Aller au contenu

Vos petits-enfants verront les Blancs devenir minoritaires en France

Messages recommandés

Pierrot89 Membre 2665 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 20 heures, ouest35 a dit :

"Il y a seulement 60 000 ans, tous les hommes étaient noirs. À peine trois mille générations... Car c'est au coeur de l'Afrique, faut-il le rappeler, que la race humaine s'est forgée voilà plus de 200 000 ans, avant de conquérir le monde. Certains d'entre nous auraient tendance à oublier ces précieuses racines. Grâce aux généticiens, désormais capables de lire dans nos chromosomes à livre ouvert, nous commençons à nous faire une idée précise de la conquête du monde par cet animal à deux pattes et à grosse tête.

En Afrique, les fossiles d'Homo sapiens les plus anciens datent de 200 000 ans. Durant au moins 100 000 ans, sapiens se tient relativement pépère en Afrique de l'Est. Il fait beau, il y a de quoi manger et de la place. Sa peau est noire pour le protéger des ardeurs du soleil. Mais, bientôt, le voilà avec des fourmis dans les jambes. Au fil des générations, les familles s'agrandissent et s'étalent. Dans les génomes des hommes actuels appartenant à plusieurs dizaines de populations réparties en Asie et en Afrique, la paléogénéticienne du musée de l'Homme Evelyne Heyer décèle plusieurs migrations. Les premières restent internes au continent noir. Un premier groupe d'hommes modernes quitte l'Afrique orientale voilà plus de 70 000 ans pour rallier la pointe sud du continent. Les San sont leurs derniers descendants directs. Selon l'éminent paléontologue sud-africain Christopher Henshilwood, ces hommes auraient inventé l'art, les bijoux, les premiers outils en os, les pointes de flèche en pierre et plusieurs autres technologies. Soit 30 000 ans avant l'Européen Cro-Magnon. La culture et la technologie seraient donc des inventions africaines.

Des sauts de puce à chaque génération

Pour en revenir aux migrations humaines intra-africaines, il y a 50 000 ans, d'autres familles quittent le berceau de l'Afrique de l'Est pour emprunter la route du sud-ouest, engendrant les pygmées. Les hommes vont également sortir du continent noir en franchissant la mer Rouge. La date de cette traversée reste encore floue. Les paléontologues, se basant sur l'examen de fossiles, et les paléogénéticiens, tripatouillant l'ADN, ne sont pas d'accord. Pour les premiers, le grand départ se produisit voilà plus de 100 000 ans. Les deuxièmes le situent plus récemment, autour de 70 000 ans. Il faut dire que ces premières migrations se font dans le désordre. Ce n'est pas le peuple juif quittant l'Égypte (encore que cet exode semble relever de la pure invention littéraire), mais une multitude de groupes familiaux de quelques dizaines de personnes progressant par sauts de puce à chaque génération. Avec des allers-retours, des tentatives avortées.

Quoi qu'il en soit, ces premiers émigrants passent dans la péninsule arabique, alors plus accueillante qu'aujourd'hui. Ils s'installent, débordent sur le reste du Moyen-Orient. Vivant sous des latitudes moins ensoleillées, c'est là qu'ils perdent leur belle couleur noire au fil des mutations, ce qui leur permettra de mieux assimiler la vitamine D. Au Moyen-Orient, ils rencontrent leurs lointains cousins néandertaliens dont les ancêtres avaient quitté l'Afrique quelques centaines de milliers d'années plus tôt.

Une longue odyssée

La cohabitation fut-elle aimable ou violente ? Peu d'indices permettent d'en avoir une idée. Néanmoins, les généticiens parviennent à lire dans notre génome que les sapiens (environ 10 000 individus) s'emparèrent peut-être d'une centaine de femmes néandertaliennes pour en faire leurs épouses. D'où les 1 à 4 % d'ADN néandertalien présents dans les chromosomes de tous les hommes actuels, à l'exception des Africains. Après ce métissage, des clans entament une longue odyssée de 20 000 ans, les menant jusqu'en Australie par la route du littoral. Ce sont les ancêtres des Aborigènes.

À l'occasion d'un réchauffement climatique rendant plus accueillantes les régions septentrionales, de nouvelles vagues d'émigrants quittent l'Arabie et le Moyen-Orient pour coloniser l'Europe et l'Asie continentale. Ces conquérants trouvent parfois sur les routes les descendants d'Homo erectus ayant conquis le monde bien avant eux. Ils les exterminent ou les assimilent. Les deux thèses coexistent. Certains paléontologues comme Yves Coppens expliquent le type asiatique par un métissage entre les nouveaux arrivants et les premiers colons. Homo sapiens a bientôt conquis tout le continent asiatique hormis quelques poches où survivent une poignée d'erectus. Comme sur l'île de Florès. Puis les hommes passent le détroit de Béring voilà quelques 15 000 ans pour se répandre dans les deux Amériques.

Nous sommes tous des Homo africanus

Les hommes frappent à la porte de l'Europe voilà 45 000 ans. Ils s'y installent, repoussant Neandertal (sans s'y unir cette fois) qui disparait définitivement il y a 28 000 ans. Bien tard, les sapiens européens surnommés Cro-Magnon seront, à leur tour, submergés par la vague néolithique venant du Moyen-Orient. Le flux humain sortant d'Afrique ne cessera jamais. Parfois dans des conditions dramatiques comme à l'époque du commerce des esclaves entre l'Afrique et l'Amérique. Aujourd'hui encore, la misère chasse des milliers d'Africains hors du berceau de l'humanité. Alors accueillons ces lointains cousins avec hospitalité en n'oublions pas que nous leur devons probablement l'art, la culture et la technologie.

Pour paraphraser un slogan de 68 : Nous sommes tous des Homo africanus ! "

 

Et restons un chouia modeste et moins cocoricotants !!! Souchiens vous avez dit souchiens :bravo:

 

Intéressant mais la vérité historique reste évolutive selon les découvertes récentes.

Il faut aussi rappeler que les Néandertaliens ne peuvent être qualifiés d'européens car ils viennent aussi d'Afrique mais bien avant les Sapiens africains plus récents.

Selon la plupart des avis des paléontologues, il ne peut pas assimiler cette arrivée de Sapiens à une colonisation, ni à une guerre d'extermination (voir l'expo récente à Paris).

Toute transposition et analogie avec la situation actuelle serait stupide et sans fondement.

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
kilitout Membre 894 messages
Forumeur accro‚ 48ans
Posté(e)

Selon article lefigaro:

-"les mères de 2 enfants et travaillant à plein temps  sont 40% plus stressées que les autres"

A méditer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Hyperboréen Membre 70 messages
Forumeur en herbe‚ 100ans
Posté(e)
Le 28/01/2019 à 09:45, épixès a dit :

Langues, cultures, traditions ne sont que de fugaces manifestations en constante évolution de l'espèce humaine. Le concept même d'espèce est flou et changeant, c'est une simple construction mentale, une catégorisation d'une partie de la réalité par l'esprit pour tenter de la saisir et de la définir mais qui ne correspond à rien de vraiment existant.

Le changement est la seule permanence du réel.

Toute évolution est adaptative aux contraintes environnementales faites de pressions contraires et donc une force de stabilisation telle que vous la défendez, même si elle est vouée à l'échec, n'est qu'un des très nombreux facteurs qui contribuent à former le constant remodelage de la réalité.

S'il est hors de doute que certains personnages fameux ont une influence majeure sur une culture particulière, nul ne saurait revendiquer le contrôle sur sa constitution ou son évolution.

Quels que soit l'amour, l'admiration ou la vénération que nous pouvons éprouver pour un être, un art ou une culture, tout changera et changera encore avant d'être oublié puis de disparaître pour retourner à la soupe quantique de laquelle tout est issu.

Admettons que la mort d'une civilisation et d'un peuple soit une fatalité, comme pour une vie humaine. L'homme qui sait qu'il doit mourir doit-il pour autant se laisser mourir ? Non, il doit repousser la mort le plus loin possible.

Le 28/01/2019 à 10:42, cheuwing a dit :

Donc les italiens, les espagnols, les scandinaves,  les basques sont des races 

Les spécifités génétiques auxquelles je faisais référence ne sont pas entre Italiens et Espagnols mais entre des "types de population éloignés", pour reprendre l'expression politiquement correcte des généticiens. Celles-ci correspondent, sur la carte, presque à l'identitique aux anciennes classifications de races.

Le 27/01/2019 à 21:21, shadockone a dit :

Des civilisations très anciennes comme celle des basques, des berbères ou des dogons sont pour moi beaucoup plus précieuse et plus riche qu'une civilisation destructrice comme celle de l'empire romain. 

S'ils en avaient eu la force, tes Berbères et tes Basques auraient soumis leurs voisins sous leur joug. Il n'y a pas de nation sage, il n'y a que des nations plus ou moins puissantes.

Ton déniaisement avance, quand j'en aurai fini avec toi tu seras devenu un homme.

Le 29/01/2019 à 23:42, libredeparler a dit :

Apologie raciste de la race blanche...

Intéressante réaction d'ethno-masochiste.

Le simple fait de ne pas vouloir que les Blancs deviennent minoritaires sur leur propre continent est une affreuse apologie raciste de la race blanche. Toutes les autres races (ou "couleurs" pour ne pas choquer tes oreilles chastes), si elles étaient menacées de devenir minoritaires sur leur continent, recueilleraient ta compassion de Père la Vertu qui ne voudrait pas voir disparaitre un type de population au nom de la diversité du monde.

 

217470170_diversit.thumb.jpg.dfd4fcc4fcc2f39d36a5944434f2a2cb.jpg

Modifié par Hyperboréen

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mite_Railleuse Membre 18352 messages
Grégairophobe...‚ 151ans
Posté(e)
il y a 9 minutes, Hyperboréen a dit :

Admettons que la mort d'une civilisation et d'un peuple soit une fatalité, comme pour une vie humaine. L'homme qui sait qu'il doit mourir doit-il pour autant se laisser mourir ? Non, il doit repousser la mort le plus loin possible.

Pourquoi ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
shadockone Membre 138 messages
Forumeur inspiré‚ 31ans
Posté(e)
il y a une heure, Hyperboréen a dit :

Admettons que la mort d'une civilisation et d'un peuple soit une fatalité, comme pour une vie humaine. L'homme qui sait qu'il doit mourir doit-il pour autant se laisser mourir ? Non, il doit repousser la mort le plus loin possible.

S'ils en avaient eu la force, tes Berbères et tes Basques auraient soumis leurs voisins sous leur joug. Il n'y a pas de nation sage, il n'y a que des nations plus ou moins puissantes.

Ton déniaisement avance, quand j'en aurai fini avec toi tu seras devenu un homme.

Tu t'es pris pour un chef de tribu pour me faire passer à l'état d'homme ? :o°

Déjà, il n'y a pas de "civilisation blanche", à la limite, il y a une culture dites occidental qu'on pourrait assimiler aux blancs. Sauf qu'elle s’accroît et à tendance coloniser "culturellement" et (auparavant territorialement) beaucoup de territoire et si elle décline c'est dû à son manque de valeurs et de spiritualité. 

Il y a des nations plus sages que d'autres, ne t'en déplaise. 

 

Puis pour réagir à l'autre message, je ne suis pas pour l'acharnement thérapeutique. Quand un être se meurt, si il veut se laisser mourir, qu'il le fasse. Si il veut s'accrocher, qu'il le fasse aussi, il mourra quand même. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cheuwing Membre 12351 messages
Forumeur alchimiste‚ 35ans
Posté(e)
Il y a 15 heures, Hyperboréen a dit :

Les spécifités génétiques auxquelles je faisais référence ne sont pas entre Italiens et Espagnols mais entre des "types de population éloignés", pour reprendre l'expression politiquement correcte des généticiens. Celles-ci correspondent, sur la carte, presque à l'identitique aux anciennes classifications de races.

@uno ton avis sur ça ?

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
uno Membre 2201 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)
il y a 25 minutes, cheuwing a dit :

@uno ton avis sur ça ?

 

Je pense que c'est une connerie car le fond du problème n'est pas biologique ou racial comme l'entend Hyperboréen, c'est un problème démographique et culturel. Car je suis moi-même pour une limitation drastique d'une immigration que nous ne pouvons plus assimiler et intégrer correctement tant sur le plan culturel qu'économique, car de fait cela contribue à une balkanisation de nos sociétés, surtout avec les populations provenant de pays musulmans. Mais le problème n'est pas racial, les antillais sont culturellement bien plus assimilables que bon nombre de Turcs attachés à des traditions et valeurs en porte-à-faux avec celles de nos sociétés d'accueil. Quand à l'explosion démographique africaine et son impact sur les migrations futures c'est un défis, car cela nuirait autant à l'Europe qu'à l'Afrique, l'immigration de masse n'étant pas la solution pour aucun des deux continents.

Modifié par uno
  • Like 3
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cheuwing Membre 12351 messages
Forumeur alchimiste‚ 35ans
Posté(e)
il y a une heure, uno a dit :

Je pense que c'est une connerie car le fond du problème n'est pas biologique ou racial comme l'entend Hyperboréen, c'est un problème démographique et culturel. Car je suis moi-même pour une limitation drastique d'une immigration que nous ne pouvons plus assimiler et intégrer correctement tant sur le plan culturel qu'économique, car de fait cela contribue à une balkanisation de nos sociétés, surtout avec les populations provenant de pays musulmans. Mais le problème n'est pas racial, les antillais sont culturellement bien plus assimilables que bon nombre de Turcs attachés à des traditions et valeurs en porte-à-faux avec celles de nos sociétés d'accueil. Quand à l'explosion démographique africaine et son impact sur les migrations futures c'est un défis, car cela nuirait autant à l'Europe qu'à l'Afrique, l'immigration de masse n'étant pas la solution pour aucun des deux continents.

merci pour ton avis mais en faite ma question c'était surtout une demande d’éclaircissement vis à vis de tes connaissances en génétique pour "le type de population éloigné correspondant aux anciennes classifications de race"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bouddean Membre 2089 messages
Forumeur alchimiste‚ 54ans
Posté(e)
il y a 11 minutes, cheuwing a dit :

merci pour ton avis mais en faite ma question c'était surtout une demande d’éclaircissement vis à vis de tes connaissances en génétique pour "le type de population éloigné correspondant aux anciennes classifications de race"

Contenu des génomes d'Afrique subsaharienne:

Africain archaïque= 2%

Sapiens= 98%

 Contenu des génomes européen :

Sapiens = 96%

Neandertal =4%

Contenu des génome américains 

Neandertal = 4%

Sapiens = 96%

Contenu des génome d'Asie centrale

Sapiens 98%

Neandertal 2%

Contenu des génomes d'Asie du sud est de l'Océanie 

Sapiens = 91.5 %

Neandertal = 2.5 %

Denisova 6 %

Voila, c'est tiré du magasine "sciences et vie " N° 285 , le hors série de Décembre 2018.

J'avais recopier tout  le texte dans un autre topic, je vais le chercher, je reviens ...

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bouddean Membre 2089 messages
Forumeur alchimiste‚ 54ans
Posté(e)
La diversité éclairée par la génétique

Le séquençage du génome humain a révélé qu'humanité rime avec diversité . Une évidence qui ne doit plus être niée si l'on veut comprendre l'histoire humaine . Et qui implique aujourd'hui de réfléchir à l'égalité dans le cadre de cette diversité . 

D’après Emilie Raucher 

Grand,blond,roux,noir,trapu,yeux bleus ... quoi de plus banal dans notre société mondialisée,que la diversité de nos semblables ?

Et quoi de plus superficiel que ces différences ?  Car la science n'a cessé de le répéter depuis plus de 50 ans : ces variations apparentes masquent une profonde uniformité de l’espèce humaine . Cette vision d'une espèce humaine homogène est née du poids de l'histoire : alors que le XXe siècle venait de connaitre un de ses plus terrifiants génocides au nom de la différence et de la prétendu " supériorité" de certains, la science s'est mobilisée pour démontrer que toutes théories faisant état de la supériorité ou de l’infériorité intrinsèque d'une population donnée était sans fondement scientifique.

Ce discourt à même de promouvoir l'égalité de tous mettait en avant la très grande uniformité de l’espèce humaine ,relégant la diversité biologique au second plan, comme un épiphénomène de notre évolution.

Le 12 Juillet 2018,cette idée marquait même la constitution française de son emprunte :les députés décidaient d'en banir le mot "race"

Aujourd'hui, après une quinzaine d'années de découvertes génétiques tout azimuts, le regard des scientifiques sur cette question à changé.

Généticiens et paléoanthropologues veulent désormais rendre à notre espèce son droit à la diversité . Avec un mot d'ordre: la diversité est une richesse!

Oui, nous sommes tous des métis appartenant à une unique grande famille et nos génomes sont similaires, mais cela ne veux pas dire qu'on y trouve pas de différences : non seulement ce n'est pas grave, mais c'est même mieux .

Un sujet scientifique comme un autre 

Ces travaux tâchent de parler de nos différences sans tabou ni arrière pensée morale, en faisant de nos origines, de notre histoire et de notre place au sein du vivant un sujet scientifique comme un autre. Il ne faut donc pas y voir un retour en arrière ou une caution de l’existence des "races" humaines dont certaines seraient supérieures à d'autres . Un discourt sur la diversité ne peux pas être mis sur le même plan qu'un discourt sur l'inégalité : alors que le second est d'ordre moral, le premier est d'ordre scientifique . La diversité, ça se mesure, ça se compare . Et c'est justement en mettant au point des techniques capables de lire des milliards de lettres de notre génome que les chercheurs ont vu apparaître un panorama de la diversité humaine singulièrement différent de celui dressé jusqu'ici .

Un nouveau portrait de l'humanité se dessine ou les différences biologiques entre les individus, longtemps minimisées, voire niées, ont toute leur place .

Un portrait sous tendu que les individus n'ont pas besoin d'être identiques pour avoir les mêmes droits.

Dans les années 1960, un projet prométhéen rassembla les meilleurs laboratoires du monde. Le séquençage de 3.5 milliards de paires de bases ( les lettres de l'ADN) fut publié en Février 2001 simultanément dans nature et sciences.Pour des raisons techniques, il ne s'agissait pas du génome d'un seul individu ,mais de portions obtenues chez plusieurs volontaires d'origine européenne, et agrégées.

Mais, pensait on alors, il y avait si peu de différences entre nous et elles étaient si peu significatives que cela n'avait pas d'importance : un génome humain, "le" génome humain ,était désormais disponible et il dirait tout ce qu'il restait à découvrir sur nous . Sauf qu'en comparant différents génomes au début des années 2000 , on a commencé à voir des groupes. Qui plus est, des groupes qui retombent assez bien sur les anciennes subdivisions : Européens, Africains, Asiatiques ... ! De quoi réveiller les vieux démons du racisme ? Non, car ces groupes ne sont pas des races qui sous tendent une hiérarchisation des inégalités. Il est impossible de leur superposer les trais et les caractéristique qu'on pouvait soi disant leur associer.

Comme le note le biologiste Bertrand Jordan, dans son ouvrage l'Humanité au pluriel, la génétique ne fait que retracer des groupes d'ascendances aux frontières floues . Aucun gène ni aucune caractéristique physique ne peuvent être associées à un groupe donné : tous existant dans chaque groupe, mais en des proportions et des combinaisons différentes.

Par ailleurs, la diversité a l’intérieur de chaque groupe est largement plus grande que d'un groupe à un autre. Il a ainsi été calculé que si une seule des population humaine identifiée survivait, elle conserverait 85% de notre diversité globale. Ce qui signifie que 15% seulement des différences observées entre deux humains découlent de leur appartenance à des groupes distincts . Chacun des 7 milliards d'humains dispose donc d'un patrimoine génétique unique quoique composé des mêmes gènes . La véritable diversité humaine est donc bien plus profonde ,riche et subtile que celle issue de concepts inégalitaires dépassés.

Mais faut il s'en étonner, l'uniformité est tout sauf naturelle .Elle signe même en biologie, la mort programmée d'une espèce. Car c'est bien de la différence entre ses individus qu'une population tire la possibilité de s'adapter à des situations nouvelles et de s'adapter à un climat plus chaud ou à des pathogènes inconnus .

Sachant que nous possédons tous les mêmes gènes placés dans le même ordre le long des mêmes chromosomes, d'ou vient cette diversité ? Le premier ressort  de variabilité génétique tient à la "mutation" au changement aléatoire d'une des lettres au niveau d'une séquence donnée . Gène et chromosomes sont en effet composés d'ADN un programme long de 3.5 milliards de paires de bases. Or notre machinerie cellulaire peut se tromper en le dupliquant. Si cette erreur se produit lors de la formation de nos gamètes ( spermatozoïdes et ovocytes) elle sera transmise à notre descendance . Commun à toutes les especes, ce moteur de diversité injecte régulièrement et au hasard des variations dans notre programme interne.

D'énormes projets de recherches internationaux ( comme Hapmap lancé en 2002 ou 1000 génomes en 2008) se sont donné pour but de traquer chez nous ces petits changements appelés SNPs ( Single Nucléotid Polymorphism ). Et ils en ont trouvé des millions ! Les génomes de deux individus pris au hasard sont similaires a 99.9 % , ils ont donc en gros une différence toutes les 1000 bases soit 3 millions sur environ 3 milliards de paires de base, alors qu'avec un chimpanzé, notre différence est de une toutes les 100 bases . 

C'es innombrables SNPs racontent des histoires différentes en fonction de leur place dans le génome. Ils peuvent toucher les gènes codants les protéines qui nous composent. Mais la plupart de ces mutations ne sont pas gardées par la sélection naturelle, car les proteines ne peuvent pas beaucoup varier sns perdre leur fonction. Les SPNs tombent en fait le plus souvent à coté de ces sacro- saints gènes qui constituent moins de 5% de notre ADN global . 

Elles interviennent généralement dans les parties des génomes qui assurent la régulation des gènes ou dans les immenses portions d'ADN dont on ne connait pas encore le rôle . La partie codante du génome, les gènes et leur séquences régulatrices nous renseignent sur notre histoire adaptative . Alors que le génome non codant nous renseigne sur notre histoire démographique,nos migrations, qui est parti d'ou...

Et c'est cette longue histoire qui a façonné notre diversité actuelle que révèlent depuis 10 ans les généticiens .

L'AFRIQUE , TERRE DE BRASSAGE GENETIQUE

Alors qu'elle à offert les fossiles les plus emblématiques de notre lignée et s'est imposée comme la terre de nos origines, l'Afrique a du attendre 2006 le séquençage d'un de ses représentants , en vertu de l’accumulation des modifications au fil du temps, le berceau africain avait forcément beaucoup à nous apprendre sur notre passé lointain . La richesse entrevue a confirmé le potentiel de cette terra incognita génétique . 

Professeur en médecine génomique , Vanessa Hayes démontra dans la foulée, en 2010 , que la diversité génétique était plus grande entre deux chasseurs cueilleurs vivant a 800 km l'un de l'autre dans le désert du Kalahari qu'entre un européen et un asiatique ! La carte de la diversité génétique mondiale commença à se dessiner , avec l'entrée dans l’ère de la génomique individuelle, ou le génome de chacun peut être lu et étudié, les résultats se sont accumulés sur tous les continents . Au point que ce nouveau panorama des terriens conduit à retoucher et a affiner l'histoire de notre espèce en retraçant 200 000 ans de mélanges et de voyages . L'Afrique confirme son statu de terre des origines et de terreau de toutes nos différences . 

L'histoire de l'humanité se prolonge ensuite sur les autres continents ,colonisés les uns après les autres par des groupes toujours plus petits, ce qui explique la baisse de diversité constaté dans le monde ,au fur et a mesure que l'on s'éloigne du foyer africain .

Les migrations, sources de mutations 

Deuxième ressort de la diversité mondiale:" l'effet fondateur " qui se déploie au fil des migrations , lorsqu'un nouvelle population est établie par un très petit nombre d'individus issus d'une population plus grande . 

L'adaptation au nouvel environnement et la sélection oeuvre alors sur un jeu de caractères différents de celui de la large population  de départ, et entraîne l'apparition de nouveautéS comme un nez fin mieux adapté pour respirer un air froid . L'étude des variations génétiques peut aussi raconter comment notre peau s'est éclaircie en réponse à un soleil moins violent ou comment d'autres ont vu leur hémoglobine s'adapter à l'altitude et à la raréfaction de l'oxygène .

Mais la trajectoire de notre espece a pris une tournure imprévue en Europe et en Asie . En 2010 les équipes de Svante Pääbo du Max- Planck Institute de Leipzig , spécialisé dans l'ADN ancien révèlent une troisième source de diversité : de la Sibérie à l'Angleterre , ils ont découvert dans le génome actuel des fragments de l'ADN issus de l'homme de Neandertal . Celui là même qui nous avait convaincu ,par son altérité, de l'unité de notre espèce, s'invite maintenant dans le grand chaudron de l'humanité!

Les population eurasiennes se distinguent ainsi par la trace de ses relations intimes et plurimillénaires avec nous . Jusqu’à 4% de notre génome provient de Neandertal , sans qu'il soit encore possible de dire avec quelles conséquences.

Aucun gène n'a été transféré tel quel . Nos chromosomes sont des mosaïques de nos deux génomes .

Quelques mois plus tard, la même histoire se répétait avec une double découverte : celle d'un homo inconnu  ,aujourd'hui disparu identifié uniquement par son génome d'un type nouveau et surnommé d'après la grotte sibérienne de Denisova ou il fut trouvé  . Son analyse génétique révéla que des fragment de son ADN se retrouvait aujourd'hui chez certaines populations d'Asie de l'Est et jusqu'a près de 6% pour les Mélanésiens !

La trace génétique de nos ancêtres 

Cette diversité d'outre tombe n'épargne pas l'Afrique . Mais cette fois, ce ne sont pas les traces génétiques de néandertaliens ou de dénisoviens qui ressortent, puisqu'ils n'y ont jamais mis les pieds, mais les vestiges ADN  de sapiens très anciens, dont les lignées se sont taries . De quoi brouiller un peu plus l'idée d'une lignée simple et direct allant de " l’ancêtre " jusqu'à "nous". Le signe le plus marquant de ces adjonctions ancestrales se trouve sur le chromosome Y  . En analysant certaines de ses séquences chez des Africains actuels, des généticiens de l'université de l'Arizona ont montré que le chromosome Y est plus vieux que notre espèce . Agé de 300 000 ans, il remonte aux hominidés archaïques qui nous ont précédés . Chaque portion de notre génome pourrait ainsi avoir un ancêtre différent.Notre diversité repousse même le cadre de notre humanité actuelle, elle va au delà!

Tous ces mélanges, toutes ces humanités qui sortent de l'oublie,poussent les chercheurs à réinterroger certains fossiles de cranes ou fragments de squelettes déterrés dans les années 1960 ou 1970 et mis de coté, car inclassables dans la vision linéaire que nous avions de notre lignée. Désormais , on sait qu'il ont des choses à dire. En Afrique, les restes osseux d'Omo Kibish , d'Iwo Eleku et d'Ishango ont été témoins de l'origine de notre lignée, eux et leur contemporains encore inconnus pourront demain  nous dire quelle était alors la diversité réelle de "l'Homme" il y a 150 000 ans. En Europe, en Asie, ce sont les Hybrides de Sapiens et de Néhandertal , jugés impossibles il y a peu, qui attendent d'être identifiés. 

L'exploration de notre diversité est loin d'être achevée. Depuis 2007 et la multiplication des génomes entiers séquencés, les spécialistes sont sur la piste d'autres variations, plus longues, ( des dizaines, voire des centaines de bases) et moins bien connues que les SNPs. 

L'enjeu de ces découvertes dépasse la dimension purement scientifique . Alors que le XXe siècle a mis en avant les similitudes entre les individus, le XXI e siècle ne doit plus avoir peur d'interroger leurs différences : au lieu de nier la diversité pour mieux défendre l'égalité, il s'agit aujourd'hui de réfléchir à l'égalité dans le cadre de la diversité. Car prendre en compte cette diversité, c'est notamment garantir une médecine mieux adaptée à chacun par exemple.

Cette diversité que l'on découvre raconte une histoire commune et multiple, comment nous nous sommes adapté à une terre si vaste et si changeante, et comment nous seront capables demain de le faire face aux conséquences du réchauffement. 

Chercher ce qui nous distingue, ce n'est pas discriminer: c'est essayer d'oublier la norme pour retrouver l'individu, c'est tenter de réconcilier chacun avec son histoire individuelle tout en rendant cohérente l'histoire collective. 

Ce qui est au cœur de la déclaration de L’UNESCO de 1950  Chaque être humain n'est qu'une parcelle de l'humanité, à laquelle il est indissolublement lié .

Voila, c'est un extrait d'un hors série de science et vie: La nouvelle histoire de nos origines , N° 285 de Décembre 2018  

 

Modifié par bouddean

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
uno Membre 2201 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)
il y a 21 minutes, cheuwing a dit :

merci pour ton avis mais en faite ma question c'était surtout une demande d’éclaircissement vis à vis de tes connaissances en génétique pour "le type de population éloigné correspondant aux anciennes classifications de race"

Pour faire court c'est plus compliqué que ce que Hyperboréen pense, de fait les anciennes classifications raciales ne sont pas valide car la distribution de la diversité génétiques est complexe et très asymétrique entre les groupe dit raciaux auxquels Hyperboréens se réfèrent. C'est pour cela qu'on raisonne en terme de populations et non pas de races, cette dernière notion faisant référence à des classification taxonomiques des différentes populations humaines, ce qu'on ne peut pas faire. Pour le reste il est pénible de voir un débat sur une problématique dont la dimension est à la fois démographique, culturelle et économique être abordé au travers de considérations racialistes et pseudoscientifiques qui n'ont rien à y faire et cela simplement parce qu'Hyperboréen est pétris d'une idéologie ne lui permettant pas d'aborder ce problème autrement, c'est pathétique et en aucune cas constructif.

  • Like 3
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
VIRUS Membre 46 messages
Forumeur balbutiant‚ 27ans
Posté(e)

Aie aie aie aie  je sens le sujet qui fait peur à certains !!! 

De toute manière que la france  s'africanise ou pas , y'aura toujours au temps de racisme  et le système restera  ou même deviendra pire ....Alors je ne vois pas ce que ça change ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
uno Membre 2201 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)
Le 02/02/2019 à 20:59, Hyperboréen a dit :

Le simple fait de ne pas vouloir que les Blancs deviennent minoritaires sur leur propre continent est une affreuse apologie raciste de la race blanche.

Je vais essayé de faire de l'ordre dans ta tête, je n'ai non plus pas envie en tant que Suisse Romand de devenir minoritaire dans ma ville je n'ai pas envie que dans vingt ans il y ait par exemple une population d'étrangers, qui ne se serait pas intégrés ne se sentant nullement ni Suisse, ni Romand et ne partageant pas nos valeurs, devenir majoritaire et donc effaçant de fait la culture et l'identité de ma région. Il faut que les étrangers qui viennent s'intègrent culturellement et que les descendant soient culturellement dans le moule du pays qui a accueillit leurs ancêtres. Dans une autre mesure mais de façon clair je n'ai non plus pas envie que ma région Romande devienne majoritairement Suisse allemande, les Suisses allemands qui émigrent chez nous doivent apprendre le français et si leurs enfant restent, devenir francophones, et oui c'est une préoccupation réelle dans certaines régions de Suisse Romande. Tu vois c'est normal que de ne pas vouloir être minoritaire chez soi mais encore une fois ce n'est pas une question de race, c'est plus généralement une question de culture et d'identité. Que tu ais cette préoccupation est une chose légitime mais en revanche que tu l'abordes par l'angle raciale est complètement stupide.

Modifié par uno
  • Like 1
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
babon Membre 55 messages
Forumeur en herbe‚ 60ans
Posté(e)
Le 27/01/2019 à 16:53, Mite_Railleuse a dit :

C'est quoi comme couleur ça ? f-0-162.gif?w=37&zoom=2

Celle de l'amour.😙

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
libredeparler Membre 1264 messages
Forumeur alchimiste‚ 56ans
Posté(e)

Que d'efforts pour trouver des petites différences entre les peuples, pour justifier des pensées et concepts raciaux....

Consternant !

 

Qui fixera les critères des "humains supérieurs" ?

Qui va fixer les limites des couleurs de peau admissibles pour la race des humains (blancs bien sûr...)  "supérieurs " ?

Comment va-t-on mesurer ?

Comment va-t-on exterminer les "inférieurs", les "trop noirs " ? les "trop jaunes" ? etc...

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
biker 883 Membre 1358 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Le 27/01/2019 à 14:22, soisig a dit :

Et alors ? quelle importance la couleur de nos futurs petits enfants, l'essentiel est qu'il soient heureux et en bonne santé.

 

Maintenant, cette grande théorie du noir remplaçant le blanc est vieille comme le monde ...

 

voici un petit article imageant bien ce thème ...;)

Ils n'auront plus accès à l'eau comme aujourd'hui,ils n'auront plus d'essence,la société ressemblera à MadMax,avec une autorité discréditée.Et qui depuis des âges farouches se démerdent malgré l'inquisition blanche? Les Blacks........Et vos petits fils sucerons les blacks rois des marchés parallèles pour essayer de survivre dans un monde à l'agonie......

Heureux et en bonne santé ....lol .........

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
biker 883 Membre 1358 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 7 minutes, biker 883 a dit :

Ils n'auront plus accès à l'eau comme aujourd'hui,ils n'auront plus d'essence,la société ressemblera à MadMax,avec une autorité discréditée.Et qui depuis des âges farouches se démerdent malgré l'inquisition blanche? Les Blacks........Et vos petits fils sucerons les blacks rois des marchés parallèles pour essayer de survivre dans un monde à l'agonie......

Heureux et en bonne santé ....lol .........

Cette société est vouée à l’échec à court terme.......Faire des gosses aujourd'hui relève de l'inconscience ou de l'égoîsme

Pour preuve que l'on est très cons:on aura vécus 40.000 ans les dinosaures 1 million d'années.........

Le 27/01/2019 à 14:56, PINOCCHIO a dit :

On en prend le chemin , et ce depuis longtemps déjà, il y a qu'à voir les converties à l'islam de plus en plus d'ailleurs, blanches et bâchées de la tête aux pieds, inquiétant de voir ça, je me pose la question , mais pourquoi?:o°

pour faire chier parce qu’il n'y a rien d'autre à faire..........Quand on a 20 ans et que l'on ne veux pas bosser......................

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
biker 883 Membre 1358 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Le 27/01/2019 à 15:13, BELUGA a dit :

Les françaises donnent leur culs à qui elles veulent , quand elles le veulent, où elles le veulent, et comme elles le veulent : vous débarquez les mecs !

On aurait plus d'argent si elles n'essayaient pas de retrouver leur progéniture au Maghreb....Lol.....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
biker 883 Membre 1358 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Le 27/01/2019 à 18:42, sassa35 a dit :

Monde musulman :

Afghanistan : problème probablement à jamais insoluble. Des discussions sont en cours avec les talibans cependant.

Irak : non.

Syrie : c'est mal barré pour les islamistes.

Turquie : Erdogan n'aime que ses idées.

Egypte : l'Armée continue de contrôler avec une certaine modération.

Soudan : vent de révolte contre le Pouvoir islamique.

Lybie : c'est toujours le bordel.

Tunisie : ils vont dans le bon sens.

Algérie : Les militaires du FNL sont toujours là. 

Maroc : le Roi est toujours sur le Trône et garde un grand pouvoir. 

Ex-colonies noires françaises : chrétiens - animistes - musulmans. Des guérillas qui survivent plus qu'elles ne vivent. 

France : état patronal géré par les grand lobbies qui décrédite le président qui doit faire face à la famine de son peuple....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
biker 883 Membre 1358 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Le 27/01/2019 à 18:47, BELUGA a dit :

Vais je choquer si je dis que je m'en fous un peu, vu que je serai plus là pour le voir ? oui, je sens que je choque.. En plus, je suis fermement convaincu que les flux migratoires vont continuer à exister comme ils l'ont toujours fait depuis que l'homme existe, alors...A la faveur d'un test ADN fait avec National Geographic, j'ai ainsi découvert que j'avais des origines d'un peu partout dans le monde, et pourtant, je vous le jure!, je suis blanc et j ai les yeux clairs, dis donc !

logiquement on a tous un ADN avec Lucie......

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité