Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'sciences'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

14 résultats trouvés

  1. On savait le microbiote très impliqué dans la survenue de maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI), comme la «Maladie de Crohn» ou encore la «Rectocolite hémorragique». On identifie plusieurs "types " de microbiotes plus ou moins propices à l'apparition de ces maladies. Une équipe de chercheurs est parvenue à corréler microbiote et santé/longévité. ARTICLE: Le microbiote intestinal lié au vieillissement en bonne santé et à la longévité On ne le dit jamais assez, les intestins et leur microbiote, en plus d’être notre « deuxième cerveau », sont d’une importance capitale pour notre système immunitaire et notre santé en général. Malgré les nombreuses études sur le sujet, l’importance du microbiote dans le vieillissement reste jusqu’ici mal comprise. Mais récemment, des chercheurs de l’Institute for Systems Biology (ISB) ont identifié des signatures distinctes dans le microbiote intestinal associées à des « trajectoires » de vieillissement dites « saines » ou « malsaines », qui à leur tour permettent de prédire, dans une certaine mesure, la survie d’un individu. Pour en savoir plus sur le rôle du microbiote intestinal dans le vieillissement, l’équipe de recherche a analysé le microbiote intestinal et les données phénotypiques et cliniques de plus de 9000 personnes âgées de 18 à 101 ans, dans trois cohortes indépendantes. L’équipe s’est concentrée en particulier sur les données longitudinales d’une cohorte de plus de 900 personnes âgées vivant dans des logements communautaires (de 78 à 98 ans), ce qui leur a permis de suivre les résultats en matière de santé et de survie. Les données ont montré que leurs microbiotes intestinaux devenaient de plus en plus « uniques » (différenciés) avec le temps. Fait frappant : alors que le microbiote est devenu de plus en plus unique à chaque individu vieillissant en bonne santé, les fonctions métaboliques que leurs microbiotes exécutaient partageaient des traits communs. Prédire la survie d’un individu dans sa dernière décennie de vie Cette signature d’unicité intestinale était fortement corrélée avec plusieurs métabolites d’origine microbienne dans le plasma sanguin, dont l’indole dérivé du tryptophane (dont il a été précédemment démontré qu’il prolonge la durée de vie chez la souris). Les taux sanguins d’un autre métabolite, la phénylacétylglutamine, ont montré la plus forte association avec l’unicité du microbiote. Des travaux antérieurs avaient également montré que ce métabolite est en effet présent en très grande quantité dans le sang des centenaires. « Cette signature unique peut prédire la survie des patients au cours des dernières décennies de la vie », déclare le Dr Tomasz Wilmanski, chercheur de l’ISB, qui a dirigé l’étude. Les individus en bonne santé d’environ 80 ans ont montré une dérive microbienne continue vers un état de composition unique, mais cette dérive était absente chez les individus en moins bonne santé. Les résultats ont été publiés dans la revue Nature Metabolism. « Il est intéressant de noter que ce modèle d’unicité semble commencer vers la moitié de la vie (40-50 ans), et est associé à une signature métabolomique sanguine claire, ce qui suggère que ces modifications du microbiote peuvent ne pas être simplement un diagnostic de vieillissement en bonne santé, mais qu’elles peuvent également contribuer directement à la santé en vieillissant », a déclaré Wilmanski. Par exemple, les indoles sont connus pour réduire l’inflammation dans l’intestin, et on pense que l’inflammation chronique est un facteur majeur dans la progression des morbidités liées au vieillissement. « Les résultats antérieurs de la recherche sur le vieillissement du microbiote semblent incohérents, certains rapports montrant un déclin des genres intestinaux de base dans les populations centenaires, tandis que d’autres montrent une stabilité relative du microbiome jusqu’à l’apparition des déclins de santé liés au vieillissement », explique le Dr Sean Gibbons, co-auteur de l’étude. « Notre travail, qui est le premier à incorporer une analyse détaillée de la santé et de la survie liée au microbiote, peut résoudre ces incohérences. Plus précisément, nous montrons deux trajectoires distinctes de vieillissement: (1) un déclin des microbes centraux et une augmentation du caractère unique des individus en meilleure santé, compatible avec les résultats antérieurs chez les centenaires vivant dans la communauté, et (2) le maintien des microbes centraux chez les individus en moins bonne santé ». Cette analyse met en évidence le fait que le microbiote intestinal de l’adulte continue de se développer avec l’âge avancé chez les individus en bonne santé, mais pas chez les individus en mauvaise santé, et que les compositions du microbiote associées à la santé du début au milieu de l’âge adulte peuvent ne pas être compatibles avec la santé à la fin de l’âge adulte. « Il s’agit d’un travail passionnant qui, à notre avis, aura des implications cliniques majeures pour la surveillance et la modification de la santé du microbiote intestinal tout au long de la vie d’une personne », a déclaré le Dr Nathan Price, co-auteur de l’étude. SOURCE: https://trustmyscience.com/microbiote-intestinal-lie-vieillissement-bonne-sante-et-a-longevite/
  2. MarcThor

    L'énigme

    Depuis plus de 20 ans, les recherches vont bon train pour traquer la cause de l’expansion accélérée de notre univers, la désormais fameuse « énergie sombre » qui présiderait à la destinée de celui-ci. Plusieurs modèles se sont établis successivement sur quelques conjectures, plus ou moins étayées par des mesures… « Énergie du vide », constante cosmologique (propriété intrinsèque de l’espace-temps), anti gravité de l’antimatière (G CHARDIN), quintessence (éther, substance dans laquelle « baignerait » l’univers)…Certaines mesures récentes effectuées grâce à la mission Planck, sans être déterminantes, plaideraient en faveur de cette dernière. La recherche s’annonce passionnante pour résoudre cette énigme MAJEURE. https://trustmyscience.com/indices-fond-diffus-cosmologique-reveleraient-ils-nature-energie-noire/ Confirmée en 1998 par deux équipes de chercheurs, l’accélération de l’expansion de l’Univers est aujourd’hui expliquée dans le Modèle cosmologique standard par une énergie de nature inconnue, appelée énergie noire. L’hypothèse majoritaire actuelle décrit l’énergie noire comme une propriété de l’espace-temps, et est donc assimilée à la constante cosmologique. Toutefois, d’autres modèles avancent une nature différente de l’énergie noire ; c’est notamment le cas du modèle de la quintessence. Et récemment, une équipe de chercheurs, en analysant les données sur le fond diffus cosmologique recueillies par la mission Planck, pourrait avoir trouvé des indices de l’existence de cette quintessence. Des résultats qui, s’ils venaient à être confirmés, auraient de lourdes conséquences sur les modèles actuels. Les chercheurs suggèrent que la polarisation de la lumière, qu’ils ont identifiée dans les données du fond cosmologique diffus (CMB) collectées par le télescope spatial Planck, et l’accélération de l’Univers, pourraient être produites par une quintessence cosmique, une énergie exotique qui imprègne le cosmos. Une telle découverte exigerait une révision majeure des théories actuelles, et les physiciens préviennent que les indices sont provisoires : ils n’atteignent pas le seuil de « 5 sigma » utilisé pour déterminer si un signal est une découverte. Mais cela souligne le fait que la cosmologie moderne a encore une image incomplète du contenu de l’Univers. Si l’énergie noire est une quintessence, sa poussée sur l’expansion pourrait progressivement ralentir ou disparaître, ou pourrait même s’inverser pour devenir une force attractive, provoquant l’effondrement de l’Univers en un Big Crunch. « Nous sommes de retour à une situation où nous n’avons aucune idée de la façon dont l’Univers va se terminer », affirme Sean Carroll, physicien théoricien au Caltech. L’incertitude sur la nature de l’énergie noire La première preuve directe qu’une force inconnue poussait l’expansion cosmique à s’accélérer est apparue en 1998, à partir de deux études distinctes des supernovas. Une foule d’autres études ont depuis confirmé la présence de cette force, surnommée l’énergie noire, mais n’ont fourni que peu de précieuses informations sur sa nature. La première hypothèse des chercheurs — qui reste la principale théorie — était que l’énergie noire est une propriété intrinsèque de l’espace, ce qui signifierait que la quantité d’énergie sombre par unité de volume de l’espace est fixée comme une « constante cosmologique ». Mais certains cosmologistes ont émis l’hypothèse que l’énergie noire est entièrement constituée de quelque chose d’autre. Ils appellent cela un champ de quintessence, d’après le cinquième élément, ou éther — le nom que les philosophes grecs antiques donnaient à un matériau invisible censé remplir tout l’espace vide de l’Univers. Contrairement à la constante cosmologique, la quintessence « est une substance tangible avec ses propres fluctuations », explique Robert Caldwell, cosmologiste au Dartmouth College, qui fut l’un des premiers chercheurs à proposer l’existence de la substance. La quintessence pourrait avoir des propriétés intermédiaires entre celles de la matière et celles d’une constante cosmologique. Au fur et à mesure de l’expansion de l’Univers, une constante cosmologique maintiendrait une densité constante, tandis que la densité de la quintessence diminuerait — mais pas aussi vite que la densité de la matière, qui diminue à mesure que les galaxies s’éloignent. Quintessence : se cache-t-elle dans la polarisation du CMB ? En 1998, Carroll a proposé un test expérimental pour la quintessence, basé sur la prédiction qu’elle modifie la façon dont la lumière se propage dans l’espace. Un groupe dirigé par le physicien théoricien Marc Kamionkowski, maintenant à l’Université Johns Hopkins, a ensuite calculé comment cet effet pouvait être mesuré dans le CMB, le rayonnement primordial souvent décrit comme la rémanence du Big Bang. Les chercheurs ont suggéré qu’il serait possible de détecter des signes de quintessence en regardant des cartes de lumière polarisée à travers le CMB. La lumière est polarisée lorsque son champ électrique « oscille » dans une direction particulière, plutôt que dans une direction aléatoire. La théorie dit que la quintessence déforme la direction dans laquelle la polarisation se fait, d’une manière qui pourrait être détectée en regardant la polarisation sur tout le ciel. Deux cosmologistes — Yuto Minami de la High Energy Accelerator Research Organization (KEK) à Tsukuba, au Japon, et Eiichiro Komatsu de l’Institut Max Planck pour l’astrophysique à Garching, en Allemagne — ont identifié cette signature du CMB dans les données de Planck de l’Agence spatiale européenne (mission qui s’est terminée en 2013). L’objectif principal de Planck était de cartographier de minuscules variations de la température du CMB dans le ciel, mais la mission a également mesuré la polarisation du rayonnement. Minami et Komatsu ont pu détecter des signes de quintessence grâce à une nouvelle technique qu’ils ont rapportée l’année dernière. Leurs résultats diffèrent de ceux d’autres groupes, qui ont examiné les cartes de polarisation du CMB — y compris celles de Planck — et n’ont trouvé aucune distorsion, explique la physicienne Suzanne Staggs de l’Université de Princeton, dont l’équipe mesure le rayonnement du CMB à l’aide de l’Atacama Cosmology Telescope (ACT) au Chili. L’équipe de Staggs prévoit d’essayer la technique de Minami et Komatsu sur des données de l’ACT. De lourdes conséquences sur les modèles actuels Le document est « une analyse assez intéressante », mais le bruit dans les signaux de Planck pourrait être un facteur de complication, explique George Efstathiou, un éminent cosmologiste de la mission Planck à l’Université de Cambridge. Les théoriciens réagissent également avec prudence. « Si cela se confirme, c’est grandiose », dit Carroll. Mais il note que la signification statistique — seulement 2.5 sigma — du résultat est faible, et explique que ce genre de résultat disparaît souvent après un examen plus approfondi. Kamionkowski est d’accord. « Je pense que nous voudrons probablement examiner tout cela très attentivement avant de nous enthousiasmer ». Il ajoute que l’existence de la quintessence aurait des implications non seulement pour la cosmologie, mais aussi pour la physique fondamentale : le modèle standard de la physique des particules ne prédit aucune sorte de quintessence. D’autres efforts sont en cours pour cartographier la polarisation du CMB avec une plus grande précision, et pour soumettre la quintessence à des tests rigoureux. Ces projets comprennent l’observatoire Simons, une autre expérience d’observation du CMB en cours de mise en place dans le désert d’Atacama, et une future sonde spatiale japonaise appelée LiteBIRD. Si la quintessence s’avère être l’explication, elle aura des effets en cascade sur les meilleures estimations des caractéristiques de l’Univers, y compris son âge, qui pourrait être un peu plus jeune que les 13.8 milliards d’années que les cosmologistes ont calculé sur la base des données de Planck. Cela pourrait également aider à expliquer pourquoi les données du CMB prédisent que l’Univers devrait se développer à un rythme plus lent que celui actuellement observé. « Le rocher sur lequel ces hypothèses se tiennent est la constante cosmologique. Si vous changez cette pierre, cela pourrait avoir un effet sur tout le reste », conclut Caldwell. Sources : Physical Review Letters
  3. Une piste thérapeutique pour la création d'un traitement local de la Covid-19 émerge. Elle pourrait venir étoffer notre arsenal contre ce virus. Il reste à continuer d'explorer le potentiel de cette thérapeutique et à confirmer par des études son efficacité. Elle émane de recherches plutôt orientées vers la lutte contre le cancer... SOURCE: https://presse.inserm.fr/en/covid-19-des-leurres-biologiques-sous-forme-de-vesicules-pour-stopper-linfection-du-virus-sras-cov-2/41862/ Covid-19 : des leurres biologiques sous forme de vésicules pour stopper l’infection du virus SARS-CoV-2 Des chercheurs de l’Institut Curie et de l’Inserm, en collaboration avec le CNRS et l’Institut Pasteur, ont démontré in vitro le pouvoir anti-infectieux de vésicules extracellulaires[1] portant à leur surface les récepteurs du virus SARS-CoV-2, responsable de la pandémie Covid-19. Ces résultats, qui viennent d’être publiés dans The Journal of Extracellular Vesicles, révèlent une piste thérapeutique de traitement local de la Covid-19 qui reste à explorer et confirmer par des études de faisabilité et d’efficacité. Le virus SARS-CoV-2, responsable de la pandémie Covid-19, infecte les cellules du corps humain. La surface de ce virus est recouverte d’une protéine « S » (pour Spike, pointe en anglais) qui lui donne l’aspect caractéristique de ce type de virus en forme de « couronne ». Pour pénétrer dans les cellules, cette protéine S se lie un récepteur présent à la surface des cellules humaines, en particulier celles du poumon, le récepteur ACE2 (Angiotensin-Converting Enzyme 2). Après cette fixation, un autre récepteur membranaire présent à la surface des cellules hôtes, le récepteur TMPRSS2 (transmembrane protease serine 2) transforme la protéine S, permettant au virus d’entrer dans la cellule. Au sein de l’unité « Immunité et Cancer » de l’Institut Curie, l’équipe « Vésicules extracellulaires, réponses immunes et cancer » dirigée par Clotilde Théry, directrice de recherche Inserm, est parvenue à isoler – à partir de cellules en culture- des vésicules extracellulaires1 portant à leur surface le récepteur ACE2, avec ou sans le récepteur TMPRSS2. Ces travaux ont été menés en collaboration avec l’équipe « Immunité innée » de Nicolas Manel (Institut Curie/ CNRS/Inserm) et avec des chercheurs de l’unité « Virus et immunité » (Institut Pasteur/CNRS). Les résultats ont montré que ces vésicules sont reconnues par la protéine S du SARS-CoV-2. Ces vésicules servent donc de “leurre biologique” qui piège le virus en l’empêchant de se fixer aux cellules et en diminuant son pouvoir d’infection. L’efficacité anti-infectieuse de ces vésicules est directement corrélée à la quantité de récepteurs ACE2 qu’elles portent. Par ailleurs, cette efficacité est meilleure quand TMPRSS2 est aussi présente à la surface des vésicules. De plus, elle est bien supérieure à celle d’une protéine ACE2 non intégrée dans les vésicules. « Les vésicules que nous avons isolées servent de leurre au virus SARS-CoV-2 et le neutralisent. Elles pourraient donc être facilement utilisées en traitement local contre la Covid-19. Nous devons compléter nos résultats avec des études supplémentaires mais nous comptons poursuivre et approfondir cette piste thérapeutique inédite et unique », a déclaré Clotilde Théry. Une forme médicamenteuse de ces vésicules ACE2/TMPRSS2 pourrait donc constituer une nouvelle forme de traitement local pour diminuer les risques d’infection ou réduire son ampleur, lors d’une exposition au virus. Cependant, des études plus précises de faisabilité, d’efficacité dans les conditions de l’infection humaine, et d’effets secondaires potentiels devront être menées avant de développer un tel médicament. [1] Ces vésicules sont des sortes de « bulles » de petite taille qui sont naturellement produites dans notre corps et dont la surface ressemble à celle des cellules humaines Une équipe dédiée à l’étude des vésicules extracellulaires et à leurs potentiels thérapeutiques. Les cellules humaines sécrètent dans leur environnement des vésicules membranaires qui agissent comme des messagers intercellulaires. Depuis de nombreuses années, l’équipe Inserm menée par Clotilde Théry à l’Institut Curie est spécialisée dans l’étude de ces vésicules extracellulaires et de leur implication dans les processus physiopathologiques, et en particulier dans les cancers. Elle cherche notamment à comprendre le rôle de ces vésicules lorsqu’elles sont sécrétées par les cellules immunitaires ou les cellules tumorales. Les chercheurs décryptent leur rôle dans la progression des tumeurs ; plus encore, ils étudient le potentiel thérapeutique de ce type de vésicules dans le cancer.
  4. L’univers existe. Or, l’existence relève de ce qui est puisque que toute chose existante peut toujours être définie par certains attributs. En d'autres termes, toute chose existante est nécessairement sujet du verbe substantif: être; sans lequel rien ne pourrait être défini à commencer par l'être humain. Etant donné que l’existence ne saurait émerger du néant sans en faire autre chose que du néant, alors l’Etre, tout ce qui est, relève de la substance au sens philosophique du terme, c’est-à-dire qu’il est toujours par lui-même et qu'il ne peut être le sujet d'aucune autre chose que lui-même. Or, le réel est régi par le principe de causalité de sorte qu'une vérité conceptuelle doit avoir sa correspondance en termes de véracité factuelle. L'état "d'aucune autre chose que l'être lui-même" doit alors être mesuré dans le réel objectif par voie de conséquence: l'être doué de conscience esseulé dans le cosmos de sorte qu'il ne peut être le sujet "d'aucune autre chose que lui-même" et qu'il ''est par lui-même'' en vertu de son libre arbitre. L'existence est donc nécessaire afin que ce qui est puisse relever de la substance: être toujours par lui-même et n'être le sujet d'aucune autre chose que lui-même. Je l'explique dans mon essai publié sur mon blog : https://cequiunie.blogspot.com/. Le texte est construit comme suit : -Partie 1 : De ce qui est ; -Partie 2 : De ce qui n’est pas ; -Partie 3 : Du réel objectif (avec l’explication du moteur de la gravitation, de l’intrication quantique, de la superposition quantique et de la dualité onde-corpuscule que vous pouvez ignorer si le sujet ne vous intéresse pas); -Partie 4 : De la raison de l’existence (avec l’explication de ce qu’est la mort et la preuve de l’âme humaine par ce qui est substantiel: le sentiment); -Partie 5 : Conclusion sur l’issue du progrès à l’heure de l’ordinateur quantique; Merci d’avance pour vos avis.
  5. Des chercheurs japonais ont fait une véritable percée dans le domaine de la lutte contre le cancer. Ils ont découvert une méthode de synthèse de composés organiques quatre fois plus mortels pour les cellules cancéreuses (que pour les cellules saines), permettant ainsi de préserver ces dernières (qui résistent au traitement). Une avancée qui pourrait mener au développement de nouveaux médicaments anticancéreux basés sur des composés naturels plus efficaces, avec des effets secondaires minimes. Au cours des dernières décennies, le cancer est progressivement devenu la deuxième cause de décès dans le monde (une personne sur six). Cette position préoccupante lui a conféré une place unique et omniprésente dans la culture mondiale, à tel point que la recherche d’un « remède universel » contre le cancer est considérée comme l’une des quêtes les plus nobles de la médecine. Malheureusement, l’humanité n’y est pas encore parvenue ; des milliers d’études sont en cours à travers le monde pour explorer tous les aspects du cancer, en essayant de trouver son « point faible ». Un groupe de chercheurs de l’Université des sciences de Tokyo, dirigé par le professeur Kouji Kuramochi, s’est également consacré à cette mission. Dans leur recherche d’une nouvelle arme contre le cancer, ils se sont tournés vers un ensemble spécifique de composés organiques appelés « phénazines ». La cytotoxicité pour éradiquer le cancer Les phénazines sont un grand groupe « d’hétérocycles » contenant de l’azote (ou des composés ayant une structure cyclique composée d’au moins deux éléments différents). On trouve plus d’une centaine de composés de phénazine dans la nature, et plus de 6000 peuvent être « synthétisés ». Parmi ceux-ci, les N-alkylphénazine-1-ones (phénazinones) constituent un groupe mineur de phénazines, dont on sait qu’elles ont des activités antibactériennes, antifongiques et cytotoxiques. Et la cytotoxicité est une propriété intéressante dans la recherche sur le cancer, car si nous pouvons « diriger » les composés cytotoxiques pour qu’ils agissent contre les cellules cancéreuses, nous pouvons théoriquement éliminer le cancer. Les détails de leur étude ont été publiés dans la revue American Chemical Society Omega. « La pyocyanine, la lavanducyanine, les dérivés de la lavanducyanine WS-9659 A, WS-9659 B, et les marinocyanines A et B, tous des types différents de phénazines, présentent des activités cytotoxiques, contre les cellules cancéreuses. Cependant, ces composés sont difficiles à obtenir à partir de leurs sources naturelles telles que les bactéries », rapporte le professeur Kuramochi. Déterminés à en savoir plus et à exploiter leurs propriétés pour de bon, les chercheurs ont expérimenté la synthèse de ces composés par plusieurs méthodes. Pour cela, ils ont procédé à « l’halogénation » (le processus d’ajout d’halogènes comme le chlore et le brome) et à la « condensation oxydative » (l’ajout d’un oxydant et d’une molécule d’eau) sur divers composés. Leur stratégie a permis d’obtenir une synthèse très efficace et sélective des N-alkyl-2-halophénazin-1-ones. Parmi tous les composés synthétisés, ils ont constaté que la 2-chloropyocyanine présentait une cytotoxicité élevée à l’égard des cellules cancéreuses du poumon. Leurs conclusions leur ont permis d’expliquer la logistique de leur étude et de leur procédé en détail. https://trustmyscience.com/cancer-composes-anticancereux-naturels-peu-effets-secondaires/
  6. Bonjour, J'ai eu une révélation philosophique : la science n'existe pas. Il n'y a que des sciences particulières dont certains théoriciens des sciences tels que Popper, Chalmers, ou autres, tentent de dresser les contours en essayant vainement de les unir sous la même bannière conceptuelle. La science n'existe pas. Il y a différents points de vue irreconciliables sur l'existence et sur le réel, et il est purement inutile de vouloir les unifier. On ne saurait y voir plus belle illustration de la fameuse maxime nietzchéene : Dieu est mort. Chaque science n'est que constituée par l'ensemble de ce que la rationalité humaine et les règles élémentaires de la logique permettent de dire ou conjecturer sur un objet du réel dont les contours sont tantôt flous et mal définis, tantôt conceptuels ou empiriques, tantôt particuliers ou généraux. Chaque science est constituée de l'ensemble des énoncés communicables et justifiables rationnellement sur un objet d'étude. Mais quel objet d'étude ? La biologie est la science dont l'objet est les êtres vivants. Mais personne ne sait encore définir en toute rigueur le vivant et voir ce qui le distingue de l'inanimé, si bien qu'on se dit que c'est une question de temps avant que le vitalisme philosophique ne soit dépassé. La physique ou la chimie étudient la matière et les phénomènes naturels, mais bien malin qui definira sans ambiguïté la matière ou la réalité, si bien que son objet est très large et correspond in fine à tout dans une perspective reductionniste. Les mathématiques, ou la logique, qui échappent par nature à l'analyse de Popper, puisqu'elles ne recourent pas à l'empirie, n'en sont pas moins des sciences dont nul ne fera jamais le tour. L'univers serait mathématique. L'informatique est la science du traitement de l'information, mais in fine, tout est information pour l'être humain. Tout est information. Les sciences humaines étudient l'être humain mais personne ne peut cerner cet objet d'étude et en proposer une définition claire et sans ambiguïté, d'autant qu'une autre science, l'ethologie, floute encore davantage les frontières entre humain et animal. Etc. Etc. Bref aucune science ne dispose d'un objet d'étude qui soit clairement conceptualisable ou definissable définitivement, ou sans ambiguïté. L'analyse de Popper est vraie surtout pour la physique mais beaucoup moins pour les mathématiques, l'informatique ou les sciences humaines. D'ailleurs tout le monde sent bien que Popper est à bien des égards contestable. Et chaque science pourrait prétendre à l'universel et à la prévalence sur les autres et sur l'Histoire humaine. Le psychologisme, le sociologisme, l'économisme, le réalisme mathématique, le biologisme ou encore le physicisme sont autant de dérives et de visions du monde incompatibles qui s'affrontent.
  7. En cette période pendant laquelle l'attention de beaucoup,notamment ici , est focalisée sur le covid-19, je préfère profiter de cette période et prendre un peu de temps pour vous mettre à contribution pour rappeler l'existence de- et mettre en lumière: Emmy NOETHER... et évoquer sa mémoire (oui oui noether-noetherien comme un "idéal noetherien"- pour ceux qui auraient fait de l'Algèbre dans le cadre de mathématiques "pures",maîtrise/master). Nous venons de vivre pendant cette période"covid" le 85ème anniversaire de la mort(et le 138ème de la naissance)de cette femme EXCEPTIONNELLE, trop tôt disparue à l'age de 53 ans des suites d'une opération d'un kyste ovarien,privant l'humanité d'un des plus grands génies du 20ème siècle et de tout ce qu'elle aurait pu lui apporter encore. Fille d'un mathématicien ,elle fut une immense mathématicienne en ce début de 20ème siècle mais c'est paradoxalement peut-être la physique actuelle qui lui doit le plus. En effet, sur les théorèmes de NOETHER(de la généralisation postérieure)-équivalence :existence d'invariance d'une loi de la nature/existence d'une quantité physique qui se conserve- s'appuient les découvertes postérieures des modèles physiques fondés sur "les théories de jauge"(basées sur des idées formulées par WEYL ,lui-même s'inspirant des travaux de NOETHER) comme celle liée à l'interaction faible(de groupe SU(2)), la théorie electrofaible(de groupe SU(2)*u(1)),ou la théorie de l'interaction forte(chromodynamique quantique, de groupe SU(3))ou même encore la théorie de Englert-Brout-Higgs(le fameux boson de Higgs,pour lequel essentiellement le LHC fut construit )...donc le fameux "modèle standard"de la physique. Beaucoup eurent un prix Nobel en contribuant à bâtir ce modèle standard sur les fondements du théorème de NOETHER. Nul doute que si elle avait vécu, ces prix lui auraient été co-attribués; elle n'en aurait cependant eu cure car , Emmy NOETHER, non contente d’être un génie, était aussi une personne à la fois passionnée et humble,ne recherchant pas les honneurs (à l'image de l' IMMENSE Grigori PERELMAN). Elle fut également une enseignante passionnée, altruiste, "comme une maman" avec ses nombreux étudiants "thésards"(de nombreuses nationalités,notamment d'Europe de l'Est) semant des graines de son génie dans le monde entier. Juive,elle dut, comme EINSTEIN et WEYL par exemple, fuir l'Allemagne nazie et gagner l'Amérique en 1933 pour y mourir 2 ans plus tard. Elle fut encensée par les plus grands noms des Mathématiques et de la physique comme Hermann WEYL, David HILBERT ou Albert EINSTEIN. En plus d'avoir été un être aux grandes qualités humaines(intégrité,altruisme,modestie,passion..), elle est la plus grande mathématicienne ayant vécu et, sans aucun doute(la formidable Marie CURIE,bien plus connue, y compris), la plus grande "penseuse"(philosophe, scientifique ou mathématicienne)de tous les temps(l'égale d'un WITTGENSTEIN,un ARCHIMÈDE, un PERELMAN, un EINSTEIN, un RIEMANN,un GAUSS, un LEIBNITZ, un DESCARTES, un SPINOZA voire un GALILÉE, un NEWTON, un POINCARÉ ou un GROTHENDIECK ). Vous recherchez un MODÈLE pour nos filles,nos élèves féminines,nos étudiantes ( c'est aussi vrai pour fils,élèves masculins ,étudiants )? N'hésitez pas un instant. Citez la !!! Certes peu(beaucoup trop peu !) connue du grand public...mais elle est là, IMMENSE, INCONTOURNABLE. https://www.pourlascience.fr/sd/mathematiques/emmy-noether-le-centenaire-dun-theoreme-14564.php https://femmessavantes.pressbooks.com/chapter/emmy-noether-mathematicienne-1882-1935/
  8. Hypno

    Le monstre des Sciences

    Tout dabord bonjour, Je suis nouveau sur ce forum, je recquiert votre avis quand a une oeuvre composée par moi meme. En tant qu'etudiant en Math sup ferru de mathematiques j'ai réalisé une oeuvre qui me semble importante dans laquelle tout le monde est scencé reconnaitre sa vision par rapport aux Sciences. Mon oeuvre: https://goopics.net/i/7Qnqp Mon oeuvre represente deux manieres de voir les Sciences ; Je vais le resumé brefement ici: -La premiere et la plus répendue (Plus particulierement auprés des personnes ayant des difficultés en sciences ) est la vue des maths comme un monstre insurmontable qui devient trop compliqué trop vite et qui nous bloque dans certains moments de la vie (comme les etudes)... -La deuxieme est la vue d'un allié qui n'a peur de rien (une sorte de monstre de compagnie) qui s'attaques aux problemes les plus modernes et permet aux humains d'avancer toujours plus loin dans une certaine modernité technologique
  9. Bonsoir, alors j’aurais une petite question pour mon dm d’svt, c’est au sujet des barrières naturelles de l’organisme, est ce qu’il s’agit des muqueuses et de la peau ou des protections mécaniques (peau, muqueuses) et des protections chimiques (larmes, sueur) ? J’ai recherché sur Internet et j’arrive pas à extraire la bonne information surtout celle en rapport avec le document que j’ai à disposition :https://p5.storage.canalblog.com/59/57/1152454/103743431_o.png et également le texte: « Les muqueuses tapissent les cavités du corps humain, Elles sont en continuité avec la peau. Elles sont en permanence humide, elles sont plus perméable que la peau. Certaines possèdent des glande qui sécrète un mucus protecteur (exemple : dans les bronches pour bloquer les particules étrangères) »
  10. Je réalise une cartographie de la création. Vous pouvez la consulter librement à cette adresse : https://cartographie-de-la-creation-92.webself.net/cartographie Si vous avez des questions, je serais heureux d'y répondre.
  11. Bonjour, j'ai actuellement une dissertation à rendre en philosophie sur le thème du "vivant", la problématique étant "Y a-t-il un but à l'évolution du vivant ?". Je me tourne vers vous pour savoir si ce sujet vous inspire des arguments permettant de contrer ou d'approuver cette idée de "but" concernant l'évolution des espèces. Je comptais m'appuyer sur la théorie de Darwin ainsi que sur les idées de Bergson, mais je trouve la problématique assez floue, ce qui me perd totalement dans mon argumentation :/ J'espère que cette question vous inspirera plus que moi, n'hésitez pas à me laisser vos idées/ressentis dans les commentaires ! Bonne journée à vous ;)
  12. Bonjour à tous ! Je suis actuellement en préparation au concours commun des IEP de province. Mais comme je dois penser à un plan B, je me trouve confronté à un choix difficile sur Parcoursup... J'ai été accepté à une école privée faisant partie de l'université catholique de Lille, l'ESPOL (European school of political and social sciences). Celle-ci est assez récente (2012) et accessoirement assez chère (8000€). Je suis dans un certain flou quand à mon orientation professionnelle (j'aime de nombreux domaines, histoire, politique, économie, journalisme... c'est pour cela que je me suis dirigé vers Sciences Po, au vu de la diversité des masters qu'ils proposent). Or, l'ESPOL ne propose que 3 masters : un master en études européennes et internationales, un master en "Food Politics" et un master en "International Security". J'ai aussi remarqué qu'un certain nombre de ses étudiants en licence ("bachelor") faisaient leur master dans des universités étrangères.... d'autres ont eu la chance d'intégrer un IEP du concours commun en 4ème année. J'ai toutefois des incertitudes sur cette école, et ayant des chances d'être accepté prochainement pour une licence de sciences politiques à la Sorbonne ou Assas, je ne sais pas quelle décision prendre. J'ai aussi été accepté à l'ILERI, école privée parisienne de Relations internationales (après un concours... le nombre de candidats n'est toutefois pas le même que pour Sciences Po!). Entre l'école privée ou la licence prestigieuse (c'est en tout cas c'est l'impression que me donne les noms parisiens), que choisir ? Laquelle m'ouvrirait plus de portes, et serait éventuellement la meilleure pour présenter un dossier en vue d'une admission en 4ème année dans un IEP du concours commun ? Merci d'avance!!!
  13. bonjour, voila ma question : lorsqu'on a une question à laquelle la science et/ou l'expérience et la raison a répondu, comme par exemple la terre est ronde ou plate: elle est ronde...qui croise des écrits religieux sur la même idée...laquelle croire plutôt selon vous ?
  14. S.A.S

    Energie infinie ... ?

    Energie infinie : le "soleil artificiel" allemand progresse ! 2/34 Übergizmo Norédine BenazdiaIl y a 10 heures PARTAGER PARTAGER TWEETER PARTAGER ENVOYER PAR E-MAIL © Norédine Benazdia, übergizmo (FR) Depuis les années 1950, des scientifiques du monde entier tentent de réaliser l’impossible : développer un réacteur à fusion nucléaire générant de l’énergie de la même manière qu’une étoile… mais sur Terre. C’est pour cette raison qu’on parle de « soleil artificiel ». Dis comme ça, cette production d’énergie semble dangereuse, mais il n’en est rien. Mieux, le réacteur Wendelstein 7-X (un réacteur allemand concurrent d’ITER qui est en construction dans le sud de la France) vient de passer ses premiers tests avec succès ! Selon une étude publiée dans le dernier numéro du journal Nature Communications , les chercheurs ont confirmé que le réacteur à fusion Wendelstein 7-X (W7-X) qui se trouve en Allemagne fonctionne correctement et peut donc progresser dans sa réalisation. Le réacteur développé en Allemagne, un Stellarator, a généré son premier plasma d’hydrogène quand il a été allumé au début de l’année. De nouveaux tests ont donné aux scientifiques le feu vert pour qu’ils passent à l’étape suivante du processus ............................................................... et si c'était La solution à tout nos problèmes énergétiques pour les années à venir ??????
×