Aller au contenu

#safedanslarue


Messages recommandés

casdenor Membre 11 203 messages
Bubon baveux de Belzébuth‚ 30ans
Posté(e)

L'histoire a commencé hier, par une série de tweet lancé par crepe_georgette, une blogeuse féministe qui parlait d'astuces pour les hommes. Indiqué par elle-même comme "comment agir de manière féministe".

C'était une série de 16 points divers et variés sur les manières quotidienne que des hommes pourraient adopter afin de combattre les stéréotypes (Liste complète). Parmi eux, on trouvait "6. quand une femme dit qu'elle a été harcelée, je lecoute et je ne minimise pas." ou encore "16. en tant qu'homme je ne refuse pas de dire que j'ai peur (par ex de rentrer seul)."

Certains points ont suscité une large polémique, en particulier le troisième que je retranscris ici: "3. dans la rue la nuit si une femme est seule, je la depasse vite en me mettant sur le trottoir d'en face pour montrer que tout est safe"

Ce point a paru agressif à certains, dont votre serviteur dans un premier temps, mais j'expliquerai après pourquoi j'ai changé d'avis.

Suite à cela, le hashtag #safedanslarue a été lancé pour demander aux femmes ce qu'elles font quand elles sont dans la rue pour se sentir plus en sécurité. Les réponses sont édifiantes et témoigne d'un malaise social qu'en tant qu'homme, on n'imagine sans doute pas.

Parmi elles, on trouve le fait de sortir son portable et s'arrêter pour laisser un inconnu passer devant quand il est derrière. On a également le fait de mettre des écouteurs sur les oreilles "mais pas de musique pour pouvoir entendre si quelqu'un s'approche", ou encore "je ne regarde pas les mecs, histoire qu'ils ne prennent pas ça pour une invitation"

Pire encore, certains tweets parlent de personnes prévoyant leurs itinéraires ou limitant au maximum leurs sorties.

Mais ce qui choque le plus, c'est l'abondance de réponse, et de nombreuses personnes indiquant qu'elles n'avaient même pas remarqué qu'elles adoptaient les mêmes comportements, pour les mêmes raisons.

J'ai été énervé dans un premier temps par ces tweets. En tant qu'homme n'ayant jamais eu l'intention de choper une nana dans un coin, je trouvais le point 3 agressif, comme si je devais me justifier de ne pas être un agresseur. C'était dérangeant. Pour ma part, je sais que je trouverai ça blessant qu'une femme accélère le pas devant moi, comme si j'étais un danger.

Mais le fait est que si un homme accélère le pas devant moi, je ne vais pas mal le prendre. Pourquoi ? Hé bien pour la même raison.

Une femme qui accélère le pas, ou sort son portable pour s'arrêter et laisser passer l'homme derrière elle, n'a pas peur de l'individu en question, mais de l'image genrée de celui-ci et de la marque social qui lui est attribué. De la même manière que moi, quand je vois une femme accélérer quand je me retrouve juste derrière elle de nuit, je pense immédiatement qu'elle a eu peur de moi, alors que je n'aurais pas cette sensation pour un homme, de la même manière, elle a cette réaction. Une réaction, au final, totalement compréhensible, puisqu'elle répond à une image qui nous est imprimé dans l'esprit depuis toujours: la femme en tant que victime qui a peur, l'homme en tant qu'agresseur.

On aurait pu considérer qu'il s'agissait d'un esprit paranoïaque, sans aucun doute, si les tweets #safedanslarue n'étaient pas aussi nombreux. Par leur seul nombre, ils révèlent un véritable malaise, et un malaise global. Face à cela, même les tweets légèrement polémique (dont le 3 que je citais) semblent, au final, plutôt une bonne idée. Loin d'être là pour culpabiliser un individu ou lui dire qu'il doit prouver ne pas être un agresseur, ils sont simplement des méthodes, simples et surtout, quotidiennes, applicables à tous, qui peuvent aider. Au final, c'est sans doute ce qui compte.

J'avais envie de faire partager ce petit débat que j'ai vu, avant qu'il ne soit dénaturé (on notera qu'europe1 a réussi à détourner le débat en l'analysant sous l'angle de la self-défense comme si c'était le but de la discussion) ou mal présenté par quelqu'un qui n'aurait pas pu le suivre depuis le début. (d'autant qu'il a vraiment grandi en proportion). Pour moi, c'est l'exemple typique de la mise en lumière de données qu'on ne connaît pas, et d'astuces faites pour tout un chacun. Bref, ces petites choses qui peuvent aider, à mon sens, à rendre le monde meilleur. (bisounours ? Non. J'aurais pu dire moins pire, mais je trouve ça franchement hypocrite)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

J'ai toujours été mal à l'aise de me retrouver dans des endroits déserts, surtout la nuit (pas par peur des hommes, mais avec le sentiment d'être une proie potentielle), mais je n'en parle jamais de peur d'être ridicule. Pourtant mon conjoint le comprend inconsciemment car il a peur pour moi, mais quand je fais pareil, il rigole, il dit qu'il n'a pas le profil à être agressé.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Amarok59 Membre 1 992 messages
Forumeur alchimiste‚ 46ans
Posté(e)

Dans le cas où vous vous trouvez en pleine nuit derrière une femme très agée dans une rue pas éclairée Il manque le point :

Prenez une méga phone en hurlant "ne vous inquiétez pas madame je ne vais pas vous agresser !"....Crise cardiaque assurée !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
casdenor Membre 11 203 messages
Bubon baveux de Belzébuth‚ 30ans
Posté(e)

Un point que je n'ai pas indiqué mais qui, il me semble, devrait l'être: en 2011, 360.000 hommes ont été victimes de violence physique hors-ménage, contre 300.000 femmes. Contrairement à ce que l'on croit, l'homme a plus de risque d'être tué quand il se trouve seul dans la rue que la femme, et si, cumulés, les violences sexuelles et les violences sont plus importantes chez les femmes (510.000) que chez les hommes (440.000) la différence reste réduite, à peine 6% d'écarts entre les deux sexes.

Mais on apprend à la femme à avoir peur.

Et à l'homme à se sentir en sécurité. Preuve qu'il y a bien un phénomène véhiculé par la société, assez éloigné de la réalité. (source: http://www.ladocumen...000623/0000.pdf )

Modifié par casdenor
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Un point que je n'ai pas indiqué mais qui, il me semble, devrait l'être: en 2011, 360.000 hommes ont été victimes de violence physique hors-ménage, contre 300.000 femmes. Contrairement à ce que l'on croit, l'homme a plus de risque d'être tué quand il se trouve seul dans la rue que la femme, et si, cumulés, les violences sexuelles et les violences sont plus importantes chez les femmes (510.000) que chez les hommes (440.000) la différence reste réduite, à peine 6% d'écarts entre les deux sexes.

Mais on apprend à la femme à avoir peur.

Et à l'homme à se sentir en sécurité. Preuve qu'il y a bien un phénomène véhiculé par la société, assez éloigné de la réalité. (source: http://www.ladocumen...000623/0000.pdf )

Ah, c'est intéressant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Amarok59 Membre 1 992 messages
Forumeur alchimiste‚ 46ans
Posté(e)

Un point que je n'ai pas indiqué mais qui, il me semble, devrait l'être: en 2011, 360.000 hommes ont été victimes de violence physique hors-ménage, contre 300.000 femmes. Contrairement à ce que l'on croit, l'homme a plus de risque d'être tué quand il se trouve seul dans la rue que la femme, et si, cumulés, les violences sexuelles et les violences sont plus importantes chez les femmes (510.000) que chez les hommes (440.000) la différence reste réduite, à peine 6% d'écarts entre les deux sexes.

Mais on apprend à la femme à avoir peur.

Et à l'homme à se sentir en sécurité. Preuve qu'il y a bien un phénomène véhiculé par la société, assez éloigné de la réalité. (source: http://www.ladocumen...000623/0000.pdf )

un homme qui subit des violences est forcement une chochotte voyons !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Sandy8
Invité Sandy8 Invités 0 message
Posté(e)

En toute honneteté au debut j'ai cs a des delires feministes...

Puis...

C'est si triste d'etre obligé de prévoir son itineraires ou de limité ses sorties!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Amarok59 Membre 1 992 messages
Forumeur alchimiste‚ 46ans
Posté(e)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fafaluna Membre 7 395 messages
Aux grands mots les grands remèdes‚
Posté(e)

En toute honneteté au debut j'ai cs a des delires feministes...

Puis...

C'est si triste d'etre obligé de prévoir son itineraires ou de limité ses sorties!

Parler de la condition de la femme c'est des "délires féministes" Le monde selon Sandy :o°:o°:o°

Sinon cet article n'est pas étonnant, on renvoie toujours de la femme une image de victime. Donc sortir seule le soir...

Par contre c'est de l'humour la 3 non? Parce que je trouve ça un peu .... disons qu'un gars qui fait cela aura l'air au mieux bizarre, au pire suspect :D.

Modifié par Fafaluna
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
casdenor Membre 11 203 messages
Bubon baveux de Belzébuth‚ 30ans
Posté(e)

Vous en voulez d'autres pour avoir conscience du malaise ? Un petit florilège

Pour être #safedanslarue Je marche vite, d'un pas qui se veut "assuré", j'évite de regarder les gens que je croise pour pas "provoquer"...
@The_Economiss Marcher vite, pas fumer pour pas donner un prétexte, mettre qu'un écouteur pr entendre ce qui se passe #safedanslarue
Moi pour être #safedanslarue je rentre pas trop tard de soirée parce que j'ai peur que ce soit dangereux.
#safedanslarue Quand je sort mes chiennes le soir, je change régulièrement mon parcours pour pas être repéré sur un trajet habituel
Si j'ai un doute, la nuit, je garde un crayon/stylo bien pointu dans la main, au cas où. #safedanslarue
Quand je marche que j'ai mon ombre devant moi, je regarde au sol voir si ya pas une autre ombre derrière #safedanslarue

Encore une fois, oui, au début, on pourrait penser à un délire féministe, et comme toi Sandy8 en voyant les points évoquées par Crepe_georgette, j'ai un peu tiqué. Maintenant, je continue de regarder le tag et les réponses, et personnellement, ça me fait froid dans le dos. Non seulement par les réactions, comme tu le dis, mais surtout, quelque chose que je ne peux pas rendre ici, par la MASSE de réponses de personnes.

Y a encore des moments où je me dis "rho, ça c'est trop". Mais finalement, qu'est-ce que j'en sais ? Vu le reste raconté, et le fait que parmi mes proches, ça a été confirmé... ouais. Outch.

@Fafaluna: allons, il a bien précisé: au début. Et moi aussi au début j'avais cette sensation. Ne charge pas Sandy8, pour le coup sa réaction est totalement logique. Et le fait est qu'il ne s'est pas arrêté là ;)

Modifié par casdenor
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fafaluna Membre 7 395 messages
Aux grands mots les grands remèdes‚
Posté(e)

féministe c'est péjoratif maintenant? Et non dès le début ça n'a absolument rien d'un délire. Certains témoignages sont sincères mais assez paranoiaques pour certaines personnes ( les personnes refusant de sortir le soir par exemple...).La question est de savoir d'où vient cette peur. On ne peut pas dire que c'est "un délire" sans essayer de comprendre la peur subjective, fondée ou non de la personne.

Le seul truc délirant c'est la remarque 3, et n'a rien de féministe.

Modifié par Fafaluna
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
casdenor Membre 11 203 messages
Bubon baveux de Belzébuth‚ 30ans
Posté(e)

Tout ce qui est indiqué comme "délire " est péjoratif. "Les délires français" est péjoratif, et français ne l'est pas.

Et si, on peut facilement, en tant qu'homme, avoir l'impression d'un délire féministe quand on lit les points évoqués dans le lien, etc...

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fafaluna Membre 7 395 messages
Aux grands mots les grands remèdes‚
Posté(e)

Lesquels?

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
RainBows Membre 887 messages
Forumeur accro‚ 22ans
Posté(e)

En même temps les médias nous rabbattent les oreilles à propos de toutes ces femmes qui se font violer, tuer, torturer, kidnapper, et même celles qui rentrent dans les trafics de femmes...

Bien sûr que c'est à cause ça, c'est ça qui créer la paranoïa. Après les parents font pression auprès de leur fille pour qu'elle fasse attention, ils leur racontent toutes sortes d'histoire dégueulasses qui pourraient potenciellement arriver.. On m'a quand même offert 2 bombes lacrymo depuis que j'ai commencé mes études dans une grande ville. :hu:

Alors oui. C'est clair que c'est de la paranoïa bien entretenue par les médias.

Et je fais partie de ces femmes qui ont peur le soir. C'est pour ça que je sors jamais seule, mais avec d'autres amies. Et la main toujours dans ma proche, prête à dégainer ma bombe !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alain75 Membre 18 569 messages
Marxiste tendance Groucho‚ 56ans
Posté(e)

C'est peut-etre un poil parano, mais j'ai gardé l'habitude de mon beau-pêre.

Quand je raccompagne une dame à son domicile, j'attends pour repartir de voir la lumière s'allumer dans son appart'. Il faisait ça avec ses filles, nieces, cousines.

Ca prends 5 mn mais ça rassure. Mais j'ai etendu la mesure, aux garçons aussi.

(Ce qui fait rire mon fils qui fait une tête et 15 kg de plus que moi, water-polo et arts martiaux.....m'en fous, je passe pour un gentil gâteux, et j'ai droit à des pates de fruits du coup...miam !!. )

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Splanchnopleure Membre 288 messages
Forumeur activiste‚ 22ans
Posté(e)
1391625723[/url]' post='8785050']

Un point que je n'ai pas indiqué mais qui, il me semble, devrait l'être: en 2011, 360.000 hommes ont été victimes de violence physique hors-ménage, contre 300.000 femmes. Contrairement à ce que l'on croit, l'homme a plus de risque d'être tué quand il se trouve seul dans la rue que la femme, et si, cumulés, les violences sexuelles et les violences sont plus importantes chez les femmes (510.000) que chez les hommes (440.000) la différence reste réduite, à peine 6% d'écarts entre les deux sexes.

Mais on apprend à la femme à avoir peur.

Et à l'homme à se sentir en sécurité. Preuve qu'il y a bien un phénomène véhiculé par la société, assez éloigné de la réalité. (source: http://www.ladocumen...000623/0000.pdf )

En même temps les hommes s'exposent plus, je ne rentre jamais chez moi tard le soir, mes potes masculins beaucoup plus, donc ce n'est pas très représentatif.

Je ne suis pas parano de mon côté, mais même en plein jour des types me regardent comme un morceau de viande me parlent comme si j'en étais un et sont parfois très insistants, alors la nuit, j'ai peur. Cela m'est déjà arrivé que le même genre d'individu aille jusqu'à me bloquer le passage pendant 5mn jusqu'à ce que j'arrive à m'échapper et que je réalise qu'il était toujours 100m derrière moi enfin voilà..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tequila Moor Sérial Banneur 6 423 messages
Le sourire facile, même pour les imbéciles‚ 100ans
Posté(e)

Certains points ont suscité une large polémique, en particulier le troisième que je retranscris ici: "3. dans la rue la nuit si une femme est seule, je la depasse vite en me mettant sur le trottoir d'en face pour montrer que tout est safe"

Marrant que ça génère une polémique, ça me paraît pourtant évident... J'ai toujours fait attention à ce genre de détails, évitant de coller aux basques d'une femme la nuit, ou dans un endroit désert : la dépasser, pas forcément, mais laisser une distance de sécurité entre moi et elle, oui, et changer de trottoir, aussi. Mais bon... J'ai connu suffisamment de femmes qui avaient eu des problèmes avec des inconnus (voire des gros problèmes) pour comprendre qu'il peut être important de ne pas stresser inutilement une inconnue.

Par contre, je ne suis pas certain que cela fasse partie d'un quelconque féminisme, mais plus d'une sorte de civisme : dans le même genre de civisme, j'évite de fixer les gens dans un transport en commun ou une salle d'attente, par exemple, il me paraît compréhensible que ça va s'avérer stressant.

Modifié par Tequila Moor
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Splanchnopleure Membre 288 messages
Forumeur activiste‚ 22ans
Posté(e)
1391629363[/url]' post='8785275']

Par contre, je ne suis pas certain que cela fasse partie d'un quelconque féminisme, mais plus d'une sorte de civisme : dans le même genre de civisme, j'évite de fixer les gens dans un transport en commun ou une salle d'attente, par exemple, il me paraît compréhensible que ça va s'avérer stressant.

Ah, ça en revanche, je ne suis pas très effrayante, mais impossible de m'en empêcher :p

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 433 messages
Gonade Absolutrice‚
Posté(e)

Il y a toute une mythologie autour de la jeune femme agressée dans la rue, plus qu'autour du mec qui est censé "savoir se défendre" et qui donc en parlera moins. Il y a pas mal de messages de préventions, des réflexes de peur communs (dans une rue, la nuit, isolé, quelqu'un de plus grand, le couteau,...) qui génèrent des fantasmes dont les médias se font écho avec des faits divers... malheureusement très évocateurs.

Cela dit, on classe d'office la femme (avec les enfants et les vieux) comme des victimes plus faciles. D'autant plus qu'on définit un agresseur/prédateur comme quelqu'un de physiquement capable d'agresser - ou comme un détraqué qui trouvera la force dans sa folie. Tant qu'on définit cette hiérarchie, on aura la même hiérarchie dans la façon de traiter la question - au-delà des faits mêmes. Mais ça ne naît pas d'une paranoïa féministe, plutôt d'une vision masculo dominante (prédateur inclus) brodée sur le réel.

Une agression, ça laisse aussi beaucoup de traces, ça se transmet, surtout chez les personnes qui n'évoluent pas dans un milieu violent et qui la découvrent de façon très dure. Pour une femme, il y a aussi le spectre de l'agression sexuelle. A tort ou à raison, on estime que c'est un motif courant d'agression sur une femme (induit : et pas sur un homme).

Et... c'est un avis personnel mais je trouve que les femmes se font plus emmerder/interpeller dans la rue que les hommes. Sans parler d'agression physique, des agressions d'incivilité, vulgarité, insultes ou intimidation. Ou est-ce que les mecs sont plus habitués à s'en foutre ?

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yardas Membre 7 068 messages
Thermodynamiquement instable‚
Posté(e)

Et... c'est un avis personnel mais je trouve que les femmes se font plus emmerder/interpeller dans la rue que les hommes. Sans parler d'agression physique, des agressions d'incivilité, vulgarité, insultes ou intimidation. Ou est-ce que les mecs sont plus habitués à s'en foutre ?

Non, je pense que les mecs ne les vivent juste pas. Aucune femme ne m'a jamais sifflé, ou s'est crue tout permis sous couvert de drague. Et aucun ami homme à ma connaissance ne l'a vécu non plus. Le harcèlement de rue est quasi exclusivement féminin.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×