Aller au contenu

2012 : le FN au pouvoir, la France sort de l'euro...


transporteur

Messages recommandés

Membre, forumeur révolutionnaire, 48ans Posté(e)
transporteur Membre 23 297 messages
48ans‚ forumeur révolutionnaire,
Posté(e)

Dans la France postcrise, la "sinistrose" est de saison. On s'alarme pêle-mêle d'un Etat-providence à l'agonie, de déficits publics à la dérive, d'une compétitivité qui s'étiole. Le moral des ménages est en berne, miné par les chiffres du chômage et la perte de pouvoir d'achat. La Chine fait peur. L'Europe ne rassure pas... Aux Français angoissés, Marine Le Pen propose sa recette. Simple, rassurante, efficace. Du moins si l'on en juge par les derniers sondages qui placent la patronne du Front national (FN) en tête du premier tour de l'élection présidentielle de 2012.

On l'a compris, Mme Le Pen veut mettre l'accent sur l'économie et le social. Un thème porteur en ces temps de croissance molle et de crise morale du capitalisme. Pour un inventaire complet de ses propositions, inutile de cliquer sur l'onglet "Economie et budget" de la page Internet consacrée au programme du FN. "Cette partie est en cours de réactualisation. Merci de revenir dans quelques jours." Nous n'avons pas voulu attendre. Voici donc, sur la base des discours et des interventions médiatiques de la candidate d'extrême droite, un petit exercice de politique-fiction.

Printemps 2012. Comme l'avaient prédit certains sondages, pourtant qualifiés par les observateurs d'obscurs et farfelus, Mme Le Pen a accédé à la magistrature suprême. La voilà enfin en mesure d'appliquer son "modèle économique et social patriotique" professé pendant les longs mois de campagne. Avec un mot d'ordre : l'Etat. "Marine" a fait comprendre qu'elle ne partageait guère la vulgate libérale défendue par son père et prédécesseur à la tête du FN. Il n'est plus question des dogmes d'un Jean-Marie Le Pen, avocat de la retraite à 65 ans, de l'abrogation des 35 heures, de la refonte de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et pourfendeur de l'"interventionnisme étatique".

La cible, en revanche, reste la même : la mondialisation, dont les vices (concurrence sans frein, démantèlement de nos économies, baisse du niveau de vie) sont aggravés par une Europe "totalitaire". A ces maux, deux remèdes : un "protectionnisme social et territorial" mâtiné de préférence nationale. Et une sortie de l'euro. Sur ce dernier point, la nouvelle équipe dispose d'un plan en 12 points sur la marche à suivre, élaboré dès l'hiver 2010.

Résumons. La France négocie un départ "groupé" de l'euro avec les maillons faibles de la zone. Le franc est remis en circulation à parité de 1 franc = 1 euro. S'ensuivent la mise en place d'une surveillance administrative des prix puis une dévaluation compétitive de 20 % à 25 %. Pour se dégager de la tutelle des marchés, la loi de 1973 est abrogée : le Trésor peut à nouveau emprunter auprès de la Banque de France à des taux très bas, voire nuls.

Dans un souci de protectionnisme, un contrôle des changes est établi. Une nouvelle politique douanière taxe lourdement les importations en provenance de Chine mais aussi d'Allemagne et d'Italie. Les prix augmentent, mais les salaires sont réindexés sur l'inflation. Pour résorber ses déficits, enfin, l'Etat majore le coût des cotisations sociales pour les étrangers légalement présents en France.

Oui, mais voilà. La sortie de l'euro, au sein de la zone, personne n'en parle. Malgré des cures d'austérité drastiques, ni la Grèce, ni l'Espagne, ni l'Irlande n'en ont émis le souhait. Supposons que la France maintienne son projet. Elle quitte seule l'Union monétaire. Nombre d'entreprises se retrouvent alors asphyxiées sous le poids de leurs crédits libellés en euros. Même chose pour l'Etat, dont l'endettement devient insupportable.

Avec un franc dévalué de 20 % à 25 %, le pétrole et les matières premières - importés - se renchérissent d'autant, pénalisant gravement le pouvoir d'achat. Les salaires montent, mais se paient lourdement pour les entreprises en compétitivité. De toute façon, la mise en place d'une politique protectionniste les prive de nombreux débouchés. Les taxes imposées aux produits chinois ou allemands se traduisent immédiatement par des mesures de rétorsion dans les pays concernés.

Problème : en France, un actif sur quatre, dans le secteur privé, dépend de l'exportation. In fine, tout se contracte, les bénéfices des entreprises, les salaires, la croissance. Seuls le chômage et les déficits explosent. Le recentrage des aides sociales sur les nationaux français, en plus d'être anticonstitutionnel et d'une brutalité inouïe, ne paraît pas franchement à la hauteur de l'enjeu.

Dans ce contexte, qui voudra encore prêter à la France ? Ah oui, le FN parle de monétiser la dette. Les Etats-Unis le font bien, via la Réserve fédérale américaine (Fed). Sauf que le franc n'est pas le dollar. A ce jeu-là, notre ex-nouvelle devise aura vite fait de se métamorphoser en monnaie de singe.

A y regarder de plus près, le scénario proposé par Mme Le Pen est moins limpide et surtout moins sécurisant qu'il n'y paraît. Il a tout d'un grand saut dans l'inconnu aux conséquences aussi troubles qu'inquiétantes. Il ne faut pas chercher loin pour trouver des économistes de tous bords prêts à le confirmer. Aux yeux de l'essayiste libéral Nicolas Baverez, le projet du FN fleure bon le retour au programme commun de la gauche, "avec la préférence nationale en plus". "C'est une volonté de reconquête du marché intérieur comme en 1981 avec les conséquences que l'on sait : plus de dettes, moins de croissance, la liquidation de milliers d'entreprises, indique M. Baverez. Cette fois, il ne faudra pas deux ans avant que le Fonds monétaire international soit à nos portes, mais à peine deux mois."

L'économiste Thomas Piketty, proche du Parti socialiste, souligne, lui, les idées "folles et destructrices" d'un FN qui prétend pouvoir négocier à armes égales avec les marchés : "Pour cela, on a besoin d'une Europe forte, surtout pas d'une France mise à une échelle lilliputienne. La Banque centrale européenne est capable de tenir tête aux spéculateurs. La Banque de France, seule, se ferait rouler dans la farine."

Même l'eurosceptique Christian Saint-Etienne, pourtant cité comme source d'inspiration en préambule du fameux programme en 12 points, affirme qu'"une sortie de l'euro à froid est politiquement et techniquement infaisable, voire suicidaire".

Il paraît que de brillants économistes soutiennent les thèses frontistes. Mais le FN ne veut pas donner leurs noms...

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/0...tor=AL-32280184

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Administrateur, Clyde Barrow, 39ans Posté(e)
Caez Administrateur 20 134 messages
39ans‚ Clyde Barrow,
Posté(e)

Entre le cout de tout remettre en Franc, recréer la monnaie, ...

On va en dépenser des milliards :cray:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité nicoplv
Invités, Posté(e)
Invité nicoplv
Invité nicoplv Invités 0 message
Posté(e)

Oai, je suis bien d'accord avec toi !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Forumeur , Posté(e)
Epsilon30 Membre 2 871 messages
Forumeur ,
Posté(e)

Dites ce que vous voulez, mais la vie était moins chère avec le franc.

Avec l'euro on se l'est bien fait mettre. Le nombre de ménage qui n'arrive plus à joindre les deux bouts à la fin du mois a explosé. Et ne parlons pas des retraites ou des personnes se retrouvant dans la merde parce que leur boite a fermé pour aller s'installer à l'étranger à cause de l'euro qui a une valeur supèrieur à celle du dollar.

Seul les rois de la finances se frottent les mains, les riches n'ont jamais été aussi riches.

Donc si le FN propose de sortir la France de la zone euro, ce n'en sera que mieux.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 51ans Posté(e)
clac41 Membre 2 432 messages
Baby Forumeur‚ 51ans‚
Posté(e)

Communiqué de Presse de Marine LE PEN, Présidente du Front National

Une nouvelle fois, les dirigeants européens se réunissent à Bruxelles afin de tenter de sauver ce grand malade qu'est l'euro.

A ce stade, il ne s'agit plus de politique, mais d'acharnement thérapeutique guidé par un dogmatisme destructeur.

Pour sauver leur euro, les élites européennes veulent en effet adopter un « Pacte pour l'euro », qui se traduira par une régression économique et sociale sans précédent (report automatique de l'âge de départ à la retraite, baisse du pouvoir d'achat, entre autres choses).

Ce Pacte pour l'euro repose sur un principe directeur : les politiques sociales et les peuples doivent être les variables d'ajustement dans la crise, puisqu'on refuse de toucher à la vache sacrée euro, et d'utiliser ainsi l'arme monétaire, ce que font pourtant tous les autres pays.

Alors que l'ombre du directeur du FMI plane sur Bruxelles, les dirigeants européens et Nicolas Sarkozy mettent donc un nouveau coup d'accélérateur dans la mauvaise direction, celle de « l'euro à tout prix », sans tenir compte de l'échec total de cette politique jusqu'ici.

Ainsi, la Grèce et l'Irlande ne se relèvent pas, bien au contraire puisque les taux grecs atteignent de nouveau des sommets historiques, et d'autres pays de la zone euro sont en passe de tomber : le Portugal, et l'Espagne. Sur ces deux pays, pas un mot des dirigeants européens et de Nicolas Sarkozy, englués dans leur idéologie ringarde. Et pendant ce temps, les coûteux « plans de sauvetage » successifs plombent la dette française.

Marine Le Pen, Présidente du Front National, propose de rompre avec le régressif et dogmatique « Pacte pour l'euro », au profit d'un nécessaire « Pacte pour les peuples », beaucoup plus crédible pour assurer notre redressement économique et social.

Ce Pacte pour les peuples se fixe deux objectifs simples : les peuples et les politiques sociales ne doivent pas être sacrifiés sur l'autel de l'euro, et l'économie doit être relancée par une politique monétaire enfin efficace.

Ces objectifs de bon sens appellent plusieurs mesures : prendre acte de l'échec de l'euro, en organisant une sortie concertée de la zone euro. Le Front National a publié un plan détaillé sur ce point, et estime comme nombre d'économistes que c'est une condition essentielle pour oxygéner l'économie et l'emploi (notons qu'une majorité d'Allemands sont mécontents de l'euro d'après de récents sondages). Il faut en parallèle mettre en place des protections raisonnées aux frontières alors qu'aujourd'hui la zone euro est la région la plus libre-échangiste du monde. En France, un Etat stratège doit rompre avec l'ultralibéralisme.

sm-plus.gif

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre+, débatteur invétéré, 35ans Posté(e)
femzi Membre+ 5 626 messages
35ans‚ débatteur invétéré,
Posté(e)

en toute franchise moi je l'aime bien ce débat.

je le trouve meme crucial.

le probleme est justement sa haute complexité qui echappe a la compréhension limitée du commun des mortels (dont je fais parti).

et c'est la tout le paradoxe:

l'argent (l'euro en l'occurence) nous l'utilisons TOUS et TOUTES.

mais combien d'entre nous en discerne les tenants et les aboutissants?

tres peu, a vrai dire juste une petite elite d'economistes financiers qui comme tout corps scientifique

se divise entre communautés: de l'ultra-liberaliste à socialiste. (communiste?)

mais qui detient LA théorie miracle qui peut assurer l'interet du plus grand nombre?

car c'est bien le devoir d'une nation REPUBLICAINE-DEMOCRATE non?

bref je m'egare...

pour en revenir au sujet de l'euro, moi j'aimerais bien voir sur une chaine public comme la deux, a heure de grande ecoute (juste apres le JT) un grand debat bien organisé opposant des VRAIS economistes d'opinions completement opposées qui defendrait chacun en nous expliquant clairement et concisement pourquoi il serait BON ou MAUVAIS de "modifier" le systeme financier actuel axé autout de l'euro.

une grande lecon/debat televisé d'introduction a l'economie quoi.

mais ca c'est de l'utopie; c'est tellement de gaver les "gens" (la populace) de pain rassis, et de jeux stupides. l'obscurantisme est le climat idéal pour gouverner dans l'interet d'une elite.

bref, je sais meme pas pourquoi j'en parle, a vouloir changer (ameliorer) le systeme je risque de passer pour un révolutionnaire que je n'assumerai meme pas.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Serial shooter, 55ans Posté(e)
Mr Wolfe Membre 5 563 messages
55ans‚ Serial shooter,
Posté(e)

J'avoue que ce débat autour de l'euro me fait marrer (enfin, c'est nerveux parfois).

Mettre tous les problèmes économiques auxquels la France est confrontée sur le dos de l'euro me parait d'une faiblesse d'analyse déconcertante.

Les choix politiques imposés par les pouvoirs financiers auraient été les mêmes en franc, voire en sel ou en bananes (oui, on en a pris des belles).

Enrichir les banques via la dette publique, privatiser l'énergie, privatiser les soins, déresponsabiliser l'Etat pour reporter les charges localement, etc, etc, etc...

En quoi le fait d'être resté au franc aurait changé quoi que ce soit à cette politique ?

Par contre, l'euro et l'Europe représente des coupables faciles qui permettent aux politiciens respectifs de se dédouaner de leurs choix et responsabilités.

Quand le sage montre la Lune, l'imbécile regarde le doigt. - proverbe chinois -.

Le FN ne fait que dire aux gens de regarder et couper le doigt.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre+, débatteur invétéré, 35ans Posté(e)
femzi Membre+ 5 626 messages
35ans‚ débatteur invétéré,
Posté(e)

+1 @ Mr Wolfe

c'est pas faux ce que vous dites: "ca n'aurait pas forcément été mieux en restant a l'euro"

cela dit en blamant l'Etat, les puissants et l'elite, vous n'apportez pas non plus ni de solution ni meme votre opinion si ce qu'il vous semblerait bon et realiste de faire pour une société meilleure.

quoique je devine par deduction que vous defendriez plutot un modèle social-democrate, avec un etat (une union europeenene?) FORT(e) mais JUSTE. c'est a dire dans l'interet du plus grand nombre n'est ce pas?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Sur le départ , 46ans Posté(e)
Liutprande Membre 4 829 messages
46ans‚ Sur le départ ,
Posté(e)
Dites ce que vous voulez, mais la vie était moins chère avec le franc.

Avec l'euro on se l'est bien fait mettre. Le nombre de ménage qui n'arrive plus à joindre les deux bouts à la fin du mois a explosé. Et ne parlons pas des retraites ou des personnes se retrouvant dans la merde parce que leur boite a fermé pour aller s'installer à l'étranger à cause de l'euro qui a une valeur supèrieur à celle du dollar.

Seul les rois de la finances se frottent les mains, les riches n'ont jamais été aussi riches.

Donc si le FN propose de sortir la France de la zone euro, ce n'en sera que mieux.

je suis navré mais vous ne pouvez pas dire uniquement cela en ayant une réflexion de rétroviseur : que l'euro a posé une inflation masquée, certes. Tout mettre sur le dos de l'euro est plus qu'abusif : l'augmentation des matières premières est réelles mais si nous étions en Franc constant, combien paierions-nous le litre d'essence? L'euro nous garantit un achat de brent moins cher que si nous étions en Franc constant.

Le post liminaire de Transporteur montre bien combien il serait suicidaire de sortir de l'euro car nos entreprise seraient asphyxiées!

D'autre part, si l'UE est une puissance commerciale, il ne faut pas omettre que cela est rendu possible par des échanges commerciaux intra-communautaire! Nous nous en exclurions d'office créant une balance commerciale déficitaire par des importations trop chères et des exportations irréalistes pour nos partenaires commerciaux qui privilégieraient les rapports intra-communautaires!

Bref cette volonté du FN de vouloir revenir au Franc est de la pure folie économique car elle se base sur une vue de l'esprit : la France est à elle-seule une puissance économique viable! Or c'est faux!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, forumeur révolutionnaire, 48ans Posté(e)
transporteur Membre 23 297 messages
48ans‚ forumeur révolutionnaire,
Posté(e)

C'est juste du populisme de bas étage,si ils étaient au pouvoir il est évident qu'ils ne le feraient pas bien conscient de la merde dans laqu'elle celà nous mettrai notament sur les point cité dans l'article du Monde.

Le FHaine ne surfe que sur le dégouts des gens en leur proposant des bouc émiisaaire tout trouvé,mais au fond leur reméde serait bien pire que le mal.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité 1107tang
Invités, Posté(e)
Invité 1107tang
Invité 1107tang Invités 0 message
Posté(e)
Dites ce que vous voulez, mais la vie était moins chère avec le franc.

Oui c'est vrai mais les salaires ont augmentés aussi.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Empecheur de debattre en rond!, 32ans Posté(e)
tom777 Membre 2 055 messages
32ans‚ Empecheur de debattre en rond!,
Posté(e)

"L"augmentation des salaires" n'est rien comparer a la flamber des prix depuis qu'on est passé a l'¿uro!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Invité 1107tang
Invités, Posté(e)
Invité 1107tang
Invité 1107tang Invités 0 message
Posté(e)

Je suis pas d'accord, c'est vrai aujourd'hui la vie est très chère mais les plus grande augmentations dates d'après le passage à l'euro (prix du gaz, du carburant, du blé, l'immobilier, etc...). L'euro à profiter au petits commerçant, et aux grande surfaces qui ont augmentés leur marge mais les grandes surfaces font beaucoup de promotions et presque en permanence. Ceux qui ont le plus profité lors du passage à l'euro sont les artisans pourtant ils sont toujours défendu face au grandes surfaces.

L'alimentaire coute pas si chère que ça si on achète intelligemment.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Posté(e)
floreal Membre 202 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

je me demande comment réagirai la bourse si marine le Pen est élu ^^

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 61ans Posté(e)
pilgrim Membre 1 003 messages
Baby Forumeur‚ 61ans‚
Posté(e)

Se qui compte c'est l'économie réel du pays et non la bourse et sa spéculation, se qui compte en particulier est son économie interne, l'exportation et l'importation sont secondaire au début,.

IL est vrai que au début la France en bavera.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, , 56ans Posté(e)
Afarensis Membre 3 752 messages
56ans‚ ,
Posté(e)
IL est vrai que au début la France en bavera.

Croire que ce ne sera qu'au début est une erreur de ...débutant!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 61ans Posté(e)
pilgrim Membre 1 003 messages
Baby Forumeur‚ 61ans‚
Posté(e)

Sauf que avec ce système monétaire aujourd'hui le petit peuple et la classe moyenne en bavent depuis 1974, et il n'y a aucune raison que cela s'arrête jusqu'à l'effondrement monétaire qui ruinera non seulement les banques et la bourse dont le peuple s'en fout, mais cela ruinera le peuple bref l'économie réel, cela sera l'hyperinflation. Et ça c'est une certitude.

Avec la sortis de l'euro et l'abrogation de la loi de 1973 cela sera infiniment plus court la galère.

Maintenant la nouvelle monnaie peut avoie le nom que l'on veut, le franc, la livre ou l'écu par exemple, mais basé sur du solide, c'est à dire par exemple le bronze, l'argent et l'or.

Bien sur il devrai y avoir une transition.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 105ans Posté(e)
Animeletro Membre 189 messages
Baby Forumeur‚ 105ans‚
Posté(e)

Le FHaine ne surfe que sur le dégouts des gens en leur proposant des bouc émiisaaire tout trouvé,mais au fond leur reméde serait bien pire que le mal.

Cela aussi c'est du populisme de bas étage..................... :cray:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 51ans Posté(e)
clac41 Membre 2 432 messages
Baby Forumeur‚ 51ans‚
Posté(e)

Le FHaine

L'orthographe

C'est Front National ..Ou

L'abréviation FN

Merci de rester correct

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 38ans Posté(e)
cheuwing Membre 15 675 messages
Maitre des forums‚ 38ans‚
Posté(e)
Maintenant la nouvelle monnaie peut avoie le nom que l'on veut, le franc, la livre ou l'écu par exemple, mais basé sur du solide, c'est à dire par exemple le bronze, l'argent et l'or.

le problème technique c'est que l'or n'est plus la valeur étalon depuis la crise de 1929. Les accords de Bretton Woods l'ont achevé.

Si on fait ca il faudrait que tous les pays du monde le fassent et respectent la règle du jeu

L'Euro a permis de se détacher de la valeur dollar, de créer des fonds, d'améliorer le dynamisme entre régions limitrophe

Revenir a une monnaie nationale nous ferait repartir de zéro et vu que cette guerre des monnaies est instable avec la fin de l'étalon-Dollars,

on ne tiendrait pas le choc économiquement face à la spéculation de la monnaie

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×