Constantinople

Membre
  • Compteur de contenus

    8 688
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Constantinople

  • Rang
    Forumeur alchimiste

Informations Personnelles

  • Pays

Visiteurs récents du profil

16 574 visualisations du profil
  1. J'entends souvent ce discours de la part de gens valables, aux sensibilités politiques proche des miennes. Souvent michéa est cité d'ailleurs. Zemmour aussi tiens ce discours. Perso je n'ai jamais été convaincu que le libéralisme vient inévitablement s'opposer à toute forme de lien. Je pense que c'est confondre le progressisme comme idéologie politique avec le libéralisme. être libéral ne signifie pas renier sa communauté, ses anciens, son histoire et sa responsabilité dans la continuation de celle ci. Pour moi ce sont les superstructures qu'elles soient étatiques ou privées qui écrasent la liberté de l'homme en faisant un être assisté, irresponsable, bridé dans ses opinions et aspirations. Il n'y a qu'à voir le désastre de l'industrialisation sur le prolétariat français : des générations de zombies communistes, déracinés pour la plupart puisque ces usines ont drainé les gens hors de leur communauté d'origine, et manipulé parce que le parti communiste a réussi à recréer artificiellement une sorte de lien factice au travers de fêtes populaires, de rassemblement, d'une mythologie commune etc. Ca plus l'idéologie progressiste ca donne l'homme d'aujourd'hui, ne pensant qu'à des divertissement superficiel, incapable de discerner bien et mal, et encore moins de se sentir légitime d'imposer l'un par rapport à l'homme, inconscient de ses racines et "après moi la déluge", tout juste bon dans le meilleur des cas à travailler pour toucher son virement en fin de mois. Un lobotomisé souvent en déficit de virilité, qu'il ne connait même pas d'ailleurs pense être une manière d'être pour draguer ou du machisme. Il y a un temps ou nombre de libéraux s'élevaient contre le travail salarié généralisé en prévenant des conséquences sur la psychologie des hommes. Sur la généralisation des aides sociales également. Économiquement même Il y a par ailleurs tous les ordo libéraux comme Ropke qui rejetaient l'idée d'un marché roi, et soulignaient l'importance de l'ordre et de la tradition. Bref... Enfin les hommes de l'ancien régimes étaient "libres", je suis loin d'être en désaccord avec cette constatation compte tenu du contexte de l'époque : mais ils étaient libre car il y avait une morale commune émanant du christianisme, et une église garante d'une ordre moral et social, ainsi qu'une classe guerrière assumant ses responsabilité. L'ancien régime s'est effondré parce que ces deux derniers piliers ont pourri : il parait difficile de ranimer d'entre les morts, aujourd'hui, un tel ordre sinon sur des parts limitées du territoire français où l'on sait par exemple, contrairement aux glorieuses cités acquises au progressisme triomphant et à la civilisation, qu'un flic peut ne pas venir de toute l'année sans qu'un cambriolage, un viol, un meurtre n'y soit commis. Essayez d'interdire la police pendant un an à Paris...Au mieux je pense qu'on récupère une république islamique. Et au passage excusez moi, mais je ne fais pas confiance à l'église catholique quand je vois un tel pape.
  2. Anti racisme, discours pro immigration, anti droite, toujours prompt à qualifier d’extrémiste celui qui a un discours sur la sécurité, les banlieues, la politique migratoire et une indulgence hallucinante pour les milices d'extrême gauche qui crament des gendarmeries, par ex. Prétendre que les médias ne sont pas de gauche, de nos jours, c'est être atteint de cécité intellectuelle en considérant que l'extrême gauche est une gauche modérée, et que la gauche est un centre droit. Prétendre par ailleurs que le néo libéralisme n'est pas de gauche, faut relire pour ça Foucault, c'est faire preuve d'une méconnaissance de celui ci. Le patron de Face Book par exemple en est le meilleur produit. Tous ces mecs qui se sont acharnés contre trump, et soutenu Clinton.
  3. Le libéralisme si on en prends le squelette, c'est l'idéal d'une société basée sur des hommes libres, cette liberté elle même basée sur la propriété privée. Les lumières sont en quelque sorte les libéraux "de gauche" : Défendant un idéal universaliste et abhorrant le particularisme, l'enracinement, la tradition, la religion considérée comme obscurantiste, n'invoquant que l'utilisation de la "raison nue". Le libéralisme "de droite" ou conservateur lui, encense les traditions, l'enracinement, le "préjugé légitime" le droit naturel plutôt que les droits de l'homme dans leur conception universalistes, etc. Il y a aussi Thomas Paine, par exemple. Toqueville aussi, dans une certaine mesure. Bref, je sais qu'on est en France et qu'ils sont la cause de notre déchéance, mais limiter le libéralisme aux lumiéres c'est quand même réducteur.
  4. Si un mec ne mets pas des critères pros, ce qui arrive tout le temps notamment dans les administrations ou on embauche le cousin, le pote, le mec ou la maitresse, c'est con, mais c'est le problème du mec qui monte la boite. Par exemple je comprends tout à fait le type qui embauche son fils, pas forcément compétent, par rapport à un sur-diplomé hyper qualifié. Si il n'a pas envie de bosser avec des cons, il n'embauche pas de cons. Dans un restau chinois je trouve tout à fait normal que le boss embauche des serveurs et serveuses de type asiatique. Pour s'occuper de son secrétariat, si le mec choisit la secrétaire sur des critères notamment physique, c'est de la discrimination mais il est légitime de le faire, puisque c'est SA boite. Lui imposer des limites à ses critères de choix, c'est brider sa liberté. Supérieur, non, courageux oui. J'aime les mecs et les femmes qui prennent leur couilles pour créer quelque chose, en prenant des risques. Toi tu aimes les gens qui grillent des merguez sur le barbock improvisé sur le chant de l'internationale. Chacun son kiff, soit tolérant pour ceux qui n'ont pas les mêmes affinités. Tu n'infirme jamais rien du tout : tu parles de concepts moraux et utopiques et à chaque fois qu'on te mets dans la réalité, comme par exemple, pourquoi on manque de patrons en France ? D'entreprise perennes ? Pourquoi on ne créé pas suffisament d'emplois ? Pourquoi y'a des zones économique qui crèvent en France ? Tu n'as rien à dire qu'un dualisme idiot, stérile, Patrons contre employés, tous les malheurs des employés viennent des patrons et du capitalisme. C'est peu ou prou la même chose pour moi à quelques nuances prêt : La redistribution, la social démocratie et toutes ces conneries, c'est du pareil au même : cela n'a fait que créée des générations d'assistés de la vie incapable de prendre des initiatives et regardant l'état comme papa maman, arrivant encore à pleurer misère alors qu'ils vivent avec la Caf, un logement social, des allocs. Non seulement ca coute trop cher, mais ca créée des citoyens assistés et déresponsabilisés et qui manifestent pour avoir le droit de passer tout une putain de vie dans le même job de la même boite. Mein got... Il n'est même pas capable de le faire dans les entreprises qu'il dirige, et il prétendrait l'imposer dans les entreprises privées ? La bonne blague. L'autorité ça reste à la porte de la propriété privée. Ce oblige un patron envers un employé, c'est le contrat qu'il signe, et au delà de ça, la décense commune de bien traiter un compatriote qui bosse pour ta boite, et donc la communauté par extension. C'est toi, en effet.
  5. Rappelle moi la loi qui interdit à une catégorie de population de monter une boîte ? Si tu veux être employé toute ta vie parfait mais ne pleure pas de devoir avoir un patron que tu ne choisis pas parce que lui a monte la boîte dans laquelle tu veux bosser alors que lui peut choisir qui il embauche. Si tu veux ce privilège deviens patron pas la peine d aller bouffer des merguez avec tes potes dans une manif. Les lois contre la discrimination sont liberticides en effet. Je parlais pas du fait que tu sois de gauche mais marxiste et je ne voit pas au nom de quoi l'état s'arroge le droit de déclarer illicite les critères du patron. Mais je comprends bien que pour un marxiste l'idee meme de devenir, encourager , donner des libertes a ceux qui prennent leur bollocks et entreprennent est celle d'un fou furieux.
  6. Je pense pas qu'on doive cultiver, l'organisation tribale est là. Saddham Hussein derrière ses habits de l'époque pan arabiste et communiste, était en réalité un chef tribal de confession sunnite. De droite ? Il jouait bien au mec de gauche plutôt je dirais. les royautés arabes soutenaient l'intervention au passage. et la limite entre logique géo strétagiques et amitiés/interets personnels était trés floue....De toute façon c'est fait, l’après a été géré n'importe comment, et de toute façon, Saddam n'était pas éternel. Quoi qu'il en soit on paie encore les pots cassé de cette décision ; les américains n'ont jamais oublié monsieur droit de véto. Alors, quand on en est pas capable, on ferme sa gueule et on ne chouigne pas auprès de trois ou quatre journaleux trotkistes.
  7. Après des études à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO, Paris), Gérard Chaliand a obtenu un doctorat en Sociologie politique avec une thèse sur les Révolutions dans le Tiers-monde, mythes et perspectives (Paris V - Sorbonne). Engagé, dans les années 1970, à l’extrême gauche, Gérard Chaliand a participé à la lutte pour la décolonisation de la Guinée Bissau aux côtés d’Amilcar Cabral. De la merde, comme d'hab.
  8. "Le pouvoir absolu est le principe de la propriété " Elle ne s'y arrête pas, vous pouvez donc arrêter votre vie politique : Vous êtes inutile. Donner la liberté de choisir avec qui on veut bosser ou non c'est un comportement de dictateur. Bien la démocratie chez la France insoumise. Tu veux interdire le droit de démissionner d'un taff aussi ?
  9. La position de Hollande comme d'Obama c'était soutenir les sectes islamistes en espérant faire tomber le régime. Obama n'a pas pu intervenir directement grâce au sénat républicain, notez que rien n’empêchait Hollande de faire une action solo plutôt que tirer en aboyant tel un caniche sur le falzar à Obama. Les conséquences politiques d'une intervention militaire contre le régime Syrien étaient proprement incalculable et une opposition démocratique inexistante. C'était une folie pure. Qu'on le veuille ou non, il y a des pays qui ne sont pas fait, pas prêts, pas murs, tournez le comme vous voulez pour un régime démocratique. C'est comme ça. J'ai fait l’erreur de ne pas trouver si mauvaise l'idée de Sarko quand il a envoyé nos avions empêcher Kadhafi de reprendre le pays, franchement, je reconnais m'être complétement planté vu comment ça a tourné ensuite. C'est marrant en lisant le monde, je repensais au cas Irakien, le jour ou Chirac a lâché Bush. Mais à l'époque c'était dans l'autre sens et tout le monde applaudissait la vieille crapule. Les temps changent. Enfin la différence reste que Bush lui, est intervenu parce qu'il l'avait décidé ainsi. Hollande s'est contenté de chouigner auprès des journalistes du monde. Une image de son quinquennat.
  10. 'est une histoire de contexte, pas d'un absolu : dans le contexte actuel, il vaut mieux laisser en place le régime Syrien, ne pas soutenir les sectes djihadistes, et ne pas partitionner le pays. Je ne connais personne qui trouve que politiquement Assad c'est le pied, simplement des gens qui défendant la légitimité du pouvoir Syrien face aux islamistes, et ceux qui défendent la position du "nous n'avons pas à nous mêler de ce qui se passe dans des territoires qui ne sont pas les nôtres". les deux positions se défendent tout à fait. Je vous signale par ailleurs que c'était précisément la position de Hollande et Obama qui ne souhaitaient pas que la guerre s'arrête tant que le régime était débout, avec Assad à sa tête. Tellement plus humaniste.
  11. Quand je vois vois dire que la propriété privée est la source de toute domination illégitime comme un vieux marxiste du XIX eme qui n'aurait pas sur ce que produisait cette idéologie dégueulasse et la suppression de la propriété dans les "démocraties populaires" du XX eme, et que vous osez prétendre défendre la démocratie, on a quand même le droit de s'étouffer?
  12. Ni assad ni Daesh c'est la position du fantasme qui ne peut pas se réaliser en l'état actuel des choses. L’éternel problème de l'homme de gauche, il plaque ses désirs moraux, sur ce qu'il serait bon que soit la réalité...La réalité c'est soit le pouvoir syrien actuel, soit un amalgamas de sectes islamistes...Et ca c'est si le pays n'explose pas complétement ce qui est, à mon avis, la solution la plus probable. La Syrie en guerre civile depuis assez de temps maintenant, il faut la terminer, et de là reconstruire le pays. Qui est le mieux placé pour ça ? Les ersatz de Daesh et d'Al quaida ou le pouvoir Syrien actuel ? La réponse n'est pas bien difficile à trouver, si on est pragmatique. Il ne s'agit pas de se contenter du choléra, il s'agit de s’accommoder de la réalité.
  13. J'ai le plus grand respect pour vos interventions ici en général, mais que faites vous d'un homme comme Edmond Burke par exemple ? Grand penseur libéral, et pourtant, anti lumières, anti révolution françaises, pro autonomie des colonies, défendeur du préjugé légitime et du particularisme ?
  14. La spoliation n'est pas la démocratie : c'est la dictature.
  15. J'ai plutôt aimé le film ( j'ai déjà expliqué pourquoi : l'idée de la colonisation, paysages magnifiques, scènes d'actions en numérique réussissant apportant un plus, scènes sympa comme la douche, un retour à l'ambiance originelle, etc etc etc) mais je valide ton analyse malgré tout : L’après prométhéus est gâché voire expédié, et les "origines" des Aliens sont quelque peu décevantes, quoique ça répond a une réponse fondamentale : pourquoi l'Alien est une créature aussi ennemie du genre humain ? Pourquoi est elle l'arme parfaite contre lui ? Parce qu'elle a été conçue dans cette optique par Davis : ça ne manque pas de cohérence finalement. Par contre le thème créateur / créature j'ai trouvé ça cool.