Aller au contenu

Crève

Membre
  • Compteur de contenus

    2 608
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Points

    14,212 [ Donate ]

1 abonné

À propos de Crève

  • Rang
    Forumeur alchimiste
  • Date de naissance 09/08/1983

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays

Visiteurs récents du profil

5 763 visualisations du profil
  1. en vue de voir l'adaptation
  2. Je ne savais pas qu'il y avait un prix littéraire mieux doté que le Nobel de littérature :0
  3. Crève

    Dune (2021)

    Les éléments de Star Wars ne sont pas les mêmes : sabre laser, la Force, etc. Derrière Dune et l'élément de l'épice, ressource qu'on convoite, on peut voir une analogie avec le pétrole sur Terre, pour lequel les nations s'entretuent. Il y a donc un message écologique. Point de ça dans Star Wars.
  4. L'Empire des anges, non la cité.
  5. J'y peux rien, c'est les deux seuls fromages italiens que je connais ! Donc forcément, je les compare..
  6. J'ai grandi entouré d'une mère aimante et d'un frère de 15 mois plus jeune, mais tout aussi mature que moi, si ce n'est plus. Ma mère était concubine, et mon père biologique, je ne l'ai jamais vu, pas même en photo. Séparés, qu'ils étaient. J'ai seulement su qu'il était âgé de 25 ans de plus que ma mère, était d'origine Viet-namienne et était arrivé en France sur un boat people. Il s'est débrouillé en France en faisant de l'acuponcture. Quand j'étais enfant, je regardais un dessin animé, qui s'intitulait : Papa longues jambes. L'Histoire d'une fillette qui attendait son père depuis tant d'années. Toute la série repose sur le climax où un jour, enfin, la fillette découvrira son Papa. On voit dans le générique des longues jambes se profiler en ombres, on devine qu'un jour elle saura, elle le rencontrera enfin. Tous les jours, elle attend un courrier dans sa boîte aux lettres de lui. Je comprenais pas pourquoi j'étais attiré par ce dessin animé. Un jour, passé mes 20 ans, entre potes on se remémore ce qu'on regardait étant jeunes. Pour certains, c'était Goldorak, Les chevaliers du Zodiak, etc. Quand j'ai parlé de Papa longues jambes, mes potes m'ont dit "d'où ça sort, c'était quoi ?". C'est là que j'ai compris que peut-être j'avais une blessure qui avait du mal à se refermer, peut-être que j'avais mal sans m'en rendre compte. Mon frère réussit bien sa vie, il m'a l'air équilibré, il m'a l'air de faire un bon père (de deux enfants). Pour moi, par contre, c'est un peu plus compliqué. Comme toi, je suis proche de ma mère. Je ne lui en veux pas. Quand il y a un membre manquant dans la famille, un membre fantôme, il me semble que les liens entre celles et ceux qui restent se resserrent. J.
  7. La mozarella ne m'a jamais impressionné, je la trouve fade. Je comprends difficilement comment ça peut être un symbole de l'Italie. En revanche, dans les fromage italiens, j'apprécie beaucoup le gorgonzolla, c'est un de mes préférés, qu'est-ce qu'il a du goût !
  8. Crève

    Dune (2021)

    C'est un grand film de science-fiction, j'ai lu deux fois Dune, et je me suis arrêté au Messie de Dune. Cette adaptation fait honneur au livre, pour autant, je pense quand même qu'il faut avoir lu le roman. Sinon, on ne comprend pas l'importance et le rôle de l'épice, ce qu'est la voix, le Bene Gesserit, la sélection millénaire, le don de vision, etc. C'est trop brièvement évoqué dans le film. Rien ne remplace le roman, d'autant que certains passages sont zappés (dans le désert). Mais dans l'ensemble, le film se tient, on retrouve le Villeneuve de Blade Runner 2049 : grands espaces, décors somptueux. Le caractère de la planète : hostile, la chaleur omniprésente, tout ça est bien rendu. Au niveau des acteurs, c'est tel que je les imaginait, certains ont dit que le Paul Atréide était un peu chétif en la personne de Thimothée Chalamet, moi je le trouve exactement à sa place dans le rôle.
  9. J'ai eu beaucoup de mal à lire Stand on Zanzibar, les idées étant noyées sous d'autres propos ; mais tel que vous vendez la suite, ça me donne envie de le relire et d'essayer de comprendre ses dystopies.
  10. Pour ma part, j'ai lu plus de 150 romans de science-fiction ; j'en sélectionne deux qui me semblent se rapprocher de nous : - Un Bonheur insoutenable, de Ira Levin : les humains sont devenus dociles suite à un traitement que tout un chacun prend. Ils ne pensent plus à se rebeller contre leur gouvernement. Ils ont une date limite (comme les yaourts) : obsolescence programmée du vivant. Personne ne choisit son métier, c'est UniOrd (ordinateur universel) qui choisit pour toi. En quoi ces éléments font-ils écho à notre quotidien : le traitement, par exemple, peut faire penser au vaccin qu'on nous administre de façon massive, qui sait ce qu'on nous injecte ? Je ne suis pas en train de développer une théorie du complot, juste, je questionne. Si je prends mon cas, j'ai un traitement et suivi psychiatrique, et j'ai appris que dans le produit qu'on m'injecte, il y a un régulateur d'humeur, m'a appris mon psychiatre. Ensuite, l'ordinateur qui choisit ton futur métier : quand on regarde notre évolution informatique, on se rend compte que tout est géré de plus en plus par des algorithmes. On ne décide plus rien. L'autre référence que je propose : - Globalia, de Jean-Christophe Rufin : un monde unifié, globalisé, sous surveillance, et une zone extérieure sauvage. Comment justifie-t-on la surveillance ? Par l'aporie suivante : LIBERTE = SECURITE . SECURITE = SURVEILLANCE donc, logiquement : LIBERTE = SURVEILLANCE. Dune. On se fait la guerre pour l'épice de longue vie. 1984. On réécrit l'Histoire au sein du Ministère de la Vérité. Exact. A noter qu'en France, il se construit toutes les cinq minutes, l'équivalent d'un terrain de football en espace bétonné.
  11. Sans avoir "prévu" l'Internet, certains ont senti une virtualité des choses, comme le cas du roman Neuromancien, de William Gibson où il est question d'un cyberespace dès 1984.
  12. Crève

    votre première fois ?

    dans ce cas, il convient d'orthographier tente. avec un e.
×