Aller au contenu
  • billets
    23
  • commentaires
    30
  • vues
    5 562

La lumière


Quentin13

413 vues

Il ne suffisait que d'un message, un appel, un mot, une lettre... Un signe de vie. Pendant trois ans, je t'ai envoyé des messages ; pendant trois ans, tu ne m'as pas répondu... Mais pendant trois ans, rien n'a changé. Tu es encrée en moi au stylo indélébile, ou à l'encre de Chine. Rien ne s'est effacé. Nos voyages vers l'inconnu, nos conneries, nos larmes, nos amours... Rien n'est parti, tout est resté. Tu es restée là, dans mon cœur.

Te rappelles-tu du socle de notre amitié ? Souvient-toi de cette rivalité, presque addictives, presque cruelle, mais tellement amusante. Les chamailleries incessantes de notre enfance ont fait de cette période un souvenir magique, étincelant, rayonnant. Et toi, tu es la protagoniste de ce souvenir. Tu es celle qui as fabriqué le plus beau de mes souvenirs. Tu as fabriqué un système, un soleil, un monde, sans ténèbres, sans peur, sans problèmes. Tu as photographié un moment de ma vie sans chagrin, ni larmes.

Mais quand je repense à ce souvenir, à ce monde - notre monde - je te revois. Ce souvenir me permet de te garder auprès de moi. Bientôt nous nous reverrons, après toutes ces années, à Paris, où nous pourrons déguster un fabuleux repas, nous raconter ces années de séparation, tout en contemplant le feu d'artifices de cette fin d'année... V.

0 Commentaire


Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.

Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×