Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'inégalités'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

22 résultats trouvés

  1. Article : https://www.pourlascience.fr/sd/economie/aux-sources-mathematiques-des-inegalites-de-richesse-18601.php Extrait : […]
  2. Encore un pavé intéressant de Thomas Piketty, dommage qu'à force de faire des recherches, il en oublie la réalité, nous sommes des animaux hiérarchisés et la propriété privée et l'argent sont devenus les marqueurs de dominance principaux, remettre en cause ce système, c'est de l'utopie.
  3. Plus je me renseigne sur les processus d'apprentissage, sur la pédagogie et sur le contexte français plus je me dis que ce pourrait être une bonne idée.
  4. La condition humaineJ'entends souvent des garçons prétendre que c'est plus difficile pour eux que pour nous les filles. Ils font évidemment allusion à la sexualité. Il me faut ici les rassurer et peut-être les dissuader d'avoir de telles croyances. Car ce sont autant de légendes urbaines qui se propagent comme autant de fakes news. Ce n'est tout simplement pas vrai. C'est même tout simplement impossible. Sinon grotesque. Je vais tâcher de bien leurs expliquer. Accrochez-vous les garçons.Nous autres les filles, nous sommes beaucoup plus sélectives. Beaucoup plus exigeantes. Il nous est souvent impossible de pouvoir nous abandonner au premier crétin qui nous drague. Que ce soit le crétin obséquieux. Le crétin "boulet" ou encore le crétin lourdingue. Il y a aussi le crétin sans scrupule. Le crétin facétieux. Le crétin prétentieux. Le crétin qui se comporte comme un barbare. Le crétin hussard. Le crétin inconscient. Le crétin mythomane. Le crétin jaloux. Le crétin sans scrupule.Comme on peut le découvrir dans mon exposé, le crétin se décline à l'infini. Nous pourrions également analyser l'imbécile qui se prend pour un incontournable. L'imbécile heureux. L'imbécile qui fréquente les discothèques pour tenter l'impossible. L'imbécile pathétique. L'imbécile qui se trouve irrésistible. L'imbécile qui se prétend diplômé des hautes sciences de la sexualité. L'imbécile qui roule des mécaniques. L'imbécile impétueux. L'imbécile qui allume une cigarette pour se donner de grands airs.Comme nous pouvons le voir, l'imbécile, tout comme le crétin, se décline en variétés infinies. Pour tous ces individus, nous comprenons bien que "conclure un plan cul", c'est très loin d'être gagné. Surtout si l'on prend en considération que parmi les crétins il y la les idiots. Que parmi les imbéciles il y a les cons. Sans évoquer les connards qui deviennent agressifs, insultants et injurieux quant toutes leurs manœuvres d'approches ont échoué. Et ceux-là sont surtout nombreux sur les forums.La différence entre un con et un connard n'est pas immédiatement perceptible chez la jeune fille "innocente" et naïve". J'évoque ici une expérience personnelle. Le con, c'est dans sa nature. Il est naturellement con. Il ne le fait pas exprès. Il est parfois tellement con qu'il pourrait en devenir sympathique. On a envie de lui venir en aide. Alors que le connard est une sorte de pervers. Il imite le con mais dans un but cynique. Avec le désir de faire du mal. Le connard ne se détecte pas toujours si vite.On détecte le connard à son comportement. Le plus simple est de l'observer au volant d'une voiture. De l'observer vautré dans son canapé devant un match de football. De l'observer devant un débat politique à la télévision. De lire ses interventions sur des forums. De l'écouter parler "femmes" avec ses potes au bistrot. De le voir faire son numéro dans son jogging Adidas tout neuf, chaussé de ses Nike toutes neuves et surtout coiffé de sa casquette d'abruti. En parodiant un con. Alors prétendre que pour les filles ce serait plus facile que pour les garçons reste un concept ridicule, stupide, voire inepte. Comment pourrait-on avoir le moindre désir pour cette immense majorité de garçons ? Non ! Pour les filles c'est encore plus difficile. Il nous faut tout de même un minimum de classe, d'intelligence, de raffinement et d'élégance pour être séduites. Sans évoquer l'émotion qui prédomine sur la bestialité et le premier degré dont font preuve les "primates". Ce n'est pas simple.Comme on peut le constater, et enfin le comprendre, l'égalité entre les garçons et les filles, c'est encore très loin d'être acquis. Sans doute même une chimère…Bisou
  5. Bonsoir, Je suis un jeune homme de 20 ans, vivant dans un milieu plutôt huppé, voir même bourgeois. J'ai toujours été socialement très épanoui, j'ai reçu une très bonne éducation, j'ai un très bon cercle d'ami, bien diversifié (pas que des bourges non plus), je fais des études universitaires où je réussis (non brillamment mais bon pas très important tant que je réussis). Bref la vie sur papier plutôt banale, sensée être satisfaisante, motivante, voir épanouissante. Alors voila ca pourra vous paraître bizarre, mais ces derniers mois, mêmes années, je n'arrive plus à ressentir le bonheur, comme je le ressentais autrefois. Je suis très touché par les injustices sociales de notre société, société dans laquelle les gens ont un plaisir fou à étaler leur vie, montrer qu'ils vivent la vie parfaite, faire du "show". Je suis horrifié par ce monde d'apparences dans lequel je me trouve, sans y appartenir, n'ayant aucune authenticité, que de superficialité. Je n'arrive qu'à voir des clichés autour de moi, des gens qui essayent de rentrer dans des cases toues faites, "être stylé". J'ai l'impression que le but du monde est de montrer aux gens que leur vie est supérieure et enviante, montrant un faux luxe et un faux bonheur. Montrer, montrer et toujours montrer, je ne vois que ça... Tout cela me fait encore plus voir les injustices et inégalités sociales de notre société, car je suis parfaitement conscient de l'immense majorité du monde qui n'a pas les mêmes chances et opportunités que mon entourage et moi même. Je n'arrive même pas à poser de mots représentatif sur le dégoût qui vit en moi, constamment. Je me suis donc petit à petit isolé, en me coupant quelques jours par ci par là, puis progressivement quelques semaines, des réseaux sociaux, en restant seul, sans rien faire de constructif à part étudier de temps en temps. Mais majoritairement, je restais dans mon lit, à fumer des joints, réflechir, écouter de la musique, regarder des films, reportages, articles,... bref rien de constructif. Au fur et à mesure, j'ai développé une espèce de dépendance non pas au cannabis, mais a la solitude. Passer du temps avec mes amis ne me déplaisait pas, mais je pensais toujours au moment où je pourrais de nouveau être seul, avoir la paix, être "tranquil". Je sortais de moins en moins, car être seul me procurait vraiment un sentiment de soulagement, je pouvais souffler et être moi-même à 100%, seul je n'avais aucune gêne à avoir, aucune retenue à avoir, ce n'était que moi. Je pensais que ce dégout de la société venait peut être de ma consommation de cannabis, chose qui m'aidait a me sentir plus normal et moins agacé par mon entourage, à supporter "mon monde". Donc j'ai arrêté (je n'ai toujours pas repris mais je commence a me demander pourquoi j'ai arrêté), pendant plusieurs mois, mais rien n'y fait, le sentiment ne part pas, je vois toujours les choses qu'en gris. Pendant ces périodes de solitude, qui durent encore toujours aujourd'hui, un énorme manque d'ambition, comme un découragement de la vie en société, s'est développé en moi. Je me suis de plus en plus intéressé aux sujets comme l'autarcie,histoire de trouver un moyen de vivre complètement seul, ou alors vivre très à l'écart des grandes villes, dans la nature, isolé, c'en est carrément devenu un rêve. Dans cette vie de rêve, à laquelle je n'arrête pas de penser, j'aurais pour seule compagnie des animaux domestiques (car oui j'ai une passion et un amour fou pour les animaux, je considère leurs émotions tellement authentiques, réelles, il n'y a pas de superficialité chez eux), coupé du monde extérieur, enfermé dans ma bulle. Je ne sais pas si je peux considérer cela comme une sorte d'ambition? Mon ambition serait-elle de ne rien faire, avec personne, coupé de tout? Voilà je suis assez perdu, j'aimerais savoir si des gens se reconnaissent dans ces pensées et ce mode de vie, comment gérez vous tout cela? comment avancer dans la vie sans ambition et sans aucune foi dans la société? Il y'a-t-il des personnes qui sont allées au bout de ce rêve et qui se sont isolées de tout? Est-ce que c'est possible ou est ce que je dois complètement changer? Des témoignages me feraient énormément de bien, surtout histoire de savoir si mon "rêve" est réaliste, je remercie sincèrement les gens qui m'ont lu. Bien à vous. ps: désolé pour les fautes de français je sais que mon orthographe et mon style peuvent laisser à désirer.
  6. Bonsoir, Je suis un jeune homme de 20 ans, vivant dans un milieu plutôt huppé, voir même bourgeois. J'ai toujours été socialement très épanoui, j'ai reçu une très bonne éducation, j'ai un très bon cercle d'ami, bien diversifié (pas que des bourges non plus), je fais des études universitaires où je réussis (non brillamment mais bon pas très important tant que je réussis). Bref la vie sur papier plutôt banale, sensée être satisfaisante, motivante, voir épanouissante. Alors voila ca pourra vous paraître bizarre, mais ces derniers mois, mêmes années, je n'arrive plus à ressentir le bonheur, comme je le ressentais autrefois. Je suis très touché par les injustices sociales de notre société, société dans laquelle les gens ont un plaisir fou à étaler leur vie, montrer qu'ils vivent la vie parfaite, faire du "show". Je suis horrifié par ce monde d'apparences dans lequel je me trouve, sans y appartenir, n'ayant aucune authenticité, que de superficialité. Je n'arrive qu'à voir des clichés autour de moi, des gens qui essayent de rentrer dans des cases toues faites, "être stylé". J'ai l'impression que le but du monde est de montrer aux gens que leur vie est supérieure et enviante, montrant un faux luxe et un faux bonheur. Montrer, montrer et toujours montrer, je ne vois que ça... Tout cela me fait encore plus voir les injustices et inégalités sociales de notre société, car je suis parfaitement conscient de l'immense majorité du monde qui n'a pas les mêmes chances et opportunités que mon entourage et moi même. Je n'arrive même pas à poser de mots représentatif sur le dégoût qui vit en moi, constamment. Je me suis donc petit à petit isolé, en me coupant quelques jours par ci par là, puis progressivement quelques semaines, des réseaux sociaux, en restant seul, sans rien faire de constructif à part étudier de temps en temps. Mais majoritairement, je restais dans mon lit, à fumer des joints, réflechir, écouter de la musique, regarder des films, reportages, articles,... bref rien de constructif. Au fur et à mesure, j'ai développé une espèce de dépendance non pas au cannabis, mais a la solitude. Passer du temps avec mes amis ne me déplaisait pas, mais je pensais toujours au moment où je pourrais de nouveau être seul, avoir la paix, être "tranquil". Je sortais de moins en moins, car être seul me procurait vraiment un sentiment de soulagement, je pouvais souffler et être moi-même à 100%, seul je n'avais aucune gêne à avoir, aucune retenue à avoir, ce n'était que moi. Je pensais que ce dégout de la société venait peut être de ma consommation de cannabis, chose qui m'aidait a me sentir plus normal et moins agacé par mon entourage, à supporter "mon monde". Donc j'ai arrêté (je n'ai toujours pas repris mais je commence a me demander pourquoi j'ai arrêté), pendant plusieurs mois, mais rien n'y fait, le sentiment ne part pas, je vois toujours les choses qu'en gris. Pendant ces périodes de solitude, qui durent encore toujours aujourd'hui, un énorme manque d'ambition, comme un découragement de la vie en société, s'est développé en moi. Je me suis de plus en plus intéressé aux sujets comme l'autarcie,histoire de trouver un moyen de vivre complètement seul, ou alors vivre très à l'écart des grandes villes, dans la nature, isolé, c'en est carrément devenu un rêve. Dans cette vie de rêve, à laquelle je n'arrête pas de penser, j'aurais pour seule compagnie des animaux domestiques (car oui j'ai une passion et un amour fou pour les animaux, je considère leurs émotions tellement authentiques, réelles, il n'y a pas de superficialité chez eux), coupé du monde extérieur, enfermé dans ma bulle. Je ne sais pas si je peux considérer cela comme une sorte d'ambition? Mon ambition serait-elle de ne rien faire, avec personne, coupé de tout? Voilà je suis assez perdu, j'aimerais savoir si des gens se reconnaissent dans ces pensées et ce mode de vie, comment gérez vous tout cela? comment avancer dans la vie sans ambition et sans aucune foi dans la société? Il y'a-t-il des personnes qui sont allées au bout de ce rêve et qui se sont isolées de tout? Est-ce que c'est possible ou est ce que je dois complètement changer? Des témoignages me feraient énormément de bien, surtout histoire de savoir si mon "rêve" est réaliste, je remercie sincèrement les gens qui m'ont lu. Bien à vous. ps: désolé pour les fautes de français je sais que mon orthographe et mon style peuvent laisser à désirer.
  7. Bonjour, L'ONG Oxfam profite du sommet de Davos pour dévoiler un rapport sur la partage de la richesse et lancer une pétition de soutien à son projet de loi contre les inégalités qu'elle souhaite présenter à Emmanuel Macron. La concentration des richesses et l'aggravation des inégalités par le "capitalisme de rentiers" font partie des thématiques qui seront abordées au Forum économique mondial de Davos 2018 à partir de mardi (23/01/18). L'association internationale Oxfam, connue pour ses travaux et ses coups d'éclat contre l'évasion fiscale et les paradis fiscaux, profite du bruit médiatique entourant le sommet de la station suisse, qui réunit les grands décideurs du monde politique et économique, pour rendre public son rapport sur les inégalités. Le nombre de milliardaires a connu l'année dernière sa plus forte hausse de l'histoire, avec un nouveau milliardaire tous les deux jours. On dénombre actuellement 2.043 milliardaires en dollars dans le monde. Neuf sur dix sont des hommes. En 12 mois, les richesses de ce groupe d'élite ont augmenté de 762 milliards de dollars, soit plus de sept fois le montant qui permettrait de mettre fin à la pauvreté extrême dans le monde. 82% de la croissance des richesses créées dans le monde l'année dernière ont profité aux 1% les plus riches, alors que la situation n'a pas évolué pour les 50% les plus pauvres. Ces chiffres vertigineux démontrent que le boom des milliardaires n'est pas le signe d'une économie florissante, mais d'abord le symptôme d'un système économique défaillant qui enferme les plus vulnérables dans la pauvreté et porte aussi atteinte à la prospérité économique de toutes et tous. Et en France : en 20 ans, la fortune totale des dix plus grandes fortunes françaises a été multipliée par 12, pendant que le nombre de pauvres augmentait de 1,2 millions de personnes. Au sommet de la pyramide, la richesse des milliardaires français a été multipliée par trois en 10 ans et seuls 32 milliardaires français possèdent désormais autant que les 40 % les plus pauvres de la population française. Article entier
  8. Bravo Blanquer ! Merci, merci et encore mille merci ! Pour ceux qui avaient encore des doutes à propos de la nature de la politique et du gouvernement Macron, notre cher Ministre de l'Educ Nat vient de les balayer. Net. Ceux qui croyaient encore (il sont désormais rare, et pour cause) que Macron était un progressiste l'ont désormais bien profond. Mordez-vous en bien les doigts, électeurs macronistes progressistes du premier tour ! En effet, Mesdames et Messieurs les collègues d'histoire géo et de primaire, votre Ministre croit savoir (spoil : il le sait, c'est une stratégie très clair d'élitisation de l'enseignement et de ségrégation social, comme l'annonçait le retour des classes bilangues) qu'il faut enseigner aux gamin l'histoire avec une approche chronologique. Vous vous souvenez quand en fac d'histoire on vous disait que cette approche correspondait au niveau zéro de la pratique historique ? Ben au moins l'avantage, maintenant, c'est que votre niveau de moral sera plus proche du niveau d'analyse historique que vous serez amenés à pratiquer. Enfin, je vous rassure : pas à tous les gamins. Non. Seulement les élèves de primaire et de collège. Ben oui, on le comprend, ce serait con de transmettre une pratique analytique de l'histoire dans le tronc commun, dans le collège unique. On va bien attendre que les enfants de prolo et autres éliminés d'un système qu'on sait tous inique soit passés dans les classes techniques ou technologiques pour faire de la science historique à peu près convenable, qui sorte des misérables clichés. On va tout de même pas introduire, par exemple, une histoire des classes sociales, noooooooon... rassurez-vous ! Pourtant, j'y croyais franchement, au virage progressiste dans l'enseignement. Ca avait bien commencé : on parlait d'éliminer cette merde sociale qu'était la méthode globale. Mais tout rêve à une fin : semaine de quatre jours, retour des classes bilangues, tous les détritus qui rajoute un peu plus d'iniquité à ce système qui broie les populations sociologiquement les plus faibles sont ressuscités par les incantations de ce boloss sattellite de Macron. J'vous laisse, faut que j'en parle à une barre de chocolat. C'te perspective d'enseignement me désole. Sérieux, les collègues, face à ça, comme face à feue la méthode globale, désobéissance civile, s'il vous plaît... http://ateliers.cfjlab.fr/2017/05/20/lenseignement-de-lhistoire-peut-il-faire-aimer-la-france-aux-eleves/ PS : oui, la source date, mais je viens de voir ses projets prendre un tour de concrétisation dans un article payant du Figaro.
  9. Gorgostern

    L'analphabétisme

    Tout comme mon précédent topic sur le racisme, j'aimerais connaître votre ressentis sur le sujet, sachant qu'en moyenne 5% sépare le taux d'analphabétisme des hommes et des femmes. J'y ai consacré un article que vous trouverez ici.
  10. Bonjour, je me présente je m'appelle Clémence, je suis lycéenne. Si je m'adresse à vous, c'est que j'ai besoin de votre aide, du moins de votre avis. Dans le cadre des TPE ( travail personnel encadré :évalué et comptabilisé pour le BAC), je travaille en binome sur le sujet suivant: Les inégalités hommes/femmes dans le monde du travail. Nous avons décidé de réaliser un sondage par le biais d'une série de question en vue d'enrichir notre exposé. Dans la première partie, nous avons tenté de comprendre/étudier l'origine de ces inégalités. Dans quels milieux ( education, politique, social...) ces dernières sont présentes et sous quelles formes. Ensuite, dans la deuxième partie,nous nous sommes focalisées sur les inégalités dans le monde du travail. Et pour finir, dans la dernière partie, nous nous sommes intérésées aux différents moyens mis en oeuvre pour lutter contre ces inégalités. Ainsi qu'aux femmes qui se sont battues pour nos droits/notre liberté (ex: Simone Veil) et celles qui continuent à lutter pour la parité. Voici le questionnaire: (n'hésitez pas à me donner votre avis à propos de la pertinence de nos questions INFORMATIONS Questionnaire anonyme, je ne vous demanderai que ceci : Je suis : -une femme -un homme Profession:_______________________ PARTIE 1 : Pensez-vous que malgré la loi du 4 aout 2014 promulguant l'égalité hommes/femmes, les femmes sont sujettes, de nos jours, à certaines inégalités. Si oui, dans quels domaines ? A votre avis, est-ce que les femmes ont la même possibilité d’accès aux études (caricaturée dans certaines filières, ex : bac L plus pour les filles, bac S plus pour les hommes). Pensez-vous qu’elles sont nombreuses à entreprendre des études supérieures ? Comment expliquez-vous l’absence ou la rareté des femmes en politique ? Cela traduit-il une inégalité encore persistante/présente ? PARTIE 2 : Pensez-vous que les femmes sont plus exposées au chômage que les hommes ? A votre avis, est-ce-qu’une femme peut être à la tête d’une entreprise, peut avoir des responsabilités ? Pensez- vous que les femmes, une fois mère de famille, peuvent gérer vie professionnelle et vie personnelle / familiale ? A votre avis, y-a-t-il une inégalité salariale entre les hommes et les femmes ? Si oui, quelles en sont les causes ? Les femmes sont elles victimes des discriminations / stéréotypes dès leur entretien d’embauche ? PARTIE 3 : Avez-vous déjà entendu parler de la semaine d’égalité professionnelle ? Pensez-vous que la semaine d’égalité professionnelle va réduire les inégalités hommes-femmes dans le monde du travail ? Pour vous, la journée de la femme, qu’est-ce-que c’est ? Que pensez-vous des groupes féministes ? Sont-ils trop extrêmes ? Leur lutte est-elle justifiée ? Comment vous placez-vous dans ce débat ?(êtes-vous membre d'une association par exemple?)
  11. Nous sommes en 2034, la photonique s'est imposée depuis quelques années. L'électronique disparaît progressivement et les ordinateurs, petits objets souples de toutes les couleurs et toutes les formes, pouvant développer des hologrammes à commandes vocales et/ou gestuelles sont près de mille fois plus rapide. Les nanotechnologies photoniques commencent qui plus est permettre des implants qui rendent la vue, mais aussi l'augmente, ainsi que l'ouie. On parle de tissu à résistance par compression anticipée qui rendent quasi invulnérables à une pénétrations de surface... La modification génétique ne sera jamais réellement tolérée dans nos sociétés où l'histoire a construit un corps et une naissance sacralisée. C'est par l'argent, la libre propriété et l'accumulation que les énormes différences d'enrichissement commencent à créer une vraie distance entre celles- et ceux qui ont les moyens de s'"augmenter" et les autres, nombreux mais basiquement humain. Quelle nouvelle criminalité, quelles communautés, quelle formes nouvelles d'emploi, d'embauche, que peut anticiper notre imagination dans ces matières, au plus près du réalisme, du probable, de ce à quoi il faut s'attendre ? Si possible, sans délires outranciers ou amusements, que pouvez-vous anticiper ?
  12. Ecole: les moyens attribués renforcent les inégalités 13/04/12 L'éducation n'est plus nationale. Un rapport d'observations provisoires de la Cour des comptes que Le Monde s'est procuré montre pour la première fois l'injustice de la répartition des moyens d'enseignement sur le territoire. Quelque 93 pages d'un travail inédit dévoilent ligne après ligne comment l'Etat donne plus à ceux qui ont déjà plus et moins à ceux qui cumulent tous les risques de réussir moins bien. Un favoritisme qui s'est aggravé ces dernières années. L'académie de Créteil, qui était en 2006 dans la moyenne nationale pour la dépense par élève dans le primaire, est tombée au 22e rang sur 26. Et c'est la même injustice dans les lycées et collèges. Pour la rentrée 2011, Créteil, qui gagnait 3 836 élèves dans le second degré, a perdu 426 postes, quand l'académie de Paris, qui gagnait, elle, 1 000 élèves, a obtenu 20 emplois de plus. Lire la suite de l'article Source: Le Monde
  13. Invité

    La France invisible des serviteurs

    La France invisible des serviteurs Mai 2017 - Ndr : Toutes ressemblances avec votre vécu ne seraient que "fortuites" La transformation de la France en une société de services a redistribué les rôles sociaux entre ceux dont le travail se fait dans la lumière et une classe de serviteurs, dont le travail est invisible. Le point de vue de Denis Maillard. Extrait de Slate.fr. Sommes-nous en train de vivre un affrontement entre la France du back office contre celle du front office, observées par celle du… post office c’est-à-dire les retraités ? Le clivage fondé sur l’expérience vécue du travail est en effet primordial pour comprendre comment se structure la vision qu’ont les citoyens de leur place dans la société, leurs aspirations sociales et, partant, le choix du candidat qui les représentera le mieux. Cette distinction, davantage fondée sur les représentations du travail que sur des données, complète les oppositions en termes d’inclusion ou d’exclusion, de niveau de diplôme, d’intégration à la mondialisation, de dispersion géographique ou de sédentarisation. Elle renouvelle l’analyse en termes de classes sociales en réinstallant le travail au centre de la compréhension politique... Lire la suite de l'article Denis Millard est directeur des relations institutionnelles de Technologia, cabinet spécialisé dans les risques professionnels, et à ce titre spécialiste des questions sociales et des mutations du travail.
  14. Invité

    La finance, facteur d’inégalités

    La finance, facteur d’inégalités par Olivier Godechot sur la viedesidees.fr, avril 2011 Cette étude montre que, contrairement aux idées reçues, les PDG et des superstars du sport ou du divertissement ne sont pas les premiers responsables de l’accroissement des inégalités. C’est l’évolution des rémunérations des cadres de la finance qui a en fait le plus contribué à ce phénomène. En France, au cours de la dernière décennie, comme dans de nombreux pays développés, on a diminué le taux d’imposition pour les revenus les plus élevés, en raison de considérations sur les effets positifs de ces élites sur l’activité globale... Lire l'article
  15. Selon un récent article du Monde: La hausse des inégalités s'est poursuivie en France en 2011 alors que le niveau de vie médian des personnes vivant dans un ménage est resté stable à 1 630 euros par mois, révèle l'enquête "Revenus fiscaux et sociaux" publiée vendredi 13 septembre par l'Insee. Les niveaux de vie ont augmenté "uniquement" pour la moitié la plus aisée de la population en 2011, alors qu'ils ont reculé pour la troisième année consécutive pour la moitié la plus modeste, selon l'enquête, qui souligne que l'indice mesurant le degré d'inégalité dans une population (indice de Gini) a poursuivi sa progression. Le niveau de vie médian est resté stable par rapport à 2010, à 19 550 euros annuels (1 630 euros mensuels), mais les 10 % les plus modestes avaient un niveau de vie inférieur à 10 530 euros alors que les 10 % les plus aisés disposaient d'au moins 37 450 euros, soit 3,6 fois plus.
  16. Les classes moyennes sont-elles matraquées par l’impôt ? Que sait-on véritablement des coûts et des bénéfices de la redistribution pour les classes moyennes ? Deux études récentes montrent qu’elles sont certes fortement imposées, mais comme la grande majorité de la population – y compris les bas salaires. Les vrais enjeux sont ailleurs, dans la situation privilégiée des 1 % les plus riches et dans l’évolution future des dépenses publiques... Lire l'article d'Antone Bozio sur laviedesidees.fr Antoine Bozio est directeur de l’Institut des politiques publiques (IPP), chercheur associé à l’École d’Economie de Paris et Research fellow à l’Institute for Fiscal Studies (IFS).
  17. Ce que les observateurs des inégalités sociales savaient déjà a été confirmé une nouvelle fois par l'OCDE. Avec son système pyramidal et d'évaluation sclérosant, la France arrive en tête des pays où le milieu social impacte le plus la réussite scolaire. "Cette mauvaise position peut s’expliquer par un grand nombre de facteurs. L’apprentissage de la lecture est précoce en France, à un moment où les inégalités dans la maîtrise du vocabulaire sont grandes. Les programmes valorisent la culture académique et la maîtrise d’un savoir mathématique théorique. L’expérience a peu de place. Les évaluations à répétition dévalorisent et contribuent à l’échec des plus faibles, qui reçoivent peu d’encouragements. Les compétences demandées aux enfants sont mal explicitées par les enseignants, ce qui pénalise les milieux populaires." source
  18. Vivons-nous encore dans une société de classes ? "Fracture sociale", "France d'en bas"... évoquent les inégalités sociales croissantes sans discontinuer depuis les années 80. Paradoxalement, les revendications sociales demeurent atones dans une sinistrose civique. Y raisonne de plus en plus d'éléments de langage comme "méritocratie" diffusé par les catégories supérieures, au point que les classes moyennes rechignent aux politiques visant les plus pauvres. Dans cet individualisme galopant et une certaine léthargie civique, peut-on encore parler de société de classes en France, ou d'une "société en miettes" ? Une analyse du sociologue Olivier Schwartz... Source: laviedesidees.fr
  19. Bonjour, je me présente je m'appelle Clémence, je suis lycéenne. Si je m'adresse à vous, c'est que j'ai besoin de votre aide, du moins de votre avis. Dans le cadre des TPE ( travail personnel encadré :évalué et comptabilisé pour le BAC), je travaille en binome sur le sujet suivant: Les inégalités hommes/femmes dans le monde du travail. Nous avons décidé de réaliser un sondage par le biais d'une série de question en vue d'enrichir notre exposé. Dans la première partie, nous avons tenté de comprendre/étudier l'origine de ces inégalités. Dans quels milieux ( education, politique, social...) ces dernières sont présentes et sous quelles formes. Ensuite, dans la deuxième partie,nous nous sommes focalisées sur les inégalités dans le monde du travail. Et pour finir, dans la dernière partie, nous nous sommes intérésées aux différents moyens mis en oeuvre pour lutter contre ces inégalités. Ainsi qu'aux femmes qui se sont battues pour nos droits/notre liberté (ex: Simone Veil) et celles qui continuent à lutter pour la parité. Voici le questionnaire: (n'hésitez pas à me donner votre avis à propos de la pertinence de nos questions INFORMATIONS Questionnaire anonyme, je ne vous demanderai que ceci : Je suis : -une femme -un homme Profession:_______________________ PARTIE 1 : Pensez-vous que malgré la loi du 4 aout 2014 promulguant l'égalité hommes/femmes, les femmes sont sujettes, de nos jours, à certaines inégalités. Si oui, dans quels domaines ? A votre avis, est-ce que les femmes ont la même possibilité d’accès aux études (caricaturée dans certaines filières, ex : bac L plus pour les filles, bac S plus pour les hommes). Pensez-vous qu’elles sont nombreuses à entreprendre des études supérieures ? Comment expliquez-vous l’absence ou la rareté des femmes en politique ? Cela traduit-il une inégalité encore persistante/présente ? PARTIE 2 : Pensez-vous que les femmes sont plus exposées au chômage que les hommes ? A votre avis, est-ce-qu’une femme peut être à la tête d’une entreprise, peut avoir des responsabilités ? Pensez- vous que les femmes, une fois mère de famille, peuvent gérer vie professionnelle et vie personnelle / familiale ? A votre avis, y-a-t-il une inégalité salariale entre les hommes et les femmes ? Si oui, quelles en sont les causes ? Les femmes sont elles victimes des discriminations / stéréotypes dès leur entretien d’embauche ? PARTIE 3 : Avez-vous déjà entendu parler de la semaine d’égalité professionnelle ? Pensez-vous que la semaine d’égalité professionnelle va réduire les inégalités hommes-femmes dans le monde du travail ? Pour vous, la journée de la femme, qu’est-ce-que c’est ? Que pensez-vous des groupes féministes ? Sont-ils trop extrêmes ? Leur lutte est-elle justifiée ? Comment vous placez-vous dans ce débat ?(êtes-vous membre d'une association par exemple?)
  20. Coût des soins : de fortes disparités territoriales 11/07/12 En France, les patients n'ont pas tous facilement accès à une offre de soins au tarif de la Sécurité sociale, loin s'en faut. Tout dépend de l'acte médical dont ils ont besoin (pose de prothèse de hanche ou opération de la cataracte, par exemple) et du département où ils habitent. C'est ce que montre un document réalisé par l'assurance-maladie sur les dépassements d'honoraires et que Le Monde s'est procuré. Cette première cartographie indique clairement que tous les départements ne garantissent plus une large offre au tarif opposable. Elle montre aussi l'intérêt de regarder le phénomène des dépassements d'honoraires non dans son ensemble, mais dans le détail des spécialités, des actes et bien sûr des territoires. Lire la suite de l'article Source: Le Monde
  21. Les inégalités entre riches et pauvres ont atteint des niveaux record dans la plupart des pays de l'OCDE et restent plus élevées encore dans beaucoup d'économies émergentes, selon un rapport de l'organisation qui relève en particulier les écarts entre hommes et femmes.Aujourd'hui, dans la zone OCDE qui regroupe 34 pays, les 10% les plus riches de la population ont un revenu 9,6 fois supérieur à celui des 10% les plus pauvres, alors que la proportion était de 7,1 fois dans les années 1980 et 9,1 fois dans les années 2000, selon un nouveau rapport de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publié jeudi. Les inégalités sont encore plus criantes en termes de patrimoine, souligne le rapport. "Nous avons atteint un point critique. Les inégalités dans les pays de l'OCDE n'ont jamais été aussi élevées depuis que nous les mesurons", a déclaré le Secrétaire général de l'organisation, Angel Gurría, en présentant le rapport, à Paris, au côté de Marianne Thyssen, Commissaire européenne à l'emploi. Lire la suite de l'article
  22. 2,2 millions de salariés exposés à un produit cancérigène 10 % des salariés sont exposés à un produit cancérigène. C’est le cas de 28 % des ouvriers qualifiés contre 2,3 % des cadres supérieurs. Une population aussi plus souvent masculine. Lire la suite de l'article Source: inegalites.fr
×