Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'précarité'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

20 résultats trouvés

  1. Partout dans le monde, l'épidémie de Covid-19 assomme économiquement les classes populaires. En Espagne comme à New-York, des mots d’ordre de grève des loyers obligent les gouvernements à réagir. En France aussi le mouvement s'organise: https://www.loyersuspendu.org/ https://iaata.info/On-ne-paie-plus-4132.html https://www.apufives.org/2020/04/03/communique-de-lapu-fives-mal-logement-confinement-et-inaction-des-pouvoirs-publics-vers-une-greve-des-loyers/ https://brest.mediaslibres.org/spip.php?article1683 https://expansive.info/Appel-a-la-greve-des-loyers-2145 Faut-il cesser d'entretenir les marchands de sommeil et les spéculateurs immobiliers? les petits proprios pourront-ils honorer leur crédit immobilier? Y a-t-il une chance que cette grève soit suffisamment suivie pour que le gouvernement accède à certaines revendications? Le droit de propriété doit-il primer sur le droit au logement ou l'inverse? Doit-on accepter de choisir entre se nourrir et se loger? etc.
  2. .....(.....).... Depuis maintenant 34 ans, les équipes du Secours Populaire de Toulouse servent des petits déjeuners aux personnes en grande précarité Place du Salin à Toulouse. Ces petits déjeuners y sont servis tous les dimanches matin de l'année , seul moment sur Toulouse où les plus démunis, ceux qui dorment dehors, les laissés pour compte peuvent prendre un petit déjeuner chaud qui sera pour beaucoup le seul repas de la journée. L'association "le Camion Douche" y a rejoint leur action afin d'offrir un service de douche chaude avec produits d'hygiène à tous ceux qui le désirent . Depuis 34 ans l' action du Secours Populaire a toujours eu l'accord tacite de la Mairie. La place du Salin interdite au stationnement depuis un an a été équipée d'un portillon permettant aux commerçants d'y avoir accès le jour de marché. Contactée lors de cette condamnation d'accès début 2017, la Mairie avait orienté le Secours Populaire vers les services de Toulouse Métropole qui leur avaient rapidement fourni une clé d'ouverture des cadenas leur donnant l'accès à cette place et leur permettant d'y stationner. Hier matin, après un premier avertissement il y a quelques semaines, car pas d'autorisation écrite de stationner (une demande écrite avait été adressée au Maire de Toulouse il y a 10 jours), nouvelle visite de la Police Municipale qui a cette fois-ci verbalisé l'équipe présente avec le camion aux couleurs du Secours Populaire ainsi que celle du Camion Douche. Motif: occupation illégale de l'espace public ! Cette action hebdomadaire, qui voit chaque dimanche servir une centaine de petits déjeuners, est aussi un moment très important de présence auprès des plus démunis, dont l'équipe de bénévoles présents assure un fort lien social. en entier sur https://blogs.mediapart.fr/kiki-puech/blog/261117/quand-la-ville-de-toulouse-sen-prend-au-secours-populaire-francais
  3. L’homme de 54 ans redoute son premier hiver dans le froid avec sa chienne Bip Bip. La solidarité s’organise cité Delaune Et soudain, tout s’écroule : plus de toit sur la tête, pas assez pour rebondir, un passage obligé sur le billard, l’arrêt maladie qui s’éternise… Le pro de la débrouille n’imaginait pas « tomber si bas ». « Et encore, se persuade Dominique derrière le volant de sa Mégane. J’ai le privilège d’avoir cette vieille carcasse. Mais je vous assure qu’il fait aussi froid dedans que dehors… » ......(....)..... Et un ange gardien : Djelloul, 23 ans. Son ancien collègue de la RATP. « Quand j’ai vu Dominique ici, j’en aurais pleuré, lâche cet habitant de Nanterre (Hauts-de-Seine). C’est la première fois que je le voyais barbu, lui qui était toujours rasé de près. Comment peut-il se retrouver à la rue dans un pays comme le nôtre ? » Djelloul a décidé de partager son coup de gueule sur les réseaux sociaux. Avec l’espoir de trouver un abri pour son ami. Sa vidéo, tournée auprès de Dominique la semaine dernière, a cumulé plus de 9 000 vues en six jours. « Si l’on veut faire bouger les choses, alerter les autorités, elle doit circuler au maximum », implore-t-il. .....(....).... Vous voyez cet appartement en HLM ? Les volets sont fermés depuis des semaines, pointe Dominique. A ceux qui attribuent les logements, je demande juste une pièce où passer l’hiver. Un peu d’humanité. Les accidents de la vie peuvent arriver à n’importe qui… » en entier sur http://www.leparisien.fr/villejuif-94800/video-villejuif-l-elan-de-solidarite-pour-tirer-dominique-de-la-rue-08-11-2017-7381197.php
  4. Au sein de l'Union européenne, l'économie allemande fait figure de bonne élève. Mais derrière un taux de chômage et une croissance enviés par beaucoup de ses voisins européens, le marché du travail est en réalité particulièrement touché par la précarité. Un actif allemand sur cinq occupait en 2016 une activité dite «atypique» (20,7%), soit un total de 7,65 millions de travailleurs. C'est ce que révèle une étude réalisée par Destatis, l'Office fédéral de la statistique allemande - soit l'équivalent de l'Insee en France. Sur le papier, l'embellie de l'emploi se confirme d'année en année outre-Rhin. Source et suite de l'article
  5. La France compte 8,8 millions de personnes pauvres. C'est l'un des enseignements d'une étude sur les niveaux de vie publiée mardi par l'Insee. Selon elle, le taux de pauvreté est resté stable en 2014 à 14,1% de la population. L'année précédente, ce taux s'établissait à 14% un an plus tôt. Ces 8,8 millions de personnes vivent en-dessous du seuil de pauvreté de 1 008 euros par mois. Ce seuil correspond à 60% du niveau de vie médian de la population, qui s'établissait à 1 679 euros mensuels en 2014. Cela signifie que la moitié de la population disposait d'un niveau de vie inférieur à ce montant et que l'autre moitié disposait d'un niveau de vie supérieur. http://www.leparisien.fr/societe/plus-de-14-des-francais-vivent-sous-le-seuil-de-pauvrete-06-09-2016-6098741.php
  6. Les nouvelles autorités tunisiennes ont très vite, après la chute de Ben Ali, donné des assurances aux créanciers internationaux leur assurant un remboursement de la dette. D'après le gouverneur de la Banque centrale, la Tunisie doit rembourser 1120 millions de dinars (560 millions d'euros) alors que le pays a besoin de consacrer toutes ses ressources financières à ses budgets sociaux. Témoignage de Fathi Chamkhi, porte-parole de Raid Attac et Cadtm Tunisie, qui milite activement pour la suspension du remboursement, l'audit de la dette et l'abolition de sa partie odieuse. Billets d'Afrique : Pourquoi ne pas avoir suspendu le remboursement de la dette au lendemain de la révolution ? Cette décision parait être la plus logique, vu l'ampleur des besoins sociaux auxquels il faut répondre en toute urgence. Au lieu de cela, le gouvernement s'est hâté de rassurer les créanciers, quelques jours à peine après la fuite du dictateur, en affirmant poursuivre le paiement de la dette. Rassurer les riches créanciers internationaux, plutôt que d'apporter secours à une population saignée à blanc par plus de deux décennies de politique économique ultralibérale, voilà la priorité de ce gouvernement. Cela en dit long sur sa nature politique et sociale. Il est en effet issu du régime de Ben Ali ! Chose assez curieuse, la révolution s'est contentée de décapiter le pouvoir sans l'abattre. Après le 14 janvier, tout le gouvernement Ben Ali est resté en place. Il a fallu attendre le 24 février pour qu'il en soit chassé. Mais, celle qui prend la relève est, elle aussi, issue du même pouvoir. De ce fait, il ne faut pas s'étonner qu'elle maintienne le cap de la politique du dictateur, c'est-à-dire de continuer d'agir contre les intérêts vitaux des classes populaires, malgré la révolution. La bataille pour la prise du pouvoir paraît donc primordiale pour la réalisation des objectifs de la révolution. Celle pour la suspension du paiement de la dette met en évidence cette vérité. Billets d'Afrique : Les revendications sociales de la Révolution tunisienne peuvent-elles s’accommoder de cette continuité ? Le régime de Ben Ali est un régime antisocial, c'est ce qui explique la révolution. La chute du dictateur n'a pas suffit pour abattre son régime. Le gouvernement actuel est un gouvernement contre-révolutionnaire qui tente de maintenir ce régime. Il est donc clair qu'il n'apporte aucune réponse aux revendications sociales de la révolution. La question est de savoir s'il pourra se maintenir en place malgré cela ? Les classes populaires sont-elles prêtes à se soumettre de nouveau ? A l'heure actuelle rien n'est décidé, même si le gouvernement est en train de marquer des points, par exemple en poursuivant le paiement de la dette, et surtout en reprenant progressivement le contrôle de la situation. Je pense néanmoins que le calme actuel est très fragile et qu'une nouvelle explosion populaire, dans les prochaines semaines, voire les prochains mois, n'est pas à exclure. Le sort de la révolution n'est pas encore scellé. Je continue de croire à sa victoire, car se soumettre de nouveau et se laisser exploiter et opprimer comme cela a toujours été le cas, me parait fort peu probable. Il est bien normal que le régime de Ben Ali essaye de s'accrocher et de se restaurer mais il ne pourra plus résister assez longtemps car il n'a pas de réponses aux immenses attentes sociales. On sait que la quasi-totalité de l'économie tunisienne était aux mains du clan Ben Ali. N'est-ce pas plutôt la dette de celui-ci davantage qu'une dette publique ? Je pense qu'il est exagéré d'affirmer une chose pareille. Certes, les Ben Ali, les Trabelsi (clan de l'épouse du dictateur) et les familles alliées locales se sont approprié un pan entier de l'économie, toujours est-il qu'une bonne partie échappait à leur contrôle. Par exemple, les intérêts économiques étrangers qui sont importants en Tunisie, ont toujours été en dehors de leur zone de contrôle. Cela étant dit, il est vrai de dire qu'une bonne partie de la dette, qui est dite publique, est en fait une dette privée du clan mafieux des Ben Ali-Trabelsi. L'annulation de la dette est-elle un thème populaire en Tunisie ? La dette était une question totalement ignorée des classes populaires avant le 14 janvier. Grâce à la campagne initiée par notre association, nous pouvons affirmer qu'elle l'est beaucoup moins aujourd'hui. Par exemple, plusieurs partis politiques l'ont d'ores et déjà inscrite à leur programmes et un débat national commence à s'organiser autour de cette question. Beaucoup de chemin a été réalisé en si peu de temps, et cela grâce bien évidemment à la révolution. Je pense que cette question va devenir l'une des questions centrales du processus révolutionnaire dans les semaines et les mois à venir. Voyez-vous des similitudes avec la crise des dettes souveraines en Europe ? Bien entendu, il existe beaucoup de similitudes, notamment en ce qui concerne les intérêts sociaux auxquels la dette porte atteinte. Ce mécanisme est conçu pour privatiser les profits et pour socialiser les pertes. La dette ramène derrière elle l'austérité, le chômage et la précarité. Mais le contexte politique est bien évidemment complètement différent. Dans le Sud, la dette s'inscrit dans des relations dominants-dominés, où la dette pose, en plus de questions relevant de la justice sociale, ceux de la souveraineté populaire nationale. Les crises de la dette, qui éclatent ça et là dans les pays du Nord, ou bien qui risquent d'éclater dans un avenir proche, en plus de ceux que connaissent les pays du Sud, ont "le mérite" de mettre un peu plus en évidence les intérêts communs des peuples, aussi bien ceux du Nord que ceux du Sud, face à un ennemi commun. Quelle est la part des créanciers français dans la dette publique tunisienne ? En tant qu'ancienne puissance coloniale, la France occupe une place importante dans la dette de la Tunisie, sa part dans l'encours total de la dette extérieur publique s'élève à environ 14%, mais il ne s'agit que de la part bilatérale, c'est-à-dire celle revenant à l'Etat français (il y a aussi le secteur financier privé). Mais il parait tout de même assez difficile d'admettre que la Tunisie doit de l'argent à la France. D'une part, la Tunisie a déjà remboursé le double de ce qu'elle a emprunté à la France. D'autre part, la France, qui a colonisé la Tunisie pendant trois quarts de siècle, pillant et exploitant librement le pays, a une dette historique envers elle, qu'elle n'a jamais honorée. Bien plus, quelques années après l'indépendance en 1956, le pouvoir tunisien a été obligé de racheter les terres agricoles (environ la moitié de la surface agricole) que les colons français avaient accaparé sous le régime colonial, avec des crédits accordés par l'Etat français !
  7. Six mois en plongée dans l'univers de la précarité Mercredi 17 Février - 11:10 © epa | Florence Aubenas. LIVRE | Journaliste exemplaire, Florence Aubenas s'est coulée dans la peau d'une femme de ménage en quête d'emploi. Récit édifiant au sein de la nouvelle classe laborieuse. Par Jean-Noël Cuenod Suite de l'article... Source: 24heures.ch
  8. « Non l'immigration n'est pas une chance » Gerin persiste et signe 03.09.11 [/JUSTIFIER] [JUSTIFIER] Le député communiste du Rhône est revenu sur sa charge anti-immigration et réaffirme son opposition à une politique qui profite surtout aux grandes entreprises. Il dénonce "un apartheid" dont seraient victimes les jeunes des quartiers, soumis à des "gourous intégristes" qui entretiennent selon lui un climat "anti-France". « Non l'immigration n'est pas une chance pour la France… et la France n'est pas non plus une chance pour les immigrés » affirme André Gerin, qui constate que l'immigration « sert de variable d'ajustement et permet l'accélération du processus de dérèglementation du droit du travail et la généralisation de la précarité. Quand les entreprises ne peuvent pas délocaliser, elles font appel à l'immigration. » Celui qui fut maire de Vénissieux durant 24 ans, ville de la banlieue lyonnaise particulièrement touchée par les problèmes liés à l'immigration, témoigne que « les mafias s'épanouissent dans un terreau de prédilection : les trafiquants de drogue, le communautarisme et l'intégrisme », et dénonce "des gourous intégristes" qui « entretiennent un climat idéologique dangereux, anti-France, anti-Blanc avec comme projet politique la soumission de la France aboutissant à un grave et inacceptable recul de civilisation. » Suite de l'article... Source: Lyon Capitale
  9. Le gouvernement teste un « RSA » pour les jeunes précaires 02/10/13 Michel Sapin, ministre du Travail, était en visite dans l’Aude, ce mardi, pour signer les 20 premiers contrats de « garanties jeunes ». Un nouveau dispositif imaginé par le gouvernement pour venir en aide aux jeunes en situation d’extrême précarité. Décryptage. Lire la suite de l'article Source: Jactiv Ouest France
  10. Si, en 2012, les plus précaires avaient massivement donné leur voix à François Hollande face à Nicolas Sarkozy, son quinquennat les a eux aussi déçus. Les régionales de décembre 2015 indiquent une désaffection pour la gauche et un ralliement massif au Front national, comme le montre un ouvrage à paraître en mars dirigé par Florent Gougou et Vincent Tiberj, sous le titre La Déconnexion électorale, état des lieux de la démocratie française, édité par la Fondation Jean-Jaurès. (...) En 2015, les lignes bougent. Les plus démunis désertent la gauche qui les a déçus. A partir d’une nouvelle enquête menée après les élections régionales de décembre 2015, la politologue constate un basculement spectaculaire de ce public vers le FN. Le parti d’extrême droite bat également des records chez les ouvriers les plus précaires, qui ont voté à 64 % pour lui au premier tour des régionales et à 62 % au second tour. «Dans le contexte de l’élection présidentielle de 2017, la désaffection à l’égard de la gauche de gouvernement et de sa politique semble sans précédent. L’extrême gauche n’apparaît pas crédible et Jean-Luc Mélenchon est perçu comme un faux allié des pauvres. C’est Marine Le Pen qui, à leurs yeux, incarne le dernier recours », poursuit Mme Mayer, à la lumière des entretiens qu’elle a menés. http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/01/28/de-la-gauche-au-fn-le-basculement-du-vote-des-pauvres_5070484_4854003.html
  11. EXTRAITS ""Quatre années de difficultés économiques ont fait flamber la misère, la précarité et la criminalité. Revue de détail de ces petits et grands drames dont la crise est le principal scénariste. Privé de RSA depuis le mois de mai, alors qu'on lui réclamait pour la quatrième fois des pièces justificatives complémentaires, Y. C. s'est soudain aspergé de white spirit avant de se transformer en torche sous les yeux de l'agent d'accueil de la CAF de Mantes-la-Jolie (Yvelines) avec qui il conversait calmement jusque-là. Ce quinquagénaire, père de deux enfants, devait succomber à ses blessures cinq jours plus tard, le 13 août. La fin de l'espoir est le commencement de la mort. En tuant l'espoir à petit feu, la crise met de l'essence dans le moteur des faits divers - vols d'or, razzias sur le cuivre, arrachages de colliers, infractions à l'environnement, saucissonnages... Et elle tue, avec une augmentation des violences, contre soi-même et contre les autres. Elle oppose en même temps un lourd démenti à tous ceux qui prétendent que criminalité et misère ne sont liées en aucune façon. Quelques exemples. A Nîmes, dans le Gard, des patrons, victimes d'une grande tension dans leur trésorerie, sont soupçonnés d'avoir embauché des voyous pour récupérer de l'argent qu'on leur devait. Ils ont fini sous les verrous, mis en examen pour «complicité d'extorsion». Drame de la crise ? Cela en a tout l'air. Dans la forêt guyanaise, des orpailleurs illégaux ont accueilli à l'arme de guerre une colonne de militaires. Bilan : deux morts. Drame de la crise ? Jamais le prix de l'or, valeur refuge par gros temps, n'a été aussi élevé. ......(........)........ La chasse aux coffres-forts C'est la crise ! Par peur du grand krach, de nombreux épargnants, qui ne font plus confiance aux banques, choisissent de vider leurs comptes. Problème : que faire de ces tas de billets ? Voilà comment le bon vieux coffre-fort est revenu à la mode. Certains fournisseurs sont même en rupture de stock. Du coup, les gangs de cambrioleurs sont à l'affût. Ils planquent devant les magasins, guettent les acheteurs et les suivent jusqu'à leur domicile. Où ils reviendront plus tard, la nuit de préférence, et ils n'hésiteront pas à déployer toutes les violences pour obtenir le sésame, la combinaison qui permettra de rafler le magot. On parle de «saucissonnage» à domicile ; tout est dit dans cette référence à la charcuterie.""lire en entier sur ! http://www.marianne2.fr/Quand-les-faits-divers-racontent-la-crise-1-3_a222291.html http://www.marianne2.fr/Quand-les-faits-divers-racontent-la-crise-2-3_a222314.html http://www.marianne2.fr/La-crise-racontee-par-les-faits-divers-3-3_a222315.html une petite larme pour ceux qui voient réduire leur pouvoir d' achat : http://www.latribune.fr/entreprises-finance/20120620trib000704876/le-nombre-de-millionnaires-augmente-mais-au-total-leur-fortune-diminue.html http://www.lepoint.fr/economie/la-france-record-europeen-du-nombre-de-millionnaires-19-10-2011-1386400_28.php
  12. L'Etat veut aider les contractuels à sortir de la précarité Jeudi 30 Décembre - 19:18 Le gouvernement français ouvrira en janvier une négociation sur l'emploi des contractuels dans la fonction publique pour faciliter leur accès au contrat à durée indéterminée et à la titularisation. Le ministre de la Fonction publique, François Baroin, et le secrétaire d'Etat, Georges Tron, ont envoyé aux syndicats un document d'orientation sur ce sujet et un projet de loi sera préparé au premier semestre 2011, ont-ils annoncé jeudi. Ce document propose de transformer les contrats à durée déterminée des contractuels en CDI "dès lors qu'ils assurent des besoins permanents auprès du même employeur et qu'ils justifient d'une ancienneté de six années sur une durée de référence de huit ans", lit-on dans le communiqué. Suite de l'article... Source: le point
  13. Vingt-cinq associations s’unissent pour contrecarrer les idées reçues sur les chômeurs et les précaires… Pour diminuer le chômage, il faut réduire les dépenses sociales ; les jeunes d’aujourd’hui ne veulent plus travailler… Source et suite de l'article
  14. Le sociologue Patrick Cingolani a identifié une distinction entre les précaires issus des classes populaires et les métiers intellectuels qui revendiquent la précarité au nom de l'autonomie. A côté des millions de "travailleurs précaires", peu qualifiés et souvent condamnés au temps partiel, le chômage endémique a créé une nouvelle précarité, revendiquée au nom de l'autonomie. Elle se rencontre dans les classes moyennes, les métiers intellectuels en particulier, selon le sociologue Patrick Cingolani. Suite de l'article...
  15. Invité

    « Nous venons libérer les stagiaires »

    Source et suite de l'article
  16. Une vingtaine d'intermittents du spectacle en colère ont, ce vendredi après-midi, recouvert la façade du local de la fédération PS de la Somme de goudron et de plumes. Ils ont ensuite collé les lettres "MEDEF" au-dessus du local situé près de la Maison de la Culture à Amiens. La police, présente en nombre, a procédé à des interpellations. Une délégation d'intermittents a été reçue par la députée PS de la Somme, Pascale Boistard. Cette manifestation a eu lieu alors que la Fête dans la Ville a débuté ce vendredi matin à Amiens et se poursuit jusqu'à dimanche. http://www.dailymotion.com/video/x1zwimh_les-intermittents-s-attaquent-au-local-ps-a-amiens_newshttp://www.dailymotion.com/video/x1zwimh_les-intermittents-s-attaquent-au-local-ps-a-amiens_news http://www.dailymotion.com/video/x1zwimh_les-intermittents-s-attaquent-au-local-ps-a-amiens_news "'>http://www.dailymotion.com/video/x1zwimh_les-intermittents-s-attaquent-au-local-ps-a-amiens_newscomme un PS noc j'avais oublié de mettre la source !! faut pas vieillir !! http://www.courrier-picard.fr/region/des-intermittents-s-attaquent-au-local-du-ps-a-amiens-video-ia167b0n392457
  17. Une lettre ouverte a été lancée ce matin par les auteurs de BD, derrière le syndicat SnacBD. 748 signataires (mais bien plus en réalité car tout le monde n'a pas eu le temps de signer). C'est donc la quasi-intégralité de la profession qui lance un cri de désespoir et de colère. La lettre intégrale et les signataires (liste non exhaustive) : http://www.syndicatb...tre_Culture.pdf
  18. Appel à soutien Depuis le 26 avril dernier, à Toulouse, un collectif de travailleurs sociaux et de salariés du secteur médico-social (le GPS) a réquisitionné un bâtiment du ministère de la cohésion sociale afin de mettre à l’abri des personnes vivant à la rue en situation de grande précarité. Après une tentative d’expulsion, la Préfecture, déboutée par le tribunal administratif, a réuni les principaux représentants du GPS, de la FNARS, du Collectif Inter-Associations Toulouse et du collectif « Goutte de Vies » pour constituer un groupe de travail en partenariat avec la Mairie de Toulouse, l’ARS et le Conseil Général. Un projet définitif d’habitat adapté au centre de Toulouse pour accueillir des Grands Précaire est en cours d’élaboration. Dans l’attente, un projet temporaire sur la rue Goudouli avec, d’ici peu, la signature d’un bail, et l’embauche de plusieurs salariés va se concrétiser. La réquisition de la rue Goudouli, par son engagement, son professionnalisme, et une certaine forme d’audace, a ainsi donné naissance à un projet innovant dans ses pratiques comme dans le fond et démontré l’efficacité et la pertinence de sa lutte qui revêt aujourd’hui une dimension hautement symbolique. Pour autant, et alors que le projet est proche de son dénouement, il repose toujours sur l’engagement militant et bénévole du GPS et de ses sympathisants. La « Maison Goudouli » a encore ainsi pour quelques temps besoin de votre aide pour faire vivre le lieu et pour que les protagonistes ne s’y épuisent pas. Aides matérielles, quelques heures de présence, une aide au repas, un peu de ménage … chaque heure passée sur le lieu sera précieuse. Celui-ci est ouvert 24h sur 24h et accueille 15 personnes BLOG GPS (ctrl + clic) http://gps.midipy.over-blog.com/ Si vous souhaitez découvrir et soutenir ce lieu singulier, venez au 4 bis rue Goudouli Accueil tous les jours de 8h30 à 22h Téléphone : 06 09 68 81 12 Soutenez l’action du Groupement Pour la Défense du Travail Social (GPS) signez la pétition en ligne avec ce lien http://www.petitionenligne.fr/petition/soutenez-laction-du-groupement-pour-la-defense-du-travail-social-gps/1187
  19. Olivia7520

    Y'en a assez !

    Bonjour à vous, Que pensez-vous de l'attribution des logements sociaux à Paris ? Les commissions d'attribution agissent-elles vraiment en toute transparence ? Quand on sait que certains élus ou cadres sup' se font pistonner pour obtenir un logement social en un temps record (alors qu'ils ont les moyens de loger dans le privé), on est en droit de se poser la question ! Pourquoi est-ce toujours aux classes moyennes et populaires qu'on demande de faire des efforts considérables, alors que les élites ne montrent pas l'exemple ?! Pourquoi les personnes ayant très largement les moyens de loger dans le privé ne libèrent-elles pas le logement social qu'elles occupent par solidarité et pour montrer l'exemple, alors qu'il y aurait "pénurie" de logement social dans la capitale ? Il y a trop d'opacité dans ce système d'attribution de logement social et en cette période électorale, aucun candidat ne mentionne le mal-logement qui condamne de trop nombreuses personnes et familles...quel manque de considération ! Si vous avez été témoin de près ou de loin d'injustice liée à l'attribution d'un logement social à Paris, faites entendre votre voix !
  20. Ça y est, la réforme des cotisations de la retraite complémentaire est passée en force ! Elle concerne les auteurs (Bd et livre) et artistes plasticiens. Source : https://www.facebook...?type=3 Pour les non-initiés, 80% des auteurs de BD naviguent entre le SMIC et le seuil de pauvreté, tout en travaillant beaucoup. Pour eux, la hausse équivaudra à lâcher en gros un mois de (petit) salaire sans préavis. Mais au-delà de ça, c'est le mépris affiché des institutions qui fait le plus mal. La mobilisation organisations représentants les auteurs de BD, les écrivains, les auteurs Jeunesse et les artistes plasticiens n'ont pas daignées être entendues. Ce sont des métiers tributaires de beaucoup de choses, où l'on sait très bien qu'on peut galérer... mais galérer quand on travaille, que le marché du livre se porte bien, c'est pousser un peu loin le chemin de croix. Nota : les auteurs ne sont pas intermittents donc n'ont pas de chômage.
×