Aller au contenu

ouest35

Membre
  • Contenus

    7 522
  • Inscription

  • Dernière visite

2 abonnés

À propos de ouest35

  • Rang
    Forumeur alchimiste

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays

Visiteurs récents du profil

3 386 visualisations du profil
  1. ouest35

    Gilets Jaunes, quel avenir pour le mouvement

    Je suis plus pour Minnie !
  2. ouest35

    seins nus : c'est pas grave quand cela vient des féministes

    "Saints" nus, bijoux de famille en parure par contre ce serait de la contre-exploitation ...
  3. ouest35

    Gilets Jaunes, quel avenir pour le mouvement

    "Florence Aubenas : "Les 'gilets jaunes' sont réellement une grande chance pour notre pays" https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-7h50/l-invite-de-7h50-17-decembre-2018?utm_source=outbrain&utm_medium=display& Biographie Florence Aubenas : https://fr.wikipedia.org/wiki/Florence_Aubenas
  4. ouest35

    Acte 1 des Gyros Bleus

    Peut-on penser qu'avec l'argent on peut stoper la colère ! Une prime ne changera pas les conditions de travail dans les commissariats ni le paiement des heures sup et tout ce qui est réclamé ! Un gamin on le calme avec une pochette surprise mais un flic en colère ? https://actu.orange.fr/politique/grogne-des-policiers-le-gouvernement-propose-une-prime-de-300-euros-magic-CNT000001bbsJ4.html
  5. ouest35

    Gilets Jaunes, quel avenir pour le mouvement

    Hé ho nez rouge j'ai même ouvert un fil sur les policiers en colère "Acte 1 ...."
  6. ouest35

    Gilets Jaunes, quel avenir pour le mouvement

    D''autres menacent de prendre les ronds-points : « Les ronds-points ne sont pas réservés qu’aux seuls Gilets jaunes », a souligné le syndicat dans un communiqué. " dixit des policiers en colère (pas contre les GJ mais contre leur autorité de tutelle ! J'adorerais voir Policiers et GJ sur le même rond-point !
  7. ouest35

    Gilets Jaunes, quel avenir pour le mouvement

    A faire parler de lui ... on l'avait oublié !
  8. ouest35

    Gilets Jaunes, quel avenir pour le mouvement

    Quant une oeuvre ne concourt que dans la catégorie des plus moches, peut-on appeler cela de l'art ... Si être artiste c'est faire parler de soi ... même en summum de mauvais goût et en mal , alors je resterais une artiste méconnue car j'ai moi-même détruit mes oeuvres ! https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/vienne/chatellerault-rond-point-main-jaune-selectionne-parmi-pires-france-1398471.html L' association Contribuables Associés, engagée contre le gaspillage d’argent public, a lancé le 12 décembre dernier sur son site internet le concours du pire rond-point de France . Le carrefour giratoire de la main Jaune à Châtellerault a été une nouvelle fois sélectionné mais il n'a pas remporté la première place. Il est classé dixième. La statue, haute de 24 mètres, a été installée en 2010 sur ce rond-point du nord de la ville et depuis, elle n'a pas cessé d'alimenter les conversations. Une satisfaction pour son créateur, l'artiste plasticien Francis Guyot, pour qui se classement parmi les aménagements les plus moches n'a aucune importance. Ce qui lui importe, c'est que l'on parle de son oeuvre, "en bien ou en mal, ça m'est complètement égal" affirme-t-il. Pour lui, sa statue représentant une main sur laquelle monte des voitures fait désormais partie de l'image de la ville et de son passé industriel.
  9. ouest35

    Acte 1 des Gyros Bleus

    Orange avec AFP, publié le mardi 18 décembre 2018 à 09h02 Après un mois de mobilisation des "gilets jaunes" et de gestion de la menace terroriste, les policiers, épuisés, veulent faire pression sur le gouvernement. Le syndicat UNSA-Police appelle au service minimum dès ce mardi et Alliance a annoncé le blocage des commissariats mercredi 19 décembre. Faut-il craindre un mouvement social d'ampleur au sein des forces de l'ordre ? Mobilisation des "gilets jaunes", attentat de Strasbourg, manifestations lycéennes... La grogne gagne dans les rangs des forces de l'ordre, largement mises à contribution. Le syndicat Unité-SGP-Police a notamment annoncé samedi 15 décembre sur Twitter un "acte 1 de la colère des policiers", reprenant ainsi le vocabulaire des "gilets jaunes". "Les ronds-points ne sont pas réservés qu'aux seuls gilets jaunes" Le syndicat UNSA-Police a appelé lundi au service minimum dès ce mardi 18 décembre. La troisième organisation représentative de la police nationale demande à être reçue par le président de la République et met en garde contre "d'autres actions". "Les ronds-points ne sont pas réservés qu'aux seuls gilets jaunes" , a souligné le syndicat dans un communiqué. Un peu plus tôt dans la journée, le syndicat Alliance demandait "à tous les policiers de France de ne sortir que sur appel" mercredi, sous le mot d'ordre "fermons les commissariats". Le syndicat réclame un "retour sur investissement" et la mise en place d'un "plan Marshall" pour la police. MERCREDI 19 Journée noire : fermons les commissariats ! Suite au mutisme du gouvernement et au vu de la situation Alliance Police Nationale exhorte les députés à ne pas voter le budget de la police proposé par le gouvernement. En attendant un retour sur « investissement » et la position des parlementaires, Alliance Police Nationale demande à tous les policiers de France de ne pas sortir des commissariats sauf urgences absolues le mercredi 19 décembre 2018. Ceci n’est que l’acte 1, si nous n’étions pas entendus d’autres actions seraient mises en œuvre. POLICE ASSASSINEE COMMISSARIATS MORTS
  10. ouest35

    Yen a marre, de "l'actualité gilets jaunes" !

    Y'a marre et pourtant au Château on réfléchi aux demandes des GJ " Ce mardi 18 décembre, le chef de l'État doit trancher. Le président se réunit à 18h avec plusieurs membres du gouvernement, dont le Premier ministre Édouard Philippe, afin, a-t-il expliqué lundi, de "finaliser et clarifier" les règles de ce débat national avant de les annoncer au conseil des ministres de mercredi. C'est pour cela qu'il a bouleversé son agenda en annulant un déplacement prévu à Biarritz pour lancer la présidence française du G7 et prononcer un discours sur les priorités diplomatiques de la France pour 2019. Quatre grands thèmes Ce débat doit s'appuyer fortement sur les maires, présentés par le pouvoir comme les élus les plus proches des aspirations des Français, et se décliner en nombreux rendez-vous locaux. Quatre grands thèmes (transition écologique, fiscalité, organisation de l'État, et démocratie et citoyenneté) ont été fixés pour les discussions, qui devraient peu porter sur l'immigration. Mais une revendication a nettement monté ces derniers jours chez les "gilets jaunes" : le référendum d'initiative citoyenne (RIC) ou populaire. " Édouard Philippe s'y est déclaré favorable sur le principe mais "pas dans n'importe quelles conditions". https://actu.orange.fr/politique/gilets-jaunes-macron-mobilise-pour-lancer-la-grande-concertation-nationale-magic-CNT000001bbgGH.html Moi ce qui me ferait dire que j'en ai marre ce serait plutôt les commentaires de commentaires qui prennent l'interlocuteur(trice) pour un con(ne) un menteur(teuse) etc ... Chacun ses y'enamarre ....
  11. ouest35

    Un pauvre type !

    Les Gilets Jaunes n'ont rien a voir dans la décision des américains et pourquoi pas aussi la faute à Mélenchon une nouvelle fois : En octobre : Ford veut fermer carrément l'usine ... Lemaire s'affole https://www.capital.fr/economie-politique/ford-privilegie-la-fermeture-de-lusine-de-blanquefort-dit-le-maire-1311059 "Le ministre avait fixé la fin du mois d'octobre comme date butoir pour trouver une solution. Les collectivités locales et l’Etat se sont engagés lundi à investir 5 millions d’euros, dont trois millions d’euros pour des mesures de chômage technique qui seraient nécessaires et deux millions d’euros pour investir et moderniser le site, a précisé Bruno Le Maire. NÉGOCIATIONS SUR UN PSE Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a ajouté que Bordeaux Métropole, qu’il préside, et la Région Nouvelle-Aquitaine présidée par Alain Rousset se sont engagées à apporter ensemble 12,5 millions d’euros pour "imposer" une reprise. "Ça veut dire mettre en cause le cas échéant la réputation de Ford sur le marché européen. Ça veut dire agir auprès des instances européennes qui peuvent peser sur la décision de Ford. Ça veut dire nous solidariser de toutes les actions que les organisations syndicales pourraient envisager", a-t-il dit. Bruno Le Maire a annoncé qu’il avait pris contact le week-end dernier avec le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin et le conseiller économique de Donald Trump pour leur demander leur soutien. "A partir du moment où il y a une offre crédible, la position de Ford est indéfendable. Et ce qui est indéfendable mérite d’être combattu", a-t-il dit." http://www.lefigaro.fr/social/2018/12/16/20011-20181216ARTFIG00104-usine-ford-de-blanquefort-le-point-sur-ce-dossier-qualifie-de-trahison-par-le-maire.php • Que s'est-il passé exactement? La décision de Ford de fermer son usine de Blanquefort, qui fabrique des boîtes de vitesse, est l'épilogue d'un feuilleton à rebondissements. Depuis plusieurs mois, le constructeur américain donnait l'impression de chercher un repreneur mais prenait toutes les dispositions pour fermer le site dans le cadre de son calendrier initial d'une fin de production pour l'été 2019. Pour rappel, Ford avait annoncé en février sa décision de ne pas assigner un nouveau produit à son usine française. Ce qui la condamnait à terme. Mais parallèlement, le constructeur affirmait sa volonté de trouver un repreneur crédible. Très vite, le belge Punch Powerglide - qui possède une usine en Alsace fabriquant aussi des boîtes de vitesses automatiques pour les marchés allemand et chinois -, manifestait son intérêt. Mais le 7 juin, Ford lançait - à la grande surprise du gouvernement -, un plan de sauvegarde de l'emploi, même si, indiquait le constructeur, «la priorité reste de trouver un repreneur». Finalement, en octobre, il finit par avouer que «le plan de l'acquéreur potentiel n'offre pas le niveau de sécurité et protection requis». Engagé dans un vaste plan de réduction des coûts, le groupe américain veut rapidement concrétiser des fermetures, parmi lesquelles figure Blanquefort. Fait majeur: en 2009, l'usine de Blanquefort avait été vendue à la société allemande HZ. Mais les difficultés financières du repreneur avaient contraint le groupe américain à réintégrer l'usine en 2011. De quoi échauder Ford... Pour rappel, l'offre de Punch aurait permis de sauver 450 emplois sur 850. Les pouvoirs publics (État, région Nouvelle-Aquitaine et métropole de Bordeaux) soutenaient ce projet et devaient apporter une aide financière de 15 millions d'euros. Les syndicats de Ford Blanquefort avaient eux aussi appuyé cette offre de reprise en acceptant, pour les salariés du site, un gel de salaire pendant trois ans, la perte de trois jours de RTT et une modulation du temps de travail. • Quand va fermer l'usine et que vont devenir les 850 salariés? L'arrêt de la production du site de Blanquefort, installé en Gironde depuis 1972, est prévu fin août 2019. Même si l'activité tourne au ralenti depuis déjà quelques mois, l'usine ne devrait donc pas s'arrêter avant cette date. Le personnel sera ensuite licencié. Certains salariés bénéficieront d'une préretraite et d'autres seront transférés dans l'usine voisine Getrag qui fabrique des boîtes de vitesse manuelles. «FAI a présenté un plan social complet qui comprend notamment un congé de reclassement d'une durée étendue à compter d'octobre 2019», a souligné le constructeur américain jeudi, qui s'est «engagé à ne prononcer aucun départ contraint avant septembre 2019». «Cela permet aux salariés de FAI d'analyser leurs options tout en bénéficiant d'une sécurité financière», a également indiqué l'entreprise. Le plan social de Ford comprend aussi «un plan de cessation anticipée d'activité très favorable, un redéploiement chez GFT», un site commun à l'équipementier Getrag et Ford qui fabrique des transmissions mécaniques à Blanquefort. Enfin, il prévoit «d'autres mesures destinées à aider les salariés à se tourner vers d'autres employeurs ou à poursuivre d'autres opportunités de carrière, qu'il s'agisse de créations d'entreprise ou de formations de reconversion». • Quelles ont été les réactions politiques et syndicales? Les réactions politiques ont été pour le moins virulentes. Le gouvernement s'était beaucoup impliqué pour sauver l'usine de Blanquefort. Vendredi, Emmanuel Macron a jugé «hostile et inacceptable» la décision du groupe américain Ford de fermer Blanquefort. «Je crois à une économie sociale de marché, mais je ne crois pas au cynisme et je considère que le geste fait par Ford est un geste hostile et inacceptable», a affirmé le président français en marge d'un sommet européen à Bruxelles. «Depuis plusieurs mois, un travail assidu a été fait avec le gouvernement pour trouver un repreneur» et «un repreneur sérieux a été identifié», a-t-il affirmé. «Il y a eu un très gros travail avec les élus locaux» et «un grand sens de responsabilité des partenaires sociaux», a-t-il ajouté. «On ne peut pas répondre à ce travail par un refus de considérer la proposition qui est faite.» Donc Stvi ... rendez la zut a ces ricains qui l'ont faite et vous voyez que ceux qui vont rester sur le carreau a Blanquefort (car tous ne seront pas recasés) rejoignent les gilets jaunes je ne trouverais pas ça incongru ! Tout est une histoire de gros sou .... et à voir ou revoir les décisions aboyeuses de Trump envers l'Europe ! Je vous cite "passer pour un pauvre type aux yeux d'un crétin est toujours une volupté de fin gourmet .... "
  12. ouest35

    Miss Tahiti sacrée Miss France 2019

    On veut voir hein les filles !
  13. ouest35

    Acte 1 des Gyros Bleus

    suite pour Alliance : "Orange avec AFP, publié le lundi 17 décembre 2018 à 16h55 Le syndicat majoritaire des gardiens de la paix lance à un appel à fermer les commissariats et réclame de meilleures conditions de travail. C'est leur "Acte I". Le syndicat de police Alliance a lancé un appel à fermer les commissariats pour la journée de mercredi 19 décembre, afin de protester contre le budget 2019 des forces de sécurité en passe d'être adopté par l'Assemblée nationale. Les policiers sont encouragés, via un communiqué, à "rester dans les services et à ne répondre qu'aux appels d'urgence" pour cette première journée d'action. Le syndicat majoritaire s'insurge d'une "baisse de 62 millions d'euros sur l'investissement dans la police nationale" et craint une "dégradation" des conditions de travail. "Alliance Police Nationale demande donc aux députés représentants du peuple de ne pas voter ce budget en l'état", poursuit l'organisation, qui réclame la mise en place d'un "plan Marshall" pour la police. Alliance souhaite que soit pris "en considération un plan de modernisation tant sur le plan immobilier que sur le plan équipement" mais aussi "l'engagement sans faille des forces de sécurité, non seulement ces dernières semaines mais depuis plusieurs années". D'autres journées de mobilisation envisagées "La balle est dans le camp de ceux qui nous méprisent. Nos conditions de travail et de vie sont sans rapport avec ce que les forces de l'ordre ont montré depuis un mois", lance Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint d'Alliance, alors que les forces de police sont soumises à une intense activité opérationnelle compte tenu des manifestations de "gilets jaunes" et de la menace terroriste. Dans l'attente d'une réponse de l'exécutif, Alliance prévient qu'il pourrait y avoir d'autres journées de mobilisation : "Si un effort conséquent n'était pas fourni dès le 1er janvier 2019 et si le Président de la République n'annonce pas rapidement un plan «Marshall» pour la police nationale, d'autres types d'actions seraient alors mises en œuvre". Un autre syndicat Unité-SGP-FO a également déploré lundi 17 décembre des "policiers à bout" et a appelé à "l'acte 1 de la colère des forces de l'ordre". Quand les forces de l'ordre grognent ... le gros vent peut venir !
  14. ouest35

    Vit-on indignement au SMIC ?

    Le calcul de la nouvelle paie des Smicards n'est pas aussi simple et Bercy s'y casse le neurone ! "1. Comment respecter l’engagement des « 100 euros » par mois de plus ? Le gouvernement a tout de suite été clair sur un point : il n’est pas question d’augmenter le salaire minimum en lui-même de 100 euros par mois. Il augmentera bien de 1,8 % au 1er janvier 2019, mais il ne s’agit là que de la stricte revalorisation automatique prévue par la loi. De toute façon, Emmanuel Macron s’est engagé à ne pas mettre les employeurs à contribution. Le coup de pouce promis doit donc se faire par un autre biais. Une source gouvernementale a d’abord assuré au Monde, mardi 11 décembre, que le chiffre de 100 euros englobait deux mesures différentes : la baisse des cotisations salariales en 2018, qui représente un peu plus de 20 euros par mois pour un salarié au smic à temps plein ; la hausse du montant maximal de la prime d’activité de 80 euros net. Cette aide devait initialement augmenter quatre fois de 20 euros, de 2018 à 2021. Elle devrait finalement augmenter d’environ 60 euros au début de 2019 après une première hausse de 20 euros en octobre 2018. Mais cette présentation a évolué dans les jours qui ont suivi. Face aux critiques pointant que la baisse des cotisations salariales avait déjà été mise en place, le premier ministre, Edouard Philippe, a finalement précisé jeudi 13 novembre à l’Assemblée nationale que « ces 100 euros viennent s’ajouter à la baisse des cotisations, mises en œuvre en 2018 ». « Cela veut dire qu’entre janvier 2018 et janvier 2019, la hausse sera plutôt de l’ordre de 125 euros », a-t-il ajouté. Plusieurs autres responsables de la majorité se sont mis au diapason depuis. La progression en termes de pouvoir d’achat sera bien de 100 euros « entre décembre 2018 et janvier 2019 », a confirmé au Monde vendredi 14 décembre Patrick Mignola, député (MoDem) de Savoie. « L’engagement du président sera tenu, le Parlement en sera le garant – il n’y aura pas de carabistouille ! », assure également Richard Ferrand au JDD dimanche 16 décembre. Pour l’heure, on ne sait cependant pas précisément comment le gouvernement compte parvenir à ce chiffre de « 100 euros par mois » de revenus supplémentaires pour les salariés au niveau du smic." Et rien ne dit dans le discours du Président que ceci sera pérennisé, il parle de 2019 ! https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/12/16/le-casse-tete-des-100-euros-par-mois-promis-par-emmanuel-macron-aux-salaries-au-smic_5398348_4355770.html Et en même temps si vos calculs s'avèrent exacts ... un célibataire paiera des impôts alors qu'a 1182 non ... résultat pour l'Etat l'affaire s'annule d'elle même et le smicard reste smicard !
  15. L'Association des Maires ruraux de France lance ce dimanche 16 décembre un appel pour refuser d'être "les éternels oubliés" du monde politique. Orange avec AFP, publié le dimanche 16 décembre 2018 à 16h30 Les maires des communes rurales exhortent le gouvernement à répondre au sentiment d'abandon des territoires, dans une tribune publiée dans le Journal du dimanche. "Débarrassez-vous du complexe du plouc". L'Association des Maires ruraux de France lance ce dimanche 16 décembre un appel dans le Journal du Dimanche (JDD) pour refuser d'être "les éternels oubliés" du monde politique. Ils demandent ainsi aux Français de les "soutenir" pour "imposer" leur parole commune face à la "cécité" de beaucoup de dirigeants. L'AMRF, qui a recueilli ces derniers jours les paroles de citoyens dans le cadre du mouvement des "gilets jaunes", dans des "cahiers de doléances et de propositions", explique que "de nombreux Français" y ont pris part et que leurs expressions seront "remises au président de la République, au Premier ministre et au Parlement". "Il nous importe de rendre visibles les propos que vous tenez chaque jour aux maires. Cette réalité apparaît trop peu dans l'esprit de ceux qui gouvernent", écrivent les maires ruraux Nous appelons les Français à se fédérer" "Nous lançons aujourd'hui cet appel au peuple de France. Nous, élus ruraux, légitimes par l'élection (...) nous appelons les Français à se fédérer, à ne pas baisser les bras face à la cécité de beaucoup de nos dirigeants", poursuivent les élus, évoquant un combat aussi bien pour l'emploi que pour la couverture téléphonique ou l'accès aux soins. "Débarrassez-vous du 'complexe du plouc ', qui entrave la capacité à agir et à revendiquer un avenir meilleur", préconisent-ils. "Pour reconstruire le pays par la base, il nous faut agir ensemble. Nous, maires, nous vous appelons à nous soutenir pour imposer notre parole commune dans le débat national", ajoutent-ils. Et de poursuivre : "Levons-nous pour que l'emploi soit réparti équitablement sur le territoire. Exigeons que la téléphonie mobile et le numérique arrivent plus vite que ce à quoi les opérateurs ont consenti". "Sans vous, nous ne pourrons rien" "Nous sommes cette France qui parviendra à rendre possible ce qui est indispensable. Nous exigeons la considération légitime que méritent les habitants ruraux", poursuivent-ils, demandant notamment s'il est "normal qu'en matière de dotations aux collectivités, un urbain vaille deux ruraux ". "Sans vous, nous ne pourrons rien", insistent les maires. "Venez dans nos mairies, amplifions le mouvement de transformation en cours (...). Il est temps de mettre un terme aux fractures territoriales et sociales", ajoutent-ils, alors que l'exécutif a lancé un grand débat au niveau local face à la crise des "gilets jaunes". https://actu.orange.fr/politique/refusons-d-etre-les-eternels-oublies-l-appel-au-peuple-des-maires-ruraux-magic-CNT000001b6LaS.html Bonne initiative pour moi ... la ruralité dans toute sa composante ne doit pas être oubliée ! Et pour vous ? Perso j'y crois que la démocratie renaitra de la base ... les maires sont les mieux placés !
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité