Aller au contenu

Le regret d'être mère...

Noter ce sujet


Messages recommandés

Membre 153ans Posté(e)
Mite_Railleuse Membre 24 372 messages
Grégairophobe...‚ 153ans
Posté(e)

Sujet tabou s''il en est, le regret d'être mère existe bel et bien. A l'ère de l'instinct maternel tout puissant, des femmes regrettent d'avoir fait des enfants. Qu'elles aient cédé à la pression sociale, familiale ou du conjoint, elles ont envie "d'un retour en arrière impossible qui ne correspond pas aux standards de la société".

Je me suis toujours demandé quel était le pourcentage réel de ces enfants faits sous la pression...

"Découvrir, après coup, qu’on n’était pas faite pour avoir des enfants. Rêver de pouvoir faire machine arrière et de ne surtout pas cocher l’option “maternité”. Celles qui regrettent d’être mères se dévoilent dans l’ouvrage d’Orna Donath."

 

“Aujourd’hui, mon fils a 7 ans et j’étouffe. J’ai vraiment le sentiment d’avoir fait un enfant sous pression, pour faire plaisir, ne pas décevoir”. Ce témoignage, à la fois tabou et inaudible pour beaucoup, figure dans l’ouvrage d’Orna Donath, docteure en sociologie et enseignante à l’Université Ben Gourion du Neguev en Israël, Le regret d'être mère *, publié initialement en 2015. Quatre ans plus tard, l’ouvrage sort en France chez Odile Jacob, mettant enfin en lumière une réalité crue que connaissent beaucoup de femmes : celle d’un regret indicible, d’une envie de retour en arrière impossible, qui ne correspond pas aux standards de la société. 

Un royaume de stress

Peut-on réellement regretter d’être mère ? Le tabou des tabous dévoilé dans un ouvrage qui compile les témoignages de 23 mères, âgées de 25 à 75 ans. A la question “Si vous pouviez revenir en arrière dans le temps, avec la connaissance et l’expérience que vous avez aujourd’hui, seriez-vous une mère ?”, elles ont toutes répondu non. La chercheuse et auteure va à l’encontre des préjugés en expliquant que si la maternité peut être “une source de satisfaction personnelle, de plaisir, d’amour, de fierté, de joie et de contentement”, cela peut aussi être, en même temps, “un royaume de stress, d’impuissance, de frustration, d’hostilité et de déception, ainsi qu’une arène d’oppression et de subordination”. 

A l’époque, cette étude avait été commentée partout dans le monde mais c’est en Allemagne, dont le taux de natalité est le plus bas de l’Union Européenne (en 2015, ndlr), qu’elle a eu le plus de retentissement. Remettre en cause le bonheur d’être mère, et ce statut sacralisé, a suscité une polémique outre-Rhin, sans cesse alimentée par des débats télévisés, des conférences, la publication de livres, d’articles et d’éditos sur le sujet et une déferlante d’échanges enflammés sur la planète Twitter, sous le hashtag #regrettingmotherhood. De même, d’après un sondage mené par la société privée YouGov auprès de pères et mères de tous âges, 20% des parents allemands ne feraient pas d’enfants s’ils pouvaient revenir en arrière."

Suite de l'article

 

  • Like 3
  • Triste 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
  • Réponses 266
  • Créé
  • Dernière réponse

Meilleurs contributeurs dans ce sujet

Meilleurs contributeurs dans ce sujet

Messages populaires

Pas moi. Et je crois qu'il ne faut pas sous-estimer le poids de ces pressions.

Avoir des enfants est quand même une chose naturelle, le regretter par moments aussi je suppose comme avoir envie de les jeter par la fenêtre ou contre le mur.   

Comment alors expliquer les maltraitances, les abandons ? Je pense, et je peux me tromper aussi, que l'instinct maternel est une "invention" récente. Il n'en est pas question avant le 19, et je crois

Membre 153ans Posté(e)
Mite_Railleuse Membre 24 372 messages
Grégairophobe...‚ 153ans
Posté(e)
il y a 4 minutes, eriu a dit :

Là , c'est un bon sujet :) 

Je trouve aussi :)

L'instinct maternel est asséné comme une évidence, une vérité inaliénable, et ce regret là est quasi inaudible. Comme si avoir pu se tromper en faisant un enfant, et le regretter, était monstrueux, contre nature.

Ces femmes sont diabolisées, vilipendées, clouées au pilori, parce qu'elles se sont rendues compte trop tard qu'elles n'étaient pas faites pour être mères. Ou qu'elles n'ont pas su résister aux diverses pressions. Comme s'il était obligatoire pour une femme d'enfanter, et éminemment suspect qu'elle n'en ait pas le désir.

Et regretter ne veut pas dire ne pas aimer...

  • Like 5
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 103ans Posté(e)
Atipique Membre 2 026 messages
Forumeur alchimiste‚ 103ans
Posté(e)

C'est bien triste d'en arriver là, spécialement pour les gosses; mais quelle idée aussi d'en faire seulement par pression sociale. J'ai de la peine à le croire.

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 56ans Posté(e)
eriu Membre 3 804 messages
Forumeur alchimiste‚ 56ans
Posté(e)
il y a 2 minutes, Mite_Railleuse a dit :

Je trouve aussi :)

L'instinct maternel est asséné comme une évidence, une vérité inaliénable, et ce regret là est quasi inaudible. Comme si avoir pu se tromper en faisant un enfant, et le regretter, était monstrueux, contre nature.

Ces femmes sont diabolisées, vilipendées, clouées au pilori, parce qu'elles se sont rendues compte trop tard qu'elles n'étaient pas faites pour être mères. Ou qu'elles n'ont pas su résister aux diverses pressions. Comme s'il était obligatoire pour une femme d'enfanter, et éminemment suspect qu'elle n'en ait pas le désir.

Et regretter ne veut pas dire ne pas aimer...

Totalement d'accord , tellement tabou , culpabilisant aussi ! pas encore lu l'article ..

Et que ça puisse être verbalisé , c'est une très bonne chose .. 

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 153ans Posté(e)
Mite_Railleuse Membre 24 372 messages
Grégairophobe...‚ 153ans
Posté(e)
il y a 3 minutes, Atipique a dit :

C'est bien triste d'en arriver là, spécialement pour les gosses; mais quelle idée aussi d'en faire seulement par pression sociale. J'ai de la peine à le croire.

Pas moi. Et je crois qu'il ne faut pas sous-estimer le poids de ces pressions.

  • Like 7
  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Cracounet
Invités Posté(e)
Invité Cracounet
Invité Cracounet Invités 0 message
Posté(e)
il y a 29 minutes, Mite_Railleuse a dit :

Sujet tabou s''il en est, le regret d'être mère existe bel et bien. A l'ère de l'instinct maternel tout puissant, des femmes regrettent d'avoir fait des enfants. Qu'elles aient cédé à la pression sociale, familiale ou du conjoint, elles ont envie "d'un retour en arrière impossible qui ne correspond pas aux standards de la société".

Je me suis toujours demandé quel était le pourcentage réel de ces enfants faits sous la pression...

"Découvrir, après coup, qu’on n’était pas faite pour avoir des enfants. Rêver de pouvoir faire machine arrière et de ne surtout pas cocher l’option “maternité”. Celles qui regrettent d’être mères se dévoilent dans l’ouvrage d’Orna Donath."

 

“Aujourd’hui, mon fils a 7 ans et j’étouffe. J’ai vraiment le sentiment d’avoir fait un enfant sous pression, pour faire plaisir, ne pas décevoir”. Ce témoignage, à la fois tabou et inaudible pour beaucoup, figure dans l’ouvrage d’Orna Donath, docteure en sociologie et enseignante à l’Université Ben Gourion du Neguev en Israël, Le regret d'être mère *, publié initialement en 2015. Quatre ans plus tard, l’ouvrage sort en France chez Odile Jacob, mettant enfin en lumière une réalité crue que connaissent beaucoup de femmes : celle d’un regret indicible, d’une envie de retour en arrière impossible, qui ne correspond pas aux standards de la société. 

Un royaume de stress

Peut-on réellement regretter d’être mère ? Le tabou des tabous dévoilé dans un ouvrage qui compile les témoignages de 23 mères, âgées de 25 à 75 ans. A la question “Si vous pouviez revenir en arrière dans le temps, avec la connaissance et l’expérience que vous avez aujourd’hui, seriez-vous une mère ?”, elles ont toutes répondu non. La chercheuse et auteure va à l’encontre des préjugés en expliquant que si la maternité peut être “une source de satisfaction personnelle, de plaisir, d’amour, de fierté, de joie et de contentement”, cela peut aussi être, en même temps, “un royaume de stress, d’impuissance, de frustration, d’hostilité et de déception, ainsi qu’une arène d’oppression et de subordination”. 

A l’époque, cette étude avait été commentée partout dans le monde mais c’est en Allemagne, dont le taux de natalité est le plus bas de l’Union Européenne (en 2015, ndlr), qu’elle a eu le plus de retentissement. Remettre en cause le bonheur d’être mère, et ce statut sacralisé, a suscité une polémique outre-Rhin, sans cesse alimentée par des débats télévisés, des conférences, la publication de livres, d’articles et d’éditos sur le sujet et une déferlante d’échanges enflammés sur la planète Twitter, sous le hashtag #regrettingmotherhood. De même, d’après un sondage mené par la société privée YouGov auprès de pères et mères de tous âges, 20% des parents allemands ne feraient pas d’enfants s’ils pouvaient revenir en arrière."

Suite de l'article

 

C'est injuste de dire ça, cela revient à dire qu'on regrette son enfant. 

Je dirai même" regretter pourquoi exactement ?"

Ça aussi c'est une bonne question. 

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 56ans Posté(e)
eriu Membre 3 804 messages
Forumeur alchimiste‚ 56ans
Posté(e)

Et c'est sur des générations . Croître et se multiplier .. un devoir 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 59ans Posté(e)
Kid_Ordinn Membre 4 964 messages
Forumeur discret‚ 59ans
Posté(e)
il y a 1 minute, Cracounet a dit :

Je dirai même" regretter pourquoi exactement ?"

 

Diverses raisons...Jeunesse gâchée,corps devenu difforme,soucis,stress

Pour la petite histoire,ma mère me reprochait sa césarienne ^^

  • Confus 1
  • Triste 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 153ans Posté(e)
Mite_Railleuse Membre 24 372 messages
Grégairophobe...‚ 153ans
Posté(e)
il y a 4 minutes, Cracounet a dit :

C'est injuste de dire ça, cela revient à dire qu'on regrette son enfant. 

Je dirai même" regretter pourquoi exactement ?"

Ça aussi c'est une bonne question. 

 

Il suffit de lire l'article pour avoir quelques réponses.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 43ans Posté(e)
Barbara lebol Membre 9 859 messages
Forumeur alchimiste‚ 43ans
Posté(e)

C'est vrai que pour la femme il existe une "horloge biologique" pour donner le jour.

Je crois davantage aux regrets des femmes qui n'ont pas conçu d'enfant quand elles le pouvaient et qui le regrettent plus tard.

C'est exact aussi que la société pousse les femmes à enfanter et que ces dernières doivent presque se justifier auprès de leurs famille et amis quand elles ne ressentent pas l'instinct maternel ou tout simplement qu'elle n'en veulent pas à cause de leur histoire, de leur enfance ou autre chose.

C'est ainsi et il n'y a pas à culpabiliser ! De toutes façons, il est préférable de ne pas concevoir d'enfant si on n'en veut pas, car cet enfant risque de ne pas être heureux.

Je fais partie de ces femmes qui ont hésité à être mère, et qui l'ont été au final. Je peux affirmer, même si c'est souvent difficile, même s'il faut souvent s'oublier soi-même, je peux affirmer que je ne le regrette pas, car c'est l'histoire d'une vie, d'un sens à la vie. ( je n'explique pas ce serait trop long ! )

 

 

  • Like 4
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 103ans Posté(e)
Atipique Membre 2 026 messages
Forumeur alchimiste‚ 103ans
Posté(e)
il y a 1 minute, eriu a dit :

Et c'est sur des générations . Croître et se multiplier .. un devoir 

Avant, les gens n'avaient pas le choix. Je suis là parce que la pilule n'existait pas et que la méthode Ogino ne marche pas.

Mais aujourd'hui, les gens devraient réfléchir davantage avant de pondre des gosses. 

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 153ans Posté(e)
Mite_Railleuse Membre 24 372 messages
Grégairophobe...‚ 153ans
Posté(e)
il y a 3 minutes, Kid_Ordinn a dit :

Diverses raisons...Jeunesse gâchée,corps devenu difforme,soucis,stress

Pour la petite histoire,ma mère me reprochait sa césarienne ^^

Les enfants paient aussi un lourd tribut à ce regret...

Modifié par Mite_Railleuse
  • Like 5
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Cracounet
Invités Posté(e)
Invité Cracounet
Invité Cracounet Invités 0 message
Posté(e)
il y a 5 minutes, Mite_Railleuse a dit :

Il suffit de lire l'article pour avoir quelques réponses.

Ben oui mais bon j'ai cliqué sur le lien il fait 10 pages de lecture. :mouai:

Modifié par Cracounet
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 43ans Posté(e)
Barbara lebol Membre 9 859 messages
Forumeur alchimiste‚ 43ans
Posté(e)
il y a 2 minutes, Kid_Ordinn a dit :

Diverses raisons...Jeunesse gâchée,corps devenu difforme,soucis,stress

Pour la petite histoire,ma mère me reprochait sa césarienne ^^

La petite enfance aussi est importante, et la représentation que l'on a de l'image de la mère, par le regard porté sur sa propre mère.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 56ans Posté(e)
eriu Membre 3 804 messages
Forumeur alchimiste‚ 56ans
Posté(e)
il y a 2 minutes, Atipique a dit :

Avant, les gens n'avaient pas le choix. Je suis là parce que la pilule n'existait pas et que la méthode Ogino ne marche pas.

Mais aujourd'hui, les gens devraient réfléchir davantage avant de pondre des gosses. 

Je pense , pour ma part , que ça évolue dans le bon sens , mais comme pour tout c'est long .. 

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 153ans Posté(e)
Mite_Railleuse Membre 24 372 messages
Grégairophobe...‚ 153ans
Posté(e)
il y a 4 minutes, Barbara lebol a dit :

C'est vrai que pour la femme il existe une "horloge biologique" pour donner le jour.

Je crois davantage aux regrets des femmes qui n'ont pas conçu d'enfant quand elles le pouvaient et qui le regrettent plus tard.

C'est exact aussi que la société pousse les femmes à enfanter et que ces dernières doivent presque se justifier auprès de leurs famille et amis quand elles ne ressentent pas l'instinct maternel ou tout simplement qu'elle n'en veulent pas à cause de leur histoire, de leur enfance ou autre chose.

C'est ainsi et il n'y a pas à culpabiliser ! De toutes façons, il est préférable de ne pas concevoir d'enfant si on n'en veut pas, car cet enfant risque de ne pas être heureux.

Je fais partie de ces femmes qui ont hésité à être mère, et qui l'ont été au final. Je peux affirmer, même si c'est souvent difficile, même s'il faut souvent s'oublier soi-même, je peux affirmer que je ne le regrette pas, car c'est l'histoire d'une vie, d'un sens à la vie. ( je n'explique pas ce serait trop long ! )

 

Oui, il y a aussi celles qui n'en veulent pas et qui, comme tu le dis, doivent se justifier en permanence. Au mieux elles n'ont "pas trouvé le bon", au pire, elles ne sont pas normales.

Il y a un autre dimension pour celles qui regrettent. Elles sont vraiment jugées, fustigées, impardonnables et quasi monstrueuses aux yeux de pas mal de monde.

Et je réitère, ne pas aimer n'est pas le corollaire de regretter...

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 66ans Posté(e)
Plouj Membre 77 062 messages
Voyageur‚ 66ans
Posté(e)

Bonsoir,

Curieux ! Je n'ai jamais vu cela comme un sujet tabou.

Combien de fois j'ai entendu :

Je ne sais qui vous a fait qui ne vous a pas balayés ...

Qu'ils sont barbants, si j'avais su ... 

Non, sérieux, à une époque les femmes se mariaient pour ça, enfanter.

Puis à un autre, il fallait en faire absolument pour assurer l'avenir, hem !

Aujourd'hui, ils apparaissent plus comme une gène dans une évolution de la carrière d'une femme.

 

Et les hommes là-dedans ?

L'article compile les témoignages de 23 mères, âgées de 25 à 75 ans, j'aurais bien voulu lire la personne de 75 ans.

 

 

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Cracounet
Invités Posté(e)
Invité Cracounet
Invité Cracounet Invités 0 message
Posté(e)
il y a 46 minutes, eriu a dit :

Là , c'est un bon sujet :) 

Oui mais ça ressemble à un topic féministe :smile2:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 43ans Posté(e)
Barbara lebol Membre 9 859 messages
Forumeur alchimiste‚ 43ans
Posté(e)
il y a 1 minute, Mite_Railleuse a dit :

Il y a un autre dimension pour celles qui regrettent. Elles sont vraiment jugées, fustigées, impardonnables et quasi monstrueuses aux yeux de pas mal de monde.

Pourquoi accorder autant d'importance au jugement d'autrui ? Ne serait-ce pas une projection de leur propre culpabilité qu'elles transfèrent sur d'autres personnes ?

L'essentiel est de s'appliquer à donner une bonne éducation, une sécurité intérieure, de la chaleur humaine à son enfant. C'est facile à dire mais plus difficile à réaliser si  l'on n'est pas motivée ! ;)

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×