Aller au contenu

Jean-EB

Membre
  • Contenus

    67
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Jean-EB

  • Rang
    Forumeur en herbe
  • Date de naissance 05/16/1986

Visiteurs récents du profil

401 visualisations du profil
  1. Je pense que Pascou parle d’un acte « sous faux drapeau ». Jean
  2. Non car je ne lis que le français et l’anglais. Je n’ai reconnu aucune de ces deux langues ici. Jean
  3. Les moustiques du métro de Londres sont un excellent exemple d’évolution biologique. Mais si vous préférez il y a les souris de Madère. Vous avez l’embarras du choix en matière de spéciations contemporaines documentées. Jean
  4. Vous jouez sur les mots. Et ça sonne faux. Nous pouvons peut-être nous mettre d’accord : Feynman vulgarisait « sa » science pour la faire passer. Un vulgarisateur dans la méthode, un passeur dans la mission qu’il s’etait donnée. Pas d’incompatibilité. Quels sont les « petits mensonges » invoqués ? Votre réponse à hybridex je l’ai lue autant que votre message qui introduit le sujet. Et ce message est pour le moins équivoque car le simplisme en science n’est pas un terme utilisé. Et la définition générale, hors le domaine des sciences donc, ne nous éclaire pas beaucoup sur l’analogie de la carte et du territoire. Jean
  5. Ça s’appelle la vulgarisation et celle-ci existe depuis des lustres. Si vous en voulez de la bonne lisez les revues Pour la science et La Recherche. Et puis des bouquins, il y en a plein. Et encore des chaînes YouTube, beaucoup sont d’excellente facture. Et que vous soyez énervé, dépité ou émerveillé devant la complexité du monde celui-ci ne changera pas sous prétexte qu’on ne veut pas faire l’effort de le comprendre. Jean
  6. J’ai déjà lu des âneries, là c’est une synthèse. Jean
  7. Vous avez une carence en B12 Boute. Jean
  8. Exactement Morfou. C’est pour cette raison que lors des suivis on a grosso-modo deux types de données : la mortalité constatée et la mortalité estimée. La mortalité estimée est toujours plus importante que la mortalité constatée car elle prend en compte la capacité de l’observateur à détecter les cadavres (on voit rarement tout) et la prédation sur les cadavres. Et en effet ceux-ci peuvent parfois disparaîtrent très vite dans le ventre d’un prédateur. Ainsi, il y aura bien une mortalité effective à cause des éoliennes mais cette mortalité passera inaperçu pour l’observateur. Jean
  9. Il faut élargir le regard et prendre les chiffres compilés des suivis post-implantation. L’expérience personnelle des uns n’étant pas l’expérience personnelle d’autres. La mienne est fort différente de la vôtre par exemple. D’autant que vous parlez ici de la période nuptiale. Les périodes de migrations ne sont pas évoquées. Et le fait de ne pas retrouver d’oiseaux morts sur un parc en période nuptiale ne signifie nullement qu’il n’y a pas de mortalité effective sur ce parc. Jean
  10. Bonjour, on ne peut pas affirmer ça sans nuances. Pour l’eolien de nombreuses études portant sur le suivi de la mortalité post-implantation de l’avifaune et des chiroptères sont disponibles. Des cas de mortalité sont bien documentés et la sensibilité des espèces à l’éolien, variable, est maintenant plutôt bien connue. Si l’on estime que c’est très loin d’être la première cause du déclin de nombreuses populations d’oiseaux, il est pour le moins péremptoire de dire que c’est une légende. Jean
  11. Bonjour à tous, bonjour Condorcet. Remarquablement, et peut-être même admirablement répondu. Jean
  12. En tant que méthode heuristique je suis d'accord avec vous. Vous décrivez parfaitement le bon usage du rasoir d'Occam (ou d'Ockham) et son mésusage, ou plutôt les conclusions indues que l'on peut formuler après y avoir eu recours. Exemple d'une conclusion que le rasoir d'Occam n'autorise pas : la proposition A est vérifiée (est vraie) puisqu'elle est la moins coûteuse en hypothèses ad hoc. Est seulement autorisé : la proposition A est la plus vraisemblable puisqu'elle est la moins coûteuse en hypothèses ad hoc; elle est donc à privilégier pour l'explication du fait X. Donc notre accord est complet sur ce point, me semble-t-il, et nous ne faisons pas dire à ce cher Guillaume ce qu'il n'a pas dit. Je me demandais simplement qu'elle étendue devait ou pouvait avoir cette méthode heuristique. Vous avez parfaitement argumenté. Si je vous ai compris, une hypothèse intestable, spéculative, est, précisément car intestable et spéculative, plus coûteuse en hypothèses. Donc la moins vraisemblable des hypothèses. Si je ne trahis pas ce que vous avez écrit je ne suis pas loin de vous suivre. Je proposais simplement de verser ce spéculatif dans l’inaccessible à la raison par le rasoir d'Occam quand vous, au contraire, considérez le rasoir d'Occam comme à même de montrer que l'intestable et le spéculatif sont à rejeter puisqu'ils contreviennent systématiquement, et par nature, aux propositions que l'on doit privilégier. En espérant vous avoir compris et vous lire prochainement. J'ajoute que si nous parlons du rasoir d'Occam, principe heuristique important en sciences, nous savons tous ici (au moins les trois intervenants jusqu'à présent), que le matérialisme méthodologique ne se limite pas à lui. Les cours en lien qui ont permis notre discussion le montrent abondamment. Quasi-Modo ce que vous dites m'intéresse. Alors je potasserai à tête reposée. On n'attaque pas Wittgenstein en fin de journée. Jean
  13. Il me semble quand même difficile de tester des hypothèses métaphysiques. Le domaine de validité du rasoir d'Occam (principe de parcimonie ou principe d'économie des hypothèses ad hoc si l'on veut briller en société ou simplement expliciter plus avant) me semble limiter aux hypothèses testables, donc relevant du monde physique, naturel. Mais je n'ai aucune certitude là-dessus. Je ne sais plus si Bertrand Russell en parle (j'imagine que oui) et si tel est le cas ce qu'il dit à ce sujet. Vous, épixès, qui avez son effigie en avatar, le savez peut-être et êtes à même de nous renseigner. Jean
  14. Les chaînes Youtube Hygiène mentale et la Tronche en biais sont effet des médias très intéressants et toujours éclairants. Puisque vous les connaissez la série de cours que je propose ne s'adresse peut-être pas à vous. Du moins ne faites-vous sans doute pas partie du public visé. En effet Richard Monvoisin s'adresse à des étudiants qui n'ont pas acquis, à priori, les méthodes de la raison critique et du scepticisme. Je doute de votre ignorance en la matière. Cela d'autant plus que vous proposez des bonnes références "zététiciennes". En passant j'y ajoute "Connaissez-vous l'homéopathie ?", sous-titré "Idéologie, médias, science" de Thomas C. Durand déjà cité par vous et paru aux excellentes Editions Matériologiques en 2019. Pour répondre à Quasi-Modo. Je suis globalement d'accord avec vous tout en gardant un désaccord profond sur, en gros, l'inutilité de la zététique ("la zététique est foncièrement inutile"). Je fais mienne la réponse d'épixès, qui est la suivante : J'ajoute que cette méthode en science a sa sphère d'autonomie (il ne saurait être question de l'étendre indéfiniment à toutes les dimensions de l'homme en société, l'art par exemple) et que la zététique constitue davantage un minimum commun pour acquérir des connaissances qu'un langage universel que tous devraient parler à propos de tout (on n'invoquera pas le rasoir d'Occam pour juger de la qualité d'un film, par exemple). Je pense que nous serons d'accord là-dessus. Cordialement, Jean
  15. Bonjour à tous En ces temps de confinement qui dure je partage avec vous ces cours devant étudiants, dispensés par Richard Monvoisin en 2016 et 2017 à l’Université Grenoble Alpes (UGA). Voir ici : Zététique et autodéfense intellectuelle, Richard Monvoisin Un enseignement salutaire, toujours, et plus encore en ces temps post-modernes où le réalisme en sciences et le matérialisme méthodologique sont malmenés par les intrusions spiritualistes, par une subjectivité hors de propos en science, aujourd'hui par des millions de virologues, d'épidémiologistes, de pasteuriens improvisés. Bien cordialement, Jean
×