Aller au contenu

L'auto-tromperie, une vérité difficile à avaler.

Noter ce sujet


Axo lotl

Messages recommandés

Membre, 49ans Posté(e)
Axo lotl Membre 11 899 messages
Maitre des forums‚ 49ans‚
Posté(e)

Il est courant pour les gens de se mentir à eux-mêmes, que ce soit pour se protéger émotionnellement, maintenir une image positive d'eux-même ou éviter des vérités difficiles à affronter. 

Le fait de se mentir influence forcément nos perceptions et nos choix dans la vie quotidienne, nos relations avec les autres. Ces mensonges sont avant tout des protections, donc ces mensonges sont utiles, ils sont une bonne chose. 

Pourquoi est ce si difficile d'accepter cette réalité chez soi et chez les autres ? 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, 131ans Posté(e)
soisig Membre 29 650 messages
131ans‚
Posté(e)
il y a 12 minutes, Axo lotl a dit :

Il est courant pour les gens de se mentir à eux-mêmes, que ce soit pour se protéger émotionnellement, maintenir une image positive d'eux-même ou éviter des vérités difficiles à affronter. 

Le fait de se mentir influence forcément nos perceptions et nos choix dans la vie quotidienne, nos relations avec les autres. Ces mensonges sont avant tout des protections, donc ces mensonges sont utiles, ils sont une bonne chose. 

Pourquoi est ce si difficile d'accepter cette réalité chez soi et chez les autres ? 

Tu ne voudrais pas donner des exemples ? se mentir à soi même, je l'ai souvent entendu mais j'avoue ne pas en comprendre le sens ... ;)

  • Like 1
  • Haha 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 49ans Posté(e)
Axo lotl Membre 11 899 messages
Maitre des forums‚ 49ans‚
Posté(e)
il y a 6 minutes, soisig a dit :

Tu ne voudrais pas donner des exemples ? se mentir à soi même, je l'ai souvent entendu mais j'avoue ne pas en comprendre le sens ... ;)

Exemple :dire qu'on ne cherche pas l'amour et draguer tout ce qui bouge en le niant.

Dire qu'on se moque de prendre du poids et culpabiliser d'avoir mangé un éclair. 

Dire qu'on n'est pas homophobe mais espérer que son gamin est hetero. 

Continuez de fumer en sachant que c'est mauvais pour la santé 

... 

Bref toutes ces contradictions qui nous habitent et que nous essayons de nier. 

Modifié par Axo lotl
  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Grégairophobe..., Posté(e)
Mite_Railleuse Membre 36 505 messages
Grégairophobe...,
Posté(e)
il y a 19 minutes, Axo lotl a dit :

Il est courant pour les gens de se mentir à eux-mêmes, que ce soit pour se protéger émotionnellement, maintenir une image positive d'eux-même ou éviter des vérités difficiles à affronter. 

Le fait de se mentir influence forcément nos perceptions et nos choix dans la vie quotidienne, nos relations avec les autres. Ces mensonges sont avant tout des protections, donc ces mensonges sont utiles, ils sont une bonne chose. 

Pourquoi est ce si difficile d'accepter cette réalité chez soi et chez les autres ? 

Lucidité et honnêteté sont les deux mamelles de l’intégrité et du mieux être. Une fois qu’on a lâché ce que l’on voudrait être, comment on voudrait que les autres nous perçoivent, pour ce que nous sommes vraiment, consciemment tout du moins, avec nos lâchetés, nos médiocrités, nos qualités, c’est un soulagement...

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 131ans Posté(e)
soisig Membre 29 650 messages
131ans‚
Posté(e)
il y a 16 minutes, Axo lotl a dit :

Dire qu'on n'est pas homophobe mais espérer que son gamin est hetero. 

Continuez de fumer en sachant que c'est mauvais pour la santé 

 

Je me retrouve dans ces deux exemples, mais je ne me mens pas. C'est vrai que je ne suis pas homophobe, mais c'est vrai aussi que je n'aurais pas aimé qu'un de mes enfants soit homo. La situation s'arrange, l'homosexualité est de plus acceptée comme une normalité, mais c'est encore loin d'être une généralité, et je n'aurais pas voulu qu'un de mes enfants soit victime d'être ce qu'il est. 

Je sais que le tabac est mauvais pour la santé, et pourtant, je fume toujours, après 50 tentatives d'arrêt. Je ne me mens pas à moi même, je sais honnêtement que je suis addicte. La semaine prochaine, j'essaierais une nouvelle fois d'arrêter et je mentirais si j'affirmais que cette fois sera la bonne, car je n'en sais rien.

Je pense que l'expression "se mentir à soi même" n'a pas de sens. Mentir aux autres à un sens, se mentir à soi même n'en a pas pour moi.  

Modifié par soisig
  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 52ans Posté(e)
Globure Membre 5 908 messages
Maitre des forums‚ 52ans‚
Posté(e)

Se mentir en se regardant tout le temps le nombril et attendant des autres qu'ils viennent vers vous.

Voilà un autre exemple.

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 48ans Posté(e)
Elisa* Membre 11 710 messages
Maitre des forums‚ 48ans‚
Posté(e)
il y a 24 minutes, Axo lotl a dit :

Exemple :dire qu'on ne cherche pas l'amour et draguer tout ce qui bouge en le niant.

Dire qu'on se moque de prendre du poids et culpabiliser d'avoir mangé un éclair. 

Dire qu'on n'est pas homophobe mais espérer que son gamin est hetero. 

... 

Bref toutes ces contradictions qui nous habitent et que nous essayons de nier. 

Je pense que pour certains.nes, la réalité est trop dure à accepter, alors le déni prend le relais pour gommer, masquer tout ce qui peut les affecter, dévaloriser.

Le but conscient ou pas étant d’éliminer une face du miroir qu’iels ne veulent surtout pas voir : une façon de lisser son image, sinon ce serait reconnaître ses imperfections, ses failles ou ses névroses, ses traumas, etc…

Accepter la réalité, c’est finalement admettre être vulnérable et donc donner à l’autre, la possibilité de l’atteindre, de le/la blesser. 

Je crois que cela peut être insupportable quand l’on se sent déjà plus ou moins fébrile… aussi le choix du mensonge, de l’idéalisation permet de s’évader, s’extirper du réel vers un monde meilleur, plus tendre.

Fantasmer sa vie pour supporter ses blessures présentes ou passées peut-être… 

Modifié par Elisa*
  • Like 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 34ans Posté(e)
Virtuose_en_carnage Membre 6 073 messages
Maitre des forums‚ 34ans‚
Posté(e)
il y a 12 minutes, soisig a dit :

Je me retrouve dans ces deux exemples, mais je ne me mens pas. C'est vrai que je ne suis pas homophobe, mais c'est vrai aussi que je n'aurais pas aimé qu'un de mes enfants soit homo. La situation s'arrange, l'homosexualité est de plus acceptée comme une normalité, mais c'est encore loin d'être une généralité, et je n'aurais pas voulu qu'un de mes enfants soit victime d'être ce qu'il est. 

Je sais que le tabac est mauvais pour la santé, et pourtant, je fume toujours, après 50 tentatives d'arrêt. Je ne me mens pas à moi même, je sais honnêtement que je suis addicte. La semaine prochaine, j'essaierais une nouvelle fois d'arrêter et je mentirais si j'affirmais que cette fois sera la bonne, car je n'en sais rien.

Je pense que l'expression "se mentir à soi même" n'a pas de sens. Mentir aux autres à un sens, se mentir à soi même n'en a pas pour moi.  

Pas étonnant, tu es d'un conformisme à tout épreuve. Il y a bien plus de mérite à être différent dans une société normée. Quant à ce que tu penses de l'expression "se mentir à soi même", j'ai envie de dire on s'en tamponne. Il n'y a qu'à voir le nombre d'article sur la self-deception:

https://scholar.google.com/scholar?hl=fr&as_sdt=0%2C5&q=self-deception&btnG=

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 131ans Posté(e)
soisig Membre 29 650 messages
131ans‚
Posté(e)
il y a 10 minutes, Virtuose_en_carnage a dit :

Quant à ce que tu penses de l'expression "se mentir à soi même", j'ai envie de dire on s'en tamponne.

Mais ON s'en fout que TU t'en tamponnes ! :DD

  • Like 1
  • Haha 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 36ans Posté(e)
sirielle Membre 8 704 messages
Maitre des forums‚ 36ans‚
Posté(e)

Personnellement je ne pense pas me mentir particulièrement à moi-même, car je suis attachée à l'introspection, mais il m'arrive fréquemment d'être dans le doute et de devoir composer avec. Or le doute est censé préserver l'image de l'innocence quand-bien même elle serait remise en question. C'est pourquoi il m'est arrivé d'accorder au moins légèrement ma confiance sur ce principe, par exemple à quelqu'un que j'estimais quand-même un peu "louche", et parfois sans avoir à le regretter, parfois si. Pourtant je conserve ce principe en moi, car je crois que, dans une certaine mesure seulement, il faut savoir prendre des risques même si c'est parfois en partie à ses dépens. (Mais se mentir à soi-même c'est souvent affirmer une probabilité, une supposition, sans tenir compte du potentiel doute ou des éventuels éléments de contre-hypothèse, pour des raisons de confort mental, de simplisme, ou autre. Toutefois il est possible aussi de s'affirmer une hypothèse, afin de provoquer un éventuel doute, ne serait-ce qu'émotionnellement, implicitement, forger une intuition, c'est une forme de test psychique, de simulation psychique plus exactement.)

D'autre part faire un choix comportant des inconvénients n'est pas forcément un mensonge à soi-même, ni même une erreur, ce peut être simplement "un moindre mal" au sein du champ limité des possibles, dans bien des cas. (Et dans d'autres non, mais encore faut-il pouvoir prendre le temps de connaître toutes les options valables à disposition pour choisir lucidement. De même que lorsque l'on choisit un produit en espérant faire le meilleur choix, on n'a pas forcément le temps de faire toutes les comparaisons permettant d'être sûr de son choix.)

Et puis louvoyer peut amener à des comportements contradictoires qui sont en réalité juste signe d'hésitation, ou d'inconstance.

Modifié par sirielle
  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 50ans Posté(e)
Crabe_fantome Membre 45 754 messages
Maitre des forums‚ 50ans‚
Posté(e)
il y a 35 minutes, Axo lotl a dit :

Exemple :dire qu'on ne cherche pas l'amour et draguer tout ce qui bouge en le niant.

Dire qu'on se moque de prendre du poids et culpabiliser d'avoir mangé un éclair. 

Dire qu'on n'est pas homophobe mais espérer que son gamin est hetero. 

Continuez de fumer en sachant que c'est mauvais pour la santé 

... 

Bref toutes ces contradictions qui nous habitent et que nous essayons de nier. 

Ces exemples de mensonges restent à la faveur du menteur parce qu'au final il baise, il mange, il fume et reste homophobe, ce qui lui convient. 

J'ai envie d'ajouter ces autres mensonges, à la défaveur du menteur :

Je suis responsable de la violence qui m'est faite.

Si je rate tout c'est parce que je suis nul.

Si je réussi quelque chose, c'est que j'ai eu de la chance.

 

Mais là je m'interroge sur la profondeur du mensonge. Parce qu'autant "je fais attention à ce que je mange" et s'enfiler 5 pains au chocolat au gouter chaque jour, y a un coté rigolo et très rapidement on prend conscience qu'on est plus en train de mentir aux autres et les autres ne sont pas dupe... Autant "mon mec ou ma nana a raison de me traiter de petite merde parce que c'est ce que je suis" c'est un mensonge auquel je finis non seulement par m'attacher, mais par m'identifier. 

 

Dans le premier cas on a des menteurs qui finalement ne sont pas si toxique que ça pour la société (et encore moins pour eux même), on est sur des personnes égocentrées plutôt de mauvaise foi mais à la limite y a rien de traumatisant pour les autres là dedans... Sauf pour l'exemple du père homophobe parce que décevoir ses parents c'est quelque chose qu'on traine comme un boulet le reste de sa vie (ou jusqu'à ce qu'on trouve un bon psy qui nous aide à nous débarrasser de ce boulet). Je crois que c'est Roland Barthes qui disait à propos de son homosexualité quelque chose comme "le pire ce n'est pas d'être interdit, mais d'être refusé". 

 

Sinon cette autotromperie, comme se convaincre que fumer du shit c'est bon contre le cancer pour pouvoir continuer à fumer du shit, ce sont des petites mécaniques du cerveau qui vont chercher à justifier nos travers. Le cerveau a besoin de cohérence. 

Peut être aussi ce truc qui différencie les français des japonais: s'excuser plutôt que de se trouver des excuses. J'arrive en retard à un rendez vous: ouais c'est la circulation, y avait un bouchon, un accident, trop de feu rouge... Au Japon il est presque plus impoli de faire encore plus perdre de temps à tout le monde en expliquant le pourquoi on est en retard que pour le retard lui même. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Un oiseau la tête en bas !, Posté(e)
Sittelle Membre 11 470 messages
Un oiseau la tête en bas !,
Posté(e)
Il y a 2 heures, Axo lotl a dit :

Il est courant pour les gens de se mentir à eux-mêmes, que ce soit pour se protéger émotionnellement, maintenir une image positive d'eux-même ou éviter des vérités difficiles à affronter. 

Le fait de se mentir influence forcément nos perceptions et nos choix dans la vie quotidienne, nos relations avec les autres. Ces mensonges sont avant tout des protections, donc ces mensonges sont utiles, ils sont une bonne chose. 

Pourquoi est ce si difficile d'accepter cette réalité chez soi et chez les autres ? 

Vous pouvez m'expliquer, comment '' on se ment '' ?

Je veux dire reformuler parce que je ne saisis pas le concept. Tellement cela me paraît pas possible ..

Et merci de ne pas me traiter de trôle ou m'insulter .  C est une vraie question .. 

 

Révélation

On ne se moque pas des handicapés .. 😉

 

Modifié par Sittelle
  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 49ans Posté(e)
Axo lotl Membre 11 899 messages
Maitre des forums‚ 49ans‚
Posté(e)
il y a 1 minute, Sittelle a dit :

Vous pouvez m'expliquer, comment '' on se ment '' ?

Je veux dire reformuler parce que je ne saisis pas le concept. Tellement cela me paraît pas possible ..

Et merci de ne pas me traiter de trôle ou m'insulter .  C est une vraie question .. 

 

  Révéler le contenu masqué

 

Je n'avais pas l'intention de vous insulter, mais merci quand même pour l'accusation gratuite.

Exemple : mon médecin m'annonce que je suis trop gros et qu'à ce rythme je vais crever d'une crise cardiaque, que je dois arrêter l'alcool, la charcuterie et les desserts. Que le soir je rentre chez moi et je m'ouvre une bonne bouteille et que je me dis, allez c'est pas un ou deux verres qui vont me tuer. je me mens car je sais bien que si un ou deux verres vous contribuer à me tuer, mais que je n'ai pas la volonté pour arrêter.

exemple : allez sur un forum dire à tout le monde combien on est heureux dans sa vie et dans son couple et flirter avec d'autres en expliquant que ce n'est pas vrai, c'est pas du flirt. C'est se mentir à soi même.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 131ans Posté(e)
soisig Membre 29 650 messages
131ans‚
Posté(e)
il y a 8 minutes, Sittelle a dit :

Vous pouvez m'expliquer, comment '' on se ment '' ?

Je veux dire reformuler parce que je ne saisis pas le concept. Tellement cela me paraît pas possible ..

Et merci de ne pas me traiter de trôle ou m'insulter .  C est une vraie question .. 

 

  Masquer le contenu

On ne se moque pas des handicapés .. 😉

 

nous sommes deux ;)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
Manrak Membre 2 682 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)
Il y a 2 heures, Axo lotl a dit :

Il est courant pour les gens de se mentir à eux-mêmes, que ce soit pour se protéger émotionnellement, maintenir une image positive d'eux-même ou éviter des vérités difficiles à affronter. 

Le fait de se mentir influence forcément nos perceptions et nos choix dans la vie quotidienne, nos relations avec les autres. Ces mensonges sont avant tout des protections, donc ces mensonges sont utiles, ils sont une bonne chose. 

Pourquoi est ce si difficile d'accepter cette réalité chez soi et chez les autres ? 

Je crains qu'on ne puisse pas se mentir à soi même. Par contre on baratine souvent pour donner une autre image de soi aux autres...

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 41ans Posté(e)
uno Membre 6 484 messages
Maitre des forums‚ 41ans‚
Posté(e)
Il y a 2 heures, Axo lotl a dit :

Il est courant pour les gens de se mentir à eux-mêmes, que ce soit pour se protéger émotionnellement, maintenir une image positive d'eux-même ou éviter des vérités difficiles à affronter. 

Le fait de se mentir influence forcément nos perceptions et nos choix dans la vie quotidienne, nos relations avec les autres. Ces mensonges sont avant tout des protections, donc ces mensonges sont utiles, ils sont une bonne chose. 

Pourquoi est ce si difficile d'accepter cette réalité chez soi et chez les autres ? 

Bien vu, règle numéro une, admettre notre responsabilité personnelle, dans nos échecs. Mes échecs et mes regrets je les attribue avant tous à mes mauvais choix, à ma paresse et à ma propre stupidité au lieu de blâmer les circonstances ou mon entourage. Il n'y a qu'ainsi qu'on progresse et qu'on évite de répéter les mêmes erreurs.

Modifié par uno
  • Like 4
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
Manrak Membre 2 682 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)
à l’instant, uno a dit :

Bien vu, règle numéro une, admettre sa responsabilité personnelle, dans nos échecs. Mes échecs et mes regrets je les attribue avant tous à mes mauvais choix, à ma paresse et à ma propre stupidité au lieu de blâmer les circonstances ou mon entourage. Il n'y a qu'ainsi qu'on progresse et qu'on évite de répéter les mêmes erreurs.

Rien de plus à ajouter. Tout est dit. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 49ans Posté(e)
Axo lotl Membre 11 899 messages
Maitre des forums‚ 49ans‚
Posté(e)
il y a 1 minute, Manrak a dit :

Je crains qu'on ne puisse pas se mentir à soi même. Par contre on baratine souvent pour donner une autre image de soi aux autres...

 

Alors peut être suis je la seule personne à savoir que je me mens très souvent, trop souvent. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 131ans Posté(e)
soisig Membre 29 650 messages
131ans‚
Posté(e)
il y a 4 minutes, Axo lotl a dit :

Je n'avais pas l'intention de vous insulter, mais merci quand même pour l'accusation gratuite.

Exemple : mon médecin m'annonce que je suis trop gros et qu'à ce rythme je vais crever d'une crise cardiaque, que je dois arrêter l'alcool, la charcuterie et les desserts. Que le soir je rentre chez moi et je m'ouvre une bonne bouteille et que je me dis, allez c'est pas un ou deux verres qui vont me tuer. je me mens car je sais bien que si un ou deux verres vous contribuer à me tuer, mais que je n'ai pas la volonté pour arrêter.

exemple : allez sur un forum dire à tout le monde combien on est heureux dans sa vie et dans son couple et flirter avec d'autres en expliquant que ce n'est pas vrai, c'est pas du flirt. C'est se mentir à soi même.

Pour ton premier exemple, ce n'est pas se mentir à soi même, c'est au mieux, penser que deux verres, ce n'est pas grave, au pire, s'en foutre même c'est grave.

Pour ton second exemple, ce n'est pas non plus se mentir à soit même, c'est mentir aux autres. 

Désolée, mais comme Sitelle, je ne comprends pas cette expression qui n'a pas de sens, car mentir, c'est ne pas dire la vérité à des personnes qui ne savent pas que ce n'est pas la vérité. Donc comment peux tu ne pas te dire la vérité à toi même ? 

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
Manrak Membre 2 682 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)
il y a 2 minutes, Axo lotl a dit :

Alors peut être suis je la seule personne à savoir que je me mens très souvent, trop souvent. 

Explique. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×