (c'était son deuxième contrôle de la journée), trois flics viennent à sa rencontre et en plus de faire un contrôle d'identité, ils exigent qu'ils sortent tous ce qu'il a dans ses poches. Mon frère refuse d'un air désinvolte et il se retrouve avec une fouille. Ils trouvent dans ses poches son paquet de tabac, son briquet et ses feuilles à rouler en plus de ses clés et de son téléphone. Ils mettent la main sur la cigarette qu'il venait de se rouler et la déroule pour voir s'il y a autre chose que du tabac dedans (ils pensaient trouver autre chose mais ont fait chou blanc). Ils ouvrent ensuite sa bouteille de coca et ils trouvent rien que du coca. Pendant ce temps, mon frère a exprimé son exaspération et l'un des flics lui a dit qu'ils pouvaient finir le contrôle au commissariat. Le même jour, en rentrant chez lui, un nouveau contrôle d'identité (le 3e en moins de 24h) et là, il a légèrement explosé en disant eux flics qu'ile avaient mieux à faire et que la seule chose qu'il voulait, c'est rentré chez lui après sa journée de travail et le flic lui a dit " pourquoi tu es là si tu veux rentrer chez toi, dans le 9.3". Mon frère lui dit que son collègue a sa carte d'identité et que son adresse figure dessus. Quelle n'a pas été la surprise du flic quand il a vue que mon frère à 50m de là... dans le 16e arrondissement de Paris. Il en a plus que marre de se faire contrôler constamment pour X ou Y raisons.
  6. L'été dernier, un jeudi après-midi , en allant au travail, un type m'accoste dans le train et... me demande mon tour de poitrine. Tout ça parce qu'il faisait plus de 30° degré et que j'étais en débardeur Je l'ai envoyé paître comme jamais je n'ai envoyé paître quelqu'un en lui disant que primo, ce n'est pas le genre de chose à demander à une inconnue, que deuzio, ce n'est pas une question à poser parce que c'est incorrecte et mal polie et que tertio (c'est là que le mât a fait très mal), il n'avait aucune éducation. Je voulais lui dire que le cerveau se trouve dans la tête et non au niveau de la ceinture mais je me suis abstenue. Il est allé s'asseoir tout penaud. Avoir une poitrine généreuse n'est pas une partie de plaisir mais si en plus on doit gérer des mecs qui n'ont rien dans le crane à chaque fois qu'on met un débardeur, on ne sort plus de chez soi.
  7. Passer un certain âge, si tu n'as pas d'enfants, tu es vu comme un extra-terrestre et on te fait savoir que ton choix n'est pas le bon. Beaucoup de personnes dans la société ne peuvent admettre que certaines personnes refusent d'avoir des enfants. Et quand tu as des enfants, on te fait comprendre que l'éducation que tu lui donne n'est pas celle qui est voulu par tous.
  8. Faudrait que je remette la main sur les 3 numéros du Canard Enchaîné qui contiennent les comptes de l'hebdo.
  9. Le Canard enchainé n'appartient à personne (si... à ses journalistes qui sont actionnaires de l'hebdo). C'est un journal qui est financièrement autonome dans la mesure où il ne contient aucune page de publicité et qu'il n'est pas sous la coupe d'une banque pour fonctionner. De plus, c'est l'un des rares journaux français à publier ses compte au mois de septembre
  10. Il vaux mieux qu'un couple divorce quand il ne s'entend plus que de se foutre sur la gueule devant les enfants. Ce n'est pas les ruptures qui démolissent les enfants mais l'hypocrisie.
  11. Est-ce que le stage en question est le stage "bricolage" de 3e par hasard ?
  12. Je crois que le problème vient de l’État qui gère la CMU et l'AME. Est-il normal qu'un médecin doit attendre entre 6 mois à un an pour d'être payé après avoir soigner un bénéficiaire de la CMU ou de l'AME ? Pour faire face au coût de fonctionnement du cabinet (loyer, assurances diverses et variés, factures a régler, salaire de la secrétaire) et se dégager un salaire, un médecin ne peut pas attendre un an avant que l’État paie les consultations des personnes bénéficiaires de la CMU ou de l'AME. Ce refus d'accepter les bénéficiaires de la CMU et de l'AME cabinet vient du fait que les délais de paiement des médecins sont très longs alors que leur frais ne font qu'augmenter. Cependant, beaucoup de ces médecins exercent l'hôpital et ils les prennent en consultations. Sur cette problématique, l’État doit prendre ses responsabilités et ne pas rejeter la faute sur les médecins.
  13. Avec mon mari, on a eu la même intuition sur l'informateur en question.
  14. N'aurait-on pas suicidé Pierre Bérégovoy ?