Aller au contenu

Tensions entre la Russie et la Pologne après les accusations historiques de V. Poutine

Noter ce sujet


Messages recommandés

Posté(e)
Doïna Membre+ 11 797 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Bonjour,

Le ministère polonais des affaires étrangères a convoqué d’urgence, vendredi 27 décembre, l’ambassadeur de Russie pour fermement protester contre les « insinuations historiques » du président Vladimir Poutine, qui a accusé la Pologne d’avant-guerre de collusion avec Hitler, et d’antisémitisme.

M. Poutine a accusé à deux reprises la Pologne de collusion avec Hitler à la veille de la seconde guerre mondiale. S’exprimant au ministère russe de la défense, il a affirmé avoir pris connaissance d’archives montrant que les Polonais « avaient pratiquement conclu une entente avec Hitler ».

« C’est clair dans les documents d’archives », a alors affirmé M. Poutine, se disant « insulté par la manière dont Hitler et la Pologne ont discuté de la soi-disant question juive ». Il a ajouté qu’un ambassadeur polonais à Berlin – qu’il a qualifié de « salaud » et de « cochon antisémite » – avait promis d’ériger à Varsovie un « beau monument » à Hitler après que ce dernier avait proposé d’« envoyer les Juifs dans des colonies en Afrique ».

Il a par ailleurs établi un parallèle avec les décisions des responsables polonais actuels qui « font démolir les monuments aux soldats de l’Armée rouge », autrefois célébrés comme ayant été les libérateurs de leur pays mais déboulonnés à la chaîne ces dernières années en Pologne.

Article entier

Vladimir a encore mis les pieds dans le plat !

Suite de l'affaire (encore réservée aux abonnés).

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
69ans Posté(e)
Gouderien Membre 21 401 messages
Obsédé textuel‚ 69ans
Posté(e)

C'est marrant, j'ai toujours cru que c'était un pacte germano-soviétique qui avait été signé le 23 août 1939 à Moscou. Poutine devrait éviter ce genre de sujet...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
Constantinople Membre 16 320 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 34 minutes, Doïna a dit :

Bonjour,

Le ministère polonais des affaires étrangères a convoqué d’urgence, vendredi 27 décembre, l’ambassadeur de Russie pour fermement protester contre les « insinuations historiques » du président Vladimir Poutine, qui a accusé la Pologne d’avant-guerre de collusion avec Hitler, et d’antisémitisme.

M. Poutine a accusé à deux reprises la Pologne de collusion avec Hitler à la veille de la seconde guerre mondiale. S’exprimant au ministère russe de la défense, il a affirmé avoir pris connaissance d’archives montrant que les Polonais « avaient pratiquement conclu une entente avec Hitler ».

« C’est clair dans les documents d’archives », a alors affirmé M. Poutine, se disant « insulté par la manière dont Hitler et la Pologne ont discuté de la soi-disant question juive ». Il a ajouté qu’un ambassadeur polonais à Berlin – qu’il a qualifié de « salaud » et de « cochon antisémite » – avait promis d’ériger à Varsovie un « beau monument » à Hitler après que ce dernier avait proposé d’« envoyer les Juifs dans des colonies en Afrique ».

Il a par ailleurs établi un parallèle avec les décisions des responsables polonais actuels qui « font démolir les monuments aux soldats de l’Armée rouge », autrefois célébrés comme ayant été les libérateurs de leur pays mais déboulonnés à la chaîne ces dernières années en Pologne.

Article entier

Vladimir a encore mis les pieds dans le plat !

Suite de l'affaire (encore réservée aux abonnés).

 

Il est gonflé le pére Poutine.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
Doïna Membre+ 11 797 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a une heure, Gouderien a dit :

Poutine devrait éviter ce genre de sujet...

Pourtant, il le fait. À ton avis, qu'est-ce qu'il risque ? :D

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
chanou 34 Membre 14 802 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 12 minutes, Fuck Them All a dit :

Il dit ce qu'il pense avec son franc parlé. 

Non. C'est politique avant tout. C'est stratégique.

Bon ceci dit, sur le fond...il n'a pas tout à fait tort.

Modifié par chanou 34
  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
69ans Posté(e)
Gouderien Membre 21 401 messages
Obsédé textuel‚ 69ans
Posté(e)
Il y a 10 heures, Doïna a dit :

Pourtant, il le fait. À ton avis, qu'est-ce qu'il risque ? :D

Rien, sauf le ridicule (enfin à l'étranger, parce qu'en Russie personne osera contester son point de vue).

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
Je suis... Membre 1 161 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 13 heures, Gouderien a dit :

C'est marrant, j'ai toujours cru que c'était un pacte germano-soviétique qui avait été signé le 23 août 1939 à Moscou. Poutine devrait éviter ce genre de sujet...

Beaucoup le croient. Mais les documents historiques disent le contraire. Le traité de non-agression entre l'Allemagne et la Pologne, le Pacte Pilsudski-Hitler — est une déclaration commune signée par l'Allemagne et la Pologne le 26 janvier 1934. La déclaration a été signée à Berlin par le ministre allemand des affaires étrangères Konstantin von Neyrat et l'ambassadeur Polonais à Berlin Józef Lipsky le 26 janvier 1934. La signature a eu lieu à l'initiative d'Hitler et de l'inspecteur général de la Pologne Pilsudski. La normalisation des relations avec la Pologne a permis à Hitler d'agir à l'Ouest (Sarre, région de la Ruhr) et d'effectuer des pré-armes sans crainte pour ses frontières orientales. La signature de la Déclaration a été précédée par les tentatives infructueuses de la Pologne d'incliner secrètement sa principale alliée, la France, à la guerre contre l'Allemagne en raison de sa remilitarisation, en violation des accords de Versailles. Le refus de la France, ainsi que la signature à l'été 1933 du pacte des quatre (Angleterre, France, Italie, Allemagne), renforçaient les craintes de la Pologne que les «grandes» puissances seraient prêtes à sacrifier les intérêts des «petites» en cas de crise. Dans la politique du moyen-Orient, il y avait une Alliance clairement exprimée entre la Pologne et la Hongrie, dirigée contre La petite entente (Tchécoslovaquie, Yougoslavie, Roumanie). Les dirigeants Polonais attendaient de l'Allemagne (également intéressée par la section de la Tchécoslovaquie et peut-être de l'Autriche et de la Yougoslavie) un soutien mutuel actif pour la reconstruction des frontières de Versailles. Ces attentes ont été partiellement satisfaites après l'accord de Munich de 1938, lorsque l'Allemagne, la Hongrie et la Pologne ont commencé à diviser le territoire tchécoslovaque.

 

il y a 51 minutes, elbaid a dit :

Poutine va envahir la Pologne

Expliquez-moi pourquoi il a besoin de ça?

  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
versys Membre 11 672 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 14 heures, Doïna a dit :

Bonjour,

Le ministère polonais des affaires étrangères a convoqué d’urgence, vendredi 27 décembre, l’ambassadeur de Russie pour fermement protester contre les « insinuations historiques » du président Vladimir Poutine, qui a accusé la Pologne d’avant-guerre de collusion avec Hitler, et d’antisémitisme.

M. Poutine a accusé à deux reprises la Pologne de collusion avec Hitler à la veille de la seconde guerre mondiale. S’exprimant au ministère russe de la défense, il a affirmé avoir pris connaissance d’archives montrant que les Polonais « avaient pratiquement conclu une entente avec Hitler ».

« C’est clair dans les documents d’archives », a alors affirmé M. Poutine, se disant « insulté par la manière dont Hitler et la Pologne ont discuté de la soi-disant question juive ». Il a ajouté qu’un ambassadeur polonais à Berlin – qu’il a qualifié de « salaud » et de « cochon antisémite » – avait promis d’ériger à Varsovie un « beau monument » à Hitler après que ce dernier avait proposé d’« envoyer les Juifs dans des colonies en Afrique ».

Il a par ailleurs établi un parallèle avec les décisions des responsables polonais actuels qui « font démolir les monuments aux soldats de l’Armée rouge », autrefois célébrés comme ayant été les libérateurs de leur pays mais déboulonnés à la chaîne ces dernières années en Pologne.

Article entier

Vladimir a encore mis les pieds dans le plat !

Suite de l'affaire (encore réservée aux abonnés).

 

Comme quoi, quand on a été officier du KGB, on reste fidèlement attaché aux principes fondamentaux en vigueur dans l'ex URSS. Un genre de formatage idéologique ineffaçable.

Alors, quand il voit les autorités polonaises ordonner le déboulonnage des effigies militaires russes, forcément, il voit rouge.... et traite ces autorités polonaises comme des moins que rien....

Pour le coup, c'est pas l'envie d'envoyer une ou deux divisions blindées russes en Pologne, manière de mettre cette volaille subversive au pas....

Les Tsars rouges se succèdent en Russie, mais pour les peuples et les pays "satellites" c'est toujours MISERE ET SOUMISSION au programme...

 

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
69ans Posté(e)
Gouderien Membre 21 401 messages
Obsédé textuel‚ 69ans
Posté(e)
il y a une heure, Je suis... a dit :

Beaucoup le croient. Mais les documents historiques disent le contraire. Le traité de non-agression entre l'Allemagne et la Pologne, le Pacte Pilsudski-Hitler — est une déclaration commune signée par l'Allemagne et la Pologne le 26 janvier 1934. La déclaration a été signée à Berlin par le ministre allemand des affaires étrangères Konstantin von Neyrat et l'ambassadeur Polonais à Berlin Józef Lipsky le 26 janvier 1934. La signature a eu lieu à l'initiative d'Hitler et de l'inspecteur général de la Pologne Pilsudski. La normalisation des relations avec la Pologne a permis à Hitler d'agir à l'Ouest (Sarre, région de la Ruhr) et d'effectuer des pré-armes sans crainte pour ses frontières orientales. La signature de la Déclaration a été précédée par les tentatives infructueuses de la Pologne d'incliner secrètement sa principale alliée, la France, à la guerre contre l'Allemagne en raison de sa remilitarisation, en violation des accords de Versailles. Le refus de la France, ainsi que la signature à l'été 1933 du pacte des quatre (Angleterre, France, Italie, Allemagne), renforçaient les craintes de la Pologne que les «grandes» puissances seraient prêtes à sacrifier les intérêts des «petites» en cas de crise. Dans la politique du moyen-Orient, il y avait une Alliance clairement exprimée entre la Pologne et la Hongrie, dirigée contre La petite entente (Tchécoslovaquie, Yougoslavie, Roumanie). Les dirigeants Polonais attendaient de l'Allemagne (également intéressée par la section de la Tchécoslovaquie et peut-être de l'Autriche et de la Yougoslavie) un soutien mutuel actif pour la reconstruction des frontières de Versailles. Ces attentes ont été partiellement satisfaites après l'accord de Munich de 1938, lorsque l'Allemagne, la Hongrie et la Pologne ont commencé à diviser le territoire tchécoslovaque.

Sauf qu'en septembre 1939 le traité germano-polonais c'était de l'histoire ancienne, alors que l'Allemagne allait envahir la Pologne - avec la complicité active de l'URSS. L'histoire vue par Poutine, c'est assez spécial - de ce côté-là, comme sur d'autres d'ailleurs, il est bien dans la tradition de l'Union soviétique.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
Je suis... Membre 1 161 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 5 heures, Gouderien a dit :

Sauf qu'en septembre 1939 le traité germano-polonais c'était de l'histoire ancienne, alors que l'Allemagne allait envahir la Pologne - avec la complicité active de l'URSS. L'histoire vue par Poutine, c'est assez spécial - de ce côté-là, comme sur d'autres d'ailleurs, il est bien dans la tradition de l'Union soviétique.

C'est pratique s'il y a un pays qui est toujours à blâmer pour tout.Pas besoin de se souvenir de quoi que ce soit. Par exemple sur le traité de Versailles. Sur d'autres accords. Le 7 mars 1936, les troupes allemandes occupent la zone démilitarisée du Rhin. La grande-Bretagne et la France n'exercent pas cette résistance effective, se contentant d'une protestation formelle. Le 25 novembre 1936, l'Allemagne et le Japon concluent un pacte anti-communiste sur la lutte commune contre le communisme. Le 6 novembre 1937, l'Italie adhère au pacte.

En mars 1938, l'Allemagne rejoint sans encombre l'Autriche. Le 30 septembre 1938, le premier ministre britannique Chamberlain et Hitler signent une déclaration sur la non-agression et le règlement Pacifique des différends entre la grande-Bretagne et l'Allemagne-un traité connu en URSS sous le nom de collusion de Munich. En 1938, Chamberlain a rencontré Hitler à trois reprises, et après une réunion à Munich, il est rentré chez lui avec sa célèbre déclaration «Je vous ai apporté la paix!". En fait, cet accord, conclu sans la participation des dirigeants de la Tchécoslovaquie, a conduit à sa partition par l'Allemagne, avec la participation de la Hongrie et de la Pologne. Il est considéré comme un exemple classique de l'apaisement de l'agresseur, qui par la suite ne l'a incité à élargir encore plus sa politique agressive et est devenu l'une des raisons du déclenchement de la Seconde guerre mondiale.
W. Churchill, 3 octobre 1938:

"La grande-Bretagne a proposé le choix entre la guerre et le déshonneur. Elle a choisi le déshonneur et aura la guerre."

"England has been offered a choice between war and shame. She has chosen shame, and will get war."

Le ministre français des affaires Étrangères Georges Bonnet et le ministre allemand des affaires étrangères Joachim Ribbentrop signent la déclaration franco-allemande le 6 décembre 1938.

En octobre 1938, à la suite de l'accord de Munich, l'Allemagne annexa la région sudète appartenant à la Tchécoslovaquie. L'Angleterre et la France acceptent cet acte, et l'opinion de la Tchécoslovaquie elle-même n'est pas prise en compte. Le 15 mars 1939, l'Allemagne, en violation de l'accord, occupe la République tchèque. Le protectorat allemand de Bohême et de Moravie est créé sur le territoire tchèque. La hongrie et la Pologne sont impliqués dans la Tchécoslovaquie: la Slovaquie (à l'exception principalement hongrois des régions du sud, issues de la Hongrie) est indépendant de nazi  par l'état, dans les alentours de la ville de Český Těšín entrer les troupes polonaises, et proclamant l'indépendance des Carpates en Ukraine, précédemment en partie capturé par les troupes hongroises, après de violents combats avec les milices locales (voir sich Carpates), passe complètement sous l'occupation par les troupes de l'amiral Horthy. Le 24 février 1939, la Hongrie rejoint le pacte Anticominternal, le 27 mars, l'Espagne, où Francisco Franco est arrivé au pouvoir après la fin de la guerre civile.

Jusqu'à présent, les actions agressives de l'Allemagne ne rencontrent pas de résistance sérieuse de la part de la grande-Bretagne et de la France, qui hésitent à entamer une guerre et tentent de sauver le système du traité de Versailles par des concessions raisonnables (la «politique d'apaisement»). Cependant, après la violation par Hitler du traité de Munich, les deux pays commencent de plus en plus à prendre conscience de la nécessité d'une politique plus stricte, et en cas d'agression ultérieure de l'Allemagne, le Royaume-Uni et la France donnent des garanties militaires à la Pologne. Après la capture par l'Italie de l'Albanie du 7 au 12 avril 1939, la Roumanie, la Turquie et la Grèce reçoivent les mêmes garanties.

     Il convient de noter que pendant tout ce temps, alors que les troupes allemandes étaient occupées dans l'est, dans les actions contre la Pologne, les troupes Anglo-françaises alliées n'ont pas fait de combats actifs sur terre et dans les airs. Et la défaite rapide de la Pologne a fait la période de temps, au cours de laquelle il était possible de forcer l'Allemagne à se battre sur deux fronts, était très courte. Finalement, relégué en France de septembre 1939 à février 1940, les forces expéditionnaires Britanniques, composées de 10 divisions, sont simplement inactives. Dans la presse américaine, cette période a été appelée "guerre Étrange".

Le commandant militaire allemand A. Yodl a affirmé plus tard:
"Si nous n'avons pas été vaincus en 1939, c'est seulement parce qu'environ 110 divisions françaises et britanniques, debout pendant notre guerre avec la Pologne à l'Ouest contre 25 divisions allemandes, étaient totalement inactives»[53].

      Les allemands étaient tout à fait sincères quand ils ont dit qu'ils étaient des anges gardiens et des unificateurs de l'Europe. Voici ce que le ministre allemand des affaires des territoires de l'est, Alfred Rosenberg, a dit le 20 juin 1941, deux jours avant l'attaque contre l'URSS: «Nous voulons résoudre non seulement le problème bolchevique temporaire, mais aussi les problèmes qui vont au — delà de ce phénomène temporaire-en tant qu'essence originale des forces historiques européennes. La guerre a pour but de protéger et de pousser en même temps loin à l'est l'essence de l'Europe».

Cela explique en partie pourquoi les européens, à l'exclusion des britanniques, n'ont pas trop résisté à l'occupation nazie. Un peu ébranlé par la France, qui avait son projet d'unification remontant aux plans napoléoniens. Mais, en substance, les européens sont simplement retournés à la "vieille maison allemande". Et honnêtement travaillé pour le Troisième Reich.

Et ils se sont également battus pour lui. Pendant la guerre, la propagande soviétique n'a pas trop mis l'accent sur le fait que non seulement l'Allemagne, mais toute l'Europe se battent contre nous. Les italiens et les espagnols étaient les alliés officiels d'Hitler, les autres européens ont également participé à l'affaire. Combien d'entre eux étaient, maintenant difficile à dire. Mais même selon les officiels soviétiques données, à l'été 1945, en union soviétique, à la captivité était 513 767 hongrois, 187 370 roumains, 156 682 autrichiens, 69 977 tchécoslovaques, 60 280 polonais, 48 957 italiens, 23 136 français, 21 822 yougoslaves, 14 129 moldaves, 4 729 hollandais, 2 377 finlandais, 2 010 belges, 1 652 luxemburger, 457 danois et 452 hispanique. Au total, environ un demi-million de soldats européens de différentes nationalités ont été capturés. A titre de comparaison, environ deux millions d'allemands ont été capturés. Si nous rejetons la rectitude politique, nous devons l'admettre: nous avons combattu non seulement et pas tant avec "l'Allemagne fasciste", mais avec l'Europe traditionnelle. Qui pendant des siècles a cherché à détruire les slaves et à s'emparer de leurs terres. Et qui, bien sûr, n'a pas changé du tout maintenant.Que voyons-nous maintenant? L'Europe est devenue unie. Le principal pays européen était l'Allemagne, qui était en étroite Alliance avec la France — donc on peut déjà parler d'un seul état franco-allemand. L'expansion vers l'est est officiellement proclamée l'objectif stratégique de l'Alliance OTAN. La Russie est dans la position dont Hitler rêvait.Les dirigeants occidentaux ne se soucient pas de notre système politique et qui sont au pouvoir - les communistes ou les bolcheviks, Staline, Gorbatchev, Eltsine, les Rois ou le gouvernement Provisoire. Toujours la Russie a été traitée agressivement et quand l'état s'est affaibli-tout comme les chacals ont fui pour arracher un morceau. Si au pouvoir il y avait des gens dans lesquels la Russie est devenue un état fort et que ces chacals ne pouvaient pas vivre, alors pour eux ce sont des "criminels" et maintenant ils vont tous les moyens vaincre les dirigeants de notre pays, dans lesquels la Russie était forte. Ils détestent nos leaders forts et la Russie forte! Ils sont prêts à être vendus au Diable, aux Nazis, à n'importe qui, juste pour nous mettre fin en tant qu'état indépendant et fort, une seule nation....

Modifié par Je suis...
  • Like 2
  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
69ans Posté(e)
Gouderien Membre 21 401 messages
Obsédé textuel‚ 69ans
Posté(e)

Je trouve ta leçon d'histoire très discutable. On peut dire tout ce qu'on veut pour défendre le pacte germano-soviétique d'août 1939 - et il y a des arguments -, n'empêche qu'il a permis l'éclatement de la Seconde Guerre mondiale. Les Soviétiques ont justifié ce pacte en disant qu'il leur avait permis de "gagner du temps". Mais qu'ont-ils fait du temps ainsi gagné? L'Armée rouge s'est faite écrabouiller en juin 1941, et l'URSS n'a dû sa survie qu'à l'immensité de son territoire, l'âpreté de son climat et le caractère primitif de ses infrastructures. Si les Allemands avaient été moins obtus, ils auraient pu battre Staline facilement, tellement il était détesté par une grande partie de son peuple. Seulement les Russes se sont rendus compte rapidement que les nazis étaient d'aussi grands salauds que les bolcheviks, alors à choisir ils ont préféré "leurs" salauds.

Les Russes sont bien sympathiques, mais ils oscillent en permanence entre la menace et la paranoïa - avec des petits moments de pleurnicherie. 80 ans après les événements, il serait temps qu'ils regardent les événements tels qu'ils se sont passés, et pas tels que la légende les a reconstruits.

On retrouve cette même fuite devant la réalité dans les réactions russes face à la série "Chernobyl", accusant des espions occidentaux d'avoir provoqué une catastrophe due avant tout à l'incompétence des ingénieurs soviétiques et au retard des technologies. Comme d'habitude, c'est le peuple russe qui a dû payer pour les erreurs de ses dirigeants - au prix fort.

Note : il manque un chiffre à ta liste des membres des diverses nationalités en captivité en URSS en 1945 : c'est celui… des Russes.

Modifié par Gouderien
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
Je suis... Membre 1 161 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 38 minutes, Gouderien a dit :

On peut dire tout ce qu'on veut pour défendre le pacte germano-soviétique d'août 1939 - et il y a des arguments...

Oui, nous pouvons dire tout ce que nous voulons. Mais, comme vous l'avez bien remarqué, l'essentiel est qu'il y ait des arguments.

 

il y a 43 minutes, Gouderien a dit :

le pacte germano-soviétique d'août 1939 ....         ..., n'empêche qu'il a permis l'éclatement de la Seconde Guerre mondiale.

Mais ces deux documents ont contribué à l'instauration de la paix dans le monde.

"Le 30 septembre 1938, le premier ministre britannique Chamberlain et Hitler signent une déclaration sur la non-agression. Le ministre français des affaires Étrangères Georges Bonnet et le ministre allemand des affaires étrangères Joachim Ribbentrop signent la déclaration franco-allemande le 6 décembre 1938."

il y a 52 minutes, Gouderien a dit :

L'Armée rouge s'est faite écrabouiller en juin 1941,

Pas exactement comme Vous le souhaitez. C'est elle qui a dressé la bannière rouge de la Victoire sur le Reichstag.

Et la France a déclaré la guerre à l'Allemagne 3 septembre 1939 année, mais il n'y avait pas de combats actifs (la guerre dite Étrange). La seule tentative d'influencer le cours de la guerre était l'offensive de la Sarre.

Au 10 mai 1940, 93 divisions françaises, 10 divisions anglaises et 1 division polonaise étaient stationnées dans le Nord-est de la France. Et ce n'est que le 10 mai 1940 que les troupes allemandes franchissent la frontière entre les pays-bas et la Belgique. Le même jour, les troupes françaises entrent en Belgique. Les combats n'ont pas eu lieu directement à la frontière germano-française. Le premier combat des troupes allemandes et françaises a eu lieu le 13 mai en Belgique. Le même jour, les troupes allemandes traversèrent la frontière belgo-française. Le 17 juin, le gouvernement français a demandé à l'Allemagne une trêve. Le 22 juin 1940, la France capitula devant l'Allemagne et la Seconde trêve de Compiègne fut conclue dans le bois de Compiègne. Le résultat de l'armistice fut la division de la France dans la zone d'occupation des troupes allemandes et l'état fantoche gouverné par le régime de Vichy.

Et c'est cet état qui a vaincu le fascisme.

il y a une heure, Gouderien a dit :

Si les Allemands avaient été moins obtus, ils auraient pu battre Staline facilement

Très fortement interférer avec "si". Les russes ont un proverbe: "Si les champignons poussaient dans la bouche, alors il n'y aurait pas de bouche, mais un jardin entier."

 

il y a une heure, Gouderien a dit :

80 ans après les événements, il serait temps qu'ils regardent les événements tels qu'ils se sont passés,

Ils le font. Ils évaluent les événements comme ils se sont produits, pas comme ils essaient de les présenter aux idéologues occidentaux.

 

il y a une heure, Gouderien a dit :

On retrouve cette même fuite devant la réalité dans les réactions russes face à la série "Chernobyl", accusant des espions occidentaux d'avoir provoqué une catastrophe

C'est la première fois que je vous entends parler de cette version.

 

Il y a 1 heure, Gouderien a dit :

Note : il manque un chiffre à ta liste des membres des diverses nationalités en captivité en URSS en 1945 : c'est celui… des Russes.

Note: ce ne sont pas des prisonniers de guerre, ce sont des traîtres. Ils ont tous reçu le mérite. En particulier, le général Vlasov a été condamné par le tribunal à la pendaison.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
71ans Posté(e)
Pales Membre 17 013 messages
Forumeur alchimiste‚ 71ans
Posté(e)

https://www.lequotidien.lu/international/un-hommage-a-des-collabos-indigne-le-grand-rabbin-de-pologne/

 

Pour Michael Schudrich, les NSZ, ouvertement anticommunistes, “tuaient des Allemands, des Russes et des juifs”.  “Il y a beaucoup d’autres héros polonais, nous n’avons pas besoin de choisir ceux qui ont tué d’autres Polonais, et dans ce cas-là, nombre de gens de religion juive”, a-t-il dit, évoquant “un certain niveau de collaboration” de la Brigade avec les Allemands, et qualifiant les cérémonies de “révisionnisme historique dangereux”.

En février 2018, le Premier ministre conservateur, Mateusz Morawiecki, a été le premier responsable polonais à déposer des fleurs sur les tombes des soldats de la Brigade près de Munich, provoquant un tollé en Pologne et en Israël.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
69ans Posté(e)
Gouderien Membre 21 401 messages
Obsédé textuel‚ 69ans
Posté(e)
Il y a 12 heures, Je suis... a dit :

Note: ce ne sont pas des prisonniers de guerre, ce sont des traîtres. Ils ont tous reçu le mérite. En particulier, le général Vlasov a été condamné par le tribunal à la pendaison.

Et vous croyez à ce genre de fadaises? Vlassov et ses hommes n'étaient qu'une petite minorité parmi les millions de prisonniers du Goulag. D'ailleurs beaucoup ont été fusillés immédiatement.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
chanou 34 Membre 14 802 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 14 heures, Je suis... a dit :

 

Note: ce ne sont pas des prisonniers de guerre, ce sont des traîtres. Ils ont tous reçu le mérite. En particulier, le général Vlasov a été condamné par le tribunal à la pendaison.

Et après 1945?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
Je suis... Membre 1 161 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 4 heures, Gouderien a dit :

Et vous croyez à ce genre de fadaises? Vlassov et ses hommes n'étaient qu'une petite minorité parmi les millions de prisonniers du Goulag. D'ailleurs beaucoup ont été fusillés immédiatement.

Nous passons en douceur à l'heure d'avant-guerre. Staline était une figure ambiguë. D'un côté la victime dont vous parlez. Mais quelle révolution et la formation ultérieure d'un nouveau pouvoir se font sans victimes? Les partisans de l'ancien pouvoir ne se rendent pas sans combat, nuisent et ne donnent pas la paix aux vainqueurs. Et la partie gagnante se Bat contre eux. Le cimetière du Père Lachaise, dans l'arrondissement de Montmartre, abrite les communes perdantes de France. Ils n'ont pas été épargnés non plus. Par ailleurs, ce n'est pas le" code " qui a analysé le nombre de morts en URSS à 5-10 reprises. D'autre part, Staline était un homme d'état. Il n'a pas patronné ses proches, ses amis et ses copains. Et après sa mort, il n'a trouvé aucune richesse. C'est avec lui, après la fin de l'intervention militaire entre nous en Russie, en 20 ans, qu'il a été très élevé et fait, ce qui a aidé l'URSS dans la guerre avec l'Allemagne et son satellite. Il a toujours mis le dossier public au-dessus du dossier personnel. D'ailleurs, cette attitude envers sa patrie a été manifestée par le général Charles de Gaulle, qui dirigeait la "France Libre". Il n'aimait pas l'URSS. Mais pour la libération et la préservation de la Grandeur de la France, il est allé à la coopération et aux négociations avec l'URSS. Ce sont ses pilotes de l'escadron "Normandie" , puis du régiment "Normandie-Niémen" qui combattent en un seul ordre avec les pilotes soviétiques. Contre les fascistes. On se souvient d'eux en Russie. Parmi eux, 4 Héros de l'Union soviétique. Et l'un d'eux, l'aristocrate français  Roland Paulze d'Ivoy de la Poype.

 

Il y a 2 heures, chanou 34 a dit :

Et après 1945?

En fait, que vouliez-vous savoir?

Modifié par Je suis...
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
chanou 34 Membre 14 802 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 1 minute, Je suis... a dit :

 

 

En fait, que vouliez-vous savoir?

Moi rien. je sais...

C'était juste une petite "limite" mise à votre affirmation comme quoi tous les prisonniers russes en URSS en 1945 étaient des traitres.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
69ans Posté(e)
Gouderien Membre 21 401 messages
Obsédé textuel‚ 69ans
Posté(e)
il y a 11 minutes, Je suis... a dit :

Nous passons en douceur à l'heure d'avant-guerre. Staline était une figure ambiguë. D'un côté la victime dont vous parlez. Mais quelle révolution et la formation ultérieure d'un nouveau pouvoir se font sans victimes? Les partisans de l'ancien pouvoir ne se rendent pas sans combat, nuisent et ne donnent pas la paix aux vainqueurs. Et la partie gagnante se Bat contre eux. Le cimetière du Père Lachaise, dans l'arrondissement de Montmartre, abrite les communes perdantes de France. Ils n'ont pas été épargnés non plus. Par ailleurs, ce n'est pas le" code " qui a analysé le nombre de morts en URSS à 5-10 reprises. D'autre part, Staline était un homme d'état. Il n'a pas patronné ses proches, ses amis et ses copains. Et après sa mort, il n'a trouvé aucune richesse. C'est avec lui, après la fin de l'intervention militaire entre nous en Russie, en 20 ans, qu'il a été très élevé et fait, ce qui a aidé l'URSS dans la guerre avec l'Allemagne et son satellite. Il a toujours mis le dossier public au-dessus du dossier personnel. D'ailleurs, cette attitude envers sa patrie a été manifestée par le général Charles de Gaulle, qui dirigeait la "France Libre". Il n'aimait pas l'URSS. Mais pour la libération et la préservation de la Grandeur de la France, il est allé à la coopération et aux négociations avec l'URSS. Ce sont ses pilotes de l'escadron "Normandie" , puis du régiment "Normandie-Niémen" qui combattent en un seul ordre avec les pilotes soviétiques. Contre les fascistes. On se souvient d'eux en Russie. Parmi eux, 4 Héros de l'Union soviétique. Et l'un d'eux, l'aristocrate français  Roland Paulze d'Ivoy de la Poype.

Pour être complet il faut ajouter que Staline a été un des tyrans les plus sanguinaires de l'Histoire, coupable d'avoir assassiné des millions de personnes et d'en avoir envoyé d'autres millions dans les camps. Il a mené sa barque de façon plus habile que Hitler, et il a gagné la guerre, mais à quel prix!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×