La vérité

Pheldwyn Membre 11 159 messages
Explorateur de Nuages‚ 39ans
Posté(e)
Je m'interroge sur la Vérité. :snif:

La vérité peut-elle est multiple?

Je dirais ... Oui et non ... juste histoire de déconner.

Mais sinon, je peux peut-être développer ... : oui la vérité est forcément multiple, car la vérité n'est qu'un état de critères donnés selon un référentiel, et que selon le choix de ce référentiel ou de ces critères, l'état ne pourra qu'être dissemblable.

Je comprends parfaitement ton raisonnement Elaïs, parler d'une Vérité et des interprétations que chacun en ferait (qui seraient ces multiples vérités virtuelles).

Mais comment peux-tu établir la Vérité de base ? Selon quels critères, quels observateurs ?

A l'aune de quel système de mesure, non biaisé par des notions subjectives d'individus, peux tu te baser ?

En bref, la Vérité n'est jamais que l'interprétation la plus acceptée et/ou répandue.

(Enfin, je dis ça, faudrait que j'y réfléchisse un peu quand même ....)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité Bling
Invité Bling Invités 0 message
Posté(e)
Je m'interroge sur la Vérité. :snif:

La vérité peut-elle est multiple?

Pour ma part, c'est non. :snif: je pense détenir la vérité dans mon affirmation, mais j'aimerai que quelqu'un me démontre le contraire. :snif: Je doute de ma vérité, je la remet en cause :snif:

Jusqu'à présent mon raisonnement a toujours été le suivant: un fait est un fait. Il n'a qu'une vérité.

Apres chacun va lui donner son propre sens, sa prore interprétation qui pourra donner l'illusion d'une vérité multiple, mais pour moi, il n'y en a qu'une dans l'absolu. Si c'est noir, c'est noir. C'est pas blanc, même si je le vois blanc.

Entre savoir et penser savoir, il y a une différence.

Se faire sa propre vérité, n'est pas La Vérité.

Deux afirmations contradictoires, ne peuvent être vraies. Soit elles sont toutes les deux fausses et n'atteignent pas le statut de vérité soit l'une des deux est La Vérité.

Qu'en pensez-vous? Peut-il y avoir plusieurs vérités? Si oui, comment?

C'est juste une question de point de vue ;)

Tu parles de fait et je te répond interprétation. Et même si c'est noir, la teinte peut varier du plus foncé au plus clair selon chacun, son interprétation, son expérience, son ressenti, son humeur aussi. Car l'avis sur cette vérité peut changer également avec le temps.

Il y a aussi les vérités racontées qui sont déformées/emplifiées au fur et à mesure

Pour un fait, même si l'on est présent et que l'on juge que justement on est impartial, c'est un peu faux....on revient sur l'interprétation.

Une vérité peut également se transformer en mensonge et inversement, avec le temps, l'histoire ou justement d'autres action qui entraîneraient d'autres vérités impactant sur la première (je suis clair ? :snif::snif: )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)
Mais sinon, je peux peut-être développer ... : oui la vérité est forcément multiple, car la vérité n'est qu'un état de critères donnés selon un référentiel, et que selon le choix de ce référentiel ou de ces critères, l'état ne pourra qu'être dissemblable.
S'il y a des vérités multiples, ces vérités se contredisent nécessairement.

Comment deux vérités contradictoires peuvent-elles coexister ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Kemper Boyd
Invité Kemper Boyd Invités 0 message
Posté(e)

Dans le domaine de la science chaque "découverte" chassant la précédente, la vérité n'est que passagère, voire dogmatique.

Quant à la vérité de tous les jours, chacun la vit et la comprend à sa manière, elle ne peut donc être que subjective.

Quant à la Vérité avec un grand V, elle reste tout simplement utopique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pheldwyn Membre 11 159 messages
Explorateur de Nuages‚ 39ans
Posté(e)
S'il y a des vérités multiples, ces vérités se contredisent nécessairement.

Comment deux vérités contradictoires peuvent-elles coexister ?

Si ces vérités sont complètes. On peut dénombrer nombres d'assertions sur un même fait, qui peuvent ou non sembler s'opposer, parfois simplement parce qu'elles ne sont pas exhaustives.

Je peux par exemple dire :

- "Paul a tué Pierre"

- "Paul est innocent"

Ces deux vérités semblent s'opposer ....

... sauf s'il l'on apprend que Paul est bourreau, et que la société le considère comme innocent d'un meurtre que l'on lui a demandé de commettre.

Bon, c'est un exemple un peu foireux, mais bon, c'est le premier qui m'est venu en tête.

Et je suppose que tu entendais le terme vérité dans un sens plus large (mais bon, j'avais envie de faire cette précision sur l'exhaustivité de la notion de vérité).

Sinon, effectivement, dans un système similaire, selon les mêmes critères, deux vérités (exhaustives) ne peuvent pas a priori coexister.

Mais dès lors que l'on se place dans des référentiels différents, chaque vérité peut coexister, relativement à ces référentiels ...

Car, pour juger d'un fait, il convient de le circonscrire à un réseau de critères : mais l'ajout de certains critères supplémentaires peuvent venir inverser une vérité. La science évolue sur ce principe.

Ainsi, un acte ne peut donc se juger que dans un système englobant, exhaustif.

Mais pouvons nous réellement déterminer et définir ce système fiable, englobant, complet et exhaustif ?

Bref, quel est ce référentiel, et d'où tire t'il sa justesse ?

Ne pouvant ainsi la mesurer, la reconnaître, l'appréhender, comment peut-on distinguer une Vérité ?

On ne peut que supposer celle qui nous paraît la plus en adéquation avec nos critères, mais dès lors nous entrons dans un jugement de valeur.

L'absolu présenté par Elaîs n'est pas cernable.

Enfin, je crois ...

Dans le domaine de la science chaque "découverte" chassant la précédente, la vérité n'est que passagère, voire dogmatique.

Quant à la vérité de tous les jours, chacun la vit et la comprend à sa manière, elle ne peut donc être que subjective.

Quant à la Vérité avec un grand V, elle reste tout simplement utopique.

Ah ben en fait je voulais dire la même chose, mais j'ai été plus long, plus brouillon, et certainement moins clair :snif:

Modifié par Pheldwyn

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sweetyy Membre 254 messages
Forumeur activiste‚ 31ans
Posté(e)

" Quod es veritas " quelle est la Verité? s interrogeait ce bon vieux Pilate avec Jesus.

la verité à mon sens est une latitude compartimentée qui ne repond à aucune logique , autant de verités que de bonhommes , ce qui peut etre gratifiant par ailleurs , car pourquoi se cantonner à une seule verité bidochonne ? autant opérer une surenchère homérique du ledit dogme , et que chacun y trouve son compte , ce serait nettement plus funky ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fiphi Membre 913 messages
Forumeur accro‚ 45ans
Posté(e)
S'il y a des vérités multiples, ces vérités se contredisent nécessairement.

Comment deux vérités contradictoires peuvent-elles coexister ?

Bravo Grenouille verte ! Chacun d'entre nous formulons des hypothèses. Encore faut-il qu'elles soient formulées à partir d'un même référentiel.

Nous les tenons pour vrai parce que nous sommes si égoïstes dans notre nature que ne croyons pas nous être trompé. Nos convictions, nous leur attribuons le titre de vérité. C'est ce qui fait croire qu'il pourrait y en avoir plusieurs !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
SN3 The last. Membre 6 166 messages
Forumeur alchimiste‚ 38ans
Posté(e)
Je m'interroge sur la Vérité. :snif:

Menteuse :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
puceau Membre 4 484 messages
Allez à Jactaès ou vers Saint Gétorix,c'est beau!‚ 72ans
Posté(e)

L'homme sage cherche la vérité ,

L'imbécile l'a trouvée .

:snif: :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
Je dirais ... Oui et non ... juste histoire de déconner.

Et bien, tu sais, tu déconnes bien ! :snif:

L'unité de la multiplicité !

Parce que je crois profondément que c'est dans ce "oui et non" que réside le chemin vers la vérité la plus absolue. Quand elle englobe le "vrai" et le "faux", quand elle transcende les oppositions dans quelquechose de plus haut, de plus complet.

Pour ensuite être confronté à une autre vérité du même calibre, et contradictoire. Et il faudra trouver encore un autre point de vue.

C'est la base des relations humaines, conflit=>recadrage (meta-vérité)=>nouveau conflit=>nouveau recadrage (meta-meta-vérité)... Enfin, quand on résoud des conflits humains, sinon on stagne dans son cercle vicieux.

{meta-vérité = une vérité supérieure, "au-dessus", fédératrice car plus complète}

Et le recadrage ultime me semble quasiment hors de portée, déjà qu'on a du mal à concevoir limpidement l'infini.

A l'échelle de deux personnes, c'est déjà énorme, alors si on doit unir les vérités de chaque être, de chaque groupe, de chaque société, de chaque interaction... :snif:

Heureusement, le concept de Dieu (dont les voies sont impénétrables :snif: ) va rassurer les brebis angoissées. :snif:

Sinon, la vérité scientifique se veut plus rigoureuse, se donne objectivement les moyens de le faire, mais ne possédera dans son absolu qu'une parcelle de la Vérité totale ! Et elle est quand même orientée par les désir/théories des chercheurs. Certains sont même forts pour interpreter et désinterpreter les mêmes données (cf: les évolutionnistes, les classificateurs du vivant)

Bravo Grenouille verte ! Chacun d'entre nous formulons des hypothèses. Encore faut-il qu'elles soient formulées à partir d'un même référentiel.

Nous les tenons pour vrai parce que nous sommes si égoïstes dans notre nature que ne croyons pas nous être trompé. Nos convictions, nous leur attribuons le titre de vérité. C'est ce qui fait croire qu'il pourrait y en avoir plusieurs !

Chacun d'entre nous conçoit la réalité. Différemment et aussi communément. On est obligé d'être un minimum dans la croyance de cette vérité pour vivre ! Et plus c'est intime et profond, plus on s'attachera comme des berniques à nos conceptions personnelles.

Les conceptions FONDAMENTALES d'une personne sont quasiment intouchables !

Ex : Si je vous dit que le soleil n'existe pas, vous aurez besoin de toutes les preuves du monde.. et même avec, vous n'y croiriez pas ! (ça tombe bien, moi non plus !)

Notre réalité s'écroulerait probablement, on deviendrait fou ! :snif:

S'il y a des vérités multiples, ces vérités se contredisent nécessairement.

Comment deux vérités contradictoires peuvent-elles coexister ?

Car ce sont des vérités RELATIVES et non absolues. Le monde n'est fait que de ça. leurs référentiels-mêmes sont surement opposés à la base !

Même la science est relative à nos propres connaissances.

Deux "vérités" cohabiteront (c'est comme ça dans le monde, même chez ton voisin !!) car elles ne sont que parcelles d'une meta-vérité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)
Si ces vérités sont complètes. On peut dénombrer nombres d'assertions sur un même fait, qui peuvent ou non sembler s'opposer, parfois simplement parce qu'elles ne sont pas exhaustives.

Le principe du tiers exclu signifie justement que ces vérités sont exhaustive. De plus, en définissant le faux comme étant le "non-vrai", on est sûr que la vérité est exhaustive.

Je peux par exemple dire :

- "Paul a tué Pierre"

- "Paul est innocent"

Ces deux vérités semblent s'opposer ....

... sauf s'il l'on apprend que Paul est bourreau, et que la société le considère comme innocent d'un meurtre que l'on lui a demandé de commettre.

Bon, c'est un exemple un peu foireux, mais bon, c'est le premier qui m'est venu en tête.

Et je suppose que tu entendais le terme vérité dans un sens plus large (mais bon, j'avais envie de faire cette précision sur l'exhaustivité de la notion de vérité).

On en revient à ce que je disais précédemment, il n'y a pas ici plusieurs vérité, mais une ambiguité du discours :

Il y a là confusion entre vérité et ambiguité. Un texte ambigu a plusieurs sens. Un ou plusieurs de ces sens peuvent être vrais tandis que d'autres sens seront faux.

Le fait que chaque observateur donne un sens différent au texte signifie juste qu'ils ne sont pas d'accord entre eux sur le sens des mots, qu'ils ne sont pas d'accord sur une convention (le sens des mots n'est qu'une convention). Cela ne signifie pas qu'il existe plusieurs vérités.

Sinon, effectivement, dans un système similaire, selon les mêmes critères, deux vérités (exhaustives) ne peuvent pas a priori coexister.

Mais dès lors que l'on se place dans des référentiels différents, chaque vérité peut coexister, relativement à ces référentiels ...

Mais qu'est-ce donc tes "référenciels" ?

Au final, j'ai l'impression que tes référenciels ne sont que des conventions linguistiques. Autrement dit, ton "référentiel" est la langue (avec certes, quelques précision en plus). Cela voudrait dire que la phrase "le ciel est bleu" est vraie en français, mais pas en espagnol. En espagnol, il faudra dire "el cielo es azur".

Je ne pense pas qu'il soit pertinent de faire intervenir ce "référentiel" (cette langue en fait). Ce qui importe, c'est le lien entre le sens et le réel. Et là, dans ce lien, ni le référentiel ni la langue n'interviennent.

Car, pour juger d'un fait, il convient de le circonscrire à un réseau de critères : mais l'ajout de certains critères supplémentaires peuvent venir inverser une vérité. La science évolue sur ce principe.

En science il n'y a qu'une vérité. Tu ne peux donc pas invoquer la science pour défendre l'idée des vérités multiples.

C'est d'ailleurs la base du raisonnement mathématique et des sciences dures.

La multiplicité des vérités, est, par essence, anti-scientifique, car la science n'a jamais pu constater l'existence de ces vérités multiples.

Car ce sont des vérités RELATIVES et non absolues.

Le principe de vérité est, par définition même, absolu. Il est le lien entre le sens et le réel. Il n'existe donc aucune vérité relative, il peut par contre exister des croyances plus ou moins sûres, mais :

  • Il n'y a aucune raison d'appeler "vérité relatives" les croyances. C'est même assez hypocrites, cela permet d'affirmer que tout le monde a raison quand en fait, tout le monde à tord.
  • Ces "vérités relatives" n'ont rien à voir avec la vérité, ce n'est donc qu'un jeu de mots.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pheldwyn Membre 11 159 messages
Explorateur de Nuages‚ 39ans
Posté(e)
Mais qu'est-ce donc tes "référenciels" ?

Au final, j'ai l'impression que tes référenciels ne sont que des conventions linguistiques. Autrement dit, ton "référentiel" est la langue (avec certes, quelques précision en plus). Cela voudrait dire que la phrase "le ciel est bleu" est vraie en français, mais pas en espagnol.

Par référentiel, j'entends nos connaissances, nos valeurs et notions que nous appréhendons, qui ont évolué et évoluent, mais qui sont relatifs à ce que nous sommes.

Yop l'a assez bien décrit.

En science il n'y a qu'une vérité. Tu ne peux donc pas invoquer la science pour défendre l'idée des vérités multiples.

C'est d'ailleurs la base du raisonnement mathématique et des sciences dures.

La science suppose sans doute qu'il y a une vérité. Mais on ne la connait pas, et le principe de la science consiste essentiellement s'en approcher, tout en estimant ne pas la détenir. Ainsi la science navigue de vérité relative en vérité relative, de par son évolution.

Il n'y a aucune raison d'appeler "vérité relatives" les croyances. C'est même assez hypocrites, cela permet d'affirmer que tout le monde a raison quand en fait, tout le monde à tord.

Par sens pratique, si.

En gros, mon propos est que la vérité "absolue", même si elle existe, est insondable, et intangible pour l'homme.

Ainsi, jamais l'homme ne peut connaître cette vérité. Ce n'est qu'une notion, un absolu justement.

Seulement, dans un contexte fermé, dans un certain référentiel, suivant des hypothèses et des critères établis, il est capable d'énoncer la vérité. Non pas la vérité absolue qu'il ne connaît pas, mais celle relative à ce référentiel.

Et comme cela a été décrit, cela se fait quotidiennement, car c'est ainsi que l'homme appréhende son environnement, en le cantonnant, en le limitant par des contraintes, des points de repères qui altèrent forcément cet environnement dans l'absolu.

Donc, peut-être que théoriquement, la vérité est unique, mais dans les faits, tout ce que nous nommons à un moment vérité, partagée ou non, n'est justement qu'une croyance, qui nous paraît certes crédible, cette crédibilité étant mesurée à l'aune de nos connaissances, valeurs, ... bref, notre référentiel (qui évolue et diffère suivant les cultures).

D'ailleurs, peux-tu me citer une Vérité ?

Modifié par Pheldwyn

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pascalin Membre 15 219 messages
le corps sur Terre, l'esprit ailleurs ‚ 47ans
Posté(e)
Et bien, tu sais, tu déconnes bien ! :snif:

L'unité de la multiplicité !

Parce que je crois profondément que c'est dans ce "oui et non" que réside le chemin vers la vérité la plus absolue. Quand elle englobe le "vrai" et le "faux", quand elle transcende les oppositions dans quelquechose de plus haut, de plus complet.

Pour ensuite être confronté à une autre vérité du même calibre, et contradictoire. Et il faudra trouver encore un autre point de vue.

C'est la base des relations humaines, conflit=>recadrage (meta-vérité)=>nouveau conflit=>nouveau recadrage (meta-meta-vérité)... Enfin, quand on résoud des conflits humains, sinon on stagne dans son cercle vicieux.

{meta-vérité = une vérité supérieure, "au-dessus", fédératrice car plus complète}

Et le recadrage ultime me semble quasiment hors de portée, déjà qu'on a du mal à concevoir limpidement l'infini.

A l'échelle de deux personnes, c'est déjà énorme, alors si on doit unir les vérités de chaque être, de chaque groupe, de chaque société, de chaque interaction... :snif:

Heureusement, le concept de Dieu (dont les voies sont impénétrables :snif: ) va rassurer les brebis angoissées. :snif:

Sinon, la vérité scientifique se veut plus rigoureuse, se donne objectivement les moyens de le faire, mais ne possédera dans son absolu qu'une parcelle de la Vérité totale ! Et elle est quand même orientée par les désir/théories des chercheurs. Certains sont même forts pour interpreter et désinterpreter les mêmes données (cf: les évolutionnistes, les classificateurs du vivant)

Chacun d'entre nous conçoit la réalité. Différemment et aussi communément. On est obligé d'être un minimum dans la croyance de cette vérité pour vivre ! Et plus c'est intime et profond, plus on s'attachera comme des berniques à nos conceptions personnelles.

Les conceptions FONDAMENTALES d'une personne sont quasiment intouchables !

Ex : Si je vous dit que le soleil n'existe pas, vous aurez besoin de toutes les preuves du monde.. et même avec, vous n'y croiriez pas ! (ça tombe bien, moi non plus !)

Notre réalité s'écroulerait probablement, on deviendrait fou ! :snif:

Car ce sont des vérités RELATIVES et non absolues. Le monde n'est fait que de ça. leurs référentiels-mêmes sont surement opposés à la base !

Même la science est relative à nos propres connaissances.

Deux "vérités" cohabiteront (c'est comme ça dans le monde, même chez ton voisin !!) car elles ne sont que parcelles d'une meta-vérité.

Ils existent à mon sens des vérités absolues dans differents domaines et niveaux de consciences que nous possedons tous ;

Mais comme l'air que nous respirons nous est indispensable pour vivre , il en est de même pour la vérité ;

elle est morcelée ,véridique et inclus dans une Seule qui nous échappe totalement

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Titsta Membre 6 651 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)
Pourquoi en sciences, y aurait-il qu'une vérité et pas dans les autres domaines?

Non, attention ! Déjà la science ne manie pas de vérité, mais des hypothèses. La nuance est très importante !

Ensuite, quand on creuse un peu, la science se fiche de la Vérité. Elle se soucie seulement que nos hypothèses ne soit pas contredites par l'observation.

Par exemple, certains théories expliquent la force de gravitation par un échange de "particules forces" virtuelles entre chaque particules matérielle. L'existence de ces particules est elle "Vrai" ?

En science on s'en fiche. La description qu'elles introduisent est pratique et n'a pas été contredites par toutes les expériences qu'on a pu faire. ça suffit à la science pour dire que cette hypothèse est valable (ou recevable)

Et deux hypothèses sont souvent complètement contradictoires en science, et pourtant toutes les deux valables. (Du genre, celle qui considère la gravité comme une sorte de "champ de force" continu, elle aussi valable scientifiquement et plus communément connu)

Ensuite, la science est très faible quand il n'y a qu'une seule hypothèse pour expliquer quelque chose. Parce que ça veux dire qu'il n'y a pas de recherche dessus. Ce qui est très rare en réalité. Quel que soit le domaine, on trouve toujours plusieurs hypothèses valables scientifiquement pour l'expliquer.

Pour l'exemple du cylindre: quand tu le regardes dans une certaine position tu vois ton disque, mais il n'empeche que c'est tout de meme un cylindre, c'est la , la Vérité absolue. Il s'agit d'un cylindre. Tu as d'abord vraiment vu un disque, mais c'est faux.

Je crois que tout le problème est là, justement.

Le fait de dire que c'est un disque n'est pas complètement faux. Cette phrase contient une forme de vérité. Effectivement, sous cette position, un disque ou un cylindre ont les mêmes propriétés.

Tout le problème est là, dans cette vérité partielle.

En mathématique, nous manions des objets théoriques simples, qui peuvent être décrit totalement en une seule phrase. Un cercle avec tel centre et tel rayon, par exemple. Mais dès qu'on touche à la réalité, rien n'est simple.

On ne peut jamais décrire complètement le moindre objet.

Par exemple, il n'existe pas de "cylindre" dans la réalité. Il peut exister un objet dans tel métal, de telle couleur, en forme de cylindre à plus ou moins 1mm (et tu vois, déjà, tu introduis une notion d'erreur).

Et encore, si on voulait décrire "parfaitement" cet objet, on pourrait vouloir décrire la position de chacun de ses atomes... voir de ses électrons, et ça à chaque instant parce que ça change au fil du temps.

On ne manie donc que des vérités partielles.

De plus, au delà du fait qu'on n'a pas forcément toutes les informations, les décrire prendrait trop de temps même si on les connait ! Il faudrait une phrase trop longue.

Notre "parole", dans un sens plus large, est toujours limité. (J'utilise la "Parole" pour parler d'une communication complète, par les phrase et par toute sorte d'autres choses, certaines paroles très fortes sont silencieuses, et pourtant, elles nous parles.)

Quand on parle, on élimine donc de nos considérations tout ce qui n'est pas pertinent dans le contexte précis qui nous préoccupe

(Je ne sais plus qui, mais quelqu'un avait dit que la perfection est atteinte non pas quand on a ajouté tout ce qu'il fallait, mais quand on avait enlevé tout ce qui était en trop)

La personne peut savoir que c'est un cylindre, mais savoir aussi que ça n'est pas important dans le problème actuel et le regrouper dans les "disques" par un raccourci peut être un peu brutal. Bien qu'en fait, la "mesure" de cette brutalité dépende du contexte elle aussi : est-ce qu'on est ou non au limite de la pertinence dans ce contexte ? Peut être par exemple que la parole "brutale" du prof qui nous dit, "oui, bon... c'est un disque quoi" refusant la caractéristique de profondeur quand c'est celle de la surface supérieure qui est pertinente, est pour nous forcer à comprendre la vérité de sa parole.

La perception de la vérité deviens alors très lié à la capacité de celui qui reçoit la phrase à la placer dans le bon contexte, à la comprendre.

Ce qu'on pourrait appeler l'intelligence quand on est provocateur.

En effet, on décrit souvent comme "con" une personne incapable de comprendre une vérité. Donc en fait incapable de trouver le contexte pertinent.

Par exemple, quelqu'un qui dit à ce moment là que le prof est con et qu'il raconte n'importe quoi parce que le miroir "rond" qu'on étudie est pas un disque mais un cylindre. (reste à savoir quel est réellement le con)

En réalité, on passe tout de suite à la question primordiale dans toutes les communications humaines, et en particulier dans les questions religieuses. C'est le problème de l'interprétation de la parole, nécessairement limitée à un contexte.

Le tout, c'est de trouver ce contexte, pour extraire la vérité de la parole.

Dans ce sens par exemple, un compte de grand mère n'est pas "faux". Il est faux si on considère que sa "parole" a comme contexte une description Historique des évènements. Il peut être pourtant très vrai dans le contexte des possibles... ou pas... il peut même simplement contenir sa vérité sur le plan symbolique, ou affectif.

(Encore faut il est assez intelligent pour percevoir ces plans)

Aucune parole n'est donc vrai ou fausse. C'est la corrélation entre cette parole et un des contextes qui peut être vraie ou fausse.

Comme on peut considérer une infinité de contexte dans lesquels elle serait vrai, on parle souvent "des" vérités contenues dans cette parole.

J'ai personnellement une tendance (un peu provocatrice) a considérer que tout est vrai.

En faisant un raccourci et en "zappant" une sorte de "il faut seulement trouver le contexte dans lequel c'est vrai". (qui serait plus pédagogique, mais qui n'hôte en rien la vérité de la phrase précédente, et serait beaucoup moins provocateur :snif: )

Mais ça perturbe beaucoup les coincés de la vérité, (souvent des techniciens, et pseudo-scientifiques) qui sont incapable de supporter la vérité que dans le monde, ils ne maitriseraient jamais tout, souvent presque rien, et quasiment jamais la réalité des choses, justement.

Modifié par Titsta

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
jeremiah258 Membre 41 messages
Forumeur balbutiant‚ 29ans
Posté(e)

désoler mais la vérité est unique!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blackmesa Membre+ 2 700 messages
Grosse banane de Dolph‚ 26ans
Posté(e)

La vérité n'existe pas en elle même, mais en chacun de nous -.-. Pour quelqu'un, la vérité (Sa vérité) sera différente de celle d'un autre. Pourquoi, car la différence est en chacun de nous, et notre vérité est une affirmation de nos opinions. Apres pourquoi il peut y avoir des vérités générales? car nos opinions peuvent se rejoindre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)
D'ailleurs, peux-tu me citer une Vérité ?

En plus du cas de la confiture, je peux te citer des vérités banales :

  • Hier, j'ai pris les transports en commun
  • Cet été, j'ai mangé des haricots verts
  • Aujourd'hui, j'ai posté un message sur forumfr
  • Les nazis ont organisé la Shoah
  • Nicolas Sarkozy existe

Ce sont des vérités de la vie quotidienne (des "vérité absolue" selon ton expression). Et ces vérités sont parfaitement accessibles.

Certaines de ces vérités sont importantes (comme celle sur la Shoah), à tel point que certains Etats en ont interdit la contestation.

Par sens pratique, si.
La notion de "vérité relative" ne vient pas du "sens pratique. Il s'agit d'une abstraction qui n'a absolument aucun lien avec la pratique, la vie de tous les jours.

Dans la vie de tous les jours, il n'y a pas de "vérité relative".

D'ailleurs, en dehors d'un débat philosophique, on ne parle jamais de vérité relative.

Lequel d'entre vous a-t-il parlé, dans la vie de tous les jours, de vérité relative ? Dans quels cas ce concept a-t-il été d'une utilité pratique quelconque ?

On voit bien qu'il s'agit d'un terme théorique, bien loin du sens pratique.

Non, attention ! Déjà la science ne manie pas de vérité, mais des hypothèses. La nuance est très importante !

Ensuite, quand on creuse un peu, la science se fiche de la Vérité. Elle se soucie seulement que nos hypothèses ne soit pas contredites par l'observation.

Il ne faut pas confondre les simples hypothèses avec les théories scientifiques.

Si la science admet le doute, c'est une erreur épistémologique que de confondre une théorie scientifique (donc établie avec rigueur) et une simple hypothèse.

Tu dis que la science se désintéresse de la question de vérité. Ce n'est pas tout à fait exact. On voit que la science ne se désintéresse pas de la vérité par de nombreux exemples : la recherche de preuves scientifiques en est un, l'usage des avancées scientifiques par la justice en est un autre.

Par contre, elle s'est désintéressé des débats philosophiques sur la vérité, car ceux qui prétendaient que la vérité est multiple, que tout est vrai ou autre ne faisait que brasser du vent tandis que la science avait, elle, des résultats concrets.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lore Membre 17 812 messages
Electron trop libre / Cible à abattre‚ 47ans
Posté(e)

"La vérité c'est juste un mensonge de plus....." :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
Le principe de vérité est, par définition même, absolu. Il est le lien entre le sens et le réel. Il n'existe donc aucune vérité relative, il peut par contre exister des croyances plus ou moins sûres, mais :

  • Il n'y a aucune raison d'appeler "vérité relatives" les croyances. C'est même assez hypocrites, cela permet d'affirmer que tout le monde a raison quand en fait, tout le monde à tord.
  • Ces "vérités relatives" n'ont rien à voir avec la vérité, ce n'est donc qu'un jeu de mots.

Oui, c'est un jeu de mot. Enfin je l'ai fait dans ce sens-là. :snif: Je ne savais pas que ce terme de "vérité relative" était déjà employé. éa me paraissait mieux cristalliser ces "croyances" que tu as bien décrites.

En effet, ces vérités relatives sont des croyances, mais des croyances d'un ordre beaucoup plus grand que les religieuses.

Personne ne douterait posséder un corps, par exemple. Rien ne nous le prouve.

C'est là le schisme entre la vérité humaine et la vérité scientifique qui sont presque des opposés dans la méthode d'investigation du réel.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)
Personne ne douterait posséder un corps, par exemple. Rien ne nous le prouve.
Ah si, on a des preuves. C'est d'ailleurs pour cela qu'on n'en doute pas (ou presque).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant