Aller au contenu

Don Juan

Membre
  • Contenus

    654
  • Inscription

  • Dernière visite

4 abonnés

À propos de Don Juan

  • Rang
    Forumeur forcené
  • Date de naissance 05/02/1955

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    Dans la forêt
  • Intérêts
    Condition humaine

Visiteurs récents du profil

2768 visualisations du profil
  1. Merci, mais non je ne suis pas sous influence. Je suis amateur d'art, rien de plus. Un gourou, selon moi, c'est quelqu'un qui a quelque chose à vendre. Si c'est le cas, je n'ai pas encore découvert quelle marchandise il voudrait vendre. Ben oui, ça j'avais compris. Merci.
  2. Ben oui, c'est une évidence ! Mais quel est le rapport ? Si je vous comprends bien, vous ne cherchez pas être compris intellectuellemet. Vous employez dans ce cas un langage hermétique, une sorte de code. C'est donc que vous comptez bien que "votre" message, une forme de subliminal, une création artistique des plus abstraite en somme, passe tous les barrages? Ne me répondez pas, je sais bien ce que vous allez répondre, et personne ne comprendra de toute façon. Ouest
  3. Ah non ! loll, mon approche n'est pas rationnelle. Ne répondez-pas à cela, je blague. Ouest
  4. Ce sont mes termes, c'est ainsi que je transpose ce qu'il écrit, mais j'ai dû faire un effort particulier pour le mentaliser. Je reçois ses mots avec mon corps sans chercher une traduction littérale. C'est quoi un gourou @Abigaïl.?
  5. Il s'agit d'une langue de financier appliquée à la conscience de l'individu et de l'univers. Tout a un coût, il faut donc devenir économe en actes creux et déconnectés de l'intelligence cosmique. Bien-sur ce sont mes mots à moi, il est évident pour tout le monde qu'évoquer une conscience universelle reliée dynamiquement avec chaque être, en chaque être, en chaque acte et en chaque pensée, peut sembler une hérésie ou un grand délire. C'est une question d'expérience, mais si cette théorie peut d'une façon être vérifiée, il faut tenter cette vérification, c'est ce dont il parle (il me corrigera si je fais erreur, car après tout, la possibilité que je fasse erreur existe bel et bien). Cette vérification, pour être menée doit nous faire sortir des sentiers battus, l'esprit seul ou la raison et son bagage de culture ne peut suffire, c'est avec la totalité de son être qu'il faut tenter la "chose". Ici, j'entends que ce qui est susceptible de présenter un frein à son expérience de perception de "libération" est l'acticivité professionnelle et le reste, c'est à dire l'ensemble des faits qui condensent un individu afin qu'il puisse affronter la vie quotidienne, avec ses devoirs et obligations. Croire en soi est plus qu'une simple méthode Coué qui consisterait à se regarder dans la glace de la salle de bains le matin en se rasant, en se répétant : "va-s-y mon gars, tu le mérites, avances!" Croire en soi c'est croire en l'humain et en sa destinée, en sa mission, qui est de transformer le monde en se transformant lui-même. Ici aussi, tout ce qui fait nos préoccupations prioritaires génèrent un désordre universel, notre biologie, nos pensées et nos émotions, etc, tout cela est une entrave à l'expérience qui est attendue. Voila ma traduction, on va peut-être rigoler s'il dit que je suis à côté de la plaque, mais c'est ce que mon organisme investi dans la néguentropie me confia. * *Est
  6. Quelque chose peut vous en faire douter ? Dites-moi.
  7. Don Juan

    Comprendre

    Le besoin de comprendre répond à un stress naturel, celui de la proie inquiète de ne pas voir venir le danger. Cet instinct que tout individu, quelque soit son espèce "connait", c'est à dire que tout individu peut sentir sans avoir besoin d'y penser, qu'il peut finir dans la gueule d'un prédateur, et cela concerne aussi évidement les prédateurs. Le stress donc appelle, dans le besoin que nous avons de le réguler, de prêter une attention à tout ce qui peut s'approcher de nous, afin de l'identifier, c'est ce que j'ai abordé par la nécessité de comprendre. Chez l'humain, le stress de la proie s'est étendue à sa pensée, parce que c'est dans sa pensée qu'il établit un lien essentiel avec le monde environnant. Donc, comprendre est un besoin psysiologique avant tout, ce qui ne se comprend pas bien constitue une menace dans notre imaginaire comme dans les faits. Ceci confirme ce qui est dit plus haut, nous disons la même chose.
  8. Comment entendre, dans ce qui est votre sens de ces mots : Avant tout croire en soi ? Comment une personne courante peut se représenter en quoi consiste "coire en soi" ? Est-ce une question d'optimisme simple, de foi, donc de confiance, de lâcher prise, ou une sorte de philosophie de la vie ? Qu'elles en sont les applications en chaque jour, chaque pensée, chaque acte ? Est Il se peut qu'il y ait une forme de sagesse dans ce que vous pensez. Est
  9. Don Juan

    Comprendre

    Plus l’homme s’est trouvé dans la nécessité de satisfaire cette pulsion physiologique, appelée : « le besoin de comprendre », plus il a dû construire de reflets en lui afin d’instaurer l’illusion de multiples relations. Le mensonge est ce qui, par nature, s’est construit dans la relation secrète de ces multiples en nous. Et c’est bien une des conditions extrêmement fortes, qui font que le monde reste tel qu’il est, que nous n’avons pas intégré cette dimension là, dans la transmission aux enfants. Au contraire, on les éduque en leur faisant croire que c’est un système qui leur permet de s’adapter et de changer, ce qui fait que plus tard, ils attendent du système les solutions à leurs problèmes. Ce n’est ni involontaire, ni accidentel, ni inconscient, le système s’est arrangé pour que l’individu ne se perçoive pas lui-même en tant que cause d’un problème, il se comprend comme une personne à qui il arrive des problèmes, et il pense qu’il ne peut les résoudre seul, et c’est pourquoi il doit s’associer avec d’autres individus qui, comme lui, composent le système. Cela donne un résultat de ce genre : « ensemble, on va bien trouver des solutions !». En réalité, les problèmes sont sa production (il ignore souvent que c’est lui et les autres qui les génèrent). Quant à l’ouverture vers l’autre, serait-elle dans cette forme d’attention que je lui accorde afin de le comprendre mieux, de le connaître mieux ? Sur ce point encore je crains le malentendu, il y a cette attention en effet si je désire comprendre ou « connaître » l’autre, mais l’ouverture ne se fait pas par ce moyen je crois, l’ouverture la plus grande survient lorsque les questions et les réponses ne sont plus les règles du jeu qui se jouent entre nous. Elle survient lorsque je tourne le dos en laissant sur le sol quelque chose de nous à ramasser. Aller se soulager dans les toilettes est encore de la philosophie. Je n’y vois pas d’inconvénient, pourquoi pas, cela ne me concerne pas, j’utilise les mots que je crois être les plus indiqués pour communiquer, mais je ne crois pas aux mots pour communiquer sur les « choses » essentielles. Les termes ne sont que des enveloppes, cela dépend de ce qu’elles contiennent.
  10. Oh ce n'est pas de la dureté mais amusement de source de l'Ouest, Je comprends profondément ce que tu avances et je le partage, mais je n'ai pas osé creusé plus le sillon, j'aurais peut-être dû. J'ai bûché dans une de mes publications la question du plus fort ou dominant, et du plus faible ou dominé, j'en suis arrivé à une conclusion provisoire (je suis un incapable de conclusion définitve) qui est celle ci : La nature n'aime pas les forts, mais elle le fait "croire". Peut-être afin qu'ils finissent par le croire eux-mêmes. Regard bienveillant sur un homme qui sait lire. Sud.
  11. Tu veux dire finalement que les spermatozoïdes qui ne sont pas parvenus à gagner la course sont peut-être ceux qui ont eu le plus de chances ? Ça se discute en effet ! Ouest.
  12. Don Juan

    Etre jalousé(e)

    Franchement, si le fait de jalouser un homme parce que sa femme est plus jolie que soi, c'est de l'héterosexualité, je n'y comprend plus rien ! Vous avez raison, elle est seulement envieuse de l'homme et rêve de prendre sa place auprès de sa femme. C'est toujours une manifestation d'envie, me semble-t-il. Nord.
  13. L'homme pour qui la femme est un problème ? Je voulais faire de l'ironie sur cette formulation. Vous voulez probablement dire que la femme est un mystère pour l'homme, si c'est le cas, j'y consens bien volontier. Que l'homme soit un mystère pour la femme, cela, j'y consentirais moins facilement. Ouest.
  14. Primo : Vous êtes allés cherher des mots dans un contexte propre à un échange entre deux personnes. Secundo : Je ne suis pas ici pour étaler mes expériences et les conclusions que je peux en tirer dans un instant. Je vous le redis clairement, je n'ai pas de certitude, pas de conviction, je suis un sceptique dans le sens Grec de ce terme. Nord.
  15. Vos excuses sont acceptées, si votre ton était celui de l'amusement, je ne l'ai pas perçu. Mon ton, en vous répondant est celui du nord, il n'y a pas de ressentiments, le nord est froid et tranchant, c'est pourquoi vous n'avez pas trouvé en fin de texte une note de civilité. Si le nord s'est exprimé, c'est parce que vous déplaciez ma pensée, et vous la travestissiez de votre traduction simpliste. Peut importe pour moi les termes, je vous le disais, mon approche n'est pas scientifique, mon expérience n'a d'existence et de sens qu'au travers de mes sensations, et des sensations il y en eut, il y en a encore. ce "fameux" corps est décrit selon des termes sépcifiques selon les cultures, je ne sais comment en parlent les sorciers Yakoutes que je n'ai pas visité, mais je sais un peu comment en parlent les sorciers d'Amérique. Ce qu'il vous faut comprendre absolument à cet endroit, c'est que j'ai fait maintes fois l'expérience de ce "corps", que personnellement je préfère appeler :" le corp de rêve", et bien que j'ai vécu ces expériences, la façon dont je peux en parler dépendra de celui qui se tient en face de moi, j'en ai parlé mille fois de façons différentes, mais je l'ai toujours vécue de la même façon. Je n'ai de conviction en rien, je suis un chercheur, mais ma méthode de recherche n'est pas scientifique, elle n'en est pourtant pas nécessairement irrationnelle. Je ne vous insulte pas en vous disant que vous êtes un bel animal. C'est même selon les jours un beau compliment de ma part. Les beaux animaux ne sont pas si courants de nos jours. Je ne pratique jamais l'insulte. Est
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité