Aller au contenu

Quand les Apaches faisaient trembler Paris


Messages recommandés

sovenka Membre 3366 messages
Oiseau de nuit‚ 39ans
Posté(e)

Au début du XXe siècle, les Apaches n’évoquent pas tant aux Français les Indiens d’Amérique que les bandes de malfrats qui sévissent dans le Paris de la Belle Epoque.

On ne sait pas exactement d’où vient ce terme. L’une des hypothèses serait qu’au cours d’un procès, un juge aurait dit "ce sont des mœurs d’Apaches", les bandes parisiennes s’en seraient ensuite revendiquées. »

Chaque quartier ou presque à ses « Apaches ». Les loups de la butte à Montmartre, les gars de Charonne, les monte-en-l’air des Batignolles… Quel que soit le secteur, le profil est peu ou prou le même : des jeunes Parisiens de 15 à 30 ans issus des classes ouvrières qui se rebellent contre un destin tout tracé: wesh, celui de passer sa vie à l’usine.

Leurs exactions font les choux gras de la presse, qui attise la peur pour faire vendre mais également pour dénoncer le prétendu laxisme des autorités.

Vols, braquage, proxénétisme, agressions… Refus de porter le masque... Pas une semaine ne passe sans que les Apaches fassent la une, quitte à noircir le tableau. « Plus de 30.000 rôdeurs contre 8.000 sergents de ville : l’Apache est la plaie de Paris » titre ainsi Le Petit Journal en octobre 1907. Dans son article, le journaliste affirme que « les crimes de sang ont augmenté dans d’invraisemblables proportions », sans pour autant avancer la moindre source.

La Première Guerre mondiale signe la fin de ce phénomène: les Apaches deviennent Poilus, beaucoup mourront dans les tranchées.

SOURCE

640x410_mefaits-apaches-font-reguliereme

 

220px-Types_de_joyeux_ou_apaches_vers_19

 

220px-Atrocevengence.jpg

 

apaches-savoirs-dhistoire.png?w=1307&h=7

 

0rvSIVkE2tHjLOkVw8i2-RlRHIg.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
CAL26 Membre 3937 messages
Forumeur alchimiste‚ 47ans
Posté(e)
Il y a 1 heure, sovenka a dit :

Au début du XXe siècle, les Apaches n’évoquent pas tant aux Français les Indiens d’Amérique que les bandes de malfrats qui sévissent dans le Paris de la Belle Epoque.

On ne sait pas exactement d’où vient ce terme. L’une des hypothèses serait qu’au cours d’un procès, un juge aurait dit "ce sont des mœurs d’Apaches", les bandes parisiennes s’en seraient ensuite revendiquées. »

Chaque quartier ou presque à ses « Apaches ». Les loups de la butte à Montmartre, les gars de Charonne, les monte-en-l’air des Batignolles… Quel que soit le secteur, le profil est peu ou prou le même : des jeunes Parisiens de 15 à 30 ans issus des classes ouvrières qui se rebellent contre un destin tout tracé: wesh, celui de passer sa vie à l’usine.

Leurs exactions font les choux gras de la presse, qui attise la peur pour faire vendre mais également pour dénoncer le prétendu laxisme des autorités.

Vols, braquage, proxénétisme, agressions… Refus de porter le masque... Pas une semaine ne passe sans que les Apaches fassent la une, quitte à noircir le tableau. « Plus de 30.000 rôdeurs contre 8.000 sergents de ville : l’Apache est la plaie de Paris » titre ainsi Le Petit Journal en octobre 1907. Dans son article, le journaliste affirme que « les crimes de sang ont augmenté dans d’invraisemblables proportions », sans pour autant avancer la moindre source.

La Première Guerre mondiale signe la fin de ce phénomène: les Apaches deviennent Poilus, beaucoup mourront dans les tranchées.

SOURCE

640x410_mefaits-apaches-font-reguliereme

 

220px-Types_de_joyeux_ou_apaches_vers_19

 

220px-Atrocevengence.jpg

 

apaches-savoirs-dhistoire.png?w=1307&h=7

 

0rvSIVkE2tHjLOkVw8i2-RlRHIg.jpg

2 petites incursions anachroniques sont venues assaisonner la présentation. Est-ce à dire que l'auteur veut montrer une certaine ressemblance entre la situation au début du 20ème et l'actuelle? Ou n'est-ce qu'une pointe de fantaisie ?

Toujours est il qu'il est bon de rappeler que la perspective d'un avenir peu radieux dans une ville hétéroclite parce que de grande taille peut engendre un phénomène de délinquance massive et des violences gratuites.

Conclusion : ce qu'il nous faudrait, c'est une bonne guerre ma pauvre dame (je me parle à moi quand je délire).

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Frank_N Membre 875 messages
Forumeur accro‚ 67ans
Posté(e)

Le milieu des Apaches a été dépeint par Jacques Becker dans "Casque d'or"... sublime!

 

casque d'or.jpg

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bouddean Membre 3921 messages
Forumeur alchimiste‚ 4ans
Posté(e)
Il y a 6 heures, CAL26 a dit :

2 petites incursions anachroniques sont venues assaisonner la présentation. Est-ce à dire que l'auteur veut montrer une certaine ressemblance entre la situation au début du 20ème et l'actuelle? Ou n'est-ce qu'une pointe de fantaisie ?

Toujours est il qu'il est bon de rappeler que la perspective d'un avenir peu radieux dans une ville hétéroclite parce que de grande taille peut engendre un phénomène de délinquance massive et des violences gratuites.

Conclusion : ce qu'il nous faudrait, c'est une bonne guerre ma pauvre dame (je me parle à moi quand je délire).

On pourrait quand même en déduire que quel que soit le type de population et les époques,   les inégalités provoquent de la délinquance . 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
boeingue Membre 4421 messages
Forumeur alchimiste‚ 70ans
Posté(e)
il y a 10 minutes, bouddean a dit :

On pourrait quand même en déduire que quel que soit le type de population et les époques,   les inégalités provoquent de la délinquance . 

en partie seulement ! !

tous les pauvres ne deviennent pas des proxénétes ,tueurs ,trafiquant de drogue ,etc !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bouddean Membre 3921 messages
Forumeur alchimiste‚ 4ans
Posté(e)
il y a 1 minute, boeingue a dit :

en partie seulement ! !

tous les pauvres ne deviennent pas des proxénétes ,tueurs ,trafiquant de drogue ,etc !

Je ne pense pas que l'argent soit la cause profonde de la révolte . 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sovenka Membre 3366 messages
Oiseau de nuit‚ 39ans
Posté(e)
Il y a 9 heures, CAL26 a dit :

2 petites incursions anachroniques sont venues assaisonner la présentation. Est-ce à dire que l'auteur veut montrer une certaine ressemblance entre la situation au début du 20ème et l'actuelle? Ou n'est-ce qu'une pointe de fantaisie ?

C'était juste une petite pointe de fantaisie pour rigoler, j'aime bien ces anachronismes qui rapprochent les aberrations de notre époque de celles d'autrefois, l'histoire étant souvent quelque chose qui se répète.

Il y a 9 heures, CAL26 a dit :

Toujours est il qu'il est bon de rappeler que la perspective d'un avenir peu radieux dans une ville hétéroclite parce que de grande taille peut engendre un phénomène de délinquance massive et des violences gratuites.

Le fait est que si aujourd'hui on parle d'ensauvagement de la société, d'insécurité, du temps de nos ancêtres on en parlait aussi et à juste titre puisque les rues de ces grandes villes n'étaient point sûres. Les homicides étaient d'ailleurs plus fréquents et à propos de la violence je vous invite à lire cet article . La réalité du bagne et de la guillotine n'y faisaient rien: ces lourdes peines n'étaient donc pas dissuasives. 

Il y a 9 heures, CAL26 a dit :

Conclusion : ce qu'il nous faudrait, c'est une bonne guerre ma pauvre dame (je me parle à moi quand je délire).

Un de mes oncles avait coutume de dire cela chaque fois qu'il entendait parler de délinquance juvénile. Or il était loin d'être parfait lui-même: faux cul, veule, malhonnête, menteur, voleur, vicieux et j'en passe. Il était né à une date qui l'avait dispensé d'aller à la guerre d'avant, celle d'après et puis celles qui suivirent -l'Algérie, l'Indochine- de ce fait il pouvait toujours en souhaiter aux autres. C'était de toute façon un gros con et je n'étais pas d'accord avec lui quand il plantait dans la conversation son sempiternel "faudrait une bonne guerre !" :dry:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sovenka Membre 3366 messages
Oiseau de nuit‚ 39ans
Posté(e)
Il y a 3 heures, boeingue a dit :

en partie seulement ! !

tous les pauvres ne deviennent pas des proxénétes ,tueurs ,trafiquant de drogue ,etc !

Les Apaches commençaient leur vie de caillera très jeune. Descolarisés ils méprisaient le travail honnête, d'ailleurs fort mal rémunéré, très usant (et c'était pire que le smic comme vous vous en doutez). Pour survivre à la misère et se protéger ils entraient dans un gang. Ils tagaient sur les murs "mort aux vaches!" "à bas les flics", ils appelaient la police "la renifle".

En 1910 un médecin -le docteur Lejeune- a publié un ouvrage dans lequel il préconise le fouet pour cette engeance. Extrait:

Rien n’est moins beau qu’une personne subissant la flagellation. Dévêtu ou à peu près, l’Apache expose son anatomie de malingre et de dégénéré ; il se montre tel qu’il est, un être inférieur que seule notre excessive humanité tolère au sein des grandes villes. Les cheveux, habituellement si bien pommadés, s’entremêlent sous les efforts du fustigé, le visage glabre, impudent et railleur d’ordinaire, se contourne en grimaces d’enfant battu, l’être cynique et moqueur s’humilie, supplie lâchement qu’on lui fasse grâce […]. Le flagellé redevient instinctivement un esclave, un vaincu, et rien n’est mieux que d’imprimer cette sensation sur la peau et dans l’entendement des Apaches qui se croient tout permis .

Le journal Le Matin suggérait quant à lui l’emploi de la guillotine pour couper court à la criminalité juvénile : « Elle [la guillotine] dort d’un sommeil profond, léthargique, la Veuve […]. Elle attend le fiancé de choix promis à ses ardeurs… Femelle de Lazare [prison Saint-Lazare], éveille-toi ! C’est le cri de tous les jurys de France, le hululement de la chouette populaire exaspérée des crimes récents  » (tiré d'un article du 22 août 1907).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sovenka Membre 3366 messages
Oiseau de nuit‚ 39ans
Posté(e)

Les Apaches jaspinent le jars, autrement dit échangent en argot. Les policiers sont les roussins, les sergots, 22!, les femmes des gerces, le surin est le couteau de voyou, le goncier est un bourgeois que l'apache tente de pigeonner pour lui chouraver son oseille, son pognon. Les maquereaux ou marlous sont les souteneurs, parfois des fils de bonne famille en déshérence car, plus croquignolets ils plaisent aux dames. Et pour avoir leurs faveurs les michets (clients) devront abouler de la braise. 

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sovenka Membre 3366 messages
Oiseau de nuit‚ 39ans
Posté(e)

L'apache méprise le travail honnête. Pour vivre, il y a le vol et les femmes. Il existe, dit-on, trois cent cinquante façons de voler : à la tire, à la détourne, à la roulotte, au radin, au rendez-moi, au poivrier, à l’américaine, à l’entôlage (pour les filles) et, bien sûr, à la cambriole. Quant aux femmes, elles sont l’objet d’une source de revenus réguliers. Presque tous les apaches sont proxénètes et les filles sont au cœur de la violence quotidienne. 

Les filles sont très recherchées mais pas uniquement pour des questions vénales. Dans la formation des couples, l’amour prend une part importante. La femme peut devenir l’enjeu de rixes sanglantes où valsent les couteaux et les hachettes. L’histoire de Casque d’Or, de Leca et de Manda le prouve. Les faits divers du même type font la une des journaux populaires. Pourtant, curieusement, la femme apache jouit d’une relative liberté et peut changer d’homme si le sien ne la satisfait plus. Cet état ne l’empêche pas d’être parfaitement soumise à « son homme », son amant, son proxénète, son protecteur, qui la défend mais la frappe aussi : battre sa femme est un signe de virilité et de respect de la part des autres hommes.

Pour régler leurs affaires, les apaches utilisent rarement le rigolo (revolver) qu’ils jugent trop bruyant, mais possèdent tous une arme blanche, le traditionnel surin à virole ou à cran d’arrêt. Certains exhibent des poignards qu’ils fabriquent eux-mêmes avec un fragment de lame de fleuret dont ils protègent la pointe avec un bouchon. Le casse-tête, arme très prisée chez ces jeunes voyous, est constitué par deux boules de plomb fixées à un jonc souple sur lequel elles sont maintenues par une peau solide ou un lacis de fines cordes de chanvre. Tel autre qui a travaillé dans les métaux -au temps où ses parents avaient tenté de lui faire apprendre un métier- se fabrique une arme redoutable par les blessures graves qu’elle occasionne avec un tiers-point aiguisé et dont il effile les angles à la meule. A défaut, le rôdeur se contente d’un vulgaire coup de poing américain qu’il trouve pour quelques sous dans n’importe quel bazar. Enfin, pour les plus pauvres, la moins onéreuse des armes mais tout aussi redoutable que les plus sophistiquées, celle qui connaît une grande vogue chez les poisses du début du XXe siècle, l’os de mouton. Autant d’armes dont on peut actuellement voir quelques spécimens au musée de la police de Paris.

les-armes-des-apaches.jpg

SOURCE: cet article très intéressant

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Peyo Membre 1428 messages
Forumeur alchimiste‚ 150ans
Posté(e)

Apache,  Apache,  mais oui, mais c'est bien sur ....

 

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sovenka Membre 3366 messages
Oiseau de nuit‚ 39ans
Posté(e)
Le 14/08/2020 à 09:32, Talon 1 a dit :

Et les 'habits noirs" ?

C'est les blousons noirs dans les 60's ? 

170px-Henry_Winkler_Fonzie_1977.JPG

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Peyo Membre 1428 messages
Forumeur alchimiste‚ 150ans
Posté(e)
il y a 2 minutes, sovenka a dit :

C'est les blousons noirs dans les 60's ? 

170px-Henry_Winkler_Fonzie_1977.JPG

 

C'était des jeunes qui se donnaient un signe de reconnaissance, rien de bien méchant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Talon 1 Membre 12765 messages
Talon 1‚ 74ans
Posté(e)
il y a une heure, sovenka a dit :

C'est les blousons noirs dans les 60's ? 

170px-Henry_Winkler_Fonzie_1977.JPG

Au XIX ème siècle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sovenka Membre 3366 messages
Oiseau de nuit‚ 39ans
Posté(e)
Il y a 1 heure, Talon 1 a dit :

Au XIX ème siècle.

Jamais entendu parler des "habits noirs", je suppose que c'était un gang ? 

Les bourgeois apprenaient à se défendre avec leur cane, un vrai sport:

f3673573bb9870cc506ec1a32416b5c1.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sovenka Membre 3366 messages
Oiseau de nuit‚ 39ans
Posté(e)

Eugène Sue et Alexandre Dumas étaient férus de canne de combat (et non de cane comme je l'ai écrit plus haut, coin coin :blush:) et cela se devine en lisant certaines scènes dans Les Mystères de Paris et Les Mohicans de Paris, de leurs ouvrages.

Les fameuses Brigades du Tigre y étaient formées.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×