Aller au contenu

L'école, le marché, le cerveau

Messages recommandés

Manufaitduski Invité 4 messages
Baby Forumeur‚ 0ans
Posté(e)

J'ai fait une vidéo, j'aimerais avoir votre avis. Elle est un peu longue, désolé pour ça, j'avais beaucoup de choses à dire. Et j'utilise un langage un peu cru, là encore mes excuses pour ceux que ça va choquer, mais j'estime avoir de très bonnes raisons d'être en colère.

https://www.youtube.com/watch?v=v0hDdHkVAgU&feature=youtu.be

Je résume le contenu:


1. L'école

L'école, ça consiste à passer toutes ses journées assis, en silence, pendant toute son enfance et toute son adolescence. Les élèves sont menacés d'être punis si ils parlent en cours. Or, le cerveau est une machine, un ordinateur biologique, qui se programme par l'habitude et la répétition ("conditionnement", concept de base du comportementalisme). Donc, en pratique, les élèves obéissants sont conditionnés à devenir renfermés à l'école. On leur apprend à être renfermés.

Le syndrome d'Asperger est causé par l'école, mais pas seulement: l'école construit (détruit) la personnalité des introvertis en leur apprenant à se taire toute la journée, tous les jours. L'ensemble de la communauté éducative n'a pas l'air de réaliser, qu'évidemment, devoir passer toute son enfance et toute son adolescence passif et en silence a une influence majeure et désastreuse sur la construction (destruction) de la personnalité des élèves "sages", de ceux qui obéissent quand on leur dit de se taire.

A priori, tous les problèmes rencontrés à l'âge adulte de très grande timidité, de personnalité trop inhibée ("blocages"), d'anxiété, et de très nombreux cas de dépression sont causés par l'école. En particulier, tous les gens qui vont avoir besoin d’anxiolytiques toute leur vie pour pouvoir fonctionner, et il y en a un paquet en France, l'école en est responsable. De la même façon, ce système "éducatif" cause de gros problèmes de rapport au corps: il faut rester assis et immobile toute la journée. On y apprend le déni du corps.

Les théories freudiennes, qui prétendent que ce sont les parents qui ruinent le cerveau de leur enfant en les éduquant n'importe comment, sont erronées: c'est l'école qui gâche tout dans la majeure partie des cas.
Plus un élève est obéissant et appliqué à l'école, plus il va apprendre à se taire (plus son cerveau va s'habituer à se taire), plus il finira introverti, timide, inhibé et anxieux à l'âge adulte.


2. Méritocratie

Le cerveau est une machine, un ordinateur biologique. Certains cerveaux sont plus performants que d'autres, de la même façon que certains ordinateurs sont plus performants que d'autres. On ne choisit pas la performance de son cerveau, de la même façon qu'un ordinateur ne choisit pas la qualité de ses composants. Un bon ordinateur n'est pas plus méritant qu'un mauvais ordinateur. Et pourtant, dans les sociétés humaines, la répartition des richesses (les inégalités) trouve sa justification dans le fait que ceux qui ont un bon ordinateur dans la tête (un bon cerveau) seraient plus méritants que les "idiots".

Ceux qui ont les bons cerveaux, qui sont plus intelligents, qui ont plus de mémoire, plus d'énergie et de motivation pour travailler, ceux qui ont des facilités pour interagir avec les autres, qui comprennent comment améliorer leur apparence, ceux qui voient plus de sens dans leur quotidien, qui ont plus de facilités à trouver du plaisir dans la vie en général, en résumé ceux qui ont plus de capacités que les autres, ne sont pas plus méritants mais plus chanceux. Ils n'ont rien fait pour "mériter" un tel cerveau, ils se sont contentés de naître avec de meilleurs gènes et/ou de recevoir une meilleure éducation. Les bons cerveaux prétendront qu'ils sont plus méritants car ils ont mieux réussi à l'école, mais c'est précisément parce qu'ils avaient les meilleurs cerveaux au départ (intelligence, mémoire, capacité d’attention, voir de l'intérêt dans ce qu'on leur raconte, etc...) qu'ils s'en sont mieux sortis à l'école!

Et les bons cerveaux ont droit à tous les privilèges, aux vies les plus faciles, simplement car ils sont mieux-nés:
-Une vie sociale plus riche: amis, amours.
-Des tas d'avantages dans la vie quotidienne: une plus grande intelligence facilite toutes les tâches du quotidien (courses, corvées administratives, ...), permet de trouver plus facilement des moyens d'améliorer sa vie (les bonnes idées viennent plus facilement). Avoir plus d'énergie rend les corvées du quotidiens moins pénibles. Les meilleurs cerveaux sont en général plus beaux, car il leur est plus facile de prendre soin de leur apparence, savoir comment s'habiller, etc...
-Un meilleur travail: les meilleurs boulots, les plus intéressants, les moins pénibles, sont réservés aux bons cerveaux, aux plus intelligents et aux plus travailleurs.
-Une meilleure rémunération: les boulots les plus pénibles sont aussi les moins bien rémunérés.
-Un meilleur statut social et la possibilité de se sentir supérieurs: comme les bons cerveaux sont considérés par la société comme étant plus méritants, certains ne se gênent pas pour se sentir supérieur, pour mépriser les "idiots".
-L'argent gratuit des revenus du capital pour les plus privilégiés (et ceux qui naissent riches): dans cette société, si tu as de l'argent en "trop", tu peux le placer, et ça t'en rapporte plus. Donc plus tu es riche, moins tu as besoin d'argent en plus (car tu es déjà riche), plus on t'en donne, sans que tu n'aies rien à faire. En pratique, les gens les mieux payés en France sont aussi ceux qui travaillent le moins: les héritiers, les rentiers.
-On donne même des médailles aux meilleurs cerveaux. Pourquoi pas.

A l'inverse, ceux qui naissent avec les mauvais cerveaux sont condamnés aux vies les plus difficiles, aux boulots les plus pénibles, aux rémunérations les plus faibles, et en plus à se faire prendre de haut par les bons cerveaux.

Notre système économique actuel (libéralisme économique, capitalisme, économie de marché) n'a rien d'une méritocratie, il ne fait que légitimer, institutionnaliser et amplifier les inégalités de nature. C'est la loi du plus fort en 1000 fois pire: dans la nature à l'état sauvage, le lion le plus fort n'a qu'un peu plus que le lion le plus faible (20% de plus, 50% peut-être). Dans les sociétés humaines, l'humain le plus fort (celui qui a le meilleur cerveau) a droit à 5 fois plus, 10 fois plus, 100 fois plus, 1000 fois plus. Bernard Arnaud, plus grosse fortune française (2e mondiale) gagne plus, à lui tout seul, qu'un million de smicards réunis! Un système économique qui permet à un individu seul de gagner autant qu'un million d'individus est évidemment grotesque.

La société actuelle est beaucoup plus injuste que la société de l'ancien régime, celle d'avant 1789. Les privilèges de la naissance venant des titres de noblesse ont été remplacés par d'autres privilèges: naître riche ou avec un bon cerveau. Sauf que les privilégiés d'aujourd'hui sont encore plus privilégiés que les nobles de l'ancien régime: les riches d'aujourd'hui gagnent beaucoup plus que les riches d'alors. La fortune personnelle de Bernard Arnaud est beaucoup beaucoup beaucoup plus grosse que ne l'était celle de Louis XIV.

Les sociétés humaines sont beaucoup plus injustes et inégalitaires que les sociétés animales. La civilisation n'a servi qu'à légitimer, institutionnaliser et amplifier les inégalités de nature (bis). Et plus la civilisation progresse, plus les inégalités augmentent. Elles n'ont jamais été aussi élevées qu'aujourd'hui. Les plus faibles, les plus mauvais cerveaux, gagnent toujours aussi peu (le minimum vital, et encore), par contre les revenus des plus riches ont explosé. Et la société n'a jamais été aussi violente avec ceux qui sont tout en bas, les plus faibles, ceux qui ont un cerveau tellement pourri qu'ils n'ont aucune chance de s'en sortir: il n'y a jamais eu autant de gens à la rue et en prison.

Le progrès est allé avant tout à ceux qui le méritaient le moins et qui en avaient le moins besoin (l'élite, ceux qui avaient déjà tout). A l'inverse, ceux à qui aurait dû profiter le progrès, les populations les plus faibles, ceux qui ont les plus mauvais cerveaux, n'en ont pas vu la couleur. La situation s'est même aggravée pour beaucoup d'entre eux. Ceux que Manu, notre bon président, appellent les "premiers de cordée" sont en réalité les "premiers à tirer sur la corde". Pour paraphraser Marx: "La bourgeoisie crée des règles qui avantagent outrageusement la bourgeoisie, et elle prétend ensuite que ces règles sont bonnes pour tout le monde". Les intellectuels, les bons cerveaux ont décidés entre eux que la société devait rémunérer les gens en fonction de la performance du cerveau, donc qu'il est normal que les bons cerveaux soient payés 5 ou 10 fois plus que les mauvais (pas 5 ou 10% de plus, ce serait trop peu), en plus d'avoir déjà droit à tous les avantages en nature.

Un système qui récompense la performance du cerveau est le plus injuste possible: on s'assure que ce sont précisément ceux qui ont les vies les plus faciles (les bons cerveaux) qui vont en plus avoir droit à tous les privilèges que la société peut leur offrir. Ceux qui, au contraire, vont avoir les vies les plus difficiles à cause de leur cerveau moins performant, vont en plus devoir supporter les boulots les plus pénibles et des rémunérations beaucoup plus faibles. Les mauvais cerveaux n'ont aucune raison d'accepter un tel contrat social, de telles règles du jeu. Les dès sont pipés, il n'y a jamais eu d'égalité des chances, la société ne fait qu'amplifier les inégalités de départ.


3. Le secret du fight club

Ce qui différencie l'humain des autres animaux, c'est sa capacité à pouvoir comprendre la façon dont il se construit. Réaliser qu'il a un cerveau et que celui-ci fonctionne d'une certaine façon. Et, en comprenant les mécanismes par lesquels il se construit, l'humain peut avoir une influence sur sa propre construction, et donc sur son propre fonctionnement. Il peut alors choisir de changer, de se changer, de devenir quelqu'un d'autre. En ça, les humains sont plus libres que les autres animaux.

Mais pour pouvoir prendre en main la construction de sa personnalité, pour pouvoir se comprendre et se construire différemment, il faut être au courant. Pour pouvoir avoir de l'influence sur la construction de sa propre personnalité, devenir ce qu'on aimerait devenir, et ne pas rester coincé avec la personnalité qu'on a développé, sans le savoir, au cours de son éducation (et qui peut être désastreuse, voir 1ère partie), il faut avoir une certaine compréhension de son cerveau. Il faut même déjà savoir qu'il est possible de faire ce genre de choses.

Or, il se trouve qu'il existe une sorte de secret autour du cerveau, de la construction de la personnalité, de "l'âme". Un tas de choses se produisent dans la conscience: les informations captées par les cinq sens bien sûr, mais aussi tout un tas de phénomènes mentaux. Le monologue intérieur (la petite voix qu'on a dans la tête, qui papote en permanence), les fantasmes, les souvenirs, les images mentales qui défilent à toute vitesse. On peut certainement dire de la pensée qu'elle est chaotique. Mais, tout comme les animaux, de nombreux humains ne se rendent pas compte de tout cela, car entre le moment où on nait, et le moment où on commence à développer un début d'esprit critique, on s'est déjà habitué à soi, à son propre monde intérieur, au fonctionnement de sa pensée, de sorte qu'on peut tout à fait ne rien réaliser de ce qu'il a de bizarre.

Beaucoup de gens sont au courant pour le "fonctionnement de l'âme", le fait que les comportements humains suivent certaines règles, qu'on peut comprendre ces règles et ainsi mieux comprendre les rapports humains. On peut aussi contourner certaines de ces règles, réussir à s'arracher de sa condition animale, à dépasser ses propres réflexes, ses pulsions naturelles, ses habitudes. Quelqu'un d'anxieux par exemple, si il n'est pas conscient de son monde intérieur, ne va pas réaliser qu'il est anxieux, et l'anxiété va dominer sa vie: il ne pourra rien faire des choses qui le rendent anxieux. Au contraire, si il est conscient de son monde intérieur, et en particulier de son anxiété, il aura l'opportunité de pouvoir la dépasser. Quand on ne sait pas, on ne peut rien y faire.

Et si certains sont au courant, et d'autres pas du tout, ce n'est pas une coïncidence: il se trouve que ceux qui savent ont décidé entre eux de ne pas le dire à ceux qui ne le savent pas. Ils se sont donnés entre eux cette règle d'une idiotie prodigieuse. Évidemment, si eux sont au courant, c'est parce que quelqu'un leur a expliqué comment s'y retrouver dans le chaos de la pensée, comment comprendre le fonctionnement de la machine, de "l'âme". Et pourtant ils considèrent que ce n'est pas important pour les autres. "Les idiots n'ont pas besoin de savoir". Les psys, en particulier, qui en ont fait leur métier, doivent certainement accorder une certaine importance à la compréhension de leur propre monde intérieur. Mais ça ne les dérange pas de cacher délibérément cette information aux autres. Je ne pense pas qu'ils réalisent l'importance que ça aurait eu sur leur vie si on leur avait caché cette information à eux. Pour certains d'entre nous, il est impossible de vivre sans savoir, sans ce "détail". Je ne pense pas qu'ils réalisent qu'ils sont des monstres à faire ça aux autres, à les empêcher d'être humains, à les empêcher d'être libres...

L'élite laisse le peuple dans l'ignorance de sa propre humanité en évitant soigneusement de discuter de certains sujets, d'employer certaines expressions. En particulier, l'école (encore l'école...) n'en parle à aucun moment aux jeunes qu'elle est sensée "éduquer". 15 à 20 ans passés à l'école, et il n'y a pas 5 minutes pour parler de ça. Les médias de masse évitent aussi systématiquement ces sujets. L'élite explique bien tout ça à leurs enfants évidemment, les enfants des psys sont au courant pas de problème, par contre, beaucoup de gens du peuple n'ont pas le droit de savoir. Ce ne doit pas être si important que ça... D'être conscient de soi...

La communauté psy, les intellectuels en général cachent à une partie de la population l'existence même de leur monde intérieur. Ils les privent ainsi de la possibilité d'être humain, ils les privent de la liberté de choisir ce qu'ils veulent devenir. Eux sont au courant, ils se servent de cette information pour pouvoir construire leur vie, et pourtant ils se sentent le droit de priver les autres de cette possibilité, de pouvoir travailler sur leur personnalité et ainsi devenir quelqu'un d'autre, quelqu'un qui souffrirait moins peut-être.

  • Like 1
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
CAL26 Membre 2146 messages
Forumeur alchimiste‚ 46ans
Posté(e)
il y a une heure, Manufaitduski a dit :

J'ai fait une vidéo, j'aimerais avoir votre avis. Elle est un peu longue, désolé pour ça, j'avais beaucoup de choses à dire. Et j'utilise un langage un peu cru, là encore mes excuses pour ceux que ça va choquer, mais j'estime avoir de très bonnes raisons d'être en colère.

https://www.youtube.com/watch?v=v0hDdHkVAgU&feature=youtu.be

Je résume le contenu:


1. L'école

L'école, ça consiste à passer toutes ses journées assis, en silence, pendant toute son enfance et toute son adolescence. Les élèves sont menacés d'être punis si ils parlent en cours. Or, le cerveau est une machine, un ordinateur biologique, qui se programme par l'habitude et la répétition ("conditionnement", concept de base du comportementalisme). Donc, en pratique, les élèves obéissants sont conditionnés à devenir renfermés à l'école. On leur apprend à être renfermés.

Le syndrome d'Asperger est causé par l'école, mais pas seulement: l'école construit (détruit) la personnalité des introvertis en leur apprenant à se taire toute la journée, tous les jours. L'ensemble de la communauté éducative n'a pas l'air de réaliser, qu'évidemment, devoir passer toute son enfance et toute son adolescence passif et en silence a une influence majeure et désastreuse sur la construction (destruction) de la personnalité des élèves "sages", de ceux qui obéissent quand on leur dit de se taire.

A priori, tous les problèmes rencontrés à l'âge adulte de très grande timidité, de personnalité trop inhibée ("blocages"), d'anxiété, et de très nombreux cas de dépression sont causés par l'école. En particulier, tous les gens qui vont avoir besoin d’anxiolytiques toute leur vie pour pouvoir fonctionner, et il y en a un paquet en France, l'école en est responsable. De la même façon, ce système "éducatif" cause de gros problèmes de rapport au corps: il faut rester assis et immobile toute la journée. On y apprend le déni du corps.

Les théories freudiennes, qui prétendent que ce sont les parents qui ruinent le cerveau de leur enfant en les éduquant n'importe comment, sont erronées: c'est l'école qui gâche tout dans la majeure partie des cas.
Plus un élève est obéissant et appliqué à l'école, plus il va apprendre à se taire (plus son cerveau va s'habituer à se taire), plus il finira introverti, timide, inhibé et anxieux à l'âge adulte.


2. Méritocratie

Le cerveau est une machine, un ordinateur biologique. Certains cerveaux sont plus performants que d'autres, de la même façon que certains ordinateurs sont plus performants que d'autres. On ne choisit pas la performance de son cerveau, de la même façon qu'un ordinateur ne choisit pas la qualité de ses composants. Un bon ordinateur n'est pas plus méritant qu'un mauvais ordinateur. Et pourtant, dans les sociétés humaines, la répartition des richesses (les inégalités) trouve sa justification dans le fait que ceux qui ont un bon ordinateur dans la tête (un bon cerveau) seraient plus méritants que les "idiots".

Ceux qui ont les bons cerveaux, qui sont plus intelligents, qui ont plus de mémoire, plus d'énergie et de motivation pour travailler, ceux qui ont des facilités pour interagir avec les autres, qui comprennent comment améliorer leur apparence, ceux qui voient plus de sens dans leur quotidien, qui ont plus de facilités à trouver du plaisir dans la vie en général, en résumé ceux qui ont plus de capacités que les autres, ne sont pas plus méritants mais plus chanceux. Ils n'ont rien fait pour "mériter" un tel cerveau, ils se sont contentés de naître avec de meilleurs gènes et/ou de recevoir une meilleure éducation. Les bons cerveaux prétendront qu'ils sont plus méritants car ils ont mieux réussi à l'école, mais c'est précisément parce qu'ils avaient les meilleurs cerveaux au départ (intelligence, mémoire, capacité d’attention, voir de l'intérêt dans ce qu'on leur raconte, etc...) qu'ils s'en sont mieux sortis à l'école!

Et les bons cerveaux ont droit à tous les privilèges, aux vies les plus faciles, simplement car ils sont mieux-nés:
-Une vie sociale plus riche: amis, amours.
-Des tas d'avantages dans la vie quotidienne: une plus grande intelligence facilite toutes les tâches du quotidien (courses, corvées administratives, ...), permet de trouver plus facilement des moyens d'améliorer sa vie (les bonnes idées viennent plus facilement). Avoir plus d'énergie rend les corvées du quotidiens moins pénibles. Les meilleurs cerveaux sont en général plus beaux, car il leur est plus facile de prendre soin de leur apparence, savoir comment s'habiller, etc...
-Un meilleur travail: les meilleurs boulots, les plus intéressants, les moins pénibles, sont réservés aux bons cerveaux, aux plus intelligents et aux plus travailleurs.
-Une meilleure rémunération: les boulots les plus pénibles sont aussi les moins bien rémunérés.
-Un meilleur statut social et la possibilité de se sentir supérieurs: comme les bons cerveaux sont considérés par la société comme étant plus méritants, certains ne se gênent pas pour se sentir supérieur, pour mépriser les "idiots".
-L'argent gratuit des revenus du capital pour les plus privilégiés (et ceux qui naissent riches): dans cette société, si tu as de l'argent en "trop", tu peux le placer, et ça t'en rapporte plus. Donc plus tu es riche, moins tu as besoin d'argent en plus (car tu es déjà riche), plus on t'en donne, sans que tu n'aies rien à faire. En pratique, les gens les mieux payés en France sont aussi ceux qui travaillent le moins: les héritiers, les rentiers.
-On donne même des médailles aux meilleurs cerveaux. Pourquoi pas.

A l'inverse, ceux qui naissent avec les mauvais cerveaux sont condamnés aux vies les plus difficiles, aux boulots les plus pénibles, aux rémunérations les plus faibles, et en plus à se faire prendre de haut par les bons cerveaux.

Notre système économique actuel (libéralisme économique, capitalisme, économie de marché) n'a rien d'une méritocratie, il ne fait que légitimer, institutionnaliser et amplifier les inégalités de nature. C'est la loi du plus fort en 1000 fois pire: dans la nature à l'état sauvage, le lion le plus fort n'a qu'un peu plus que le lion le plus faible (20% de plus, 50% peut-être). Dans les sociétés humaines, l'humain le plus fort (celui qui a le meilleur cerveau) a droit à 5 fois plus, 10 fois plus, 100 fois plus, 1000 fois plus. Bernard Arnaud, plus grosse fortune française (2e mondiale) gagne plus, à lui tout seul, qu'un million de smicards réunis! Un système économique qui permet à un individu seul de gagner autant qu'un million d'individus est évidemment grotesque.

La société actuelle est beaucoup plus injuste que la société de l'ancien régime, celle d'avant 1789. Les privilèges de la naissance venant des titres de noblesse ont été remplacés par d'autres privilèges: naître riche ou avec un bon cerveau. Sauf que les privilégiés d'aujourd'hui sont encore plus privilégiés que les nobles de l'ancien régime: les riches d'aujourd'hui gagnent beaucoup plus que les riches d'alors. La fortune personnelle de Bernard Arnaud est beaucoup beaucoup beaucoup plus grosse que ne l'était celle de Louis XIV.

Les sociétés humaines sont beaucoup plus injustes et inégalitaires que les sociétés animales. La civilisation n'a servi qu'à légitimer, institutionnaliser et amplifier les inégalités de nature (bis). Et plus la civilisation progresse, plus les inégalités augmentent. Elles n'ont jamais été aussi élevées qu'aujourd'hui. Les plus faibles, les plus mauvais cerveaux, gagnent toujours aussi peu (le minimum vital, et encore), par contre les revenus des plus riches ont explosé. Et la société n'a jamais été aussi violente avec ceux qui sont tout en bas, les plus faibles, ceux qui ont un cerveau tellement pourri qu'ils n'ont aucune chance de s'en sortir: il n'y a jamais eu autant de gens à la rue et en prison.

Le progrès est allé avant tout à ceux qui le méritaient le moins et qui en avaient le moins besoin (l'élite, ceux qui avaient déjà tout). A l'inverse, ceux à qui aurait dû profiter le progrès, les populations les plus faibles, ceux qui ont les plus mauvais cerveaux, n'en ont pas vu la couleur. La situation s'est même aggravée pour beaucoup d'entre eux. Ceux que Manu, notre bon président, appellent les "premiers de cordée" sont en réalité les "premiers à tirer sur la corde". Pour paraphraser Marx: "La bourgeoisie crée des règles qui avantagent outrageusement la bourgeoisie, et elle prétend ensuite que ces règles sont bonnes pour tout le monde". Les intellectuels, les bons cerveaux ont décidés entre eux que la société devait rémunérer les gens en fonction de la performance du cerveau, donc qu'il est normal que les bons cerveaux soient payés 5 ou 10 fois plus que les mauvais (pas 5 ou 10% de plus, ce serait trop peu), en plus d'avoir déjà droit à tous les avantages en nature.

Un système qui récompense la performance du cerveau est le plus injuste possible: on s'assure que ce sont précisément ceux qui ont les vies les plus faciles (les bons cerveaux) qui vont en plus avoir droit à tous les privilèges que la société peut leur offrir. Ceux qui, au contraire, vont avoir les vies les plus difficiles à cause de leur cerveau moins performant, vont en plus devoir supporter les boulots les plus pénibles et des rémunérations beaucoup plus faibles. Les mauvais cerveaux n'ont aucune raison d'accepter un tel contrat social, de telles règles du jeu. Les dès sont pipés, il n'y a jamais eu d'égalité des chances, la société ne fait qu'amplifier les inégalités de départ.


3. Le secret du fight club

Ce qui différencie l'humain des autres animaux, c'est sa capacité à pouvoir comprendre la façon dont il se construit. Réaliser qu'il a un cerveau et que celui-ci fonctionne d'une certaine façon. Et, en comprenant les mécanismes par lesquels il se construit, l'humain peut avoir une influence sur sa propre construction, et donc sur son propre fonctionnement. Il peut alors choisir de changer, de se changer, de devenir quelqu'un d'autre. En ça, les humains sont plus libres que les autres animaux.

Mais pour pouvoir prendre en main la construction de sa personnalité, pour pouvoir se comprendre et se construire différemment, il faut être au courant. Pour pouvoir avoir de l'influence sur la construction de sa propre personnalité, devenir ce qu'on aimerait devenir, et ne pas rester coincé avec la personnalité qu'on a développé, sans le savoir, au cours de son éducation (et qui peut être désastreuse, voir 1ère partie), il faut avoir une certaine compréhension de son cerveau. Il faut même déjà savoir qu'il est possible de faire ce genre de choses.

Or, il se trouve qu'il existe une sorte de secret autour du cerveau, de la construction de la personnalité, de "l'âme". Un tas de choses se produisent dans la conscience: les informations captées par les cinq sens bien sûr, mais aussi tout un tas de phénomènes mentaux. Le monologue intérieur (la petite voix qu'on a dans la tête, qui papote en permanence), les fantasmes, les souvenirs, les images mentales qui défilent à toute vitesse. On peut certainement dire de la pensée qu'elle est chaotique. Mais, tout comme les animaux, de nombreux humains ne se rendent pas compte de tout cela, car entre le moment où on nait, et le moment où on commence à développer un début d'esprit critique, on s'est déjà habitué à soi, à son propre monde intérieur, au fonctionnement de sa pensée, de sorte qu'on peut tout à fait ne rien réaliser de ce qu'il a de bizarre.

Beaucoup de gens sont au courant pour le "fonctionnement de l'âme", le fait que les comportements humains suivent certaines règles, qu'on peut comprendre ces règles et ainsi mieux comprendre les rapports humains. On peut aussi contourner certaines de ces règles, réussir à s'arracher de sa condition animale, à dépasser ses propres réflexes, ses pulsions naturelles, ses habitudes. Quelqu'un d'anxieux par exemple, si il n'est pas conscient de son monde intérieur, ne va pas réaliser qu'il est anxieux, et l'anxiété va dominer sa vie: il ne pourra rien faire des choses qui le rendent anxieux. Au contraire, si il est conscient de son monde intérieur, et en particulier de son anxiété, il aura l'opportunité de pouvoir la dépasser. Quand on ne sait pas, on ne peut rien y faire.

Et si certains sont au courant, et d'autres pas du tout, ce n'est pas une coïncidence: il se trouve que ceux qui savent ont décidé entre eux de ne pas le dire à ceux qui ne le savent pas. Ils se sont donnés entre eux cette règle d'une idiotie prodigieuse. Évidemment, si eux sont au courant, c'est parce que quelqu'un leur a expliqué comment s'y retrouver dans le chaos de la pensée, comment comprendre le fonctionnement de la machine, de "l'âme". Et pourtant ils considèrent que ce n'est pas important pour les autres. "Les idiots n'ont pas besoin de savoir". Les psys, en particulier, qui en ont fait leur métier, doivent certainement accorder une certaine importance à la compréhension de leur propre monde intérieur. Mais ça ne les dérange pas de cacher délibérément cette information aux autres. Je ne pense pas qu'ils réalisent l'importance que ça aurait eu sur leur vie si on leur avait caché cette information à eux. Pour certains d'entre nous, il est impossible de vivre sans savoir, sans ce "détail". Je ne pense pas qu'ils réalisent qu'ils sont des monstres à faire ça aux autres, à les empêcher d'être humains, à les empêcher d'être libres...

L'élite laisse le peuple dans l'ignorance de sa propre humanité en évitant soigneusement de discuter de certains sujets, d'employer certaines expressions. En particulier, l'école (encore l'école...) n'en parle à aucun moment aux jeunes qu'elle est sensée "éduquer". 15 à 20 ans passés à l'école, et il n'y a pas 5 minutes pour parler de ça. Les médias de masse évitent aussi systématiquement ces sujets. L'élite explique bien tout ça à leurs enfants évidemment, les enfants des psys sont au courant pas de problème, par contre, beaucoup de gens du peuple n'ont pas le droit de savoir. Ce ne doit pas être si important que ça... D'être conscient de soi...

La communauté psy, les intellectuels en général cachent à une partie de la population l'existence même de leur monde intérieur. Ils les privent ainsi de la possibilité d'être humain, ils les privent de la liberté de choisir ce qu'ils veulent devenir. Eux sont au courant, ils se servent de cette information pour pouvoir construire leur vie, et pourtant ils se sentent le droit de priver les autres de cette possibilité, de pouvoir travailler sur leur personnalité et ainsi devenir quelqu'un d'autre, quelqu'un qui souffrirait moins peut-être.

On est encore loin de savoir avec précision et finesse comment fonctionne un cerveau humain et d'autant plus de maîtriser l'ensemble des facteurs qui expliquent les différence interindividuelles dans le fonctionnement cognitif. Mais les avancées dans la recherche, accomplies par les neurosciences, se diffusent de plus en plus et en général le savoir se diffuse de plus en plus.

Alors les inégalités ont tendance à se creuser de nouveau mais la situation des plus pauvres d'un pays comme la France est largement meilleure que celle du peuple qui subissait l'ancien régime. Il me semble plus légitime de faire reposer la méritocratie sur la réussite de l'intelligence que sur une soi-disant filiation divine. D'autant que l'intelligence, qui reste à définir mais dont on a une certaine approche,  a permis à homo sapiens de survivre. Alors que l'apport individuel dans l'intelligence collective soit récompensé me paraît légitime.

Il s'agit donc et surtout d'atténuer les inégalités. mais serait-il sage de vouloir les faire disparaître?

Modifié par CAL26
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
stvi Membre 17428 messages
Forumeur alchimiste‚ 108ans
Posté(e)
Il y a 3 heures, Manufaitduski a dit :

La communauté psy, les intellectuels en général cachent à une partie de la population l'existence même de leur monde intérieur. Ils les privent ainsi de la possibilité d'être humain, ils les privent de la liberté de choisir ce qu'ils veulent devenir. Eux sont au courant, ils se servent de cette information pour pouvoir construire leur vie, et pourtant ils se sentent le droit de priver les autres de cette possibilité, de pouvoir travailler sur leur personnalité et ainsi devenir quelqu'un d'autre, quelqu'un qui souffrirait moins peut-être.

pourquoi voudrais tu qu'il y ait des secrets de la part d'une population envers une autre ... peut être qu'ils ne se donnent pas le mal d'expliquer , mais il faudrait d'abord expliquer à l'autre que son cerveau fonctionne moins bien , qu'il n'est pas à l'écoute de ceux qui pourraient lui expliquer ... en fait tu infantilises, pire ça peut s'apparenter à du mépris ... le plus bel exemple c'est Macron qui ,lorsqu'il essaie d'expliquer par des formules maladroite sa politique se fait traiter de méprisant ....

pour le reste , félicitation , c'est clair et ta  théorie intéressante  , ça donne à réfléchir ,dommage que je n'ouvre pas les vidéos

 

Modifié par stvi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cheuwing Membre 12578 messages
Forumeur alchimiste‚ 35ans
Posté(e)
Il y a 3 heures, Manufaitduski a dit :

Le syndrome d'Asperger est causé par l'école

quand je lis ça , on va dire que ça commence mal

mais après le reste sur l'école qui se voit attribuer tous les maux

puis la théorie sur les bons et les mauvais cerveaux qui impliquerait forcément le futur comment dire ,c'est mettre de coté tout un ensemble de paramètres dont l'un qui est la condition social,

Il y a 3 heures, Manufaitduski a dit :

C'est la loi du plus fort en 1000 fois pire: dans la nature à l'état sauvage, le lion le plus fort n'a qu'un peu plus que le lion le plus faible (20% de plus, 50% peut-être). Dans les sociétés humaines, l'humain le plus fort (celui qui a le meilleur cerveau) a droit à 5 fois plus, 10 fois plus, 100 fois plus, 1000 fois plus.

sur quoi se base cette affirmation ?

je passe sur les affirmations que l'on vit plus injustement actuellement que sous l'ancien régime, doit je expliquer l'égalité de droit ? l'égalité de participation citoyenne ?

 

ah ! et ce fameux couplet sur l'élite qui cache des choses :rolle:

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Plouj Membre 35925 messages
Voyageur‚ 64ans
Posté(e)

Rien que le n° 1 me suffit !

Que je sache, l'école n'est pas obligatoire.

Si on ne veut pas de cette "machine", on fait autrement !

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 59869 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 47ans
Posté(e)

 

Citation


2. Méritocratie

Le cerveau est une machine, un ordinateur biologique. Certains cerveaux sont plus performants que d'autres, de la même façon que certains ordinateurs sont plus performants que d'autres. On ne choisit pas la performance de son cerveau, de la même façon qu'un ordinateur ne choisit pas la qualité de ses composants. Un bon ordinateur n'est pas plus méritant qu'un mauvais ordinateur. Et pourtant, dans les sociétés humaines, la répartition des richesses (les inégalités) trouve sa justification dans le fait que ceux qui ont un bon ordinateur dans la tête (un bon cerveau) seraient plus méritants que les "idiots".

Ceux qui ont les bons cerveaux, qui sont plus intelligents, qui ont plus de mémoire, plus d'énergie et de motivation pour travailler, ceux qui ont des facilités pour interagir avec les autres, qui comprennent comment améliorer leur apparence, ceux qui voient plus de sens dans leur quotidien, qui ont plus de facilités à trouver du plaisir dans la vie en général, en résumé ceux qui ont plus de capacités que les autres, ne sont pas plus méritants mais plus chanceux. Ils n'ont rien fait pour "mériter" un tel cerveau, ils se sont contentés de naître avec de meilleurs gènes et/ou de recevoir une meilleure éducation. Les bons cerveaux prétendront qu'ils sont plus méritants car ils ont mieux réussi à l'école, mais c'est précisément parce qu'ils avaient les meilleurs cerveaux au départ (intelligence, mémoire, capacité d’attention, voir de l'intérêt dans ce qu'on leur raconte, etc...) qu'ils s'en sont mieux sortis à l'école!

Ca peut être compensé par un physique avantageux Ou des talents cachés 

Sinon d’où pêches tu que les bons cerveaux se disent méritants ?

Par ailleurs pour info les élèves très précoces ( pas sexuellement) ont souvent de grandes difficultés à l’école donc au final ta categorisation me paraît être une forme de racisme , une essentialisation des personnes ayant certains types de qualités intellectuelles.

Modifié par DroitDeRéponse
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
saxopap Membre 4467 messages
SaXo‚ 99ans
Posté(e)

 

Il y a 12 heures, Manufaitduski a dit :

J'ai fait une vidéo, j'aimerais avoir votre avis. Elle est un peu longue, désolé pour ça, j'avais beaucoup de choses à dire. Et j'utilise un langage un peu cru, là encore mes excuses pour ceux que ça va choquer, mais j'estime avoir de très bonnes raisons d'être en colère.

https://www.youtube.com/watch?v=v0hDdHkVAgU&feature=youtu.be

Je résume le contenu:

..........La communauté psy, les intellectuels en général cachent à une partie de la population l'existence même de leur monde intérieur. Ils les privent ainsi de la possibilité d'être humain, ils les privent de la liberté de choisir ce qu'ils veulent devenir. Eux sont au courant, ils se servent de cette information pour pouvoir construire leur vie, et pourtant ils se sentent le droit de priver les autres de cette possibilité, de pouvoir travailler sur leur personnalité et ainsi devenir quelqu'un d'autre, quelqu'un qui souffrirait moins peut-être.

_ je suis ok sur le temps passé en classe, trop long, trop fatiguant. 

_ je ne comprends ce que viennent faire ici les autistes asperger, ( de haut niveau) dont nous savons que leurs exceptionnelles performances sont (je simplifie) accompagnées " d'intérêts restreints ". Quand à imaginer qu'ils sont le fruit d'un enseignement particulier, il a bien longtemps que nos pédopsychiatres se sont éloignés de cette origine douteuse. 

_ je me suis laissé dire que nos enseignants ont une mission bien définie: instruire sans influencer, donner à l'enfant les moyens d'exercer son libre arbitre. 

_ Depuis l'homme de Cro-Magnon , nos cerveaux sont identiques avec évidement des aptitudes variées. L'école, l'acquisition des connaissances nécessite un travail personnel dont chacun est capable.

 

Il y a 6 heures, DroitDeRéponse a dit :

 

Ca peut être compensé par un physique avantageux Ou des talents cachés 

;)

Il y a 6 heures, DroitDeRéponse a dit :

Sinon d’où pêches tu que les bons cerveaux se disent méritants ?

Par ailleurs pour info les élèves très précoces ( pas sexuellement) ont souvent de grandes difficultés à l’école donc au final ta categorisation me paraît être une forme de racisme , une essentialisation des personnes ayant certains types de qualités intellectuelles.

Oui tout à fait. La vie scolaire est une épreuve bien plus grande pour un grand nombre d'enfants dont le QI est élevé.

Ainsi il faut être honnête et reconnaitre que chaque enfant a ses propres difficultés ou réussites quelque soit son atout génétique intellectuel au départ. 

tu as écrit:

....Eux sont au courant, ils se servent de cette information pour pouvoir construire leur vie, et pourtant ils se sentent le droit de priver les autres de cette possibilité, de pouvoir travailler sur leur personnalité et ainsi devenir quelqu'un d'autre, quelqu'un qui souffrirait moins peut-être.

Je peux me tromper, mal interpréter tes dires. Il me semble pourtant que tu es dans une sorte de théorie du complot lorsque tu penses que certains érudits "savent" et garderaient pour eux certaines clés donnant accès à plus de fluidité s'agissant de la transmission du savoir.

je comprends alors ta colère, tes doutes et tes accusations s'agissant de "l'enseignement"

Puis je te dire alors que tu sombres toi même dans un certain schéma, celui de la "dictature des évidences" alors que ce sont TES évidences et qu'elles mériteraient d'être réévaluées par tes soins.

bien amicalement

SaXo

 

Modifié par saxopap

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Talon 1 Membre 8578 messages
Talon 1‚ 73ans
Posté(e)
Il y a 14 heures, Manufaitduski a dit :

D'être conscient de soi...

Un aléa génétique a supprimé un chromosome qui limitait la masse cérébrale. Le cerveau s'est développé jusqu'à atteindre la capacité de "conscience de soi." Donc nous sommes deux : un qui agit, l'autre qui observe. La morale part de là. Les projets itou. Nous savons que nous savons (frotte bien). En contrepartie, nous savons aussi que notre fin est inéluctable. Et les moyens de l'oublier a produit la civilisation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
rokutonoken Membre 725 messages
Forumeur forcené‚ 45ans
Posté(e)

Beaucoup de blabla pas un lien vers un article scientifique.

"Le syndrome d'Asperger est causé par l'école" n'importe quoi ! Comme tous les autistes, les Aspergers n'aiment pas le bruit, l'agitation et les contacts physiques, donc rester assis en classe dans le silence plaît particulièrement aux Aspergers, mais de là à y trouver une cause...

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
épixès Membre 738 messages
Forumeur forcené‚ 45ans
Posté(e)
Il y a 22 heures, Manufaitduski a dit :

J'ai fait une vidéo, j'aimerais avoir votre avis. Elle est un peu longue, désolé pour ça, j'avais beaucoup de choses à dire. Et j'utilise un langage un peu cru, là encore mes excuses pour ceux que ça va choquer, mais j'estime avoir de très bonnes raisons d'être en colère.

https://www.youtube.com/watch?v=v0hDdHkVAgU&feature=youtu.be

Je résume le contenu:


1. L'école

L'école, ça consiste à passer toutes ses journées assis, en silence, pendant toute son enfance et toute son adolescence. Les élèves sont menacés d'être punis si ils parlent en cours. Or, le cerveau est une machine, un ordinateur biologique, qui se programme par l'habitude et la répétition ("conditionnement", concept de base du comportementalisme). Donc, en pratique, les élèves obéissants sont conditionnés à devenir renfermés à l'école. On leur apprend à être renfermés.

Le syndrome d'Asperger est causé par l'école, mais pas seulement: l'école construit (détruit) la personnalité des introvertis en leur apprenant à se taire toute la journée, tous les jours. L'ensemble de la communauté éducative n'a pas l'air de réaliser, qu'évidemment, devoir passer toute son enfance et toute son adolescence passif et en silence a une influence majeure et désastreuse sur la construction (destruction) de la personnalité des élèves "sages", de ceux qui obéissent quand on leur dit de se taire.

A priori, tous les problèmes rencontrés à l'âge adulte de très grande timidité, de personnalité trop inhibée ("blocages"), d'anxiété, et de très nombreux cas de dépression sont causés par l'école. En particulier, tous les gens qui vont avoir besoin d’anxiolytiques toute leur vie pour pouvoir fonctionner, et il y en a un paquet en France, l'école en est responsable. De la même façon, ce système "éducatif" cause de gros problèmes de rapport au corps: il faut rester assis et immobile toute la journée. On y apprend le déni du corps.

Les théories freudiennes, qui prétendent que ce sont les parents qui ruinent le cerveau de leur enfant en les éduquant n'importe comment, sont erronées: c'est l'école qui gâche tout dans la majeure partie des cas.
Plus un élève est obéissant et appliqué à l'école, plus il va apprendre à se taire (plus son cerveau va s'habituer à se taire), plus il finira introverti, timide, inhibé et anxieux à l'âge adulte.


2. Méritocratie

Le cerveau est une machine, un ordinateur biologique. Certains cerveaux sont plus performants que d'autres, de la même façon que certains ordinateurs sont plus performants que d'autres. On ne choisit pas la performance de son cerveau, de la même façon qu'un ordinateur ne choisit pas la qualité de ses composants. Un bon ordinateur n'est pas plus méritant qu'un mauvais ordinateur. Et pourtant, dans les sociétés humaines, la répartition des richesses (les inégalités) trouve sa justification dans le fait que ceux qui ont un bon ordinateur dans la tête (un bon cerveau) seraient plus méritants que les "idiots".

Ceux qui ont les bons cerveaux, qui sont plus intelligents, qui ont plus de mémoire, plus d'énergie et de motivation pour travailler, ceux qui ont des facilités pour interagir avec les autres, qui comprennent comment améliorer leur apparence, ceux qui voient plus de sens dans leur quotidien, qui ont plus de facilités à trouver du plaisir dans la vie en général, en résumé ceux qui ont plus de capacités que les autres, ne sont pas plus méritants mais plus chanceux. Ils n'ont rien fait pour "mériter" un tel cerveau, ils se sont contentés de naître avec de meilleurs gènes et/ou de recevoir une meilleure éducation. Les bons cerveaux prétendront qu'ils sont plus méritants car ils ont mieux réussi à l'école, mais c'est précisément parce qu'ils avaient les meilleurs cerveaux au départ (intelligence, mémoire, capacité d’attention, voir de l'intérêt dans ce qu'on leur raconte, etc...) qu'ils s'en sont mieux sortis à l'école!

Et les bons cerveaux ont droit à tous les privilèges, aux vies les plus faciles, simplement car ils sont mieux-nés:
-Une vie sociale plus riche: amis, amours.
-Des tas d'avantages dans la vie quotidienne: une plus grande intelligence facilite toutes les tâches du quotidien (courses, corvées administratives, ...), permet de trouver plus facilement des moyens d'améliorer sa vie (les bonnes idées viennent plus facilement). Avoir plus d'énergie rend les corvées du quotidiens moins pénibles. Les meilleurs cerveaux sont en général plus beaux, car il leur est plus facile de prendre soin de leur apparence, savoir comment s'habiller, etc...
-Un meilleur travail: les meilleurs boulots, les plus intéressants, les moins pénibles, sont réservés aux bons cerveaux, aux plus intelligents et aux plus travailleurs.
-Une meilleure rémunération: les boulots les plus pénibles sont aussi les moins bien rémunérés.
-Un meilleur statut social et la possibilité de se sentir supérieurs: comme les bons cerveaux sont considérés par la société comme étant plus méritants, certains ne se gênent pas pour se sentir supérieur, pour mépriser les "idiots".
-L'argent gratuit des revenus du capital pour les plus privilégiés (et ceux qui naissent riches): dans cette société, si tu as de l'argent en "trop", tu peux le placer, et ça t'en rapporte plus. Donc plus tu es riche, moins tu as besoin d'argent en plus (car tu es déjà riche), plus on t'en donne, sans que tu n'aies rien à faire. En pratique, les gens les mieux payés en France sont aussi ceux qui travaillent le moins: les héritiers, les rentiers.
-On donne même des médailles aux meilleurs cerveaux. Pourquoi pas.

A l'inverse, ceux qui naissent avec les mauvais cerveaux sont condamnés aux vies les plus difficiles, aux boulots les plus pénibles, aux rémunérations les plus faibles, et en plus à se faire prendre de haut par les bons cerveaux.

Notre système économique actuel (libéralisme économique, capitalisme, économie de marché) n'a rien d'une méritocratie, il ne fait que légitimer, institutionnaliser et amplifier les inégalités de nature. C'est la loi du plus fort en 1000 fois pire: dans la nature à l'état sauvage, le lion le plus fort n'a qu'un peu plus que le lion le plus faible (20% de plus, 50% peut-être). Dans les sociétés humaines, l'humain le plus fort (celui qui a le meilleur cerveau) a droit à 5 fois plus, 10 fois plus, 100 fois plus, 1000 fois plus. Bernard Arnaud, plus grosse fortune française (2e mondiale) gagne plus, à lui tout seul, qu'un million de smicards réunis! Un système économique qui permet à un individu seul de gagner autant qu'un million d'individus est évidemment grotesque.

La société actuelle est beaucoup plus injuste que la société de l'ancien régime, celle d'avant 1789. Les privilèges de la naissance venant des titres de noblesse ont été remplacés par d'autres privilèges: naître riche ou avec un bon cerveau. Sauf que les privilégiés d'aujourd'hui sont encore plus privilégiés que les nobles de l'ancien régime: les riches d'aujourd'hui gagnent beaucoup plus que les riches d'alors. La fortune personnelle de Bernard Arnaud est beaucoup beaucoup beaucoup plus grosse que ne l'était celle de Louis XIV.

Les sociétés humaines sont beaucoup plus injustes et inégalitaires que les sociétés animales. La civilisation n'a servi qu'à légitimer, institutionnaliser et amplifier les inégalités de nature (bis). Et plus la civilisation progresse, plus les inégalités augmentent. Elles n'ont jamais été aussi élevées qu'aujourd'hui. Les plus faibles, les plus mauvais cerveaux, gagnent toujours aussi peu (le minimum vital, et encore), par contre les revenus des plus riches ont explosé. Et la société n'a jamais été aussi violente avec ceux qui sont tout en bas, les plus faibles, ceux qui ont un cerveau tellement pourri qu'ils n'ont aucune chance de s'en sortir: il n'y a jamais eu autant de gens à la rue et en prison.

Le progrès est allé avant tout à ceux qui le méritaient le moins et qui en avaient le moins besoin (l'élite, ceux qui avaient déjà tout). A l'inverse, ceux à qui aurait dû profiter le progrès, les populations les plus faibles, ceux qui ont les plus mauvais cerveaux, n'en ont pas vu la couleur. La situation s'est même aggravée pour beaucoup d'entre eux. Ceux que Manu, notre bon président, appellent les "premiers de cordée" sont en réalité les "premiers à tirer sur la corde". Pour paraphraser Marx: "La bourgeoisie crée des règles qui avantagent outrageusement la bourgeoisie, et elle prétend ensuite que ces règles sont bonnes pour tout le monde". Les intellectuels, les bons cerveaux ont décidés entre eux que la société devait rémunérer les gens en fonction de la performance du cerveau, donc qu'il est normal que les bons cerveaux soient payés 5 ou 10 fois plus que les mauvais (pas 5 ou 10% de plus, ce serait trop peu), en plus d'avoir déjà droit à tous les avantages en nature.

Un système qui récompense la performance du cerveau est le plus injuste possible: on s'assure que ce sont précisément ceux qui ont les vies les plus faciles (les bons cerveaux) qui vont en plus avoir droit à tous les privilèges que la société peut leur offrir. Ceux qui, au contraire, vont avoir les vies les plus difficiles à cause de leur cerveau moins performant, vont en plus devoir supporter les boulots les plus pénibles et des rémunérations beaucoup plus faibles. Les mauvais cerveaux n'ont aucune raison d'accepter un tel contrat social, de telles règles du jeu. Les dès sont pipés, il n'y a jamais eu d'égalité des chances, la société ne fait qu'amplifier les inégalités de départ.


3. Le secret du fight club

Ce qui différencie l'humain des autres animaux, c'est sa capacité à pouvoir comprendre la façon dont il se construit. Réaliser qu'il a un cerveau et que celui-ci fonctionne d'une certaine façon. Et, en comprenant les mécanismes par lesquels il se construit, l'humain peut avoir une influence sur sa propre construction, et donc sur son propre fonctionnement. Il peut alors choisir de changer, de se changer, de devenir quelqu'un d'autre. En ça, les humains sont plus libres que les autres animaux.

Mais pour pouvoir prendre en main la construction de sa personnalité, pour pouvoir se comprendre et se construire différemment, il faut être au courant. Pour pouvoir avoir de l'influence sur la construction de sa propre personnalité, devenir ce qu'on aimerait devenir, et ne pas rester coincé avec la personnalité qu'on a développé, sans le savoir, au cours de son éducation (et qui peut être désastreuse, voir 1ère partie), il faut avoir une certaine compréhension de son cerveau. Il faut même déjà savoir qu'il est possible de faire ce genre de choses.

Or, il se trouve qu'il existe une sorte de secret autour du cerveau, de la construction de la personnalité, de "l'âme". Un tas de choses se produisent dans la conscience: les informations captées par les cinq sens bien sûr, mais aussi tout un tas de phénomènes mentaux. Le monologue intérieur (la petite voix qu'on a dans la tête, qui papote en permanence), les fantasmes, les souvenirs, les images mentales qui défilent à toute vitesse. On peut certainement dire de la pensée qu'elle est chaotique. Mais, tout comme les animaux, de nombreux humains ne se rendent pas compte de tout cela, car entre le moment où on nait, et le moment où on commence à développer un début d'esprit critique, on s'est déjà habitué à soi, à son propre monde intérieur, au fonctionnement de sa pensée, de sorte qu'on peut tout à fait ne rien réaliser de ce qu'il a de bizarre.

Beaucoup de gens sont au courant pour le "fonctionnement de l'âme", le fait que les comportements humains suivent certaines règles, qu'on peut comprendre ces règles et ainsi mieux comprendre les rapports humains. On peut aussi contourner certaines de ces règles, réussir à s'arracher de sa condition animale, à dépasser ses propres réflexes, ses pulsions naturelles, ses habitudes. Quelqu'un d'anxieux par exemple, si il n'est pas conscient de son monde intérieur, ne va pas réaliser qu'il est anxieux, et l'anxiété va dominer sa vie: il ne pourra rien faire des choses qui le rendent anxieux. Au contraire, si il est conscient de son monde intérieur, et en particulier de son anxiété, il aura l'opportunité de pouvoir la dépasser. Quand on ne sait pas, on ne peut rien y faire.

Et si certains sont au courant, et d'autres pas du tout, ce n'est pas une coïncidence: il se trouve que ceux qui savent ont décidé entre eux de ne pas le dire à ceux qui ne le savent pas. Ils se sont donnés entre eux cette règle d'une idiotie prodigieuse. Évidemment, si eux sont au courant, c'est parce que quelqu'un leur a expliqué comment s'y retrouver dans le chaos de la pensée, comment comprendre le fonctionnement de la machine, de "l'âme". Et pourtant ils considèrent que ce n'est pas important pour les autres. "Les idiots n'ont pas besoin de savoir". Les psys, en particulier, qui en ont fait leur métier, doivent certainement accorder une certaine importance à la compréhension de leur propre monde intérieur. Mais ça ne les dérange pas de cacher délibérément cette information aux autres. Je ne pense pas qu'ils réalisent l'importance que ça aurait eu sur leur vie si on leur avait caché cette information à eux. Pour certains d'entre nous, il est impossible de vivre sans savoir, sans ce "détail". Je ne pense pas qu'ils réalisent qu'ils sont des monstres à faire ça aux autres, à les empêcher d'être humains, à les empêcher d'être libres...

L'élite laisse le peuple dans l'ignorance de sa propre humanité en évitant soigneusement de discuter de certains sujets, d'employer certaines expressions. En particulier, l'école (encore l'école...) n'en parle à aucun moment aux jeunes qu'elle est sensée "éduquer". 15 à 20 ans passés à l'école, et il n'y a pas 5 minutes pour parler de ça. Les médias de masse évitent aussi systématiquement ces sujets. L'élite explique bien tout ça à leurs enfants évidemment, les enfants des psys sont au courant pas de problème, par contre, beaucoup de gens du peuple n'ont pas le droit de savoir. Ce ne doit pas être si important que ça... D'être conscient de soi...

La communauté psy, les intellectuels en général cachent à une partie de la population l'existence même de leur monde intérieur. Ils les privent ainsi de la possibilité d'être humain, ils les privent de la liberté de choisir ce qu'ils veulent devenir. Eux sont au courant, ils se servent de cette information pour pouvoir construire leur vie, et pourtant ils se sentent le droit de priver les autres de cette possibilité, de pouvoir travailler sur leur personnalité et ainsi devenir quelqu'un d'autre, quelqu'un qui souffrirait moins peut-être.

Force est de constater que vous écrivez plutôt bien pour votre âge: moi il m'a fallu atteindre au moins 2 ans avant d'être capable d'avoir une telle prose.

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
saxopap Membre 4467 messages
SaXo‚ 99ans
Posté(e)
il y a 6 minutes, épixès a dit :

Force est de constater que vous écrivez plutôt bien pour votre âge: moi il m'a fallu atteindre au moins 2 ans avant d'être capable d'avoir une telle prose.

Ou étaient ils placés ces 2 ans?  avant ou après votre naissance? :dance:

Les perf in utero ne cessent de nous surprendre! 

Modifié par saxopap
  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Manufaitduski Invité 4 messages
Baby Forumeur‚ 0ans
Posté(e)
Le 13/09/2019 à 19:42, CAL26 a dit :

Alors les inégalités ont tendance à se creuser de nouveau mais la situation des plus pauvres d'un pays comme la France est largement meilleure que celle du peuple qui subissait l'ancien régime.

Tu penses que les sdf d'aujourd'hui vivent mieux que les pauvres de l'ancien régime? Personnellement, je ne pense pas qu'ils vivent mieux que des hommes des cavernes. Au moins l'homme des cavernes a un abri pour la nuit.

J'irai encore plus loin: dans un passage de la vidéo (42:38) je fais la comparaison entre les esclaves de Voltaires (Voltaire avait des esclaves apparemment), et les ouvriers qui travaillent à la chaîne aujourd'hui. J'affirme que les ouvriers d'aujourd'hui ont une vie plus difficile que les esclaves de Voltaires: l'ouvrier ne gagne que de quoi se payer le minimum (ce à quoi avaient droit les esclaves de Voltaire: un endroit pour dormir, à manger, et de quoi se vêtir), et le travail de l'ouvrier est BEAUCOUP plus pénible que ne devait l'être celui des esclaves de Voltaire.

Le progrès, les richesses additionnelles produites, auraient dû aller en priorité à ceux qui n'ont rien, au lieu de ça elles sont allées à ceux qui avaient déjà tout. La version du "progrès" que vend Manu est une blague de mauvais goût.

Le 13/09/2019 à 19:42, CAL26 a dit :

Il me semble plus légitime de faire reposer la méritocratie sur la réussite de l'intelligence que sur une soi-disant filiation divine.

Sauf que c'est la loterie de la naissance du coup (exactement comme pour les titres de noblesse): tu nais avec un bon cerveau, tu vas avoir une vie quotidienne plus facile, une vie sociale plus riche, un boulot plus intéressant et moins pénible, et BEAUCOUP plus d'argent. A l'inverse, si tu nais avec un mauvais cerveau, tu vas galérer pour tout au quotidien, avoir un boulot ultra pénible, et être payé au lance-pierre.

Pas besoin de compenser ceux qui ont eu la malchance de mal-naître et qui vont connaître toutes les difficultés du monde dans le quotidien, c'est mieux de donner tout l'argent et tous les privilèges à ceux qui ne savent même pas que ce genre de difficultés existent, puisqu'ils n'en font jamais l'expérience.

Le 13/09/2019 à 19:42, CAL26 a dit :

Il s'agit donc et surtout d'atténuer les inégalités. mais serait-il sage de vouloir les faire disparaître?

Avant de se poser la question de leur disparition, il faudrait peut-être d'abord qu'elles arrêtent d'augmenter.
Ça ne te semble pas grotesque Bernard Arnaud qui gagne plus à lui tout seul qu'un million de smicards? Un individu seul qui gagne plus qu'un million d'individus? En quoi est-ce une bonne répartition des richesses? Une répartition équitable?

 

Le 13/09/2019 à 20:59, stvi a dit :

en fait tu infantilises, pire ça peut s'apparenter à du mépris ...

Non pas du tout. Je n'ai aucun mépris pour les mauvais cerveaux. J'en ai un moi même (et j'affirme que c'est l'école qui me l'a ruiné), et ça m'a causé une vie de souffrance. Je sais ce que c'est de galérer pour tout, de n'arriver à rien, de ne voir de sens dans rien, de penser au suicide constamment.

Les mauvais cerveaux sont plus méritants que les bons. Ce sont les bons cerveaux qui nous dirigent que je méprise. A s'être attribué tous les privilèges tout en prétendant que ce système est juste.

 

Le 13/09/2019 à 21:59, cheuwing a dit :

puis la théorie sur les bons et les mauvais cerveaux qui impliquerait forcément le futur comment dire ,c'est mettre de coté tout un ensemble de paramètres dont l'un qui est la condition social,

Je ne suis pas sûr de comprendre ce que tu veux dire. Qu'appelles-tu condition sociale? Si tu veux parler du fait que tout n'est pas génétique, qu'il y a des facteurs environnementaux je suis évidemment d'accord. Mais de la même façon qu'on ne choisit pas ses gènes, on ne choisit pas non plus son éducation. Ceux qui en reçoivent une plus mauvaise que les autres n'en sont pas responsables. Comment pourrait-on leur reprocher dès lors de s'être développé d'une mauvaise façon?

Le 13/09/2019 à 21:59, cheuwing a dit :

sur quoi se base cette affirmation ?

N'est ce pas évident?
Avec quoi tu n'es pas d'accord? Avec le fait que dans la nature le plus fort n'a qu'un peu plus que le plus faible?
Ou avec le fait que dans les sociétés humaines les plus fort (les meilleurs cerveaux) ont cinq fois plus, dix fois plus, cent fois plus, mille fois plus (un million de fois plus pour Bernard Arnaud)?

Le 13/09/2019 à 21:59, cheuwing a dit :

je passe sur les affirmations que l'on vit plus injustement actuellement que sous l'ancien régime, doit je expliquer l'égalité de droit ? l'égalité de participation citoyenne ?

L'égalité en droit c'est bien joli, ça fait classe, mais ce n'est que symbolique. Que veut dire l'égalité en droit si, en pratique, les inégalités matérielles sont aussi gigantesques?

Va dire aux sdf qu'ils sont égaux en droit, ça va les faire marrer.

 

Le 13/09/2019 à 23:28, Plouj a dit :

Rien que le n° 1 me suffit !

Que je sache, l'école n'est pas obligatoire.

Si on ne veut pas de cette "machine", on fait autrement !

PARDON????
L'école n'est pas obligatoire????
On ne m'a pas laissé le choix personnellement...

 

Le 14/09/2019 à 00:22, DroitDeRéponse a dit :

Ca peut être compensé par un physique avantageux Ou des talents cachés 

Avoir des talents cachés c'est avoir un cerveau plus performant que les autres.

Un physique avantageux ça vient soit de meilleur gènes (donc toujours être avantagé à la naissance, être bien-né), soit d'une meilleure capacité à prendre soin de son apparence, donc d'avoir un cerveau plus performant. Il y a ce mythe selon lequel beauté et intelligence ne vont pas de paire: c'est faux. Les gens qui on un bon cerveau sont en général plus beau que les mauvais cerveaux (ils présentent mieux), car leurs capacités intellectuelles supérieures leur permettent de comprendre plus facilement ce qu'il faut faire pour améliorer sur son apparence.

Le 14/09/2019 à 00:22, DroitDeRéponse a dit :

Sinon d’où pêches tu que les bons cerveaux se disent méritants ?

On ne doit pas habiter sur la même planète. Je cite quelques exemples de phrases révélatrice du mépris total que l'élite a pour le peuple dans la vidéo. Et, si ils ne sont pas considérés comme étant plus méritant, pourquoi seraient-ils mieux payés?

Le 14/09/2019 à 00:22, DroitDeRéponse a dit :

au final ta categorisation me paraît être une forme de racisme

Je ne m'attendais pas à ça, mais je vois ce que tu veux dire.

Je ne suis pas sûr qu'on puisse parler de racisme au sens strict. Les différences de qualité des cerveaux ne dépendent pas d'une "race", d'une origine ethnique ou d'une couleur de peau à priori. Mais on pourrait utiliser le mot "racisme" au moins par analogie.
Est-ce raciste de dire qu'il y a des humains à la peau blanche, et des humains à la peau noire? Non, ce qui serait raciste serait de donner tout le pognon aux blancs, et rien aux noirs (ou l'inverse, mais les choses se passent rarement ainsi).
Je ne fais que constater qu'il y a des gens avec des bons cerveaux et des gens avec des mauvais cerveaux. C'est la société qui est organisée de façon à donner tout le pognon aux bon cerveaux et des miettes aux mauvais. Tu vois où je veux en venir pour ce qui est de cette histoire de racisme?

 

Le 14/09/2019 à 07:02, saxopap a dit :

L'école, l'acquisition des connaissances nécessite un travail personnel dont chacun est capable.

 

Le 14/09/2019 à 07:02, saxopap a dit :

Ainsi il faut être honnête et reconnaitre que chaque enfant a ses propres difficultés ou réussites quelque soit son atout génétique intellectuel au départ. 

Et ceux qui vont s'en sortir le mieux sont ceux avec les bons cerveaux. On prétend que les bons élèves méritent de meilleures notes, mais ce n'est pas de la faute de l'enfant avec un mauvais cerveau si il n'arrive pas à suivre.

 

Le 14/09/2019 à 09:22, Talon 1 a dit :

Un aléa génétique a supprimé un chromosome qui limitait la masse cérébrale. Le cerveau s'est développé jusqu'à atteindre la capacité de "conscience de soi."

Du coup, serais-tu d'accord pour dire qu'un humain qui n'aurait aucune conscience de soi vivrait essentiellement comme un animal?

Le 14/09/2019 à 09:22, Talon 1 a dit :

Donc nous sommes deux : un qui agit, l'autre qui observe.

A titre personnel, j'ai la conviction profonde que le vrai soi est le soi conscient, que tu appelles "celui qui observe". Toutes les impulsions, toutes les décisions viennent de l'inconscient. Les émotions, et le langage aussi. Les phrases sont assemblées dans l'inconscient et elles émergent dans la conscience déjà toutes faites. En quoi mon inconscient, qui prend les décisions, que tu appelles "celui qui agit", pourrait être "moi" alors que je n'ai pas du tout accès à ce qu'il s'y passe, que je ne fais que constater ce qu'il décide une fois que c'est déjà décidé?

Si je n'ai pas accès à ce que fait "celui qui agit" (puisque tout cela se produit dans l'inconscient), en quoi est-ce "moi"? Ne devrait-il pas être considéré comme extérieur au contraire?

Le 14/09/2019 à 09:22, Talon 1 a dit :

En contrepartie, nous savons aussi que notre fin est inéluctable. Et les moyens de l'oublier a produit la civilisation.

Je ne sais pas si tu es au courant, mais ce que tu dis là est exactement la thèse développée par Ernest Becker dans son livre The Denial of Death: dans les société humaines, la culture sert une fonction de déni de mort. Il a eu un Pulitzer pour ça.

 

Il y a 19 heures, rokutonoken a dit :

Beaucoup de blabla pas un lien vers un article scientifique.

"Le syndrome d'Asperger est causé par l'école" n'importe quoi ! Comme tous les autistes, les Aspergers n'aiment pas le bruit, l'agitation et les contacts physiques, donc rester assis en classe dans le silence plaît particulièrement aux Aspergers, mais de là à y trouver une cause...

Je parle de ma situation personnelle. J'ai été diagnostiqué d'asperger, et je SAIS, pour l'avoir vécu, que si je suis devenu aussi renfermé, c'est parce que c'est exactement ce qu'on attendait de moi à l'école. On menaçait de me punir si je parlais, et j'avais peur de me faire punir, alors j'ai appris à me taire. 8h par jour. Pendant 20 ans... A la fin je ne parlais plus. Et ça a déterminé toute ma vie d'être comme ça. Aucune vie sociale. Des années et des années de dépression, simplement parce que j'ai fait ce qu'on me demandait de faire à l'école: me taire pendant toute mon enfance et toute mon adolescence.
Ou alors, est-ce que tu vas nier l'influence de l'environnement et de l'éducation sur le développement de la personnalité? Tout est génétique? Passer les 20 premières années de sa vie assis en silence, ça ne peut pas rendre autiste? Les gens qui s’occupent d'éducation sont des pros, ils savent ce qu'ils font?

 

Le 13/09/2019 à 20:59, stvi a dit :

pourquoi voudrais tu qu'il y ait des secrets de la part d'une population envers une autre ...

 

Le 13/09/2019 à 21:59, cheuwing a dit :

ah ! et ce fameux couplet sur l'élite qui cache des choses

 

Le 14/09/2019 à 07:02, saxopap a dit :

Je peux me tromper, mal interpréter tes dires. Il me semble pourtant que tu es dans une sorte de théorie du complot lorsque tu penses que certains érudits "savent" et garderaient pour eux certaines clés donnant accès à plus de fluidité s'agissant de la transmission du savoir.

Ce n'est pas une supposition, c'est une certitude. J'en parle plus en détail dans la vidéo mais pour résumer:
-Cette idée du secret autour des phénomènes mentaux est omniprésente dans la culture pop américaine à un niveau symbolique: je prends l'exemple de fight club, matrix, harry potter et frozen.
-Mon expérience personnelle: j'ai passé 20 ans à l'école, des milliers d'heures devant la télé française, et à aucun moment je n'ai entendu parler de ces choses (le monologue intérieur, les images mentales, la conscience, les fantasmes, la pauvreté de la mémoire, etc...). J'ai découvert l'existence de ma psyché à 30 ans passés. Si on m'en avait parlé avant, j'aurai compris, je ne suis pas stupide. Là il se trouve que je n'ai pas eu accès du tout à cette information. 20 ans à l'école et il n'y avait pas 5 minutes pour parler de ça? Ce n'est pas assez important peut-être? Pour un humain, d'être conscient de soi?
-Et de toutes façons, j'ai bien eu la confirmation de quelqu'un travaillant à l'éducation nationale et qui est familier avec ces problèmes qu'il y a bien un secret autour de ces choses. Qu'on évite bien, délibérément, d'en parler à l'école. Et j'ai de très bonnes raisons de penser que c'est la même chose dans les médias de masse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 59869 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 47ans
Posté(e)

 

il y a 8 minutes, Manufaitduski a dit :

Avoir des talents cachés c'est avoir un cerveau plus performant que les autres.

Non c’en est un . Certains ont un talent dans les mains , à moins que tu n’entendes par cerveau intelligence à l’abstraction ?

Mais cette intelligence n’est pas seule favorisée . L’intelligence des mains , du commerce , des relations sociales eux sont également valorisées et souvent bien plus que l’intelligence scientifique par exemple 

il y a 8 minutes, Manufaitduski a dit :

Un physique avantageux ça vient soit de meilleur gènes (donc toujours être avantagé à la naissance, être bien-né), soit d'une meilleure capacité à prendre soin de son apparence, donc d'avoir un cerveau plus performant.

Une blonde prenant soin d’elle dans le miroir de courtoisie serait dotée d’un cerveau plus performant ?

En ce cas foncé tu es certainement toi aussi un privilégié!

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 59869 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 47ans
Posté(e)

 

il y a 15 minutes, Manufaitduski a dit :

On ne doit pas habiter sur la même planète. Je cite quelques exemples de phrases révélatrice du mépris total que l'élite a pour le peuple dans la vidéo. Et, si ils ne sont pas considérés comme étant plus méritant, pourquoi seraient-ils mieux payés?

Parce que mon plombier obtient ce qu’il demande . Tout simplement.

Idem pour nos élites footballistiques dotées selon toi d’un cerveau extraordinaire. Du coup je me demande pourquoi Rex pourtant habile avec un ballon n’est pas considéré comme ayant un cerveau extraordinaire. 

Nabila par contre a dû être favorisée par l’education nationale si je suis ta logique .

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Plouj Membre 35925 messages
Voyageur‚ 64ans
Posté(e)
il y a 19 minutes, Manufaitduski a dit :

PARDON????
L'école n'est pas obligatoire????
On ne m'a pas laissé le choix personnellement...

 

Ça c'est une autre mais aller à l’école n’est pas obligatoire pour les enfants. En revanche les parents ont l’obligation de donner une instruction à leurs enfants qu’ils soient français ou étrangers, à partir de 6 ans et jusqu’à l’âge de 16 ans révolus.

Les parents peuvent choisir le mode d’instruction: scolarisation dans un établissement scolaire, public ou privé, ou bien assurer eux-mêmes ou par autri cette instruction. Aucun diplôme particulier n’est nécessaire pour cela. En revanche ils devront cependant déterminer la démarche et les méthodes pédagogiques choisies et les présenter à l’inspecteur chargé du contrôle.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 59869 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 47ans
Posté(e)

 

il y a 21 minutes, Manufaitduski a dit :

Il y a ce mythe selon lequel beauté et intelligence ne vont pas de paire: c'est faux. Les gens qui on un bon cerveau sont en général plus beau que les mauvais cerveaux (ils présentent mieux), car leurs capacités intellectuelles supérieures leur permettent de comprendre plus facilement ce qu'il faut faire pour améliorer sur son apparence.

Hawking a pécho à donf ?

Generalement le binoclard qui a 20 ne pécho pas beaucoup et est souvent la tête de turc . Il ne devient désirable qu’une fois la calvitie développée et la preuve de son intérêt génétique pleinement développé .

 

 

il y a 27 minutes, Manufaitduski a dit :

Je ne suis pas sûr qu'on puisse parler de racisme au sens strict. Les différences de qualité des cerveaux ne dépendent pas d'une "race", d'une origine ethnique ou d'une couleur de peau à priori. Mais on pourrait utiliser le mot "racisme" au moins par analogie.
Est-ce raciste de dire qu'il y a des humains à la peau blanche, et des humains à la peau noire? Non, ce qui serait raciste serait de donner tout le pognon aux blancs, et rien aux noirs (ou l'inverse, mais les choses se passent rarement ainsi).
Je ne fais que constater qu'il y a des gens avec des bons cerveaux et des gens avec des mauvais cerveaux.

Non tu prêtes à tous ceux que tu as rangé dans la catégorie bon cerveau des “qualités “ qu’ils n’ont pas tous . Exemple quand tu les associes au mépris à ci ou à ça . Cette démarche essentialisante est un racisme et tu nages en plein dedans .

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Talon 1 Membre 8578 messages
Talon 1‚ 73ans
Posté(e)
il y a 46 minutes, Manufaitduski a dit :

En quoi mon inconscient, qui prend les décisions, que tu appelles "celui qui agit", pourrait être "moi" alors que je n'ai pas du tout accès à ce qu'il s'y passe, que je ne fais que constater ce qu'il décide une fois que c'est déjà décidé?

La personnalité ne s'arrête pas à l'inconscient. La culture, le savoir vous façonnent aussi. Quand vous regardez la Lune, pendant un court instant, vous la croyez de la taille de votre observation. Mais la raison suit aussitôt qui vous dit que c'est son éloignement qui la fait paraître ainsi. Et malgré ça, chaque fois que vous regardez la Lune, ce processus se reproduit. Socrate déjà expliquait que nous avons 3 âmes : celle du corps qui tend à le satisfaire (inconscient), celle de la morale qui juge les actes et modifie les projets, celle de la raison qui guide les deux autres.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
stvi Membre 17428 messages
Forumeur alchimiste‚ 108ans
Posté(e)
Il y a 6 heures, Manufaitduski a dit :

Les mauvais cerveaux sont plus méritants que les bons. Ce sont les bons cerveaux qui nous dirigent que je méprise. A s'être attribué tous les privilèges tout en prétendant que ce système est juste.

au paléolithique supérieur , c'est celui qui pouvait le mieux manier la massue qui dirigeait  ... tous les membres du clan étaient persuadés que  c'était un système juste ... c'était lui qui ramenait le plus de gibier , qui assommait le plus d'ennemis ou de contestataires , qui assurait une paix relative , qui méritait d'être chef ... on a mis des siècles pour penser que c'était ceux qui réfléchissaient le plus , ceux qui trouvaient les solutions , ceux qui apprenaient le mieux , ceux qui dessinaient sur les parois de la grotte de Lascaux , qui pouvaient assurer au clan une meilleure vie ....

que chacun n'ait pas les mêmes chances après être passé par un système scolaire destructeur  là c'est indiscutable ... pour le reste je ne vois pas pourquoi je mépriserais un cerveau plus élaboré et mieux nourri que le mien , ça revient à mépriser celui qui manie le mieux la massue , et ça, ça a peut être très dangereux ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
CAL26 Membre 2146 messages
Forumeur alchimiste‚ 46ans
Posté(e)
Il y a 2 heures, stvi a dit :

au paléolithique supérieur , c'est celui qui pouvait le mieux manier la massue qui dirigeait  ... tous les membres du clan étaient persuadés que  c'était un système juste ... c'était lui qui ramenait le plus de gibier , qui assommait le plus d'ennemis ou de contestataires , qui assurait une paix relative , qui méritait d'être chef ... on a mis des siècles pour penser que c'était ceux qui réfléchissaient le plus , ceux qui trouvaient les solutions , ceux qui apprenaient le mieux , ceux qui dessinaient sur les parois de la grotte de Lascaux , qui pouvaient assurer au clan une meilleure vie ....

que chacun n'ait pas les mêmes chances après être passé par un système scolaire destructeur  là c'est indiscutable ... pour le reste je ne vois pas pourquoi je mépriserais un cerveau plus élaboré et mieux nourri que le mien , ça revient à mépriser celui qui manie le mieux la massue , et ça, ça a peut être très dangereux ...

Cette vision de l'homme au paléolithique supérieur me semble pour le moins réductrice. Au contraire je dirais que l'importance de l'intelligence pour les sociétés humaines vient du fait qu'elle nous a permis de survivre à quelques centaines d'individus il y a environ 100 mille ans (bien avant Lascaux) puis nous a permis d'allonger notre espérance de vie. L'espérance de vie au paléolithique était très inférieure à la notre mais les bases culturelles (par la transmission)  qui ont permis la création de grandes sociétés dans lesquelles le savoir s'est accru sans cesse, étaient déjà présentes. Et cet allongement s'est accru énormément après l'ancien régime.

Il faut insister sur le fait que notre espérance de vie, notre santé se sont améliorées non par des interventions divines mais par l'intelligence collective (je le signale à Manufaitduski).

Modifié par CAL26

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cheuwing Membre 12578 messages
Forumeur alchimiste‚ 35ans
Posté(e)
Il y a 9 heures, Plouj a dit :

Ça c'est une autre mais aller à l’école n’est pas obligatoire pour les enfants. En revanche les parents ont l’obligation de donner une instruction à leurs enfants qu’ils soient français ou étrangers, à partir de 6 ans et jusqu’à l’âge de 16 ans révolus.

 

à partir de 3 ans depuis cette rentrée ;)

 

Il y a 9 heures, Manufaitduski a dit :

L'égalité en droit c'est bien joli, ça fait classe, mais ce n'est que symbolique. Que veut dire l'égalité en droit si, en pratique, les inégalités matérielles sont aussi gigantesques?

ben oui , sur la base du droit tous les citoyens sont égaux, ce qui n'était pas du tout le cas

 

Il y a 9 heures, Manufaitduski a dit :

Va dire aux sdf qu'ils sont égaux en droit, ça va les faire marrer.

sophisme de l'homme de paille

si un SDF subit des violences , il a tout a fait le droit de poursuivre quelqu'un , après c'est sur qu'au niveau des moyens ce sera ^plus compliqué mais ce n'est en aucun cas comparable avec la société d'ancien régime

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité