• billets
    23
  • commentaires
    30
  • vues
    3 918

La chute

Quentin13

89 vues

Dans un lointain passé, où les hommes, la Terre et les pensées n'existaient pas,

Deux entités s'affrontèrent au nom du destin de l'humanité,

Ce dieu, sans nom, sans visage, sans caractère, arracha les noires ailes de son plus beau fils.

Cette déchéance, cette honte, ce rabaissement caractéristique de sa faute, l'attira dans une chute sans fin.

La chutte. L'attraction dans cette faille étroite, sinueuse, et profonde, devenait insupportable. Dans cet éternel saut de l'ange, il se remémora les pires moments de sa vie, car il ne se souvenait pas de ce qu'il a pu lui arriver de beau. Son coeur immortel noircissait, son âme divine s'effritait, sa conscience supérieure se mourrait. Il affrontait ses pires cauchemars, ses rêves brisés, son espoir envolé, son statut défait, et son amour qu'il n'a pas porté à la bonne personne.

Cette dégringolade à travers la roche, Le feu, et l'eau, dessinait sur sa peau les marques indélébiles de la haine, de la colère, et de l'injustice. Dans la plus ténébreuse obscurité, il tentait de survivre à ses blessures insoutenables, et à ses désillusions. L'air toxique comprimait ses poumons devenus mortels. Pour la toute première fois, et avant le tout premier homme de la création, il ressentait des émotions humaines, des sensations humaines, des sentiments humains.

Lorsque sa tête claqua contre le sol en fusion de la Terre, il se releva, usant de ses dernières forces célestes, avant de s'évanouir dans un voile de lave, et de remords. Les années passèrent, et cet être déchu, presqu'humain, car éternel, était torturé par les souvenirs de sa vie d'antan. Du royaume qu'il a forgé pendant des siècles, personne ne l'entendait, ni lui, ni les innombrables âmes humaines, et pécheresses.

Les années passèrent, les techniques humaines évoluèrent, et l'Enfer grandit, toujours plus vite.

A la fin des temps, lorsque l'équilibre n'était plus qu'une futile pensée éphémère, le chaos prit forme.

Des failles naissantes de la fragile couche terrestre émergèrent les souffrances du bas-monde,

Des déchirures des cieux infiniement au-dessus des hommes, la justice vint rétablir l'ordre.

Au milieu de cette guerre sans merci, les hommes s'éteignirent lentement, dans l'agonie et le désespoir.




0 Commentaire


Aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant