Aller au contenu

chapati

Banni
  • Contenus

    6957
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de chapati

  • Rang
    Forumeur alchimiste
  • Date de naissance 12/25/1866

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Non mais on vise toujours la vérité bien sûr. Comme on vise l'objectivité... sans jamais l'atteindre. C'est une direction, un sens. Le texte de Deleuze n'a pas à être pris pour vrai ou faux, il s'agit de voir s'il est meilleur ou pire. Si c'est ainsi qu'on doit considérer la philo ou selon Platon par exemple. Dans la phrase de Deleuze, il est question d'une boite à outils conceptuels qui permettent d'appréhender au mieux les (vrais) problèmes auxquels on est confrontés. Ensuite y'a pas de vérité, juste que plus le clou est gros, plus c'est pas mal que le marteau le soit (et vice-versa), dans le genre. Donc est-ce que c'est plus intelligent de considérer des choses immuables gravées dans le firmament pour penser ou bien de fonctionner avec d'autres types d'outils, c'est à chacun de voir. Pour moi c'est tout vu. C'est pas avec les outils platoniciens ou kantiens que je fonctionne, en plus j'y crois pas je les réfute. Mais si t'es croyant, peut-être que les outils de la transcendance marcheront pas mal, c'est toi qui voit. Le problème c'est de comprendre au mieux au plus près, c'est tout ! Du coup on n'est plus dans un problème de "vérité" façon scientifique, ou une vérité remplacera celle d'avant, dans un système de progrès (remarquons d'ailleurs que tous les systèmes qui ont prétendu à un progrès de type "scientifique" en ce qui concerne l'homme ont toujours mené au fascisme). Donc certes on vire du "faux" en philo, de l'erreur de l'ignorance de la bêtise, mais faut être bien circonspect sur ce que l'on construit ! Perso ce que j'adore avec Deleuze, c'est cette façon de tout remettre en question, d'aller chercher les moindres traces de présupposés de préjugés, quasi les traquer. C''est ça qui dérange avec moi. Parce que des préjugés des présupposés j'en vois partout, sans cesse, nichés au cœur de l'inconscient des uns et des autres, et qui sous-tendent leur pensée, leur façon de faire et d'être.
  2. Ben voyons, il suffit de lire le fil. Sur ce (comme tu dis), retour au sujet après tes hs récurrents...
  3. Oui j'avais oublié signalé : insulté diffamé menacé signalé. Merci pour le rajout, belle âme !
  4. Ça sent le Nobel, votre altesse scientifique. "A ce lien entre philosophie et Science j'ai appris à cultiver la bienveillance" (sic, entre insultes menaces et diffamation) Aaah je ris, de me voir si bêêêlle en ce miroir (Castadivafiore)
  5. Avant de vous laisser entre vous, une anecdote sur Klein. Il devient rigolo Klein quand il parle de vertige. A un moment du lien fourni par Zenalpha, il nous dit : "c'est vertigineux"... Mais quand ? Ben au moment où il arrivé à une interrogation philosophique ! (c'est chou, non ?) Au moment où, tout émerveillé de comprendre que des lois régissaient les choses (une émotion qui doit pourtant dater du XVII ou XVIII° siècle), pour expliquer ce miracle de la mathématique il ne conçoit que deux solutions, une harmonie interne universelle ou externe. Externe en gros c'est Dieu ou ce qu'on veut de transcendant. Voila donc notre homme prétendant que la science rendrait une réponse accessible la Grande Question du Problème de Dieu (c'est rigolo les problèmes des scientifiques, un peu daté mais tellement utile , pas vrai ? ) Sans parler que philosophiquement, la question de l'harmonie date du XVIII° environ, et occupe des gens comme Kant ou Leibniz. Ça donne une assez bonne idée du retard de nos amis scientifique en philo. Bah, deux siècles a rattrapper dans l'histoire de la pensée, c'est pas la mer à boire...
  6. Ça m'intéresse pas ce que tu racontes, d'ailleurs c'est illisible. Va plutôt relire ta bouillie sur le fil Deleuze où tu racontes strictement n'importe quoi, comme quoi Deleuze (ou la philo on sait plus) inverserait causes et conséquences, ferait fi des variables ou je ne sais quoi, du pipo grandeur nature pour soi-disant un type qui prétend ici ne commenter que je-ne-sais quel article purement scientifique (qui n'a jamais existé) produit par Deleuze. Il semblerait qu'en éthique non plus TA science n'ait rien à dire. Je te dis TA science parce qu'heureusement existent aussi des scientifiques honnêtes qui ont autre chose à foutre que venir frimer en racontant n'importe quoi sur un forum populaire pour pas perdre la face. Et je ne refais pas pour ce coup l'historique de toutes les insultes que tu a proféré quasiment à chaque post envers la philo de Deleuze. Juste la dernière pour dire : "c'est de la cagade en barre" (à moins que, scientifiquement, ce ne soit considéré comme un argument) Va jouer avec tes équations et tes stats, petit bonhomme, va parader ta prétention (et diffamer) plus loin.
  7. Sur le topic Deleuze, on peut lire cette perle de Zenalpha : " "Pour ma part, je n'ai pas lu Deleuze (...) Toutefois, son mode de raisonnement concernant l'appréhension de la realité et son rapport à la science en particulier est celle du petit garçon à qui on a cassé les jouets" Donc voilà un type qui vient chier sur un philosophe dont il ne connait strictement rien, et en l'avouant en plus ! Il appelle ça des "arguments". Moi j'appelle ça de la merde ! Et ça se prétend "scientifique" ! Marre des clowns ! PS : je rappelle que ce fil etait de bonne tenue avant que tu débarques hors sujet pour chier sur la philo...
  8. Zéro argument, tu dis que la philo c'est rien et c'est tout ce que tu as à dire. Zéro argument, zéro intérêt. 100% frime fin de com
  9. Donc disais-je, libre a vous de relier philosophie à vérité mais il est une autre façon de considérer la philo, non comme une science supposée déterminer des "vérités", mais comme une façon de poser les problèmes de façon intelligente. Un problème bien posé étant un problème résolu. Science et philo c'est pas pareil, je le répète :la science s'occupe de la nature, la philo de l'homme. Dans cette conception de la philo, si l'expérience empirique est plus propice à cerner les faux problèmes que l'interprétation intellectuelle, il n'en reste pas moins qu'il s'agit de trouver les vrais problèmes, tout autant que d'élaborer des concepts supposés y répondre. Chaque problème est pris à hauteur d'homme, dans son actualité, là où il nous interroge ; chaque concept qui s'y rapporte développe son propre espace spécifique de pensée. Mais chaque concept interagit avec l'ensemble des concepts : une cohérence de l'ensemble de chaque plan conceptuel doit se retrouver au sein d'un plan philosophique de pensée où les concepts opèrent sans cesse de nouveaux découpages, font résonner sans cesse de nouvelles connexions de par la perspective qu'ils déploient. Le concept devenu indépendant de l'idéal de la représentation, l'objet de la philosophie n'est plus la vérité mais le sens : "Une théorie philosophique est une question développée, et rien d'autre : par elle-même, en elle-même, elle consiste non pas à résoudre un problème, mais à développer jusqu'au bout les implications nécessaires d'une question formulée. Elle nous montre ce que les choses sont, ce qu'il faut bien que les choses soient, à condition que la question soit bonne et rigoureuse (...) On voit combien sont nulles les questions posées aux grands philosophes. On leur dit : les choses ne sont pas ainsi. Mais en fait il ne s'agit pas de voir si les choses sont ainsi ou non, il s'agit de savoir si est bonne ou non, rigoureuse ou non, la question qui les rend ainsi". (Deleuze - Empirisme et Subjectivité)
  10. Apres la diffamation le pipo. Rien donc.
  11. Sale histoire... je repasserai voir dans 700 posts ! Merci pour la réponse... PS : je vais me faire des œufs au bacon
  12. J'ai pas lu les 784 reponses, désolé. Mais j'imagine que depuis, on SAIT maintenant pourquoi les chretiens mangent du porc ! Ou pas ? ...
  13. Oui m'enfin bon. Non je vote pas pour ce genre de type...
×