Aller au contenu

La petit-bourgeoisophobie

Messages recommandés

Loargan Membre+ 10 016 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Bonjour,

Un petit-bourgeois, qu'est-ce que c'est ?

Mon dictionnaire me dit : Personne qui appartient à la partie la moins aisée de la bourgeoisie (la petite bourgeoisie), réputée conformiste et mesquine.

Voyons ce que nous dit Wikipédia :

La petite bourgeoisie est une classe intermédiaire entre le prolétariat et la bourgeoisie.* On pense aussitôt aux ronds-de-cuir mais, en vérité, cela implique tellement de professions différentes qu'on se demande comment les petits bourgeois sont à ce point reconnaissables.

Dans la vision de Marx, la petite bourgeoisie a peu de pouvoir de transformer la société car elle ne peut guère s'organiser, la concurrence du marché positionnant ses membres « les uns contre les autres ».

Selon le philosophe italien Giorgio Angamben, la petite bourgeoisie planétaire est vraisemblablement la forme sous laquelle l’humanité est en train d’avancer vers sa propre destruction.

Le terme de « petit-bourgeois » a parfois été employé dans le langage courant pour qualifier négativement des idées ou un mode de vie jugés médiocres. Depuis Baudelaire, Flaubert ou Brecht, le « petit bourgeois » est l'image de l'anti-héros par excellence. Il est généralement moqué ou critiqué pour son mode de vie (qui serait matérialiste, routinier, banal, sans imagination) et sa mentalité qui serait fermée, centrée sur la défense de ses intérêts immédiats, sur sa petite propriété, sans ambition.

Les Petits Bourgeois, c'est aussi le titre d'un roman de Balzac : c'est ainsi qu'il désigne les cols blancs, soit le niveau le plus bas de la classe moyenne de son époque. Le mépris de l'auteur pour cette catégorie y est palpable !

La connotation du terme est en fin de compte des plus négatives, un peu comme beauf. On remarquera à ce titre qu'il va souvent avec des adjectifs et locutions désobligeants, voire carrément grossiers : un petit-bourgeois inconsistant, un sale trou du cul de petit-bourgeois, des petites-bourgeoises à chier, la grosse pétasse de petite-bourgeoise, etc.

De nos jours, il semble que les individus fassent tout pour ne pas avoir l'air de ce petit-bourgeois qui, dans l'imaginaire populaire, est tout ce qu'une société peut produire de plus ingrat.

Tellement qu'on a vu des jeunes malades de honte de leur famille petite-bourgeoise, se mettre à singer les caïds des banlieues, adopter leur habillement, leurs accessoires, leur rap... Plus qu'une quête, c'est une véritable carapate pour fuir la vacuité petite-bourgeoise.

Et, de même qu'en Bretagne, il fut un temps où on virait tout ce qui faisait "plouc", depuis quelques décennies on vire tout ce qui fait petit-bourgeois.

Pourquoi tant de rejet ?

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Pirlouit2017 Membre 1 462 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)
il y a 7 minutes, Loargan a dit :

 

Pourquoi tant de rejet ?

 

Par nostalgie du panache ? 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
querida13 Membre 21 314 messages
forumeuse acharnée‚
Posté(e)

Pour péter plus haut que son c...

Combien en ai -je vu qui se haussaient du col, glisser dans le surendettement et devoir verser moultes mensualités  aux usuriers.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Loargan Membre+ 10 016 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Après maintes réflexions, il apparaîtrait que l'on retrouve dans le petit-bourgeois tous les défauts que l'on attribue à telle ou telle classe, comme si la petite bourgeoisie les cumulait tous.

Si l'on reconnaît à chaque classe ses qualités, aucune n'est en revanche accordée à la petite bourgeoisie.

Ainsi, peut-on au moins dire de l'aristocrate qu'il est cultivé, fier, gardien du patrimoine, prêt à tous les sacrifices pour l'honneur de son nom et la mémoire de ses ancêtres ; du bourgeois qu'il est avisé, qu'il a de l'entregent, qu'il a bon goût, qu'il fait la mode ; de l'ouvrier qu'il est laborieux, à l'instar du paysan grâce auquel tout le monde mange. Même les marginaux sont vertueux : ils ont de l'audace, sont rusés, libres surtout.

En face, le petit-bourgeois fait piètre figure, car lui trouver des qualités relève de l'exploit.

S'il se veut fier comme l'aristocrate, il ne parvient qu'à se conduire en fat, prend l'allure d'un gros puant bouffi qui croit prendre de la hauteur quand il dégouline de mépris envers les classes moins riches.

Voyant le bourgeois comme un modèle de réussite, il en vient à prendre sa cupidité pour la veine du marketing, s'estime économe quand il n'est qu'avare et bon en affaires quand il ne fait que tromper sa clientèle.

Il est de surcroît réputé pour ses goûts de chiottes et s'enorgueillit malgré tout de ses possessions, même si sa maison, son appartement, sa voiture, ses meubles... sont tout ce qu'il y a de plus commun.

Il se ridiculisera par exemple en vantant sa montre ou son costard, comme si l'honneur d'un homme ne tenait qu'à cela.

En ce sens, il est rejoint par sa compagne, une bêcheuse de sa catégorie : en voulant se conformer à la mode, elle ne fera que la parodier jusqu'à en dégoûter la société toute entière, poussant les créateurs à en pondre une nouvelle. Ce qui est au fond un mal pour un bien : vaut mieux y voir le maillon faible sur lequel un nouveau cycle repart.

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ping Membre 5 754 messages
Forumeur alchimiste‚ 50ans
Posté(e)

Y-a pire. Les faux bourgeois. Ceux qui aimeraient avoir l'air...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
querida13 Membre 21 314 messages
forumeuse acharnée‚
Posté(e)

Ou celui qui prend l'allure petite bourgeoise alors qu'il et très nanti, histoire de se fondre dans le décor.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Loargan Membre+ 10 016 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Le petit-bourgeois, condamné à n'être rien de plus qu'un courtisan au contact des aristocrates et un sujet de plaisanterie chez les bourgeois, répugne à se lier avec ouvriers et paysans. Il n'accepte dans sa coterie que d'autres petits-bourgeois, tout en platitude comme lui et plaçant leurs qualités dans leurs biens matériels. Unis dans leur adulation des classes du dessus et leur mépris des classes du dessous, ce sont des gens qui s'auto-protègent. De là, des coups de piston à n'en plus finir et paralysant le marché du travail.

Le petit-bourgeois, bien que d'une épaisseur égale au beauf ouvrier, dédaigne la classe ouvrière. Qu'un ouvrier lui fasse la nique en lui citant quelque grand philosophe socialiste et le petit-bourgeois, confondu dans toute son inculture, se raccrochera à une idiotie du niveau "De toute façon, vous n'êtes qu'un fils d'ouvrier !", avant de s'en repartir la tête haute et trois plumes dans le fondement, certain de s'être redoré le blason par une réplique fort à propos.

Cependant, le petit-bourgeois éprouve peut-être encore davantage de dédain pour le paysan, s'arrêtant sur ses bottes crottées. À ce point qu'on a vu des petit-bourgeois mourir d'étouffement en découvrant le livret d'épargne d'un agriculteur.

Le petit-bourgeois est pourtant quelqu'un de purement concret, à l'image du paysan revenant de tuer le veau gras ou vantant la grosseur de ses bœufs lors d'une foire agricole.

En outre, le petit-bourgeois déteste et craint tout autant que le paysan les voleurs qui s'attaquent à leur honneur en leur dérobant des objets ou de l'argent. Sauf que le paysan, c'est parce que le voleur s'en prend au fruit de son travail et qu'il n'y a qu'une récolte par an, c'est par conséquent une question de survie, pas d'honneur, le sien étant tout de même mieux placé.

Le petit-bourgeois estime néanmoins qu'il n'y a que dans la marge que l'on peut croiser des êtres fondamentalement vils, ce qu'il justifiera par ce fait que les prisons foisonnent de marginaux. C'est sans compter sur l'éthique et la valeur de la parole donnée de certains voyous dans les milieux du banditisme, mais passons.

Le petit-bourgeois, persuadé de son honnêteté, ignore être un criminel en puissance, tout bonnement parce que les bassesses dont il est coutumier s'écartent de toute logique judiciaire.

En général, cela commence par des médisances, car le petit-bourgeois adore baver sur son prochain. Ses conversations se composent en moyenne à 70 % de débinage, les 30 % restant se limitant à la mise en avant de ses biens matériels.

Le petit-bourgeois, de par sa vilénie, est une source d'inspiration sans fond pour les écrivains, sachant déjà que la plupart des polars prennent racine dans leur petitesse, leur médiocrité, leur lâcheté, leur fausseté, leur hypocrisie, leur mesquinerie, leur convoitise... et tous ces défauts qui le caractérisent.

il y a 33 minutes, ping a dit :

Y-a pire. Les faux bourgeois. Ceux qui aimeraient avoir l'air...

Selon moi, les petits-bourgeois en font partie.

Modifié par Loargan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Loargan Membre+ 10 016 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 36 minutes, Pirlouit2017 a dit :

Par nostalgie du panache ? 

Quel panache ? Ne pas confondre la petite bourgeoisie avec la bourgeoisie. Voir l'œuvre de Balzac citée en amont.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ping Membre 5 754 messages
Forumeur alchimiste‚ 50ans
Posté(e)

Question d'attitude et de mentalité. Il y a des gens riches ayant trés bonne mentalité, qui se comportent trés bien. S'il suffisait d'être pauvre pour être quelqu'un de bien, y-aurait que des gens supers sur cette basse terre.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Loargan Membre+ 10 016 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 2 minutes, ping a dit :

Question d'attitude et de mentalité. Il y a des gens riches ayant trés bonne mentalité, qui se comportent trés bien. S'il suffisait d'être pauvre pour être quelqu'un de bien, y-aurait que des gens supers sur cette basse terre.

Il n'est pas question des riches en général, mais de la petite bourgeoisie (pas sensée manquer mais pas riche non plus). En fait, le terme est vague, et pourtant quand on traite quelqu'un de petit-bourgeois, il se vexe et tout le monde comprend de quoi il est question.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Promethee_Hades Membre 10 963 messages
Chien Fou forumeur‚ 84ans
Posté(e)
il y a 55 minutes, Loargan a dit :

Bonjour,

Un petit-bourgeois, qu'est-ce que c'est ?

Mon dictionnaire me dit : Personne qui appartient à la partie la moins aisée de la bourgeoisie (la petite bourgeoisie), réputée conformiste et mesquine.

Voyons ce que nous dit Wikipédia :

La petite bourgeoisie est une classe intermédiaire entre le prolétariat et la bourgeoisie.* On pense aussitôt aux ronds-de-cuir mais, en vérité, cela implique tellement de professions différentes qu'on se demande comment les petits bourgeois sont à ce point reconnaissables.

Dans la vision de Marx, la petite bourgeoisie a peu de pouvoir de transformer la société car elle ne peut guère s'organiser, la concurrence du marché positionnant ses membres « les uns contre les autres ».

Selon le philosophe italien Giorgio Angamben, la petite bourgeoisie planétaire est vraisemblablement la forme sous laquelle l’humanité est en train d’avancer vers sa propre destruction.

Le terme de « petit-bourgeois » a parfois été employé dans le langage courant pour qualifier négativement des idées ou un mode de vie jugés médiocres. Depuis Baudelaire, Flaubert ou Brecht, le « petit bourgeois » est l'image de l'anti-héros par excellence. Il est généralement moqué ou critiqué pour son mode de vie (qui serait matérialiste, routinier, banal, sans imagination) et sa mentalité qui serait fermée, centrée sur la défense de ses intérêts immédiats, sur sa petite propriété, sans ambition.

Les Petits Bourgeois, c'est aussi le titre d'un roman de Balzac : c'est ainsi qu'il désigne les cols blancs, soit le niveau le plus bas de la classe moyenne de son époque. Le mépris de l'auteur pour cette catégorie y est palpable !

La connotation du terme est en fin de compte des plus négatives, un peu comme beauf. On remarquera à ce titre qu'il va souvent avec des adjectifs et locutions désobligeants, voire carrément grossiers : un petit-bourgeois inconsistant, un sale trou du cul de petit-bourgeois, des petites-bourgeoises à chier, la grosse pétasse de petite-bourgeoise, etc.

De nos jours, il semble que les individus fassent tout pour ne pas avoir l'air de ce petit-bourgeois qui, dans l'imaginaire populaire, est tout ce qu'une société peut produire de plus ingrat.

Tellement qu'on a vu des jeunes malades de honte de leur famille petite-bourgeoise, se mettre à singer les caïds des banlieues, adopter leur habillement, leurs accessoires, leur rap... Plus qu'une quête, c'est une véritable carapate pour fuir la vacuité petite-bourgeoise.

Et, de même qu'en Bretagne, il fut un temps où on virait tout ce qui faisait "plouc", depuis quelques décennies on vire tout ce qui fait petit-bourgeois.

Pourquoi tant de rejet ?

Bonjour Loargan, bisous

C'est désuet petit bourgeois aujourd'hui le politiquement correct dit BOBO, mais c'est la même chose.

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Loargan Membre+ 10 016 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Pour donner un exemple typique d'une attitude de petit-bourgeois, Macron -si vous vous souvenez- avec son costard, un objet par lequel il s'est inventé un mérite : lui a travaillé pour se le payer, et il a la sottise de balancer ça devant des gens comme si ceux-ci ne travaillaient pas !

Voir aussi Séguéla avec ses histoires de Rolex...

Modifié par Loargan
  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Promethee_Hades Membre 10 963 messages
Chien Fou forumeur‚ 84ans
Posté(e)
il y a 11 minutes, Loargan a dit :

Quel panache ? Ne pas confondre la petite bourgeoisie avec la bourgeoisie. Voir l'œuvre de Balzac citée en amont.

Surtout pas deux chose radicalement différentes, on mélange surtout pas la soierie fine, avec les serviette hygiènique, même dans une machine à laver. Deux monde complétement différents.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Loargan Membre+ 10 016 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 1 minute, Promethee_Hades a dit :

Bonjour Loargan, bisous

C'est désuet petit bourgeois aujourd'hui le politiquement correct dit BOBO, mais c'est la même chose.

BoBo (définition la Toupie) : Contraction de "bourgeois-bohème", le terme "bobo" désigne de manière plutôt péjorative une catégorie socioprofessionnelle (CSP) de personnes aisées habitant les grands centres urbains et politiquement situées plutôt à gauche et sensibles à l'écologie.

Il trouve son origine dans le livre du journaliste américain David Brooks "Bobos in Paradise" publié en 2000. Décrits à partir d'une analyse de la société américaine pour suivre la transformation des yuppies (Young Urban Professional : Jeunes cadres dynamiques aux USA) des années 1980, les bobos sont censés caractériser un groupe social à partir des valeurs partagées par ses membres, plutôt que par des caractéristiques socio-économiques ou démographiques. Pour l'auteur, cette classe supérieure se situe au croisement de l'idéalisme des années 1960 et des comportements libéraux et individualistes de l'ère Reagan. Elle peut être observée dans tous les pays développés et plus particulièrement en France.

**********************************

Le Bobo oserait-il se démarquer par une montre de prix à son poignet ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Promethee_Hades Membre 10 963 messages
Chien Fou forumeur‚ 84ans
Posté(e)
il y a 2 minutes, Loargan a dit :

BoBo (définition la Toupie) : Contraction de "bourgeois-bohème", le terme "bobo" désigne de manière plutôt péjorative une catégorie socioprofessionnelle (CSP) de personnes aisées habitant les grands centres urbains et politiquement situées plutôt à gauche et sensibles à l'écologie.

Il trouve son origine dans le livre du journaliste américain David Brooks "Bobos in Paradise" publié en 2000. Décrits à partir d'une analyse de la société américaine pour suivre la transformation des yuppies (Young Urban Professional : Jeunes cadres dynamiques aux USA) des années 1980, les bobos sont censés caractériser un groupe social à partir des valeurs partagées par ses membres, plutôt que par des caractéristiques socio-économiques ou démographiques. Pour l'auteur, cette classe supérieure se situe au croisement de l'idéalisme des années 1960 et des comportements libéraux et individualistes de l'ère Reagan. Elle peut être observée dans tous les pays développés et plus particulièrement en France.

**********************************

Le Bobo oserait-il se démarquer par une montre de prix à son poignet ?

Oui comme afficher les marques qu'ils porte dessus lui. Tu en as jamais croisé des drôles comme ça ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Loargan Membre+ 10 016 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Prométhée : oui j'en ai croisés déjà.

Je me suis trompée : Macron c'était « Vous n'allez me faire peur avec votre T-shirt. La meilleure façon de se payer un costard c'est de travailler », et la montre c'était Séguéla qui, 6 ans après avoir déclaré le plus sérieusement du mondeSi à 50 ans on n'a pas de Rolex, on a raté sa vie", en a rajouté une couche avec "Même si on est clochard, on peut arriver à mettre de côté 1 500 euros !" 

Voilà des exemples de petit-bourgeoisisme.

  • Triste 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ellipsis Membre 435 messages
Forumeur survitaminé‚ 42ans
Posté(e)

Moi j'aime pas les bobos... Ça fait mal...

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Promethee_Hades Membre 10 963 messages
Chien Fou forumeur‚ 84ans
Posté(e)
il y a 25 minutes, Loargan a dit :

Prométhée : oui j'en ai croisés déjà.

Je me suis trompée : Macron c'était « Vous n'allez me faire peur avec votre T-shirt. La meilleure façon de se payer un costard c'est de travailler », et la montre c'était Séguéla qui, 6 ans après avoir déclaré le plus sérieusement du mondeSi à 50 ans on n'a pas de Rolex, on a raté sa vie", en a rajouté une couche avec "Même si on est clochard, on peut arriver à mettre de côté 1 500 euros !" 

Voilà des exemples de petit-bourgeoisisme.

Bien oui j'en ai côtoyé dans ma vie des drôles de cette acabit, je supporte très mal.

Leur rejet est facile à comprendre, leur comportement, leur attitudes, leur structure de penser. Leur condescendance envers les moins loti qu'eux, et surtout histoire de faire taire toute culpabilité, leur speudo humanisme qui n'est que de façade. Suffit que quelque travailleurs viennent s'installer prés de chez eux, pour les voir déguerpir, tu parle de la mixité sociale.

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Talon 1 Membre 4 471 messages
Talon 1‚ 72ans
Posté(e)

La mentalité "petit-bourgeois" est comme une muraille. Elle n'admet et ne supporte que ce qui lui semble vrai et juste, transmis de génération et génération. Esprit borné et rêves interdits. En tout cas, en public. En privé, on se permet des écarts. Petit-bourgeois, c'est synonyme de faux-cul. Et ils sont dans tous les milieux sociaux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité