Aller au contenu

Le gouvernement annonce le mariage gay pour 2013

Noter ce sujet


Invité David Web

Mariage Homosexuel  

233 membres ont voté

You do not have permission to vote in this poll, or see the poll results. Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour voter dans ce sondage.

Messages recommandés

Posté(e)
Constantinople Membre 16177 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
C'est toi qui est dans l'anxiogène bidon. On va étendre le mariage, non pas éradiquer le modèle traditionnel qui par sa force, sa simplicité, son ancrage profond dans notre société restera le modèle le plus répandu et le référent. Et en terme de valeur, ça procède des mêmes.

C'est là que votre position est indéfendable. A partir du moment ou on légalise le mariage homo, on décréte de fait que le modéle traditionnel n'est plus un modèle : de fait, la seule chose qui le garderait "répandu" c'est une certaine tradition, un ciment transmis par l'éducation familiale.... Or, on sait celle si en grande partie détruite par cinquante années de poncifs gauchistes et de libéralisme actif. On peut décider que ce modèle n'est plus a même de cimenter une société mais encore faut il l'assumer pleinement et pas nier que cette réforme détruira le dernier pilier qui le soutient.

Du coup, on n'a qu'à interdire le divorce ou rendre celui-ci moins facile (ce qui est la qualité du PACS : se défaire en un quart d'heure). Quel rapport avec la volonté de créer d'autres unions solides et une alternative familiale ?<br style="color: rgb(28, 40, 55); font-family: Tahoma, 'Lucida Grande', Helvetica, Verdana, FreeSans, sans-serif; font-size: 14px; line-height: 21px;">Tu vois qu'en creusant la question, on constate le peu d'importance qu'a la question du mariage aux homos.

Le rapport est là : considérer le mariage traditionnel comme une vague option. C'est cela qui fait qu'on peut divorcer et se remarier sans complexe, détruire un noyau famlial pour en recréer un autre, changer de figure de pére/ mére en claquant des doigts, etc, et décréter d'un revers de main qu'il n'a pas plus de valeur que n'importe quel autre modèle familial.

La déstructuration de la famille n'est pas dû au mariage homo : il n'existe pas encore et de toute façon, c'est une aspiration à la famille pour une minorité de minorité de gens. En terme de masse, de valeur et même d'intégration légale, l'impact est minime. Et la cause n'est pas résumable à un bête élan libertaire mais justement un retour à la famille, tendance forte face à un monde qui part en morceau.

Certes. Mais la légalisation de celui ci gravera dans le marbre la destructurion comme modèle aussi courant et souhaitable que la famille structurée. En réalité, les enjeux dépassent largement les trois pelés un tondu homo qui veulent se marier, elle concerne la société dans son ensemble, qu'ils le veuillent ou non.

A ce que je sache, c'est un phénomène mondialisé, une mentalité mondialisée (croissance constante, court terme) qui nous plonge dans ce qui se passe actuellement. Un couple homo, et tout ce qu'il implique, reste bien peu de chose dans tout ça.

Personne ne rends le mariage gay responsable de ces affres, par contre, il est certain qu'il sera un outil pour péréniser ce délitement.

Modifié par Constantinople
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
  • Réponses 7.2k
  • Created
  • Dernière réponse

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

c'est une bonne nouvelle parce que je vais avoir au moins 3 mariages d"amis qui étaient désespérés de ne pouvoir s'unir. Alors s'ils peuvent adopter c'est encore mieux!!! BRAVO si le projet va jusq

Le gouvernement annonce le mariage gay pour 2013 La ministre déléguée à la Famille rappelle l'engagement 31 de François Hollande. Le projet soulève déjà des questions en droit de la famille. À l'

Vont-ils tenir leur promesse sur le mariage gay et l'adoption, en 2013 et ne pas faire demi-tour !? Mais sinon, ça serait une très bonne chose !!!

Posted Images

Posté(e)
Hussard Noir Membre 2682 messages
Polémiste‚
Posté(e)

Le mariage a été tué par les idéologies de 68. Il a été désacralisé depuis bien longtemps pour ne rester qu'un "mariage d'amour", qui se termine une fois sur deux en divorce - puisqu'il ne tient que sur les petits sentiments de ces dames, donc sur rien de solide, - et la plupart des gens ne s'en encombrent même pas puisque la majorité des naissances ont lieu hors mariage. Le mariage aux homosexuels, parent 1 et parent 2, n'est qu'une conséquence de plus dans cette décadence, et sans doute pas la dernière.

C'est donc une institution en ruine à laquelle on donne un ultime coup de boulet, un reste de norme à abattre dans les décombres d'une société soixante-huitarde.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
43ans Posté(e)
Zeds_Dead Membre 4003 messages
En désaccord‚ 43ans
Posté(e)

Du coup, on n'a qu'à interdire le divorce ou rendre celui-ci moins facile (ce qui est la qualité du PACS : se défaire en un quart d'heure). Quel rapport avec la volonté de créer d'autres unions solides et une alternative familiale ?

Tu vois qu'en creusant la question, on constate le peu d'importance qu'a la question du mariage aux homos.

La société est démoralisée par le manque de repères, et le manque de place pour chacun il convient donc de reconstruire des repères et de donner à chacun sa place. Pas de légiférer en 1/4 d'heure sur des sujets sociétaux au pif et sans analyse.

Une fois qu'on a décidé d'emprunter la voie de l'analyse, et qu'on a cessé la méthode du découplage des sujets pour aller vers celle de la causalité, on s'aperçoit que délégitimer l'institution centrale de la société encore plus qu'elle n'est déjà de manière à ne créer aucun gain d'aucune sorte pour personne si ce n'est cosmétique, est une mauvaise idée.

Ca aurait pu l'être dans une société très stable ou effectivement on aurait pu affirmer qu'il s'agissait d'une nouvelle forme de structure familiale, ce qui n'aurait pas porté préjudice aux autres couples. C'est complètement illusoire dans cette société d'une part, et d'autre part la perte du dernier véritable repère est vraiment catastrophique pour tous ceux qui grandiront dans une société qui ne vénère que le fric facile et méprise son prochain. Si on leur dit que même la vérité biologique est un mensonge, en quoi croiront-ils ?

C'est l'inverse de la civilisation : la barbarie.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
28ans Posté(e)
soupiot Membre 262 messages
Forumeur activiste‚ 28ans
Posté(e)

je maintiens mon argument : c'est un changement de société certes, au même titre que l'abolition de la peine de mort ou encore l'abolition de l'esclavage ou encore le droit à l'avortement. Cela se fera et n'empêchera pas les hétéros de se marier. Comme cela n'a pas empêché d'avoir des gosses, de punir les criminels. C'est une liberté supplémentaire et c'est très bien ainsi.

Toutes les vociférations de certains ici n'ont aucun fondement autre que la volonté de rester dans un traditionnalisme qui aurait soit-disant structuré la société : le "c'était-mieux-avant" est une vue de l'esprit qui est faite par ceux qui ne l'ont jamais vécu et toujours idéalisé, qui n'ont jamais vécu cette période.

Vivement que cela se fasse qu'on puisse aller fêter les mariages de mes potes homos !santa2.gif

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
baillousque Membre 2246 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

ce n'est pas pareil de supprimer la peine de mort pour les criminels

et de permettre le droit de tuer l'enfant à naître

c'est même (si on veut voir la vérité en face )

parfaitement ........le contraire!

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
yop! Modérateur 20446 messages
Gonade Absolutrice‚
Posté(e)

C'est là que votre position est indéfendable. A partir du moment ou on légalise le mariage homo, on décréte de fait que le modéle traditionnel n'est plus un modèle : de fait, la seule chose qui le garderait "répandu" c'est une certaine tradition, un ciment transmis par l'éducation familiale....

En quoi il serait détruit, dilué ou cesserait d'être le modèle ? C'est toi qui penses ça. François Hollande lui-même a souligné la nécessité de ne pas altérer le statut parental traditionnel, ni la filiation biologique. Le statut des homos vient se greffer en plus, avec ses spécificités.

Tu peux être sûr que ce sera le modèle le plus répandu dans la société, celui qu'on verra dans les médias de masse comme modèle standard. Si sur le fond on écorne le monopole hétérosexuel, ça ne va pas opérer un retournement des valeurs ou un effondrement car la famille homoparentale restera un montage plus compliqué.

Or, on sait celle si en grande partie détruite par cinquante années de poncifs gauchistes et de libéralisme actif. On peut décider que ce modèle n'est plus a même de cimenter une société mais encore faut il l'assumer pleinement et pas nier que cette réforme détruira le dernier pilier qui le soutient.

Les libertaires et les libéraux ont bien profité de la société et cassé les cellules traditionnelles, mais celle-ci avaient aussi leurs torts malgré leur fonction stabilisante. Aujourd'hui, le modèle traditionnel est purgé, on peut aussi évoluer sous des variantes, dont bientôt la variante unisexe. S'il y a danger, ça ne vient pas de modèles aspirant à la stabilité : ça vient des facteurs d'éclatement familiaux qui sont cités plus haut.

Le rapport est là : considérer le mariage traditionnel comme une vague option. C'est cela qui fait qu'on peut divorcer et se remarier sans complexe, détruire un noyau famlial pour en recréer un autre, changer de figure de pére/ mére en claquant des doigts, etc, et décréter d'un revers de main qu'il n'a pas plus de valeur que n'importe quel autre modèle familial.

Je ne pense pas que les gens divorcent par plaisir. Ils le peuvent, il s'agit d'une option suite à une dégradation déjà opéré de la relation entre les parents, voire avec l'enfant. Certains divorces sont pourtant intelligents et préservent l'enfant avant tout. Preuve que le déficit de valeur n'est pas systématique : c'est une question d'éducation des individus.

Vu que la société éduque à la légèreté, à l'égoïsme et au batifolage, on en arrive là. Le modèle du mariage homo et de la famille homo me semble prôner des valeurs contraires, même si pour certains, la question homo est forcément d'essence libertaire et décadente. Certains homos ne veulent pas forcément du mariage car justement, il est contre-libertaire et ils trouvent leur compte dans leur situation bâtarde actuelle.

Certes. Mais la légalisation de celui ci gravera dans le marbre la destructurion comme modèle aussi courant et souhaitable que la famille structurée. En réalité, les enjeux dépassent largement les trois pelés un tondu homo qui veulent se marier, elle concerne la société dans son ensemble, qu'ils le veuillent ou non.

Je vais finir par croire que tu souhaites la destruction du modèle traditionnel tellement tu l'annonces partout. Je te dis l'inverse : le modèle standard n'est pas en danger. Il ne sera pas concurrencé, il n'est pas dans les plan de mystifier les gens sur la parenté, et si les gens réagissent face au délitement des valeurs de solidarité, d'entraide, d'amour et de fidélité, il peut revenir en force.

L'existence de plusieurs modèles - existant notamment pour compenser - a déjà changé la société et le modèle standard n'est ni has been, ni détruit.

Personne ne rends le mariage gay responsable de ces affres, par contre, il est certain qu'il sera un outil pour péréniser ce délitement.

Ça, c'est toi qui le dis.

=======

La société est démoralisée par le manque de repères, et le manque de place pour chacun il convient donc de reconstruire des repères et de donner à chacun sa place. Pas de légiférer en 1/4 d'heure sur des sujets sociétaux au pif et sans analyse.

(...)

C'est l'inverse de la civilisation : la barbarie.

Tu fais des phrases dans le but de paraître objectif mais tu fixes toi même les terme de gain, l'avenir de l'éducation et le grand complot pour faire croire aux gens que nous sommes asexués. La volonté du gouvernement ne va d'ailleurs pas dans le sens du rabotage des statuts à un même gloubi-boulga. Du coup, votre argument devrait tomber à l'eau mais il réapparaît tout le temps, comme si le répéter à tue-tête le rendait moins mensonger...

Et pour ton 1/4 d'heure, sache que la question est en débat depuis longtemps. Le truc n'a pas été inventé, ni réfléchi, il y a juste deux mois !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
28ans Posté(e)
Delenda Carthago est Membre 4165 messages
Seigneur, garde-moi de mes amis. Mes ennemis, je m'en charge‚ 28ans
Posté(e)
Si la loi passe, les revendications LGBT ne s'arrêteront pas pour autant

Après une expérience homosexuelle longue de plusieurs années, Audrey est aujourd'hui mariée... avec un homme. Elle témoigne de cette réalité. Extraits :

"[J]e sentais que quelque chose n'allait pas. Plus exactement, il y avait une frustration énorme: cette impossibilité de ne faire qu'une. Nous passions notre temps à tourner autour de cette impossibilité-là. Quand j'ai lu le terme d'«amour non comblant» sous la plume de Philippe Ariño, j'ai senti que c'était très juste: ça dit bien à la fois que l'amour homo est effectivement une forme d'amour, avec encore une fois des sentiments qui peuvet être vraiment très puissants et profonds, mais qui ne comble pas, quelles que soient les qualités personnelles des membres du couple.

J'ai entamé une psychanalyse. Je ne comprenais vraiment pas ce qui m'arrivait, pourquoi j'avais cette tristesse : j'assumais très bien le fait d'être lesbienne, mon entourage ne posait aucun jugement sur moi, et du côté de ma compagne c'était pareil. [...] Et puis je me suis rendue compte que dans mes trois histoires sérieuses et dans les multiples rencontres d'un soir, il y avait un peu toujours le même schéma. Une femme triste, souvent "mater dolorosa". Timide et effacée, avec laquelle je pouvais jouer au pygmalion. Et dont je tombais raide dingue en me disant que c'était la femme que j'aurais voulu être. Au bout de trois ans, je l'ai quittée, parce que je sentais que malgré tout l'amour que nous avions, je resterai insatisfaite, et que finalement elle qui n'avait connu que des relations non-satisfaisantes avec des hommes, je l'empêchais d'accéder à une relation vraiment épanouissante avec un homme qui pourrait être un beau-père pour ses enfants. Ca a été très dur. [...]

A l'époque, oui, évidemment, je me qualifiais de lesbienne,et j'en étais fière ! Aujourd'hui, je préfère dire que je suis une personne qui a un désir homosexuel. Il ne s'agit pas de jouer sur les mots ou de renier un passé d'homosexuelle active, pas du tout, j'assume ce passé ! Il ne s'agit pas non plus de dire que je suis une "ex-lesbienne" ou que j'ai été "guérie" de l'homosexualité. Ma blessure homo (car oui c'est une blessure) est toujours là. Je sais que j'aurai ce désir en moi a priori toute ma vie. Quand je dis que je suis une personne qui a un désir homo, je veux dire par là que ma blessure ne me résume pas.[...]

En fait il ne manque qu'une chose: l'incarnation dans l'altérité. Derrière cette formulation un peu pompeuse il y a une réalité très concrète: une insatisfation profonde qui se mue en une sorte de frénésie, de rage. Beaucoup de couples homos que j'ai fréquenté trompent cette insatisfation par une surconsommation d'objets (maisons-musées, boulimie de voyages, d'achats) un peu comme si il fallait toujours avoir plus faute de pouvoir être plus. Avec mes compagnes successives, c'est dans la sexualité que cette démesure se faisait jour [...] Ce n'est pas que les personnes homos soient plus infidèles, violentes ou perverses que les autres. C'est la spécificité de ce désir qui bute dans sa cage étroite de la non-incarnation qui fait que la sexualité homo a quelque chose qui rejoint la recherche de "toujours plus de sensations fortes" que l'on trouve dans différentes formes de toxicomanie. [...]

En fait ce qui me gêne profondément dans ce que dit la société aujourd'hui en nous poussant à assumer une "identité" homosexuelle, c'est que pour moi c'est de l'homophobie. [...] Pour moi, derrière la revendication de "l'égalité des droits", il y a l'idée que si Dieu ou la nature a fait que nous ne pouvons pas avoir d'enfants entre personnes de même sexe, le fait que la loi le décrète fera bouger les frontières du réel. C'est un leurre absolu. Si la loi passe, les revendications LGBT ne s'arreteront pas pour autant. Même si la loi donnait toute satisfaction à toutes les revendications, y compris la PMA et la GPA, les LGBT revendiqueraient encore, se tourneraient contre les églises devant les tribunaux. C'est la nature du désir homo que de vouloir absolument que la réalité s'adapte à lui. C'est bien pour ça, d'ailleurs, que ces revendications trouvent un écho aujourd'hui, dans notre société: collectivement, nous avons tous du mal avec la réalité. Les militants LGBT ne sont que le symbole d'un monde où l'on rêve, grâce à la technologie, de se faire tout seul. C'est ce qui me gêne, chez beaucoup d'anti-mariage pour tous : certains se battent contre les homos, pas pour le bien commun. Le bien commun, ça supposerait par exemple que, en plus de ne pas autoriser de "mariage gay", on repense sérieusement la question du divorce, que l'IAD [insémination artificielle avec donneur] soit interdite. Parce que quand on autorise l'IAD chez les couples homme-femme, là aussi on trafique la filiation. Or, je n'ai pas entendu beaucoup de voix, sauf un peu à l'intérieur de l'Eglise, faire bloc contre cette disposition quand elle est passée. Il y a un gros risque aujourd'hui de faire des personnes homosexuelles des boucs émissaires à qui on refuserait des « aménagements du Réel » qu'on permet à d'autres. Ce n'est pas acceptable."

L'ensemble de l'article est ici: http://www.theologieducorps.fr/actualites/2012/11/desir-homo-ne-rencontre-pas-lautre-en-verite

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
baillousque Membre 2246 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

L'ensemble de l'article est ici: http://www.theologie...autre-en-verite

merci delenda

pour nous avoir déniché cet extraordinaire témoignage

ou tout est dit

et bien dit

.....et cette lucidité envers d'autres dérives (divorce,PMA,...)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
Yardas Membre 7068 messages
Thermodynamiquement instable‚
Posté(e)

Ah ouais, quand même

Cet article envoie du lol.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Magus
Posté(e)
Invité Magus
Invité Magus Invités 0 message
Posté(e)

Si la personne est heureuse ainsi, tant mieux pour elle. En revanche hétérosexuels ou homosexuels qui sont heureux ainsi n'ont pas à subir de brimades, conceptions religieuses ou non. Là où se trompe la personne, c'est dans sa conception de la filiation qui a, aussi loin qu'on peut en avoir des témoignages (préhistoire), pu exister en dehors de la parentalité biologique.

La notion de mariage se perpétuera toujours, si je peux me permettre ce présage... puisque visiblement les présages sont autorisés ^^" Refluent ou plus englobant, il s'est a priori toujours perpétué. Seuls ses contours varieront, comme ils ont toujours et partout variés. On le lie à la morale... C'est clairement une déformation, tandis que la culture et les aspirations d'une société seraient à convoquer.

"On se mariait à Sparte en enlevant sa femme qui ne devait être ni trop petite ni trop jeune, mais dans la force de l'âge et de la maturité. La jeune fille enlevée était remise aux mains d'une femme appelée "nympheutria", qui lui coupait les cheveux ras, l'affublait d'un habit et de chaussures d'homme et la couchait sur une paillasse, seule et sans lumière.

Le jeune marié, qui n'était pas ivre, ni amolli par les plaisirs de la table, mais qui, avec sa sobriété coutumière, avait dîné aux phiditiès (repas pris en commun), entrait, lui déliait la ceinture, et, la prenant dans ses bras, la portait sur le lit. Après avoir passé avec elle un temps assez court, il se retirait décemment et allait, suivant son habitude, dormir en compagnie des autres jeunes gens.", Plutarque, Vie de Lycurgue, XV, 4-7.

Dans l'imaginaire actuel, la Sparte antique est un modèle de vertu et de rigueur morale : faudrait-il alors rétablir les enlèvements ? Au bien admettra-t-on enfin que les contours du mariage sont le résultat de la rencontre entre culture et aspirations sociales... et non seulement l'un ou seulement l'autre.

Or, aujourd'hui il est étayé que l'homosexualité n'est pas plus une nuisance qu'un bienfait. C'est un état, et il est pratiquement attesté que l'on naît ainsi. Lors, il n'y a plus guère de raison de lui coller un vocabulaire indigne et violent.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
williama Membre 3892 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Ce n'est pas une raison pour se laisser berner par la théorie du genre qui s 'immisce un peu partout dans la société par moutonisme us et dont le mariage gay est l'énième avatar. Une petite minorité a décidé pour l'ensemble de la société de nous soustraire du réel en se débarrassant d'une culture censée nous opprimer depuis 10000ans. Entre réactions hystériques et moulins à vent, la gauche de plus en plus boboïsée en fait son cheval de bataille sociétal du moment et ceux qui sont contre sont obligatoirement "obscurantistes et homophobes".

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Magus
Posté(e)
Invité Magus
Invité Magus Invités 0 message
Posté(e)

En l’occurrence, c'est toi qui attaque la gauche avec des noms d'oiseau. Pourtant je pense que le débat peut se porter hors les murs de ces querelles partisanes rebattues et sans intérêt sinon le concours de celui qui placera le plus souvent "bobo" ou "facho" dans ses phrases ^^"

En sus, je vois mal comment on pourrait par exemple étudier le travestissement dans le mythe grec sans faire appel au "sexe social". D'ailleurs, c'est bien simple : l'historiographie ne s'y refuse nullement puisque le concept est, ici en l’occurrence, opérant. Néanmoins je ne vois pas en quoi le mariage homo aurait besoin d'invoquer cette théorie, puisqu'il n'y a pas confusion des sexes biologiques et qui seraient sociales dans cette mesure. A moins que l'on considère que l'homme soit voué à ceci ou cela, et la femme à ceci ou cela, dans un déterminisme qui, à moi en tous cas, me paraîtrait quelque peu obsolète.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
baillousque Membre 2246 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

1)tu confonds déterminisme avec simple reconnaissance d'une réalité

2)non Sparte n'est pas vraiment un modèle de vertu mais plutot de cruauté et de dureté

3)bobo n'est pas vraiment un nom d'oiseau

en tous cas pas d'oiseau rare smile.gif

ça reste gentil et pittoresque

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
43ans Posté(e)
Zeds_Dead Membre 4003 messages
En désaccord‚ 43ans
Posté(e)

Ce n'est pas une raison pour se laisser berner par la théorie du genre qui s 'immisce un peu partout dans la société par moutonisme us et dont le mariage gay est l'énième avatar. Une petite minorité a décidé pour l'ensemble de la société de nous soustraire du réel en se débarrassant d'une culture censée nous opprimer depuis 10000ans. Entre réactions hystériques et moulins à vent, la gauche de plus en plus boboïsée en fait son cheval de bataille sociétal du moment et ceux qui sont contre sont obligatoirement "obscurantistes et homophobes".

D'autant plus que dans le même temps la soi-disant gauche renonce à toute aspiration sociale positive, allant même jusqu'à supprimer les acquis sociaux contraire à son nouveau dogme sociétal. Cette gauche là a renié ses valeurs, mais ce n'est pas grave elle a conservé l'étiquette et ça continue de tromper l'électorat.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
43ans Posté(e)
Zeds_Dead Membre 4003 messages
En désaccord‚ 43ans
Posté(e)

En quoi il serait détruit, dilué ou cesserait d'être le modèle ? C'est toi qui penses ça. François Hollande lui-même a souligné la nécessité de ne pas altérer le statut parental traditionnel, ni la filiation biologique. Le statut des homos vient se greffer en plus, avec ses spécificités.

Si jusqu'à présent une voiture était un véhicule à moteur à 4 roues et que tu décide qu'à dater d'aujourd'hui ça inclut tous les véhicules à moteur peu importe le nombre de roues, en quoi la voiture cesse-t-elle d'être le véhicule à 4 roues ? En ce qu'elle cesse.

Si demain j'abolis le mot chat et que je l'assimile à chien, ça ne fera pas disparaitre les chats qui survivront au changement de vocabulaire. Par contre ça aura tué le concept.

Les mots ont un sens, sauf pour ceux qui préfèrent la comm' à la vérité.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Magus
Posté(e)
Invité Magus
Invité Magus Invités 0 message
Posté(e)

1)tu confonds déterminisme avec simple reconnaissance d'une réalité

Je suppose qu'il ne faut pas s'attendre à ce que tu développes en dehors de la rhétorique religieuse habituelle. M'enfin... surprends-nous ! ^^"

3)bobo n'est pas vraiment un nom d'oiseau

en tous cas pas d'oiseau rare smile.gif

ça reste gentil et pittoresque

Oui, on a tous bien senti que c'était écrit par affection et compliment... N'hésite surtout pas à nous faire part de ce genre de perles ^^" ça fait toujours sourire.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
48ans Posté(e)
Ocytocine Membre+ 17768 messages
Forumeur alchimiste‚ 48ans
Posté(e)

Les mots ont un sens, sauf pour ceux qui préfèrent la comm' à la vérité.

Personnellement je fais une différence entre mariage et famille, justement.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Magus
Posté(e)
Invité Magus
Invité Magus Invités 0 message
Posté(e)

Si jusqu'à présent une voiture était un véhicule à moteur à 4 roues et que tu décide qu'à dater d'aujourd'hui ça inclut tous les véhicules à moteur peu importe le nombre de roues, en quoi la voiture cesse-t-elle d'être le véhicule à 4 roues ? En ce qu'elle cesse.

Si demain j'abolis le mot chat et que je l'assimile à chien, ça ne fera pas disparaitre les chats qui survivront au changement de vocabulaire. Par contre ça aura tué le concept.

Les mots ont un sens, sauf pour ceux qui préfèrent la comm' à la vérité.

Qu'on appelle aujourd'hui l'homosexualité une orientation sexuelle, alors qu'hier on appelait cela "maladie mentale" ne me choque pas personnellement. Il y a des concepts désuets qu'il est parfois sage d'enterrer : comme celui de la terre plate ^^"

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
43ans Posté(e)
Zeds_Dead Membre 4003 messages
En désaccord‚ 43ans
Posté(e)

Qu'on appelle aujourd'hui l'homosexualité une orientation sexuelle, alors qu'hier on appelait cela "maladie mentale" ne me choque pas personnellement. Il y a des concepts désuets qu'il est parfois sage d'enterrer : comme celui de la terre plate ^^"

Comme le mariage. On avait compris.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×