Pour ou contre l'avortement

The_Dalek Membre 18 089 messages
IPH‚ 36ans
Posté(e)

Ce qui est quand même hallucinant, c'est cette volonté de jugement, se poser en détenteur de la morale

Accompagnez une fille qui va se faire avorter, vous verrez, vos beaux discours, pro ou anti ne pèsent pas bien lourd dans ces cas la

Mas bien sur on est en France, les beaux principes importent beaucoup plus que la souffrance et la détresse

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité M Libre
Invité M Libre Invités 0 message
Posté(e)

.

Modifié par M Libre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Constantinople Membre 9 078 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Bien sur que non, le droit n'est pas absolu sur la vie qu'elle porte en elle, puisqu'il est limité par la durée des trois mois.

Toi tu veux plus, mais tu ne peux pas nier que le droit n'est pas absolu. S'il l'était, alors elle pourrait avorter jusqu'à la naissance. Ce n'est pas le cas.

à l'inverse, tu n'as pas donné d'explications qui justifierait qu'on retire à une personne le droit à disposer de son corps.

J'ai montré l'inverse de ce que tu dis dans les deux cas, et continuer a prétendre l'inverse n'y changera rien. D'ailleurs ce n'est pas exacte, il ne s'agit pas de retirer le droit d'une personne a disposer de son corp mais de montrer l'inadéquation du droit avec la situation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Favras Membre 297 messages
Forumeur activiste‚ 28ans
Posté(e)
Pour ma part, je considère que nous,femmes d'aujourd'hui,sommes "les filles et petites filles des 343 salopes."

Les pauvres. C'est un comble. Elles qui mettaient tant de hardiesse à avorter, voilà qu'elles se retrouvent avec plein de « filles et petites filles ».

Les femmes qui ont demandé ce droit et obtenu n'avaient pas tous les moyens de contraception que nous avons aujourd'hui.

D'ailleurs à cette époque, Simone Veil ne souhaitait pas la banalisation de l'avortement que nos fossoyeurs post-humanistes, nos morbides néo-progressistes défendent aujourd’hui par la déshumanisation du fœtus ; elle considérait clairement l'avortement comme un drame, et les partisans de la dépénalisation de l'avortement étaient convaincus que le développement des moyens de contraception réduirait le nombre d'avortements. Or le nombre d'IVG est resté constant, massif, malgré l'arsenal de contraceptifs qui s'est développé, malgré tout le flan-flan préventif et la consommation industrielle de latex à tous les gouts et à toutes les couleurs ; malgré la pilule du lendemain, du surlendemain et de la veille ; le stérilet et l'implant ; les spermicides et autres patchs, l'anneau vaginale, sans parler des impensables « capes cervicales », « diaphragmes » et autres « progestatifs injectables ».

http://www.choisirsacontraception.fr/

Parallèlement, le souhait de la mère n'a pas priorité absolue sur la vie qui se développe en elle, puisque l'avortement n'est légal que jusqu'à 3 mois.

Avant ce délai, le souhait de la mère prévaut car c'est SA vie et SON corps avant tout.

Ce délai est purement arbitraire, il a d'ailleurs été allongé insensiblement en 2001. Avant trois mois le fœtus est une vie humaine, et après trois mois c'est toujours le corps de la mère. Incohérence argumentative : arguments avortés.

le droit à disposer de son corps est inscrit dans les droits de l'homme

Soit nous vécûmes deux siècles et demi en opposition avec nos Droits de l'Homme, soit vous réinterprétez ceux-là à votre guise. La "disposition de son corps" érigée en sacro-saint principe devrait donner libre droit à la prostitution, à un esclavagisme volontaire, au commerce des mères porteuses, mais également au suicide sans que personne ne tente de s'y opposer, etc...

Je considère surtout que le droit d'avorter est une bonne chose et les grands discours pompeux fait depuis une lointaine tribune ne pèsent rien, ne serai ce que face a une femme violée enceinte de celui qui l'a agressée

Justifier 200 000 avortements à l'année en brandissant les 1% de femmes violées, voilà un cas d'école en matière de démagogie.

pour certains, la bonne moralité et leur confort intellectuel prime sur tout, y compris un droit durement acquis

La "bonne moralité" est la moralité moderne : celle qui considère l'avortement comme un progrès féministe intouchable. Ici le « bien-pensant » c'est vous.

si une femme veut avorter qu elle avorte , les hommes mise a part ceux du secteur medicaux .. doivent se contenter de la fermer car ca les concerne pas .. si vous etes pas gynéco de quoi vous vous melez ? en quoi ca vous concerne notre corps . votre avis vous le prenez et vous vous le mettez la ou vous voulez , on est d accord ?

Quand il s'agit d'assumer la vie d'un enfant, la féministe grogne qu'il a été fait à deux ; mais quand il s'agit de décider de sa mort prématurée, c'est son corps et rien que son corps...

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Magus
Invité Magus Invités 0 message
Posté(e)

La calomnie n'honore pas vous savez... encore moins sous les oripeaux des propos fallacieux. L'éthique scientifique tranche ces débats depuis plusieurs décades : des gens versés, quoi... Extraits, en tous cas, d'arrières pensées dogmatiques, eux. Je crois que tout esprit normalement constitué est capable, par ailleurs, de conceptualiser que défendre l'intégrité d'un droit tel que, n'induit pas quelconque mépris pour l'embryon, ni n'exclue l'empathie pour les femmes concernées. D'autant que, mais c'est là que le discours faussement épris de sentimentalisme en prend un coup : vous ne savez absolument pas quels sont les parcours des intervenant(e)s avant d'apposer le dénigrement des jugements de valeur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Noisettes Membre+ 9 510 messages
Un manuscrit dans une main, une boussole dans l'autre‚ 33ans
Posté(e)

J'avais une amie qui aurait préféré ne pas venir au monde que de vivre de qu'elle a vécu quand elle a appris qu'elle avait été une enfant adoptée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Favras Membre 297 messages
Forumeur activiste‚ 28ans
Posté(e)
J'estime pour un enfant pas voulu de ne pas naître que de vivre malheureux parce qu'il n'a pas été voulu par ses parents.

Il y a des tas de gens qui naissent sans avoir été programmés, ni sur le calendrier, ni sur la liste de course pour le samedi, et ça n'en fait pas des damnés de la terre. Il y a même des orphelins qui ont une vie adulte plus heureuse que bien des fils désirés. Prétendre que tel fœtus mérite d'être avorté au nom d'un supposé bonheur qu'il n'aura pas est à la fois grossièrement présomptueux et farouchement totalitaire. La dictature du bonheur au nom duquel on tuerait avant la naissance ceux que l'on considérerait comme ayant un pourcentage de chance trop faible d'être heureux. Staline chez les Bisounours.

Votre logique condescendante omet de considérer que la fécondité, contrairement à ce qu'on pense abusivement de nos jours, n'est pas un programme que l'on télécommande à loisir ; des femmes tombent enceintes malgré la prise d'une pilule, et d'autres mettent plusieurs années à avoir un enfant, mais ça n'est jamais par hasard, la psychanalyse considère que l'inconscient provoque ou bloque la fécondité en dépit de la raison et de son arsenal contraceptif. Le problème est de vouloir tout contrôler absolument, au point de considérer comme un contretemps à éliminer le fait de tomber enceinte sans que ça ne figure dans l'agenda.

Qu'on cesse immédiatement le numéro des femmes qui avortent pour cause de viol, malformation de l'enfant ou mise en danger de leur vie, car ce sont là d'infimes minorités parmi la masse qui avorte par mode de vie, parce-que l'époque dans laquelle on fait croire que la fécondité se programme parfaitement les y encourage, en déshumanisant le fœtus pour banaliser sa mise à mort, et en négligeant les séquelles psychologiques qui s'en suivent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
l ombre d un doute Membre 20 029 messages
Forumeur alchimiste‚ 97ans
Posté(e)

Et toute jeune femme n'est pas forcément capable de gérer sa pilule ! Pour telles ou telles raisons ...

A partir du moment où les jeunes femmes commencent à vouloir avoir des rapports sexuels, elles passent un cap et deviennent responsables

Modifié par l ombre d un doute

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
l ombre d un doute Membre 20 029 messages
Forumeur alchimiste‚ 97ans
Posté(e)

Mais c'est un droit : qu'il plaise ou non. Cela n'a strictement rien à voir avec une banalisation qui se voudrait la volonté d'un usage plus fréquent et plus large : personne ne le souhaite. De là, il me paraît donc impérieux de mettre fin à l'irrespect de cette com' politique passablement malhonnête, cherchant systématiquement l'offense, sinon le dénigrement, et la culpabilisation.

Magus personne ne dit que ce n'est pas un droit. Les femmes ont le devoir de contrôler leurs grossesses aujourd'hui et je pense que nous avons beaucoup de chance en plus de pouvoir s'épanouir sexuellement. . Notre ventre doit rester un jardin et non un cimetière (sauf exception) et si vous avez des enfants apprenez leur à être responsables de leur vie .

Nous sommes au 21ème siècle et le nombre d'avortements est énorme en France. C' est inadmissible .

SWeil doit être étonnée que sa loi ne corresponde plus à ce qu'elle souhaitait à l'époque . Tout comme Coluche avec ses restos du coeur

Modifié par l ombre d un doute

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blatte Membre 3 683 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Votre logique condescendante omet de considérer que la fécondité, contrairement à ce qu'on pense abusivement de nos jours, n'est pas un programme que l'on télécommande à loisir ;

Maintenant si, même si cela reste quelque peu maladroit et parfois difficile.

Qu'on cesse immédiatement le numéro des femmes qui avortent pour cause de viol, malformation de l'enfant ou mise en danger de leur vie, car ce sont là d'infimes minorités parmi la masse qui avorte par mode de vie, parce-que l'époque dans laquelle on fait croire que la fécondité se programme parfaitement les y encourage, en déshumanisant le fœtus pour banaliser sa mise à mort, et en négligeant les séquelles psychologiques qui s'en suivent.

Jugement déshumanisé en l'occurrence, genre le tas de cellules est plus important que la personne qui la porte...

J'ai juste besoin, personnellement, de t'opposer la liberté de la femme à disposer de son corps. Et cela, ça ne concerne pas "une minorité", mais la totalité des femmes dans le monde :D

Marrant, tu n'as que tes jugements moraux en carton pour t'opposer à ce principe. Grand bien te fasse gros, moi j'ai des actions chez les producteurs de pop-corns :hehe:...

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Favras Membre 297 messages
Forumeur activiste‚ 28ans
Posté(e)

La sensibilité chez le fœtus

993682touch.jpg

Le sens du toucher est le premier sens à se développer chez le fœtus. Presque en même temps que ses premiers mouvements, c’est-à-dire autour de la 8ème semaine, le bébé commence à répondre aux stimulations tactiles. Au début, seulement les lèvres ont de la sensibilité, mais en peu de temps les joues et le front deviennent de plus en plus réceptifs aux stimulations. Vers la 11ème semaine, les paumes des mains deviennent sensibles au toucher et l’enfant commence à se toucher le visage.

L'enfant peut être avorté jusqu'à 12 semaines, soit par voie médicamenteuse qui consiste à injecter un produit qui l'empoisonnera comme un rat, soit par voie chirurgicale qui consiste à l'aspirer du ventre de sa mère comme un déchet.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blatte Membre 3 683 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Et alors ? En quoi ça en fait une personne et un être humain :dort: ?

Modifié par Blatte
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Favras Membre 297 messages
Forumeur activiste‚ 28ans
Posté(e)

Si vous n'y voyez pas une vie humaine, il n'y a pire aveugle que celui qui ne veut voir.

Maintenant si, même si cela reste quelque peu maladroit et parfois difficile.

Les statistiques démontrent que la généralisation de la contraception n'a pas fait diminuer le nombre d'IVG.

Jugement déshumanisé en l'occurrence, genre le tas de cellules est plus important que la personne qui la porte...

Le caprice féministe de négocier une vie contre un mode de vie, c'est cela qui est déshumanisant.

J'ai juste besoin, personnellement, de t'opposer la liberté de la femme à disposer de son corps.

Élément de langage inepte qui démontre que vous ne comprenez pas les mots que vous rabâchez scolairement. La "disposition de son corps" est un concept fumeux qui donnerait droit à la prostitution, à un esclavagisme volontaire, au commerce des mères porteuses, au suicide assisté du premier venu, etc...

Grand bien te fasse gros, moi j'ai des actions chez les producteurs de pop-corns :hehe:...

C'est une tentative d'humour ?

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blatte Membre 3 683 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Si vous n'y voyez pas une vie humaine, il n'y a pire aveugle que celui qui ne veut voir.

C'est une "vie" oui, mais ce n'est pas conscient. Donc non, ce n'est pas une "personne", ou un être humain, et ce n'est pas une question de yeux, c'est une question de connaissances scientifiques.:D

Les statistiques démontrent que la généralisation de la contraception n'a pas fait diminuer le nombre d'IVG.

M'en fous.

Le caprice féministe de négocier une vie contre un mode de vie, c'est cela qui est déshumanisant.

Le "caprice féministe" ? Les femmes ne sont pas là pour être le joujou des hommes. C'est dur pour certains, mais faudra t'y faire, le droit de vie et de mort patriarcal sur les femmes plie et va rompre sous le poids de l'égalité des droits et des devoirs entre chaque citoyen.

Élément de langage inepte qui démontre que vous ne comprenez pas les mots que vous rabâchez scolairement. La "disposition de son corps" est un concept fumeux qui donnerait droit à la prostitution, à un esclavagisme volontaire, au commerce des mères porteuses, au suicide assisté du premier venu, etc...

Exactement c'est un nouveau concept... Quoique, je pourrais venir chez toi et te prélever un rein tranquilou alors, sans que cela te pose un problème quelconque ? Ah mince, la liberté de disposer de son corps, toussa toussa :D

Quand à l'esclavagisme ultra-libéral, oui c'est une chose qui doit être combattue, mais pas besoin du droit de de disposer de son corps, le droit au bonheur suffit :coeur:

Puis faut bien commencer par quelque chose, en édictant ce principe pour les femmes, nous l'étendrons pour les hommes, et alors, nous pourrons combattre "l'esclavagisme moderne". Elle est pas belle, la vie :D ?

C'est une tentative d'humour ?

Ah mais oui, et d'ailleurs, quel régal :hehe:

Modifié par Blatte
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lucdf Membre 3 190 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Je pense qu'il faut laisser à la mère toute décision concernant son ventre. Je sais que cela met des bâtons dans les roues du système patriarcal mais il faudra s'y faire. On est au 21 e siècle et les individus sont libres. Si on considère que les femmes sont des individus et non des pondeuses, on ne peut aller contre. Par contre un fœtus n'est pas un individu mais seulement un individu en puissance, ce qui est bien différent. .

Modifié par lucdf
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
casdenor Membre 11 203 messages
Bubon baveux de Belzébuth‚ 29ans
Posté(e)

J'ai montré l'inverse de ce que tu dis dans les deux cas, et continuer a prétendre l'inverse n'y changera rien. D'ailleurs ce n'est pas exacte, il ne s'agit pas de retirer le droit d'une personne a disposer de son corp mais de montrer l'inadéquation du droit avec la situation.

Tu n'as rien montré du tout, et une personne doit toujours avoir le droit à disposer de son corps.

Ce délai est purement arbitraire, il a d'ailleurs été allongé insensiblement en 2001. Avant trois mois le fœtus est une vie humaine, et après trois mois c'est toujours le corps de la mère. Incohérence argumentative : arguments avortés.

Qu'un délai soit arbitraire ou pas, il existe quand même.

Incohérence argumentative ? Non. J'ai déjà dit qu'il était arbitraire, et correspondait plus à une méthode pour donner le temps à la mère qu'à un calcul sur l'humanité de la vie en elle. ça ne rend pas la chose moins acceptable.

Soit nous vécûmes deux siècles et demi en opposition avec nos Droits de l'Homme, soit vous réinterprétez ceux-là à votre guise. La "disposition de son corps" érigée en sacro-saint principe devrait donner libre droit à la prostitution, à un esclavagisme volontaire, au commerce des mères porteuses, mais également au suicide sans que personne ne tente de s'y opposer, etc...

L'esclavagisme volontaire est impossible, puisqu'il est justement un refus de droit à disposer de son corps. Sur le suicide, j'ai expliqué dans un autre sujet pourquoi ça n'est pas le cas.

Quant aux mères porteuses, sur ce point, vous avez raison, la liberté à disposer de son corps érigée en sacro-saint principe pourrait y mener, si et seulement si on considérait que celle-ci permet de nier toute forme de droit au foetus.

Or, ce n'est pas le cas, puisque, comme dit, on a d'ores et déjà donné des droits au foetus, et un droit à la mère: celui de faire une erreur (et donc de pouvoir avorter). De ce fait, ce système ne mène pas non plus aux mères porteuses.

Justifier 200 000 avortements à l'année en brandissant les 1% de femmes violées, voilà un cas d'école en matière de démagogie.

Pour paraphraser Blackstone: mieux vaut 10 femmes avortant n'importe comment qu'une seule violée forcée de garder son enfant.

Quand il s'agit d'assumer la vie d'un enfant, la féministe grogne qu'il a été fait à deux ; mais quand il s'agit de décider de sa mort prématurée, c'est son corps et rien que son corps...

Pour ça que personnellement je me bats pour que l'homme ait un droit de rétractation temporairement à peine inférieur à celui de la femme. (inférieur pour laisser la possibilité à la femme, encore une fois, de modifier sa décision en fonction de la situation)

Qu'on cesse immédiatement le numéro des femmes qui avortent pour cause de viol, malformation de l'enfant ou mise en danger de leur vie, car ce sont là d'infimes minorités parmi la masse qui avorte par mode de vie, parce-que l'époque dans laquelle on fait croire que la fécondité se programme parfaitement les y encourage, en déshumanisant le fœtus pour banaliser sa mise à mort, et en négligeant les séquelles psychologiques qui s'en suivent.

ça c'est un mythe complet. QUI ici, connaît quelqu'un qui a avorté et l'a fait comme on passe à la poste ? Dans mon entourage, les rares personnes à avoir avorté ont mis des années à ne plus se sentir mal. Et ce sont ces personnes-là qu'on voudrait démolir en les forçant à garder un enfant dont elles ne veulent pas, qu'elles ne peuvent pas assumer ?

Oui, il y a sans doute des personnes ça et là qui avorte n'importe comment. Mais ça c'est encore plus une infime minorité. Le mode de vie à l'avortement n'a rien à voir avec la réalité.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Favras Membre 297 messages
Forumeur activiste‚ 28ans
Posté(e)

C'est une "vie" oui, mais ce n'est pas conscient. Donc non, ce n'est pas une "personne", ou un être humain, et ce n'est pas une question de yeux, c'est une question de connaissances scientifiques.:D

L'enfant prend conscience de lui même au stade dit "du miroir", c'est-à-dire entre un et deux ans. Votre raisonnement foireux considère par conséquent l'enfant de moins d'un an comme n'étant pas un être humain.

http://www.cote-mome...-meme-c541.html

Les statistiques démontrent que la généralisation de la contraception n'a pas fait diminuer le nombre d'IVG.

M'en fous.

Certes ; chacun contre-argumente avec ses moyens cognitifs.

Les femmes ne sont pas là pour être le joujou des hommes.

Quel rapport avec les hommes ? Vous divaguez en propos démagogues.

C'est dur pour certains, mais faudra t'y faire, le droit de vie et de mort patriarcal sur les femmes plie et va rompre sous le poids de l'égalité des droits et des devoirs entre chaque citoyen.

Cette envolée pleine de ridicule va me permettre d'ouvrir un nouveau chapitre du débat.

Les dégénérés contemporains sont en effet convaincus que l'avortement et la contraception (comme un bon nombre de symptômes typiques d'une civilisation en décadence) sont des progrès sociétaux. Il suffit d'un peu de recul historique pour se rendre compte du contraire.

La contraception et l'avortement ont toujours plus ou moins existé, mais c'est dans la décadence des sociétés rongées par l'individualisme qu'elles connaissent une véritable inflation, ainsi la Rome de la République tardive et le monde hellénisé connurent ce piteux mode de vie (au moins chez les populations aisées), parmi les nombreux symptômes du déclin sociétal que nous vivons à notre tour et que les idiots prennent pour du progrès.

David Engels fait le parallèle et raconte la baisse démographique de cette période, qui reflétait « un certain désintérêt pour la conception ou au moins l'éducation des enfants, au profit des plaisirs faciles et anonymes. (...) Ce style de vie ne peut être garanti que par l'utilisation de la contraception et de l'avortement. » Varron et Tacite en font par ailleurs la chronique.

Modifié par Favras
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blatte Membre 3 683 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

L'enfant prend conscience de lui même au stade dit "du miroir", c'est-à-dire entre un et deux ans. Votre raisonnement foireux considère par conséquent l'enfant de moins d'un an comme n'étant pas un être humain.

http://www.cote-mome...-meme-c541.html

Sauf que la constitution dit "Tous les hommes NAISSENT libres et égaux en droit et en devoir".

Par ailleurs, les nourrissons ont un cerveau en état de fonctionnement (sauf lésions particulières), pas mature, mais fini. Ce que n'a pas le foetus, et encore moins l'embryon :D

Quel rapport avec les hommes ? Vous divaguez en propos démagogues.

Dis-moi en quoi ils sont démagogues, et je te dirais si tu ne fais que débiter des débilités sorties de ta vision rétrograde de la société ou si tu dis quelque chose de "vrai". Mais c'est mal barré, vu ce que je lis déjà :D

Cette envolée pleine de ridicule va me permettre d'ouvrir un nouveau chapitre du débat.

Les dégénérés contemporains sont en effet convaincus que l'avortement et la contraception (comme un bon nombre de symptômes typiques d'une civilisation en décadence) sont des progrès sociétaux. Il suffit d'un peu de recul historique pour se rendre compte du contraire.

Tu as oublié crypto-gôcho-décadento-franc-maçonnico-féministe, à côté de dégénérés" :D

Si le contraire de ce que les "pro-choix" avancent était la réalité, tu aurais bien plus que l'anathème constant contre les défenseurs de l'ivg pour défendre ton point de vue. Problème, tu es constamment dans le jugement de valeur binaire et le sophisme, mais incapable de percevoir la complexité du sujet que peut représenter l'ivg:

- Le droit de disposer de son corps, et tout ce que cela implique, c'est à dire des notions de libre choix.

- Le droit de décider pour sa vie, de vivre ou non avec ou sans enfant, libre d'aborder sa vie comme on l'entend et ne plus être considéré comme une "matrice" pour pondre des gosses par une "élite" qui se fiche bien de l'humain.

- Le fait que les "anti-ivg" sont à 99% le fait d'intégristes religieux de toute confession, qui papillonent également sur les "dégénérés", la "société moderne", bref qui vivent encore dans le fantasme binaire du les traditions c'est trop bien, la société moderne c'est nul.

- Le fait est qu'ils vivent encore dans cette vision de la société où une élite décidait à la place des autres, époque de plus en plus révolue, et l'ivg, avec le mariage homo par ailleurs, cristallise surtout cette peur de "perte des contrôle" des corps, et donc des esprits.

- Que l'avortement existait avant la loi, cette pratique n'est pas apparue du jour au lendemain comme par magie, la seule différence c'est que c'est fait dans un cadre beaucoup plus sécurisant et humain, quoique tu en penses et quoique tu en dises.

- Qu'à un moment donné ou à un autre, même les pays réfractaires comme les Phillipines et l'Inde vont devoir y réfléchir, et pas "parce que c'est le monde moderne", mais parce qu'ils explosent des records de démographie, et que à un moment donné ou à un autre, il va bien falloir trouver une solution de régulation à tout ça pour améliorer leur cadre de vie.

- En extension au précédent fait, il va falloir un jour se poser la question des limitations de ressources de notre planète, qui devient de plus en plus petite. Alors en attendant, réduire la fécondité humaine limite la casse, en attendant de trouver d'autres solutions.

Enfin, the last but not least, ton tas de cellules qui se développe est un parasite: il pompe les ressources de la mère. Et de manière inconsciente. Si elle veut le garder, c'est son choix. Si elle considère préférer s'en débarrasser, c'est son choix également.

Ah au fait, quand un embryon tue sa "mère", celle-ci ou son/ses représentant(s) peu(vent lui coller un procès ? Où l'embryon, et même foetus, le fait de manière tout à fait consciente ou bien ? Parce que si c'est une personne, comme tu essaies de le vendre depuis le début de tes interventions, alors faudrait le mettre en taule pour homicide ?

Voyons voir un peu la cohérence de ta position, sais-t-on jamais, ça peut se tenir :D

La contraception et l'avortement ont toujours plus ou moins existé, mais c'est dans la décadence des sociétés rongées par l'individualisme qu'elles connaissent une véritable inflation, ainsi la Rome de la République tardive et le monde hellénisé connurent ce piteux mode de vie (au moins chez les populations aisées), parmi les nombreux symptômes du déclin sociétal que nous vivons à notre tour et que les idiots prennent pour du progrès.

Je suppose que tu as des statistiques précises afin que l'on puisse jauger si, oui ou non, ton affirmation se tient sur des faits ou n'est qu'une énième croyance/connerie débitée pour te faire bien voir par ton machin magique :D ?

David Engels fait le parallèle et raconte la baisse démographique de cette période, qui reflétait « un certain désintérêt pour la conception ou au moins l'éducation des enfants, au profit des plaisirs faciles et anonymes. (...) Ce style de vie ne peut être garanti que par l'utilisation de la contraception et de l'avortement. » Varron et Tacite en font par ailleurs la chronique.

Rien à carrer de David Engels. C'est son point de vue, ce n'est pas la "vérité"...:sleep:

Modifié par Blatte
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité M Libre
Invité M Libre Invités 0 message
Posté(e)

Le caprice féministe de négocier une vie contre un mode de vie, c'est cela qui est déshumanisant.

Que dire en lisant ça à la 156è page de la discussion ? Rien.

Modifié par M Libre
  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Blatte Membre 3 683 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Et oui, pour lui décider d'aller bosser plutôt que de rester à la maison pour pondre des gosses, c'est un "caprice" :D

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant