Aller au contenu

Noter ce sujet


Messages recommandés

Membre 55ans Posté(e)
JOSEPH DELETRE Membre 330 messages
Forumeur survitaminé‚ 55ans
Posté(e)

A chaque cause est invariablement associée une conséquence dont l’allégorie ne serait autre que la lumière.

Par ailleurs, la conscience implique de se connaître sensiblement. Et, s’il faut ressentir pour vouloir, puis penser pour qu’une action puisse en résulter, alors toute chose sensible doit nécessairement avoir une correspondance concrète en réalité.

Dans le cas de la conscience, se connaître sensiblement ne pourrait manifestement avoir pour implication que de pouvoir se voir par écart à l’issue d’un phénomène de distanciation de soi permettant d’être l’observateur de la lumière de sa propre genèse : l’inflation cosmique.

Dès lors, quelle connaissance première, en guise d’intuition, l’être doué de conscience pourrait-il avoir de la lumière _ cette entité relevant d’une altérité divisible, pour toujours devancer sa source d’émission, lui intimant le caractère inéluctable de la conséquence autant qu’elle lui permet de se connaître _ sinon naturellement celle du divin ?

Il s’ensuit que la lumière permettrait d’abstraire l’idée d’une entité transcendantale, omnisciente et omnipotente à l’origine de toute chose du fait qu’elle relevât précisément d’une forme d’altérité divisible disant le vrai avec certitude autant que l’inéluctable servant à comprendre.

Néanmoins, à l’induction doit nécessairement suivre la déduction en considération des paradoxes soulevés par le divin qui ne saurait, en effet, revêtir de tels attributs en toute logique.

Lien texte intégral (cf. Ô-dieu) : https://cequiunie.blogspot.com/

Modifié par JOSEPH DELETRE
Précision
  • Waouh 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
  • Réponses 289
  • Créé
  • Dernière réponse

Meilleurs contributeurs dans ce sujet

  • 128

  • 71

  • 27

  • 21

Meilleurs contributeurs dans ce sujet

Messages populaires

A l'origine de tout concept établi, il y a d'abord une idée ou une esquisse de l'esprit. Et à l'origine de toute idée, il y a d'abord une connaissance première de nature sensible, en guise d'intu

Cela ressemble certes à une question, mais je me sens incapable d'y répondre.

Désolée, mais je n'y comprends strictement rien. Et je ne pensais pas être idiote. Comme quoi...

Membre 55ans Posté(e)
JOSEPH DELETRE Membre 330 messages
Forumeur survitaminé‚ 55ans
Posté(e)
il y a 5 minutes, guernica a dit :

Je suis athée, désolée...

Mais avant d'être athée ou désolée, encore faut-il être.

La question est donc celle de ce qui est.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 55ans Posté(e)
JOSEPH DELETRE Membre 330 messages
Forumeur survitaminé‚ 55ans
Posté(e)
il y a 2 minutes, Anatole1949 a dit :

Quel charabia....:facepalm:

Mais encore? Une phrase construite avec l'ébauche d'un argument peut-être?

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 72ans Posté(e)
Anatole1949 Membre 27 564 messages
Debout les morts...‚ 72ans
Posté(e)
il y a 40 minutes, JOSEPH DELETRE a dit :

Mais encore? Une phrase construite avec l'ébauche d'un argument peut-être?

Sans intérêt !

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 103ans Posté(e)
Atipique Membre 2 232 messages
Forumeur alchimiste‚ 103ans
Posté(e)
il y a une heure, JOSEPH DELETRE a dit :

Mais encore? Une phrase construite avec l'ébauche d'un argument peut-être?

Il suffit d'aller lire les arguments des athées dans le fil "Dieu existe-t'il?"

Inutile de tout répéter ici.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 55ans Posté(e)
JOSEPH DELETRE Membre 330 messages
Forumeur survitaminé‚ 55ans
Posté(e)
Il y a 20 heures, Atipique a dit :

Il suffit d'aller lire les arguments des athées dans le fil "Dieu existe-t'il?"

Inutile de tout répéter ici.

Ma démarche ne relève pas de l'athéisme qui est une doctrine remettant en cause la véracité de dieu.

Ma démarche consiste à discuter des attributs du divin qui soulèvent des paradoxes intenables pour la raison logique.

Par conséquent, pour être vrai, dieu ne saurait relever d'une entité transcendantale, omnipotente et omnisciente.

Lisez mon texte s'il vous plaît, puis commentez: https://cequiunie.blogspot.com/

  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 semaines après...
Membre Posté(e)
azad2B Membre 3 677 messages
Le prendre au sérieux, nuit gravement à la santé‚
Posté(e)

J'ai lu ! Et malheureusement, dès les premières lignes, j'ai trouvé ceci :

Etant donné que rien ne saurait émerger du néant sans aboutir à une aporie, alors ce qui est[1] doit nécessairement relever de la substance :

ce qui est suffisant pour constater que tu t'appuies sur la thèse du matérialisme à l' état pur. Bien que je sois, moi aussi de cet avis, il n'en demeure pas moins que je reconnais que croire à cela est tout aussi vain que de croire  à son contraire, c'est à dire à l' idéalisme. Donc ton sujet est mort-né, tout simplement parce que les règles de la logique pure l'ont classé dans l'indécidable sans discussion possible. Cinq millénaires de discussions tenues par des gens dotés d'une intelligence supérieure à la moyenne, n'ont en rien portés le coup de grâce à cet état de fait.

Modifié par azad2B
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 72ans Posté(e)
Anatole1949 Membre 27 564 messages
Debout les morts...‚ 72ans
Posté(e)
Le 16/06/2021 à 20:23, JOSEPH DELETRE a dit :

A chaque cause est invariablement associée une conséquence dont l’allégorie ne serait autre que la lumière.

Par ailleurs, la conscience implique de se connaître sensiblement. Et, s’il faut ressentir pour vouloir, puis penser pour qu’une action puisse en résulter, alors toute chose sensible doit nécessairement avoir une correspondance concrète en réalité.

Dans le cas de la conscience, se connaître sensiblement ne pourrait manifestement avoir pour implication que de pouvoir se voir par écart à l’issue d’un phénomène de distanciation de soi permettant d’être l’observateur de la lumière de sa propre genèse : l’inflation cosmique.

Dès lors, quelle connaissance première, en guise d’intuition, l’être doué de conscience pourrait-il avoir de la lumière _ cette entité relevant d’une altérité divisible, pour toujours devancer sa source d’émission, lui intimant le caractère inéluctable de la conséquence autant qu’elle lui permet de se connaître _ sinon naturellement celle du divin ?

Il s’ensuit que la lumière permettrait d’abstraire l’idée d’une entité transcendantale, omnisciente et omnipotente à l’origine de toute chose du fait qu’elle relevât précisément d’une forme d’altérité divisible disant le vrai avec certitude autant que l’inéluctable servant à comprendre.

Néanmoins, à l’induction doit nécessairement suivre la déduction en considération des paradoxes soulevés par le divin qui ne saurait, en effet, revêtir de tels attributs en toute logique.

Lien texte intégral (cf. Ô-dieu) : https://cequiunie.blogspot.com/

C'est quoi ce charabia ?

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 55ans Posté(e)
JOSEPH DELETRE Membre 330 messages
Forumeur survitaminé‚ 55ans
Posté(e)
Le 30/06/2021 à 20:31, Anatole1949 a dit :

C'est quoi ce charabia ?

Merci pour votre réflexion soutenue.

Tout simplement: le divin ne saurait relever d'une figure transcendantale, omnipotente et omnisciente sans quitter la raison. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 55ans Posté(e)
JOSEPH DELETRE Membre 330 messages
Forumeur survitaminé‚ 55ans
Posté(e)

Pour continuer, se reporter au sujet "De l'Aliénation" dans la rubrique "philosophie".

Le divin peut y être abordé sous l'angle de l'annihilation du soi du fait d'une soumission à autre chose que soi en l'absence de concept plus fondamental qu'être.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 42ans Posté(e)
Beebee Membre 647 messages
Forumeur forcené‚ 42ans
Posté(e)
Le 16/06/2021 à 20:23, JOSEPH DELETRE a dit :

Il s’ensuit que la lumière permettrait d’abstraire l’idée d’une entité transcendantale, omnisciente et omnipotente à l’origine de toute chose du fait qu’elle relevât précisément d’une forme d’altérité divisible disant le vrai avec certitude autant que l’inéluctable servant à comprendre.

Désolée, mais je n'y comprends strictement rien.

Et je ne pensais pas être idiote. Comme quoi...:)

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 55ans Posté(e)
JOSEPH DELETRE Membre 330 messages
Forumeur survitaminé‚ 55ans
Posté(e)
il y a une heure, Beebee a dit :

Désolée, mais je n'y comprends strictement rien.

Et je ne pensais pas être idiote. Comme quoi...:)

A l'origine de tout concept établi, il y a d'abord une idée ou une esquisse de l'esprit.

Et à l'origine de toute idée, il y a d'abord une connaissance première de nature sensible, en guise d'intuition, qui nous permet d'appréhender sans mot ce que l'on ne comprend pas encore.

Or, la lumière porte le message du vrai qui s'impose inéluctablement à soi qu'on le veuille ou non.

Dès  lors, quelle connaissance première, en guise d'intuition, l'être doué de conscience pourrait-il avoir d'une chose divisible de lui-même, pour toujours devancer sa source d'émission, lui intimant le caractère inéluctable de ce qui s'impose à lui avec certitude?

Quel concept pourrait-il en abstraire, c'est à dire isoler conceptuellement, par la suite sinon celui d'une entité divine transcendantale, omnipotente et omnisciente?

Néanmoins, à l'induction (au fait d'établir une idée générale à partir de l'observation par les sens) doit suivre la déduction (la pensée par voie de conséquence) compte tenu des paradoxes intenables soulevés par le divin qui ne saurait revêtir de tels attributs (transcendance, omniscience, omnipotence) sans quitter la raison.

Lien vers la démonstration (cf. article Ô-dieu): https://cequiunie.blogspot.com/

 

  • Confus 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 103ans Posté(e)
Atipique Membre 2 232 messages
Forumeur alchimiste‚ 103ans
Posté(e)
Il y a 10 heures, JOSEPH DELETRE a dit :

A l'origine de tout concept établi, il y a d'abord une idée ou une esquisse de l'esprit.

Et à l'origine de toute idée, il y a d'abord une connaissance première de nature sensible, en guise d'intuition, qui nous permet d'appréhender sans mot ce que l'on ne comprend pas encore.

Or, la lumière porte le message du vrai qui s'impose inéluctablement à soi qu'on le veuille ou non.

Dès  lors, quelle connaissance première, en guise d'intuition, l'être doué de conscience pourrait-il avoir d'une chose divisible de lui-même, pour toujours devancer sa source d'émission, lui intimant le caractère inéluctable de ce qui s'impose à lui avec certitude?

Quel concept pourrait-il en abstraire, c'est à dire isoler conceptuellement, par la suite sinon celui d'une entité divine transcendantale, omnipotente et omnisciente?

Néanmoins, à l'induction (au fait d'établir une idée générale à partir de l'observation par les sens) doit suivre la déduction (la pensée par voie de conséquence) compte tenu des paradoxes intenables soulevés par le divin qui ne saurait revêtir de tels attributs (transcendance, omniscience, omnipotence) sans quitter la raison.

Lien vers la démonstration (cf. article Ô-dieu): https://cequiunie.blogspot.com/

 

Je défie qui que ce soit de trouver un sens ou une signification quelconque à tout ce flot de mots.

On dirait de l'écriture automatique avec l'introduction de quelques mots clés, sensés sans doutes remplir le lecteur de respect:

"transcendance, omniscience, omnipotence, lumière, esprit, induction, etc."

  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 55ans Posté(e)
JOSEPH DELETRE Membre 330 messages
Forumeur survitaminé‚ 55ans
Posté(e)
à l’instant, Atipique a dit :

Je défie qui que ce soit de trouver un sens ou une signification quelconque à tout ce flot de mots.

On dirait de l'écriture automatique avec l'introduction de quelques mots clés, sensés sans doutes remplir le lecteur de respect:

"transcendance, omniscience, omnipotence, lumière, esprit, induction, etc."

L'objet de cet échange n'est pas le défi.

Le divin du monothéisme relève d'une figure transcendantale, omnisciente et omnipotente que vous le compreniez ou non.

La question est d'où nous vient cette idée.

J'y réponds simplement à partir de la lumière.

Auriez-vous une autre proposition argumentée à nous faire sans dénigrement automatique ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
Scénon Membre 3 117 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 1 heure, JOSEPH DELETRE a dit :

Le divin du monothéisme relève d'une figure transcendantale, omnisciente et omnipotente, que vous le compreniez ou non.

La question est d'où nous vient cette idée.

Le divin du monothéisme, et aussi des religions dites polythéistes, relève avant tout d'une figure immanente, manifestée. C'est particulièrement flagrant dans le christianisme, mais la notion se retrouve dans toutes les traditions religieuses de manière plus ou moins évidente.

Sans l'homme, Dieu ne peut pas se connaître, ni parler, ni se manifester. C'est le béaba de l'enseignement religieux.

Dans cette optique, le divin n'est pas une idée venue on-ne-sait-d'où, mais une réalité précise vécue, expérimentée, révélée et transmise par des témoins.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 55ans Posté(e)
JOSEPH DELETRE Membre 330 messages
Forumeur survitaminé‚ 55ans
Posté(e)
il y a 16 minutes, Scénon a dit :

Le divin du monothéisme, et aussi des religions dites polythéistes, relève avant tout d'une figure immanente, manifestée. C'est particulièrement flagrant dans le christianisme, mais la notion se retrouve dans toutes les traditions religieuses de manière plus ou moins évidente.

Sans l'homme, Dieu ne peut pas se connaître, ni parler, ni se manifester. C'est le béaba de l'enseignement religieux.

Dans cette optique, le divin n'est pas une idée venue on-ne-sait-d'où, mais une réalité précise vécue, expérimentée, révélée et transmise par des témoins.

Non, c'est inexacte.

Le monothéisme rompt avec l’idolâtrie manifeste du polythéisme.

Pour ce qui est du christianisme, il faut d'abord qu'il y ait une figure transcendantale et omnipotente (le Tout Puissant ou Dieu le Père) pour que celle du Christ soit ensuite possible.

La suite de votre propos est encore inexacte car le dieu des dogmes est de tout temps. Par conséquent, il n'a pas point besoin de la création et de l'homme pour se définir puisqu'il s'agit précisément d'une figure transcendantale et omnipotente.

C'est le contraire de l'immanence.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
Scénon Membre 3 117 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 32 minutes, JOSEPH DELETRE a dit :

Non, c'est inexact.

Le monothéisme rompt avec l’idolâtrie manifeste du polythéisme.

Pour ce qui est du christianisme, il faut d'abord qu'il y ait une figure transcendantale et omnipotente (le Tout Puissant ou Dieu le Père) pour que celle du Christ soit ensuite possible.

La suite de votre propos est encore inexacte car le dieu des dogmes est de tout temps. Par conséquent, il n'a pas point besoin de la création et de l'homme pour se définir puisqu'il s'agit précisément d'une figure transcendantale et omnipotente.

C'est le contraire de l'immanence.

Je comprends mieux votre approche à présent.

Pour m'en tenir à l'essentiel :

Le Dieu transcendantal ne se laissant justement pas définir, il ne peut être appréhendé d'aucune manière.

On fait allusion à ce Dieu transcendantal dans la philosophie juive traditionnelle, par exemple, où on l'appelle Eïn Soph, c'est-à-dire “Sans Fin”, “Infini” ou “Indéfini”.

On précise à son sujet qu'on ne peut pas le définir ni le connaître, et qu'il n'en est jamais question nulle part dans les Écritures.

Il n'est donc pas l'objet de la religion ni du culte.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 55ans Posté(e)
JOSEPH DELETRE Membre 330 messages
Forumeur survitaminé‚ 55ans
Posté(e)
il y a 2 minutes, Scénon a dit :

Je comprends mieux votre approche à présent.

Pour m'en tenir à l'essentiel :

Le Dieu transcendantal ne se laissant justement pas définir, il ne peut être appréhendé d'aucune manière.

On fait allusion à ce Dieu transcendantal dans la philosophie juive traditionnelle, par exemple, où on l'appelle Eïn Soph, c'est-à-dire “Sans Fin”, “Infini” ou “Indéfini”.

On précise à son sujet qu'on ne peut pas le définir ni le connaître, et qu'il n'en est jamais question nulle part dans les Écritures.

Il n'est donc pas l'objet de la religion ni du culte.

Il ne s'agit pas de mon approche mais de celle du monothéisme.

Par conséquent, pour discuter du divin, il faut d'abord s'accorder sur les attributs qui lui sont associés au final : transcendance, omnipotence, omniscience.

Dès lors, il est possible de démontrer par la raison (car ce sujet n'y échappe pas) que le divin ne saurait revêtir de tels attributs en toute logique.

Lien vers la démonstration (cf. article Ô-dieu): https://cequiunie.blogspot.com/

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×