Aller au contenu

Être libre, est-ce assouvir tous nos désirs ?

Noter ce sujet


Quasi-Modo

Messages recommandés

Membre, Chercheur de ciel, 37ans Posté(e)
Quasi-Modo Membre 16 211 messages
37ans‚ Chercheur de ciel,
Posté(e)

Bonjour,

L'idée que la liberté signifie d'assouvir tous ses désirs est un élément de la propagande de masse, via la consommation et les médias.

Je vous pose donc la question en titre afin d'évaluer votre degré de conditionnement :sleep:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, pitre funambule, 49ans Posté(e)
sphynxxxix Membre 15 153 messages
49ans‚ pitre funambule,
Posté(e)

être libre soi-même n'empêche pas d' être limité par des éléments extérieurs de s'épanouir totalement .

 

j'ai pas le temps de développer .

 

bonne journée .

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Groenland
Invités, Posté(e)
Invité Groenland
Invité Groenland Invités 0 message
Posté(e)
il y a 24 minutes, Quasi-Modo a dit :

Bonjour,

L'idée que la liberté signifie d'assouvir tous ses désirs est un élément de la propagande de masse, via la consommation et les médias.

Je vous pose donc la question en titre afin d'évaluer votre degré de conditionnement :sleep:

Je pense que Nietzsche a bien résumé la réponse à cette question qui n'est en fin de compte pas très difficile sur le plan philosophique à mon avis

"Une vie libre est encore ouverte aux grandes âmes. En vérité, celui qui possède peu est d'autant moins possédé: louée soit la petite pauvreté."

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, pitre funambule, 49ans Posté(e)
sphynxxxix Membre 15 153 messages
49ans‚ pitre funambule,
Posté(e)

effectiveme

il y a 1 minute, Groenland a dit :

Je pense que Nietzsche a bien résumé la réponse à cette question qui n'est en fin de compte pas très difficile sur le plan philosophique à mon avis

"Une vie libre est encore ouverte aux grandes âmes. En vérité, celui qui possède peu est d'autant moins possédé: louée soit la petite pauvreté."

effectivement ,

je ne me suis jamais senti aussi libre que lorsque que j avais 17-18 ans,

je n 'avais rien à cet époque ,

juste des rêves .

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Groenland
Invités, Posté(e)
Invité Groenland
Invité Groenland Invités 0 message
Posté(e)
il y a 2 minutes, sphynxxxix a dit :

je ne me suis jamais senti aussi libre que lorsque que j avais 17-18 ans,

je n 'avais rien à cet époque ,

juste des rêves .

Ce que vous dites me fait réfléchir en effet sur un paradoxe : L'idée que Nietzsche défend ici est assez claire je pense, par contre il est en même temps vrai que pour mieux se sentir dans sa peau il faut posséder quand même de l'argent, en gros plus on est à l'aise financièrement et plus on peut profiter de sa vie et donc de se sentir libre, ceci est une vérité indéniable.

Il faut alors à mon sens bien définir ce qu'on entend par la notion de "liberté" et surtout de "liberté pour qui ?". Je pense que la liberté pour Nietzsche n'a pas le même sens que pour quelqu'un comme Mr. Trump par exemple.

Par conséquent la liberté a deux faces : Dans un premier temps c'est un rapport "intime" à la liberté qui se définit différemment selon la personne, ensuite il y a des aspects généraux de la liberté qui touchent toutes les personnes de la même manière dont les question financières et matérielles. Donc ma liberté n'est pas la vôtre et votre liberté n'est pas la mienne non plus.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Talon 1, 76ans Posté(e)
Talon 1 Membre 18 607 messages
76ans‚ Talon 1,
Posté(e)

La liberté, c'est avoir tout pouvoir sur soi.

Mais c'est aussi avoir beaucoup de moyens d'action en vue de se satisfaire. La société nous offre ces moyens, mais aussi, elle les limite pour le bien commun.

L'autre est un ennemi indispensable.

  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 152ans Posté(e)
Don Juan Membre 2 036 messages
Forumeur accro‚ 152ans‚
Posté(e)
Il y a 1 heure, Quasi-Modo a dit :

Bonjour,

L'idée que la liberté signifie d'assouvir tous ses désirs est un élément de la propagande de masse, via la consommation et les médias.

Je vous pose donc la question en titre afin d'évaluer votre degré de conditionnement :sleep:

Il me semble évident que non, puisque assouvir est sans fin, les désirs surviennent par centaines lorsqu'on est capable d'en "attraper" que des dizaines.

Être libre, c'est se libérer du désir, et se libérer n'est pas assouvir.

Modifié par Don Juan
  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Forumeur confit, Posté(e)
Enchantant Membre 11 762 messages
Forumeur confit,
Posté(e)
Il y a 1 heure, Quasi-Modo a dit :

L'idée que la liberté signifie d'assouvir tous ses désirs est un élément de la propagande de masse

Il ne faut pas croire et considérer à la lettre tous les slogans publicitaires, qui ont pour objectif de nous faire acheter.

La liberté, du moins l’idée que je m’en fais, c’est de choisir certes, mais d’assumer la conséquence de ses choix.

Notre liberté est indissociable de notre responsabilité et inversement, sans responsabilité, pas de liberté.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 32ans Posté(e)
Ambre Agorn Membre 1 644 messages
Forumeur forcené ‚ 32ans‚
Posté(e)
Il y a 2 heures, Quasi-Modo a dit :

Bonjour,

L'idée que la liberté signifie d'assouvir tous ses désirs est un élément de la propagande de masse, via la consommation et les médias.

Je vous pose donc la question en titre afin d'évaluer votre degré de conditionnement :sleep:

Bonjour!

Ca me rappelle un court extrait d'un cours de philosophie sur Spinoza, et j'ai retenu ceci: pour Spinoza, nous oscillons toujours du désir à l'ennui. Et j'ai trouvé ça réducteur et enfermant. Comme si l'humain ne pouvait plus être autre chose que du désir et de l'ennui. Mais pourquoi, pourquoi ne peut-on imaginer autre chose que ce que nous constatons avec tous les défauts de perceptions que nous avons et dont, visiblement, la plupart a conscience?

Moi je crois que le désir est anti-liberté, mais que le désir de liberté est aussi anti-liberté. C'est comme parler de l'humilité, juste le fait d'en parler entache l'humilité même. Parler de liberté c'est s'enchaîner pour témoigner de la liberté.

Cela dit, on accepte la définition de l'assouvissement comme étant une satisfaction à un désir, alors qu'assouvir signifie apaiser. Apaiser un désir pourrait être tout simplement de l'annuler, et non pas de le satisfaire. Dans ces condition, la publicité ne ment pas et le fait d'assouvir des désirs est en effet un élément de liberté. Et il est alors intéressant de constater que nous traduisons systématiquement ce conseil comme étant une incitation à la consommation par la publicité. Peut-être que nous rendons stupide la publicité et qu'en fait nous sommes assez stupide pour lui imputer ce pouvoir de séduction? Je sais je joue un peu sur les mots... ;)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Chercheur de ciel, 37ans Posté(e)
Quasi-Modo Membre 16 211 messages
37ans‚ Chercheur de ciel,
Posté(e)
Il y a 11 heures, Groenland a dit :

Je pense que Nietzsche a bien résumé la réponse à cette question qui n'est en fin de compte pas très difficile sur le plan philosophique à mon avis

"Une vie libre est encore ouverte aux grandes âmes. En vérité, celui qui possède peu est d'autant moins possédé: louée soit la petite pauvreté."

Effectivement nous pourrions y voir un lien avec mon sujet précédent sur l'argent. Comprendre que cette ineptie est presupposée sans cesse par la société de consommation est salutaire.

Par principe l'objectif est, comme le poisson est attiré par l'hameçon, d'associer sentiment de liberté et consommation de l'objet ou du service vanté dans les publicités.

Alors que cela cache un secret plus profond et paradoxal : non seulement vous n'êtes pas plus libres de consommer que le poisson n'est libre de mordre l'appât, mais les objets technologiques nous rendent encore plus dépendants et isolés les uns des autres.

Si ma voiture tombe en panne et que j'ai besoin d'une voiture, le garagiste est mon seul recours. La moindre de nos actions dépend, pour être efficace, de la bonne volonté et du savoir-faire de nombreux autres acteurs.

Et comme il y a 50 personnes différentes et au travail complémentaire impliquées dans mes moindres faits et gestes, si cela ne fonctionne pas, plus personne n'est responsable, ou chacun à part égale, ou tout le monde à la fois ?

La liberté supposerait la responsabilité comme le disait @Enchantant mais si il n'y a plus de responsables, alors il n'y a plus de liberté.

Il y a 11 heures, hell-spawn a dit :

Il serait plus pertinent de dire qu'être libre c'est se rendre maître de tous ses désirs.

Je dirais même que la seule façon d'y arriver c'est par la spiritualité. Si le but de la vie est le seul plaisir et que je ne donne aucun sens à ma vie, alors je n'ai aucun moyen de trier mes désirs car je ne dispose plus de critère à l'ausne duquel juger s'ils valent la peine d'être assouvis ou non, et ceux-ci deviennent des tyrans, engendrant dépendance, addictions, anxiété et dépression.

Il y a 8 heures, Ambre Agorn a dit :

Bonjour!

Ca me rappelle un court extrait d'un cours de philosophie sur Spinoza, et j'ai retenu ceci: pour Spinoza, nous oscillons toujours du désir à l'ennui. Et j'ai trouvé ça réducteur et enfermant. Comme si l'humain ne pouvait plus être autre chose que du désir et de l'ennui. Mais pourquoi, pourquoi ne peut-on imaginer autre chose que ce que nous constatons avec tous les défauts de perceptions que nous avons et dont, visiblement, la plupart a conscience?

Moi je crois que le désir est anti-liberté, mais que le désir de liberté est aussi anti-liberté. C'est comme parler de l'humilité, juste le fait d'en parler entache l'humilité même. Parler de liberté c'est s'enchaîner pour témoigner de la liberté.

Cela dit, on accepte la définition de l'assouvissement comme étant une satisfaction à un désir, alors qu'assouvir signifie apaiser. Apaiser un désir pourrait être tout simplement de l'annuler, et non pas de le satisfaire. Dans ces condition, la publicité ne ment pas et le fait d'assouvir des désirs est en effet un élément de liberté. Et il est alors intéressant de constater que nous traduisons systématiquement ce conseil comme étant une incitation à la consommation par la publicité. Peut-être que nous rendons stupide la publicité et qu'en fait nous sommes assez stupide pour lui imputer ce pouvoir de séduction? Je sais je joue un peu sur les mots... ;)

Je pense que vous confondez Spinoza et Schopenhauer car cette opposition est typique chez ce second auteur et inconnue à ma connaissance chez Spinoza.

D'ailleurs, Spinoza pense que seule la raison nous libère et ne croit pas au libre arbitre. D'ailleurs à ce niveau là la raison peut être d'un certain recours et aider à faire le tri entre mes besoins, mes désirs réels, et ceux acquis par les réclames et conditionnements variés. Ou encore trier entre le raisonnable et le déraisonnable, ou entre le possible et l'impossible.

.

Il y a 10 heures, Talon 1 a dit :

La liberté, c'est avoir tout pouvoir sur soi.

Mais c'est aussi avoir beaucoup de moyens d'action en vue de se satisfaire. La société nous offre ces moyens, mais aussi, elle les limite pour le bien commun.

L'autre est un ennemi indispensable.

Tout à fait : la liberté est pouvoir sur soi. Je dirais même vertu pour parler comme les stoïciens. Et qui dit vertu dit modération entre autres.

La spiritualité ou le sens qu'on donne à son existence est incontournable dans cette quête. Mais nous vivons dans un monde matérialiste, consumériste et peu enclin à la spiritualité qui est couramment ridiculisée.

C'est pourquoi tant de gens ont des addictions : au téléphone, à internet, aux forums, à l'alcool, au Nutella, au Coca-Cola, etc. et notamment que la jeunesse,  et même certains adultes, trouvent normal de se rendre ivre en soirée. Inconsciemment c'est le nihilisme qui travaille au corps.

Modifié par Quasi-Modo
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 150ans Posté(e)
jul77 Membre 2 790 messages
Maitre des forums‚ 150ans‚
Posté(e)
Il y a 12 heures, Quasi-Modo a dit :

Bonjour,

L'idée que la liberté signifie d'assouvir tous ses désirs est un élément de la propagande de masse, via la consommation et les médias.

Je vous pose donc la question en titre afin d'évaluer votre degré de conditionnement :sleep:

Il n'y a rien de plus "enfermant" selon moi que de ne vivre qu'à travers ses désirs. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 153ans Posté(e)
hell-spawn Membre 13 483 messages
Maitre des forums‚ 153ans‚
Posté(e)

Effectivement c'est Schopenhauer qui dit que la vie oscille comme un pendule entre la souffrance ( et non le désir mais pour certains ça revient au meme ) et l'ennui.

Concernant la liberté ça me fait bien rire les personnes qui l'érigent théoriquement en valeur suprême alors qu'en réalité c'est la sécurité de leur petite personne qui compte avant tout, désir de sécurité qui va jusqu'a sacrifier et abolir toutes les libertès individuelles pour les préserver d'un risque très minime.

C'est avec ça qu'on en arrive a une société totalitaire.

On touche au ridicule ici, et ce ridicule la peut tuer.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 153ans Posté(e)
hell-spawn Membre 13 483 messages
Maitre des forums‚ 153ans‚
Posté(e)
Il y a 17 heures, Quasi-Modo a dit :

Je dirais même que la seule façon d'y arriver c'est par la spiritualité. Si le but de la vie est le seul plaisir et que je ne donne aucun sens à ma vie, alors je n'ai aucun moyen de trier mes désirs car je ne dispose plus de critère à l'ausne duquel juger s'ils valent la peine d'être assouvis ou non, et ceux-ci deviennent des tyrans, engendrant dépendance, addictions, anxiété et dépression.

A propos de la spiritualité, j'ai réalisé tout récemment que pour beaucoup le but de l'existence était d'occuper la meilleure place possible dans la société.

Autant dire que c'est le degré zéro de la spiritualité.

Le systeme immunitaire de la société est malade faute d'anticorps, et les anticorps c'est la spiritualité.

Je crois que le seul vrai bonheur possible c'est de se tenir a l'écart de la société, de se créer son petit jardin de paradis et puis basta.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Groenland
Invités, Posté(e)
Invité Groenland
Invité Groenland Invités 0 message
Posté(e)
il y a 20 minutes, hell-spawn a dit :

Le systeme immunitaire de la société est malade faute d'anticorps, et les anticorps c'est la spiritualité.

Attention tu touches le point godwin là... :D

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 153ans Posté(e)
hell-spawn Membre 13 483 messages
Maitre des forums‚ 153ans‚
Posté(e)
à l’instant, Groenland a dit :

Attention tu touches le point godwin là... :D

Oui la forme laisse a désirer.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×