Aller au contenu

Qui est à l'origine des nouveaux mouvements de pensées anti-marxiste ?


Savonarol

Messages recommandés

Membre, Esprit de contradiction, 44ans Posté(e)
Savonarol Membre 10 345 messages
44ans‚ Esprit de contradiction,
Posté(e)

Bon alors voilà,

Ici pour la première fois, mais en réalité un peu partout sur internet pour peu qu'on prenne la peine de chercher, lorsqu'on discute avec des jeunes, ou plutôt : quand on voit les jeunes parler à leur mur facebook ou twitter (car le dialogue c'est has-been et le débat ça fait mal à l'égo -surtout si on est très con-) , on tombe très souvent sur ces formules toutes faites selon lesquelles "l'homme blanc hétérosexuel est au sommet de la pyramide du pouvoir " et dirige en oppresseur idéologique "le reste d'une société stigmatisée par son patriarcat blanc et masculiniste".

Ca marche très fort chez les jeunes, notamment, qui répètent ça comme un mantra sans bien sûr jamais se poser de question; et en fait en cherchant un peu, il s'avère que ce système de pensée libérale nous vient des USA (comme par hasard) et est mis en avant par ces éternelles idiotes utiles de féministes (on va dire néo-féministe pour froisser personne, même si ...)

https://fr.wikipedia...tionnalit%C3%A9

C'est "l'intersectionnalité" , ça consiste à créer un schéma débilitant des rapports entre les individus, une sorte de bourbier avec de multiples ramifications (blanc contre noir, noir hétéro contre noir homo, noir hétéro contre femme homo) afin de nourrir une sorte de "lutte de tous contre tous éternelle car insoluble", ainsi que le prévoyaient déjà les marxistes dans les années 70 en observant l'évolution de la logique du capital aux USA.

En effet, les USA rejettent tout ce qui est lutte de classe et font la promotion de tout ce qui nuit à la lutte des classes.

En noyant les rapports sociaux sous de multiples avatars de luttes communautaires, ethniques, sexuelles ou religieuses, le capital neutralise totalement tout esprit de contestation sociale dans l'esprit du peuple, qui, incapable de se fédérer (puisque diviser en autant de petits groupes qu'il existe de distinction entre les êtres humains) finit seul, donc faible et donc inoffensif pour le pouvoir en place qui lui vend, par dessus le marché, l'illusion de la lutte politique.

Une perversion qui semble faire ses preuves en politique, à l'image du renoncement des luttes sociales au profit de luttes sociétales (soyons pauvres mais enculons nous devant monsieur le maire)

Que pensez-vous de tout ça ? Est-ce que les gens sont incapables de penser en terme d'intérêt de classes à partir du moment où il n y a pas une forte idéologie dominatrice pour leur dire quoi penser ? (je pense à feu le communisme)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, Marchombre, 29ans Posté(e)
Serguei Zoubatov Membre 4 440 messages
29ans‚ Marchombre,
Posté(e)

Pas besoin de chercher du neuf pour trouver le meilleur de l'anti-marxisme. Suffit de revenir aux bons vieux classiques:

revolution.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 62ans Posté(e)
pila Membre 18 571 messages
Baby Forumeur‚ 62ans‚
Posté(e)

"Lutte de tous contre tous..." C'est impossible; la société humaine dure par l'entraide. Sinon, elle s'effondre.

Je propose que l'on déporte à vie en Antarctique tous ces baveux; de l'Extrême-Gauche à l'Extrême-Droite. Sans oublier les religieux. On aura enfin la paix. :coeur:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Animal sauvage, Posté(e)
Mr_Fox Membre 15 200 messages
Animal sauvage,
Posté(e)

Il est évident que la puissance de conviction médiatique est au coeur du jeu, c'est à travers les médias qu'on dit aux gens quoi penser, et ça l'a toujours été.

Il est tout aussi évident qu'on a fabriqué de fausses luttes, qu'on en a inventé, et exporté.

Le regard critique permet de voir qu'on nous a collé des luttes américaines dans notre société alors qu'elles n'avaient pas cours. De même la lutte des classes avait elle même obtenu une forte diffusion à l'époque contre les pouvoirs traditionnels.

Une fois que les empires et les royaumes furent dissout par le communisme, il fut lui-même dissout par le genrisme/racisme/castisme/...

Aujourd'hui nous vivons dans la société dégénérée, on a le choix entre essayer de savoir pourquoi elle est dégénérée, ou juste passer outre et faire mieux.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Esprit de contradiction, 44ans Posté(e)
Savonarol Membre 10 345 messages
44ans‚ Esprit de contradiction,
Posté(e)

"Lutte de tous contre tous..." C'est impossible; la société humaine dure par l'entraide. Sinon, elle s'effondre.

C'est l'idée, oui.

Sinon j'ai retrouvé la vidéo que je cherchais depuis des jours.

Elle illustre avec humour cette fameuse intersectionnalité.

Il est évident que la puissance de conviction médiatique est au coeur du jeu, c'est à travers les médias qu'on dit aux gens quoi penser, et ça l'a toujours été.

Il est tout aussi évident qu'on a fabriqué de fausses luttes, qu'on en a inventé, et exporté.

Le regard critique permet de voir qu'on nous a collé des luttes américaines dans notre société alors qu'elles n'avaient pas cours. De même la lutte des classes avait elle même obtenu une forte diffusion à l'époque contre les pouvoirs traditionnels.

Une fois que les empires et les royaumes furent dissout par le communisme, il fut lui-même dissout par le genrisme/racisme/castisme/...

Aujourd'hui nous vivons dans la société dégénérée, on a le choix entre essayer de savoir pourquoi elle est dégénérée, ou juste passer outre et faire mieux.

Je trouve ça flippant parce que sur ce cas précis, tu vois des gamins/ gamines répéter mot pour mot leur mantra, sans y réfléchir, et surtout tu les vois s'aigrir à 18, 19 ans comme s'ils étaient de vieux cons qui avaient raté leurs vies.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
Marindeaudevie Membre 1 001 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Bon alors voilà,

Ici pour la première fois, mais en réalité un peu partout sur internet pour peu qu'on prenne la peine de chercher, lorsqu'on discute avec des jeunes, ou plutôt : quand on voit les jeunes parler à leur mur facebook ou twitter (car le dialogue c'est has-been et le débat ça fait mal à l'égo -surtout si on est très con-) , on tombe très souvent sur ces formules toutes faites selon lesquelles "l'homme blanc hétérosexuel est au sommet de la pyramide du pouvoir " et dirige en oppresseur idéologique "le reste d'une société stigmatisée par son patriarcat blanc et masculiniste".

Ca marche très fort chez les jeunes, notamment, qui répètent ça comme un mantra sans bien sûr jamais se poser de question; et en fait en cherchant un peu, il s'avère que ce système de pensée libérale nous vient des USA (comme par hasard) et est mis en avant par ces éternelles idiotes utiles de féministes (on va dire néo-féministe pour froisser personne, même si ...)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Intersectionnalit%C3%A9

C'est "l'intersectionnalité" , ça consiste à créer un schéma débilitant des rapports entre les individus, une sorte de bourbier avec de multiples ramifications (blanc contre noir, noir hétéro contre noir homo, noir hétéro contre femme homo) afin de nourrir une sorte de "lutte de tous contre tous éternelle car insoluble", ainsi que le prévoyaient déjà les marxistes dans les années 70 en observant l'évolution de la logique du capital aux USA.

En effet, les USA rejettent tout ce qui est lutte de classe et font la promotion de tout ce qui nuit à la lutte des classes.

En noyant les rapports sociaux sous de multiples avatars de luttes communautaires, ethniques, sexuelles ou religieuses, le capital neutralise totalement tout esprit de contestation sociale dans l'esprit du peuple, qui, incapable de se fédérer (puisque diviser en autant de petits groupes qu'il existe de distinction entre les êtres humains) finit seul, donc faible et donc inoffensif pour le pouvoir en place qui lui vend, par dessus le marché, l'illusion de la lutte politique.

Une perversion qui semble faire ses preuves en politique, à l'image du renoncement des luttes sociales au profit de luttes sociétales (soyons pauvres mais enculons nous devant monsieur le maire)

Que pensez-vous de tout ça ? Est-ce que les gens sont incapables de penser en terme d'intérêt de classes à partir du moment où il n y a pas une forte idéologie dominatrice pour leur dire quoi penser ? (je pense à feu le communisme)

Me marxisme? L'humanité a assez donné (et le torchon l'Humanité a bien trop reçu, et il reçoit encore des subventions, en respiration articielle)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 155ans Posté(e)
chapati Membre 6 957 messages
Baby Forumeur‚ 155ans‚
Posté(e)

a Savonarol,

C'est compliqué de repondre tant il y a à dire. Faudrait dégager les causes par ordre d'importance pour deja y voir plus clair. Je m'essaie donc à une tentative vite faite :

D'abord un rapport occidental pathologique a la raison, qui agit sur les pensées comme une religion (ce qui ne veut pas dire qu'il faille déifier le sensible bien sûr).

Ensuite la mort de Dieu. Un Dieu qui, en tant que qu indépassable, ce qui le posait comme Sens...et du coup une perte de repères, de valeurs etc.

Ensuite un monde gouverné par l'argent, totalement injustifiable, ou n'importe quel abruti est encouragé à penser que marcher sur les autres fait parti de la nature des hommes, et qui joue donc sur ce qu'il y a de plus minable en l'homme, en particulier sa bêtise. Avec donc ce leitmotiv que la nature des hommes est ainsi faite et que la loi de la jungle aujourd'hui représentée par le capitalisme est incontournable.

Enfin vu l'absence de solution politique, une démultiplication de n'importe quoi prend tout d'un coup et à bien bon marché valeur de sens. Dont ce type de melting-pot dont tu parles, où chacun fait son marché dans le prêt-à-porter de pensées incohérentes, selon les trois idées qu'il a dans la tête... puis vient tester son babil sur internet, sûr qu'il a découvert l'alpha et l'oméga des choses (un truc de jeune oui). C'est évidemment parfaitement incohérent et indigeste, mais puisque que les gens sont plus ou moins confronté à la même situation, au meme décor en tous cas, et se retrouvent donc avec ces mêmes trois idées... et le nombre encourage la bêtise et renforce les convictions des porteurs d'idioties.

Un tel merdier ouvre la porte a des populismes de plus en plus fascisants, aux Trump, MLP et cie. Bref a une pensée debile..

Euh... il doit manquer une note d'espoir histoire de lancer un chouette débat. La tout de suite non, j'ai pas de solution. Disons que les gens sont aussi autre chose que les betises qu'ils ont dans leur tête, que l'intelligence du sensible à encore sa chance face à ces idées toutes faites, vite et mal faites, et que malgré leur baratin bon marché, ils développent finalement d'autres types de relations que ce qu'ils perroquettent dans les forums. Espérons que ça suffira...

Perso, j'aurais plus confiance dans le développement de ces petites touches relationnelles pour créer des foyers de résistance face au fascisme d'une pensée unique et normalisée qui est en train de se construire à vitesse V, sauf que ca devrait se mettre en place plus lentement. A des formes de résistance par le bas, en réseaux etc. Je suis aussi conscient d'être là dans la dans la prospective, j'en sais rien. Plus confiance en tous cas qu'en une énième révolution qui prétendrait encore une fois faire table rase de tout etc. M'enfin bon, s'il y a une révolution, ça me dérange pas, ca fera toujours et un temps de meilleurs programmes à la télé.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Animal sauvage, Posté(e)
Mr_Fox Membre 15 200 messages
Animal sauvage,
Posté(e)

Je trouve ça flippant parce que sur ce cas précis, tu vois des gamins/ gamines répéter mot pour mot leur mantra, sans y réfléchir, et surtout tu les vois s'aigrir à 18, 19 ans comme s'ils étaient de vieux cons qui avaient raté leurs vies.

Bien sur, ils ont été éduqués par des parents et des institutions qui leur ont fait ça. Et oui, c'est assez flippant si on y pense. Mon idée c'est qu'il vaut mieux se focaliser sur les solutions que sur les causes des problèmes.

Ca n'empêche pas de les connaitre, simplement la résolution ne passe pas nécassairement par la remise en cause du passé.

Notre problème est-il plutôt de reconstruire, ou plutôt d'empêcher la dissolution ? Est-ce que finalement construire n'est pas le meilleur moyen d'empêcher l'entropisation, en proposant une doctrine constructive qui supplanterait les doctrines de lutte intra-classe ?

Est-ce que selon vous cette doctrine est celle de la lutte des classes ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Esprit de contradiction, 44ans Posté(e)
Savonarol Membre 10 345 messages
44ans‚ Esprit de contradiction,
Posté(e)

Me marxisme? L'humanité a assez donné (et le torchon l'Humanité a bien trop reçu, et il reçoit encore des subventions, en respiration articielle)

La proposition du marxisme est que la principale discrimination est d'ordre sociale. A partir de cela, on bâti la politique en tenant compte de cela et en tentant de le régler au mieux. L'arrivée massive de théories libérales parasites (comme celle dont il est sujet ici) a pour but objectif de détruire toute velléité de lutte sociale. Réduire la problématique sociale au communisme est un manque de culture.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Marchombre, 29ans Posté(e)
Serguei Zoubatov Membre 4 440 messages
29ans‚ Marchombre,
Posté(e)

La proposition du marxisme est que la principale discrimination est d'ordre sociale. A partir de cela, on bâti la politique en tenant compte de cela et en tentant de le régler au mieux. L'arrivée massive de théories libérales parasites (comme celle dont il est sujet ici) a pour but objectif de détruire toute velléité de lutte sociale. Réduire la problématique sociale au communisme est un manque de culture.

Je pense que vous n'avez pas bien saisi ce qu'est le marxisme. Le but du marxisme n'est pas de résoudre les problèmes de discrimination. Le but du marxisme, c'est la révolution. La révolution permanente. Le marxisme est une idéologie de l'action, du faire. Qui ne se préoccupe pas de dogmes ou d'une trame fixes (bien au contraire). Le marxisme, c'est un mouvement permanent. Rien ne doit arrêter l'évolution, le changement.

Tout phénomène qui vient perturber la société et fait avancer la cause de la révolution est bon. Monter les hommes contre les femmes, les jeunes contre les vieux, les blancs contre les noirs, etc, c'est intrinsèquement marxiste. La lutte des classes n'est valable que tant qu'elle sert la révolution. Or, aujourd'hui, ça ne sert pas grand chose. C'est donc un frein, et donc c'est quelque chose à proscrire. Au contraire, les luttes "communautaires" défont la société. Elles vont donc dans le sens de la révolution, elles sont donc à favoriser. Jusqu'à ce qu'elles deviennent elles aussi un frein et soient ainsi à proscrire elles aussi.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Esprit de contradiction, 44ans Posté(e)
Savonarol Membre 10 345 messages
44ans‚ Esprit de contradiction,
Posté(e)

@Serguei

La finalité du marxisme est (pour ce qui concerne la lutte des classes) la disparition des classes sociales, non la création de nouveaux antagonistes sociétaux. Le salariat, le capitalisme, les classes sociales sont la cible du marxisme car ils participent d'une société inique où l'étalon unique est la rentabilité, la productivité.

Le marxisme n'est pas une idéologie parfaite, ni même crédible dans sa totalité et dans son application, mais elle propose une grille de lecture du monde capitaliste assez pertinente (tellement pertinente qu'elle a su à une époque convaincre la moitié de la planète )

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
zebusoif Membre 10 337 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)

Marx parle de classes : le mépris de classe, les classes privilégiées, les classes dirigeantes, de l'autre les esclaves qui doivent s'adapter, tout accepter. Plus ils sont misérables plus ils sont méprisés, considérés comme "sous-race", "losers", ce sont leurs filles qui se prostituent et on fait de leurs fils de la chaire à canon.

Les mouvements qui se baseront sur ce constat ont de l'avenir, et les riches ont raison d'en avoir peur.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Marchombre, 29ans Posté(e)
Serguei Zoubatov Membre 4 440 messages
29ans‚ Marchombre,
Posté(e)

@Serguei

La finalité du marxisme est (pour ce qui concerne la lutte des classes) la disparition des classes sociales, non la création de nouveaux antagonistes sociétaux. Le salariat, le capitalisme, les classes sociales sont la cible du marxisme car ils participent d'une société inique où l'étalon unique est la rentabilité, la productivité.

Je vous apprécie, Savonarol. Néanmoins, il m'apparaît que vous faites partit de ce type de marxistes qui n'as pas compris le marxisme.

Il y a deux groupes de marxistes. Tous deux travaillent sous le même drapeau et se croient "authentiquement" marxistes. Cependant... un abîme les sépare...

(Combien)... se bornent d'ordinaire à reconnaître extérieurement le marxisme, à le proclamer avec solennité... Ils transforment les principes vivants et révolutionnaires du marxisme en formules mortes... Ils font reposer son activité non sur l'expérience, ni sur les enseignement du travail pratique, mais sur les citations de Marx...

Liou-Chao-tchi, Pour être un bon communiste.

Autrement dit: ce n'est pas une vérité (un ensemble de notions, citations ou maximes plus ou moins dogmatiques) qui est appelée à régler l'action révolutionnaire du marxiste. C'est la pratique elle-même qui doit commander à la pratique. C'est l'action elle-même qui est, et qui doit être, la seule règle de l'Action.

Jean Ousset, Marxisme et Révolution.

Ainsi que l'a noté Rosenberg: "Marx ne partit point du prolétariat, de sa misère et de sa détresse, de la nécessité de libérer cette clase, pour aboutir à la conclusion que le seul moyen d'y parvenir est la révolution. Il parcourt le chemin exactement inverse... CHEERCHANT LES MOYENS DE REALISER LA REVOLUTION, MARX TROUVE LE PROLETARIAT."

Jean Ousset, Marxisme et Révolution.

Bref, la "lutte des classes" n'est pas un but. C'est juste un moyen pour faire avancer la révolution. Et celle-ci n'a pas de but:

"Il n'y a rien de définitif, d'absolu, de sacré devant (une telle conception), dit Engels; elle montre la caducité de toutes choses, et rien n'existe pour elle que le processus ininterrompu du devenir et du transitoire, de l'ascension sans fin de l'inférieur au supérieur, dont elle n'est elle-même que le reflet dans le cerveau pensant."

Jean Ousset, Marxisme et Révolution.

Seul compte le mouvement, l'action. Seule compte la révolution. La "lutte contre les classes sociales" n'est qu'un moyen lié à une époque.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
Tolan2 Membre 798 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Les classes, ça n'existent pas ou plus en France.

Il faut se mettre à jour...

On peut être pauvre et devenir riche, et riche et devenir pauvre.

On peut être salarié un jour et patron le lendemain.

Rien n'est interdit.

Il faut juste être compétant et prendre des risques.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
voileux Membre 7 191 messages
Mentor‚
Posté(e)

Me marxisme? L'humanité a assez donné (et le torchon l'Humanité a bien trop reçu, et il reçoit encore des subventions, en respiration articielle)

On sent que tu es vraiment à côté de la plaque en confondant marxisme (que tu n'as jamais lu) et communisme soviet où tu n'as jamais mis les pieds...

Le figaro comme tous les autres journaux est subventionné par l'état , par contre que tout cela soit terminé entièrement d'accord ....Que la presse crève , si il s'avère qu'elle est incapable de subsister par ses propres moyens, ce n'est que justice...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
zebusoif Membre 10 337 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)

Les classes, ça n'existent pas ou plus en France.

Il faut se mettre à jour...

On peut être pauvre et devenir riche, et riche et devenir pauvre.

On peut être salarié un jour et patron le lendemain.

Rien n'est interdit.

Il faut juste être compétant et prendre des risques.

j'ai l'impression moi que les classes existent en France : il y a des gens qui vivent dans les "quartiers", d'autres dans des "quartiers résidentiels", d'autres dans les "beaux quartiers", d'autres encore dans des chateaux.

Tout le monde peut devenir riche, mais ça ne fait pas disparaitre les classes. La mobilité sociale tourne au ralenti depuis pas mal de temps, ce qui rapproche de plus en plus notre modèle social d'une aristocraties.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

VIP, Gonade Absolutrice, Posté(e)
yop! VIP 20 446 messages
Gonade Absolutrice,
Posté(e)

Les classes, ça n'existent pas ou plus en France.

Il faut se mettre à jour...

On peut être pauvre et devenir riche, et riche et devenir pauvre.

On peut être salarié un jour et patron le lendemain.

Rien n'est interdit.

Il faut juste être compétant et prendre des risques.

C'est marrant, la réalité nous montre pourtant des clivages. Certes, les frontières ont changé, la mondialisation a fait bougé des choses, mais il me semble bien que des classes existent toujours... Les privilégiés tendent à garder leurs privilèges, les moins favorisés doivent toujours batailler pour emprunter un ascenseur social en panne 9 fois sur 10, les classes moyennes se rapprochent des précaires, les disparités entre l'hyper-classe et les pauvres sont de plus en plus affolantes.

Tu parles en théorie, en fait. Dans la pratique, c'est contredit.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
zebusoif Membre 10 337 messages
Maitre des forums‚
Posté(e)

C'est clairement contredit par les faits. En théorie, les grandes écoles (X, Mines, HEC, etc...), ticket (presque) obligatoire pour entrer dans la cours des grands, sont ouvertes à tous. Dans les faits, les enfants d'ouvriers, de chômeurs, d'immigrés ont beaucoup de mal à les intégrer.

Il y a toujours des exceptions : Gauss, fils de pauvre, apprend à compter sur les pierres tombales et devient l'un des plus grands mathématiciens de tous les temps. Ca n'arrive pas souvent.

La quasi absence de mobilité sociale implique l'existence de classes sociales.

Bien entendu rien ne le stipule dans les lois, ça pourrait être pire si on vivait dans un système de castes. Mais qui a envie de se comparer à l'Inde ? (je ne devrais pas dire l'Inde, mais l'image qu'on se fait de l'Inde)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
Marindeaudevie Membre 1 001 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

On sent que tu es vraiment à côté de la plaque en confondant marxisme (que tu n'as jamais lu) et communisme soviet où tu n'as jamais mis les pieds...

Le figaro comme tous les autres journaux est subventionné par l'état , par contre que tout cela soit terminé entièrement d'accord ....Que la presse crève , si il s'avère qu'elle est incapable de subsister par ses propres moyens, ce n'est que justice...

Bizarre quand même que tout ce qui était marxiste n'avait de cesse de nous vanter les mérites et les triomphes du socialisme réel, et de façon ô combien péremptoire, traquant l'anticommuniste assimilé à un réac, soucieux de ne pas désespérer Billancourt, crachant sur Soljenytsine, couvrant les horreurs du communisme en pourfendant les "sirènes du capitalisme mensonger"...

Et quand ce beau monde s'est retrouvé orphelin, ayant perdu leur patrie du socialisme, voilà t'y pas que le marxisme ça n'a jamais été le marxisme léninisme voyons, on a jamais mangé de ce pain là, faut pas croire, vous l'avez vu jouer où celle là, on a toujours dénoncé l'enfer communiste, le marxisme c'est bien autre chose, vous avez mal compris, mal lu !!!

Quel nigaud: "le communisme soviet où tu n'as jamais mis les pieds" !!! Je n'y ai jamais mis les pieds mais j'ai participé au soutien de Sakharov et Soljenitsyne pendant que tous ces trous du culs prêchaient la "libération" du Cambodge, mais qu'ils étaient cons avec leur catéchisme de merde !!!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
christine974 Membre 1 577 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Bizarre quand même que tout ce qui était marxiste n'avait de cesse de nous vanter les mérites et les triomphes du socialisme réel, et de façon ô combien péremptoire, traquant l'anticommuniste assimilé à un réac, soucieux de ne pas désespérer Billancourt, crachant sur Soljenytsine, couvrant les horreurs du communisme en pourfendant les "sirènes du capitalisme mensonger"...

Et quand ce beau monde s'est retrouvé orphelin, ayant perdu leur patrie du socialisme, voilà t'y pas que le marxisme ça n'a jamais été le marxisme léninisme voyons, on a jamais mangé de ce pain là, faut pas croire, vous l'avez vu jouer où celle là, on a toujours dénoncé l'enfer communiste, le marxisme c'est bien autre chose, vous avez mal compris, mal lu !!!

Quel nigaud: "le communisme soviet où tu n'as jamais mis les pieds" !!! Je n'y ai jamais mis les pieds mais j'ai participé au soutien de Sakharov et Soljenitsyne pendant que tous ces trous du culs prêchaient la "libération" du Cambodge, mais qu'ils étaient cons avec leur catéchisme de merde !!!

ouai ! ça fait penser à M'âme Aragon , quel enfer pour ceux qui restent droits dans leurs bottes

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×