Aller au contenu

Marioons blog

  • billets
    70
  • commentaires
    168
  • vues
    54 965

À propos de ce blog

Pensées

Billets dans ce blog

L'envol

Projeté dans le monde, sous le choc, tu n'y comprends pas grand chose. Il faut bien te l'avouer, sous ton apparente solidité, sous ton masque de fierté, un espace immense en toi attend encore d'être comblé.  Si le nouveau-né crie à pleins poumons, l'adulte que tu crois être étouffe son cri à l'intérieur, mais il n'a pas pour autant cessé de crier. Sa peur, sa rage, son incompréhension. Au fond, tu te sens sans défenses, tu te débats, tu résistes, tu tentes de tout contrôler. Tu cours en tou

Marioons

Se recentrer = retrouver le sens du mot "responsabilité" ?

Se recentrer, serait-ce se souvenir qu'on peut être un phare dans l'obscurité pour soi et pour les autres, et qu'être pleinement nous-même suffit ? Dans l'absolu, rien n'est nécessaire, pas besoin d'avoir un statut précis, un habitat précis, un partenaire précis pour être qui l'on est et avoir un impact positif sur le monde. L'habit ne fait pas le moine, la surface ne fait pas la profondeur. La seule responsabilité juste que nous aurions à prendre serait celle d'assumer et de vivre p

Marioons

Jeûne des sens, retrouve ton essence

Nuit blanche, jeûne du sommeil Silence, nature et solitude, jeûne des sens Méditation, jeûne de la pensée Rire, jeûne du sérieux sclérosant Et surtout, laisser-aller, lâcher-prise et confiance, jeûne du contrôle rigidifiant...  Autant de portes ouvertes pour retrouver en soi ce paradis oublié, qui te murmure peut-être une mélodie qui sonne comme un : "T''inquiète paupiette, tu te souviens ? Tout est parfait à chaque instant, pour te permette de vivre ce que tu veux vivre

Marioons

Pensées en vrac

Et si le monde n'était pas fait pour être changé, mais pour expérimenter l'amour sous toutes ses formes et ses intensités ? Et si le monde changeait de toute façon tout naturellement quand notre niveau d'expérimentation évolue ?    On n'est vraiment magnifique que lorsqu'on se souvient qu'on l'a toujours été, qu'on l'est et qu'on le sera toujours, et que l'on permet aux autres de se souvenir qu'il en est de même pour eux.    Moins on croit en la gravité des choses, plus on s'

Marioons

Qu'a-t-on à perdre ?

Voir en face quelqu'un qui fonctionne comme nous ou nous comprend, c'est comme un miroir qui valide la justesse, l'existence de notre état de conscience, de notre état d'être, comme étant conforme, compris dans le cadre des lois de la Nature. Alors on est souvent tellement soulagé en profondeur que l'on est attiré par cet autre, on a envie d'épouser ce reflet de soi, mais c'est en parallèle notre propre énergie que l'on cherche  à épouser, tellement on est reconnaissant et rassuré qu'elle a

Marioons

Le théâtre de l'individu

Nous sommes le jouet de forces qui nous dépassent très largement.  L'individu est une sorte de scène, un point dans l'espace et le temps où ces forces s'affrontent, le plus souvent sans que l'on ai véritablement prise dessus. Nous essayons d'intervenir et de les contrôler par notre seule volonté, mais la puissance des énergies et notre ignorance d'elles sont telles que nous sommes vite désarmés. Ou bien le coup part dans une direction et avec une violence relativement imprévues. Prendr

Marioons

Des bonbons ou la vie !

L'élan vers l'Autre, qu'il soit perçu comme simple curiosité, affection, compassion, attirance, sensualité, sexualité... ne pourrait-il pas être bien mieux géré, magnifié et mis à l'honneur par notre si belle espèce humaine ? Sur beaucoup de points encore, il semblerait que le règne animal soit plus ouvert et intègre plus sainement (bien que pas toujours moins violemment), cette question de l'élan vers l'autre dans la vie quotidienne. [Documentaire assez parlant : "animaux trop humains"...

Marioons

Violence

Violence Maigre défense Face aux apparences Qui laissent croire à l'absence De transcendance

Marioons

Ces portes fermées

Ces portes fermées à l'extérieur Parfois verrouillées D'autres fois carrément claquées au nez Ou simplement trop lourdes à pousser Ont au moins le mérite Pour qui sait renoncer De reconduire aux portes Du royaume intérieur

Marioons

Appelez la sécurité ! (Intérieure)

Le sentiment de sécurité intérieure vient-il : - Du fait de penser tout savoir / avoir ? - De sentir que l'on aura accès à l'information / l'objet nécessaire au moment où on en aura réellement besoin ? - .... ?

Marioons

Pression citronnale

La pression sociale et l'impact du regard des autres ont au moins ce mérite de nous permettre d'aller au bout de notre "pêché" d'orgueil, pour mieux le balancer aux oubliettes une fois l'absurdité de nos existences devenue d'une évidence criante.

Marioons

Se laisser traverser...

N'est-ce pas parce que l'on cherche à maitriser par la force et la volonté seules l'Eros, l'élan vital, la libido, le Qi, appelons-le comme nous le voudrons, mais n'est-ce pas à cause de cette attitude agressive et restrictive envers le flux naturel de l'énergie que tantôt il nous submerge, tantôt il nous tourne le dos, nous laissant sans envies et en proie à nos peurs ? Bipolarité mondiale !

Marioons

Toxicollectifs

Nourris à la bouffe industrielle, à la violence, à l'injustice, au mensonge, à la pollution sous toutes ses formes depuis notre plus tendre enfance, rien de plus logique que d'être devenus des toxicos de la souffrance. Incapables de nous en dépêtrer seuls, addicts à notre prison d'illusions, incapables d'envisager et de tenir dans la durée une vie véritablement saine. On arrive en ce monde lisses comme des grains de maïs et on explose en pop-corns difformes, différents selon les failles personne

Marioons

L'histoire d'une montre qui a perdu une seconde

"Mais où est donc passée cette fichue seconde ?" La pauvre montre retardataire, n'y tenant plus, saute du poignet de son propriétaire, un jeune cadre dynamique trop occupé à préparer sa prochaine réunion pour s'en apercevoir. "Chting!", elle fait sauter deux de ses ressorts inutiles (et oui, il y en a, toute cette complexité du mécanisme, c'est du superflu inventé par les montres pour nous impressionner...) et se déplace dès lors en rebondissant. - "N'auriez-vous pas trouvé une seconde perdue

Marioons

Spleen fertile

Je n'ai presque plus de patience, de force, d'énergie, d'intelligence à revendre pour une majorité de choses que je ressent au fond comme stériles. Je subit alors les épreuves du jugement, de la pression, du doute, de la vulnérabilité, du désespoir, dans ce monde qui a érigé l'ego en roi, et accepté son inévitable fille : la stérilité. Stérilité physique, mentale, spirituelle, masquée par la surabondance. Paraître plutôt qu'être, voilà le jeu de dupes auquel nous cédons chaque jour, auquel nous

Marioons

Un monde à l'envers

Il semble que nous vivions dans un monde inversé. Ce n’est pas seulement qu’il ne tourne pas rond, c’est qu’il tourne à contre sens. Mais enfin, si toutes les bonnes choses ont une fin, alors espérons qu’il en soi de même pour les mauvaises… Nous sommes à un tournant de l’histoire où ce mauvais tour que l’on joue au monde depuis si longtemps ne peut plus durer, ne peut plus être caché, menace de nous sauter au visage, et ce à échelle planétaire. Immense gâchis en perspective ou immense occasion

Marioons

Et vous, y croyez-vous ?

La Terre est bel et bien un navire en train de couler, un vaisseau spatial au bord de la panne, une sphère vivante mais à l'agonie. Nous ne pouvons même pas parler de vie, mais de survie pour la majorité des êtres peuplant cette planète. Même les nantis ne vivent qu'à moitié, isolés du reste du monde, anesthésiés par trop de confort, hypnotisés par la course aux apparences et aux possessions. Nous focalisons sur le progrès et la perfection extérieure mais nous connaissons à peine le potentiel de

Marioons

Rejoignons l'océan

Lorsque l’on s’interroge sur le rapport de l’homme à lui-même et à l’autre, il semble ressortir plusieurs choses essentielles et intimement liées : 1) On ne peut savoir ce qu’est la bientraitance et l’appliquer véritablement, à soi et aux autres, si l’on n’a pas conscience de ce qu’est la maltraitance, et où elle commence véritablement. On ne peut être véritablement, sincèrement et durablement doux avec les autres si on ne sait l’être avec soi-même. La maltraitance commence de façon subtile :

Marioons

Conscience, libre arbitre et compassion

Conscience et libre arbitre évolueraient-ils en parallèle ? Plus on est conscient des choses, plus notre libre arbitre grandit, moins notre choix est fondé sur des réflexes "archaïques" de survie pure et dure ? A l"inverse moins nous sommes conscients, ("aware" comme dirait un certain Jean-Claude, qui ne dit pas que des inepties d'ailleurs si l'on ose regarder un peu derrière les apparences), plus notre libre arbitre se réduit, plus nous évoluons comme sur des rails. Ces derniers rétrécissen

Marioons

Vivons notre histoire

Aimer, est-ce savoir s’oublier dans l’intention et l’action visant à apporter du mieux-être à ce qui nous entoure, avec la conscience de faire partie d’un tout plus grand que soi ? Aimer nous met à rude épreuve. La route vers l’amour n’est pas un long fleuve tranquille. Ressentir, explorer nos capacités émotionnelles jusque dans leurs moindres facettes, nous fait parfois passer par de sacrées épreuves. Mais ne pas ressentir nous nécrose de l’intérieur. S’interdire d’aimer, de compatir, d’êtr

Marioons

Avant le poly-amour... l'auto-amour ?

Pouvons nous, à l'instant où ça allait encore nous échapper, essayer de ne pas faire de reproches ? Accueillir les critiques mais sans pour autant les prendre pour soi ? S'accepter soi avant tout est peut-être la clé : la paix avec soi-même serait la base de laquelle découle la paix dans tout le reste ? "Sois fidèle à toi-même et il s'en suivra, comme la nuit suit le jour, que tu n'auras aucune duplicité envers qui que ce soit" (Shakespeare). On ne doit rien aux autres, même si on ne peut le

Marioons

Mal vivre pour des idées

On a intégré comme allant de soi une sorte de norme, de lissage de ce que l’on doit vouloir et être. Le fait par exemple, de se soucier de son prochain avant toute autre chose, « l’humanisme forcené », comme si c’était la chose la plus importante, noble, prioritaire sur tout le reste. Ou de tout faire pour rester en vie et prendre soin de soi, comme si ne pas le faire était une sorte de manque de respect envers la vie. Et si à l’inverse, voir la vie comme un vase en cristal à ne surtout pas bris

Marioons

Fulgurance

Les manifestations intempestives de vie sont mal vues dans notre société, qui maintient la vie dans un carcan, comme un thorax dans un corset. Roter, rire aux éclats, jouir, fondre en larmes, qu’est-ce que ça a en commun ? C’est la vie qui se manifeste sans passer par quatre chemins, sans doser, sans contrôler. Qu’est-ce qui évoque la vie ? La spontanéité, la rapidité, l'expansion, la luminosité, le bruit : le Big Bang. A l’inverse, ce qui est lent voir immobile, rabougri, silencieux, sombre,

Marioons

×