Aller au contenu

Comment s'imposer aux autres ?


Invité

Comment s'imposer aux autres ?  

18 membres ont voté

Vous n’avez pas la permission de voter dans ce sondage, ou de voir les résultats du sondage. Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour voter dans ce sondage.

Messages recommandés

Invité
Invités, Posté(e)
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)

S'imposer aux autres, c'est :

  • Obliger quelqu'un à faire ou à subir telle action en se soumettant à un ordre, à un règlement.
  • C'est aussi faire, connaître, reconnaître, accepter son autorité, sa volonté, ses idées, sa valeur.

Certains pensent que le relationnel est une suite de "confrontation" (dominant/dominé), à différents degrés.
D'autre pensent que dans le relationnel "s'imposer" est une forme de violence, non-nécessaire.
Etc. Je vous laisse en juger. La question restant :  Dans un contexte où c'est obligatoire, comment s'imposer aux autres, au mieux ? 

 

D'après moi, il n'y a que la "raison" qui rendent cette action juste (ou légitime).
Bien sûr, quand la raison n'est pas suffisante, le reste vient ensuite, en espérant bien faire.

Suis-je le seul à pensé ainsi ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
  • Réponses 49
  • Créé
  • Dernière réponse
Invité pako
Invités, Posté(e)
Invité pako
Invité pako Invités 0 message
Posté(e)

Salut , 

Selon moi , la raison est également l'action la plus cohérente et la plus juste  . 

Les autres actions sont déjà de l'ordre de la manipulation non ? 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité
Invités, Posté(e)
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)

La raison peut aussi être une forme de manipulation :(
On en a l'exemple avec l'art d'avoir toujours raison d'Arthur Schopenhauer, qui emploie le sophisme.
Certains exploitent le sophisme pour s'imposer aux autres :(
C'est pourquoi il est important de savoir "dénoncer leur sophisme", pour démasquer leur rhétorique fallacieuse.

 

En fait, tout peut être interprété de l'ordre de la manipulation.
Et quand bien même il y aurait manipulation, celle-ci n'est pas (ou ne doit pas être) synonyme de "mauvais" ou d'injuste.
Tout dépend du contexte, des circonstances, des intentions.

 

Je me suis permis de poser cette question philosophique, car je vois certains humains (ici ou ailleurs, ce n'est pas le sujet), placé leur "croyance" au-dessus de "la raison", lorsqu'ils s'imposent. Même chose avec la "majorité", même chose avec "la notoriété", même chose avec "l'émotivité".
Je ne juge pas ces "vecteurs", je juge leur pertinence pour s'imposer.
J'aurais aimé voir intervenir ces gens qui défendent ces autres vecteurs. Surtout pour entendre "leur raison" (quelque soit leur forme) qui leur permet d'imposer ces vecteurs différents
;)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Raven, 41ans Posté(e)
Mak Marceau Membre 5 465 messages
41ans‚ Raven,
Posté(e)

Je vote pour l'argent parce que c'est la façon la plus commune et la meilleur mais dans certain cas, comme le mien, c'est sûr que c'est la force. Mais moi je suis une situation exceptionnelle.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité elbaid
Invités, Posté(e)
Invité elbaid
Invité elbaid Invités 0 message
Posté(e)
Il y a 3 heures, Demonax a dit :

S'imposer aux autres, c'est :

  • Obliger quelqu'un à faire ou à subir telle action en se soumettant à un ordre, à un règlement.
  • C'est aussi faire, connaître, reconnaître, accepter son autorité, sa volonté, ses idées, sa valeur.

Certains pensent que le relationnel est une suite de "confrontation" (dominant/dominé), à différents degrés.
D'autre pensent que dans le relationnel "s'imposer" est une forme de violence, non-nécessaire.
Etc. Je vous laisse en juger. La question restant :  Dans un contexte où c'est obligatoire, comment s'imposer aux autres, au mieux ? 

 

D'après moi, il n'y a que la "raison" qui rendent cette action juste (ou légitime).
Bien sûr, quand la raison n'est pas suffisante, le reste vient ensuite, en espérant bien faire.

Suis-je le seul à pensé ainsi ?

la meilleur façon est de ne rien imposer du tout .

cependant on constate que l'argent et la force en impose , par exemple les radars sur la route , l'amende , la peur du gendarme  etc etc tu auras beau tenir un discours de raison à un moment si tu ne punis pas  ça ne sert à rien . On distingue bien la force d'un etat et sa faiblesse , sa justice forte puissante et son incapacité à tenir une nation........... un individu c'est pareil .  

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
tison2feu Membre 2 778 messages
Forumeur forcené ‚
Posté(e)
Il y a 5 heures, Demonax a dit :

S'imposer aux autres, c'est :

  • Obliger quelqu'un à faire ou à subir telle action en se soumettant à un ordre, à un règlement.
  • C'est aussi faire, connaître, reconnaître, accepter son autorité, sa volonté, ses idées, sa valeur.

Certains pensent que le relationnel est une suite de "confrontation" (dominant/dominé), à différents degrés.
D'autre pensent que dans le relationnel "s'imposer" est une forme de violence, non-nécessaire.
Etc. Je vous laisse en juger. La question restant :  Dans un contexte où c'est obligatoire, comment s'imposer aux autres, au mieux ? 

 

D'après moi, il n'y a que la "raison" qui rendent cette action juste (ou légitime).
Bien sûr, quand la raison n'est pas suffisante, le reste vient ensuite, en espérant bien faire.

Suis-je le seul à pensé ainsi ?

Bonjour Demonax,

Certes, recourir au raisonnement logique permet sans conteste de démasquer les erreurs du sophiste. Mais ce travail indispensable ne devrait-il pas seulement être un moyen et non une fin en soi ? Ce qui me séduit - et s'impose véritablement à moi, si je puis dire, en section philosophie - ce sera indéniablement 1/la rutilance de tel intervenant et/ou 2/l'élégance déontologique de tel autre. Cette joliesse d'esprit vient alors transcender la sécheresse des raisonnements logiques (ou/et intuitifs). 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 61ans Posté(e)
S.A.S Membre 3 368 messages
Baby Forumeur‚ 61ans‚
Posté(e)

Je tient à mettre les choses au clair tout de suite .

Déjà le titre m'interpelle ...  (  mais c'est fait pour ) évidemment  .

Je vais répondre à cette question d'une façon qui n'engage que moi  ( bien entendu )  .

Il n'est en aucune façon permis de s'imposer aux autres  ( quelque soit le / les moyens utilisés pour cela) ... physique ; psychologique ; morale ; spirituelle ; sagesse ou autres   .

Celui qui veut s'imposer aux autres est un despote ( tyran ) et en fin de compte ... c'est un faible qui se sent obligé de montrer qu'il est le plus fort .

Celui qui est fort doit savoir tolérer que les autres ne le soient pas ... et leur laisser cette liberté qui fait partie d'eux mêmes .

Jésus était l'homme le plus puissant que la terre ais connus .

Pourtant Il n'a jamais imposé quoi que ce soit aux autres ( mais Il a suggéré les chose ) . Et devant l' arrogance d'un Pilate ( qui savait très bien que cet homme était juste ) ... Jésus ne s'est pas justifié ( car il connaissait les pensées de Pilate ) .

Le silence de Jésus envers Pilate constitue une condamnation en elle même .

Pilate s'est condamné lui même en condamnant un homme entièrement juste ... et pourtant même la femme de Pilate à essayé de l'en dissuader : Voir Matthieu 27/19 .

Mais pour en revenir à notre sujet ;

Jésus à dit  : " que celui qui veux être le plus grand parmi vous " ... soit le serviteur ( le plus petit ) de tous  .

Elle est là la vraie grandeur ... mais cette grandeur là constitue un scandale pour les hommes qui ne connaissent que la force et la brutalité pour imposer aux autres leurs idéologies ... ce qui conduit inévitablement aux querelles , à l'arrogance , la menace , la haine ... et la guerre .

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Marpletree
Invités, Posté(e)
Invité Marpletree
Invité Marpletree Invités 0 message
Posté(e)
Il y a 6 heures, Demonax a dit :

S'imposer aux autres, c'est :

  • Obliger quelqu'un à faire ou à subir telle action en se soumettant à un ordre, à un règlement.
  • C'est aussi faire, connaître, reconnaître, accepter son autorité, sa volonté, ses idées, sa valeur.

Certains pensent que le relationnel est une suite de "confrontation" (dominant/dominé), à différents degrés.
D'autre pensent que dans le relationnel "s'imposer" est une forme de violence, non-nécessaire.
Etc. Je vous laisse en juger. La question restant :  Dans un contexte où c'est obligatoire, comment s'imposer aux autres, au mieux ? 

 

D'après moi, il n'y a que la "raison" qui rendent cette action juste (ou légitime).
Bien sûr, quand la raison n'est pas suffisante, le reste vient ensuite, en espérant bien faire.

Suis-je le seul à pensé ainsi ?

Puisque tu abordes le sujet sous l'angle d'un contexte où c'est obligatoire et quand cette obligation peut aller à l'encontre du respect des individus (certains préceptes religieux à l'encontre des femmes par exemples). La simple raison ne suffit pas à rendre cette action juste.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
zeugma Membre 670 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

il y aurait de prime abord une erreur de raisonnement à signaler dans cette question initiale de Demonax, car se demander "comment" s'imposer aux autres nécessiterait avant de savoir pourquoi ?

le comment est la désignation des moyens, mais ils sont toujours en vue d'une fin, et ils tiennent de celle-ci presque toutes leurs déterminations et spécifications...

donc quand l'auteur nous dit :  S'imposer aux autres, c'est :

  • Obliger quelqu'un à faire ou à subir telle action en se soumettant à un ordre, à un règlement.
  • C'est aussi faire, connaître, reconnaître, accepter son autorité, sa volonté, ses idées, sa valeur.

 

dans son premier point, il admet une imposition de contrainte par l'emploi de deux verbes : "obliger et subir" qui renvoi à un troisième,"soumettant" mais ce raisonnement est très ambigu puisqu'il propose à terme que ce soit à un ordre ou à un règlement que ces trois verbes s'appliquent dans leur efficience respective, alors que dans beaucoup de cas, accepter un ordre ou suivre un règlement n'est pas une obligation de subir en se soumettant, mais l'adoption volontaire et délibéré du choix d'un bien par une obéissance circonstanciée...c'est net il préconise le moyen en oubliant la finalité de l'obéissance...donc valorise le pouvoir en lieu et place de l'autorité...

dans son deuxième point, la confusion entre le but de l'obéissance et l'origine de l'autorité est encore plus patent car cette explicitation s'applique plus particulièrement à l'action de convaincre par la reconnaissance d'une autorité morale véritable sous les seuls "motifs" de faire, connaitre, reconnaître et accepter, il y a là aussi une aporie notable, celle de passer d'une connaissance non défini et donc aussi non finalisée à l'acceptation d'une autorité identifiée comme "une volonté", "des idées", "une valeur" appartenant et émanant de cette autorité...

c'est une forme d'autoritarisme totalitaire formalisé par cette adéquation : dès que, ce qui émane d'une personne, est suffisamment perçu comme existant sous forme de volonté, d'idées et de valeur, il doit s'en suivre une acceptation de l'autorité de cette personne...mais cette logique qui surexpose la fonction d'émanation jusqu'à supprimer celle d'autodétermination, c'est ce que nous voyons de plus en plus dans les campagnes électorales où le ou la candidate qui investi le plus les sphères de la représentation, impose sa présence comme autorité diffusive, c'est donc le prima de la quantité sur la qualité, appliqué dans le temps et le lieu...

à n'en pas douter, cette prévalence de la visibilité de l'information sur sa pertinence est bien l'entrée dans un monde de la reproduction mécanique de cette information au détriment de sa nécessité opérante...

d'ailleurs la suite du sujet en donne les dévoiements succédant, je cite : 

Certains pensent que le relationnel est une suite de "confrontation" (dominant/dominé), à différents degrés.
D'autre pensent que dans le relationnel "s'imposer" est une forme de violence, non-nécessaire.
Etc. Je vous laisse en juger. La question restant :  Dans un contexte où c'est obligatoire, comment s'imposer aux autres, au mieux ? 

dans cette dernière phrase nous retrouvons l'imposition d'un état de fait qui en dit long sur cette erreur volontaire (ou pas) de l'auteur de nous pousser à prendre position dans une situation d'acceptation première d'une "obligation à obéir", qui n'est jamais première en fait, mais doit être préalablement objet de délibération, pour en connaitre les justes fondements...

D'après moi, il n'y a que la "raison" qui rende cette action juste (ou légitime).
Bien sûr, quand la raison n'est pas suffisante, le reste vient ensuite, en espérant bien faire.

Suis-je le seul à penser ainsi ?

ainsi dans l'option de l'auteur ci dessus, nous découvrons que l'étape du choix n'est plus en fonction d'une finalité objective, mais dans l'usage d'un moyen, ici "la raison" qui à n'en pas douter là non plus désigne la part logique du raisonnement qui se prend lui même comme mesure de toute chose, ( la raison suffisante) une ré-émergence d'un cartésianisme en un temps ou les intelligences humaines sont constamment réévaluées par les logicielles, pose une autre question:

"peut-on et veut-on mettre tous nos choix en jugement par la raison et par qu'elle raison, scientifique, logique, informatique, statisticienne...?"

pour ma part, c'est l'objet qui donne la spécificité du questionnement, ainsi je ne peux pas user d'un raisonnement logique si mon objet est affectif ou spirituel, tout comme je ne peux pas user de sentiment ou d'intuition si l'objet regardé est une opération mentale ou une action qui nécessite la mise en perspective d'informations spécifiquement définis comme éléments formels irremplaçables et non-modifiables...

d'ailleurs ce que sous-entend l'auteur, que le conditionnement humain devenant de plus en plus soumis à des règles logiques artificielles de fonctionnement incontournables, exige de chacun une obéissance raisonnable...est une entrée dans un formatage de notre intelligence et par voie de conséquence de notre volonté, mais en plus d'être signe de la mort de la liberté de choix, ce sous-entendu est aussi pernicieux pour la volonté qui ne chercherait plus son bien que dans "un rapport au mieux" comme il dit, et devrait se contenter de suivre la tendance du plus représentatif de ce mieux, c'est-à-dire suivre la raison dominante de l'efficience à partir de ce qu'elle saisie du réel...

et comme il le dit aussi, peut-être faire appelle à d'autres implications de l'intelligence si cette raison se trouve non opérante, seulement nous savons que dans les faits, la raison est comme Attila, où elle passe l'herbe ne repousse pas...

 

P.S : une fois de plus même avec de bonnes intentions, il se trouve que la réalisation puisse échouer, et cela à cause d'un manque de "recul" sur la fonction de l'intelligence qui est sollicitée à tord et de travers par bon nombre de personnes...ceci dit et sonnant comme une critique n'est reste pas moins un appelle à coopérer pour éviter ces écueils...j'enjoins :hehe: donc Demonax à reprendre sa copie en tenant compte de cette coopération à sa réflexion...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 62ans Posté(e)
pila Membre 18 571 messages
Baby Forumeur‚ 62ans‚
Posté(e)

La raison; bien sûr. La seule chose viable.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
zeugma Membre 670 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)
il y a 5 minutes, pila a dit :

La raison; bien sûr. La seule chose viable.

jusqu'à justifier l'emploi de choses injustifiable.... évidement...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité elbaid
Invités, Posté(e)
Invité elbaid
Invité elbaid Invités 0 message
Posté(e)
Il y a 3 heures, pila a dit :

La raison; bien sûr. La seule chose viable.

Les raisons du plus fort sont toujours les meilleures ...

:D

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 41ans Posté(e)
hanss Membre 36 982 messages
Maitre des forums‚ 41ans‚
Posté(e)

J'ai voté pour le mérite. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 61ans Posté(e)
S.A.S Membre 3 368 messages
Baby Forumeur‚ 61ans‚
Posté(e)
Il y a 3 heures, pila a dit :

La raison; bien sûr. La seule chose viable.

La raison ?

Quelle raison ? ... il faudrait expliquer quelle genre de raison et sur quelle base elle peut être viable .

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité
Invités, Posté(e)
Invité
Invité Invités 0 message
Posté(e)

Merci à S.A.S pour sa participation, car il fait partie de ceux qui pensent que : 

  • Il y a 17 heures, S.A.S a dit :

    Celui qui veut s'imposer aux autres est un despote ( tyran ) [...]

Alors, c'est son avis, il a le droit de l'avoir, et nous pourrions longuement (ou pas), et avec sympathie (ou pas) en discuter (pour, contre, autre ?).
Mais de se fait, malheureusement, il ne peut pas répondre à la question de ce topic (qui est " Dans un contexte où c'est obligatoire, comment s'imposer aux autres, au mieux ? "). Car, il n'y a pas de "meilleur façon de s'imposer", quand on est un "despote".

Maintenant, j'aimerais savoir : Est-ce que S.A.S va imposer son avis (qui est "celui qui s'impose aux autres est un despote") aux autres, en demandant à toutes les personnes qui ne pense pas comme lui de se justifier, ou s'il finira par répondre.

Peut-être préférerait-il que je reformule la question, spécialement pour lui ?
Dans un contexte où Jésus est obligé (par Dieu lui-même) de s'imposer, comment le ferait-il, au mieux ? 
Ou encore
Comment Dieu c'est-il imposé à ces fidèles ? 

:D 

 

Maintenant, revenons à nos moutons:

Il y a 11 heures, S.A.S a dit :

La raison ?

Quelle raison ? ... il faudrait expliquer quelle genre de raison et sur quelle base elle peut être viable .

La "raison", d'après le dictionnaire, c'est :

  • La faculté propre à l'homme, par laquelle il peut connaître, juger et se conduire selon des principes : La raison considérée par opposition à l'instinct.
  • L'ensemble des principes, des manières de penser permettant de bien agir et de bien juger : Une décision conforme à la raison.
  • L'ensemble des facultés intellectuelles, considérées dans leur état ou leur fonctionnement normal : N'avoir plus toute sa raison.
  • Ce qui explique, justifie un fait, un acte : Connaissez-vous la raison de son départ ?

Par exemple, si un parent doit imposer à son enfant le "dodo à 8h du soir", la meilleur façon, d'après ce qu'ils s'en dit dans la pédopsychiatre (à ne pas confondre avec la pédophilie, lol), c'est l'emploi de la raison. Autrement dit : il faut expliquer, justifier le fait, l'acte de se coucher à 8h du soir, en disant que c'est pour bien grandir et pour être en forme le lendemain ;)

Est-ce que tu comprends ? :eva:Peace&Love

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité elbaid
Invités, Posté(e)
Invité elbaid
Invité elbaid Invités 0 message
Posté(e)

si la faculté de la raison suffisait nous n'aurions pas inventés les punitions , les récompenses , les mensonges ,  les lois , la justice , les prisons ... etc etc :)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité Marpletree
Invités, Posté(e)
Invité Marpletree
Invité Marpletree Invités 0 message
Posté(e)

Je pense que vouloir réduire la faculté à s'imposer aux autres à la simple logique et a la raison est trop réductrice.

Pour reprendre ton exemple du "dodo à 8h". On a tous croisé des parents qui ont beau expliquer bien logiquement à leurs enfants de faire ci ou de ne pas faire ça : "Tin tin cause toujours"! Et d'autres, ca file droit direct!

Question d'attitude :regard, expression du visage, intonation de la voix. Bref ne pas sous-estimer l'importance  du langage corporel.

Question de crédibilité aussi.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 61ans Posté(e)
S.A.S Membre 3 368 messages
Baby Forumeur‚ 61ans‚
Posté(e)
Il y a 4 heures, Demonax a dit :

Merci à S.A.S pour sa participation, car il fait partie de ceux qui pensent que : 

  •  

Alors, c'est son avis, il a le droit de l'avoir, et nous pourrions longuement (ou pas), et avec sympathie (ou pas) en discuter (pour, contre, autre ?).
Mais de se fait, malheureusement, il ne peut pas répondre à la question de ce topic (qui est " Dans un contexte où c'est obligatoire, comment s'imposer aux autres, au mieux ? "). Car, il n'y a pas de "meilleur façon de s'imposer", quand on est un "despote".

Maintenant, j'aimerais savoir : Est-ce que S.A.S va imposer son avis (qui est "celui qui s'impose aux autres est un despote") aux autres, en demandant à toutes les personnes qui ne pense pas comme lui de se justifier, ou s'il finira par répondre.

Peut-être préférerait-il que je reformule la question, spécialement pour lui ?
Dans un contexte où Jésus est obligé (par Dieu lui-même) de s'imposer, comment le ferait-il, au mieux ? 
Ou encore
Comment Dieu c'est-il imposé à ces fidèles ? 

:D 

 

 

Dans l'ancien testament Dieu impose sa volonté aux hommes . Dans le jardin Il dit à l'homme " tu ne mangeras pas du fruit de l'arbre de la connaissance "  ... puis par la suite ...

Dieu impose la Loi des 10 commandements comme critère pour être sauvé .

C'est là l'ancienne alliance que Dieu à fait avec les hommes .

Résultat : Aucun homme n'a pu accomplir la loi de Dieu parfaitement .

C'est pour cette raison que Dieu envoie son Fils ... pour accomplir à notre place la Loi de Dieu .

Jésus à accomplis la loi de Dieu à la perfection . C'est la nouvelle alliance que Dieu fait avec les hommes .

Le salut est accordé depuis ce jour par la Foi dans le sacrifice de Jésus et par Son sang versé à notre place pour nous laver de nos péchés et nous accorder la vie éternelle au travers de sa résurrection .

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Chercheur de ciel, 37ans Posté(e)
Quasi-Modo Membre 17 056 messages
37ans‚ Chercheur de ciel,
Posté(e)

J'ai répondu autres parce que cela recoupe plusieurs catégories je pense, et je reprendrai cette idée de Michel Serres pour lequel l'autorité naturelle provient de la capacité à élever les autres. Autorité viendrait selon lui du verbe augeo qui signifie "augmenter" : si vous voulez avoir de l'autorité, apprenez à "augmenter" les autres!

https://www.youtube.com/watch?v=GeJgTmZ9EBc

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.


×