la réussite en france...

l'athéologue Membre 1 404 messages
Forumeur alchimiste‚ 62ans
Posté(e)

Cher Yves102

D'abord, excuse moi mais il faut que je te le dise : je suis effectivement un gros con de gauchiste qui a décidé de faire c... les patrons qui considèrent les ouvrier comme des branleurs-toujours-près-à-voler-leur-tout-en n'en-foutant-pas-une-ramée. Et fier dêtre un gauchiste ;)

Eh! Que sont les patrons sans les loquedus qui bossent pour faire fructifier son p'tit capital ?

Tu crois franchement que les gars qui travaille à la chaîne chez Toyota ou Renanult, le manoeuvre-maçon, le mec qui monte au pylone électrique pour les repeindre (même quand il gèle ou il pleut), celui qui décharge les caisses des camions dans les dépôts, et j'en passe, crois tu vraiment que tous ces gars travaillent parcequ'ils sont passionnés par leur boulot ?

Crois-tu que Tous les cadres travaillent actuellement pour le plaisir ou bien font-ils le gros dos avec la peur au ventre en bossant 14h par jour...

J'ai démarré monteur pour terminer cadre (et je suis encore loin de la retraite...) , j'ai toujours fait mon boulot concensieusement car j'ai peut-être un peu d'orgueil (mal placé à mon avis) mais jamais en étant passionné par mon boulot. Le travail reste toujours pour moi un moyen et non un but (la pire des chose qui puisse nous arriver)

Je considère le travail comme de l'esclavage. Une alienation mentale car le monde de l'entrprise est à l'opposé de la démocratie, aux antipodes de la moindre idée quelle qu'un tant soit peu libertaires

Que tu considères le travail comme une valeur, soit, mais ce n'est sûrement une valeur humaniste ni universelle à l'instar des trois mots qui ornent les frontons de nos mairies. La valeur du travail c'est l'argent qu'on gagne au lance pierre.

Bon personne ne m'a répondu sur cette question philosophique :

As-t-on besoin de travailler pour vivre (dans le sens de rester vivant)

Ah oui, au fait, Yves102, ta signature me fait gerber.

Tu vois, même en 2002, Chirac ne me faisait pas gerber à ce point. Jamais je n'ai eu autant de haine pour un type. ;)

Modifié par l'athéologue

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

cheuwing Membre 7 569 messages
Forumeur alchimiste‚ 34ans
Posté(e)

je te repond par cette question : comment fais tu pour manger ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
choupita Membre 120 messages
Forumeur inspiré‚
Posté(e)

je crois que le problème actuel est bien celui de la valorisation du travail. On ne trouve plus très épanouissant de travailler. Faur bosser pour se payer des loisirs qui nous permettent d'être alors que le boulot nous permet d'avoir....

Et c'est un problème dans la mesure où on n'a pas envie de bosser, on y va à reculons, on s'investit de moins en moins comparé à nos homologues qui pensent bien haut que la France est un Pays de Fainéants; on attend qu'une chose c'est le temps libre et les loisirs qui coûtent si cher...........Société de conso quand tu nous tiens!

Et au fait, oui il est possible de vivre sans travailler (je ne parle pas d'une femme entretenue...) mais il faut avoir les conditions d'existance qui vont avec: habiter à la campagne où on trouve facilement un abri temporaire, se contenter de manger peu et souvent froid, être isolé, bref, ça nous semble inconcevable et pour nous c'est la pitié de la pauvreté qui nous envahie.Mais elle n'est pas toujours vécue comme telle car c'est aussi l'expression d'une grande liberté (aliénante...)

chameau_003.gifY-a-t-il encore des gens ambitieux et motivés par leur réussite professionnelle ? Moi, je connais des mecs conscientieux, des mecs droits qui font leurs devoirs, d'autres qui vivent leur passion au boulot (et comme ils ont de la chance!!!), d'autres encore qui se sont endettés et qui doivent plein de sous...Mais des gars qui aiment bosser pour avoir une promotion, avoir plus de responsabilité et donc plus de boulot restent pour moi un grand mystère. On n'est plus dans la génération du fils d'ouvrier qui devait s'acharner pour être reconnu socialement, maintenant, il y a la star'ac! ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Breton56 Membre 16 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)
je te repond par cette question : comment fais tu pour manger ?

Je voudrais répondre à l'athéologue en utilisant le post de choupita qui a fort bien répondu.

La nouvelle génération est ainsi : "on nait pour jouir", non ! on nait pour vivre, et pour vivre il faut travailler, à moins de naitre avec une petite cuiller en argent dans la bouche.

C'est bien cela maintenant l'assistanat est tellement omni présent que le moindre effort semble être de trop par rapport à celui qui ne fout rien.

Si tu ne veux pas travailler pour quelqu'un l'athéologue, tu peux toujours travailler pour toi. A moins que cela te fatigue aussi .

Cela n'a jamais été facile pour personne et ce n'est pas maintenant que cela va commencer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kyrilluk Membre 7 507 messages
Anarchiste épistémologique‚ 43ans
Posté(e)
Cher Yves102

D'abord, excuse moi mais il faut que je te le dise : je suis effectivement un gros con de gauchiste

Tu es honnete, c'est deja ca! ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
toti Membre 2 920 messages
Sceptique assez convaincu‚ 36ans
Posté(e)
As-t-on besoin de travailler pour vivre (dans le sens de rester vivant)

Un minimum me semble-t-il...

Car même en vivant dans un milieu ultra favorable, c'est à dire :

- très riche en nourriture variée

- dont le climat ne nécessite aucune construction pour s'en protéger

- qui ne présente pas de prédateurs pour l'homme

Et bien même dans ce milieu, il faut bien cueillir, la viande, épelucher ou décortiquer et donc trouver lee matériaux nécessaires...

Au delà de la question de la nécessité, j'ai beau ne pas être un acharné du travail, il me semble qu'il est source d'épanouissement et qu'il nous permet de nous renvoyer une image de ce que l'on est au travers de ce que l'on fait.

Même dans les boulots les plus crétins que j'ai fais, j'ai toujours essayer de bien faire. Déjà ça me semble plus intéressant de cette façon, et ensuite, il me semblait honnête de jouer le jeu.

Maintenant il est vrai qu'en France, beaucoup font un boulot qui est ou devient très vite purement alimentaire, et il me semble que pas mal de boulot notammant ceux qui sont véritablement pénibles devraient être bien plus rémunérateur.

Je ne comprend pas qu'avec mon travail (Assistant d'éducation), je gagne autant que certains travaillant à la chaîne, en poste, etc... :D

Donc tu dois être ouvrier boucher dans un sauna, sinon ..... à d'autres.......te fous pas de la gueule du monde stp ;) . En 35 heures semaine on a pas le temps de suer, surtout en hiver, ou alors baisse le chauffage ! ;);)

Tu m'as pas l'air d'en avoir vu beaucoup dans ta vie professionnelle ; et en tout cas pas dans l'industrie.

Après c'est vrai qu'à travail équivalent, on s'use moins à 35h/semaine qu'à 80h/semaine, point auquel on en serait encore si tout le monde raisonnait comme toi. Le progrès technique a pour but de vivre mieux, et travailler moins doit pourvoir faire partie de ce "vivre mieux". Il n'y a pas de raison que ce progrès ne profite qu'aux fonds d'investissements... !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)
je crois que le problème actuel est bien celui de la valorisation du travail. On ne trouve plus très épanouissant de travailler. Faur bosser pour se payer des loisirs qui nous permettent d'être alors que le boulot nous permet d'avoir....

Le gros problème pour la valorisation du travail est que le travail n'entraine pas la réussite. Ce n'est pas celui qui travaille le plus qui réussira le mieux.

Et ceux qui sont placé "ne haut" de l'échelle sociale n'y sont pas parvenu uniquement par leur travail, mais aussi et surtout grace à d'autres moyens.

On peut actuellement travailler très dur et gagner peu.

Maintenant il est vrai qu'en France, beaucoup font un boulot qui est ou devient très vite purement alimentaire, et il me semble que pas mal de boulot notammant ceux qui sont véritablement pénibles devraient être bien plus rémunérateur.

Je pense aussi que c'est un problème.

Actuellement, l'argent ne va pas à celui qui travaille le plus, qui produit le plus ou qui est le plus utile.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)

Je pense que ce problème de la dévalorisation du temps de travail vient de l'infliuence du libéralisme en occident.

En effet, dans la théorie libérale, le travail n'a aucune valeur en soi, n'a aucune valeur propre. Seul vont compter les produits (concrets ou non, ce peut être des services), ainsi que la puissance politique de chacun (qui va déterminer les prix par la loi dite "de l'offre et de la demande").

On se dirige parfois vers cela, en ne reconnaissant aucune valeur au travail.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
choupita Membre 120 messages
Forumeur inspiré‚
Posté(e)

Maintenant il est vrai qu'en France, beaucoup font un boulot qui est ou devient très vite purement alimentaire, et il me semble que pas mal de boulot notammant ceux qui sont véritablement pénibles devraient être bien plus rémunérateur.

Je ne comprend pas qu'avec mon travail (Assistant d'éducation), je gagne autant que certains travaillant à la chaîne, en poste, etc... ;)

Le mérite du travail, c'est bien là que le bas blesse.

C'est l'argent qui va à l'argent, c'est le principe même du capitalisme, donc plus t'en as plus tu en fais (de l'argent) Et maintenant que la machine est lancée, on ne peut plus rien faire, même les politiques ni peuvent plus grand chose à par humaniser ce mécanisme mondial qui s'emballe parfois et que personne ne contrôle ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
l'athéologue Membre 1 404 messages
Forumeur alchimiste‚ 62ans
Posté(e)
Maintenant il est vrai qu'en France, beaucoup font un boulot qui est ou devient très vite purement alimentaire, et il me semble que pas mal de boulot notammant ceux qui sont véritablement pénibles devraient être bien plus rémunérateur.

Je ne comprend pas qu'avec mon travail (Assistant d'éducation), je gagne autant que certains travaillant à la chaîne, en poste, etc... ;)

Le mérite du travail, c'est bien là que le bas blesse.

C'est l'argent qui va à l'argent, c'est le principe même du capitalisme, donc plus t'en as plus tu en fais (de l'argent) Et maintenant que la machine est lancée, on ne peut plus rien faire, même les politiques ni peuvent plus grand chose à par humaniser ce mécanisme mondial qui s'emballe parfois et que personne ne contrôle ;)

Merci Choupita d'avoir engagé le débat sur le travail et son rôle dans l'épanouissement des gens et comme valeur de la vie.

Après plus de trente ans de travail je vous confirme qu'il n'y a pas d'épanouissement dans le travail.

J'ai des exemples de directeurs ou chefs de service qui font jusqu'à 12 ou 13 h00 par jour (voire plus... j'en soupçonne même un d'avoir passé la nuit mais je n'en ai pas la preuve)

Pour moi ce sont des malades. Un psychologue nous avait dit une fois que les stakhanovistes du boulot relevaient du thérapeutique.

Le problème c'est que ces chefaillons ne comprennent pas que les autres "collaborateurs" (mot inique pour désigner les salariés) partent à 18h après leur journée normale de travail...On appelle ça des manageurs.

Ce que je remarque c'est que la majorité des intervenants culpabilisent les oisifs. Un oisif doit-il se sentir coupable ou doit-on les culpabiliser tout cela parce que notre société est construite sur la valorisation du travail (surtout pour ceux qui ont déjà de la tune...)

A voir ou entendre l'ensemble des candidats potentiels d'Arlette à Le Pen enscenser les valeurs du travail, travailler plus longtemps, c'est pas gagné...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
7 Fleurs de Lotus Membre 370 messages
Forumeur survitaminé‚ 49ans
Posté(e)

De toute façon, c'est marche ou crève ;) . Faut bien gagner sa croute d'une manière ou d'une autre. Tu as des jobs qui touchent le smig et tu en as d'autres qui rapportent une fortune ;) . Ainsi va la vie.

Pour bien faire, il faudrai que tout le monde touche la même somme, on serai à égalité ;) .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Kira Yamato
Invité Kira Yamato Invités 0 message
Posté(e)

Ou alors ne pas rémunérer en fonction du diplome mais de l'importance de la profession : les éboueurs ont par le passé montré leurs importance, et ils n'ont pas des salaires pour le moins ... faramineux ;)

Donc, je viens de m'apercevoir que ça reviens pratiquement au même que de rémunérer tout le monde au même salaire ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)
Ce que je remarque c'est que la majorité des intervenants culpabilisent les oisifs. Un oisif doit-il se sentir coupable ou doit-on les culpabiliser tout cela parce que notre société est construite sur la valorisation du travail (surtout pour ceux qui ont déjà de la tune...)

A voir ou entendre l'ensemble des candidats potentiels d'Arlette à Le Pen enscenser les valeurs du travail, travailler plus longtemps, c'est pas gagné...

A partir du moment où on aide les oisifs, oui, ils sont redevable de quelque chose à la société.

Un oisif qui ne demanderait rien peut bien faire ce qu'il veut.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kyrilluk Membre 7 507 messages
Anarchiste épistémologique‚ 43ans
Posté(e)
A partir du moment où on aide les oisifs, oui, ils sont redevable de quelque chose à la société.

Un oisif qui ne demanderait rien peut bien faire ce qu'il veut.

Cela me semble evident! Et pourtant tu fais bien de le rappeller.

Comme dirais l'autre: Que celui qui ne travail pas ne mange pas non plus. Et toc! :-)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
choupita Membre 120 messages
Forumeur inspiré‚
Posté(e)

Je suis bien d'accord avec grenouille verte, si tu demande rien à la société, tu est libre, dans le cas contraire, faut pas demander le beurre et l'argent du beurre, être rémunéré implique un minimum d'effort, si tout travail mérite salaire, tout salaire (RMI compris) mérite travail !

Le soucis, c'est que nos générations d'après guerre ont vécue avec les vacances, les loisirs et que c'est devenu un dû... La génération des loisirs entraîne une dévalorisation du travail puisqu'il n'est plus qu'un moyen de consommer des loisirs, il passe donc après les loisirs dans le grade des priorités.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
toti Membre 2 920 messages
Sceptique assez convaincu‚ 36ans
Posté(e)
Que celui qui ne travail pas ne mange pas non plus. Et toc! :-)

Là c'est sûr, des polyhandicapés, on ne va plus en avoir longtemps...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)
Que celui qui ne travail pas ne mange pas non plus. Et toc! :-)

Là c'est sûr, des polyhandicapés, on ne va plus en avoir longtemps...

C'est une règle générale qui s'applique dans la plupart des cas, mais, pour les cas très particulier, il y a des exceptions.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
choupita Membre 120 messages
Forumeur inspiré‚
Posté(e)

D'ailleurs, pour les handicapés ou bien des personnes vraiment dans le besoin, bien souvent, les aides sont dérisoires. On assiste trop de fainéants... Finalement, ceux qui travaillent se demandent pourquoi ils bossent.

Moi, par exemple, j'ai un boulot à temps partiel qui me donne autant que le RMI. Je suis fière de gagner mon argent mais je me demande parfois pourquoi je me donne tant de peine....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kyrilluk Membre 7 507 messages
Anarchiste épistémologique‚ 43ans
Posté(e)
D'ailleurs, pour les handicapés ou bien des personnes vraiment dans le besoin, bien souvent, les aides sont dérisoires. On assiste trop de fainéants... Finalement, ceux qui travaillent se demandent pourquoi ils bossent.

C'est claire que l'argent etant limite, ce que l'on donne aux personnes qui ne cherchent pas reellement a etre utiles, on ne le donne pas aux personnes qui en ont vraiment besoin. D'autre part, beaucoup de personnes handicapees moteurs ne demandent qu'une seule chose: qu'on leur laisse la possibilite de gagner leur croute comme tous le monde plutot qu'etre dependant de l'assistance publique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
GringO 1 Membre 1 180 messages
Sarkophage‚ 34ans
Posté(e)
Le soucis, c'est que nos générations d'après guerre ont vécue avec les vacances, les loisirs et que c'est devenu un dû... La génération des loisirs entraîne une dévalorisation du travail puisqu'il n'est plus qu'un moyen de consommer des loisirs, il passe donc après les loisirs dans le grade des priorités.

pourquoi les gens ne pensent pouvoir s'accomplir que dans les loisirs ?

parce que s'accomplir professionellement est devenu une utopie vu le marché de l'emploi et la considération qu'ont les entreprises pour le potentiel de leurs employés !

Modifié par GringO 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant