Aller au contenu

landbourg

Membre
  • Contenus

    1306
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de landbourg

  • Rang
    Forumeur alchimiste
  • Date de naissance 05/13/1966

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Lieu
    bourg- en - bresse
  • Intérêts
    tout

Visiteurs récents du profil

7002 visualisations du profil
  1. Oh oui encore.
  2. Mais c 'est quoi ? Qui ?ces papillons qui font du bruit en tapant sur la lumière de la flamme ? J ai dû rater quelque chose.
  3. landbourg

    Je gâche mon temps

    Merci de votre commentaire Blaquière. Venant de vous je le reçois avec beaucoup d'intérêt.
  4. Mais l'autre est en nous-même et nous- même dans l'autre. Par exemple si Descartes veut isoler son petit "je" c 'est en le libérant de tout ce que l'autre lui à inculqué et qu'il a pris pour argent comptant. Et l'autre à fait la même connerie mais lui sans ce poser de questions existentielles sur la véracité de ses propos et la refilé à son voisin qui... Le moi ne peut se concevoir que dans une communauté de pensée, seul il n'est rien sinon ce truc qui doute mais qui par la grâce du grand ordonnateur sait au final qu'il n'est pas trompé et qu'il existe. Les.grand faiseur de systèmes n'ont pas fait mieux, ni les penseurs de philosophie politique. Au lieu de dire nous nous tenons mutuellement jusqu'au bout , sinon rien ne peut exiter ils ont dit dieu le veut ou sinon c foutu. ( on peut aussi dire la raison, la rationalité, la science pour moi c'est kif kif.) Moi je ne vois qu'un grand jeu de miroir et un maître du jeu qui joue avec nous à créer l'auto engendrement de nos je et du nous et même du monde, du moins son intelligibilité( tiens ça me rappelle hegel ) . Autoengendrement qui nécessite un échange incessant en va et viens entre moi et l'autre. Je met du sens avec nous et nous met du sens avec les je. Que je dise moi ou l'autre c'est la même chose. Moi invente ( cré ) l'autre et l'autre invente le moi. Tout n'est qu'invention et pourtant tout est vrai. Il suffit juste d'avoir un ensemble d'aprioris en commun et y croire dur comme fer! Dans ce cas là , la matière ne serait que le support de nos projections personnelles et collectives. La possibilité d'infini possibilités.
  5. Oui mais à quoi? Mon dieu que c'est excitant ! ( surtout avec un soleil pareil et une végètation qui semble prête à s'embraser !)
  6. L'instant c'est un truc incroyable si on arrive à stopper toutes nos anticipations. C très dur à ressentir, très rare. Mais quand on le ressent c'est comme une "bulle" d 'éternité. Ça peut inquiéter mais aussi être grandiose. Moi ça me donne parfois presque l'impression d ' un souvenir mais où je suis présent, même très présent et très vivant.
  7. landbourg

    La ligne de fuite

    Et l'amour "interrogea t-il ? "Peut on perdre l'amour pour ensuite le gagner? " La question de mon amoureux me revenait comme une flèche qui se planta dans mon cœur. Je ne le voyait plus. Je ne sais quelle mission à l'étranger le retenait depuis 2 mois. On avait échangé quelques mails et le silence c imposé. J'avais retrouvé comme par miracle le goût des femmes et très vite deux prétendantes tournait autour de moi. Elles sont bien cabossées mes princesses mais je leur trouve beaucoup de charmes. Des vies à bout de souffle remplies de doux et de terribles souvenirs. Je les écoutes plus que je parle, je les fais rires lorsqu'elles se réveillent de leurs longs monologues. Elles ont perdus l'amour et cherchent à le reconquérir mais leur âge ne leur permet plus de rêver autant qu"elles le voudraient. Moins qu'un amoureux je suis un confident et je ne cherche pas à être plus que cela. A l'heure des baisers et des caresses, je m'enfuis, mais d' une certaine façon je les aimes. Au niveau sexuel pour moi c'est depuis le confinement le calme plat. Je pense à mon ex et à ma révolution personnelle. Mes prétendantes me prennent pour un gentleman qui sait prendre son temps mais moi je sais ce qui me retiens de les posséder quand elles se font câlines. Je pense à la femme avec qui j ai vécu 30 ans et cela me tourmente. J'ai donc tout perdu mais je ne sais plus très bien pour quelle raison. J'ai gagné, je le sens, mais je ne sais pas quoi. J'affiche un sourire radieu mais je me sens régulièrement très en colère . Depuis l'épidémie tout le monde à oublié le "qui perd gagne." Pourtant les perdants sont certainement encore plus nombreux aujourd'hui. La gagne n'est pas forcément évidente à ressentir. Et pourtant elle est là. J 'avais gagné deux copines qui me faisait comprendre combien la vie peut-être source de désolation et je passais pour un chanceux dans mon numéro d'équilibriste. Ce que je veux en fin de compte c revenir en arrière mais changé, transfiguré comme le gars sur la photo du journal qui lui semblait s'élancer en avant.
  8. landbourg

    La ligne de fuite

    Ton ombre me suit Ma colère tue Je pleure sans bruit Rigole des rues Mon manque me dit Jardin et silence Égayent ma vie Accordent mes sens J'ai des souvenirs L'incompréhension L'amour devenir Et nos désunions Hier est partie Enfoui sans soleil Miettes de ma vie Ciel sans éveil Avenir troublé Le temps sans issue Rivière asséchée Oui je suis vaincu Reste le pourquoi Ce désir vivant Venu jusqu'à moi Coule dans mon sang
  9. Ton ombre me suit Ma colère tue Je pleure sans bruit Rigole des rues Mon manque me dit Jardin et silence Égayent ma vie Accordent mes sens J'ai des souvenirs L'incompréhension L'amour devenir Et nos désunions Hier est partie Enfoui sans soleil Miettes de ma vie Ciel sans éveil Avenir troublé Le temps sans issue Rivière asséchée Oui je suis vaincu Reste le pourquoi Ce désir vivant Venu jusqu'à moi Coule dans mon sang Je gâche mon temps
  10. landbourg

    Oulala

    C pas des histoires de dos ... c des histoires d'amour. Dis -toi que la merde est dans l'oeil de celui qui juge. ( sauf dieu, et encore , moi je pense qu'il ne juge pas. )
  11. landbourg

    La ligne de fuite

    La revanche En avalanche Je fais la planche Sur une eau calme Au milieu du vacarme Qu'on me désarme Je n'ai plus de larme Qu'on me noie Je suis aux abois Qu'on m'enterre Je suis en enfer
  12. landbourg

    Oulala

    Des mains qui se joignent, s'agrippent tendrement. Mon dieu, quelle érotisme, quelle jaillissement de désir éternel.
×