• billets
    25
  • commentaires
    124
  • vues
    832 015

À propos de ce blog

Batracien powaa !

Billets dans ce blog

Grenouille Verte

Dans de nombreux sujets du forum, j'ai pu constater que beaucoup reniait l'anticléricalisme français, l'anticléricalisme de nos ancêtres. Mais il fait partie intégrante des valeurs et des racines de la France.

:France: :France: :France:

L'anticléricalisme a été source de nombreux progrès en France, en voila quelques exemples :

  • L'école obligatoire, qui fut un combat de l'instituteur contre le curé
  • La Laïcité, une valeur dont nous pouvons être fier. Certes, les anticléricaux ne sont pas les seuls à avoir permis la laïcité, mais ils y ont grandement contribué.
  • De nombreux écrivains/philosophes qui contribuent rayonnement intellectuel de la France, qui ne nous envierait pas Voltaire ?
  • etc...

voltaire-litterature-philosophie-650829-jpg_446161.JPG

"Dieu ne doit point pâtir des sottises du prêtre."

Voltaire

Le rejet de l'anticléricalisme vient souvent de la volonté de trouver une racine unique (religieuse et chrétienne) à la France. Du coup, on ignore la très riche pensée anticléricale, athée ou déiste.

Faire des "racines chrétiennes" de la France les seules racines de notre pays et effacer le reste de l'Histoire est dangereux.

Cette volonté vient d'un catholicisme fantasmé, idéalisé, qui aurait existé dans notre passé.

Grenouille Verte

En Asie, les grenouilles ont une dimension sacrée, ce sont les messagères du dieu de la pluie. Lorsqu'elle ne coassent plus, elles n'attirent plus les faveurs du ciel.

Les sages orientaux ne sont pas les seuls à comprendre le lien entre le divin et le chant des grenouilles. Dans l'Islam, un haddith d'Al-Muwatta' (La doctrine établie), rapporte que Mahomet, le dernier prophète de l'Islam aurait dit :

"Ne tuez pas les grenouilles, leurs coassement sont des louanges à Dieu".

Mais l'homme est prompt à la colère et à la haine (qui mènent au côté obscur de la force selon la Grenouille évoluée connue sous le nom de Yoda).

dva0510.jpg

Maître Yoda, ou la grenouille du futur

La légende raconte que le jeune Dong Linglang, après avoir perdu tragiquement sa mère, ne supporta plus le cri des grenouille. Il décida, malgré leur caractère sacré, de les ébouillanter. La colère du Ciel ne se fit pas attendre ! La sècheresse s'abattit sur les pauvres villageois. Depuis lors, une cérémonie en l'honneur des grenouilles à lieu tous les ans, pour conjurer la malédiction.

298676613_3c40377cd1.jpg

Danse en l'honneur de Grenouille.

Grenouille Verte

L'actualité de ces dernières années montre l'actualité des Fables de la Fontaine, notamment la fable "Les animaux et la Peste" et à sa morale finale extrêmement connue.

Nous pouvons penser

  • à Bush qui torture sans être jugé,
  • à Polanski qui échappe à son juste châtiment,
  • à Chirac qui se sort de l'imbroglio des emplois fictifs,
  • à Sarkozy qui ignore Karachi,
  • à Frédérique Mitterrand qui publie sans problème un livre sur les jeunes thaïlandais,
  • à DSK qui s'en sort bien de toutes ses affaires de moeurs
  • etc.

Un mal qui répand la terreur,

Mal que le Ciel en sa fureur

Inventa pour punir les crimes de la terre,

La Peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom)

Capable d'enrichir en un jour l'Achéron,

Faisait aux animaux la guerre.

Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :

On n'en voyait point d'occupés

A chercher le soutien d'une mourante vie ;

Nul mets n'excitait leur envie ;

Ni Loups ni Renards n'épiaient

La douce et l'innocente proie.

Les Tourterelles se fuyaient :

Plus d'amour, partant plus de joie.

lion_02.jpg

Le Lion tint conseil, et dit : Mes chers amis,

Je crois que le Ciel a permis

Pour nos péchés cette infortune ;

Que le plus coupable de nous

Se sacrifie aux traits du céleste courroux,

Peut-être il obtiendra la guérison commune.

L'histoire nous apprend qu'en de tels accidents

On fait de pareils dévouements :

Ne nous flattons donc point ; voyons sans indulgence

L'état de notre conscience.

Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons

J'ai dévoré force moutons.

Que m'avaient-ils fait ? Nulle offense :

Même il m'est arrivé quelquefois de manger

Le Berger.

Je me dévouerai donc, s'il le faut ; mais je pense

Qu'il est bon que chacun s'accuse ainsi que moi :

Car on doit souhaiter selon toute justice

Que le plus coupable périsse.

roux10.jpg

- Sire, dit le Renard, vous êtes trop bon Roi ;

Vos scrupules font voir trop de délicatesse ;

Et bien, manger moutons, canaille, sotte espèce,

Est-ce un péché ? Non, non. Vous leur fîtes Seigneur

En les croquant beaucoup d'honneur.

Et quant au Berger l'on peut dire

Qu'il était digne de tous maux,

Etant de ces gens-là qui sur les animaux

Se font un chimérique empire.

Ainsi dit le Renard, et flatteurs d'applaudir.

On n'osa trop approfondir

120px-Panthera_tigris_sumatran_subspecies.jpg175px-Bear_Alaska_%282%29.jpg

Du Tigre, ni de l'Ours, ni des autres puissances,

Les moins pardonnables offenses.

Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples mâtins,

Au dire de chacun, étaient de petits saints.

ane.jpg

L'Ane vint à son tour et dit : J'ai souvenance

Qu'en un pré de Moines passant,

La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et je pense

Quelque diable aussi me poussant,

Je tondis de ce pré la largeur de ma langue.

Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net.

A ces mots on cria haro sur le baudet.

loup-roux-6.thumbnail.jpg

Un Loup quelque peu clerc prouva par sa harangue

Qu'il fallait dévouer ce maudit animal,

Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal.

Sa peccadille fut jugée un cas pendable.

Manger l'herbe d'autrui ! quel crime abominable !

Rien que la mort n'était capable

D'expier son forfait : on le lui fit bien voir.

Selon que vous serez puissant ou misérable,

Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

Retrouvez cette fable sur :

Grenouille Verte

L'un des arguments souvent avancé en faveur de la peine de mort est qu'elle empêcherait la récidive.

Cependant, la peine de mort n'est pas plus efficace que la peine de perpétuité pour cela. Elle est même plus chère, cf cet article du Figaro : L'Amérique s'inquiète du coût de la peine de mort.

Qui plus est, la peine de mort ne concerne qu'une très faible proportion de condamnés. L'impact de cette peine sur les statistiques de la récidive est donc au mieux négligeable. D'ailleurs, on ne constate pas de différence significative dans les chiffres de la récidive entre les pays pratiquant la peine de mort et ceux ne la pratiquant pas.

Remarque :

Cet argument (faible proportion du nombre des condamnés) montre aussi que la peine de mort n'est pas une solution à la surpopulation carcérale.

Les récidivistes ne sont en général pas des personnes condamnées à des dizaines années de prisons, mais à quelques années seulement. Qui pourrait croire qu'un criminel condamné à 5 ans de prison aurait été condamné à mort si cette peine existait encore aujourd'hui ? :gurp:

Grenouille Verte

Prostitution

La prostitution est une activité polémique. Elle pose des problèmes moraux, notamment lié au consentement des prostituées.

L'Europe a beaucoup changé ces derniers sur la question. Plusieurs pays comme l'Allemagne et l'Espagne ont construit des bordels géants, tandis que d'autres, comme la France, hésitent à pénaliser le client (la Suède a déjà franchis le pas).

I La prostitution en France

1/ Aujourd'hui

a/ La situation juridique

La France, actuellement, a choisi de légaliser la prostitution. Se prostituer est donc autorisé par la loi. Par contre, le proxénétisme est formellement interdit et peu mener à des sanctions lourdes. Cet interdit du proxénétisme comprends l'interdit des bordels, qui, dans d'autres pays, sont autorisés.

Les revenus de la prostitution sont imposables (et oui, l'Etat taxe tous les revenus). Les prostituées déclarent leurs revenus dans la case "bénéfices non commerciaux". Cette catégorie, c'est la catégorie "autre" des impôts : y rentre tous ce qui ne rentre dans aucune autre catégorie. Il semble donc normal d'y retrouver la prostitution, car aucune case n'a été prévue spécifiquement pour elles.

Les prostituées paient donc les impôts sur le revenu mais pas la TVA (si vous allez au putes, vous n'aurez pas une taxe de 19.6% ni de 5.5% :dev: ).

Sources :

b/ La situation factuelle

La prostitution en France est multiforme et est dure à chiffrer, faute d'études précises sur le domaine.

Elle comprends la prostitution de rue, qui est la plus médiatisée, mais qui pourrait ne représenter qu'une minorité de l'activité prostitutionnelle. La prostitution de rue était dans les années 80-90 majoritairement le fait de française. Mais avec le développement des réseaux de trafic d'être humain, les étrangères sont devenues majoritaires.

Voici un graphique retraçant cette évolution :

PART DES FEMMES DE NATIONALITÉ ÉTRANGERE PARMI LES FEMMES PROSTITUÉES

DE RUE ENTRE 1994 ET 2009

i3334-2.gif

Cette forme de prostitution s'accompagne d'une hausse du proxénétisme. Les étrangères arrivant en France par différents réseaux. Le proxénétisme a lui aussi changé de nationalité : les proxénète étrangers sont passé de 19% en 1980 à 64% en 2010

Un rapport sur la prostitution a été réalisé par nos députés : RAPPORT D’INFORMATION déposé en application de l’article 145 du Règlement PAR LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES, DE LA LÉGISLATION ET DE L’ADMINISTRATION GÉNÉRALE DE LA RÉPUBLIQUE, en conclusion des travaux d’une mission d’information sur la prostitution en France.

Ce rapport étudie les différents types de prostitution (la prostitution de rue n'est pas la seule forme de prostitution). Au vu des chiffres, la prostitution de rue semble minoritaire.

Il existe aussi une prostitution via le web : Des estimations ont cependant pu être réalisées. Ainsi, d’après M. Laurent Mélito (47), sociologue, qui réalise actuellement des recherches sur l’escorting, il existerait près de 10 000 annonces distinctes sur Internet, à destination de la France, qui apparaissent sur cinq à six sites dédiés. Parmi ces annonces, seules 4 000 seraient le fait de personnes prostituées indépendantes, n’exerçant pas par le biais d’« agences ».

Les prostituées indépendantes seraient minoritaires sur internet :|

Le plus terrifiant est sans aucun doute le chiffre de la prostitution des mineurs.

Il y aurait en France 10 000 mineurs qui se prostituent. Les prostitué(e)s auraient d'ailleurs tendance à commencer leur activité avant l'âge de la majorité.

2/ Dans le passé

a/ L'Homme des cavernes

La prostitution est trop souvent considérée comme le "plus vieux métier du monde". C'est bien évidemment une exagération. La prostitution étant un "service" elle n'a pu apparaître qu'après les métiers du secteurs primaire (comme "chasseur"). De plus, la prostitution nécessite une certaine structure sociale, ainsi que des formes de "monnaie", et est donc apparu récemment dans l'histoire de l'humanité. Son apparition est ultérieure à certains métiers (chasse, agriculture), et probablement ultérieur à certaines découvertes (bronze). La société tribale, par exemple, semble peu compatible avec une activité prostitutionnelle.

Si on remonte 10 000 ans en arrière, on trouvera des tailleurs de pierre, des chasseurs, mais probablement pas de prostituées.

Un article là dessus : Pour en finir avec les clichés : "La prostitution est le plus vieux métier du monde, elle existera toujours."

Pour résumer, la prostitution n'a pas toujours existé et n'existe pas partout, rien ne nous dit qu'elle existera toujours.

b/ La fin des maisons closes

La situation légale des prostituée a changé en 1946. Les bordels, autrefois autorisés, ont été interdits par la loi dites "Marthe Richard". Le fichier national des prostituées est alors supprimé.

Marthe Richard était une ancienne prostituée, qui s'est battues pour améliorer les condition de vie de ses ancienne collègues, qui s'est battue pour que les prostituées soient plus libres. L'interdiction des maisons closes leur a donné une certaine autonomie, et a fait cessé le proxénétisme légal.

Les maisons closes de l'époque pouvaient être particulièrement atroce, notamment les bas de gamme appelés "abattoirs". Ce nom charmant désigne les bordels à bas coût, qui permettait d'avoir une prostituée pour le prix d'une bière au bistro. Les passes étaient rapides, les conditions d'hygiène déplorables. Les proxénètes envoyait à ces abattoirs les prostituées trop âgées pour travailler ailleurs, ou celles qu'ils voulaient mater : après un passage par là, elles devenaient plus dociles.

II Qui sont les clients des prostituées ?

Rares sont les études sur les clients des prostituées. Ces derniers sont difficiles à approcher, et peu de sociologues se sont intéressé à la question.

Deux études sur ce thèmes sont néanmoins sorties récemment :

Il en ressort notamment que les clients sont plus violents envers les femmes, et serait plus susceptible de violer que les autres. Une étude allemande aurait aussi montré une corrélation entre l'autorisation des bordels et le harcèlement sexuel au travail.

La prostitution n'aurait pas un impact uniquement sur les prostituées, mais aussi sur la manière dont le client perçoit les femmes, et, incidemment, sur la manière dont les hommes en général perçoivent les femmes.

III La prostitution à l'étranger

1/ L'Australie

L'Australie a décidé d'autoriser les maisons closes et de les règlementer. C'est la principale différence législative avec la France. Quel en sont les effets ?

L'Université du Queensland a étudié localement la prostitution australienne. L'étude s'intitule “Happy Birthday, Brothels! Ten Years of Prostitution Regulation in Queensland”.

Je tiens à mentionner deux passages :

  • "Representatives of legal brothels argued that to maintain their competitiveness and financial viability, licensed brothels should be allowed to offer outcall prostitution services. They also argued that this would add to greater transparency and control by rendering many illegal operations legal. The CMC, however, felt that these proposals would ultimately lead to an increased demand in the provision of illegal services, and may add to the number of trafficked and underage workers in the illegal industry."
    Traduction approximative : Les représentants des bordels légaux ont argué que pour maintenir leur compétitivité et leur viabilité financière, les maisons closes légales devraient être autorisées à offrir des services de prostitution à domicile (outcall : la prostituée va chez le client). Ils ont également fait valoir qu'on pourrait augmenter transparence et le contrôle en légalisant de nombreuses opérations aujourd'hui illégales. Le CMC a toutefois estimé que ces propositions conduiraient finalement à augmentation de la demande de services illégaux, et pourrait augmenter le nombre de victimes de la traite des mineurs dans l'industrie illégale
  • In other words, 90% of prostitution remains unregulated in this state and most sex workers continue to work outside the regulated industry.

L'étude est édifiante. Les bordels légaux ne représentent que 10% du marché de la prostitution. La légalisation des bordels a peu changé les choses. Les bordels illégaux sont toujours là, les mêmes problèmes perdurent. Pire, il est plus facile de tenir un bordel illégal maintenant qu'auparavant tant les contrôles sont mal faits (mais d'un autre côté, ce n'est pas si facile à contrôler).

L'exemple australien montre que ce n'est pas parce qu'on va créer une structure légale que les structures illégales vont soudainement disparaître.

En 2008, les bordels australiens ont recruté pour les JMJ, les Journées Mondiales de la Jeunesse organisées par le Vatican. de nouvelles prostituées ont été recrutées pour l'occasion, certaines maisons closes proposaient même des réduction à ceux qui allaient aux JMJ.

Sources :

2/ La république Tchèque

La république Tchèque a décider de légaliser les bordels en 2010 et de règlementer la prostitution.

Depuis, la situation s'est améliorée, la prostitution a baissé. néanmoins, il faut relativiser ce résultat apparemment positif. Cette diminution serait due à la baisse de la demande, et en particulier à la baisse du tourisme sexuel allemand et autrichien à la frontière. certaines prostituées ayant préférer partir travailler à l'étranger.

Sources :

3/ L'Allemagne

L'Allemagne a elle aussi légalisée les maisons closes. L'effet a été particulièrement visible lors du championnat du monde de football outre-Rhin. En effet, à cette période, pour accueillir les supporters, les allemands ont construit de nouveaux bordels, engagées de nouvelles prostituées (essentiellement d'origine étrangère).

Cette légalisation s'est accompagnées d'un augmentation du trafic d'être humain (le cadre légale favorisant les actes illicites similaires aux activités légales), d'une augmentation du harcèlement au travail (à cause du changement de l'image de la femme) et de quelques dérives symptomatiques :

  • Une entreprise a payé des prostituées pour ses meilleurs clients... Chose impossible en France.
  • Certains bordels proposent des forfaits "putes à volonté". Cet abus a fait réagir la classe politique, et certains élus envisagent de revenir sur la légalisation des maisons de passe.

A ce tableau sombre, ajoutons une touche positive : le tabou des bordels dans les camps de concentration nazis a enfin été brisé. On ne peut pas dire si c'est dû à l'évolution des mentalités concernant les maisons closes, mais c'est un point positif à signaler.

Sources :

4 / La Suisse

Disons le tout de suite : le principal problème en Suisse est la prostitution des mineurs. La Suisse a été critiqué sur ce point par le département d'Etat américain, et le Conseil de l'Europe. Certains bordels faisaient des soirées spécial 16 ans (l'âge minimal des prostituées).

Lueur d'espoir dans ce monde corrompu : la Suisse envisage de se conformer au même règles que les autres pays et d'interdire la prostitution des mineures. La Suisse était en effet allée beaucoup trop loin dans son autorisation de la prostitution.

C'est probablement le cas le pire, tant les lois suisse de légalisation des bordels sont mal faites.

En effet, les règles suisses ne sont pas conformes aux traités de protection des enfants du Conseil de l'Europe (la Suisse autorise la prostitution des mineures).

Un rapport américain a critiqué cet aspect des lois sur la prostitution suisse : Prostitution des mineurs: un rapport américain dénonce la Suisse.

La Suisse est allée beaucoup trop loin dans son autorisation de la prostitution. Elle est en train de faire marche arrière et envisage d'interdire la prostitution des mineures.

Concernant les majeures, il y a très peu d'études sur leur situation en Suisse. Elles peuvent travailler dans un bordel (qui prendra environs 30% des sommes gagnées par la prostituée).

On ne dispose pas de chiffres sur la prostitution illégale, mais celle-ci existe bel et bien. La police Suisse a pris l'année dernières deux hommes qui ont fait 322 victimes : ils les ont forcées à se prostituer.

Sources :

IV Interdire la prostitution ? Pourquoi ?

1/ La lutte contre le trafic d'êtres humains

La lutte contre le trafic d'être humain est l'un des arguments phare pour l'interdiction de la prostitution. En effet, si toute forme de prostitution est interdite, il est plus facile pour les forces de l'ordre de faire cesser l'exploitation sexuelles des prostituées forcées. Dès qu'ils repèrent une prostituées, ils savent que l'activité est illégale, sans avoir à se demander si la prostituée a été forcée ou non (remarquons au passage qu'interdire la prostitution ne veut pas forcément dire punir la prostituée, ce peut être punir uniquement le client).

Il y a deux paramètres à mettre en balance :

  1. La liberté de se prostituer
  2. La lutte contre le trafic d'être humains.

L'interdiction de la prostitution consiste à sacrifier le 1 pour obtenir le 2.

C'est un choix social Qu'est-ce qui est le plus important ? La sécurité ? Ou une liberté plus que mineure (la liberté de se prostituer) ?

2/ La normalisation de la prostitution

C'est le principal risque de la prostitution légale. La pression sociale peut rendre normal ce qui est déjà légal.

A partir du moment où il est possible de s'en sortir, par exemple pour ses études, en se prostituant1, alors, progressivement, avec le temps, se prostituer pour financer ses études va devenir la norme, et donc va devenir une contrainte obligée. Celles qui refuseraient seraient, de fait, éjectées du système.

Tout le problème est là : la prostitution permet au système de supposer que les étudiantes ont suffisament d'argent pour vivre, pour payer leur scolarité, etc... Le système ne se serait pas construit avec ces hypothèses s'il n'y avait pas eu la prostitution. On ne peut plus parler de "libre choix" quand la prostitution devient nécessaire pour soigner, se loger, ou financer ses études.

Sources :

3/ Obligation de se prostituer ?

La légalisation de certaines forme de prostitution a des conséquences juridique imprévisible. En Allemagne, une femme qui refuse un emploi dans un bar à hôtesses peut-elle être privée d'allocations chômage ? La loi allemande laisse planer le doute : une femme qui refuse un emploi peut perdre son allocation. Et les bars à hôtesse peuvent proposer des postes.

En Suisse, la question s'est posée devant les tribunaux. Une femme qui se prostitue et qui doit payer une pension alimentaire peut-elle être condamnée si elle ne "travaille" pas assez pour pouvoir payer la pension ? En première instance, la prostituée en question a été condamnée, mais elle a fini par être innocenté car le tribunal fédéral suisse a reconnu que la prostitution n'est pas un métier comme un autre.

Dans ces affaires, on pourra d'ailleurs se demander si une pension alimentaire payer par des passes n'est pas une forme légale de proxénétisme.

Une légalisation simple de toutes les formes de prostitution pose de nombreux problèmes.

Sources :

4/ Un interdit dû à la morale judéo-chrétienne ?

Un des arguments hostiles à la pénalisation de la prostitution est que cet interdit proviendrait de la morale judéo-chrétienne.

Outre le fait qu'il n'y a aucune raison d'autoriser quelque chose juste parce que la morale judéo-chrétienne l'interdit, on constate que dans le monde, les pays judéo-chrétiens ne sont pas les seuls à prendre des lois restrictives sur la prostitution.

Je ne pense pas que ce soit lié à la morale judéo-chrétienne.

Voici une carte des lois sur la prostitution en Asie :

Prostitution_in_Asia.PNG

En rouge, la prostitution est illégale.

En bleu, la prostitution indépendante est légale, mais l'organisation de la prostitution (bordels, agence d'escorting, etc) est illégale.

En vert, la prostitution est légale (mais encadrée par des lois, bien évidemment).

On trouve donc dans les pays prohibitionnistes la Chine communiste qui est très éloignée de notre morale judéo-chrétienne. On y trouve aussi la bouddhiste Thaïlande, la musulmane Arabie saoudite, etc... Le lien entre l'interdiction de la prostitution et l'héritage judéo-chrétien me semble donc contredit. Les faits parlent d'eux-mêmes. Le lien entre l'interdit de la prostitution et le judéo-christianisme est une légende urbaine, basée sur le phantasme que l'Eglise chrétienne opprimerait la sexualité du bon peuple.

Au passage, l'exemple des JMJ australienne (voir le paragraphe sur l'Australie dans ce billet) montre que les catholiques ne sont pas si hostiles que cela à la prostitution. :dev:

Source :

  • Wikipédia

Grenouille Verte

La peine de mort

La question de la peine de mort a très largement été traité dans la littérature. Je citerais 3 oeuvres sur le sujet : Claude Gueux et Le dernier jour d'un condamné de Victor Hugo. Et L'Etranger d'Albert Camus.

51NfBfx875L._SL500_AA300_.jpg

Dans ce billet, je souhaite aborder deux aspects souvent délaissés de la peine de mort :

  • la capacité pour un humain à juger objectivement quand la mort est en jeu
  • La perte d'information causée par la peine de mort

I Objectivité et rationalité du jugement

La question est de savoir si un tribunal, un juge ou un juré peut décider de donner ou pas la peine de mort avec la même sérénité, la même rationalité qu'une peine de prison.

La mort est un concept qui fait appel à l'irrationalité de m'être humain. On le constate au travers de la psychanalyse et des différentes croyances sur notre avenir post-mortem. La question de la mort est centrale dans la construction de l'individu. Le concept de mort est lié à tout un ensemble de croyances plus ou moins rationnelles dans l'imaginaire collectifs (fantômes, résurrections, réincarnations, transmigration des âmes, au delà, etc.). Le rapport à la mort étant complexe et difficile chez l'être humain, un homme qui doit juger de la peine de mort jugera de manière moins sereine, moins rationnelle, donc de manière moins juste, favorisant ainsi les erreurs de jugement. Je pense sur ce point que la plupart des individus n'ont pas les capacités intellectuelles nécessaires pour rester objectifs et froidement rationnels quand ils doivent décider de la mort ou de la vie de quelqu'un d'autre.

31270.jpg

L'irrationalité de la condamnation à mort se retrouve dans l'étranger de Camus : le personnage principal est condamné à mort par un procès qui est tout sauf rationnel. Albert Camus entends ainsi dénoncer les principes aberrants de la Justice de son époque. Comment condamner à mort quelqu'un sur des bases aussi fantaisistes ?

41%2BmQofFxVL._SL500_AA300_.jpg

Dans le Claude Gueux de Victor Hugo, on retrouve aussi cette problématique. Claude Gueux dit "juger un homme" avant de l'assassiner, c'est-à-dire le condamner à mort (et ensuite de se faire lui-même condamner à mort). Les raisons de ces condamnations semblent ubuesques et surtout évitable : il eu été possible que nul ne meure. Victor Hugo remet ainsi en cause les jugements menant à la peine capitale.

Pour le Claude Gueux "historique" (celui qui a inspiré Victor Hugo), les raisons de la mort étaient, là aussi bien futile (humiliation, homosexualité...).

Le risque d'erreur judiciaire est donc plus grand dans le cas de la peine de mort. Certains parlent même de 68% d'erreurs judiciaires aux USA sur les personnes exécutées entre entre 1973 et 1995 (chiffre à confirmer).

La condamnation à mort semble donc moins fiable et moins juste que la condamnation à de la prison.

II Perte d'information

Condamner à mort a une conséquence inévitable : le savoir du condamné est définitivement perdu.

Il ne sera plus possible de l'interroger sur une autre affaire (il y a quelques années, un détenu belge condamné à une longue peine de prison a été déterminant pour identifier un autre criminel dans une autre enquête). Le tuer, c'est donc risquer de ne pas retrouver d'autres criminels, et donc de laisser d'autres tueurs en liberté.

Autre exemple : En Irak, Sadam Hussein a été tué avant d'avoir livré toutes les informations utiles à la justice. Certains hauts responsables irakiens ont probablement échappé à la justice grâce à la rapide exécution de l'ancien président irakien. Pire, Sadam Hussein ne nous as toujours pas avoué où étaient ces fameuses armes de destruction massives. :dev:

saddam_hussein.jpg

Cette perte d'information pose un dernier problème : la quasi impossibilité de réviser le procès pour corriger une erreur judiciaire.

Une fois le condamné mort, un témoin capital a été tué. Les autres protagonistes peuvent donc sans trop de crainte raconter n'importe quoi. Si le condamné était innocent, il sera plus dur de s'en rendre compte et de le prouver. Pire : si on s'en rend compte, on pourra difficilement réparer les dégâts. Alors qu'en cas de peine de prison, il est possible de donner une réparation (certes partielle) aux accusés à tord, comme ce fut le cas à Outreau.

Grenouille Verte

Le Krav Froga

Le Krav Froga est un art martial grenouillesque. Il a inspiré les plus grands maîtres des arts martiaux.

Les grenouilles 青蛙 sont vénérées dans la culture chinoise en raison de leur capacité de respiration et d'apnée ainsi que de leur puissance fulgurante, passant instantanément de l'immobilité parfaite au mouvement rapide, ce qui en fait un exemple pour le disciple des arts martiaux.

Le célébrissime temple Shaolin a intégré plusieurs redoutables techniques issues du Krav Froga.

1962_preview.jpg

Un aspirant shaolin montrant le "style de la grenouille".

sp899.jpg2727163010_1.jpg

Première image : La célèbre prise shaolin nommée "Grenouille verte Accroupie sur le sol"

(Cf Shaolin.org)

Seconde image : Dragon Ball rendant hommage au Krav Froga

Immortalisé dans la série Dragon Ball Z, cet art est utilisé quotidiennement par les batraciens pour vaincre les prédateurs et les nuisibles.

Dans cette vidéo, une adepte du Krav Froga apprend la vie à un serpent :

Mais le Krav Froga est aussi une philosophie de vie qui fait de la grenouille votre meilleure amie. Comme le disait maître Yoda « Car mon alliée est Grenouille. Et c'est de mes alliées la plus puissante. ».

C'est ainsi que les grenouilles martiales d'Argentine sont devenues des "héros locaux" pour avoir sauvé la ville de San Luis des envahisseurs insectoïdes. Ces derniers, sans aucune morale, attaquent la ville avec des armes biologiques (notamment la dengue).

moustique1.jpg

Redoutable créature insectoïde voulant envahir l'Argentine.

Les responsables locaux ont demandé à la population d'adopter des grenouilles pour se défendre contre l'agresseur. Interrogé par le National Geographic, Miguel Angel, un fermier local, témoigne : "A frog is a form of defense".

PS : Remerciements à @ElNix pour m'avoir inspiré ce billet et avoir inventé le nom Krav Froga.

Grenouille Verte

Notre problème est ici le lien entre les notions de "vrai" et de "prouvable". Il est évident que ce qui est prouvable est vrai (puisqu'il y a une preuve !). Le problème se pose donc pour la réciproque : Est-ce que tout ce qui est vrai est prouvable ?

Si oui, alors "vrai = prouvable", si non alors "vrai ≠ prouvable".

Les exemples suivants vont nous permettre de distinguer les deux notions :

  • le paradoxe du capitaine posé pour la première fois par Gustave Flaubert dans une lettre à sa soeur : "Un navire est en mer, il est parti de Boston chargé de coton, il jauge 200 tonneaux, il fait voile vers Le Havre, le grand mât est cassé, il y a un mousse sur le gaillard d'avant, les passagers sont au nombre de douze, le vent souffle NNE, l'horloge marque trois heures un quart d'après-midi, on est au mois de mai ... On demande l'âge du capitaine."
  • le théorème de Gödel

Flaubert3.GIF

Flaubert

Le problème posé par Flaubert est insoluble : il nous demande l'âge du capitaine, mais nous ne disposons pas des informations nécessaire pour le connaître.

Il est certes bien évident que le capitaine a un âge (par exemple 30 ans), mais cet âge est inconnu, et même si le capitaine avait effectivement 30 ans, on ne pourrait pas le prouver. La phrase "Le capitaine a 30 ans" serait donc une vérité improuvable.

220px-1925_kurt_g%C3%B6del.png

Gödel

Le théorème de Gödel dit que le paradoxe du capitaine arrive aussi (dans certains cas) en mathématiques, qu'il existe des proposition vrai mais non-prouvables.

Je vais donner un autre exemple de choses vraies et improuvables.

Imaginons que je prenne dans ma main une poignée de sable, et que je laisse ensuite retomber le sable.

Je considère les propriétés suivantes :

  • J'avais 1 grain de sable dans ma main.
  • J'avais 2 grains de sable dans ma main
  • ...
  • ...
  • ...

L'une de ces propriété est vraie, mais elle est improuvable.

Grenouille Verte

Le libre-arbitre est la capacité de l'homme (ou de toute autre créature) de choisir indépendamment de toute cause. C'est, finalement, la possibilité de faire un choix incausé.

Voici une définition alternative, proposée par un professeur de philosophie : "La notion de libre arbitre, synonyme de liberté, désigne le pouvoir de choisir de façon absolue, c'est à dire d'être à l'origine de ses actes. Autrement dit un sujet libre est sensé pouvoir choisir de lui-même ce qu'il choisit, sans être poussé à l'avance d'un coté ou d'un autre par quelque influence ou cause que ce soit."

Par le libre arbitre, l'homme serait donc placé au-dessus des lois de la nature, c'est-à-dire du déterminisme. Spinoza y voit une illusion. Pour ce philosophe, l'homme n'échappe pas au déterminisme de la nature : L'homme n'est pas "dans la Nature comme un empire dans un empire" (éthique, III), il est soumis aux règles naturelles et n'a "aucun pouvoir" sur la Nature.

Là où Spinoza oppose au libre-arbitre le déterminisme de la Nature, Luther dans le De Servo Arbitro y oppose la volonté divine. Les deux points de vue, quoique différents, ne sont pas si éloignés car pour Spinoza Dieu=Nature. Voici ce que dit Luther en 1525 : "Nous croyons, en effet, que Dieu sait et ordonne tout par avance, et qu'il ne peut faillir ni se laisser arrêter par rien dans (...) sa prédestination ; si donc nous croyons que rien n'arrive sans sa volonté, (...), il ne peut y avoir de libre arbitre ni chez l'homme, ni chez l'ange, ni chez aucune créature. De même, si nous croyons que Satan est le prince de ce monde et qu'il combat le règne du Christ de toutes ses forces et de toute sa ruse, retenant les hommes actifs aussi longtemps que l'Esprit de Dieu ne les lui arrache pas, il est encore une fois très évident que le libre arbitre ne peut exister."

Luther.jpg

Martin Luther

I Le déterminisme et le non-déterminisme

Le principal obstacle au libre-arbitre est donc le déterminisme. Les évènement déterminés par quelque chose (peu importe que la détermination soit du à des causes, à la volonté divine ou à autre chose) s'opposent au libre arbitre : notre volonté ne peut rien contre eux, ces évènement arriveront nécessairement.

Néanmoins, en regardant les lois actuellement connues de la physique, on y trouve des lois déterministes, avec, parfois (en physique quantique) l'intervention du hasard. Le déterminisme laplacien est donc remis en cause : un évènement n'est pas déterminé entièrement par les causes passé, puisque le hasard peut intervenir.

Nous avons donc identifié une source de non-déterminisme : le hasard.

Comparons maintenant avec le libre-arbitre. Le libre arbitre est la possibilité de choisir indépendamment des causes. Le libre-arbitre permet donc de faire un choix non-déterminé à l'avance.

Nous avons donc deux formes de non-déterminisme :

  • le hasard
  • le libre arbitre

Les deux sont par nature différents (on ne choisit pas le résultat d'un phénomène aléatoire).

Autant les scientifiques ont pu observer le hasard de la mécanique quantique, autant il n'existe aucun phénomène physique non-déterministe connu qui expliquerait le libre arbitre.

Notre propre pensée nous vient de notre cerveau, siège de notre conscience, qui obéit, comme toute choses, aux lois physique. Or, lorsque les savants observent notre cerveau, ils n'y trouvent que les phénomènes physiques/chimiques habituels, on ne voit pas apparaître de nouveaux phénomènes non-déterministe. Un individu ne choisit donc pas : ses choix sont soit prédéterminés, soit aléatoires (soit une combinaison des deux).

Si parfois la pensée humaine nous semble non-déterminée, n'est-ce pas simplement parce qu'elle est trop complexe à prévoir ?

spinoza.jpg

Spinoza

Dans une lettre à Schuller, Spinoza explique, par une habile métaphore, pourquoi et comment nous sommes déterminés :

Mais descendons aux choses créées qui sont toutes déterminées par des causes extérieures à exister et à agir d'une certaine façon déterminée. Pour rendre cela clair et intelligible, concevons une chose très simple : une pierre par exemple reçoit d'une cause extérieure qui la pousse, une certaine quantité de mouvement et, l'impulsion de la cause extérieure venant à cesser, elle continuera à se mouvoir nécessairement. Cette persistance de la pierre dans le mouvement est une contrainte, non parce qu'elle est nécessaire, mais parce qu'elle doit être définie par l'impulsion d'une cause extérieure. Et ce qui est vrai de la pierre il faut l'entendre de toute chose singulière, quelle que soit la complexité qu'il vous plaise de lui attribuer, si nombreuses que puissent être ses aptitudes, parce que toute chose singulière est nécessairement déterminée par une cause extérieure à exister et à agir d'une certaine manière déterminée.

Concevez maintenant, si vous voulez bien, que la pierre, tandis qu'elle continue de se mouvoir, pense et sache qu'elle fait effort, autant qu'elle peut, pour se mouvoir. Cette pierre assurément, puisqu'elle a conscience de son effort seulement et qu'elle n'est en aucune façon indifférente, croira qu'elle est très libre et qu'elle ne persévère dans son mouvement que parce qu'elle le veut. Telle est cette liberté humaine que tous se vantent de posséder et qui consiste en cela seul que les hommes ont conscience de leur appétits et ignorent les causes qui les déterminent. Un enfant croit librement appeter le lait, un jeune garçon irrité vouloir se venger et, s'il est poltron, vouloir fuir. Un ivrogne croit dire par un libre décret de son âme ce qu'ensuite, revenu à la sobriété, il aurait voulu taire. De même un délirant, un bavard, et bien d'autres de même farine, croient agir par un libre décret de l'âme et non se laisser contraindre. Ce préjugé étant naturel, congénital parmi tous les hommes, ils ne s'en libèrent pas aisément. Bien qu'en effet l'expérience enseigne plus que suffisamment que, s'il est une chose dont les hommes soient peu capables, c'est de régler leurs appétits et, bien qu'ils constatent que partagés entre deux affections contraires, souvent ils voient le meilleur et font le pire, ils croient cependant qu'ils sont libres, et cela parce qu'il y a certaines choses n'excitant en eux qu'un appétit léger, aisément maîtrisé par le souvenir fréquemment rappelé de quelque autre chose.

Voilà qui, si je ne me trompe, explique suffisamment ma manière de voir sur la nécessité libre et celle qui est une contrainte, comme aussi sur la prétendue liberté humaine, et cela permet de répondre aisément aux objections de votre ami. Il dit avec Descartes : est libre qui n'est contraint par aucune cause extérieure. Si par « être contraint » il entend « agir contre sa propre volonté », j'accorde que dans certaines actions nous ne sommes nullement contraints et qu'en ce sens nous avons un libre arbitre. Mais si par être contraint il entend agir en vertu d'une nécessité (ainsi que je l'ai expliqué) bien qu'on n'agisse pas contre sa propre volonté, je nie que nous soyons libres en aucune action.

Spinoza nie ici que la volonté humaine soit une source de non-déterminisme. Tout le contraire donc de ce que pensait Descartes : "la volonté est tellement libre de sa nature qu'elle ne peut jamais être contrainte". :dev:

II Responsabilité et libre-arbitre

Dans la première partie, nous avons argumenté sur l'inexistence du libre-arbitre. Cependant, cette inexistence pose le problème moral de la responsabilité. Si nous n'avons pas de libre-arbitre, sommes nous quand même responsable ?

Traditionnellement, la responsabilité est fondée sur le libre arbitre. Ainsi, selon Kant, seule la liberté du choix permet d'imputer à la volonté la responsabilité de l'acte. Nous ne serions alors pas responsable des actes que nous n'avons pas choisi de commettre, des actes que nous ne pouvions que commettre, par déterminisme.

Mais est-ce justifié de baser la responsabilité sur le concept de libre-arbitre ?

Imaginons que demain, un chercheur arrive à modéliser complètement le cerveau humain, et montre que nous n'ayons pas de libre-arbitre, que nous sommes entièrement déterminé, et pire, qu'il est possible de prédire ce que nous allons faire ou penser.

Devra-t-on, à cause de ces résultats, dire que personne n'est plus responsable de rien ? devra-t-on libérer immédiatement tous les criminels ?

Il semble évident que non : même en imaginant que nous soyons déterminés, la notion de responsabilité nous serait utile. En réalité, peu importe que nous ayons un libre-arbitre ou pas. Dans tous les cas la responsabilité est un concept dont nous avons besoin. Il en découle que la responsabilité ne peut pas être une conséquence du libre-arbitre.

D'ailleurs, les juristes qui ont établi la notion de responsabilité n'ont jamais cherché à prouver l'existence d'un quelconque libre arbitre. La notion de responsabilité a émergé par nécessité, indépendamment des questions philosophies sur le libre-arbitre.

Remarque : l'absence de libre-arbitre ne signifie pas qu'il est impossible à un condamné de se réinsérer, elle signifie juste que cette réinsertion est du à un mélange de hasard et de nécessité.

III Folie et Libre Arbitre

Le "fou" peut, en droit, être considéré comme irresponsable. L'un des principaux argument en faveur de cet état de fait est que le "fou" ne disposerait plus de son "libre-arbitre". Mais il est évident que si un homme sain d'esprit n'a pas de libre arbitre (voir les parties précédentes), le cinglé n'a pas "moins" de libre arbitre (il n'a pas moins que "zéro" libre-arbitre).

A partir de là, il est possible de se demander si l'irresponsabilité pénale est réellement justifiée.

Car qu'est-ce qui provoque l'irresponsabilité ? L'irresponsable est, celui qui n'a pas choisi (car "fou") de faire les atrocités qu'il a commise. Le responsable est celui qui n'a pas choisi (car "déterminé") de faire les atrocités qu'il a commise.

IV Animalité et Responsabilité

procesAnimaux.jpg

Un procès très cochon

Autant la folie diminue en droit la responsabilité des êtres humains, autant la faible conscience des animaux augmente leur responsabilités vis à vis du droit. La justice pour animaux est (en France mais aussi ailleurs) beaucoup plus expéditive : on arrive très facilement à l'euthanasie.

On pourra constater le paradoxe qu'il y a à exonérer le fou qui n'est pas conscient de ce qu'il fait, et à, en même temps, plus condamné la bête.

Conclusion

L'Homme ne disposerait pas de libre arbitre, mais ce fait ne diminue en rien sa responsabilité devant la loi. Par contre, ce fait nous invite à reconsidérer la manière dont sont jugés les "fous".

Grenouille Verte

Lorsque nous savons que quelque chose est vrai, nous n'avons plus la possibilité de croire qu'elle est fausse. Par la même, notre connaissance nous empêche de croire en certaines choses fausse. Est-ce là une diminution de notre liberté ?

Cette question se pose essentiellement dans le cadre de la religion. Certains croyants pensent que Dieu se manifeste peu car sinon nous serions sûrs de son existence et n'aurions plus le choix de croire ou de ne pas croire en lui.

Mais la question peut se poser sur d'autres connaissances que la théologie. Les preuves de l'évolution nous rendent-elles moins libres ? Les preuves que la Terre n'est pas plate nous rendent-elles moins libres ? Car à cause de ces preuves nous ne sommes plus "libres" de croire au dogme de la Terre plate.

Les preuves de la nocivité du tabac nous rendent-elles moins libre ? Car, sans elles, nous pourrions fumer sans avoir mauvaise conscience.

Mais surtout en quoi l'ignorance rendrait-elle plus libre ? Celui qui choisit sans savoir serait plus libre que celui qui choisit en connaissance de cause ? Bien au contraire, pour être plus libre, il faut pouvoir savoir : les choix de l'ignorant ne sont pas de vrais choix, il ne peut que choisir au hasard. Et le hasard n'est pas la liberté.

La question est donc de savoir si "L'ignorance, c'est la Liberté", slogan qui n'est pas sans rappeler "l'Ignorance, c'est la Force" de 1984 de George Orwell.

orwell_wideweb__470x345,0.jpg

George Orwell, auteur de 1984

De mon point de vue l'ignorance ne nous rend pas plus libres, que ce soit en religion ou ailleurs. L'ignorance ne nous rend que moins clairvoyant, que moins capables de faire les bons choix.

Grenouille Verte

Qu'est-ce que le relativisme ?

L'idée principale de ce courant de pensée est que la vérité n'est plus absolue (c'est-à-dire la même pour tous) mais relative à chacun. Chacun aurait donc "sa" vérité.

Le relativisme aurait été défendu par le sophiste Protagoras. Ses contemporains ont immédiatement compris que le relativisme est intrinsèquement contradictoire. Ci après, je détaille 3 grandes contradictions du relativismes.

1/ La représentation que chacun se fait du monde est-elle vraie ?

D'après le relativisme, "oui", il s'agit de la vérité personnelle de chacun.

Mais voici le raisonnement du philosophe Sextus Empiricus : "On ne peut pas dire que toute représentation est vraie [...] car si toute représentation était vraie, alors le principe opposé, selon lequel non toute représentation est vraie, sera vrai lui aussi".

empiricus.jpg?w=177&h=240

Sextus Empiricus

L'autre problème que soulève cette croyance, c'est que deux individus peuvent avoir deux visions du monde contradictoires. Par exemple, je peux croire que tous les cygnes sont blancs, tandis qu'un aborigène australien pourrait croire que tous les cygnes sont noirs.

D'après le relativisme, les deux affirmations seraient vraies. Mais comment est-il possible qu'en même temps tous les cygnes soient noirs et soient blancs ?

cygne-noir1.jpg?w=400&h=316

Un signe noir qui, objectivement, n'est pas blanc

Le relativisme n'est pas compatible avec le principe de non-contradiction qui est à la base de la logique.

Comme le disait Averroès : "Le vrai ne peut contredire le vrai".

2/ Faut-il croire qu'"il n'y a pas de vérité absolue" ?

D'après les relativistes, oui, car, selon eux, seules existent les vérités relatives.

Néanmoins, l'idée "il n'y a pas de vérité absolue" est contradictoire. Si elle est vraie, elle s'applique à tous, quelque soient leurs croyances, et est donc absolue. En résumé : Si cette phrase est vraie, alors elle est une vérité absolue et donc se contredit elle-même.

C'est le même raisonnement qui a été tenu par le célébrissime forumiste Yop :

Dire que la vérité absolue n'existe pas, c'est énoncer une vérité qui (si elle est vérifiable et totale) est une vérité absolue.

L'inexistence d'une vérité absolue, en plus d'être contradictoire, détruit toute réflexion. En effet, à quoi sert-il de réfléchir correctement si, de toute manière, ce qu'on obtient est une vérité relative ? Même si nous nous trompions, notre résultat resterait relativement vrai.

C'est pour cela que presque tous les systèmes de pensée condamnent plus ou moins fermement le relativisme. Aristote, Platon et Didyme l'aveugle l'avait condamné en leur temps. La science et les religions d'aujourd'hui continuent à condamner le relativisme.

aristote.jpg

Aristote, ennemi du relativisme

Prenons par exemple le catholicisme. Le pape Benoit XVI a, à plusieurs reprises, fermement condamné le relativisme (Cf ce sujet : La dictature du relativisme ). En effet, les croyances chrétiennes et catholiques deviendraient absurdes si elles n'étaient que relativement vraie. Cela aurait-il un sens de croire en la résurrection du Christ ou au pardon divin si ce ne sont pas des vérités absolues, valables pour tous ? S'il suffit de croire qu'on va être pardonné par Dieu pour l'être réellement, à quoi bon pratiquer ? à quoi bon respecter les préceptes du catholicisme ?

3/ La question de l'existence

Le problème se pose quand on applique les idées du relativisme à des affirmation du type "Machin existe" (par exemple "Le Père Noël existe").

Si Chacun a sa propre vérité, cela signifie que l'affirmation "le Père Noël existe" pourrait être vrai pour certains et faux pour d'autre. Mais est-il envisageable que ceux qui croient au Père Noël le rencontre pour de vrai ? Est-il envisageable que le Père Noël existe pour certains mais pas pour d'autres ?

Les exemples de ce type sont légion :

  • Serait-il cohérent de dire que le Sida n'existe que pour ceux qui croient en son existence ?
  • Serait-il cohérent de dire que Pluton n'existe que pour ceux qui croient en son existence ?
  • Serait-il cohérent de dire que les extraterrestres n'existent que pour ceux qui croient en leur existence ?

RTEmagicC_sida_radio-canadoca_txdam18315_791a3d.jpg

Le virus du Sida

Peut-il vous contaminer si vous ne croyez pas en son existence ? :dev:

Grenouille Verte

Jean-Baptiste Botul est un philosophe célèbre pour son oeuvre "La vie sexuelle d'Emmanuel Kant".

Comble de la célébrité, cet auteur sera cité par Bernard Henri Lévi, notre grand penseur national, dans son livre "De la guerre en philosophie".

9782246767213.jpg

Malheureusement, certains esprits chagrins ont contesté jusqu'à l'existence de Jean-Baptise Botul, ce qui est en soi paradoxal. Comment pourrait-on écrire un livre sans exister ?

9782842054243.jpg

Analysons les différents arguments en faveur de l'existence de Botul :

Argument religieux : nous n'avons pas de preuve de son inexistence, donc il existe.

Détaillons : Nous ne voyons pas le vent, mais nous sentons ses effets, ainsi nous savons que le vent existe. Nous ne voyons pas Botul, mais nous pouvons lire son livre, donc il existe.

De même, nous ne voyons pas les atomes et les bactéries, pourtant elles existent, donc Botul existe.

Point de vue religion interprétée : Jean-Baptiste Botul existe en temps que personnage conceptuel.

Tout est question d'interprétation. Que veux-dire "exister" ? Tout est relatif. Si on change le sens du mot "exister", on pourra certainement dire que Botul existe. D'ailleurs, que signifie réellement "Botul" ? En changeant le sens du nom propre Botul, on interprète et on permet l'existence de Botul.

Allons plus loin, changeons aussi le sens des mots "sens" et "mot" et du coup on ne comprend plus rien.

Le philosophe nazi au prénom juif Joseph Goebbels (en redéfinissant le mot philosophe, bien entendu) disait : « A force de répétitions et à l’aide d’une bonne connaissance du psychisme des personnes concernées, il devrait être tout à fait possible de prouver qu’un carré est en fait un cercle. Car après tout, que sont « cercle » et « carré » ? De simples mots. Et les mots peuvent être façonnés jusqu’à rendre méconnaissables les idées qu’ils véhiculent. »

goebbels.gif

En "interprétant" et en changeant le sens des mots, il est possible de faire n'importe quoi, ce serait drôle si cet exemple historique ne montrait pas à quel point ce peut être dangereux.

Le livre d'Orwell 1984 s'attache à montrer les dangers de ce type de manipulation des mots.

En effet, "Big Brother" pense pouvoir définir l'histoire (relativisme), et changer les mots pour qu'on ne puisse que dire du bien de lui.

Sa politique de réforme du langage vise à empêcher d'exprimer certaines idées subversives.

1984-book.jpg

Point de vue agnostique : on ne peut pas savoir si Jean-Baptiste Botul existe.

En effet, non seulement "on ne sait pas", mais en plus, comment pourrait-on prouver quoi que ce soit ? Toute preuve pouvant être remise en question, on ne saura jamais.

Botul serait donc inconnaissable en plus d'être inconnu.

Grenouille Verte

I les principes des droits de l'Homme

Les droits de l'Homme sont un concept philosophique aux racines anciennes. Certains les disent inspirés du cylindre de Cyrrus qui évoque rapidement des valeurs qui pourraient ressembler à celles des droits de l'Homme (Texte intégral en anglais).

Néanmois, il faudra attendre 1789 pour que soit rédigée dans notre pays la première déclaration des droits de l'Homme : La déclaration des droits de l'Homme et du citoyen. Cette première déclaration, a, encore de nos jours, une valeur constitutionnelle en France.

300px-Declaration_of_Human_Rights.jpg

L'idée est d'affirmer des droits fondamentaux, droits que rien n'a légitimement le droit d'abolir. La majorité elle-même n'est pas censée pouvoir abolir ces droits. De plus, ces droits sont sans aucune contrepartie : quoi qu'on fasse, on bénéficiera toujours de ces droits, il n'y a aucun devoir à respecter pour en bénéficier.

L'exemple typique est le droit à un procès équitable. Même le pire truand y a droit, même s'il n'a respecté aucun de ses devoirs.

On ne pourra s'empêcher de remarquer que ce texte est antérieur à la laïcité. C'est frappant dans le préambule : "En conséquence, l'Assemblée Nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l'Être suprême, les droits suivants de l'Homme et du Citoyen."

Une déclaration ultérieure proposera une version affaiblie : les droits sont cette fois accompagnés de devoirs, et les citoyens ne sont plus égaux devant la loi, le suffrage n'est plus non plus universel. C'est la déclaration de 1795 des droits et devoirs de l'Homme et du Citoyen.

II La déclaration Universelle de Droits de l'Homme

En 1945, après la défaite du nazisme, le monde ressentira le besoin d'affirmer les droits fondamentaux. Une déclaration universelle est rédigée à l'ONU. Les rédacteurs étaient de tous horizons (Chine, France, Liban, Canada, USA, ...)

De nombreux pays finalisèrent cette déclaration pour qu'elle soit réellement universelle (lien vers le texte intégral).

Hernán Santa Cruz du Chili, membre du sous-comité de rédaction, écrivit :

« J’ai eu le sentiment très clair que je participais à un événement d’une portée vraiment historique au cours duquel un consensus s’était fait sur la valeur suprême de la personne humaine, une valeur qui n’a pas trouvé son origine dans la décision d’une puissance de ce monde, mais plutôt du fait même de son existence qui a donné naissance au droit inaliénable de vivre à l’abri du besoin et de l’oppression et de développer pleinement sa personnalité. Il y avait dans la grande salle…une atmosphère de solidarité et de fraternité authentiques entre des hommes et des femmes de toutes latitudes, une atmosphère que je n’ai jamais retrouvée dans une quelconque instance internationale ».

(Source : http://www.un.org/fr/documents/udhr/history.shtml)

La déclaration universelle des droits de l'Homme décrit un idéal à atteindre, mais pas comment l'atteindre.

III L'application en pratique

De nombreux textes juridiques ayant eu des effets en pratique vont être écrits pour appliquer concrètement les droits de l'Homme.

Ces textes existent à plusieurs échelles.

1/ A l'échelle Mondiale

Divers textes de l'ONU viennent donner une dimension pratique aux droits de l'Homme. Il s'agit de traités que certains pays décident de respecter.

On pourra notamment citer la CEDAW (Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes) qui a permis de nombreux progrès, même dans des pays réputés misogynes comme l'Arabie Saoudite. En 2008, le Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes, a remis un rapport sur le ce pays. Certains points sont positifs, même si d'autres suscitent l'inquiétude.

Ces textes sont les "droits de l'Homme en action".

2/ A l'échelle régionale.

Certains pays se sont réuni pour mettre ensemble en application leur vision des droits de l'Homme. L'idée de base est de créer un tribunal régional capable de condamner les pays signataires s'ils violent les droits de l'Homme.

De telles initiatives ont eu lieu en Europe avec la Convention Européenne des droits de l'Homme (CEDH) et en Afrique avec la Charte Africaine des droits de l'Homme et des peuples (CADHP).

La CEDH a été crée dans le cadre du Conseil de l'Europe, pas dans le cadre de l'Union Européenne (UE). Le Conseil de l'Europe rassemble beaucoup plus de pays que l'UE. Ainsi, la Turquie et la Russie sont membre du conseil de l'Europe. Ces deux pays peuvent donc être condamné par la Cour Européenne des Droits de l'Homme, à l’instar de la France ou de l'Italie.

Les grandes forces de la CEDH sont :

  • qu'elle s'applique directement dans les pays signataires : pas besoin de changer la loi, d'adapter la règlementation. L'effet de la convention est immédiat.
  • Elle s'applique avec plus de force que la loi des pays signataires. Si la loi et la CEDH se contredisent, c'est la CEDH qui a raison. C'est récemment arrivé à la loi française sur la garde à vue : elle contredisait le droit à avoir un avocat donné par la CEDH, elle ne s'appliquait donc pas.
  • N'importe qui peut saisir la Cour Européenne des Droits de l'Homme de Strasbourg s'il estime que ses droits ont été bafoués.

La Charte africaine est elle appliquée par la Cour Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples.

Diverses initiatives ont été faites dans le monde arabo-musulman, et ont donné lieux à des traités, mais, pour l'instant, aucun tribunal régional n'a été mis en place :

3/ A l'échelle nationale.

Certains pays ont choisi des constitutions garantissant les droits de l'Homme. Le principal problème est que les constitutions changent parfois trop facilement (comme en France). Par conséquent, ces garanties sont très faibles.

Grenouille Verte

Concentrons nous sur le plus grand auteur français : Victor Hugo.

Pour parler des problèmes des écoles de banlieue, Hugo est invoqué. L'année terrible est ainsi citée dans la bande annonce du film "fracture" inspiré du roman "Ils sont votre épouvante, vous êtes leur crainte" de Thierry Jonquet.

Même pour parler de la sordide "affaire DSK" Ruy Blas de Victor Hugo est cité par les journalistes. Cette oeuvre a par ailleurs inspiré le cinéma français et donné "La Folie des grandeurs" avec Louis de Funès.

la_folie_des_grandeurs_louis_de_funes_DVD_movie_z.jpg

reprise-la-folie-des-grandeurs,M18666.jpg

Tout cela pour dire que Victor Hugo est un grand parmi les grands, écrasant de son génie des auteurs plus médiocres comme Balzac. Qui a jamais entendu une citation de Balzac en dehors d'un cours de lettres ? :gurp:

Lisons donc ensemble le Crapaud de Victor Hugo, poème de "La légende des siècles" :

Que savons-nous ? qui donc connaît le fond des choses ?

Le couchant rayonnait dans les nuages roses ;

C'était la fin d'un jour d'orage, et l'occident

Changeait l'ondée en flamme en son brasier ardent ;

Près d'une ornière, au bord d'une flaque de pluie,

Un crapaud regardait le ciel, bête éblouie ;

Grave, il songeait ; l'horreur contemplait la splendeur.

(Oh ! pourquoi la souffrance et pourquoi la laideur ?

Hélas ! le bas-empire est couvert d'Augustules,

Les Césars de forfaits, les crapauds de pustules,

Comme le pré de fleurs et le ciel de soleils !)

Les feuilles s'empourpraient dans les arbres vermeils ;

L'eau miroitait, mêlée à l'herbe, dans l'ornière ;

Le soir se déployait ainsi qu'une bannière ;

L'oiseau baissait la voix dans le jour affaibli ;

Tout s'apaisait, dans l'air, sur l'onde ; et, plein d'oubli,

Le crapaud, sans effroi, sans honte, sans colère,

Doux, regardait la grande auréole solaire ;

Peut-être le maudit se sentait-il béni,

Pas de bête qui n'ait un reflet d'infini ;

Pas de prunelle abjecte et vile que ne touche

L'éclair d'en haut, parfois tendre et parfois farouche ;

Pas de monstre chétif, louche, impur, chassieux,

Qui n'ait l'immensité des astres dans les yeux.

Un homme qui passait vit la hideuse bête,

Et, frémissant, lui mit son talon sur la tête ;

C'était un prêtre ayant un livre qu'il lisait ;

Puis une femme, avec une fleur au corset,

Vint et lui creva l'oeil du bout de son ombrelle ;

Et le prêtre était vieux, et la femme était belle.

Vinrent quatre écoliers, sereins comme le ciel.

J'étais enfant, j'étais petit, j'étais cruel ;

Tout homme sur la terre, où l'âme erre asservie,

Peut commencer ainsi le récit de sa vie.

On a le jeu, l'ivresse et l'aube dans les yeux,

On a sa mère, on est des écoliers joyeux,

De petits hommes gais, respirant l'atmosphère

À pleins poumons, aimés, libres, contents ; que faire

Sinon de torturer quelque être malheureux ?

Le crapaud se traînait au fond du chemin creux.

C'était l'heure où des champs les profondeurs s'azurent ;

Fauve, il cherchait la nuit ; les enfants l'aperçurent

Et crièrent : « Tuons ce vilain animal,

Et, puisqu'il est si laid, faisons-lui bien du mal ! »

Et chacun d'eux, riant, l'enfant rit quand il tue,

Se mit à le piquer d'une branche pointue,

Élargissant le trou de l'oeil crevé, blessant

Les blessures, ravis, applaudis du passant ;

Car les passants riaient ; et l'ombre sépulcrale

Couvrait ce noir martyr qui n'a pas même un râle,

Et le sang, sang affreux, de toutes parts coulait

Sur ce pauvre être ayant pour crime d'être laid ;

Il fuyait ; il avait une patte arrachée ;

Un enfant le frappait d'une pelle ébréchée ;

Et chaque coup faisait écumer ce proscrit

Qui, même quand le jour sur sa tête sourit,

Même sous le grand ciel, rampe au fond d'une cave ;

Et les enfants disaient : « Est-il méchant ! il bave ! »

Son front saignait ; son oeil pendait ; dans le genêt

Et la ronce, effroyable à voir, il cheminait ;

On eût dit qu'il sortait de quelque affreuse serre ;

Oh ! la sombre action, empirer la misère !

Ajouter de l'horreur à la difformité !

Disloqué, de cailloux en cailloux cahoté,

Il respirait toujours ; sans abri, sans asile,

Il rampait ; on eût dit que la mort, difficile,

Le trouvait si hideux qu'elle le refusait ;

Les enfants le voulaient saisir dans un lacet,

Mais il leur échappa, glissant le long des haies ;

L'ornière était béante, il y traîna ses plaies

Et s'y plongea, sanglant, brisé, le crâne ouvert,

Sentant quelque fraîcheur dans ce cloaque vert,

Lavant la cruauté de l'homme en cette boue ;

Et les enfants, avec le printemps sur la joue,

Blonds, charmants, ne s'étaient jamais tant divertis ;

Tous parlaient à la fois et les grands aux petits

Criaient : «Viens voir! dis donc, Adolphe, dis donc, Pierre,

Allons pour l'achever prendre une grosse pierre ! »

Tous ensemble, sur l'être au hasard exécré,

Ils fixaient leurs regards, et le désespéré

Regardait s'incliner sur lui ces fronts horribles.

Hélas ! ayons des buts, mais n'ayons pas de cibles ;

Quand nous visons un point de l'horizon humain,

Ayons la vie, et non la mort, dans notre main.

Tous les yeux poursuivaient le crapaud dans la vase ;

C'était de la fureur et c'était de l'extase ;

Un des enfants revint, apportant un pavé,

Pesant, mais pour le mal aisément soulevé,

Et dit : « Nous allons voir comment cela va faire. »

Or, en ce même instant, juste à ce point de terre,

Le hasard amenait un chariot très lourd

Traîné par un vieux âne éclopé, maigre et sourd ;

Cet âne harassé, boiteux et lamentable,

Après un jour de marche approchait de l'étable ;

Il roulait la charrette et portait un panier ;

Chaque pas qu'il faisait semblait l'avant-dernier ;

Cette bête marchait, battue, exténuée ;

Les coups l'enveloppaient ainsi qu'une nuée ;

Il avait dans ses yeux voilés d'une vapeur

Cette stupidité qui peut-être est stupeur ;

Et l'ornière était creuse, et si pleine de boue

Et d'un versant si dur que chaque tour de roue

Était comme un lugubre et rauque arrachement ;

Et l'âne allait geignant et l'ânier blasphémant ;

La route descendait et poussait la bourrique ;

L'âne songeait, passif, sous le fouet, sous la trique,

Dans une profondeur où l'homme ne va pas.

Les enfants entendant cette roue et ce pas,

Se tournèrent bruyants et virent la charrette :

« Ne mets pas le pavé sur le crapaud. Arrête ! »

Crièrent-ils. « Vois-tu, la voiture descend

Et va passer dessus, c'est bien plus amusant. »

Tous regardaient. Soudain, avançant dans l'ornière

Où le monstre attendait sa torture dernière,

L'âne vit le crapaud, et, triste, hélas ! penché

Sur un plus triste, lourd, rompu, morne, écorché,

Il sembla le flairer avec sa tête basse ;

Ce forçat, ce damné, ce patient, fit grâce ;

Il rassembla sa force éteinte, et, roidissant

Sa chaîne et son licou sur ses muscles en sang,

Résistant à l'ânier qui lui criait : Avance !

Maîtrisant du fardeau l'affreuse connivence,

Avec sa lassitude acceptant le combat,

Tirant le chariot et soulevant le bât,

Hagard, il détourna la roue inexorable,

Laissant derrière lui vivre ce misérable ;

Puis, sous un coup de fouet, il reprit son chemin.

Alors, lâchant la pierre échappée à sa main,

Un des enfants celui qui conte cette histoire,

Sous la voûte infinie à la fois bleue et noire,

Entendit une voix qui lui disait : Sois bon !

Bonté de l'idiot ! diamant du charbon !

Sainte énigme ! lumière auguste des ténèbres !

Les célestes n'ont rien de plus que les funèbres

Si les funèbres, groupe aveugle et châtié,

Songent, et, n'ayant pas la joie, ont la pitié.

Ô spectacle sacré ! l'ombre secourant l'ombre,

L'âme obscure venant en aide à l'âme sombre,

Le stupide, attendri, sur l'affreux se penchant,

Le damné bon faisant rêver l'élu méchant !

L'animal avançant lorsque l'homme recule !

Dans la sérénité du pâle crépuscule,

La brute par moments pense et sent qu'elle est soeur

De la mystérieuse et profonde douceur ;

Il suffit qu'un éclair de grâce brille en elle

Pour qu'elle soit égale à l'étoile éternelle ;

Le baudet qui, rentrant le soir, surchargé, las,

Mourant, sentant saigner ses pauvres sabots plats,

Fait quelques pas de plus, s'écarte et se dérange

Pour ne pas écraser un crapaud dans la fange,

Cet âne abject, souillé, meurtri sous le bâton,

Est plus saint que Socrate et plus grand que Platon.

Tu cherches, philosophe ? Ô penseur, tu médites ?

Veux-tu trouver le vrai sous nos brumes maudites ?

Crois, pleure, abîme-toi dans l'insondable amour !

Quiconque est bon voit clair dans l'obscur carrefour ;

Quiconque est bon habite un coin du ciel. Ô sage,

La bonté, qui du monde éclaire le visage,

La bonté, ce regard du matin ingénu,

La bonté, pur rayon qui chauffe l'inconnu,

Instinct qui, dans la nuit et dans la souffrance, aime,

Est le trait d'union ineffable et suprême

Qui joint, dans l'ombre, hélas ! si lugubre souvent,

Le grand innocent, l'âne, à Dieu le grand savant.

Le texte parle de lui même, tant sur la nature humaine que sur l'essence de la bonté.

On remarquera néanmoins que pour faire le parallèle avec le crapaud, Hugo prend certaines libertés, par exemple avec le vers "le bas-empire est couvert d'Augustules" qui établit un parallèle avec les pustules du crapaud.

Cependant, il n'a existé qu'un seul et unique Augustule : Flavius Romulus Augustus, dernier empereur de Rome. Son règne, très bref et contesté, marque la fin de l'Empire Romain d'Occident. L'empire oriental lui, perdurera pendant encore quelques siècles.

Est-ce une prémonition géniale d'Hugo ? En tous cas, l'un des enfants tortionnaires s'appelle Adolphe.

Et les deux Adolfs les plus célèbres n'étaient pas réputés pour leur grande bonté ânesque :

Hitler.JPG71529.jpg

Eux, non seulement n'auraient pas épargné le crapaud, mais en plus les auraient tous cherché pour les exterminer et "purifier" le monde.

Le premier est connu pour avoir dirigé l'empire nazi, le second pour son obéissance aveugle aux lois et aux ordres exigeant l'extermination des Juifs. Il a laissé à la postérité ces dernières paroles "Je n'ai fait qu'obéir".

Grenouille Verte

Kant a plusieurs fois évoqué dans ces ouvrages l'impératif catégorique. Voici une formulation de ce principe : "Agis de telle sorte que tu puisses vouloir que ta maxime devienne universelle" ; et en voici une autre : "Agis uniquement d'après la maxime qui fait que tu peux aussi vouloir que cette maxime devienne une loi universelle".

Kant a développé l'idée en long et en large dans ses livres car il a tendance à se répéter, voici une version plus détaillé : "Or nous avons vu que de la supposition de ces idées découle aussi la conscience d'une loi de l'action; d'après cette loi, les principes subjectifs des actions, c'est-à-dire les maximes, doivent toujours être adoptés tels qu'ils puissent valoir aussi objectivement, c'est-à-dire universellement comme principes, et servir par là une législation qui, tout en étant émanée de nous-mêmes, soit une législation universelle."

logo-kant.jpg

Ce principe, appelé impératif catégorique est souvent mal compris. L'une des pierres d'achoppement est que plusieurs maximes différentes peuvent mener à la même action. Prenons un exemple : Sarkozy couche avec Carla Bruni. L'action de Sarkozy peut résulter de l'application de plusieurs maximes :

  1. Couche avec ton époux ou épouse
  2. Couche avec Carla Bruni

De ces deux maximes résultent la même action pour Sarkozy. Cependant, si on généralise ces maximes, cela n'aura pas le même effet sur François Fillon. Selon qu'on applique la première ou la deuxième maxime, Fillon va coucher avec Pénélope (sa femme) ou Carla (l'ex top-model).

PenelopeFillon.jpgcarla_bruni55.jpg

Comparaison entre Pénélope et Carla

Selon quelle maxime on généralise, on obtient des résultats très différents. Même si la première maxime plairait certainement à certains mâles du forum, il faut croire que ce n'est pas celle-là qu'il faut généraliser.

Autre exemple : Lors de son procès pour homophobie (procès gagné en Cassation), Christian Vanneste, député d'extrême droite affilié à l'UMP, a utilisé l'impératif catégorique de Kant. Son idée est de dire que la généralisation de l'homosexualité détruirait l'humanité faute de descendance. Seulement, le même problème se pose. La pratique de l'homosexualité peut résulter de plusieurs maximes :

  1. Soit homosexuel
  2. Respecte ton orientation sexuelle

La première maxime conduit tout le monde à être homo, tandis que la seconde ne recommande qu'à ceux qui sont naturellement homo de le rester. L'impératif catégorique de Kant permet de dire que la première maxime est mauvaise, mais ne permet pas de dire que l'homosexualité est mauvaise, car la seconde maxime peut être généralisée sans problème. L'impératif catégorique de Kant ne permet donc pas de trancher la question morale de l'homosexualité.

Conseil de lecture : Fondements de la métaphysique des moeurs

57892.jpg
Grenouille Verte

Il s'agit d'une religion anglophone (The Invisible Pink Unicorn) qui mériterait d'être plus connue. Le dogme fondamental est l'existence d'une voire plusieurs licornes roses et invisibles.

Cette existence pose deux grandes questions philosophiques :

  • être rose et invisible en même temps, c'est possible ?
  • Comment sait-on qu'elle est rose si elle est invisible ?

Steve Eley, l'un des prophètes de la Licorne a résolu ces apparents paradoxes : "Comme les autres religions, la Foi en les Licornes Roses Invisibles est basée sur la logique et la foi. Nous avons foi dans le fait qu'elles sont roses ; et nous savons logiquement qu'elles sont invisible car nous ne pouvons pas les voir".

La question de l'existence

Il est naturel de se demander si les licornes existent vraiment ou ont existé par le passé.

Le philosophe Peter S. Beagle s'est penché sur cette question dans le livre "Le Rhinocéros qui citait Nietzshe".

rhinocerosquicitaitnietzsche.jpg

Par des arguments rationnels difficilement contestables, Peter S. Beagle nous explique que les licornes sont en fait les rhinocéros. Les premiers explorateurs auraient fait une description faussé de l'animal, d'où les représentations fantaisistes de licornes.

Cet argument est corroboré par Wikipédia. En effet, d'après l'encyclopédie en ligne, un animal appelé "licorne géante" a vécu en Asie au Pliocène et au Pléistocène.

Voici une représentation de l'animal mythique :

250px-Elasmotherium_cauc1DB.jpg

L'existence des licornes semble donc être un fait scientifique difficilement contestable.

Pourquoi est-elle rose

Comme toute religion, le culte de la Licorne demande un acte de foi. Comme l'expliquait si bien la prophétesse April :

7. Car en fait, mes amis, c'est pour cette raison

que la Grande Licorne Rose est appelée Invisible,

c'est-à-dire que Sa Présence est trop grande pour que nos faibles yeux puissent la voir et trop incommensurable pour que nos faibles esprits puissent La comprendre.

C'est par notre seule foi que nous savons qu'Elle est Rose,

et qu'Elle est une licorne.

– Prophétesse April

La crise iconoclaste

Tout le monde connait la terrible "crise iconoclaste" qui a divisé la chrétienté :

  • d'un côté, les iconodoules qui prétendent que Dieu et ses anges étaient représentables,
  • de l'autre côté, les iconoclastes qui prétendent que le divin échappe à toute représentation (Le Judaïsme et l'Islam sont deux religions iconoclastes).

Qu'en est-il du culte de la licorne ? La licorne invisible est-elle représentable ?

Bien sûr, le ait qu'elle soit invisible ne veut pas dire qu'on ne peut pas la dessiner (on n'est pas à un paradoxe près). Voici donc une vue d'artiste de la créature :

236px-Invisible_Pink_Unicorn.svg.png

Vous voyez bien qu'on peut être rose ET invisible ! :sleep:

Grenouille Verte
lafontaine2.jpg


Jean de La Fontaine, un fabuliste du XVIIème siècle coucha par écrit de nombreux contes dont les protagonistes sont des animaux. Malgré tout le temps écoulé, la célébrité ne lui fait toujours pas défaut. Il a même été récemment incarné à l'écran par Lorànt Deutsch dans le film culte Jean de La Fontaine, le défi.



La grenouille revient dans plusieurs fables de cet illustre personnage. Tantôt sage (dans Le Soleil et les Grenouilles), tantôt mal avisées (dans Les Grenouilles qui demandent un Roi, les grenouilles qui vivaient en démocratie font l'erreur de demander un Sarkozy un homme de poigne à la tête d'un Etat fort).
Les grenouilles symbolisent le peuple, les petites gens, ceux qui vivent dans l'ombre des puissants.

La Fable Les deux Taureaux et une Grenouille a engendré une polémique qui dure jusqu'à nos jours. Mais commençons par lire l'objet du délit :


Deux taureaux combattaient à qui posséderait
Une génisse avec l'empire.
Une grenouille en soupirait.
« Qu'avez-vous?' »se mit à lui dire
Quelqu'un du peuple croassant.
« - Eh ! ne voyez-vous pas, dit-elle,
Que la fin de cette querelle
Sera l'exil de l'un ; que l'autre, le chassant,
Le fera renoncer aux campagnes fleuries ?
Il ne régnera plus sur l'herbe des prairies,
Viendra dans nos marais régner sur les roseaux ;
Et nous foulant aux pieds jusques au fond des eaux,
Tantôt l'une, et puis l'autre, il faudra qu'on pâtisse
Du combat qu'a causé Madame la Génisse. »


Cette crainte était de bon sens.
L'un des taureaux en leur demeure
S'alla cacher, à leurs dépens :
Il en écrasait vingt par heure.
Hélas, on voit que de tout temps
Les petits ont pâti des sottises de grands.


Les grenouilles sont appelé le "peuple croassant". Mais quel est le cri de la grenouille ? "Coa" ou "Croa" ?
Consultons les illustres membres de l'Académie française, qui, très modestement, s'appellent eux-mêmes les "immortels" (ils seraient tellement géniaux que leur oeuvre les rendraient innoubliables par la postérité). Dans leur dictionnaire, on peut lire :

CROASSER v. intr. XVe siècle, d'abord croescer. Dérivé de l'onomatopée kro- exprimant le cri du corbeau.
Pousser son cri, en parlant du corbeau et, par ext., de la corneille. Les corbeaux s'abattaient en croassant.


COASSER v. intr. XVIe siècle. Emprunté du latin coaxare, du grec koax, onomatopée imitant le cri des grenouilles chez Aristophane.



Le "peuple croassant", ce serait donc eux :

corbeaux.jpg


Est-ce là une simple erreur de La Fontaine (la confusion est fréquente) ? Ou une évolution du terme "coasser" en "croasser" ? Car les mots évoluent, et demain, qui sait, peut-être que "coasser" sera retiré des dictionnaires.
Grenouille Verte

Cette religion est basée sur un livre sacré, Le Livre Saint de Grenouille qui a été écrit progressivement au cours des âges.

Tout commença non pas par la Genèse, mais par l'Émergence :

1 Au commencement le monde sortit de la Bouche de Grenouille.

2 Le monde était Néant, et rien n’existait hors de Grenouille.

3 Alors Grenouille ouvrit sa Bouche et le monde en sortit.

Tout le monde admettra que cette version des choses est plus simple, plus crédible que "Au commencement était le Verbe".

La révélation continue avec le Livre du Nénuphar. Cet opus contient de nombreuses révélations spirituelles, insufflées par Grenouille. Prenons un exemple pour montrer la profondeur mystique de cet ouvrage :

"L'Étang est Tout et n'est Rien. Il est un point infini qui s'étend nulle part à perte de vue. Chercher à comprendre c'est s'éloigner de Grenouille.".

art_large_482271.jpg

Un prophète batracien crucifié par la folie des Hommes.

Autant le Livre du Nénuphar insiste sur la dimension spirituelle, autant le Livre de Têtard insiste sur la dimension pratique du Culte. Ce livre indique au pieux croyants comment se comporter pour satisfaire Grenouille. Dans ce troisième testament, Grenouille s'adresse directement aux mortels. Contrairement à d'autres religions, les commandements de Grenouille s'adaptent aux circonstances : 16. Tu ne déroberas point, si tu es pauvre et sans le sou, mais si Grenouille, ta Mère, t'accorde prospérité et richesse plus que tu ne puisses en profiter pendant mille ans, alors n'hésite pas à dérober tant que tu pourras.

L'aspect financier des choses est pris en compte, et le riche et le pauvre ont des commandements adaptés à leur situation.

Bien évidemment, on retrouve dans ce texte les principales valeurs communes à toutes les religions, comme l'interdit du meurtre et l'interdit du faux témoignage :

14. Tu ne tueras point, sauf quand des impies souillent le nom de Grenouille, ta Mère.

(...)

17. Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain,

sauf si celui-ci n'adore pas le nom de Grenouille, ta Mère,

alors tous les moyens seront bons pour qu'il expie sa faute

par une mort douloureuse.

Enfin, la révélation se termine par la Chute du Brochet (un certain "Jean" en aurait donné une version déformée, connue sous le nom d'Apocalypse). Ce texte traite de la fin du monde et de l'infâme Brochet, ennemi juré mais impuissant de Grenouille. Grenouille démontre toute sa puissance dans le duel final face à son terrible adversaire :

1.9 Et Grenouille, que son nom soit béni, dit: "krôahh"

et la puissance de la Parole de Grenouille s'abattit sur Brochet,

que son nom soit maudit.

Brochet02.gif

Représentation de Brochet, l'ennemi de Grenouille.

Baaaahhh qu'il est moche !

On remarquera d'ailleurs que Grenouille dit krôahh et non kôahh. Ce qui montre bien que la grenouille croasse et ne coasse pas, les soi-disant immortels de l'Académie française feraient bien d'en tenir compte.

ogdoade.jpg

Pour finir, je rappellerais que l'idée d'une création du monde par des grenouilles est ancienne, elle remonte à l'Egypte antique. Dans l'ogdoade d'Hermopolis, le monde est créé par 4 dieux grenouilles et 4 déesses serpents (Cf image ci-dessus).

Grenouille Verte

Qui ne connait pas la bande dessinée Rat's ?

Dans le Tome 1, un groupe de rats et un groupe de grenouilles essayent de traverser une large route sur laquelle il y a beaucoup de circulation.

9782731620580FS.gif

La bande dessinée est humoristique, mais s'inspire d'un fait bien réel : le danger de traverser la routes pour les petits animaux (rats, grenouilles, crapauds, etc.).

Pour éviter la mort de trop nombreux batraciens sous les roues de nos amis les automobilistes, différentes mesures peuvent être prise. La mesure la plus extrême est d'arrêter la circulation sur le chemin des crapauds. C'est la solution retenue en Haute Savoie. Je ne peut que féliciter le Conseil Général pour cette courageuse décision.

Bien évidemment, la route n'est pas interdite en permanence, elle ne l'est qu'entre 18h et 7h du matin. Selon les études faites, cela permettra à quelques milliers de crapauds et autres batraciens (grenouilles, salamandres) de traverser la route en toute sécurité.

Mais d'autres solutions existent, comme les crapauduc (aussi appellés batrachoducs). Le batrachoduc est un système permettant aux batraciens de traverser la rue. Il en existe de plusieurs sorte. Certains sont un simple tunnel permettant aux crapauds de traverser tous seuls. D'autre nécessite l'intervention régulière de l'Homme : des filets sont placés, piégant les crapauds qui essayent de traverser. Des bénévoles les ramassent le lendemain et les placent de l'autre côté de la route.

Un Batrachoduc du premier type :

229389.jpg

Un Batrachoduc du second type :

110405203050548_39_000_apx_470_.jpg

Des carapauducs du second type existent à Anger ou sont en construction à Arrigny. Celui d'Anger aurait, depuis sa construction, sauvé plusieurs centaines de batraciens.

Grenouille Verte

L’expression « grenouille de bénitier » est à rapprocher de celle de « punaise de sacristie ». Les deux sont basées sur le même principe, sur la même construction linguistique :

un animal mal aimé + une partie de l’église.

091226035300602465125768.jpg

La grenouille de bénitier est le seul batracien qui croâ !

Ces deux expressions désignent une bigote, une dévote. Elles sont évidemment péjoratives, et sous-entendent une pratique excessive voire pervertie de la religion. Il n’existe pas à ma connaissance d’équivalent masculin de cette expression. Qui a jamais entendu parler de « crapaud de bénitier » ?

Il existe aussi une vraie « grenouille de bénitier » dans une église de Narbonne : La collégiale Saint-Paul-Serge.

Au fond du bénitier on trouve ce qui peut être soit une sculture de grenouille soit une grenouille pétrifiée selon vos croyances :

18743585_p.jpg

Grenou.jpg

La légende raconte que la grenouille aurait troublé un office religieux par son chant. Les foudres divines se seraient abattus sur le batracien, la changeant en pierre pour ce blasphème. A cette époque, on ne plaisantait pas avec la religion. :sleep:

Bibliographie :

Grenouille Verte

Le crapaud est un animal inoffensif, et même utile : il protègera votre potager des indésirables (voir l'article : Le crapaud commun, un batracien utile dans le jardin). En effet, le crapaud ne se nourrit pas de vos légumes, mais mangera un certain nombre d'indésirables comme l'horrible limace saladivore.

crapaud-2.jpg

Cependant, en raison de son aspect physique et de croyances populaires liées à la sorcellerie, les crapauds sont trop souvent jugés personna non grata. Encore une fois, on juge sur le physique. :sleep: Certaines heureuses initiatives ont été prises pour sensibiliser la population à ces petites bêtes verdâtres, comme par exemple l'opération « Un dragon dans mon jardin »

Une nouvelle menace pèse sur nos amis les crapauds : batrachochytrium dendrobatidis. Ce nom barbare désigne un champignon parasite. Ce champignon provoque la chytridiomycose, une maladie qui empêche la peau du batracien de respirer, provoquant sa mort. Ce champignon est arrivé en France. Il pourrait provoquer rapidement la disparition du crapaud accoucheur (Alytes obstetricans) dans les Pyrénées.

Revue de presse :

Voici un spécimen de la future espèce éteinte des crapauds accoucheurs :

crapaud%20accoucheur.jpg

On remarquera sur l'image que ce crapaud porte ses oeufs. C'est cette caractéristique très particulière qui lui a valu son nom.

Allons nous laisser toutes ces espèces de batraciens s'éteindre alors qu'un traitement existe ? Alors que l'infection aurait été répandue accidentellement par l'homme ?

Grenouille Verte

I/ Les grenouilles en danger

L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature en France a rendu un rapport sur les espèces menacées en France métropolitaine.

Ce rapport montre tout le danger qui pèse sur les reptiles et amphibiens de France et de Navarre (lien vers le pdf de la partie correspondante du rapport).

En voici un extrait emblématique : "Une espèce de reptiles et une espèce d’amphibiens sur cinq risquent de disparaître de France métropolitaine"

Parmi les espèces menacées ont compte :

  • La Grenouille des Pyrénées (fiche espèce en pdf) de nom scientifique rana pyrenaica. Cette grenouille avait été découverte en 1993 (auparavant, nous n'avions pas conscience qu'il s'agissait d'une espèce de grenouille différente des autres).
  • Le Crapaud à couteaux aussi appelé "Pélobate brun" ou Pelobates fuscus
  • La Grenouille verte de Lessona dont le nom latin est Pelophylax lessonae

Admirez pendant que c'est encore possible un des derniers spécimens de grenouille des Pyrénées :

la-grenouille-des-pyrenees_620x465.jpg

Et voici un Pélobate brun :

IMG_1192.jpg

Qu'il est mignon 234-1407b.gif

Voir aussi le sujet de discussion : Sauvons Grenouille Verte !

II/ Les menaces inattendues contre les grenouilles

1/ Les vertus hallucinogènes des peaux de grenouilles

Cette surprenante affaire se déroule dans la république islamique d'Iran. Après avoir lutté contre différentes drogues (opium, alcool, etc.), l'Etat Perse a décidé de lutter contre les dealers de peau de crapaud.

En effet, correctement préparée, la peau de ces charmants batraciens aurait des effets hallucinogènes.

Sources :

On pourrait croire qu'il s'agit de trois sources distinctes, alors qu'en fait, les deux premières sources citent le Guardian.

Cela montre encore une fois qu'il faut toujours vérifier ses sources. :dev:

2/ Virée pour avoir refusé d'écraser une grenouille

Il y a parfois des licenciement abusif ou moralement douteux. Mais là, c'est quand même le summum.

Une conductrice de car en Allemagne a arrêté son véhicule pour éviter une grenouille, et paf, dehors.

Quelques articles sur ce sujet :

III/ Les crapauds-buffles pourchassés

Le principe est simple :

  • s'il y a trop de grenouilles/crapauds, on prend des mesures
  • s'il n'y en a pas assez, on ne fait rien et on laisse l'espèce disparaître

Ainsi, si rien n'est fait pour aider la Grenouille verte de Lessona, des mesures sont prises contre le crapaud buffle. Le crapaud buffle est une espèce particulièrement bien adaptée à de nombreux milieux, et qui a tendance à se révéler envahissant.

De plus, le crapaud buffle, c'est pas une petite grenouille, c'est plutôt du style costaud.

Comparez donc sur la photo suivante la taille de ce type de crapaud avec un humain adulte :

crapaud-buffle.jpg

Le problème du crapaud-buffle est particulièrement inquiétant en Australie, car, comme le veux la Nature, ce crapaud a évolué, s'est adapté aux conditions australiennes, d'où une vive réaction de la part du gouvernement local. Il a notamment augmenté en taille.

Vous trouverez plus de détails sur le site de Futura-science : Invasion de crapauds mutants en Australie.

L'article est bien fit malgré un certain manque d'objectivité. Pourquoi, par exemple, parler de "crapaud mutant" (péjoratif) plutôt que de "crapaud évolué" ?

La mutation fait partie des moyens classiques de l'évolution. De plus, ici, ce n'est pas une mutation quelconque, mais une évolution liée aux conditions particulières du milieu australien.

A lire aussi, la discussion sur Forumfr : L'Australie lutte contre le crapaud-buffle

IV/ Liens utiles :