Aller au contenu

Antispécisme

Noter ce sujet


Javiera

Messages recommandés

Membre, Posté(e)
Javiera Membre 13 295 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

caron.jpg

Présentation de l'éditeur

Un jour, les animaux auront tous des droits. L animalisme figure le prochain projet idéologique révolutionnaire, qui réconcilie les hommes avec eux-mêmes et avec leur avenir.

Certains en possèdent déjà : les animaux de compagnie, les espèces protégées et les animaux d élevage. Mais les droits que nous leur avons consentis sont minimaux et incohérents. Nous traitons différemment les chiens, que nous considérons comme des membres de la famille, des cochons, réduits au rang d objets produits en masse et abattus dans d indignes conditions. Pourtant cochons et chiens possèdent une sensibilité et une intelligence similaires. Comment en sommes-nous venus à les classer dans des catégories si différentes ? C est que nous sommes spécistes.

Le terme, peu connu en France, fera bientôt partie de notre vocabulaire. À l instar du racisme et du sexisme, dont il poursuit la logique. Le spécisme consiste à traiter différemment, et sans la moindre raison valable, deux espèces qui présentent les mêmes caractéristiques. Tout comme nous avons longtemps dénié aux femmes les mêmes droits que les hommes. L affirmation de l antispécisme sera celle de l animalisme, un mouvement philosophique qui promeut la nécessité d accorder des droits à tous les animaux, en raison de leur capacité à souffrir. Loin d être anecdotique, l animalisme incarne le mouvement idéologique le plus révolutionnaire ; pour la première fois depuis deux mille ans, il entend sortir nos systèmes de pensée occidentaux de leur logique anthropocentriste et reconnaître que nous, qui sommes des animaux, avons des obligations morales à l égard de nos cousins.

Surtout, l animalisme s inscrit dans une logique d écologie politique éloignée de celle incarnée par les élections. Non plus une écologie superficielle, qui se soucie seulement de préserver les écosystèmes, les ressources et quelques espèces en péril, mais une écologie profonde, qui repense complètement la place de l homme dans le monde. Pour que ce dernier ne vive plus en parasite mais en symbiose avec toutes les formes du vivant. Cela oblige à une refonte de nos institutions et à briser la vision à court terme du temps politique. Cela nous oblige aussi à une réforme intellectuelle qui remette en question la notion de « profit ». Le capitalisme, le socialisme, le communisme, le néolibéralisme sont aujourd hui discrédités, si ce n est dépassés.

Biographie de l'auteur

Journaliste, Aymeric Caron a travaillé pour la radio et la télévision (TF1, France 2, Canal +, l'agence CAPA, Europe 1...). Fervent défenseur des droits des animaux, il milite notamment pour des menus végétariens dans les cantines scolaires et publie No Steack (2013), enquête-manifeste qui interroge notre rapport à la viande, et aux animaux.

Que pensez-vous de cette évolution?

  • Like 4
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, Posté(e)
Javiera Membre 13 295 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

"Loin d être anecdotique, l animalisme incarne le mouvement idéologique le plus révolutionnaire ; pour la première fois depuis deux mille ans, il entend sortir nos systèmes de pensée occidentaux de leur logique anthropocentriste et reconnaître que nous, qui sommes des animaux, avons des obligations morales à l égard de nos cousins."

Un vision un peu trop avant-garde pour les vieux esprits limités mais l'humain évolue doucement et sûrement...

:bo:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Marchombre, 29ans Posté(e)
Serguei Zoubatov Membre 4 440 messages
29ans‚ Marchombre,
Posté(e)

Que pensez-vous de cette évolution?

Que pendant que certains militent pour donner des droits à nos cousins les vers de terre, il est toujours légal de tuer ce petit être:

Serpent_Foetus.gif

Deux précisions. Premièrement, cela c'est un embryon à 4 semaines. Deuxièmement, je ne relance pas le débat sur l'avortement. Je souligne juste à quel point cette société marche sur la tête.

  • Like 4
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 152ans Posté(e)
Crabe_fantome Membre 36 833 messages
Forumeur vétéran‚ 152ans‚
Posté(e)

Le résumé du livre le semble totalement candide. Tant mieux à la limite parce-que c'est toujours mignon d'être candide dans un monde de brute, mais tant pis parce-que si c'est fait pour être vendu ce n'est pas fait pour faire avancer les choses.

Sergei marque un point, un fœtus, un mineur ou un adulte (faisant partis d'une même espèce, voire d'une même famille) n'aura pas les mêmes droits. Un ado de 17ans n'a pas le droit de voter, de conduire ou de boire de l'alcool.

L'autre point c'est que le droit est une invention humaine fait par et pour les humains. Pourquoi ? Parce que ce sont les seuls à pouvoir le faire. Il n'y a pas d'assemblée des lapins, il n'y a pas de police des hippopotames, ils n'y a pas de tribunaux de rats taupes nus. Une famille de souris pourrait elle porter plainte contre mon chat ? Puis-je nier ma responsabilité si mon chien mord le visage d'un enfant en disant "ce chien est libre, il n'a ni maitre ni éducation, il ne fait que vivre avec nos parce-qu'il l'a décidé"?

Le jour où les animaux établirons leur propre droit on pourra négocier, en attendant les droits des animaux sont des fabrications humaines pour à la fois les exploiter (bouffe, expérimentations...) et les protéger (soins et réintroduction d'animaux blessés, espèces protégées...).

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
Zelig Membre 5 446 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

La deep ecology, dont se réclame Aymeric Caron, possède historiquement parlant des liens de filiations directs avec l'idéologie nazie. De plus, elle a totalement rompu avec l'écologie au sens scientifique du terme (puisque ses théoriciens sont heideggeriens), elle est complètement déconnectée des sciences et les délires de ses militants posent parfois de sérieux problèmes aux véritables écologues et écologistes.

C'est et ce ne sera jamais qu'un mouvement marginal de fous-furieux aux idées parfois très violentes et dangereuses, mais hélas populaire au sein des pays germaniques, scandinaves et anglo-saxons.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Chien Fou forumeur, 87ans Posté(e)
Promethee_Hades Membre 24 559 messages
87ans‚ Chien Fou forumeur,
Posté(e)

Bonjour Javiera , bisous.

Que cela n'en est pas une de révolution, mais un simple retour au source, c'est original, dans le sens que c'est un retour aux origines profondes.

Suffit de lire les présocratique pour voir que cela était déjà à ces époques, suffit de vivre au milieu de certains peuples primitif pour s'en convaincre. C'est certain l'animal était mangé, par ce que dans la nature tout ce mange, chacun mange l'autre, mais on fait une prière avant pour demander pardon à l'animal, en lui disant je te tue mais pour que je vive et que tu vive en moi. Rien de neuf au fond c'est un simple retour à ce que nous étions et avons oublié, par la connerie de certain.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Chien Fou forumeur, 87ans Posté(e)
Promethee_Hades Membre 24 559 messages
87ans‚ Chien Fou forumeur,
Posté(e)

Que pendant que certains militent pour donner des droits à nos cousins les vers de terre, il est toujours légal de tuer ce petit être:

Deux précisions. Premièrement, cela c'est un embryon à 4 semaines. Deuxièmement, je ne relance pas le débat sur l'avortement. Je souligne juste à quel point cette société marche sur la tête.

Bonjour Serguei Zoubatov, poigne de mains.

Heu oui enfin ce n'est qu'un assemblage de cellule réagissant à certaine lois de la biologie, c'est tout autant vivant qu'une tumeur maligne qu'il est bon d’ôter pour soigner un cancer.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

MembreN, 121ans Posté(e)
Dan229 MembreN 12 047 messages
Baby Forumeur‚ 121ans‚
Posté(e)

L'argent aura raison du droit. Sans compter les papilles.

Tu veux parler de papille Mouzot ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
Javiera Membre 13 295 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Merci pour vos réponses et bonsoir Prométhée!

;)

Je n'ai pas encore lu le bouquin de Caron mais je respecte ce mec qui s'est toujours insurgé contre la souffrance animale.

Pour que le message passe, il faudrait avant tout que le clampin de base admette que l'homme est un animal et que tous les animaux sont dotés de sensibilité.

A partir de là , avec un minimum d'empathie, on peut comprendre le reste parce qu'aujourd'hui tout le monde est informé de l'horreur que vivent les animaux dans les abattoirs (par exemple), des conditions déplorables d'élevage intensif et autres monstruosités purement humaines.

L'humain ne pense qu'au profit, il considère l'animal comme un produit et n'a aucun respect ni pour ses cousins ni pour la Terre qu'ils partagent...

:mef:

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 152ans Posté(e)
Crabe_fantome Membre 36 833 messages
Forumeur vétéran‚ 152ans‚
Posté(e)

C'est mignon mais c'est faux. L'homme exploite l'animal mais il le protège aussi. Il est d'ailleurs le seul animal à le faire.

L'homme étant un animal, maltraiter un agneau avant de l'abattre est alors une chose parfaitement acceptable exactement comme le font les chats ? Ou alors on accepte que l'homme est un animal à part entière et on accepte l'idée que des humains renoncent, par leur propre libre arbitre, à modifier leur régime alimentaire, avec l'impression que les animaux ne souffrent plus par leur faute.

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
Javiera Membre 13 295 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

C'est mignon mais c'est faux. L'homme exploite l'animal mais il le protège aussi. Il est d'ailleurs le seul animal à le faire.

L'homme étant un animal, maltraiter un agneau avant de l'abattre est alors une chose parfaitement acceptable exactement comme le font les chats ? Ou alors on accepte que l'homme est un animal à part entière et on accepte l'idée que des humains renoncent, par leur propre libre arbitre, à modifier leur régime alimentaire, avec l'impression que les animaux ne souffrent plus par leur faute.

Lire ça et gerber...

:snif:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 152ans Posté(e)
Crabe_fantome Membre 36 833 messages
Forumeur vétéran‚ 152ans‚
Posté(e)

Lire ça et gerber...

:snif:

Évidemment... Moi aussi ça m'a fait bizarre quand j'ai vu mon chat faire souffrir le mulot pendant 20 minutes avant de lui broyer la boîte crânienne avec ses dents pendant qu'il était encore en vie...

J'aurais pu intervenir pour sauver le mulot et puis quelqu'un m'a dit qu'il fallait laisser faire la nature... Alors je laisse faire la nature, y compris la nature humaine...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
Javiera Membre 13 295 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Évidemment... Moi aussi ça m'a fait bizarre quand j'ai vu mon chat faire souffrir le mulot pendant 20 minutes avant de lui broyer la boîte crânienne avec ses dents pendant qu'il était encore en vie...

J'aurais pu intervenir pour sauver le mulot et puis quelqu'un m'a dit qu'il fallait laisser faire la nature... Alors je laisse faire la nature, y compris la nature humaine...

Donc en suivant ton raisonnement, si tu vois un adulte frapper son bébé à mort ( comme les bouchers des abattoirs frappent les bébés des brebis), tu n'interviens pas, tu laisses faire la nature humaine.

101.gif

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 41ans Posté(e)
Titsta Membre 6 714 messages
Baby Forumeur‚ 41ans‚
Posté(e)

Le résumé du livre le semble totalement candide. Tant mieux à la limite parce-que c'est toujours mignon d'être candide dans un monde de brute, mais tant pis parce-que si c'est fait pour être vendu ce n'est pas fait pour faire avancer les choses.

Sergei marque un point, un fœtus, un mineur ou un adulte (faisant partis d'une même espèce, voire d'une même famille) n'aura pas les mêmes droits. Un ado de 17ans n'a pas le droit de voter, de conduire ou de boire de l'alcool.

L'autre point c'est que le droit est une invention humaine fait par et pour les humains. Pourquoi ? Parce que ce sont les seuls à pouvoir le faire. Il n'y a pas d'assemblée des lapins, il n'y a pas de police des hippopotames, ils n'y a pas de tribunaux de rats taupes nus. Une famille de souris pourrait elle porter plainte contre mon chat ? Puis-je nier ma responsabilité si mon chien mord le visage d'un enfant en disant "ce chien est libre, il n'a ni maitre ni éducation, il ne fait que vivre avec nos parce-qu'il l'a décidé"?

Le jour où les animaux établirons leur propre droit on pourra négocier, en attendant les droits des animaux sont des fabrications humaines pour à la fois les exploiter (bouffe, expérimentations...) et les protéger (soins et réintroduction d'animaux blessés, espèces protégées...).

Je suis d'accord avec ton analyse du résumé du livre, pas vraiment avec ta positions vis à vis des animaux.

Il est vrai historiquement que le droit est fait par et pour les humains. Mais donner des droits aux animaux vise justement à définir les limites des comportements humain possible à leur égard.

De surcroit, le droit était fait par et pour les humains, mais n'a pas vocation à cadrer les humains, il a vocation à cadrer la société.

Les animaux, ainsi que les machines, ou même l'environnement, font d'une façon ou d'une autre partit de la société.

Parler d'assemblée de lapin serait effectivement ridicule. Mais l'idée n'est pas de leur donner le droit de vote.

Ceux qui souhaitent donner des droits aux animaux ne sont pas (tous) convaincu que les animaux sont "humains".

Reste que tout animal dispose d'une conscience, d'une volonté. Et donc en tant que tel se pose pour eux la question de leur liberté, que nous pouvons contraindre plus ou moins, cadrer.

La loi sert précisément à cadrer les limites de cette liberté.

De surcroit, beaucoup d'animaux en particulier domestiques, apprennent les règles qu'on leur impose. Ce qu'ils ont ou non le droit de faire. Et même leur tâche, leur rôle.

Toute proportion gardées, beaucoup d'animaux comprennent la notion de droit, ainsi que celle de devoir.

Il n'est donc pas ridicule de les cadrer par le droit, ni même d'envisager une forme de pédagogie publique, ou de ré-insertion à travers les peines encourues.

Faire passer l'ensemble des animaux domestiques par une sorte d'école de dressage, et même de certificat-diplôme, de façon à s'assurer qu'ils ont intégré un certains nombres de règles avant d'avoir le droit de sortir de chez eux, ne me semble pas une idée farfelue.

En particulier quand je vois la "pédagogie" de certains maîtres.

Mais pour cadrer ça légalement, il est nécessaire de considérer les animaux comme pouvant avoir des droits (et même passer des certifications leur accordant encore plus de droits. )

Ce qui n'est possible que si nous leur étendons la notion de Personne. Après tout, nous le faisons bien pour des "entités" totalement abstraite comme les "entreprises".

La notion de personne n'est pas forcément exempte de notion de tutelle, pour la prise de décision ou de défense de ses droits.

Après tout, nous n'avons pas non plus "d'assemblée de bébé"… pourtant, ils ont malgré tout des droits.

Modifié par Titsta
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 152ans Posté(e)
Crabe_fantome Membre 36 833 messages
Forumeur vétéran‚ 152ans‚
Posté(e)

Donc en suivant ton raisonnement, si tu vois un adulte frapper son bébé à mort ( comme les bouchers des abattoirs frappent les bébés des brebis), tu n'interviens pas, tu laisses faire la nature humaine.

101.gif

En réalité non pour 2 raisons : la première c'est que j'ai l'obligation légale de porter secours à un humain ou un animal. La seconde c'est que je crois que l'homme a raison d'établir des lois pour protéger les hommes et les animaux. Donc que les animaux sont soumis au droit des hommes.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 53ans Posté(e)
ping Membre 6 305 messages
Baby Forumeur‚ 53ans‚
Posté(e)

Leur laisser le droit de vivre. Pas la peine de tergiverser. On leur enlève le droit de vivre, au nom de nos interêts. Lorsque ces interêts sont de l'ordre de la survie, soit, il faut se defendre pour survivre. Mais elle est où la notion de survie chez l'homme moderne? L'interêt vital de tuer pour manger n'est plus d'actualité. C'est l'habitude et le petit plaisir égoiste qui fait que l'on massacre quotidiennement des millions d'êtres.

Ce qui prône l'anti-spécisme sont aujourd'hui des marginaux. Ca commence toujours comme ça...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×