Aller au contenu

Ces ratonnades sanglantes que Marseille a préféré oublier

Caez

Dernières pages supprimées.

Tout nouveau hors sujet sera sanctionné. 

Message ajouté par Caez

Messages recommandés

grandfred Membre 15 336 messages
Forumeur alchimiste‚ 55ans
Posté(e)

Marseille - C'est une période que Marseille a préféré oublier : il y a 45 ans, une série de ratonnades meurtrières ensanglantent la ville, où persiste la nostalgie de l'Algérie Française. Chercheurs et militants tentent aujourd'hui de sortir ces faits de l'oubli.

"On vivait dans la terreur" : attablé à un café du Vieux-Port, Saïd Benmakhlouf, 80 ans, se souvient de 1973 avec émotion. "On avait des menaces tous les jours. Avant de rentrer chez moi, je faisais le tour cinq fois en voiture", poursuit le "chibani", immigré aujourd'hui à la retraite.  

Responsable de l'Amicale des Algériens en Europe, il avait déploré cette année-là l'assassinat d'une quinzaine de compatriotes, rien qu'à Marseille. Tout commence fin août, par l'assassinat, en pleine journée, d'un traminot marseillais, tué à coups de couteau par un déséquilibré algérien. Dès le lendemain, l'opinion publique est chauffée à blanc. 

Assez de voleurs Algériens, de casseurs Algériens, de fanfarons Algériens, de proxénètes Algériens, de syphilitiques Algériens, de violeurs Algériens, de fous Algériens", clame un éditorial du Provençal. L'auteur, Gabriel Domenech, deviendra par la suite député Front National. 

"C'était un appel assez clair aux expéditions punitives. Très vite, ça prend dans les consciences et très vite, on a un ou deux Arabes morts par jour", relate la sociologue Rachida Brahim. 

- "Campagne de haine" - 

La chercheuse a décompté 16 assassinats de nord-africains en 1973 dans la cité phocéenne, la plupart restés impunis. A l'époque, le caractère "raciste" n'est pris en compte ni par la loi, ni a fortiori par la police. 

Un jeune de 16 ans, Ladj Lounef, tué de trois coups de feu dans les quartiers Nord, un père de quatre enfants agressé à la hache au bord d'une voie ferrée, un Algérien de 37 ans, Saïd Aounallah, fauché de trois balles de 22 long rifle à l'entrée de l'autoroute... Les violences culmineront avec un attentat à la bombe, le 14 décembre, au consulat d'Algérie: quatre morts et 18 blessés. 

Une décennie après les accords d'Evian, sur fond de tension diplomatique extrême, "la guerre d'Algérie se rejoue un peu dans ces années-là", analyse Rachida Brahim. A l'époque, 40.000 Algériens logés dans des HLM en périphérie, côtoient environ 100.000 pieds-noirs rapatriés à Marseille.  

Un "comité de défense des Marseillais", ouvertement raciste, est fondé, et M. Benmakhlouf verra ses compatriotes faire leurs valises, prêts à quitter la France en catastrophe. Rares sont ceux qui défendent les Algériens: une fraction de la gauche, dont des maoïstes, certains syndicats et une partie de l'Eglise... 

en entier sur

https://www.lexpress.fr/actualites/1/societe/ces-ratonnades-sanglantes-que-marseille-a-prefere-oublier_1985478.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
landbourg Membre 283 messages
Forumeur activiste‚ 52ans
Posté(e)

Un salutaire exercice de mémoire. 

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
BadKarma Membre 6 951 messages
Docteur Honoris Causa Es "Patati & Patata..."‚ 55ans
Posté(e)

La France, une nation à la mémoire d' un Alzheimer éternel...

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Seyar Membre 3 095 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Mouais...raviver des haines raciales ne peut qu'entraîner de nouvelles haines raciales inversées. Il ne faut pas oublier, certes, mais le meilleur moyen, c'est d'agir de manière à ce que ça n'arrive plus, quelque soit la race. Or Marseille en 2016 par exemple, c'est 34 morts par balle. Les actions ne sont donc pas menées pour éradiquer la violence et ressortir des affaires de carnages sur fond de haine raciale ne peut qu'amplifier le chaos, surtout à notre époque où les gens tuent pour un regard de travers....

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Francelibre Membre 4 730 messages
Forumeur alchimiste‚ 51ans
Posté(e)
il y a 37 minutes, grandfred a dit :

Marseille - C'est une période que Marseille a préféré oublier : il y a 45 ans, une série de ratonnades meurtrières ensanglantent la ville, où persiste la nostalgie de l'Algérie Française. Chercheurs et militants tentent aujourd'hui de sortir ces faits de l'oubli.

"On vivait dans la terreur" : attablé à un café du Vieux-Port, Saïd Benmakhlouf, 80 ans, se souvient de 1973 avec émotion. "On avait des menaces tous les jours. Avant de rentrer chez moi, je faisais le tour cinq fois en voiture", poursuit le "chibani", immigré aujourd'hui à la retraite.  

Responsable de l'Amicale des Algériens en Europe, il avait déploré cette année-là l'assassinat d'une quinzaine de compatriotes, rien qu'à Marseille. Tout commence fin août, par l'assassinat, en pleine journée, d'un traminot marseillais, tué à coups de couteau par un déséquilibré algérien. Dès le lendemain, l'opinion publique est chauffée à blanc. 

Assez de voleurs Algériens, de casseurs Algériens, de fanfarons Algériens, de proxénètes Algériens, de syphilitiques Algériens, de violeurs Algériens, de fous Algériens", clame un éditorial du Provençal. L'auteur, Gabriel Domenech, deviendra par la suite député Front National. 

"C'était un appel assez clair aux expéditions punitives. Très vite, ça prend dans les consciences et très vite, on a un ou deux Arabes morts par jour", relate la sociologue Rachida Brahim. 

- "Campagne de haine" - 

La chercheuse a décompté 16 assassinats de nord-africains en 1973 dans la cité phocéenne, la plupart restés impunis. A l'époque, le caractère "raciste" n'est pris en compte ni par la loi, ni a fortiori par la police. 

Un jeune de 16 ans, Ladj Lounef, tué de trois coups de feu dans les quartiers Nord, un père de quatre enfants agressé à la hache au bord d'une voie ferrée, un Algérien de 37 ans, Saïd Aounallah, fauché de trois balles de 22 long rifle à l'entrée de l'autoroute... Les violences culmineront avec un attentat à la bombe, le 14 décembre, au consulat d'Algérie: quatre morts et 18 blessés. 

Une décennie après les accords d'Evian, sur fond de tension diplomatique extrême, "la guerre d'Algérie se rejoue un peu dans ces années-là", analyse Rachida Brahim. A l'époque, 40.000 Algériens logés dans des HLM en périphérie, côtoient environ 100.000 pieds-noirs rapatriés à Marseille.  

Un "comité de défense des Marseillais", ouvertement raciste, est fondé, et M. Benmakhlouf verra ses compatriotes faire leurs valises, prêts à quitter la France en catastrophe. Rares sont ceux qui défendent les Algériens: une fraction de la gauche, dont des maoïstes, certains syndicats et une partie de l'Eglise... 

en entier sur

https://www.lexpress.fr/actualites/1/societe/ces-ratonnades-sanglantes-que-marseille-a-prefere-oublier_1985478.html

Aujourd'hui, à Marseille, c'est l'inverse.... Si tu n'est pas d'origine Africaine, tu te fais tabasser dans certain quartier....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hanss Membre 11 907 messages
Forumeur alchimiste‚ 36ans
Posté(e)

Et allez..... en vla un. 

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Seyar Membre 3 095 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

En même temps c'est pas complètement faux... :o°

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)

On mange de très bonnes pizzas dans le sud...

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hanss Membre 11 907 messages
Forumeur alchimiste‚ 36ans
Posté(e)

Je n'aime pas trop l'humour sur ces sujets mais compte tenu de la situation actuelle je vais Quand meme tenter une petite blague : 

De la part de Toute la communauté maghrébine : On vous pardonne :D

  • Haha 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
landbourg Membre 283 messages
Forumeur activiste‚ 52ans
Posté(e)

Hélas l'exercice de mémoire ne fera pas changer les choses d'un coup de baguette magique. Mais pour ce que j'appellerai les gens de" bonne volonté" (de n'importe qu'elle horizon politique si elle vise vraiment le bien commun et non des intérêts partisans ou personnels) cela représente un bon point de départ pour comprendre ce qui nous arrive aujourd'hui. Encore hélas, comprendre ne suffit pas à entièrement changer les choses. Mais dans une société où une majorité serait dans cette recherche, les points de vue pourraient peu á peu changer et trouver une compréhension acceptable pour tous . Je crois par contre cela possible ! 

Modifié par landbourg
  • Like 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
landbourg Membre 283 messages
Forumeur activiste‚ 52ans
Posté(e)

Précision, compréhension ne veut pas forcément dire de trouver une seule lecture. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
querida13 Membre 21 899 messages
forumeuse acharnée‚
Posté(e)

J'avais neuf ans à l'époque et le fait est que ces assassinats ne m'ont pas marquée; A vrai dire à l'époque, ce qui m'a davantage marquée c'est une sorte d'invasion des quartiers nord par des nord africains qui ont rapidement délabré les habitats sociaux neufs qu'on leur avait construits et qui avaient un comportement social inadapté .(ils pissaient dans les ascenseurs, volaient au supermarché et dans les boîtes aux lettres,tuaient le mouton de l'aid sur le balcon en arrosant de sang le linge du voisin,ne savaient pas se débrouiller avec les papiers administratifs ne savaient presque pas lire etc, etc...)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hanss Membre 11 907 messages
Forumeur alchimiste‚ 36ans
Posté(e)

Et en vla 2...

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Seyar Membre 3 095 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

En même temps, c'est pas complètement faux...:o°

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
querida13 Membre 21 899 messages
forumeuse acharnée‚
Posté(e)

En revanche on plaignait les travailleurs: toujours sur les routes en plein cagnard avec le marteau- piqueur.Les plus riches pour acheter un stock ont occupé les petits commerces autour de l'arc de triomphe de la porte d'Aix,ou vendaient des objets sur des couvertures dans la rue sainte Barbe ou au cours Belsunce et le centre ville sur ces deux rues avaient des allures de petit souk. On parlait de regroupement familial à l'époque et l'on craignait de devoir payer des allocations familiales pour des familles pléthoriques de onze enfants à des personnes naturalisées qui pouvaient avoir plusieurs épouses! (je précise que tout ce dont je parle est rigoureusement exact, n'en déplaise à certains...)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Seyar Membre 3 095 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

@querida13 > Tu vas peut-être avoir le droit à un "et allez, vlà un 3e"! Mais comme t'étais déjà le 2nd, tu peux occuper 2 places sur le podium tu penses? :gurp:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
querida13 Membre 21 899 messages
forumeuse acharnée‚
Posté(e)

Dans les années Mitterrand , on a commencé à parler d'intégration, ce qui signifiait que cette communauté vivait à l'écart; alors soudain on a trouvé le lien culturel venu aussi de l'Amérique: on s'est mis à les représenter dansant le hip-hop, chantant du rap, à les habiller différemment,à leur donner un rôle culturel. Et on a envoyé l'élite enseigner dans les bas quartiers dans les ZEP, un peu comme quand Pol Pot a envoyé les intellos aux champs.Dans les années 80,beaucoup parlaient fort, fanfaronnaient,(à Marseille on dit" faire le mac") avaient une gestuelle bizarre et enquiquinaient les vieux marseillais. L'uniforme à cette époque? Le jogging de marque, les baskets adidas, la casquette à l'envers et pour les plus riches le poste stéréo à l'oreille. Les filles s'émancipaient plus vite.On entendait parfois parler d'adolescentes qui par représailles étaient renvoyées au bled pour épouser un cousin algérien à seize ans.d'une autre qui avait été vendue par son père à un mari beaucoup plus âgé contre une dot sous forme de cheptel bovin.

Modifié par querida13

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
grandfred Membre 15 336 messages
Forumeur alchimiste‚ 55ans
Posté(e)

je lis donc que ces faits relatés par le topic, tout le monde approuve ou presque !!

et j'ai lu bien des clichés racistes !

les mêmes mots ou presque qui étaient vomis envers les belges, les polonais, les italiens ( remember aigues mortes !) etc... sans oublier ce qu'on subit durant des siècles les juifs en france !

allez, un petit rappel sur des faits dans le prétendu pays des droits de l'homme =

extraits

Bretons, Auvergnats, Italiens, Espagnols, Arabes et Roms: dehors les étrangers qui nous volent notre travail!

« Tout le monde le sait bien qu'il n'y a pas de racisme mais des racismes : racisme anti-pauvre, racisme anti-jeune, racisme anti-femme, racisme anti-arabe... Alors, si vous êtes une "pauvre jeune femme arabe !" »...Guy Bedos

 

C’est un article un peu particulier qui s’offre à votre lecture. En effet, il s’agit non pas, comme à notre habitude de démonter un fait, un hoax ou une rumeur précis, mais une assertion bien inscrite dans le patrimoine de pensée de l’extrême droite :


.................(...................)..................

Cette figure de l’étranger « inassimilable » accompagne chaque vague migratoire. Des Italiens, de la fin du XIXe siècle, aux migrants africains d’aujourd’hui, les stéréotypes ne changent guère. Les immigrés seraient trop nombreux, porteurs de maladie, délinquants potentiels, étrangers au corps de la Nation, voire même ennemis de celle-ci. Cette xénophobie, récurrente en temps de crise, va souvent de pair avec l’antisémitisme et se nourrit de racisme.

 

Ce que nous voulons démonter dans cet article, c’est la réflexion très fréquente qui consiste à présenter les étrangers d’aujourd’hui comme inassimilable, alors que les anciennes vagues d’immigrations, elles se seraient intégrées parce « qu’Européennes ».
Nous voulons montrer que rien n’est moins vrai car les stéréotypes que l’on entend sur les immigrés « d’aujourd’hui », sont exactement les mêmes que ceux que les immigrés « d’hier », Belges, Polonais, etc… ont entendu. Que ces stéréotypes procèdent des mêmes phrases, mêmes sous-entendus et mêmes préjugés.
Et que, de façon plus significative encore, ces stéréotypes ont été absolument les mêmes, qui ont été utilisés contre les Provinciaux français à la fin du XIX ème siècle !!!

Notre but n’est pas d’expliquer en profondeur les raison de ces stéréotypes autrement que par des pistes de lecture ; qui vous emmèneront plus loin. Mais bien par des citations xénophobes/racistes ; de vous démontrer par A+B que ce que le raciste d’aujourd’hui présente comme une réalité incontournable, comme un fait indépassable, une vérité absolue (que seuls les « bobogauchistes » et les ennemis de la France nient), n’a pas été moins vrai envers les provinciaux et de tous les membres des vagues successives d’immigration qu’ont connu notre pays.

 

1)        Le stéréotype de l’étranger

L’Autre est présenté, inconsciemment peut-être, comme quelqu’un dont les habitudes, les mœurs sont étranges, anormales, voire monstrueuses.

« On respecte ses règles (celles de la France), c’est-à-dire qu’on est pas polygame, on ne pratique pas l’excision sur ses filles, on n’égorge pas le mouton dans son appartement et on respecte les règles républicaines » disait Sarkozy.

Pourquoi la presse, suite au meurtre et au viol de Sophie Gravaud, nous parle d’un suspect « nantais d’origine bosniaque », ou « bosniaque », ou « français d’origine bosniaque », ou encore « clandestin d’origine bosniaque » ? On lit couramment un « français d’origine maghrébine » quand la presse évoque un fait divers. L’origine, ethnique dirons-nous, aurait-elle une valeur explicative dans l’acte ? Surtout, cela conduit à un schéma mental chez l’auditeur, le lecteur ou le téléspectateur : le crime est étranger. Pour corriger le tir, il serait peut-être bon de parler de suspect d’origine française quand il s’appelle Jean-Pierre Durand.

La figure de l’étranger est forcément menaçante. L’immigration est forcément issue d’une volonté des dirigeants d’affaiblissement du pays, mais aussi d’une rapacité de l’immigrant. L’immigrant ne peut que menacer la Nation, la dissoudre, dans toutes ses composantes :

en entier sur

http://www.debunkersdehoax.org/bretons-auvergnats-italiens-espagnols-arabes-et-roms-dehors-les-etrangers-qui-nous-volent-notre-travail

  • Like 1
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hanss Membre 11 907 messages
Forumeur alchimiste‚ 36ans
Posté(e)

Et c'est quand alors que t'as commencé à les aimer  on attend :D

il y a 5 minutes, querida13 a dit :

Dans les années Mitterrand , on a commencé à parler d'intégration, ce qui signifiait que cette communauté vivait à l'écart; alors soudain on a trouvé le lien culturel venu aussi de l'Amérique: on s'est mis à les représenter dansant le hip-hop, à les habiller différemment,à leur donner un rôle culturel. Et on a envoyé l'élite enseigner dans les bas quartiers dans les ZEP, un peu comme quand Pol Pot a envoyé les intellos aux champs.Dans les années 80,beaucoup parlaient fort, fanfaronnaient,(à Marseille on dit" faire le mac") avaient une gestuelle bizarre et enquiquinaient les vieux marseillais. L'uniforme à cette époque? Le jogging de marque, les baskets adidas, la casquette à l'envers et pour les plus riches le poste stéréo à l'oreille.

 

Modifié par hanss
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
querida13 Membre 21 899 messages
forumeuse acharnée‚
Posté(e)

Je leur ai appris à lire, à écrire, à compter.J'ai parfois acheté du matériel pour qu'il puisent le faire, je suis descendue travailler dans les ZEP.J'ai toujours cru que la société serait meilleure avec des adultes qui sauraient se débrouiller dans la vie.Aussi quand j'en vois égorger des jeunes à la gare st Charles ou écraser les gens à Nice,ou d'autre partir faire le jihad en Syrie il me vient de grands doutes; et si ce que j'avais fait n'avait servi à rien? Toujours est-il que lorsque l'un d'entre eux se fait abattre par un flic ,parce qu'il prend un otage ou agresse, je suis contente que ce ne soit pas un de mes élèves. Quand ,comme on me l'a raconté, une femme maghrébine signe un acte de vente d'une croix , je suis contente que ce ne soit pas une de mes élèves. Quand une des gamines que j'ai eues vient me voir et me dit qu'elle a trouvé du travail, je suis fière d' avoir un peu contribué par mon enseignement, à son éducation.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité