Aller au contenu

La science-fiction et l'avenir

Noter ce sujet


Messages recommandés

Membre 37ans Posté(e)
Quasi-Modo Membre 16 062 messages
Chercheur de ciel‚ 37ans
Posté(e)

Bonjour,

Il est loin le temps de Jules Verne qui rêvait d'aller sur la Lune ou de visiter le fond des océans.

Si la science-fiction fait travailler l'imagination, elle n'en représente pas moins un futur possible, en se basant sur l'état actuel de la science et de la technique, en imaginant des scénarios de personnages pour lesquels, ce qui pour nous n'est qu'une rêverie, serait une réalité. C'est la différence entre le genre fantastique et le genre science-fiction : la science-fiction parle de futurs qui, selon nos connaissances actuelles, sont possibles et conditionnés par des progrès envisagés dans certains domaines des sciences.

Par exemple, décoder intégralement le génome humain en un instant, comme dans Bienvenue à Gattaca. Une intelligence artificielle ou singularité toute puissante qui voudrait prendre le contrôle comme dans I.Robot ou dans Terminator voir Matrix. Le film Elysium parle de la vie dans une station spatiale extérieure à la Terre où vivraient les plus riches des humains, tandis que les terriens seraient de pauvres gens réduits à la misère ou à l'esclavage. etc. etc. 1984 ou Le meilleur des mondes parle d'une société sans vie privée, avec surveillance et contrôle de masse de façon dictatoriale et totalitaire.

Si la science-fiction représente bien les possibles que l'Homme arrive à se créer par l'imagination humaine, et si certains de ces possibles sont bien amenés à se réaliser selon les progrès scientifiques et techniques, trouvez-vous que l'avenir peut encore faire rêver ? A l'époque de Jules Verne, il aurait été possible de rêver d'aller sur la Lune ou de voyager dans les fonds marins, et effectivement cela s'est réalisé, et cet avenir semblait prometteur et fascinant, et le lecteur de Jules Verne pouvait se dire qu'il aimerait vraiment pouvoir vivre une époque où ce serait possible. De nos jours tous les scénarios de science-fiction sont à tendance apocalyptique, et dépeignent des sociétés ou des situations que personne ne voudrait vraiment vivre.

Pouvons-nous, selon vous, avoir pleinement confiance en l'avenir de la société et du monde actuel ?

Modifié par Quasi-Modo
Précision
  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Membre 75ans Posté(e)
Talon 1 Membre 17 660 messages
Talon 1‚ 75ans
Posté(e)
il y a 43 minutes, Quasi-Modo a dit :

us, selon vous, avoir pleinement confiance en l'avenir de la société et du monde actuel ?

Tout dépend des désirs. Même l'imagination est au service du désir.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 128ans Posté(e)
soisig Membre 14 613 messages
Devezh mat‚ 128ans
Posté(e)
il y a une heure, Quasi-Modo a dit :

 

Pouvons-nous, selon vous, avoir pleinement confiance en l'avenir de la société et du monde actuel ?

Les pessimistes diront non, car ils trouvent que tout va déjà si mal. La confiance en l'avenir appartient aux optimistes, qui considèrent que si tout est loin d'être parfait, c'est, cependant, bien mieux qu'avant. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 69ans Posté(e)
Gouderien Membre 23 327 messages
Obsédé textuel‚ 69ans
Posté(e)
Il y a 3 heures, Quasi-Modo a dit :

 

Pouvons-nous, selon vous, avoir pleinement confiance en l'avenir de la société et du monde actuel ?

Oui, si on aime les catastrophes...

L'humanité semble décidée à tomber dans tous les pièges dénoncés à l'avance par les auteurs de science-fiction, sans compter quelques-uns qu'ils n'avaient pas prévus. "Incertain" et "imprévisible" me semblent les deux mots qui définissent le mieux le futur de l'humanité dans les 20-30 ans à venir. Au-delà... c'est de la science-fiction!:p

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
le merle Membre 15 944 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

bonsoir

certains ont dit : c'est parce que l'on à dit que c'était impossible que j'ai voulus le réaliser .

on ne peut que projeter l'avenir qu'au travers de nos connaissances actuelles .d'autres choses seront découverts et des moyens puissants mis au point ?

en réalité , l'avenir appartient aux générations futures .

des bases sur la lunes pour des militaires et d'autres pour les touristes ?

Mars colonisée en partie ? des stations spatiales énormes de la taille d'une ville moyenne et entièrement équipées pour y vivre toute l'année et plus .

des vaisseaux spatiales énormes  , équipés pour vivre avec tout les commodités  , pour partir en exploration vers des régions de la galaxie et qui ne reviendrons jamais .

et beaucoup d'autres choses peut-être ?

science fiction aujourd'hui , mais réalité demain peut-être ? ou bien ,la sécheresse , les tempêtes , les inondations de nouvelles haines et guerre et la fin d'une espèce trop prolifique et dangereuse et aussi inconsciente et qui à finie par scier entièrement la branche ou elle était assise ?

beaucoup de gens qui vivaient à l'époque de Jules Vernes , ont dût sourire en lisant ses fictions , aujourd'hui , elles sont dépassées par la réalité .

bonne soirée

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 56ans Posté(e)
brooder Membre 4 688 messages
Doctor feel good‚ 56ans
Posté(e)

Non seulement l'avenir nous parait incertain mais il y a une perte de confiance du lendemain. Nos projections dans le futur sont conditionnées par les progrès de la technologie et reste dans les mains d'experts qui distribuent les rôles. Tout peut aller très lentement ou rapidement comme la mise en place d'internet.  A notre niveau, il nous faut nous adapter à tout !

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 44ans Posté(e)
Fraction Membre 2 860 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)
Il y a 5 heures, Quasi-Modo a dit :

Bonjour,

Il est loin le temps de Jules Verne qui rêvait d'aller sur la Lune ou de visiter le fond des océans.

Si la science-fiction fait travailler l'imagination, elle n'en représente pas moins un futur possible, en se basant sur l'état actuel de la science et de la technique, en imaginant des scénarios de personnages pour lesquels, ce qui pour nous n'est qu'une rêverie, serait une réalité. C'est la différence entre le genre fantastique et le genre science-fiction : la science-fiction parle de futurs qui, selon nos connaissances actuelles, sont possibles et conditionnés par des progrès envisagés dans certains domaines des sciences.

Par exemple, décoder intégralement le génome humain en un instant, comme dans Bienvenue à Gattaca. Une intelligence artificielle ou singularité toute puissante qui voudrait prendre le contrôle comme dans I.Robot ou dans Terminator voir Matrix. Le film Elysium parle de la vie dans une station spatiale extérieure à la Terre où vivraient les plus riches des humains, tandis que les terriens seraient de pauvres gens réduits à la misère ou à l'esclavage. etc. etc. 1984 ou Le meilleur des mondes parle d'une société sans vie privée, avec surveillance et contrôle de masse de façon dictatoriale et totalitaire.

Si la science-fiction représente bien les possibles que l'Homme arrive à se créer par l'imagination humaine, et si certains de ces possibles sont bien amenés à se réaliser selon les progrès scientifiques et techniques, trouvez-vous que l'avenir peut encore faire rêver ? A l'époque de Jules Verne, il aurait été possible de rêver d'aller sur la Lune ou de voyager dans les fonds marins, et effectivement cela s'est réalisé, et cet avenir semblait prometteur et fascinant, et le lecteur de Jules Verne pouvait se dire qu'il aimerait vraiment pouvoir vivre une époque où ce serait possible. De nos jours tous les scénarios de science-fiction sont à tendance apocalyptique, et dépeignent des sociétés ou des situations que personne ne voudrait vraiment vivre.

Pouvons-nous, selon vous, avoir pleinement confiance en l'avenir de la société et du monde actuel ?

Bonjour,

La science-fiction a connu une rupture paranoïaque significative lorsqu'elle a commencé à imaginer des robots intelligents et autonomes.

A chacun de se faire son idée, mais la démocratie sera toujours politiquement plus forte que la technique.

Marx pensait déjà que le capitalisme absorberait notre âme, et force est de constater que ce n'est toujours pas le cas, c'est une question de volonté et de courage.

La démocratie est, en toute relativité, militairement toute-puissante, et je ne vois dans la technique aucune menace raisonnable contraire.

Ce sont les hommes qui tombent en dépression et qui votent avec leurs pieds, ce ne sont pas les juges, ni les députés, ni les ministres, qui faiblissent.

Le cauchemar est l'invocation d'une brèche subjective, d'un doute excessif, jusqu'à même sa transgression.

 

Sur le plan technique, laissez-moi vous éclairer modestement.

L'ordinateur quantique est en train de révolutionner l'informatique fondamentale.

Ses applications prochaines seront bien modestes, mais prometteuses.

Mais dans l'absolu, l'ordinateur quantique consiste à explorer le champ du crédible.

Or, le champ du crédible n'est qu'un plastique (virtuel).

C'est n'est pas un référentiel notionnel.

Les notions ne sont vraisemblablement ni objectivables ni formalisables, parce qu'une notion ce n'est pas un quoi mais un qui.

La machine préservera ontologiquement et politiquement sa qualité d'outil, et le monde demeurera anthropocentrique.

Cordialement, Fraction

 

 

 

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 38ans Posté(e)
Crève Membre 2 602 messages
Forumeur alchimiste‚ 38ans
Posté(e)
il y a 17 minutes, Fraction a dit :

La machine préservera ontologiquement et politiquement sa qualité d'outil, et le monde demeurera anthropocentrique.

 

 

 

Je vous suggère ce film :

image.jpeg.ab37103cf3c77db5dc7ac460b9b79dd6.jpeg

la machine nous dépassera, et d'outil, deviendra maître, et nous, humains, outils. Les rôles s'inverseront.

Je prends un exemple, choisi dans mon quotidien : mon voisin s'attend chaque mois à recevoir sa pension d'invalidité, qui lui permet à lui et son foyer de vivre. Or, un "bug" s'est produit, et pour une raison premièrement inconnue, il n'en a reçu que le dixième. Après enquête auprès des services sociaux, on lui annonce que TOUT est informatique, et que ce sera régulé le mois prochain. Le mois prochain arrive, et là il ne reçoit que le dixième encore. Là, les services sociaux annoncent qu'il faut attendre "la mise à jour" des services informatiques, et que tout sera régulé le mois suivant.

 

Est-ce que vous vous rendez-compte que maintenant, nous ne sommes plus indépendants, nous sommes dépendants d'un système informatique qui bientôt "pensera" et fera sa sélection parmi les êtres vivants, qui vit, qui meurt ?

 

Il n'y a plus d'humain derrière les ordinateurs. En Chine, les mauvais citoyens ne peuvent plus acheter de billet de train.

 

Avant, c'était une bureaucratie, certes rigide en France, mais on pouvait encore faire appel à un humain. Là, l'employé est "outil" de la machine, et on attend que cette dernière fasse sa mise à jour pour recevoir notre pitance. Pitoyable...

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 44ans Posté(e)
Fraction Membre 2 860 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)
il y a 2 minutes, Crève a dit :

Je vous suggère ce film :

image.jpeg.ab37103cf3c77db5dc7ac460b9b79dd6.jpeg

la machine nous dépassera, et d'outil, deviendra maître, et nous, humains, outils. Les rôles s'inverseront.

Je prends un exemple, choisi dans mon quotidien : mon voisin s'attend chaque mois à recevoir sa pension d'invalidité, qui lui permet à lui et son foyer de vivre. Or, un "bug" s'est produit, et pour une raison premièrement inconnue, il n'en a reçu que le dixième. Après enquête auprès des services sociaux, on lui annonce que TOUT est informatique, et que ce sera régulé le mois prochain. Le mois prochain arrive, et là il ne reçoit que le dixième encore. Là, les services sociaux annoncent qu'il faut attendre "la mise à jour" des services informatiques, et que tout sera régulé le mois suivant.

 

Est-ce que vous vous rendez-compte que maintenant, nous ne sommes plus indépendants, nous sommes dépendants d'un système informatique qui bientôt "pensera" et fera sa sélection parmi les êtres vivants, qui vit, qui meurt ?

 

Il n'y a plus d'humain derrière les ordinateurs. En Chine, les mauvais citoyens ne peuvent plus acheter de billet de train.

 

Avant, c'était une bureaucratie, certes rigide en France, mais on pouvait encore faire appel à un humain. Là, l'employé est "outil" de la machine, et on attend que cette dernière fasse sa mise à jour pour recevoir notre pitance. Pitoyable...

Peu importe la puissance de calcul ou la puissance motrice.

C'est la décision qui est importante.

Le cas pratique que vous me proposez représente une faille administrative.

C'est toujours le politique qui a décidé de déléguer le calcul à la machine.

 

Les machines capables de juger et de décider relèvent encore de la science-fiction.

Les robots martiens évoquent parfois une relative humanité, mais il s'agit encore d'un anthropomorphisme esthétique.

Le test de Turing est un test de représentation, et non un test d'intelligence.

Une machine croit ce qu'on lui dit de croire, l'axiomatique et l'autorité sont ses maîtres absolus.

Une machine libre serait une machine capable de déduire que son concepteur lui ment.

C'est l'émancipation critique jusqu'à son paroxysme paradoxal.

 

Les hommes tiennent à leurs rêves.

Mais curieusement, les psychotiques tiennent à leurs cauchemars.

Ils les défendent bec et ongle, jusqu'à en devenir méchants.

A croire que le cauchemar est un complément d'objet qui participe à l'ontogénèse, qui fait corps avec l'être.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 38ans Posté(e)
Crève Membre 2 602 messages
Forumeur alchimiste‚ 38ans
Posté(e)
il y a 3 minutes, Fraction a dit :

 

Les hommes tiennent à leurs rêves.

Mais curieusement, les psychotiques tiennent à leurs cauchemars.

 

 

Quand on s'endort et glisse au pays des songes, on décide pas à l'avance si ça va être un beau rêve ou un cauchemar.

Il en va de même de notre société.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 44ans Posté(e)
Fraction Membre 2 860 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)
il y a 1 minute, Crève a dit :

Quand on s'endort et glisse au pays des songes, on décide pas à l'avance si ça va être un beau rêve ou un cauchemar.

Il en va de même de notre société.

Je ne dénie pas la synapse réaliste du cauchemar.

Mais il n'y a pas de cauchemar sans hôte, ni sans brèche subjective.

Nous n'aurions pas peur des machines si nous croyions en notre force, en notre perfection relative, et en notre faculté d'être collectivement indispensables.

J'ai rêvé de Freddy Kruger plusieurs fois, un vrai film d'horreur.

Mais la dernière fois, je lui est administré une taloche magistrale, et depuis il n'est plus revenu.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
le merle Membre 15 944 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

bonsoir

les "machines" aurons l'intelligence artificielle beaucoup plus développée qu'aujourd'hui .

elles auront accès à tout le savoir humains celui des bibliotèques et celles des scientifiques .

si ont leurs confies trop de taches , ce sont-elles qui dirigerons les humains à la longue .

Fiction ? peut-être ?

bonne soirée

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 48ans Posté(e)
CAL26 Membre 5 097 messages
Forumeur alchimiste‚ 48ans
Posté(e)
Il y a 11 heures, Quasi-Modo a dit :

Bonjour,

Il est loin le temps de Jules Verne qui rêvait d'aller sur la Lune ou de visiter le fond des océans.

Si la science-fiction fait travailler l'imagination, elle n'en représente pas moins un futur possible, en se basant sur l'état actuel de la science et de la technique, en imaginant des scénarios de personnages pour lesquels, ce qui pour nous n'est qu'une rêverie, serait une réalité. C'est la différence entre le genre fantastique et le genre science-fiction : la science-fiction parle de futurs qui, selon nos connaissances actuelles, sont possibles et conditionnés par des progrès envisagés dans certains domaines des sciences.

Par exemple, décoder intégralement le génome humain en un instant, comme dans Bienvenue à Gattaca. Une intelligence artificielle ou singularité toute puissante qui voudrait prendre le contrôle comme dans I.Robot ou dans Terminator voir Matrix. Le film Elysium parle de la vie dans une station spatiale extérieure à la Terre où vivraient les plus riches des humains, tandis que les terriens seraient de pauvres gens réduits à la misère ou à l'esclavage. etc. etc. 1984 ou Le meilleur des mondes parle d'une société sans vie privée, avec surveillance et contrôle de masse de façon dictatoriale et totalitaire.

Si la science-fiction représente bien les possibles que l'Homme arrive à se créer par l'imagination humaine, et si certains de ces possibles sont bien amenés à se réaliser selon les progrès scientifiques et techniques, trouvez-vous que l'avenir peut encore faire rêver ? A l'époque de Jules Verne, il aurait été possible de rêver d'aller sur la Lune ou de voyager dans les fonds marins, et effectivement cela s'est réalisé, et cet avenir semblait prometteur et fascinant, et le lecteur de Jules Verne pouvait se dire qu'il aimerait vraiment pouvoir vivre une époque où ce serait possible. De nos jours tous les scénarios de science-fiction sont à tendance apocalyptique, et dépeignent des sociétés ou des situations que personne ne voudrait vraiment vivre.

Pouvons-nous, selon vous, avoir pleinement confiance en l'avenir de la société et du monde actuel ?

Disons que la science-fiction proposait des perspectives imaginées à partir des sociétés et des sciences du moment. Elle pouvait alors soit faire espérer soit proposer une critique ou montrer des risques contenus dans certains progrès de la science.

La culture humaine était donc au centre de ses projections.

Malheureusement ce qui est actuellement le plus gros sujet c'est le risque environnemental qui échappe à notre contrôle. Alors la science-fiction perd en partie son rôle de réveilleur de consciences pour mettre en fiction nos  angoisses nées de l'impuissance.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
lumic Membre 7 067 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 11 heures, Quasi-Modo a dit :

Bonjour,

Il est loin le temps de Jules Verne qui rêvait d'aller sur la Lune ou de visiter le fond des océans.

Si la science-fiction fait travailler l'imagination, elle n'en représente pas moins un futur possible, en se basant sur l'état actuel de la science et de la technique, en imaginant des scénarios de personnages pour lesquels, ce qui pour nous n'est qu'une rêverie, serait une réalité. C'est la différence entre le genre fantastique et le genre science-fiction : la science-fiction parle de futurs qui, selon nos connaissances actuelles, sont possibles et conditionnés par des progrès envisagés dans certains domaines des sciences.

Par exemple, décoder intégralement le génome humain en un instant, comme dans Bienvenue à Gattaca. Une intelligence artificielle ou singularité toute puissante qui voudrait prendre le contrôle comme dans I.Robot ou dans Terminator voir Matrix. Le film Elysium parle de la vie dans une station spatiale extérieure à la Terre où vivraient les plus riches des humains, tandis que les terriens seraient de pauvres gens réduits à la misère ou à l'esclavage. etc. etc. 1984 ou Le meilleur des mondes parle d'une société sans vie privée, avec surveillance et contrôle de masse de façon dictatoriale et totalitaire.

Si la science-fiction représente bien les possibles que l'Homme arrive à se créer par l'imagination humaine, et si certains de ces possibles sont bien amenés à se réaliser selon les progrès scientifiques et techniques, trouvez-vous que l'avenir peut encore faire rêver ? A l'époque de Jules Verne, il aurait été possible de rêver d'aller sur la Lune ou de voyager dans les fonds marins, et effectivement cela s'est réalisé, et cet avenir semblait prometteur et fascinant, et le lecteur de Jules Verne pouvait se dire qu'il aimerait vraiment pouvoir vivre une époque où ce serait possible. De nos jours tous les scénarios de science-fiction sont à tendance apocalyptique, et dépeignent des sociétés ou des situations que personne ne voudrait vraiment vivre.

Pouvons-nous, selon vous, avoir pleinement confiance en l'avenir de la société et du monde actuel ?

Oui on peut je pense traçer l ' avenir d ' une manière assez sereine puisque il n ' y a pas vraiment d ' autres choix que de tout faire pour se sortir d ' un monde qui un jour ou l ' autre finira par ne plus être ...

Si donc de notre présence nous accèlérons ce processus de destruction sans doute faut - il plutôt parler de dommages regrettable du fait même de notre responsabilité que de culpabiliser à tout va ...

Entre nature chaotique , incertaine et notre propre nature toute aussi incertaine il n ' y a pas d ' autres choix que d ' anticiper sur notre avenir à la mode " sauve qui peut " grâce à un tas de technologies devenues nécessaires à notre survie , du moins pour nos descendants ...

Tel est ce , notre destin d ' être déjà quelque part dans ce futur ...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
Dompteur de mots Membre 1 747 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Le 09/10/2021 à 05:48, Quasi-Modo a dit :

[...] De nos jours tous les scénarios de science-fiction sont à tendance apocalyptique, et dépeignent des sociétés ou des situations que personne ne voudrait vraiment vivre.

Pouvons-nous, selon vous, avoir pleinement confiance en l'avenir de la société et du monde actuel ?

La science-fiction est la transposition artistique du mythe du progrès. Jules Verne, c'est l'expression de ce mythe sous sa forme la plus naïve. 

Le fait que ce mythe ne soit plus représenté (ou presque) que sous une forme apocalyptique indique assez bien que ce mythe est en train de mourir. Il n'y a plus que quelques ploucs qui croient encore au progrès.

Je ne suis pas un geek de science-fiction mais il me semble qu'il n'y a qu'une œuvre de ce genre qui, entre l'apologie naïve du progrès et sa représentation apocalyptique, offre une perspective marquante: 2001.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 51ans Posté(e)
guernica Membre 4 341 messages
Forumeur alchimiste‚ 51ans
Posté(e)

Non, aucune confiance en l'avenir

j'adore les bouquins de SF, mais il y a plein de choses que les écrivains n'avaient pas prévu. Entre autres le développement exponentiel du Net

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 38ans Posté(e)
Crève Membre 2 602 messages
Forumeur alchimiste‚ 38ans
Posté(e)
Il y a 19 heures, guernica a dit :

Non, aucune confiance en l'avenir

j'adore les bouquins de SF, mais il y a plein de choses que les écrivains n'avaient pas prévu. Entre autres le développement exponentiel du Net

Sans avoir "prévu" l'Internet, certains ont senti une virtualité des choses, comme le cas du roman Neuromancien, de William Gibson où il est question d'un cyberespace dès 1984.

image.jpeg.e42daa43214f9d031a6bfee1c83d3af7.jpeg

Modifié par Crève
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
chris- Membre 1 851 messages
Nihiliste‚
Posté(e)

5 milliards se sont écoulé le soleil s'est transformé en une naine blanche l'humanité à disparue.

l'humain parviendra-t-il a quitté son berceau empoisonné ?

Réalité de l'avenir ou Science-fiction ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×