Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Messages recommandés

Doïna Membre+ 11543 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Bonjour :hi:

L'Etat du Sud vient de mettre en ligne les dernières paroles de 500 personnes exécutées depuis 1982. Des témoignages bouleversants qui en disent plus qu'un long discours contre la peine capitale.

Qu'y a-t-il encore à dire, quelques instants avant l'injection létale ou la chaise électrique ? En publiant les derniers mots de ses 500 condamnés à mort depuis le rétablissement de la peine de mort au Texas en 1982, le département de la justice pénale de l'Etat du Sud des Etats-Unis délivre un bouleversant document humain. Certains condamnés implorent le pardon de la famille, d'autres tentent de trouver la paix dans la prière ou gardent le silence. D'autres encore n'éprouvent aucun remord, expriment de la rage, de la défiance, ou un sentiment d'injustice et continuent de plaider l'innocence, parfois en multipliant les arguments contre la peine de mort. En contraste avec la crudité déchirante de ces épitaphes orales qui en disent plus long qu'un long discours contre la peine capitale - on se demande d'ailleurs dans quel but l'Etat du Texas les a-t-il publiées - les noms des condamnés s'alignent froidement sur le site, à côté de renseignements tels que leur couleur de peau, leur date d'exécution et leur numéro de prisonnier.

Voici quelques extraits de ces troublants témoignages :

1. "Je veux que la famille de la victime sache que je n'ai pas commis ce crime. Je n'ai pas tué votre proche adoré. Sharon Wilson, vous avez déclaré coupable un homme innocent et vous le savez. Il y a des avocats que j'ai engagés qui vont le prouver, et j'espère que vous pourrez vivre avec ça." - Richard Jones, exécuté le 22 août 2000.

2. "Je mérite ce qu'il m'arrive. Dites à tout le monde que je leur ai dit au revoir." - Charles William Bass, exécuté le 12 avril 1986.

3. "Message aux médias : je n'ai, à ce moment précis, absolument pas peur de ce qui va arriver à mon corps. Ma peur va à Allah, le seul Dieu, qui désormais a le seul pouvoir de déterminer si je vais vivre ou mourir." - Charlie Brooks, Jr., exécuté le 7 décembre 1982.

4. "Jane, Grace et tout le monde ici présent, je sais que vous pensez que je suis coupable (...) mais laissez moi vous dire quelque chose, il y a eu deux tests d'ADN et aucun ne m'a convaincu. J'en voulais un troisième, mais ce n'est jamais arrivé. Trois personnes, à plusieurs reprises, ont avoué avoir tué ces personnes - vos parents. Ils ne me connaissaient pas. Ma requête est que vous alliez à l'église pour prier et demander pardon, parce que vous êtes en train de m'assassiner. De ma vie, je n'ai jamais tué personne. (...) Vous m'assassinez et je ressens de la pitié pour vous. Allez à l'Eglise pour trouver le salut. Je ne sais vraiment pas quoi vous dire d'autre." - William Chappell, exécuté le 20 novembre 2002.

5. "Je suis innocent, innocent, innocent. Ne faites pas d'erreur là-dessus, je ne dois rien à la société. Continuez le combat pour les droits de l'homme, continuez à aider les innocents (...). Je suis un homme innocent, et quelque chose d'injuste se passe ce soir. Puisse Dieu vous pardonner tous. Je suis prêt." - Leonel Torres Herrera, exécuté le 12 mai 1993.

6. "La seule chose que j'ai à dire est qu'aucune affaire passée devant les tribunaux n'est exempte de toute erreur. Voilà mes mots. Aucune affaire n'est exempte de toute erreur. Vous pouvez y aller gardien." - Dale Devon Scheanette, exécuté le 10 février 2009.

7. "Je t'aime maman. Adieu." - Jeffery Motley, exécuté le 7 février 1995.

8. "Je n'ai d'animosité envers personne. J'ai fait une erreur il y 18 ans - j'ai perdu le contrôle de mon esprit mais je ne voulais blesser personne. Je n'ai pas de haine contre l'humanité. J'espère qu'Il me pardonnera ce que j'ai fait. Ce n'était pas mon intention." - John Fearance, exécuté le 20 juin 1995.

9. "J'avais quelque chose à dire mais maintenant que je vois ma famille ici je veux seulement dire que je vous aime tous. Je suis innocent. Je vous aime tous si fort. Vous êtes magnifiques. C'est bon, gardien, j'ai fini." - Richard Duncan, exécuté le 3 décembre 2003.

10. "Je vous aime tous. Gardez la foi. Souvenez vous que la peine capitale est un meurtre. Ils prennent la vie d'un homme innocent." - Robert Nelson Drew, exécuté le 2 août 1994.

11. "Cette exécution ne représente pas la justice. Cette exécution est un acte de vengeance. Si c'est ça la justice, alors la justice est aveugle. Prenez un jeune homme attardé, limite fou, qui commet un crime pour la première fois, trafiquez ensuite sa vraie confession complète, ajoutez un juge plein de préjugés et un jury intégralement blanc, plus un avocat inutile, retirez la possibilité d'une réhabilitation, persécutez les témoins et vous décidez ainsi d'une peine de mort qui va durer plus de 10 ans pour toute une famille. Je le répète : cette exécution ne représente pas la justice mais un acte de vengeance. Tuer R.J. ne ramènera pas Anil, ça ne sert qu'à justifier 'œil pour œil, dent pour dent'." - Richard J. Wilkerson, exécuté le 31 août 1993.

12. "La peine de mort au Texas est détraquée. Quand un avocat - qui n'est pas qualifié - peut être forcé de vous représenter, le système ne fonctionne pas. Quand votre avocat peut faire échouer votre demande d'appel en ne rendant pas un document dans les temps (...), le système ne fonctionne pas. Quand les autorités, comme au Texas, font tellement confiance à leur système judiciaire, des erreurs sont faites et des innocents sont exécutés. (...) Je vous en prie, continuez à vous battre contre la peine de mort, son unique but est de se venger et elle n'a aucun effet dissuasif. Il est temps d'obtenir un moratoire pour le Texas." - Henry Earl Dunn, Jr. exécuté le 6 février 2003.

13. "Vous m'avez tous amené là pour que je sois exécuté, pas pour que je fasse un discours." - Charlie Livingston, exécuté le 21 novembre 1997.

14. "Je vais faire bref. Je veux juste dire, euh, la famille, prenez soin de vous. Euh, regardez ça comme une expérience de vie. Tout arrive pour une raison. Nous savons tous ce qui s'est réellement passé, mais il y a juste des choses qu'on ne peut pas combattre. On dirait que les petites gens finissent toujours pas se faire écraser. Ca arrive. (...) Il n'y a pas d'hommes sans démons, pas plus qu'il n'y a d'homme si mauvais qu'il ne vaille rien. Mais ainsi va la vie (...) Dites à ma femme que je l'aime. Je garde un œil sur chacun d'entre vous, spécialement mes nièces et mes neveux. Je vais bien. Je vous aime tous. (...) Je suis prêt." - David Castillo, exécuté le 23 août 1998.

15. "Je n'ai pas de derniers mots, je suis prêt" - Kenneth A. Brock, exécuté le 19 juin 1986.

Source & pour lire lien vers la totalité des déclarations des condamnés en fin d'article.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Surimuchan Membre 3824 messages
"Emmerdeuse immigrée" ‚ 29ans
Posté(e)

Des frissons partout.

La peine de mort est un crime, qui fait de ses soutenant et exécutants des assassins, crime inqualifiable. Une loi d'un autre âge, punir le sabre par le sabre. Hideux crime de vengeance.

Puisse ses soutenant et exécutant ne pas subir le même sort et ne pas condamner les générations à venir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Doïna Membre+ 11543 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Oui, d'autant plus que l'erreur est humaine et que le système judiciaire est actionné par des humains capables d'erreurs... Combien d'innocents ont été exécutés pour des crimes qu'ils n'avaient pas commis ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
The_Dalek Membre 20944 messages
Greuh‚ 39ans
Posté(e)

La peine de mort reste l'un des pires crime qui soient, si tuer le coupable (le VRAI coupable) pouvait ramener les victimes a la vie, ce serait justifié, mais a ma connaissance un mort reste mort quoi qu'on fasse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Surimuchan Membre 3824 messages
"Emmerdeuse immigrée" ‚ 29ans
Posté(e)

La peine de mort est un meurtre de sang froid prémédité en bande organisée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nerelucia Membre 12886 messages
Forumeur alchimiste‚ 113ans
Posté(e)

Quand un avocat - qui n'est pas qualifié - peut être forcé de vous représenter, le système ne fonctionne pas. Quand votre avocat peut faire échouer votre demande d'appel en ne rendant pas un document dans les temps (...), le système ne fonctionne pas.

Il vaut mieux avoir les avocats de DSK, c'est exact. En matière de défense, mieux vaut être riche.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PINOCCHIO Membre 30361 messages
Pantin contestataire‚ 75ans
Posté(e)

Du repentir, des regrets, mais c'est la loi du talion, j'ai donné la mort , je la reçois !

Et combien d'années avant le jour fatidique?

ils auront eu le temps de ressassé le crime qu'ils ont commis:bad:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nerelucia Membre 12886 messages
Forumeur alchimiste‚ 113ans
Posté(e)

et combien sont innocents ? Franchement, on le dit, ils le crient, dans le tas il doit bien y avoir des erreurs judiciaires mais rien en face, aucun défenseur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
The_Dalek Membre 20944 messages
Greuh‚ 39ans
Posté(e)

c'est tout le problème avec la peine de mort

une sentence a vie on peut très bien l'arrêter en cas d'erreur, ça ne rendra pas les années de prison mais au moins ça laisse une chance au condamné de se reconstruire

Par contre quand un type est exécuté et qu'il s'avère qu'il était innocent, on corrige le tir comment ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PINOCCHIO Membre 30361 messages
Pantin contestataire‚ 75ans
Posté(e)

Curieux que au moment ou ils savent que c'est la fin, ils sont en phase avec Dieu, alors que c'est des assassins habités par le démon au moment de leurs crimes.

Le repentir est là, mais un peu trop tard:hehe:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Crystalbella
Invité Crystalbella Invités 0 message
Posté(e)

Je serait pour l'execution de Marc Dutroux maintenant il veut porter un bracelet electronique et s'il recommençait s'il en tuait d'autres??? Et le meurtre de cette gamine de dix sept ans par son camarade de classe? Des innocent vous dites? Certes dans le doute il ne devrait pas y avoir poursuite de la mise en place de cette horrible machine de destruction sur laquelle on ne peut ou on ne veut pas revenir qu'est la peine capitale.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Aroun Tazief Membre 3970 messages
On peut tromper mille fois mille personnes.....‚ 35ans
Posté(e)

Des frissons partout.

Idem avec bonus larme à l’œil, franchement ces mots font beaucoup de peine.

Curieux que au moment ou ils savent que c'est la fin, ils sont en phase avec Dieu, alors que c'est des assassins habités par le démon au moment de leurs crimes.

Le repentir est là, mais un peu trop tard:hehe:

C'est logique en même temps, le repentir ne peut arriver qu'après l'acte, et je te rappel que la majorité des citations disent qu'ils sont innocent

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ilivni Membre 8 messages
Baby Forumeur‚ 52ans
Posté(e)

Si j'ai bien compris par ce que vous nommez "l'Etat du sud", vous faites référence au Texas.

Incroyablement choquée comme vous l'êtes, j'ai entrepris depuis quelques années de traduire ces dernières paroles prononcées par la personne qui sera exécutée dans les minutes qui suivent. Vous en avez nommé de très touchantes ; et pour les avoir à peu près toutes traduites en français, je me suis rendue compte que celles-ci pouvaient être répertoriées (le mot est maladroit et je vous prie de m'en excuser) en XX types :

- Tout d'abord, lorsque le micro se positionne à hauteur de la bouche du condamné déjà placé sur ce que l'on nomme "the gurney", qui n'est autre qu'un semblant de fauteuil de dentiste, un petit nombre de condamnés refusent de s'exprimer (environ 10 %) ;

- D'autres, qui ont vécu l'enfer de leur incarcération pendant des décennies et qui se sont rapproché de Dieu (Islam, Catholicisme, Bouddhiste, etc.) prie leur Dieu, très souvent en demandant de pardonner ceux qui vont procéder à l'injection létale (environ 20 %),

- Un large nombre s'exprime en proclamant leur innocence jusqu'au bout (environ 30 %) ;

- Et une faible minorité d'entre-eux ont des mots de haine, soit vis-à-vis du système, de leurs conditions de détention et ont un mot de sympathie pour leurs "frères" qui sont restés dans le couloir de la mort (environ 20 %);

- Enfin, les 20 % restants, expriment leur culpabilité et s'excusent auprès de la famille de la victime, assez souvent présente dans la salle des témoins, et s'excusent de même auprès de leur propre famille.

Je tiens à votre disposition toutes ces traductions, très émouvantes. J'émets le souhait le plus vif que les Etats-Unis accèdent prochainement et ce le plus rapidement possible à un moratorium qui cesse toute forme d'exécution.

Vous pouvez bien entendu m'envoyer un MP

Bien à vous

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ilivni Membre 8 messages
Baby Forumeur‚ 52ans
Posté(e)

Je serait pour l'execution de Marc Dutroux maintenant il veut porter un bracelet electronique et s'il recommençait s'il en tuait d'autres??? Et le meurtre de cette gamine de dix sept ans par son camarade de classe? Des innocent vous dites? Certes dans le doute il ne devrait pas y avoir poursuite de la mise en place de cette horrible machine de destruction sur laquelle on ne peut ou on ne veut pas revenir qu'est la peine capitale.

Je comprends votre désarroi face à cet homme mais la loi dite "Badinter" a exclu définitivement la peine de mort en France. Pour faire un petit parallèle avec le mode d'exécution aux USA, je pense (mais, ce n'est que mon opinion personnelle), que notre ancien système de mise à mort était beaucoup plus barbare que ce qu'il est actuellement aux Etats-Unis.

Souvenez-vous : les exécutions en France sont restées publiques jusqu'en juin 1939 : Eugène Weidmann, en allemand Eugen Weidmann, né le 5 février 1908 à Francfort-sur-le-Main, surnommé le « tueur au regard de velours », assassin célèbre des années 1930, le dernier condamné guillotiné en public en France.

Il y avait à cette époque des guillotines qui se déplaçaient en transport ferroviaire jusqu'à la prison où le condamné allait être exécuté. Il y avait également une (voire deux) guillotines en Algérie, alors territoire français qui composait de trois départements.

Le procès était une étape cruciale dans le sort d’un accusé dans la mesure où ni lui ni le ministère public n’étaient habilités à faire appel de la décision, le pourvoi en cassation basé sur le droit et non sur les faits était le seul recours judiciaire. Sinon, la composition et le fonctionnement de la cour d’assises était le même qu’aujourd’hui. Trois magistrats et neuf jurés tirés au sort étaient habilités à prendre la décision fatale, mais l’avis du président jouait un rôle prépondérant (d’autant qu’il était le seul des douze membres de la cour ayant par la suite la possibilité d’assister à l’exécution).

Bien que cela soit théoriquement possible, la peine de mort n'était presque jamais prononcée sans avoir au préalable été requise par le représentant du ministère public (Bruno Triplet, âgé de 17 ans le jour du meurtre, étant un des rares cas, mais il fut ensuite gracié par Valéry Giscard d'Estaing). L’avocat général et le juge d’instruction pouvaient parfois eux-aussi assister à l’exécution, respectivement en tant qu'officier du ministère public et officier du tribunal du lieu d’exécution.

Selon des statistiques, de 1968 à 1978, la peine de mort était requise en moyenne 15 fois par an et prononcée trois ou quatre fois, pour finalement être exécutée une fois tous les deux ans.

Le condamné à mort disposait de cinq jours francs pour se pourvoir en cassation. D’après l'article 604 du code de procédure pénale (abrogé), la Cour était tenue de statuer dans un délai de trois mois « à compter de la réception du dossier », c'est-à-dire en fait moins de quatre mois après la condamnation à mort. Bien que l’annulation d’un arrêt d’assises était (et est toujours) rare, dans les affaires capitales, il était au contraire plutôt courant. Auquel cas, il était rare que l’accusé soit condamné à mort lors de son second procès, Jérôme Carrein étant un des rares cas (ce que certains attribuent au mécontentement suscité par la condamnation à perpétuité de Patrick Henry quelques semaines plus tôt).

En cas de refus de grâce présidentielle,l’exécution avait rarement lieu plus de deux jours après que le Président avait décidé de laisser la justice suivre son cours, juste le temps pour que la guillotine fasse le trajet jusqu'à la prison (avant l’abolition, lorsque celle-ci ne servait pas, elle était entreposée à la prison de la Santé à Paris). L’exécution ne pouvait avoir lieu ni un dimanche (mais éventuellement le samedi), ni un 14 juillet, ni un jour de fête religieuse. La loi interdisait strictement, tant que l’exécution n’avait pas eu lieu ou que la grâce n’avait pas été officialisée, de publier dans la presse la décision du Président, ni même les avis du Conseil supérieur de la magistrature.

Le personnel pénitentiaire ne devait changer aucune de ses habitudes pour que le condamné ne puisse avoir aucun indice lui permettant de penser qu'il allait être exécuté. Le condamné était informé du rejet de sa grâce le jour-même (généralement par le directeur de la prison), au réveil avant d’aller à son exécution (celle-ci ayant toujours lieu avant le lever du soleil).

D’ailleurs, lorsque les personnes autorisées à assister à l’exécution (une douzaine) se rendaient en silence vers la cellule du condamné, il n’était pas rare que les gardiens marchent en chaussettes jusqu’au pas de la porte pour surprendre le condamné dans son sommeil. Dès la fin des années 1940, il fut interdit de porter la main sur un condamné qui ne se rebellait pas.

Puis, après lui avoir notifié le rejet de sa grâce, tout allait très vite. On conduisait alors le condamné dans une pièce à côté de la cour où se trouvait la guillotine, et il lui était proposé :

1- d’écrire une dernière lettre à ses proches ;

2- de faire une déclaration éventuelle ;

3- de s’entretenir avec un ministre du culte qui recevait ainsi sa confession, et lui donnait éventuellement la communion ;

4- enfin, de fumer une cigarette et de boire de l’alcool fort.

Toutes ces formalités accomplies, il était alors remis à l'exécuteur et ses adjoints. Avec de la ficelle (et non avec des menottes, pour que ce soit moins pénible pour lui et éviter qu'il ne se blesse) on lui attachait les pieds, les genoux et les bras derrière le dos, jusqu'aux coudes afin qu'il se voûte et que son cou présente mieux au couperet. On lui coupait éventuellement les cheveux pour dégager la nuque, le col de chemise, puis on rabattait cette dernière sur les épaules. On portait alors le condamné dans la cour de prison vers la guillotine qui était dissimulée jusqu'au dernier moment. Puis, placé sur la machine, en quelques secondes, le condamné était décapité. Entre le moment où l’on pénétrait dans la cellule et celui où la tête tombait, il s’écoulait généralement entre 15 et 20 minutes.

Après l'exécution : le corps de l'exécuté était ensuite rendu à la famille si celle-ci le réclamait, afin qu'elle le fasse inhumer dans la plus grande discrétion. Sinon l’administration s’en chargeait elle-même.

Depuis l’abolition des exécutions publiques après celle de Eugène Weidmann en 1939, on ne devait placarder sur la porte de la prison pendant 24 heures, que la copie du procès-verbal de l’exécution. Aucune autre indication sur le déroulement de l'exécution ne devait être publiée par la presse, sous peine d'amende.

Voilà pour un petit moment d'Histoire, qui fait frissonner

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Zigbu Membre 6639 messages
Zigbu‚ 72ans
Posté(e)

Si j'en crois les chiffres annoncés, 30% se déclarent innocents. S'ils le sont tous, ça fait un sacré paquet d'erreurs judiciaires. Justice un peu expéditive. Enquêtes bâclées, Jury manipulés, racisme... ??? Les USA feraient bien de revoir leur système judiciaire où celui qui est riche a de grandes chances de s'en sortir et le pauvre a droit à la piqure. C'est la même chose pour leur assurance maladie qu'Obama voulait changer mais pour lequel il s'est heurté à une opposition farouche.

Le rêve Américain ! Pour qui ? Pas pour moi en tout cas !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
essayeur Membre 3422 messages
Forumeur alchimiste‚ 54ans
Posté(e)

Effectivement c'est dur mais je n'ai pas tout lu ça rend triste.

La peine de mort n'a plus sa place dans le monde civilisé, les pédophiles je castre physiquement, les psychopathes je m'en sers comme cobayes pour tester les médicaments, à la place des animaux. Dans tous les cas ils peuvent être utiles à la société.

Quant aux autres, je leur laisse une chance de se racheter, on ne doit pas voler à un homme, la chance de se racheter dans cette vie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Rasibus Membre 4080 messages
Forumeur alchimiste‚ 86ans
Posté(e)

J'ai du mal à croire que la Justice se trompe 30 fois sur 100.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Zigbu Membre 6639 messages
Zigbu‚ 72ans
Posté(e)

J'ai du mal à croire que la Justice se trompe 30 fois sur 100.

Tu fais erreur : C'est 30% des condamnés à mort qui disent qu'ils sont innocents. Heureusement que ce n'est pas 30% des jugés. Quoique, c'est bien connu, en prison il n'y a que des innocents ! :p

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ilivni Membre 8 messages
Baby Forumeur‚ 52ans
Posté(e)

J'ai du mal à croire que la Justice se trompe 30 fois sur 100.

Je pense sincèrement que la justice américaine se trompe largement plus que 30 fois sur 100.

Je mentionnais les dernières déclarations mais dans les 30 % de condamnés à mort qui avouent leur crime ; il faut sans doute accepter le fait que :

- Parmi ceux qui ont trouvé la paix à travers Dieu, un certain nombre sont innocents

- Tout comme ceux qui ne souhaitent pas faire de déclaration avant d'être mis à mort

- Ou encore ceux qui encouragent leurs "frères" de prison, à continuer la lutte

Et le chiffre de 30 % pourrait facilement grimper à 50 %.

N'oublions pas que le couloir de la mort de l'Etat du Texas répertorie sur un site Internet : www.tdcj.state.tx.us/death_row/

tout un tas de statistiques qui font froid dans le dos. Si vous êtes de race noire, pauvre, et avez commis un petit vol dans une station service et que pris de panique vous avez tiré sur deux hommes de race blanche : l'exécution sera la voie fatale. C'est inadmissible même si beaucoup d'avocats qui se sont clairement prononcés pour l'abolition de la peine de mort et engagent des étudiants en loi "pro-bono", c'est-à-dire sans les rémunérer, cela reste extrêmement difficile pour un homme noir.

En revanche, vous êtes un "super policier de race blanche", vous avez tué en mission plusieurs personnes de race noire et - au pire - vous serez virés de la police. Quelle honte. N'hésitez pas à m'envoyer un MP, car je détiens l'ensemble des déclarations depuis la reprise des exécutions américaines en 1976

En 1972, la Cour suprême fédérale américaine déclarait inconstitutionnelles les lois des États sur la peine de mort ; au motif qu’elles étaient appliquées de façon « arbitraire et incohérente ».

Le 2 juillet 1976, les États ayant modifié leur législation elle autorisait la reprise des exécutions.

Je peux vous joindre ce fichier en pdf à la demande, demandez le moi en MP, vous y apprendrez beaucoup de choses sur la nature humaine de ces pauvres hommes...

PS : sur le site Internet mentionné ci-haut, figurait jusqu'il y a quelques années, les derniers repas demandés par les personnes allant être exécutées. Face à un tollé, ce topic a été retiré car il était du plus sordide.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pila Membre 18571 messages
Forumeur alchimiste‚ 60ans
Posté(e)

"Je préfère un coupable en liberté qu'un innocent condamné". Un juge.

Rétablissement du bagne en Guyane pour les terreurs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

  • Populaires actuellement

  • Upload d'images

    • Uploadfr est un service proposé par ForumFr, simple et gratuit, vous permettant d'héberger vos images. Si vous rencontrez le moindre soucis sur le forum, pour vos images, vous pouvez l'utiliser.
  • Nous vous invitons à découvrir les centaines de milliers de sujets existants sur LE Forum - n'hésitez pas à y participer ! L'inscription, gratuite, permet également de diminuer le nombre d'affichage de publicités. Pour cela, inscrivez-vous, ou connectez-vous.

    Bienvenue sur Forum Fr !

  • FFr Mag' 2.0

×