Aller au contenu

"La religiosité a les mêmes principes structurels que la théorie du complot"

Noter ce sujet


Messages recommandés

Animateur 32ans Posté(e)
Kyoshiro02 Animateur 13 628 messages
Fou échappé de l'asile‚ 32ans
Posté(e)

Comment analyser les causes psychologiques de l'adhésion aux théories du complot ? Quels éléments psychosociaux peuvent-ils pousser un individu à se reconnaître dans les rhétoriques conspirationnistes ? Explications du Dr. Sebastian Bartoschek.

https://info.arte.tv/fr/la-religiosite-les-memes-principes-structurels-que-la-theorie-du-complot

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Membre 69ans Posté(e)
Gouderien Membre 22 042 messages
Obsédé textuel‚ 69ans
Posté(e)
il y a 18 minutes, Kyoshiro02 a dit :

Comment analyser les causes psychologiques de l'adhésion aux théories du complot ? Quels éléments psychosociaux peuvent-ils pousser un individu à se reconnaître dans les rhétoriques conspirationnistes ? Explications du Dr. Sebastian Bartoschek.

https://info.arte.tv/fr/la-religiosite-les-memes-principes-structurels-que-la-theorie-du-complot

La différence, c'est que certains complots existent effectivement. Pour les dieux, ça reste à prouver.

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 48ans Posté(e)
Henri. Membre 1 501 messages
Forumeur alchimiste‚ 48ans
Posté(e)

"les théories du complot réduisent la complexité. Avec elles, nous détenons enfin un modèle explicatif simple, qui produit une relation de cause à effet très claire, et qui évacue les contingences du monde. "

"par exemple, on a peur du diable ou de ceux qui pourraient nous détourner du droit chemin."

 

a-t-on fait un modèle explicatif plus simpliste de la religion, qui produit une relation de cause à effet plus claire..? As-t-on évacué avec autant de simplisme, de réduction les contingences de la religion que dans cet exemple..?  

Selon ses propres critères, ce bon docteur se reconnaît parfaitement dans les réthoriques conspirationnistes...

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 39ans Posté(e)
Dedictio Membre 745 messages
Forumeur forcené‚ 39ans
Posté(e)

Une constante de la vanité humaine, au moins française, est de se croire supérieur aux esprits des temps passés. Déformation sans doute du système scolaire français qui représente le temps et l'histoire par la fameuse frise chronologique, induisant un rapport hiérarchique dont nous serions, nous fossoyeurs de notre environnement, l'aboutissement génial face aux "arriérés" grecs anciens qui érigèrent le Parthénon mêlant mathématiques, esthétique et religiosité.

Le complot, mot grec, désigne étymologiquement une pelote, une balle, de cordelettes très serrées recouverte de peau (Alain Rey 2016) : méandreux et caché, donc. Le mot a par conséquent été détourné de son sens, sans doute à des fins de rhétoriques modernes  : beaucoup plus vendeur que conjuration, qui désigne plus proprement ce dont il est question dans le topic.

Thread qui repose sur un petit paragraphe d'une courte interview du médiatique Sebastian Bartoschek qui vulgarise des travaux, en les citant rarement, qui lui sont bien antérieurs : citons par exemple Pierre-André Taguieff (La foire aux illuminés : ésotérisme, théorie du complot, extrémisme, éd. Mille et une Nuits, Paris 2005) dont les deux premières phrases à vocation de définition, "les théories du complot réduisent la complexité. Avec elles, nous détenons enfin un modèle explicatif simple, qui produit une relation de cause à effet très claire, et qui évacue les contingences du monde", en sont directement tirés pratiquement à la virgule.

Ici s'arrête la comparaison, car là où Taguieff développe autour du désenchantement du monde et apporte une complexité  à la survenue du simplisme, si je puis dire, Bartoschek nous impose un nouveau simplisme : les mécanismes de religion. Or on constate que son propos est sis sur la religion chrétienne (diable, rédemption...) qui ne représente guère qu'un millénaire et un espace géographique restreint et fluctuant sur les 200 000 ans d'homo sapiens... Si on n'a pas là basculé précisément et brutalement dans le simplisme face aux centaines de religions passées, présentes et à venir... Quand bien mêmes chrétiens par chez nous, nos aïeux sont-ils moins complexes que nous ? Ou notre complexité nous est-elle plus volontiers sans cesse rappelée par notre connectivité grandissante ?

 

"Je crois que l’homme sera littéralement noyé dans l’information. Dans une information constante sur son corps, sur son devenir corporel, sur sa santé, sur sa vie familiale, sur son salaire, sur son loisir. Ce n’est pas loin du cauchemar", déclarait de manière visionnaire Marguerite Duras en 1985 à propos des années 2000. Un arroseur ou "chroniqueur" sur une chaîne ou site d'info continue qui lit ou publie son papier après quelques clics sur Wiki ça coûte bien moins cher qu'un numéro de "C'est pas Sorcier". Mais le résultat n'est pas le même.

Dans ce tableau de la romancière, désormais réaliste, "debunker", "fack-checker", "hoax-buster" ont pour tâche de s'intéresser à l'inintéressant et à le mettre en lumière dans le torrent d'informations et données qui nous arrosent sur nos multiples écrans, pour nous dire que ce n'est pas "bien à penser" dans un paternalisme tout à fait assumé, afin de fermer une porte tout en se moquant : ces éboueurs de l'infos pullulent parce que c'est divertissant pour ceux qui lisent ou ont lu et confrontent ou ont confronté, devenus paresseux à édifier à la lecture et à la confrontation, à ouvrir des portes : justement ! Il s'agit de l'exact négatif du professeur, de l'enseignant, des leçons de choses familiales, qui ne rapportent rien pécuniairement, qui ne divertissent guère mais instruisent en se reposant sur ce qui importe à l'édification d'un citoyen français et européen par l'émancipation de sa pensée critique.

Le terme complot, au sens conjuration, a enfin et par aboutissement été politisé, érodé par son usage intéressé et donc de plus en plus et fatalement déconsidéré. Il forme aujourd'hui le fer de lance d'un conservatisme politique établi aux pouvoirs (politique, médiatique, économique...) au discrédit de toutes convictions contraires ou critiques. Cet artefact rhétorique se retrouve in fine utilisé ici sous l'angle encore moins subtile d'une laïcité non plus protectrice des opinions religieuses mais hostile, par idéologie.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 75ans Posté(e)
Maurice Clampin Membre 8 186 messages
Pépé fada , râleur , et clairvoyant .‚ 75ans
Posté(e)

:pap:   Bref ! Un psychologue donc potentiellement un neu-neu aux cogitations bizarroïdes en liberté non surveillée . 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 43ans Posté(e)
Pheldwyn Membre 13 914 messages
Explorateur de Nuages‚ 43ans
Posté(e)

C'est marrant tout de même : oui, il y a des complotismes exacerbés de toute part, qui ont pris énormément d'ampleur avec les réseaux sociaux et les organismes qui les montent à des fins de manipulation. 

Mais du coup, on a l'impression que l'idée même du complot à éserté le champ des possible, que dès que vous pointer un conflit d'intérêts (et notre société néolibérale n'est faite que de ça, tout comme notre histoire est pleine de complot), avant même de chercher à vérifier vos dires, on vous catalogue dans "ceux qui remettent en cause", et donc dans le camp des complotistes. 

Alors que les choses sont loin être aussi binaire : bien évidemment que tout n'est pas complot, mais bien évidemment que dans le même temps, en politique, dans les médias, etc ... Il y a toujours des intérêts et des raisons qui gouvernent les choses, et que la communication ne sert souvent qu'a déguiser les réelles intentions. 

Bref, plutôt que de crier au complot ou de faire une confiance aveugle à une communication officielle, il faut à chaque fois voir les arguments, les faits, et essayer de juger par soi-même. Relativiser les choses, également. 

 

  • Like 1
  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 152ans Posté(e)
hell-spawn Membre 11 733 messages
Forumeur alchimiste‚ 152ans
Posté(e)
Il y a 10 heures, Kyoshiro02 a dit :

Comment analyser les causes psychologiques de l'adhésion aux théories du complot ? Quels éléments psychosociaux peuvent-ils pousser un individu à se reconnaître dans les rhétoriques conspirationnistes ? Explications du Dr. Sebastian Bartoschek.

https://info.arte.tv/fr/la-religiosite-les-memes-principes-structurels-que-la-theorie-du-complot

Meme pas besoin de lire l'article pour savoir que cela a été écrit par un connard, tout docteur qu'il est.

Il y a pas de complot ? il y en a jamais eu ?  Tout vous semble sain et normal ?

Et si justement il y a tant de personnes d'influence qui ne vous veulent pas de bien c'est parce que ce sont des psychopathes sans empathie ni spiritualité.

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 37ans Posté(e)
cheuwing Membre 14 554 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

Je vois que personne n a lu l article 

Il parle du mécanisme de pensée de trouver une réponse facile à des problèmes complexes chez ces personnes

Ces mécanismes sont du ressort de la croyance et non de faits argumentés

  • Like 2
  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 37ans Posté(e)
cheuwing Membre 14 554 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

Ce raisonnement a déjà été développé en histoire notamment en France 

Sous la monarchie, le roi était le sommet de la représentation du pouvoir. Il était identifiable et comme il se disait lieutenant de Dieu sur Terre, donc quand un malheur arrivait c'était la faute à dieu et par répercussion au roi. 

Quand ce symbole a disparu, la représentation du pouvoir à été chamboulé pendant tout le 19e siècle. 

La représentation du pouvoir était difficile et là, la croyance en un dieu et les malheurs vers qui elles étaient envoyées avant changent. En France c'est passé sur les juifs, des personnes pensaient qu ils conspiraient contre les bons français. Les délires sur les rotschild datent de cette époque de chez nous. Des personnes veulent diriger leur malheur contre un groupe ou une personne identifiable à la place de dieu et du roi

Plus le système démocratique qui fait qu il n y a pas de figure ancré. Et qu il est facile d imaginer des personnes qui nous veulent du mal tapis dans l ombre 

 

 

 

Modifié par cheuwing
  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 48ans Posté(e)
Henri. Membre 1 501 messages
Forumeur alchimiste‚ 48ans
Posté(e)
Il y a 3 heures, cheuwing a dit :

Je vois que personne n a lu l article 

Il parle du mécanisme de pensée de trouver une réponse facile à des problèmes complexes chez ces personnes

Ces mécanismes sont du ressort de la croyance et non de faits argumentés

C'est ce qui est contestable. Le mécanisme de la croyance n'est pas de trouver une réponse facile à des problèmes complexes. Le mécanisme de la croyance est de penser la complexité des problèmes en partant d'un postulat différent. Ça ne facilite pas la chose, bien au contraire. 

Cette idée reçue selon laquelle la croyance est une réponse facile à des problèmes complexes est le type même de mécanisme de pensée qu'on prétend dénoncer, puisqu'elle consiste à trouver une réponse facile à la complexité du phénomène de croyance plutôt que des faits argumentés...

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 73ans Posté(e)
Ximène Membre 482 messages
Forumeur survitaminé‚ 73ans
Posté(e)
il y a une heure, Henri. a dit :

C'est ce qui est contestable. Le mécanisme de la croyance n'est pas de trouver une réponse facile à des problèmes complexes. Le mécanisme de la croyance est de penser la complexité des problèmes en partant d'un postulat différent. Ça ne facilite pas la chose, bien au contraire. 

Cette idée reçue selon laquelle la croyance est une réponse facile à des problèmes complexes est le type même de mécanisme de pensée qu'on prétend dénoncer, puisqu'elle consiste à trouver une réponse facile à la complexité du phénomène de croyance plutôt que des faits argumentés...

raisonnement spécieux , le complotisme , quand il devient un dogme et une réponse à tous les maux ( les complots ont toujours existé , là n'est pas le problème , c'est sa "théorisation" et sa systématisation qui sont évaluées ici ) est bel et bien du même ressort psychologique que la croyance : donner du sens à ce qu'on ne peut expliquer !

  • Like 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 37ans Posté(e)
cheuwing Membre 14 554 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)
il y a une heure, Henri. a dit :

C'est ce qui est contestable. Le mécanisme de la croyance n'est pas de trouver une réponse facile à des problèmes complexes. Le mécanisme de la croyance est de penser la complexité des problèmes en partant d'un postulat différent. Ça ne facilite pas la chose, bien au contraire.

Et quelle reponse donne le croyant à la solution complexe ?? 

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 48ans Posté(e)
Henri. Membre 1 501 messages
Forumeur alchimiste‚ 48ans
Posté(e)
il y a 2 minutes, Ximène a dit :

raisonnement spécieux , le complotisme , quand il devient un dogme et une réponse à tous les maux ( les complots ont toujours existé , là n'est pas le problème , c'est sa "théorisation" et sa systématisation qui sont évaluées ici ) est bel et bien du même ressort psychologique que la croyance : donner du sens à ce qu'on ne peut expliquer !

Sauf que la croyance n'est pas une réponse, mais une question. Il ne suffit pas de croire pour avoir la réponse à tous les maux. C'est une manière différente d'envisager les questionnements qui n'exfiltre en rien leurs complexité...

il y a 3 minutes, cheuwing a dit :

Et quelle reponse donne le croyant à la solution complexe ?? 

Le croyant questionne. Dieu est question...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 37ans Posté(e)
cheuwing Membre 14 554 messages
Forumeur alchimiste‚ 37ans
Posté(e)

 

il y a 3 minutes, Henri. a dit :

Le croyant questionne. Dieu est question...

Le complotiste questionne, le complot est la question toujours 

Merci d avoir confirmé 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 73ans Posté(e)
Ximène Membre 482 messages
Forumeur survitaminé‚ 73ans
Posté(e)
il y a 28 minutes, Henri. a dit :

Sauf que la croyance n'est pas une réponse, mais une question.

faux , pour la quasi totalité des croyants c'est une certitude , la croyance répond aux questions qu'ils ne se posent même pas , quelqu'un a dit , ici même , le savant a lu des dizaines de livres et pensent qu'il lui en reste beaucoup à lire , le croyant n'en a lu lu qu'un et croit qu'il a tout compris !

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 48ans Posté(e)
Henri. Membre 1 501 messages
Forumeur alchimiste‚ 48ans
Posté(e)
Il y a 9 heures, Ximène a dit :

faux , pour la quasi totalité des croyants c'est une certitude , la croyance répond aux questions qu'ils ne se posent même pas , quelqu'un a dit , ici même , le savant a lu des dizaines de livres et pensent qu'il lui en reste beaucoup à lire , le croyant n'en a lu lu qu'un et croit qu'il a tout compris !

Voilà un modèle explicatif simple, qui produit une relation  de cause à effet très claire et évacue les contingences du monde. Le "faux" placé en début de phrase indique ta certitude. Pourtant, tu n'as pas l'air d'être croyant. Le fait que tu répondes à tous les critères de l'article tend à démontrer que le parallèle établi entre ce mécanisme de pensée  et la religiosité est une simplification. Il y a un parallèle établi entre théorie du complot et l'idée reçue qui est exprimée de la croyance. L'idée reçue n'est pas un argument. C'est du "prêt à penser". De quoi alimenter le mécanisme de la théorie du complot...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 73ans Posté(e)
Ximène Membre 482 messages
Forumeur survitaminé‚ 73ans
Posté(e)
il y a 17 minutes, Henri. a dit :

oilà un modèle explicatif simple, qui produit une relation  de cause à effet très claire et évacue les contingences du monde. Le "faux" placé en début de phrase indique ta certitude. Pourtant, tu n'as pas l'air d'être croyant. Le fait que tu répondes à tous les critères de l'article tend à démontrer que le parallèle établi entre ce mécanisme de pensée  et la religiosité est une simplification. Il y a un parallèle établi entre théorie du complot et l'idée reçue qui est exprimée de la croyance. L'idée reçue n'est pas un argument. C'est du "prêt à penser". De quoi alimenter le mécanisme de la théorie du complot...

bla bla bla .......bonsoir !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 48ans Posté(e)
Henri. Membre 1 501 messages
Forumeur alchimiste‚ 48ans
Posté(e)
il y a 52 minutes, Ximène a dit :

bla bla bla .......bonsoir !

Adieu la complexité des contingences du monde...

  • Haha 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 73ans Posté(e)
Ximène Membre 482 messages
Forumeur survitaminé‚ 73ans
Posté(e)
il y a 35 minutes, Henri. a dit :

adieu la complexité des contingences du monde...

phraséologie , éléments de langage , bottage en touche , raisonnements spécieux .....tout ce qui caractérise celui qui s'écoute parler et qui s'émerveille , ho la la qu'est-ce que je parle bien !

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
Scénon Membre 3 090 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Le 08/07/2021 à 07:33, Kyoshiro02 a dit :

Puisque le sujet est posté en Religion et Culte, voyons ce qui est dit au sujet de la “religiosité”; ce terme est déjà vague en soi, et ce qu'on en est dit est tout aussi vague:

«La religiosité fonctionne en fin de compte selon les mêmes principes structurels que les théories du complot. Dans les deux cas, on s'inculque la peur d'un autre. Dans la religion, par exemple, on a peur du diable ou de ceux qui pourraient nous détourner du droit chemin.»

On pourrait tout aussi bien écrire:

«La politicité fonctionne en fin de compte selon les mêmes principes structurels que les théories du complot. Dans les deux cas, on s'inculque la peur d'un autre. Dans la politique, par exemple, on a peur du Rassemblement national, de la Russie ou de la Corée du Nord, ou de ceux qui pourraient nous détourner du droit chemin.»

Ou:

«La sportivité fonctionne en fin de compte selon les mêmes principes structurels que les théories du complot. Dans les deux cas, on s'inculque la peur d'un autre. Dans le football, par exemple, on a peur de l'adversaire ou de ceux qui pourraient nous détourner du droit chemin [entendez: les arbitres].»

Etc.

Tout cela reste éminemment flou.

Mettons les points sur les i : un croyant ne “choisit” jamais d'être croyant par peur du diable ; il suffirait de le lui demander pour savoir que c'est faux.

Affirmer le contraire relèverait d'une simplification extrême, et en ce sens je rejoins ce qu'écrivent @Dedictioet @Henri.

On pourrait prétendre avec autant de “raison” :

«L'athée s'inculque la peur d'un autre. Dans l'athéisme, par exemple, on a peur de Dieu et de ceux qui pourraient nous détourner du droit chemin [entendez: les prophètes].»

Modifié par Scénon
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×