Aller au contenu

Quentin13

Membre
  • Compteur de contenus

    90
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Points

    6 [ Donate ]

À propos de Quentin13

  • Rang
    Forumeur en herbe
  • Date de naissance 10/04/1997

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  1. Je tournais les pages du livre, d'un geste indécis, comme si j'avais peur de savoir ce que j'allais découvrir. Je ne voulais pas savoir. Je ne voulais plus savoir. Vivement, sans réfléchir, sans penser aux conséquences, je fermai le livre, claqua les deux parties distinctes et égales, et le jeta dans les flammes. Le crépitement du bois incandescent, la fumée blanche se dégageant des voies d'aération, l'odeur naturelle du pin brûlé... La parfaite scène de l'incompréhension, de la solitude, de la mélancolie, de la peur... Assis sur mon nouveau canapé, au bord de la cheminée, contemplant l'horiz
  2. Il ne suffisait que d'un message, un appel, un mot, une lettre... Un signe de vie. Pendant trois ans, je t'ai envoyé des messages ; pendant trois ans, tu ne m'as pas répondu... Mais pendant trois ans, rien n'a changé. Tu es encrée en moi au stylo indélébile, ou à l'encre de Chine. Rien ne s'est effacé. Nos voyages vers l'inconnu, nos conneries, nos larmes, nos amours... Rien n'est parti, tout est resté. Tu es restée là, dans mon cœur. Te rappelles-tu du socle de notre amitié ? Souvient-toi de cette rivalité, presque addictives, presque cruelle, mais tellement amusante. Les chamailleries ince
  3. Les souvenirs, ce sont ces bribes de notre vie sur Terre, ce sont les pièces du puzzle de notre existence en tant qu'être. Les souvenirs sont la source de nos émotions, de nos sentiments, de notre humanité. Ils peuvent, tout comme les mots, nous donner le sourire, nous faire pleurer, nous faire rêver, parfois... Les souvenirs nous ramènent à l'instant présent de ce passé révolu. Je me remémore souvent mes souvenirs d'enfance, synonymes d'union, de famille, de complicité, de sourire, de rêve... Ils sont mes plus beaux souvenirs. Ceux que je retiens le plus sont ceux avec mes parents, amoureux
  4. Ton départ, ton voyage vers l'inconnu, vers les autres, les anonymes, sans nom, sans visage, sans identité... Un tissu de mensonges. Cette relation, cette amitié, cette lumière qui me subjuguait... Que représentait-elle pour toi ? Mais je te comprends. Tu as due comprendre mes pensées, tu as su décrypter cette ambiguïté. Tu as aperçu mon cœur, et mes sentiments. Malgré cela, je gardais cette distance entre toi et mes sentiments, car je ne voulais pas te perdre... Ta seule présence voilait déjà ma solitude. Ton aura réchauffait mon âme. À ton contact, je ressentais le bonheur. Cette relation
  5. Je n'arrivais pas à dormir. Cette insomnie... Elle me rendait dingue. Elle me rendait violent. Ce n'était pas une violence physique, mais bien une violence mentale. Je me scarifiais mentalement, et ces mutilations m'arrachaient à la raison, et au peu de bon sens qu'il me restait. Les diverses remémorations, les différentes pensées perverses de mon passé, et les indescriptibles fantasmes de mon esprit dérangé m'écorchaient. J'étais à vif, nu, honteux. Mes démons et mes peurs m'enfermèrent dans une cellule capitonnée. Loin, à l'abri de tous, je commençais à entreprendre ma descente. Je savais
  6. Une ville près de la cité des papes, un mouroir, une chambre... Des jours comptés, une liberté limitée, une vie sauvée... Peut-être pas. Cette femme, une grande femme, une femme vivante, et vivant chaque jour avec autant d'optimisme, était rattrapée chaque jour un peu plus par le temps, et ses ravages. Il lui volait sa vitalité, sa force, son esprit vif, et clair... Il lui volait son âme. En échange, l'horloge lui offrait rides, vieillesse, faiblesse. Si faible, si ridée, si vieille, elle lui était méconnaissable. Si méconnaissable qu'il l'a confondit avec une autre patiente. Cela faisait ci
  7. Des questions, encore des questions. Des questions sans réponse, toujours sans réponse. Un semblant de réponse qui s'évanouit dans la mer tumultueuse de ce questionnement. Ces questions me font peur. Leur réponse m'angoisse. Ce questionnement m'effraie. Il perturbe mes sens, ma faculté de penser, mon habitude de vie. Depuis que cette première question est remontée à la surface de mon inconscient, l'enfer s'abbatit sur moi. Non, pas l'enfer, une chaotique spirale de culpabilité. Je le vois désormais, quand je cherche au plus profond de moi une réponse. Je vois cette flamme de vie qui bouillonn
  8. Quentin13

    religion et amalgame

    Mais bien sûr que si, c'est un fait. Il suffit de regarder les informations. Ils veulent une cantine halal à l'école ; maintenant, on ne dit plus "vacances de Noël" mais "vacances d'hiver" (d'ailleurs y a eu un scandale comme quoi une musulmane contestait la présence d'un sapin de noël dans un commerce). Y en a plein des exemples, et tous ont une issue provocatrice (ex : le burkini). Ils nous imposent leur culture, je suis désolé. Je le dis dans mon premier commentaire : ils - les jeunes nottament - parlent leur langue en notre présence, dans un groupe de potes par exemple. Quel est l'intérêt
  9. Quentin13

    religion et amalgame

    Tu sais, la pédophilie, le proxénitisme, la prostitution... Tous ces trucs font partie du sombre passé de notre société. Illégaux aujourd'hui, ils persistent. Non, la haine de l'inconnu, le rejet de ce qui est différent, c'est pas de notre faute. Si les étrangers faisaient moins de conneries, ils seraient davantage acceptés. je t'explique par un exemple : Tu fais une soirée chez toi, t'invites tes potes, et un de tes pote invite sa copine. Tu la connais pas, tu fais sa connaissance trenk's. Et cette fille, à peine arriver ben elle va faire comme chez elle : elle va se servir dans le frigo, e
  10. Quentin13

    religion et amalgame

    Je ne pense que ce soit un constat pertinent. Sans faire de jeu de mot, c'est assez puéril et enfantin. Pourquoi on s'en prend moins à la chrétienté ? D'une part parce que c'est la religion de base, sur laquelle se base toutes nos lois ; d'autres part parce qu'il y a le pape ; enfin le christianisme ne nuit pas à notre système.
  11. Quentin13

    religion et amalgame

    Je suis plutôt d'accord avec ce que tu dis. Toutes les religions sont néfastes à l'unité des hommes, et à l'égalité Hommes/Femmes, et sans défendre le FN-PS-LR, je défends de nouveau ma thèse qui consiste à dire que l'Islam est le monothéisme le plus nocif à l'équilibre des sociétés modernes que nous connaissons aujourd'hui, et qui ont été durement acquises. Pourquoi ? Parce que l'Islam est le plus jeune des trois monothéismes, et que, paradoxalement, c'est la religion la plus arriérée. Ça peut nous arriver de voir des femmes chrétiennes ou juives porter un foulard, mais ce n'est pas parce q
  12. Toulouse. Ma ville, ma maison, mon repère. J'ai vécu dans cette ville, j'ai aimé dans cette ville, j'ai mûris dans cette ville. Le métro, principal moyen de transport pour aller d'abord au lycée, puis à la fac, perdait de son charme. La sueur et les pensées perverses de ceux qui regardaient avec insistance les jambes des jeunes filles en jupe m'étouffaient. Le charme des grandes villes françaises n'est aujourd'hui que l'ombre d'un ancien souvenir joué sur un air d'accordéon. Les couleurs vives exprimées par les histoires de nos grands-parents à propos de cette ville se ternissent. Les images d
  13. Quentin13

    La chute

    Dans un lointain passé, où les hommes, la Terre et les pensées n'existaient pas, Deux entités s'affrontèrent au nom du destin de l'humanité, Ce dieu, sans nom, sans visage, sans caractère, arracha les noires ailes de son plus beau fils. Cette déchéance, cette honte, ce rabaissement caractéristique de sa faute, l'attira dans une chute sans fin. La chutte. L'attraction dans cette faille étroite, sinueuse, et profonde, devenait insupportable. Dans cet éternel saut de l'ange, il se remémora les pires moments de sa vie, car il ne se souvenait pas de ce qu'il a pu lui arriver de beau. Son coe
  14. Quentin13

    Abysses

    Je me réveillais, doucement ,lentement, le temps d'étirer mes membres. Apaisé, je regardais les étoiles qui culminaient dans le ciel. J'étais conscient de mon retard visuel sur ces astres inconnus, et incompréhensibles. Leur lumière me parvenait à ce moment précis, où j'étais affalé sur le sol sablonneux de la dune, mais je savais pertinemment - grâce aux cours de physique - que cette lumière a depuis longtemps disparu, et que ces étoiles sont depuis longtemps mortes. Les jambes croisées, je m'imaginais voyager à travers cette mer de lumière baignant dans un océan de ténèbres. Seul, à l'abri d
  15. Quentin13

    Un amour déchirant

    J'ai pas encore vu la saga, c'est inspiré de Roméo et Juliette, mais j'ai fait un mélange avec la terrifiante histoire d'amour de ma soeur ^^
×