Aller au contenu

Crève

Membre
  • Contenus

    1569
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de Crève

  • Rang
    Forumeur alchimiste
  • Date de naissance 08/09/1983

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays

Visiteurs récents du profil

3662 visualisations du profil
  1. et que faites-vous de l'avènement de la science-fiction ? et de l'explosion des genres (fantastique, fantasy (Le Seigneur des Anneaux considéré par certains écrivains contemporains comme la plus grande oeuvre mytho-poétique)). Notre XX siècle se défend bien, je trouve. En France, c'est aussi le siècle de nos deux plus grands stylistes : Proust et Céline. oui bon, pour Tolstoï, faudrait que je relise, je me suis emporté .
  2. Merci pour votre réponse argumentée. Quand je compare deux siècles passés, que je les oppose, je m'inscris dans un débat qui oppose les anciens aux récents, le même débat qui animait déjà un Jean de La Bruyère, débat dans lequel il avait pris position pour les anciens (Les Caractères). Je fais revivre ce débat. Je le déterre. Les auteurs français sont ceux que je connais le mieux. C'est pourquoi c'est eux que je place au centre du débat. Par ailleurs, il ne vous aura pas échappé que la littérature française tient une bonne place dans la littérature mondiale (exemple : les français sont les plus importants en nombre de récipiendaires du Nobel de littérature), malgré "l'américanisation" du monde. Enfin, je peux discuter d'auteurs américains dans le domaine de la science-fiction. je ne demande pas de choisir. de même que tu goûtes le comté et le chèvre, de même tu peux avoir une préférence pour l'un ou l'autre sans pour autant cesser de les déguster l'un et l'autre.
  3. c'est exactement ce que je pense : on a une nostalgie de notre adolescence, du coup, on se replonge dans S. King. il nous rappelle nos jeunes années. mais lui est égal à lui-même. faut dire aussi que la palette de King est assez vaste : fantastique, huis-clos (Misery), SF, saga (La Tour sombre), histoire courtes (Danse macabre), romans courts (Brume), roman longs (22/11/63), avec peu, ou avec beaucoup de personnages (Dôme), des personnages féminins (Carrie) ou masculins, des enfants (ça) ou des adultes, essais (Ecritures, mémoires d'un métier) il est assez éclectique.
  4. et quelles plumes par exemple ? Je ne sais pas si S. King va rester dans les mémoires, s'il va franchir la barrière du temps ; mais d'autres romanciers américains me semblent plus doués pour passer à la postérité, par exemple, un Cormac McCarthy.
  5. dans cette guerre : King a t-il changé ? s'est t-il dévalué ? je rejoins Misery, King est égal à lui-même. Dans la même veine. je ne crois pas. ce que je crois, c'est que ce n'est pas King qui change, ce sont seulement tes goûts. je ne vois pas deux King, un avant et un après, non, c'est le même King que Carrie.
  6. Bien sûr j'ai lu cette biographie avec avidité ; et je ne cesse de me demander ce que K.Dick aurait bien pu écrire aujourd'hui, s'il était vivant, ce qu'il aurait pensé de ses adaptions, il n'a jamais vu un Total Recall ou un Minority Report par exemple. Il aurait sûrement apprécié un The Truman Show, pas adapté de lui, mais tout à fait dans la même veine.
  7. j'aime beaucoup la SF, mais je suis réticent à Star Wars ; oui je sais, un crime diraient certain-es, mais c'est comme ça. Dick est adapté au cinéma, et même en séries ; il faut lire Le Maître du Haut Château et Ubik, des classiques. Ce qui me plait, dans son oeuvre, c'est qu'il y a un envers au décors, la réalité se trouve au-delà. Il y a un vrai vertige dans les histoires de K.Dick. Ses nouvelles sont extraordinaires, un vrai visionnaire.
  8. Mon livre de chevet est : Les Chants de Maldoror. En le lisant, j'ai déjà un pied dans le domaine des rêves...c'est une écriture d'une fulgurance sans nom..
  9. En matière de littérature, quel siècle entre ces deux-là affectionnez-vous le plus ? le XIX nous a offert les Balzac, Flaubert, Baudelaire, Poe, Maupassant. Il nous a amené le réalisme en littérature. Siècle merveilleux. Mais, je lui préfère le XX siècle, qui a vu l'essor de la science-fiction, son âge d'or, où ont été écrites les plus effroyables anti-utopies : Brave New World, 1984, qui hantent encore nos jours. C'est aussi le siècle du surréalisme en littérature (et l'écriture automatique), influencé par les théories de Freud. et vous ?
  10. j'ai une prédilection pour la science-fiction : la contemporaine, l'âge d'or. j'aime les dystopies et les anti-utopies (à ne pas confondre), j'aime être surpris par une idée. j'aime l'exploration spatiale, les mondes virtuels. Mon auteur de prédilection est Philip K. Dick. tu dois être un connaisseur de Stephen King, alors !
  11. Crève

    The end of the f****** world

    Après, on a des séries intelligentes comme Black Mirror ; qui mérite d'intégrer la culture. Les autres, oui, on est dans le divertissement. Je comprends qu'on puisse avoir l'impression de s'être fait voler du temps en regardant des séries, c'est moi-même mon ressenti en ce moment avec la cinquième saison de American Horror Story ; on nous divertit, tant et si bien, que les scénaristes n'ont plus d'idée ; on rallonge la sauce, mais l'idée de départ ça fait longtemps qu'elle est épuisée.
  12. Série mettant en scène deux adolescents en fugue, un garçon présenté comme à tendance psychopathe, et une fille. Tous deux dans le même lycée, 17 ans, ne supportant plus leur(s) parent(s), décident de prendre la fuite. D'aventure en aventure, la série flirte avec le road movie, avec des thèmes comme la sexualité à cet âge-là. L'acteur Alex Lawther qu'on a pu retrouver dans un épisode de Black Mirror (Shut up and dance), est ici plutôt vide, fade, sans beaucoup d'épaisseur pour incarner un garçon censé avoir des tendances psychopathes. Il fait pâle figure en comparaison de la fille, Jessica Barden qui s'en sort bien, pleine de vie. On peut se questionner sur les valeurs morales que véhicule une telle série : à savoir, que ce serait "cool" de fuguer à cet-âge là, qu'enfin on sort du carcan pour vivre tout plein d'aventures. C'est douteux.
  13. Crève

    Le défi lecture 2020

    en français : Tout est Fatal.
  14. Crève

    Le défi lecture 2020

    Misery est un huis-clos et nous montre une autre facette de l'auteur : celle de gérer les situations avec seulement deux personnages, un bourreau et une victime. Everything's Eventual est un recueil d'histoires courtes, la première étant particulièrement effrayante, car pouvant arriver à tout un chacun (le Locked-In syndrome) le King qui me tente, c'est le dernier The Institute, car mettant en scène un enfant surdoué.
×