Que lisez-vous en ce moment ?

kili Membre 73 175 messages
Forumeur alchimiste‚ 40ans
Posté(e)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
tof54 Membre 9 364 messages
fou à lier !!!‚ 32ans
Posté(e)
Quand je parle d'aimer chaque livre plus que le précédent, c'est uniquement au niveau de la saga Kenzie-Gennaro... :rtfm:

c'est vrai que ce duo marche vraiment bien...

le prochain tome "moonlight mile" doit sortir en novembre au USA :yahoo:

çà sera la suite, 12 ans plus tard, de gone baby gone :o°

source

Modifié par tof54

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité belalex
Invité belalex Invités 0 message
Posté(e)

*Les 7 crimes de Rome* de Guillaume Prévost

Rome, décembre 1514. Un jeune homme décapité est découvert sur la statue de Marc Aurèle. Une inscription au sang marque le crime : Eum qui peccat...» (Celui qui pèche...). Peu après, c'est un vieillard qui est retrouvé sur le Forum, nu, mort et attaché à une échelle, et cette fois encore, le crime...

un livre que je trouve captivant, dont l'intrigue est bien menée ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Criterium Membre 2 338 messages
Nyctalope‚ 31ans
Posté(e)

Je picore çà et là ; c'est assez hétéroclite. Après une incursion dans Emma Santos ¿ Effraction au réel, l'Itinéraire psychiatrique, J'ai tué Emma S., l'Illulogicienne et bientôt la Malcastrée ¿ et des nouvelles du recueil de Meyrink que j'ai retrouvé il y a quelques jours (ne manquerait plus que je trouve quelque part l'Araignée de H.H. Ewers pour en conclure que ces derniers temps soient vraiment chanceux), j'ai commencé à lire le Sens de la Vie d'Alfred Adler ¿ avis pour le moment mitigé : de très bons passages, comme par exemple celui sur la pertinence et l'importance du sentiment social, et sur les choses qui contribuent au bonheur d'une vie, côtoient des passages très critiquables, lorsque l'auteur consacre trop de mots à défendre son nom ou la nouvelle méthode qu'il proposait à ce moment-là (la psychologie individuelle, dont l'école fut fondée en 1907 ; ce livre date de 1933), ou à exposer l'homosexualité comme un problème à la fois organique et pour la société (il faudrait ¿arraisonner¿ ces gens pour qu'ils rentrent dans le cadre d'un couple conventionnel) ¿ un mélange donc, d'indices intéressants à étudier avec une sorte de doctrine du conformisme. é démêler. Et, à côté de cela, toujours psychologie avec le passionnant Analyse transactionnelle et psychothérapie d'Eric Berne. Simple, intéressant, très clair (je n'avais ressenti cette clarté, en psychologie, auparavant qu'avec les ouvrages à vocation généraliste de C.G. Jung), tout à fait comme un autre de ses livres qui m'avait fait le même effet, Des jeux et des hommes, néanmoins très dense pour en assimiler les principes théoriques en une quelconque pratique. é πρᾶξις!

Je voudrais en profiter pour dire un mot du Moine et la jeune fille du bourreau d'Ambrose Bierce ; l'histoire en fait reprend une nouvelle allemande, dont j'ai oublié le nom de l'auteur ; quelqu'un avait proposé à Bierce de la traduire en anglais, mais celui-ci n'accepta qu'à la condition de pouvoir librement la changer. étonnamment, ce fut accepté ; Bierce a conservé à peu près la structure de l'histoire et adaptée en bon anglais, mais y introduit un rebondissement final. Mon avis : l'histoire est très mauvaise ¿ un moine arrive dans un village, se prend d'amitié pour la famille du bourreau, famille ostracisée et exclue de par cette fonction, en dépit des remontrances que lui en font même ses supérieurs ; il tombe en quelque sorte amoureux de cette jeune fille isolée, et redoute pour elle l'envie impétueuse qu'en a le jeune mâle dominant du village. Mais le rebondissement est superbe, et vaut à lui seul la lecture de cette nouvelle (il en pardonne l'abord, en quelque sorte). Spoiler :

Le jeune homme se révèle en fait ne pas être un méchant ; mais le moine, lui, possédé par sa mission de protection, en perd littéralement les esprits, devient psychopathe, et va assassiner le jeune couple au nom de Dieu. Le gentil est méchant et le méchant est gentil ¿ sommairement résumé, mais l'effet fonctionne à merveille.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pascale60 Membre 388 messages
Forumeur survitaminé‚ 56ans
Posté(e)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Zander Membre 5 813 messages
Interstellar Punk Dandy‚ 96ans
Posté(e)

je débute la Saga du Soldat Chamane de Robin Hobb.

Pas mal, j'attends de lire le 2ème tome pour me prononcer

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zagzig Membre 70 messages
Forumeur en herbe‚ 46ans
Posté(e)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kinwena Membre+ 4 724 messages
Patate fossilisée‚ 29ans
Posté(e)

Je suis sur le point d'attaquer le second tome du Secret de Ji, de Pierre Grimbert.

Très très sympa, très agréable à lire... Et plein d'originalité. :yahoo: (et en plus, y'a tout plein de suites :rtfm:)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Dostoievski
Invité Dostoievski Invités 0 message
Posté(e)

Actuellemt je suis en plein dans l'oeuvre de Fiodor (fedor) Dostoïevski : "Adolescent", un magnifique ouvrage difficile à lire comme toutes ses oeuvres d'ailleurs mais très profonde :yahoo:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Criterium Membre 2 338 messages
Nyctalope‚ 31ans
Posté(e)

Martin Buber, Je et Tu.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le fred Membre 158 messages
Forumeur inspiré‚ 40ans
Posté(e)

L'écume des jours de boris vian. Sur les conseils d'une amie que je ne suivrai peut etre plus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Karbomine
Invité Karbomine Invités 0 message
Posté(e)

L'impossible, de Georges Bataille. 

é vrai dire, je dois présenter un exposé ce livre après-demain (gloups... qu'est-ce que je fous sur ffr ?) et à vrai dire aussi, je n'ai lu que les «Carnets de Dianus», la première partie. 

Alors voilà, ce sont les carnets du dénommé Dianus, où il relate la fuite de B. sa maîtresse, qu'il partage plus ou moins de bon gré avec A., un «révérand père» que Dianus trouve désespérément puant de fatuité. B. s'enfuit de cette vie de débauche qui pourtant a le don de la faire rire, pour rentrer en Ardèche, au Château. Dans ce Château, elle est la proie de son père, qui la bat, lui casse la main, lui tord un doigt... Dianus tente d'aller la voir mais il se fait molester par Edron, le «garde-chasse-concierge». 

Je ne peux m'empêcher de penser que Dianus, c'est un peu Di-Anus, soit «L'anus solaire» alors même que son nom renvoie à la nuit. En somme un trou du cul. Edron, à une lettre près, évoque un Etron... Les autres personnages, à l'exception de B., sont par ailleurs comparés à des rats. 

é savoir que ce texte procède d'une réécriture de Kafka...

Mon avis : chouette, j'aime ce livre. J'ai fait une lecture jungienne de ce texte, c'était très clair, mais Jung étant peu mis à l'honneur, me voilà obligée de faire semblant de n'avoir pas compris pour chercher chez Lacan des explications. En somme, ça me reloute grave, la suite est censurée. Oh, le péché que d'avoir réintroduit Dieu dans la psychanalyse via l'inconscient collectif... Misère de misère. 

Moi quand je serai grande, je parlerai de Dieu dans tous mes cours. Na. 

Sinon, pour Bataille... Recommandé à tous les amateurs de Rimbaud, Kafka, Genet, Beckett, Sarraute, et tant d'autres. 

Mon interprétation :

é mes yeux, B. est l'anima de Dianus, tandis que A. est la conscience de l'universel, soit l'homme de foi, le bigot, le donneur de leçon, le professeur à qui on voudrait donner des claques (te souviens-tu de ce rêve que tu m'avais conté, Toi ?). Le père et Edron, quant à eux seraient deux figures d'un sur-moi déconstruit, de cette rhétorique brutale et bête qu'on nous inculque étant enfant, ce "tu ne dois pas" n'ayant d'autre fondement que son absurdité même et qui nous fait chier jusqu'à ce qu'on ait réussi, comme Dianus, à reconquérir B. Quant à Dianus, qui est-il ? Eh bien le cogito, pardi !... et puis il est aussi celui qui en chie dans cette situation. D'où son échec final ; sans A., il n'aurait pas réussi à délivrer B. de ses bourreaux. 

Modifié par Karbomine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PASDEPARANOIA Membre 27 326 messages
In girum imus nocte et consumimur igni ‚ 43ans
Posté(e)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Metempsychosis Membre 247 messages
Forumeur activiste‚ 29ans
Posté(e)

Bye Bye Blondie de Virginie Despentes

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
TheLastSamourai Membre 2 497 messages
Forumeur alchimiste‚ 30ans
Posté(e)

Psychologie des foules- Gustave LE BON

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Mitsakie
Invité Mitsakie Invités 0 message
Posté(e)

Une petite fille trop gaté - Ann Rules

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Metempsychosis Membre 247 messages
Forumeur activiste‚ 29ans
Posté(e)

Maudit Karma - David Safier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Criterium Membre 2 338 messages
Nyctalope‚ 31ans
Posté(e)

Là-bas de J.K. Huysmans.

Cela faisait un long moment que je ne l'avais pas relu. ¿ C'est désormais en train de se faire, et c'est l'occasion de s'apercevoir que certains livres sont comme le bon vin : le plaisir de les re-découvrir est augmenté, chaque épisode revient à la mémoire ou, oublié, offre l'occasion de se délecter de son style d'écriture superbe. Châtié, acerbe, ciselé : c'est du travail d'orfèvre. Cela faisait également un moment que je n'avais pas ressenti de vertiges en lisant un livre ; je me souviens d'une ivresse par rapport à la puissance avec l'Apprenti Sorcier de H.H. Ewers, le vertige de la compréhension avec certains passages de L'eau et les rêves de Bachelard, ou le fabuleux essai Et l'homme créa les dieux de Pascal Boyer, le plaisir de lire des lignes décrivant des émotions siennes de façon si claire, si limpide, avec Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier... Voilà maintenant l'occasion d'un vertige des hauteurs avec Là-bas de Huysmans, en lisant la scène où le protagoniste principal, l'écrivain misanthrope Durtal, monte aux cloches de l'église St Sulpice pour y rencontrer le sonneur Carhaix. ¿ L'on se sent attiré par l'abîme, l'on veut voir, l'on a peur de tomber... alors que j'étais dans mes draps.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mirran Membre 357 messages
Forumeur survitaminé‚ 25ans
Posté(e)

Ubu-Roi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant