Aller au contenu

Yachire

Membre
  • Contenus

    396
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Yachire

  • Rang
    Forumeur survitaminé
  • Date de naissance 07/23/1980

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  1. Hum...Il y a quelques années j''ai été manager dans une boutique appartenant à un groupe d'un célèbre "chausseur". Une fois de plus je vais me faire charrier. Mais il est évident qu'un salarié ayant tenu de tels propos aurait fait objet d'un rapport. Je ne sais pas s'il aurait été renvoyé, mais il est certain que sa carrière de vendeur aurait été très compromis et serait cantonné à la réserve.
  2. Chiche.... Donnez moi votre adresse et je vous envois les qualificatifs de vos dérapages.
  3. Comme la plupart de vos propositions sont contraires aux lois de notre pays et pourraient même être qualifiées de discrimlinantes, j'espère que vous n'êtes pas un "immigré" .
  4. Désolé mais ce n'est pas le cas. POLITIQUES 30/09/2010 À 00H00 La droite dure échoue à entailler le droit du sol Immigration . L’amendement qui supprimait l’automaticité de l’acquisition de la nationalité pour les enfants nés de parents étrangers a été rejeté hier. Le droit du sol est-il menacé en France ? Les députés en ont longuement discuté hier à l’Assemblée nationale, lors de la seconde journée de débat sur l’immigration. Mais ils n’ont pas voté un amendement selon lequel un enfant né en France de parents étrangers ne deviendrait plus automatiquement français. Cette disposition, contraire à la tradition républicaine, était proposée par le très droitiste Lionnel Luca (UMP). Le gouvernement s’y est opposé. Mais les auteurs de l’amendement ont pu longuement le défendre. Aujourd’hui, un enfant né en France de parents étrangers est français de plein droit à 18 ans. Mais il peut le devenir à partir de 13 ans si ses parents en font la demande, et à 16 ans si lui-même en manifeste la volonté. Lionnel Luca proposait qu’un étranger puisse, «à partir de l’âge de 16 ans et jusqu’à l’âge de 21 ans, acquérir la nationalité française à condition qu’il en manifeste la volonté». La fin de l’automaticité. http://www.liberatio...le-droit-du-sol
  5. Ce que vous êtes en train d'écrire est encore plus inepte que ce que vous disiez auparavant ! (*) (...) (*)J'avoue que je ne croyais pas que c'était possible. En Israël c'est différent de la France. Israël distingue nationalité et citoyenneté, d'où le propos de Yachire. Voir cet article : Citoyenneté israélienne. En Israël, tu as la citoyenneté israélienne mais la nationalité juive est une sous-catégorie plus restreinte, plus dure d'accès. Que vient faire Israël dans ce débat ???? Vous faisiez une distinction entre nationalité et citoyenneté. Cette distinction est très faible dans notre pays (il faut juste être majeur et pas privé de ses droits civiques), mais fait partie des principes d'Israël.Nos coutumes et nos traditions sont différentes. Si vous ne souhaitez pas qu'on fasse référence à Israël, ne vous appuyez pas sur des conceptions israéliennes comme la distinction entre nationalité et citoyenneté. Je ne m'appuie en aucun cas sur des conceptions Israéliennes. Mon propos consistait à dire que la citoyenneté ne s'acquiert pas uniquement par la naturalisation. Dans la majorité des cas, elle s’acquiert de plein droit à la naissance. A l'avenir évitez ce genre de supputations. Au passage votre source devrait être remise à jour. La Teudat Zehut ne comporte plus ce genre de référence.
  6. je considère qu'un enfant né à l'étranger de façon légitime ou naturelle dont seulement l'un des deux parents bénéficie de la nationalité française, ne devrait pas systématiquement bénéficier de la nationalité française. L'accès à celle ci devrait être facilitée mais pas systématique. Je partage l'avis de Christian Vanneste sur ce sujet (et uniquement sur celui-ci) : «Nous devons remettre en cause le caractère sacré du droit du sol, et ériger en critère absolu la volonté de devenir français». Autrement dit, la nationalité Française ne devrait plus être automatiquement accordée aux enfants nés des parents étrangers à leur majorité, mais après que ceux-ci en aient exprimé la volonté. Au passage si vos interventions consistent systématiquement à attaquer les membres de ce forum, je vous conseille de cesser cette pratique avec moi.
  7. Ce que vous êtes en train d'écrire est encore plus inepte que ce que vous disiez auparavant ! (*) (...) (*)J'avoue que je ne croyais pas que c'était possible. En Israël c'est différent de la France. Israël distingue nationalité et citoyenneté, d'où le propos de Yachire. Voir cet article : Citoyenneté israélienne. En Israël, tu as la citoyenneté israélienne mais la nationalité juive est une sous-catégorie plus restreinte, plus dure d'accès. Que vient faire Israël dans ce débat ???? La citoyenneté française est liée à la détention de la nationalité française. http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/citoyen/citoyennete/citoyen-france/comment-devient-on-citoyen-francais.html Cela devient très gênant que vous rameniez régulièrement mes propos à mes origines.
  8. Vu que c'est déjà le cas, vous avez perdu une occasion de vous taire... Cela pourrait sans doute vous aider à rester courtois..... Et naturalisation, ne signifie pas citoyenneté. L’attribution de la citoyenneté par droit du sang ou du sol doit être plus restrictive. Vu que c'est déjà le cas, vous avez perdu une occasion de vous taire... Cela pourrait sans doute vous aider à rester courtois..... Et naturalisation, ne signifie pas citoyenneté. L’attribution de la nationalité par droit du sang ou du sol doit être plus restrictive.
  9. Plusieurs pistes pourraient être explorées mais elle ne sont pas forcément populaires: - cours de civisme et de valeurs républicaines obligatoires à tout immigrant. Test de citoyenneté. - mise en place de cours de français pour chaque nouveau résident. - Visa de résident permanent sur une période de 5 ans avant d'obtenir la citoyenneté. ...... J'entend déjà retentir les sirènes des associations antiracistes !
  10. Guéant c'est comme la famille Le Pen: un constat juste (bien que l'on peut contester ces chiffres), mais aucune proposition. Je suis ce que l'on appelle un "immigré", je préfère dire un Français, "naturalisé" si cela m'est demandé. D'ailleurs, Combien de temps doit on se considérer ou être considéré comme un immigré avant de devenir à part entière Français ? Originaire de l'Est, je suis arrivé à l'âge de 10 ans en France. Ne parlant pas un mot de français, j'ai été placé dans ce que l'on appelle une classe spécialisée pour non francophones, composée très majoritairement d'Africains et maghrébins. On peut être interloqué que l’intégration passe par une "ghettoisaïtion" des enfants immigrés. Durant cette courte période, l'école ne m'a été d'aucune utilité. Les seuls souvenirs que j'en garde, sont l'apprentissage des noms des légumes qui composent le couscous et la fabrication de drapeaux des pays dont nous étions originaires. Celui de la France avait été oublié. Finalement, c'est dans la cours de récréation que j'apprenais le plus de mots. Malheureusement, il s'agissait surtout de grossièretés ou expressions arabes. Face à ce système, les familles sont désarmées. Durant trois mois, mes parents ont remué ciel et terre pour me faire changer d'école ou de classe. L’Académie considérait qu'il s'agissait d'un cursus normal, l’assistante sociale se disait incompétente en la matière et les courriers faits au Maire restaient lettres mortes. Il faut bien dire que l’assistante sociale était gênée par notre situation. Elle avait bien une liste d’associations pour nous aider, mais l'association franco-tunisienne ou encore "maghrébins de France" ne nous étaient d'aucune utlité. Et mon père avait la fierté de ne pas quémander. Nous ne voulions pas une aide financière ou alimentaire mais une aide pour nous intégrer. Face à cette situation mes parents ont décidé de changer de région et résider dans une petite commune. Là j'ai suivi une scolarité normale dans une école républicaine, comme on peut se l'imaginer. J'ai été encadré par des enseignants formidables et accepté de tous. Nous nous sommes parfaitement intégrés que ce soit d'un plan social, humain que professionnel. Donc oui il y a un problème de gestion de nouveaux arrivants. Mais l'Etat n'est pas le seul responsable. Les personnes doivent aussi faire un effort.
  11. Les dos d'ânes sont très efficaces.Mais une fois de plus nous subissons des désagréments de confort à la conduite à cause d'inconscients. . Sans même parler du coût pour la commune. Pour le panneau de signalement du village, là c'est du concret. Demain je m'amuserai à prendre une ou deux photos. 100 m avant: virage très dangereux, non signalé. Zone à 90 km/h. 100 m après : panneau de village avec limitation de vitesse à 50km/h. Magnifique ligne droite, au milieu des champs sans aucune habitation dans un rayon d' 1 km. Si vous rajoutez des panneaux de signalement de danger, pourquoi pas....Mais après je ne pourrai pas deviner les zones accidentogènes. Dans l'idéal, les radars fixes devraient être placés à des endroits à fort risque, pour impérativement obliger les conducteurs à réduire leurs vitesses. D'ou l’intérêt de les signaler. Les radars mobiles doivent nous permettent de rester vigilant au cours de tous les déplacements. Et, je suis d'accord pour interdire les avertisseurs de radars en temps réel tel que coyote.
  12. On est aussi en droit de faire preuve d'un peu plus de jugeote qu'eux et de dénoncer point par point leurs actions intelligemment.
  13. Je préférerais qu'ils soient mis devant les écoles, dans des zones à fort taux d'accidents etc.... Désolé mais je respecte les limitations de vitesse. j'ai encore mes 12 points après 12 ans de conduite, malgré les milliers de km je fais par an . Le signalement des radars me rend seulement plus vigilant. Et je me demande s'il vaut mieux que les personnes commencent à ralentir 400m avant ou se mettre debout sur les freins à 5m. Je me suis peut être mal exprimé. Je ne remet pas en cause les limitation de vitesse. Je parlais du risque potentiel d'accidents. Si vous voulez un exemple concret autant je trouve qu'une vitesse de 30 km est justifiée devant les écoles, hôpitaux etc.... Autant je trouve que mettre un panneau de village 1,5km avant celui-ci avec limitation à 50 km sans aucune intersection ni habitation en quasi ligne droite, il y a de quoi se poser des questions.... Conduite plus souple ne veut pas dire conduite en excès de vitesse. Si je sais qu'il y a des radars dans le coin, je me dis qu'en théorie la zone est dangereuse. A moins que les radars ne servent qu'à faire du fric. Donc j'ai tendance à être plus vigilant et lever légèrement le pied.
  14. Je n'ai pas lu les 34 pages....Mais comme tout le monde j'ai ma petite opinion sur les radars ! Je précise que je fais plus de 40 000 km par an. 1. Ils ne sont pas toujours bien placés. Parfois j'ai l'impression que c'est une pompe à fric. Exemple,. Sur la route Mâcon- Bourg, magnifique deux voies en ligne droite au milieu des champs sans aucune intersection: un radar. C'est le Jackpot assuré. 2. La signalisation des radars par les panneaux représente un danger. Les gens ont tendance à piler devant. 3. Les radars devraient être placés dans des endroits dangereux ou la vitesse limitée a une véritable utilité (croisement, sortie des écoles etc....) 4. La suppression de la signalisation des radars par GPS est une erreur. Mon Gps signale 400 m à l'avance un radar. Il signale également les éventuels points des radars mobiles. Cela permet d'avoir une conduite plus souple, anticiper les points dangereux.
  15. Là vous marquez un point durant des années ma commune a subi cette situation. Et il ne s'agissait pas de campements sauvages mais du camping. Même un camping n'est pas adapté à accueillir ce type de population (sans aucun terme péjoratif). Pourquoi ? Il ne s'agit pas de simples campeurs mais d'un mode de vie. Les dépenses énergétiques étaient phénoménales et plus d'une fois il a fallu rétablir l’électricité ( machine à laver, générateurs, télévisions etc....) sans parler de la facture d'eau qui explosait et d'une usure anormale du matériel. Il y a bien eu débat sur une taxe supplémentaire qui a été jugée discriminatoire. Le camping ouvre dorénavant après le pèlerinage de Sainte Marie de la Mer. Je comprend que les gens du voyage peuvent se sentir marginalisés, mais comment voulez-vous qu'une commune de 1500 habitants puisse supporter de telles charges ?
×