Aller au contenu

Jean-EB

Membre
  • Contenus

    331
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Jean-EB

  • Rang
    Forumeur survitaminé
  • Date de naissance 05/16/1986

Visiteurs récents du profil

970 visualisations du profil
  1. Ce n'est pas ce que disent les publications dans le lien que j'ai donné. Les émissions anthropiques de sulfates dans l'atmosphère ont bien diminuées au mitan des années 70. Pareillement les aérosols libérés par les volcans sur la période dont nous parlons sont, semble-t-il, un forçage qui a moins fait baisser les températures moyennes sur la période 1940-1975 que le forçage lié aux sulfates anthropiques. Enfin AMO et PDO sont prises en compte par les climatologues. Il ressort des études que si ces variations cycliques atténuent ou amplifient les variations de températures dans de vastes régions du monde et, en dernière analyse, à l'échelle de la Terre, elles sont très loin d'expliquer les changements globaux actuels. Jean
  2. On comprend mal car on ne sait pas à quelle période l'on compare l'anomalie de températures de + 1,1. Donc 1,1 ou 0,2 peuvent être vrai tous les deux puisque ces anomalies ne sont pas en rapport avec la même période de températures moyennes. Jean
  3. Par définition un cycle comprend des variables dont des valeurs semblables reviennent avec une fréquence régulière sur le plan statistique. Les courbes de Monsieur Gervais ne montrent rien de cela. Là encore cela fait bien longtemps que l'on connait la cause du petit refroidissement global observé entre 1940 et 1975. Et celui-ci est d'origine anthropique, les aérosols rejetés dans l’atmosphère par certaines activités humaines étant la cause première du refroidissement. A ma connaissance, et selon la littérature scientifique que j'ai lue, aucun facteur naturel n'explique mieux ces données de température. Une explication ici : Why did climate cool in the mid-20th Century? Oui le GIEC a bien reconnu et même présenté des causes naturelles qui dans le passé étaient la cause des variations de température. Si aujourd'hui le GIEC dit que les causes naturelles ne sont pas à l'origine du changement climatique c'est qu'il a de bonnes raisons, scientifiquement étayées, de le dire. En plus il faut rappeler ici que les premiers rapports du GIEC étaient beaucoup plus prudents sur les causes du réchauffement climatique et n'excluaient pas des causes naturelles. En 1990 le premier rapport du GIEC estime possible une influence de forçages naturels dans le réchauffement du climat. C'est encore le cas dans le deuxième rapport d'évaluation (1995), avec cependant des doutes moins forts sur la cause anthropique du réchauffement. Ou l'on comprend qu’invoquer la cause anthropique est loin d'être la "raison même d'exister" du GIEC. J'ai déjà vu cette vidéo. Elle est du même tonneau que toutes ses conférences et ses bouquins et me fait dire que la climatologie n'est pas la science de François Gervais. Une critique d'un climatologue qui date de 2013, donc avant la vidéo que vous proposez : Les contre-vérités du dernier pamphlet climatosceptique. Jean
  4. Énième ramification absurde de "la déconstruction". La French Theory n'est pas morte et nous propose ce qu'elle a de plus bête. Elle propose ? Elle impose diront certains. Jean
  5. J'ai mis la légende de la figure a et de la figure b comme figurées dans l'article. Je comprends bien ce que vous dites. Mais dans ce cas ce que dit monsieur Gervais ne veut rien dire. Ou bien il y a un cycle ou bien il y a une régression linéaire de + 0,6 degrés sur la période. Les deux ensemble sont impossibles. Je ne lui reproche pas de ne présenter que deux oscillations mais bien de conclure à un cycle à partir de ces deux oscillations seulement. Je vous conseille de revoir les vidéos car votre mémoire peut vous faire défaut. En plus votre avis me semble procéder de la même catégorisation démonologique que celle utilisée par ceux qui ne vous agréent et que vous présentez en Croyants et réchauffistes. Jean
  6. Le dicton marche aussi avec une tortue. Jean
  7. Le New York Times a fait une excellente infographie sur les principaux variants connus aujourd'hui. Voir ici : Coronavirus Variants and Mutations Jean
  8. J'ai regardé certaines conférences de François Gervais et il y parle, comme dans l'article que vous m'avez proposé, d'un cycle et de rien d'autres. Cela appelle deux remarques. Celle déjà faite, à savoir que ce n'est pas un cycle. La deuxième que je ne formule que maintenant et que je présente ainsi : il présente deux oscillations sur 62 ans et c'est bien peu pour parler de phénomène cyclique. En résumé, et en étant un peu brutal j'en conviens, Monsieur Gervais raconte n'importe quoi. C'est vrai qu'il s'agit d'une revue à comité de lecture mais elle est d'un faible niveau en matière de climatologie, relativement à d'autres grandes revues spécialisées dans les sciences du climat. On peut d'ailleurs se demander pourquoi l'article de François Gervais n'a pas été publié ailleurs, dans une revue à plus grand facteur d'impact par exemple. On peut faire au moins quatre hypothèses : 1) l'article n'apporte rien à nos connaissances actuelles. En gros l'article ne montre rien hormis ce que l'on sait déjà ; 2) l’article n'est pas assez robuste et les peer-reviewer, considérant les importantes erreurs, l'ont rejeté pour publication ; 3) l'auteur, non climatologue, publiant seul, n'ayant jamais rien publié en matière de climatologie avant sa retraite des universités, n'est pas considéré comme crédible en sciences du climat ; 4) l'auteur n'a pas envoyé son article à des grandes revues faisant une place importante aux sciences du climat. Ces hypothèses ne s'excluent pas toutes et il y en a sans doute d'autres. La troisième, si elle était vérifiée, montrerait un certain sectarisme des éditeurs et des comités de lecture. Malheureusement on ne peut l'exclure mais je ne la privilégie pas cependant. En effet, si moi j'arrive à voir les erreurs, et bien que je puisse croire à des erreurs patentes alors qu'il n'y en a en réalité pas, je doute que des relecteurs qui sont chercheurs en science du climat passent à côté de telles erreurs. Notre dialogue est parfaitement courtois et je m'en réjouis. Pour vous convaincre, ou en tous cas pour nous donner simplement de quoi poursuivre la discussion, je vous conseille, si cela n'est déjà fait, de regarder les vidéos de Rodolphe sur la chaîne YouTube "Le Réveilleur". Ce jeune homme y parle des énergies, du changement climatique, des cycles biogéochimiques. Il a commis deux vidéos dans lesquelles il analyse des parties d'une conférence de François Gervais. Voir ici pour la première partie [Analyse] du discours d'un climato-sceptique: François Gervais. (1/2). Je n'aime pas le titre à cause de la désignation dont Rodolphe affuble Monsieur Gervais mais les deux vidéos sont très argumentées, sans acrimonie, et je pense que chacun peut se rendre compte de l'inanité des propos de Monsieur Gervais dans la conférence analysée. Jean
  9. Merci pour les publications Spooky. Je propose un très bref commentaire sur celles-ci. Sur la publication de Legates et al. d'abord : Je cède la paroles aux auteurs dont les travaux sont discutés par Legates et ses collègues dans la publication que vous proposez. La réponse est ici et je la trouve bien argumentée : Agnotology, Scientific Consensus, and the Teaching and Learning of Climate Change: A Response to Legates, Soon and Briggs, 2013. Sur l'article de François Gervais en particulier et sur la production de François Gervais en général à propos du climat : L'article présente des conclusions erronées qui se basent sur des interprétations tout à fait fausses et des courbes inadaptées au propos de l'auteur. Voyons cela dès l'abstract : l'auteur parle d'une sinusoïde d'une période d'environ 60 ans (c'est donc un cycle selon Monsieur Gervais) quand les données montrent un signal périodique affecté d'une tendance à la hausse. Voici le cycle selon François Gervais : Je ne sais pas s'il est utile d'en dire plus si l'on veut bien considérer que l'interprétation erronée de l'auteur est contenue dans la première phrase de l'abstract, abstract qui rappelons-le est censé résumer sans trahir le corps de l'article. Sur le reste de sa production en lien avec le changement climatique je laisse ceux qui veulent se faire un avis lire ses livres et visionner ses conférences. On constatera que la climatologie est étrangère à François Gervais. Jean
  10. Bonjour, la Normandie est à l'image de la France métropolitaine : les oiseaux communs spécialistes des milieux agricoles et des milieux bâtis voient leurs effectifs diminués du même ordre de grandeur sur la période 1989-2019. Les effectifs des oiseaux communs spécialistes des milieux forestiers sont stables en France métropolitaine sur la même période. Source : Jean
  11. En effet probablement que nous divergeons sur beaucoup de points au sujet du changement climatique actuel. Jean
  12. Je viens de terminer ce quiz. Mon score 90/100 Mon temps 74 secondes  
  13. J'ai écrit "des gazs" au lieu de "des gaz", pardon. Vous avez sans doute quelques réponses à ces questions n'est-ce-pas ? Jean
×