Aller au contenu

Peyo

Membre
  • Contenus

    151
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Peyo

  • Rang
    Forumeur inspiré
  • Date de naissance 20/08/1954

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    le sud

Visiteurs récents du profil

354 visualisations du profil
  1. Peyo

    Paris brûle-t-il ?

    Le mouvement des Gilets Jaunes n'a pas inventé la violence: les gros cons d'agriculteurs qui en leur temps saccagèrent le bureau de Dominique Voinet, alors ministre, ne furent jamais inquiétés! Je peux résumer en une phrase ce que je ressens: je n'approuve pas la violence, je ne l'utiliserai pas mais je la comprends et j'en rend responsable Macron, son gouvernement et sa majorité!
  2. Peyo

    Paris brûle-t-il ?

    Après des semaines à faire le coup de poing dans les manifestations de Gilets jaunes un peu partout en France, l'extrême droite radicale pourrait encore faire parler d'elle samedi 16 pour "l'Acte 18". C'est à Bordeaux cette fois que ces "ultras", appelés ainsi car violents, sont attendus en nombre. Et une bonne partie d'entre eux sont liés au Bastion social, ce groupuscule héritier du GUD et déjà menacé de dissolution pour sa violence. . Comme souvent pour l'extrême droite radicale, c'est un concert qui fera office de point de ralliement samedi. Celui-ci est organisé par la "Communauté du Menhir", connue à Bordeaux pour ses "formations" sur "la défense de la notion de race" par exemple. Mais aussi pour avoir accueilli un concert des rockeurs d'In Memoriam, groupe historique de la scène d'extrême droite radicale créé dans la foulée de la mort de Sébastien Deyzieu, jeune militant qui fuyait la police lors d'une manifestation organisée par le GUD et les JNR en 1994. . D'autant que des incidents impliquant les nationalistes violents de Bordeaux ont déjà été signalés.
  3. Peyo

    Paris brûle-t-il ?

    Paris brûle-t-il ? Pour que les choses soit ici bien claires, il ne s'agit pas ici de prendre fait et cause pour les pratiques ayant eu lieu ce samedi à Paris. Elles ne peuvent être représentative de la colère sociale -elle, légitime- qui s'exerce à travers le Pays tant autour des "gilets jaunes" que dans les entreprises, l'université et les convergences qui se produisent, mais bien de pointer que "black-blocs" et "groupes fascistes" tels deux bras d'une pince manipulée par le même opérateur interviennent à chaque fois que le pouvoir est en difficulté face à un mouvement social qui se renforce en durée, détermination et puissance. Comment faire passer sa loi anticasseur quand l'ONU, les ONG internationales défendant les droits humains, le défenseurs des droits ont installé un rempart de protection pour empêcher Touthenmacronaparte de peaufiner son dispositif permettant d'interdire toute contestation sociale de sa politique laquelle met en pratique la définition du fascisme par Gramsci* ? Verrouillage du débat d'idées avec les chiens de garde médiatiques. Organisation d'une fausse opposition sur sa gauche. Tapis brun déroulé pour sa faire valoir préférée d'extrême droite. Organisation de la conquête du terrain historique de la droite classique, ne manquait que le détonateur. Opération de type "nuit et brouillard idéologique" pour tout ce qui pourrait se mettre en travers des exigences du capital. Vite les officines à la mode Daudet-Déat- Pasqua pour installer dans un lieu le plus médiatisable possible une provocation annoncée depuis huit jours sur tous les réseaux sociaux ; c'est à peine si Facebook ne diffusait pas le bristol à retourner avec la mention "tenue ultra sportive exigée, gilet de camouflage conseillé". C'est bien connu quand on ne peut contenir un incendie, la politique de la terre brulée pour faire contre feu est la solution. Le kéké des boites de nuit l'a bien compris quand il annonce revoir la "doctrine du maintien de l'ordre" en précisant pour que tout soit clair : " Nous devons faire un retour d’expérience complet sur les événements de ces dernières semaines, de ces dernières années ", Il fait ainsi référence aux violence ponctuant certaines manifestations des Gilets jaunes, mais aussi aux manifestations autour de la Loi El-Khomri, ou à l’évacuation de Notre-Dame-des-Landes mais persistant délibérément à ignorer les actions fascistes et racistes diverses et variées à travers le pays où la doctrine du "Laissez faire ça nous sert !" est la boussole de son patron jupitérien et le cap qu'il trace à ses subordonnés. Face à la "spontanéité" de cette convergence sur des positions préparée à l'avance, le vieil adage de la police à retourner à son ministre : "à qui profite le crime " et nous saurons qui en est l'instigateur, comment et par qui sont recrutés les acteurs et par qui ils sont payés. *le fascisme est pour le capital la continuité de l'exercice de son rapport social d'exploitation dans des conditions où sa crise exige un état encore plus violent pour garantir sans contestation ses profits.
  4. Lettre ouverte à Monsieur Didier Lallement, Préfet du département de la Gironde et de la Région Nouvelle Aquitaine.Bordeaux, lundi 4 mars 2019.Monsieur le Préfet,..Ce week-end, le député de la 3ème circonscription de Gironde Loïc Prudhomme a été agressé par les forces de l’ordre à Bordeaux alors qu’il quittait la manifestation des Gilets Jaunes.Son comportement pacifique (il quittait la manifestation) ne justifiait en rien un tel acte de la part d’un policier, manifestation déclarée ou non. Depuis le 17 novembre 2018, de nombreux manifestants ont été blessés voire gravement mutilés. Ce n’est heureusement pas le cas de Loïc Prudhomme. Cette agression est malgré tout extrêmement grave car le député a justifié de sa fonction auprès de son agresseur. Le policier a donc sciemment frappé un député de la République présent pacifiquement, ainsi que le citoyen béglais qui l’accompagnait..Vous avez apporté votre soutien aux actes des policiers arguant que ce dernier ne faisait que remplir ses fonctions de maintien de l’ordre. Nous avons été extrêmementchoqué par la rapidité de votre réaction publique sur le réseau social Twitter qui méconnaît la loi, avant même d’avoir tous les éléments de l’enquête à votre disposition, ce qui nous amène à penser qu’il s’agit d’une réaction politique (cf tweet ci-dessous)..Pour rappel, l'article 72 de la Constitution de la Cinquième République dit que : « dans les collectivités territoriales de la République, le représentant de l’État, représentant de chacun des membres du Gouvernement, a la charge des intérêts nationaux, du contrôle administratif et du respect des lois ».La loi dispose qu'aucune contrainte physique ne peut s'opposer à la circulation et l'action d'un parlementaire..Il n’y a à ce jour aucun texte vous permettant de justifier l’agissement de ce policier au regard des faits tels qu’ils se sont déroulés, au contraire ils sont condamnables.Le maintien de l’ordre Monsieur le préfet, dans une démocratie, ce n’est pas frapper sur un député de l’opposition politique. Et cela ne répond en aucun cas à aucune de vos prérogatives (défense des intérêts nationaux ? Contrôle administratif ??)..Par cette déclaration, vous et à travers vous, le Gouvernement, confondez maintien de l’ordre et police politique. C’est une confusion extrêmement grave qui met en danger les fondements de notre démocratie. Outre des excuses pour ces propos, nous estimons que vous n’êtes plus en capacité d’assurer vos fonctions et exigeons votre démission..La France Insoumise Gironde.
  5. ça existe aussi en boite :
  6. ACT 16 . «Allez, demain c'est cacatov party». . De nombreux internautes se disant sympathisants des Gilets jaunes, mais préférant toutefois garder l'anonymat, ont publié ces derniers jours de tels messages sur Twitter et Facebook. . .
  7. C'est certain que les pro-trump-pro-putschistes n'admettront jamais qu'on ne pense pas comme eux.
  8. António Guterres : L'ONU ne reconnaît que Maduro comme président légitime du Venezuela. . Cela doit en énerver plus d'un, qui suivent tels des moutons le trump, le macron et bien d'autres encore. . Pendant que nos J.T. midi et soir claironnent l'inadmissible ultimatum de l'UE au Venezuela, l'ONU rappelle quelques principes et réalités qui doivent conduite à considérer les USA , l'UE dont le gouvernement français comme des agresseurs putschistes. Cette situation peut déboucher sur un affrontement armé où les forces légales et légitimes d'un état souverain se défendront devant une invasion étrangère et sa 5e colonne. La France de Touthenmacronaparte peut s'engager dans une voie qui pour des années décrédibiliserait notre pays. S'opposer au putsch est à la fois un acte de solidarité avec un pays souverain et la meilleure façon de défendre notre propre souveraineté. L'ONU refuse de prendre position en faveur du putschiste Juan Guaidó et affirme qu'au Venezuela elle agit en coordination avec le gouvernement reconnu par les pays membres. Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a confirmé jeudi que les Etats de l'Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) et du Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) reconnaissent Nicolás Maduro comme président constitutionnel et légitime du Venezuela. Pour cette raison, le fonctionnaire a refusé de se positionner en faveur des intérêts du député de l'Assemblée nationale (AN) -en desacato-, Juan Guaidó, qui s'est proclamé le 23 janvier dernier "président en charge" de manière inconstitutionnelle. Le chef de l'opposition a écrit à António Guterres samedi dernier, le 26 janvier, demandant la mise en place de "mécanismes de soutien" pour faire face à ce qu'il a appelé la "crise humanitaire" en République bolivarienne. Dans sa réponse, M. Dujarric a déclaré jeudi que l'ONU est prête à continuer à coopérer aux activités de développement au Venezuela, en comptant sur l'approbation du gouvernement du président Nicolas Maduro, le seul gouvernement qui reconnaît. Le porte-parole a souligné que la reconnaissance des gouvernements n'est pas une fonction du Secrétaire général de l'ONU, mais des États membres, et que dans ses relations avec les États membres, elle respecte "les décisions" de l'Assemblée générale et du Conseil de sécurité. Quant à la détention au Venezuela de trois journalistes de l'agence de presse espagnole Efe, M. Dujarric a estimé qu'il était "crucial" que les journalistes "puissent reporter librement et que leurs droits soient pleinement respectés", au Venezuela comme dans tout autre pays. Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, a blâmé jeudi les médias pour ces arrestations, les accusant d'avoir envoyé leurs employés sans se conformer à la loi et d'avoir "fait un scandale" contre le gouvernement. Le directeur de l'agence Efe a informé dans son compte Twitter de la libération des détenus. Le porte-parole de l'ONU s'est également félicité de l'initiative du Mexique et de l'Uruguay d'organiser une réunion internationale dans le but de lancer un dialogue politique au Venezuela. "De toute évidence, la communauté internationale peut jouer un rôle clé pour faciliter la conclusion d'accords inclusifs ", a déclaré le porte-parole, qui a déclaré qu'il s'attendait à recevoir des détails sur la réunion que António Guterres tiendra avec des représentants du Mexique et de l'Uruguay. Le Venezuela connaît des jours de grande turbulence en raison de l'autoproclamation de Guaidó en tant que président par intérim, avec le soutien des États-Unis, malgré le fait que Maduro, légalement élu aux dernières élections présidentielles en 2018, a commencé son second mandat le 10 janvier. Bien que certains pays occidentaux et latino-américains alliés à Washington aient reconnu Guaidó, d'autres comme la Bolivie, Cuba, le Mexique, la Russie, l'Iran, la Chine, la Turquie et la Syrie ont annoncé leur soutien total au gouvernement vénézuélien. .(https://histoireetsociete.wordpress.com/2019/02/01/antonio-guterres-lonu-ne-reconnait-que-maduro-comme-president-legitime-du-venezuela/) . . A vos plumes les pro-putschistes.
  9. Lorsque le maire lui a demandé un avis lors d'une réunion de conseil municipal, il s'est défilé, et ne participe à aucun conseil........
  10. Un élu RN (Rhône) condamné pour détention d'engins explosifs. . Un élu du Rhône, conseiller municipal d’opposition (Rassemblement national) de Tarare, a été condamné ce lundi à 2.000 euros d’amende avec sursis et interdiction de détenir une arme durant cinq ans. L’homme de 27 ans était jugé devant le tribunal correctionnel de Valence en compagnie de l’un de ses amis, qui a écopé de la même sanction. . Tous deux ont été interpellés samedi alors qu’ils se rendaient à la manifestation des «gilets jaunes » à Valence, selon Le Dauphiné Libéré. En contrôlant leur véhicule, les gendarmes avaient découvert des pétards, fumigènes et explosif artisanal. AFP . Qui n'est condamné que à du sursis? Je trouve la justice très clément vis-à-vis de l'extrême droite. Ils devraient être interdits de toutes représentations électorales. . Quant on vous dit que l'extrême droite engendre la violence, les faits sont là.
  11. Ben non, papy33, vu que je suis bien plus jeune que toi
  12. le fléau de Jupiter . . . Ainsi dans la France de 2019, quand pour dénoncer un scandale qui terni l'image du pays faisant que le monde entier se gausse de nos institutions, une gazette faisant oeuvre de lanceur d'alerte dans la tradition mise en place il y a bientôt quatre siècles par Théophraste Renaudot, (avec l'aide du premier ministre d'alors pourtant si peu démocrate), met sur place publique faits et méfaits exigeant que justice s'en saisisse, ce sont les porteurs de nouvelles que les archers accompagnant lieutenants de justice féaux du monarque qui viennent des potron-minet tenter de se saisir non pas de l'auteur des méfaits mais de ceux qui les révèlent. . Mais en touthenmacroncratie, tout à la préparation de son printanier plébiscite, Manu El Monarc n'est pas à cela près. . A voir tant d'acharnement à couvrir on ne sait quoi, le factotum de l'Elysée, émule de Trump, celui qui disait matamore et fier à bras "qu'ils viennent me chercher" non seulement dès que la presse tente de traverser la rue se dérobe mais use des pratiques d'un Badinguet pour tenter d'intimider. . L'Elysée va finir par devenir l'antre de ce conspirationnisme, suaire dont son locataire affuble ceux qui exige clarté et transparence. . Cela donne l'impression d'une course de vitesse pour bloquer le compte à rebours déclenchant une affaire d'état. . Nous sommes comme devant un Benallagate devenant de jour en jour un Macronallagate.
  13. Une démocratie avec un président élu avec seulement 18% des inscrits ? Est-il légitime. "On a une démocratie ici", et les violences policière, les gens estropiés par des tirs de grenades ou de flaschball, la mamie de Marseille qui reçot une grenade en pleine tête et qui décède ? Démocratie dites-vous ? Cela se passerait dans un autre pays, la Chine par exemple, tu serais le premier à dénoncer les atteintes aux droits de l'homme, mais là tu cautionnes. Cela ne te dérange pas ? T'es encore sur les forums, à ton âge ? Ta femme le sait ???
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité