Aller au contenu

Henri.

Membre
  • Compteur de contenus

    2 128
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Points

    5,272 [ Donate ]

À propos de Henri.

  • Rang
    Forumeur alchimiste
  • Date de naissance 11/09/1972

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Je pense aussi que c'est une question de niveau de conscience. Être conscient du mensonge. Pour être plus précis, de l'illusion. C'est aussi pour ça que je pense que je pense que notre condition d'humain n'est pas si simple...
  2. Il faut en effet une énergie considérable à la souffrance pour se maintenir à haut niveau sur la durée. C'est donc quand on est épuisé psychiquement qu'on a accès à ce qu'on est vraiment..?
  3. Je pense aussi (je pense même qu'il n'existe que des gens qui mentent. J'entends qui se mentent à eux-mêmes et aux autres. Ce que nous considérons comme vérité est le mensonge que nous nous racontons, et que nous racontons aux autres). Mais en quoi la souffrance permet-elle l'accès à sa vérité..? En quoi empêche-t-elle de se mentir, de mentir aux autres..?
  4. Toutes mes excuses si j'ai déformé ton propos. Repartons de ton hypothèse. Lorsqu'une personne souffre, elle ne peut plus cacher à elle-même et aux autres ce qu'elle est vraiment. Et ce n'est pas volontaire. D'accord. Dirais-tu, en poursuivant ce raisonnement, que quelqu'un qui ne souffre pas ne peut savoir qui il est vraiment..?
  5. Non. C'est un des innombrables contresens qu'on considère comme vérité. Que le Christ ait souffert pour nous ne signifie pas que nous devions souffrir comme Lui. C'est même le contraire. Le sacrifice de Jésus est célébré sous forme de messe. C'est par l'Amour que le chrétien emprunte le chemin de la Vérité... On n'en sait rien...
  6. Tu souffres. Il n'est pas question de nier la souffrance. Quand @Yemaya écrit "au-delà de la souffrance, la vérité", elle pose le fait que la souffrance est un moyen, un outil permettant d'atteindre la vérité. Je suis d'accord là dessus. Je dis simplement que la souffrance n'est pas l'unique moyen, l'unique outil permettant d'accéder à la vérité. A sa vérité, pour être précis. La vérité est ineffable... @Yemaia (Désolé, erreur de mention...)
  7. On peut choisir le masque de la souffrance. Mais on n'y est pas obligé...
  8. La personne demande, je réponds. Je ne prétends pas avoir raison, je propose ma vision des choses. Ca n'est qu'une vision des choses, comme chacun en a une. Là, tu tronque ma vision des choses. Je ne conseille pas à une personne de sourire et rester sereine quand elle souffre. Ce serait aussi vain que de demander à une personne au bout de la joie de pleurer et être triste. Chacun est libre d'aller au bout de ce qu'il veut...
  9. La souffrance est un des masques et faux-semblants derrière lesquels nous nous cachons, un voile sur ce que nous sommes vraiment. On n'est pas obligé de choisir le masque de la souffrance...
  10. Tu as fait quelque chose que tu ne voulait pas faire. C'est pour ça que tu ressens ce que tu ressens. La lâcheté, la faiblesse, la colère, ce sont des jugements de valeur. Non que ça n'existe pas. Mais c'est toi qui y met la valeur. Ce que tu appréhendes comme de la colère est l'énergie dont tu as besoin pour faire face à la situation. La dépasser, c'est te priver de ce dont tu as besoin. C'est comme si on te disait qu'en face d'un fou avec un couteau, tu devais dépasser ta peur pour faire face. Tu dois au contraire, écouter et prendre tes jambes à ton cou. Ce n'est être ni faible, ni lâche.
  11. Oui. Mais trouver un but à sa vie ne signifie pas que la vie en a un. C'est même parce que la vie n'a aucun sens qu'on peut en donner un à la sienne...
  12. Il y a une différence fondamentale. Une victime de viol ou d'agression subit. Elle n'a pas le choix. Là, cette jeune femme a le choix. Elle a eu une solution proposée pour passer ses examens. Elle l'a rejetée. La raison lui appartient et n'a pas à être jugée, c'est un fait. Mais c'est sa décision. Je mets ça très en lien avec le topic sur la loi de l'attraction. La confusion entre "on a ce qu'on mérite" et "je suis ce que j'ai envie d'être." Que veut être cette jeune femme..? Avocate. C'est très bien, et très courageux de sa part, vu son handicap. Elle en a la possibilité. On lui propose une
  13. Semble-t-il. Mais il ne semble pas que ça. Il semble qu'une solution lui a été proposée, et qu'elle l'a refusée. c'est son choix. Voilà toute la différence. Le choix. Elle avait la possibilité de passer ses examens en étant hospitalisée. Ce n'est pas une solution idéale, mais elle n'est pas dans des conditions idéales. Au moins, c'était une solution. Une solution qui lui permettait d'obtenir ce qu'elle était venu chercher, un diplôme. Elle a choisi une autre voie. Semble-t-il...
  14. Et tu aurais parfaitement raison. Mais il ne s'agit pas de toi ou moi. Est-ce que cette maltraitance est due au statut de handicap de la personne, c'est la question...
  15. Je te remercie. Je vais moi mieux formuler mes réponses... Je le crois moi... Oui, il y a des faits qui sont au-delà du contexte, comme des génocides ou le viol d'un enfant. Nous ne sommes pas dans ces faits là. Nous serions dans ces faits là si le comportement du médecin et des secrétaires médicales était tel parce que la personne est handicapée. Ce n'est pas établi... La maltraitance envers les handicapés existe. Pour la définir, il faut établir que cette maltraitance est du fait même du handicap...
×