azad2B

Membre
  • Compteur de contenus

    1 022
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de azad2B

  • Rang
    Forumeur alchimiste
  • Date de naissance 04/03/1912

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    Bastia

Visiteurs récents du profil

8 056 visualisations du profil
  1. Comment construire une suite finie aléatoire?

    Salut. Je m’aperçois que je m’étais trompé sur le sens profond de la question posée. Et c’est le mot « compression » utilisé, et que j’avais cru reconnaître comme étant un rapport entre la taille d’un fichier compressé et celle du fichier original, qui a provoqué mon erreur. Votre discussion semble plus axée sur les critères permettants de d’affirmer qu’ une suite présente les caractères irréfutables d’un tirage aléatoire pur. Cette discussion, implique donc la connaissance de techniques que je ne connais absolument pas et je vous prie de m’excuser de mon erreur et de mon intrusion dans le débat. Amusez vous bien. Et pardonnez mon erreur. Merci.
  2. Comment construire une suite finie aléatoire?

    Incroyable, je croyais sortir cet exemple du néant, mais visiblement j'avais dû enregistrer la chose dans mon subconscient après en avoir pris connaissance. Comme quoi, ta tête c'est une sacrée fichue machine ! Dommage qu'on ne la maîtrise pas soi-même parfaitement. Quoique ... c'est p'tet un bien finalement ?
  3. Comment construire une suite finie aléatoire?

    Tout à fait, et c'est cela qui est remarquable. Il existe des algorithmes qui savent déceler dans une suite dont les éléments semblent aléatoires, mais qui en réalité cache un ordre dont la logique n'est pas connue, l' élément "incongru" qui mérite attention. Un peu comme si dans le relevé des températures journalières prises à Taïti on ne trouvait que des nombres entre 18 et 23 degrés tout au long de l'année et qu'un -12°C apparaissait un (triste) jour. Il y aurait de quoi perturber le plus calme des météorologue. Mais j'avoue que le savoir qu'implique l'écriture d'un tel algorithme me dépasse énormément.
  4. Comment construire une suite finie aléatoire?

    C'est la réponse de Quasi-Modo qui m'intéresse. Désolé. Encore une fois, tu embrayes, sans savoir quel est le sens exact de la question posée.
  5. Comment construire une suite finie aléatoire?

    Salut, déjà, il faut lever les ambiguïtés que l’on peut relever dans ton post. Tu évoques à plusieurs reprises deux notions : celle de compression et celle plus profonde de suite « aléatoire » Pour ce qui est de la compression, déjà, tu t’embrouilles un peu. Il existe des algorithmes sans perte aucune. Et c’est heureux car sinon, plus personne n’aurait jamais l’idée de compresser un fichier. Des exceptions à la règle, existent bien sûr, mais elles ne deviennent tolérables que quand le fichier à compresser est un fichier, qui justement accepte d’être encore lisible après décompression même en cas de perte d'information, on peut citer le très classique MP3 qui, procédant par échantillonnage, se permet de réduire la bande passante d’un fichier audio. Ou celui du non moins classique JPEG qui fait la même chose avec des fichiers graphiques. Dans le premier cas, le résultat final serait équivalent à ce qui se passe quand tu écoutes un morceau de musique à un concert, et quand ensuite tu écoutes l’enregistrement sur différents système audio de qualités différentes. Idem pour une image qui viendrait d’un modèle photographié avec appareil photo de très haut de gamme et celle que nous rendrait un appareil photo du genre « jetable ». Pour le reste, comme par exemple la compression d’un fichier « texte » tout bête, aucune erreur après décompression ne peut être tolérée : le fichier « décompressé » doit être absolument identique à l’original. En général, on comprime les attributs du fichier, par exemple la définition des polices utilisées, ou celle de leur propriétés ( bold, italic, size et autres…) Et cela peut suffire pour gagner beaucoup sur la taille du fichier « compressé » Donc, on passe sur cette notion de « compression » pour rester clair. Il reste donc celle de la définition d’un fichier «aléatoire » et plus particulièrement le sens que l’on donne à ce mot, aléatoire. Est-ce de cela dont tu souhaites parler ? Je te dis cela parce que sinon tu vas te trouver seul avec des émules de contrexemple qui vont faire du vent, sans jamais pouvoir te donner des exemples concrets. Il est en effet notoirement connu que seuls ceux maitrisent bien un sujet peuvent en en parler …. et se faire comprendre.
  6. Qu'est-ce que le temps?

    J'ai parlé de perroquet, pas de bonobos. Mais au vu de tes propos, je me corrige : essaies d'apprendre à des bonobos à te parler de Big Bang. Après tu pourras passer au niveau supérieur, avec un perroquet. Mais gare ! tu risques de ne pas suivre.
  7. Qu'est-ce que le temps?

    Cela veut simplement dire que la sagesse du scientifique se manifeste en ne disant rien d'un sujet dont il ne connaît pas l'ensemble des évènements qui ont présidés à sa naissance. Mais si tu tiens absolument à parler de l'avant Big-Bang, je te conseille d'apprendre quelques mots issus de cette théorie à ton perroquet, et dans quelques mois tu pourras avoir avec lui des conversations qui te combleront.
  8. Hé bien, jadis j'avais un ami qui courrait pour Renault dans des compétitions où étaient engagées les voitures "Dauphines". Ces voitures devaient être strictement de série, c'était la condition pour participer. Cela devait donc favoriser le meilleur des pilotes. Mais voilà : c'est toujours les pilotes de chez Renaults qui gagnaient. Mon copain m'a expliqué la combine. Les Dauphines dédiées à la course, sortaient de l'usine avec des pièces strictement d'origine. Mais le hic était que parmi les stocks de blocs moteurs, de chemises de pistons, de pistons, soupapes et autres joyeusetés comme vilebrequins, arbres à cames et je ne sais quoi d'autres, on sélectionnait ce qui s'approchait au plus près des normes théoriques. Et le résultat était à l'arrivée.
  9. Améliorer une mesure d'un facteur de 2, c'est déjà pas mal. Si une voiture avait toutes ses pièces ajustées à un millième de millimètres au lieu de 1 dixième de millimètres (chiffres pris au hasard, je ne suis pas mécano) elle rendrait une bonne dizaine de CV aux autres modèles de la série.
  10. Salut, Holdman Ce qui était recherché, c'était un lieu où le champ de la pesanteur était constant et à l'abri des perturbations. Et sur Terre les perturbations sont importantes. Par exemple, on ne s'en rend évidemment pas compte, mais à 1 mètre de la Tour Montparnasse ce champ est différent qu'à 5 mètres, ou, quand tu es sur un trottoir parisien et qu'un métro passe sous tes pieds, là encore le champ est perturbé (et tu pèses plus lourd !) ajoute à cela que la Terre n'est pas vraiment sphérique et qu'elle est continuellement soumise à des soubresauts et des déformations qui mêmes imperceptibles, perturbent encore le champ de cette pesanteur décidément très susceptible. Dans l'espace, et à fortiori dans un volume petit tel que l'est un micro-satellite, lui même en chute libre, il ne faut pas oublier cela, on peut considérer que le champ est homogène et l'expérience peut donner des résultats bien plus précis que sur Terre. Mais je t'avoue que je serais curieux de voir le mécanisme de l'expérience pour juger des précautions prises par les concepteurs du projet. Ca doit être impressionnant.
  11. ADIEU Johnny Hallyday

    Jean Claude Van Damme doit se sentir tout seul maintenant .
  12. Qu'est-ce que le temps?

    Merci, Spontzy. Et tu rejoins Socrate convaincu, lui aussi, que la méchanceté n'est pas à l' origine du mal que l'on fait. D'ailleurs, il faudrait ouvrir un post sur l'origine de toutes ces morales qui depuis des millénaires nous polluent l'existence dans le simple but de nous convaincre que la vie en société est un mal nécessaire.
  13. Et tu as bien raison : si ce n'était pas le cas, on n'aurait même pas tenté l'expérience. Pour mille raisons, mais une au moins a du retenir l'attention des gens chargés du financement de l'opération : sans effets gravitationnels à 710 Km, le satellite, qui n'en serait plus un d'ailleurs, serait parti au diable vauvert.
  14. Qu'est-ce que le temps?

    Parfois, souvent quand il s’agit de moi, on parle, ou on écrit, sans trop réfléchir. Et là je pointe les propos irréfléchis que j’ai tenus juste au dessus. Ils sont parfaitement idiots ! Car ils impliquent que nous pourrions être hantés par les mauvaises actions que l’on auraient pu accomplir durant notre existence, ce qui signifierait que les notions de bien et de mal seraient universelles et censées en outre être connues de tout être vivant quelles que soient les règles d’éducation que l’on lui aurait inculquées. Parfaitement idiot, disais-je et je persiste. Sauf à penser qu’éduquer quelqu’un, serait, en soit, la pire des saloperies que l’on puisse commettre.