zebusoif

Membre
  • Compteur de contenus

    2 067
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de zebusoif

  • Rang
    Forumeur alchimiste

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  1. la "soft power" comme on dit. Les US sont pas obligés d'intervenir directement comme ils l'ont fait en Irak ou Vietnam, ça passe aussi par des guerres par proxy, par l'influence des élections avec les énormes moyens finaciers dont ils disposent, et de la complicité des élites locales. constatées... après que la droite ait encore perdu ces élections. Mais à ce qu'il semble l'opposition était absolument ravie du taux de participation et s'attendait à une victoire sans précédant pour ce scrutin. Mais, mauvais perdants comme toujours, ils contestent les résultats, alors que les élections étaient observées par de nombreux observateurs internationaux comme le fait remarquer @ouest35
  2. donc tu penses que si tu ne payes pas de charges sur ton salaire, avec l'augmentation de salaire qui en résulterait tu pourras te payer les assurances maladie, retraite, l'éducation pour tes gamins ? Je sais pas de combien ton salaire augmenterait si tu payais pas pour le social, mais, juste pour l'éducation, est-ce que t'es prêt à payer : - 5000 euros/an par enfant pour la maternelle - 6000 euros/an pour le primaire - 10 000 euros/an pour le collège - 15 000 euros/an pour le lycée - 20 000 euros/an pour la fac (à la limite ça c'est pas ton problème, c'est tes gamins qui s'endettent pour leurs études supérieures) Je te parle des prix que je vois dans le privé. Si tu as 2 gamins, de la maternelle au lycée ça fait 250 000 euros. Pour le public, le prix moyen par élève par an est de 7 470 euros. Pour 2 enfants de la maternelle au lycée tu en aurais pour 200 000 euros. Tu vois ces chiffres : pour moi il est évident que ce ne sont pas des personnes qui gagnent aujourd'hui autour de 1750 euros/mois (salaire médian), qui pourraient le supporter, même en payant pas de transferts sociaux. Et derrière ça il faut aussi payer tes assurances maladie, retraite....
  3. ce qui me dérengerait, c'est qu'on entre en guerre à cause de tout le flip qu'on met dans la tête des gens. Une guerre civile ou un truc du genre, certains sur ce forum l'appellent de leur voeux.
  4. et depuis la fin de l'URSS les Etats-Unis ont arrêté leurs ingérences en Amérique du Sud "Justement parce que l'opposition et les anti wall street étaient contre Goldman Sachs qui roule pour le PDVSA et que Maduro rembourse rubis sur l'ongle " parce que ce sont des sanctions !
  5. je confonds pas un français moyen et un patron du CAC40. Pour ton information dans la quasi totalité des cas le business se fait avec des gens qui ont des revenus moyens. C'est marrant mais jamais un ultra-riche est venu sur les stands de mes proches acheter des bijoux à 5 euros (j'ai pas mal d'indépendants dans ma famille). Et lorsque la fortune de ceux là est multipliée par 4, qu'est-ce que tu veux que ça change à la plupart des business ? je vois la situation des indépendants d'assez près, et toi ?
  6. il y a 10 000 suicides par an en France et 100 fois moins de morts par attentat, mais on décide de faire des exercices de situation d'urgence en cas d'attaque terroriste, et rien contre les suicides ? Le type de Lidl qui s'est suicidé dans son entrepot malgré tous les avertissements donnés par les médecins du travail on a rien fait. On voir les priorités en France : faire flipper le français moyen, et lui donner la haine.
  7. et bien moi, non ben alors paye tes études, pays tes assurances, paye ta retraite. Je crois pas que ça marche si bien que ça. Surtout si c'est pour laisser ceux qui sont pauvres crever la gueule ouverte, c'est pas vraiment le monde dans lequel j'ai envie de vivre c'est bien gentil de dire "si tu créé des richesses", pour les créer il faut vendre un produit avec une marge, mais tu vends à qui ? à un moment il te faut des clients solvables, c'est bien beau de monter des plans de business, mais si les gens n'ont pas de fric comme c'est le cas aujourd'hui, d'où va venir l'argent, tu vas l'imprimer peut-être ? Je te le redis, j'ai des indépendants dans ma famille, je vois comme ça se passe.
  8. je comprends votre raisonnement par rapport à la pauvreté mais il n'est pas tout à fait exact, parce que ce n'est pas tout à fait la façon de calculer le taux de pauvreté : vous avez l'air de dire qu'il n'existerait aucune situation pour laquelle il n'y aurait pas de pauvre, parce que la pauvreté est relative au salaire du reste de la population. Or, toujours selon votre raisonnement, il y aura toujours des premiers et des derniers, et les derniers seront toujours comptés comme pauvres, même si nous sommes tous milliardaires. Donc il y aura toujours des "pauvres". Mais, comme je l'ai appris récemment, la pauvreté ne se mesure pas tout à fait comme ça. Si elle se mesure effectivement par rapport aux revenus du reste de la population, ce n'est pas parce que les revenus d'une personne est le plus bas que cette personne sera forcément considérée comme pauvre car : une personne est dite pauvre lorsque ses revenus sont inférieurs à 60% du revenu médian* il en ressort qu'il y a des situations au moins théoriques pour lesquelles il n'y a pas de pauvres : si l'écart maximum entre salaires ne dépasse pas 40% par exemple. Pour ce qui est du concret, on remarque que moins il y a d'écarts entre les salaires, moins il y a de pauvres. Alors évidemment, une remarque que vous pourriez me faire est qu'un pauvre de France n'est pas un pauvre du Bengladesh, donc les conditions dans lesquelles les pauvres vivent sont quand même relatives au reste de la population. *le salaire médian est le salaire pour lequel on trouve autant de personnes qui gagnent plus que de personnes qui gangnent moins, c'est à peu près 1700 euros en France. ça se créé, ça se vole aussi. Pense à la Libye, à l'Irak, aux histoire coloniales européennes, à l'histoire impérialiste américaine. ce n'est plus le sens dans lequel on va aujourd'hui malheureusement. Et ce ne sont pas les capitalistes qui nous ont donné ce que nous avons : nous avons dû le prendre. Pour rappel, les jours de congés hebdomadaires, les congés payés, la semaine de 45 heures, ce sont les syndicats. La sécurité sociale c'est la CNT à la sortie de la guerre, qui a pu l'exiger des patrons qui se sentaient péteux, car ils avaient presque tous collaboré avec l'occupant NAZI. Un truc à ne pas oublier.
  9. Comme si c'était que pour ça, tu crois que si tu payais des assurances privées ça te coûterait moins cher ? Tu serais tout le temps à crédit. Très bien, pour vendre à qui ? Aux autres qui montent aussi leur propre boîte ? C'est pas le seul problème mais faut pas l'oublier
  10. En tous cas certains n'ont pas le monopole des incivilités Je sais pas de quoi tu parles quand tu dis "le pays", mais ce qui est sûr c'est que plus les riches concentrent les richesses entre leurs mains, moins il y en a pour les autres. Les richesses des 500 plus grandes fortunes de France est passée de 6% à 25% du PIB et pendant ce temps là les autres se sont appauvris ou ont stagné. Mais tu dis que la pauvreté à pour cause l'immigration ?
  11. qui parle de tout prendre à tous les riches ? Une juste redistribution, c'est à dire chacun paye en fonction de ce qu'il utilise, et on aide ceux qui sont dans la difficulté, on prend pas aux pauvres pour donner aux riches. Et dans ce modèle les riches doivent être plus taxés que les pauvres. Mais t'inquiète pas ils sont encore très très riches. Et nous, citoyen lambda, on vit pas dans des villes avec des rues qui deviennent des poubelles, obligés de loger en résidences gardées, entourés de barbelés, comme en Amérique du Sud. Car oui en ce moment ce sont les riches qui sont responsables du chômage. Leur capital passe de 6% à 25% du capital et contrairement à ce que tu évoques (le luxe fait travailler des petites mains), leur capital ne "ruisselle" pas parce qu'il est sur des comptes en banque ou investi dans des actions qui ne rapportent rien aux entreprises, ni à l'état.
  12. au moins du temps où c'était la démocratie au Venezuela (enfin avant Chavez quoi :D), et que le Venezuela avait la "communauté internationale" dans sa poche, comment le gouvenrement a réglé son compte à ceux qui protestaient contre les réformes libérales déjà ? en envoyant les militaires tirer dans le tas, 3000 morts. Mais c'était mieux que sous le chavisme à n'en pas douter, c'était un gouvernement tout à fait respectable, qui savait tenir "sa" feuille de route. parce qu'on est allé en Libye pour a démocratie, pas pour tuer dans l'oeuf le projet du Dinar Or qui aurait concurencé le CFA. Pour sauver les civils, pas pour confisquer les avoirs libyens, ni leur pétrole. Les libyens doivent nous remercier de la chouette periode qu'ils ont vécu et qu'ils continuent de vivre grace à nous.
  13. je suis d'accord sur le constat, m'enfin moi je vois ça comme la conséquence d'un partage de richesses de plus en plus mal réparties : tout le monde s'appauvrit et passe à l'échelon inférieur, sauf les 1% des plus riches qui eux s'enrichissent comme jamais. Mon discours de gauchiste : je pense pas que la solution soit que l'avant dernier échelon se retourne contre le dernier échelon, et vice et versa. Il faut s'attaquer au gars qui a des yatchs et le forcer à redistribuer un peu de ses richesses, dont d'ailleurs on a du mal à comprendre ce qu'il va en faire. peu importe, ce qui compte est que les richesses soient bien réparties. En 20 ans le cumul des 500 plus grosses fortunes de France est passé de 6% à 25% du PIB. Pendant ce temps là les gens normaux se sont appauvris. C'est quand même à chier.
  14. L'ISF sur certains avoirs ? (Yatch, actions...)
  15. Cest pas le 1% des plus riches qui fait tourner LVMH. Et ce sont pas les très riches en achetant des chaussettes, fussent elles à 50 000 euros la paire, qui feront tourner l'économie. Et moi je vois très bien qui paye pour leexonérations d'impôts des riches, c'est sont les bénéficiaires des APL, allocs, etc... On s'en tape pas, simplement faut remettre les choses dans leur perspective de temps en temps. Je vis dans un pays où ils y a régulièrement des attentats, mais y a pas un flip et une haine pareille.