Aller au contenu

ouest35

Membre
  • Compteur de contenus

    21 090
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1
  • Points

    26,768 [ Donate ]

ouest35 a gagné pour la dernière fois le 2 décembre 2020

ouest35 a eu le contenu le plus aimé !

4 abonnés

À propos de ouest35

  • Date de naissance 30/11/1936

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme

Visiteurs récents du profil

10 140 visualisations du profil

ouest35's Achievements

Maitre des forums

Maitre des forums (14/14)

  • Dévoué Rare
  • Première semaine terminée
  • Un mois plus tard
  • Un an ici Rare
  • Commence des conversations

Badges récents

12,1 k

Réputation sur la communauté

  1. "Tension inhabituellement élevée chez les praticiens. Engagés dans d’âpres négociations avec la Sécu et le gouvernement, les syndicats de médecins libéraux et de biologistes appellent à la fermeture des cabinets et des laboratoires jeudi 1er et vendredi 2 décembre 2022, les uns pour réclamer des hausses de tarifs, les autres pour éviter un « coup de rabot ». Tension inhabituellement élevée chez les praticiens. Engagés dans d’âpres négociations avec la Sécu et le gouvernement, les syndicats de médecins libéraux et de biologistes appellent à la fermeture des cabinets et des laboratoires jeudi 1er et vendredi 2 décembre 2022, les uns pour réclamer des hausses de tarifs, les autres pour éviter un « coup de rabot ». Avec pour « revendication unique » le doublement du tarif de la consultation - de 25 à 50 € - ce groupe « apolitique et asyndical » a rallié à sa cause l’ensemble des organisations représentatives. Obligées de suivre leur base, celles-ci voient aussi un moyen de peser dans la négociation qui vient de s’ouvrir avec l’Assurance maladie, en vue d’un nouvel accord pour les cinq prochaines années. Certains syndicats ne cachent d’ailleurs pas leur proximité avec ce collectif, comme l’UFML et la FMF, venus à leur première séance de tractation accompagnés d’un représentant de « Médecins pour demain ». Une consultation stérile pour la FMF qui a encore estimé samedi que face à des pouvoirs publics « sourds à (leur) souffrance », les médecins libéraux doivent « crier encore plus fort ». « Ces deux jours de fermeture doivent constituer un électrochoc », affirme pour sa part le SML qui réclame de longue date une consultation à 50 € pour donner aux médecins « les moyens de rester libéraux ». L’Assurance maladie a de son côté promis quelques revalorisations, en particulier pour les généralistes, pédiatres et psychiatres. Mais au-delà du sujet financier, les médecins s’inquiètent aussi pour leur liberté d’installation, de plus en plus remise en question, notamment au Parlement où s’accumulent les propositions de loi sur les déserts médicaux. Des « solutions politiciennes » contre-productives, quand il est plutôt « urgent de retrouver rapidement une attractivité », juge Franck Devulder, président de la CSMF. Diagnostic partagé par son homologue de MG France, Agnès Gianotti, pour qui le combat contre la « perte de sens de la profession » ne « passe ni par la contrainte, ni par le mépris ». L’union sacrée s’étend à leurs cadets de Jeunes Médecins, qui exigent également « de la considération », ainsi qu’aux internes de l’Isni, remontés contre les « décisions déconnectées » du gouvernement - et toujours mobilisés contre l’ajout d’une dixième année d’études pour les futurs généralistes. Ce front commun augure d’un conflit prolongé, selon un leader syndical qui envisage déjà une grève des gardes en décembre, puis une nouvelle fermeture des cabinets pendant les fêtes de fin d’année. Le collectif « Médecins pour demain » a d’ailleurs évoqué une « grève dure » à partir du 26 décembre. « Je ne suis pas sûre que ce soit populaire, ni que ce soit le bon moment », a mis en garde Agnès Firmin Le Bodo la semaine dernière. Pour la ministre déléguée aux Professions de santé, les difficultés croissantes d’accès aux soins ont des répercussions et « le sentiment de nos concitoyens à l’égard des médecins commence à changer ». Mais l’argument de l’opinion publique a ses limites, comme le démontrent les biologistes. Pointé du doigt depuis deux mois pour ses profits records liés aux tests Covid, le secteur refuse mordicus la ponction de 250 millions d’euros par an sur les autres examens, inscrite dans le budget de la Sécu. Après une première grève de trois jours mi-novembre, syndicats et grands groupes d’analyses médicales appellent de nouveau à la fermeture des laboratoires jeudi et vendredi. Leur dernière chance avant le vote définitif du projet de loi que l’exécutif ne semble pas prêt à modifier. Au contraire, le ministre de la Santé François Braun a encore dénoncé la semaine dernière des actions « contraires à la déontologie » et mettant « en danger la continuité des soins ». https://www.ouest-france.fr/sante/greve-des-medecins-generalistes-et-laboratoires-d-analyse-medicale-a-partir-de-ce-jeudi-1er-decembre-5b404bf1-9fe9-46f9-8da9-182a04e62d3d Dommage que les infirmières libérales ne joignent pas a eux ... vu ce que l'on concocte pour elle en coulisse ... que mon avis !
  2. De surcroit hippy et communiste !!! Pas gâté par son Papa avouez !!! Pourquoi wokiste ?... la bêtise suffira je dirais connerie c'est plus parlant !
  3. ouest35

    Sacré Macron !

    Larcher veille hého !!! Et Lemaire sous-marine pas mal ... il doit venger l'affront Fillon ! Ne fantasmez pas trop
  4. Nenni .... c'était le 12 juillet .... loupé le feu d'artifice de deux jours !!! Merci quand même ...............(mon grand âge me permet de faire la bise !) PS miel sur mon profil effectivement je suis née le 30/11 qui plus est vieilli de 7 mois ! Chat alors ...
  5. Faites donc mon bon Monsieur ! L'Europe à 27 c'est une pieuvre !!! Parait que c'est intelligent alors pour l'évolution qui vivra verra ... Qui sait les générations montantes seront peut-être plus ambitieuses pour chaque Nation et plus bienveillantes. Un pieu souhait ne mange pas de pain ... ça rassure (un temps) ! Courage Simbad disait le Roi Lion !!!
  6. ouest35

    Sacré Macron !

    La moutarde monte ... ou y'a d'l'eau dans le gaz comme vous voulez !!! Alors que les prochaines échéances électorales poussent certains membres de l'exécutif à se la jouer solo, le chef de l'Etat a invité mardi 29 novembre en Conseil des ministres ses ministres à se concentrer "sur les fondamentaux" et à ne pas alimenter un climat de "démagogie", ont rapporté plusieurs sources ministérielles à l'AFP. L'affaire McKinsey est-elle le fruit de "dérives" ? Faut-il mettre sous tutelle la Ville de Paris pour pallier à son désendettement ? Ces derniers temps, les ministres ne sont pas toujours d'accord quand il s'agit de commenter l'actualité, poussant Emmanuel Macron à recadrer certains membres de son gouvernement. Le président de la République a invité, en conseil des ministres, les membres de son gouvernement à se concentrer "sur les fondamentaux" et à ne pas alimenter un climat de "démagogie", selon un ministre à l'AFP, dont les propos ont été corroborés par une autre source ministérielle. Il n'y a rien de nouveau, a toutefois modéré un conseiller, Emmanuel Macron appelant à "l'unité toutes les semaines". La présidentielle et Paris dans le viseur Bruno Le Maire était particulièrement visé. Le ministre de l'Économie a en effet reconnu dimanche des "abus" et une "dérive" passés dans le recours des ministères aux cabinets de conseil privés, tel que l'américain McKinsey, au centre de deux informations judiciaires notamment pour éventuel favoritisme. Le lendemain, le porte-parole du gouvernement Olivier Véran réfutait au contraire toute "dérive" ou "abus". Le locataire de Bercy, à qui est prêté des ambitions jusqu'à l'Elysée, "la joue un peu solo. Il avait très envie de dire qu’il avait baissé le recours à McKinsey" dans son ministère, sourit un autre conseiller. D'autres dissensions ont émergé dimanche entre les ministres des Comptes publics, Gabriel Attal, et des Transports, Clément Beaune. Le premier a affirmé dans le Parisienvouloir aider surtout "la France laborieuse", reprenant des expressions aux accents très sarkozystes, tandis que le second a répondu sur Europe 1 que "le travail n'(était) pas réservé à quelques-uns" et appelé "au contraire à avoir un discours de rassemblement". Ils n'ont pas semblé non plus d'accord sur la manière de pallier l'endettement de la Ville de Paris. Clément Beaune n'a "pas exclu" une mise sous tutelle de la capitale, une éventualité qui n'est "pas d'actualité" pour Gabriel Attal. Ces divergences sont le reflet d'une "course à la mairie" de Paris en vue des élections municipales de 2026, relève une source gouvernementale. Plus généralement, un autre ministre ne voit pour l'instant dans ces dissonances qu'une "compétition au sens émulation", entre Bruno Le Maire et d'autres membres du gouvernement, comme le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin qui aurait aussi de grandes ambitions pour 2027. Cette concurrence est "plus enrichissante que problématique" à ce stade, mais "je ne suis pas garant dans un an" de la situation, prévient la même source. Selon un autre ministre, d'autres dissensions couvent à l'approche du débat sur l'immigration le 6 décembre entre Gérald Darmanin et le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti. De quoi en tout cas compliquer la tâche de la Première ministre Elisabeth Borne, déjà privée de majorité absolue, et qui a appelé récemment son gouvernement à la "mobilisation" sur des réformes difficiles à venir, comme les retraites. "La succession est ouverte" Emmanuel Macron, qui ne peut pas se représenter en 2027, avait déjà appelé fin août sa majorité à "réaffirmer une unité très forte" et à ne pas céder à la tentation de la "démagogie", quand certains ministres suggéraient, après un été caniculaire, de réguler les jets privés. Le constitutionnaliste Benjamin Morel voit dans ces dissonances "un manque de cohérence gouvernementale qui va croissante", "des ambitions pour quelques-uns", mais aussi de "vraies ruptures sur la ligne idéologique" entre l'aile gauche de la Macronie revendiquée par Clément Beaune, et les partisans du dépassement comme Gabriel Attal. Il n'y a "pas de divergences de vues", rétorque au contraire un conseiller. "C'est le signe que la succession est ouverte", note l'historien Jean Garrigues, qui vient de publier "Elysée contre Matignon" (éditions Tallandier). Il rappelle que le premier à être sorti du bois fut l'ex-Premier ministre Edouard Philippe quand il a créé en octobre 2021 le parti Horizons. Pour lui, ces discordances peuvent certes "fragiliser" la Première ministre. Mais, cela peut en même temps "renforcer" son image de cheffe de gouvernement "sérieuse", "au service du bien commun". " https://actu.orange.fr/politique/face-aux-dissonances-au-sein-du-gouvernement-emmanuel-recadre-ses-ministres-magic-CNT000001Vn1lT.htmll L'homme en colère devrait se rappeler que cette parole d'Evangile (et l'Evangile comme chacun le sait a toujours raison) lui est renvoyée en boomerang " Il ne faut pas faire à autrui ce qu'on ne voudrait pas qu'il soit fait à nous-mêmes" !!! Et l'autrui aujourd'hui c'est lui .... et le drone traitre va surement lui être expédié !!! C'est ça la vie petit ... a trop vouloir on risque de tout perdre ... On se croit invincible dans ses beaux plumages mais les renards flatteurs et tout aussi traitres rodent ! Désolée mais je ne vais pas pleurer ! C'est comme ça qu'on apprend la Civilité à défaut de pratiquer la démocratie .... Le dernier roi est mort le 21 janvier 1793 ... depuis le chef doit rendre des comptes au Peuple !!!
  7. Euh le rapport avec le topic ....
  8. "L'art d'avoir objectivement tout le temps raison." Vous n'avez pas tort mais j'ai raison ... je vais vous prouver que je ne peux pas prouver mais j'y crois .... etc !!!
  9. Mon cher Blaquière vous êtes trop terre a terre ...
  10. Pour une poignée de cacaouettes que ne ferait-on pas !!!
  11. Indiscutablement sur Roharzon il ne pleut ce jourd'hui ... mais côté eau ... point de soucis les nappes se rechargent !!!
  12. "regarde plus loin que ça, merde..." Mon horizon est très limité ma bonne dame ! Mais aujourd'hui je constate que les néolibéraux détricotent du Nord au Sud et que chez nous nous avons le meilleur des commis et sa cour .... Evoluer est-ce ainsi ? Je n'ai que des constations de résultats et des questionnements sur l'avenir à la pelle .... Je n'ai pas votre science universelle avec réponse sur tout .... Les véritables solutions faudrait-il d'abord que les violons s'accordent sinon nous irons vers le despotisme dur voir la slague !!! On est arrivé tellement loin dans la bêtise humaine, l'appât du gain et l'égoïsme et l'abandon de la la Chose Publique et le délitement de l'Etat que vous également n'en verrez pas "le changement" ....!!! On sait comment on change une Société ... on fait une bonne guerre ... mondiale de préférence !!!!
×