Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Budget 2018

Messages recommandés

ouest35 Membre 14839 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

http://finance.orange.fr/actualite-eco/article/budget-2018-moins-de-baisses-d-impots-que-prevu-initialement-CNT000000ObfEe/photos/le-plan-d-investissement-e4943f02613bf0adcd53c506a24d1909.html

"AFP, publié le mercredi 27 septembre 2017 à 06h59

Sept milliards d'euros au lieu des dix jusque-là promis: le premier budget du quinquennat d'Emmanuel Macron, présenté mercredi, sera moins ambitieux en matière de baisses d'impôts que ce qui avait été annoncé par l'exécutif concernant l'année 2018.

Alors que Bercy doit détailler officiellement son texte budgétaire mercredi matin en Conseil des ministres, un avis du Haut conseil des finances publiques (HCFP), consulté par l'AFP, lève une partie du voile sur ce texte à haute valeur symbolique pour l'exécutif.

"Dans le PLF pour 2018, les mesures nouvelles représentent environ sept milliards d'euros de baisses nettes des prélèvements obligatoires", indique dans cet avis le HCFP, organe indépendant chargé d'évaluer la crédibilité des prévisions budgétaires.

Un montant nettement moins élevé que ce que promettait le gouvernement jusque-là. "Nous baisserons les impôts à fin 2018 d'environ 10 milliards d'euros", assurait encore mi-septembre le ministre de l'Economie Bruno Le Maire dans un entretien au Monde.

A l'origine de cette différence? La décision annoncée fin août de décaler à l'automne une partie de la baisse des cotisations chômage et maladie prévue pour les salariés du secteur privé, a précisé à l'AFP une source proche du dossier.

Cette baisse se fera ainsi en deux étapes, avec une réduction de 2,2 points au 1er janvier et une seconde de 0,95 point au 1er octobre... alors que la hausse de 1,7 point de la CSG -- destinée à compenser le coût de cette mesure pour les finances publiques -- se fera intégralement début janvier.

"En année pleine, la baisse" des prélèvements obligatoires liée aux réformes fiscales du projet de loi de finances "sera bien de 10 milliards", a expliqué à l'AFP la source proche du dossier, assurant que les objectifs seraient tenus.

Ce n'est pas la première fois, cependant, que le gouvernement revoit ses ambitions. Confronté à une équation budgétaire quasi insoluble, Bercy avait déjà révisé début septembre le montant des baisses d'impôts, de 11 à 10 milliards d'euros.

Si le HCFP dit ne pas être "en situation de se prononcer sur le chiffrage" des mesures de baisse des prélèvements obligatoires, il considère toutefois que "la prévision des recettes tirées des prélèvements obligatoires" est "prudente".

- Risques sur les économies -

Le Haut conseil, dans son avis, juge par ailleurs "raisonnable" le "scénario macroéconomique" retenu par le gouvernement, qui confirme une prévision de croissance de 1,7% et un déficit public de 2,6% du produit intérieur brut (PIB) pour 2018.

Le HFCP, qui note qu'un effort visant à une "budgétisation plus réaliste" a été effectué sur le budget de l'État, met toutefois en garde contre des "risques significatifs" qui existent selon lui sur "la réalisation des économies" promises par l'exécutif.

Le gouvernement, pour des raisons budgétaires, a également revu à la baisse la semaine dernière ses ambitions en matière de dépense publique, passant de 20 milliards d'euros à 16 milliards d'euros d'économies, dont huit pour le seul périmètre de l'Etat.  

Mais ce nouvel objectif, quoique moins élevé, reste difficile à atteindre, alors que Bercy doit, outre les baisses d'impôts, intégrer plusieurs milliards d'euros de dépenses nouvelles, liées aux décisions prises sous François Hollande mais aussi aux promesses de campagne d'Emmanuel Macron.

Plusieurs portefeuilles ministériels sont ainsi annoncés en hausse, à l'image de la Justice (+3,8%), de l'Enseignement supérieur (+700 millions d'euros) et la Défense (+1,8 milliard d'euros)... dont l'exécutif avait assuré fin juillet qu'il serait le seul budget à augmenter.

En contrepartie, trois secteurs seront principalement mis à contribution: l'emploi, avec une réduction drastique des contrats aidés; le logement, avec une forte baisse des APL, notamment dans le logement social; et les transports, avec le gel probable de plusieurs grands projets d'infrastructures.

Selon l'avis du HCFP, les aides au logement subiront une baisse de 1,7 milliard d'euros de crédit, tandis que les contrats aidés se verront amputés de 1,5 milliard d'euros par rapport à la loi de finances initiale de 2017.

"Les objectifs d'économies sont plus exigeants qu'en 2017", observe le Haut Conseil, qui insiste sur "la nécessité de respecter les objectifs de maîtrise de la dépense, même si les recettes venaient à être meilleures que prévu", en cas d'accélération de la croissance."

Le couperet  sur le social et l'emploi d'abord  ...

Continuons de vendre nos bijoux de famille : les travailleurs n'auront même plus besoin de rêver de vacances en Grèce, ce sera chez nous ...:D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
titenath Animatrice 36168 messages
Dindasse prête à servir !!! V.I.Pintade‚ 42ans
Posté(e)
il y a une heure, ouest35 a dit :

http://finance.orange.fr/actualite-eco/article/budget-2018-moins-de-baisses-d-impots-que-prevu-initialement-CNT000000ObfEe/photos/le-plan-d-investissement-e4943f02613bf0adcd53c506a24d1909.html

"AFP, publié le mercredi 27 septembre 2017 à 06h59

Sept milliards d'euros au lieu des dix jusque-là promis: le premier budget du quinquennat d'Emmanuel Macron, présenté mercredi, sera moins ambitieux en matière de baisses d'impôts que ce qui avait été annoncé par l'exécutif concernant l'année 2018.

Alors que Bercy doit détailler officiellement son texte budgétaire mercredi matin en Conseil des ministres, un avis du Haut conseil des finances publiques (HCFP), consulté par l'AFP, lève une partie du voile sur ce texte à haute valeur symbolique pour l'exécutif.

"Dans le PLF pour 2018, les mesures nouvelles représentent environ sept milliards d'euros de baisses nettes des prélèvements obligatoires", indique dans cet avis le HCFP, organe indépendant chargé d'évaluer la crédibilité des prévisions budgétaires.

Un montant nettement moins élevé que ce que promettait le gouvernement jusque-là. "Nous baisserons les impôts à fin 2018 d'environ 10 milliards d'euros", assurait encore mi-septembre le ministre de l'Economie Bruno Le Maire dans un entretien au Monde.

A l'origine de cette différence? La décision annoncée fin août de décaler à l'automne une partie de la baisse des cotisations chômage et maladie prévue pour les salariés du secteur privé, a précisé à l'AFP une source proche du dossier.

Cette baisse se fera ainsi en deux étapes, avec une réduction de 2,2 points au 1er janvier et une seconde de 0,95 point au 1er octobre... alors que la hausse de 1,7 point de la CSG -- destinée à compenser le coût de cette mesure pour les finances publiques -- se fera intégralement début janvier.

"En année pleine, la baisse" des prélèvements obligatoires liée aux réformes fiscales du projet de loi de finances "sera bien de 10 milliards", a expliqué à l'AFP la source proche du dossier, assurant que les objectifs seraient tenus.

Ce n'est pas la première fois, cependant, que le gouvernement revoit ses ambitions. Confronté à une équation budgétaire quasi insoluble, Bercy avait déjà révisé début septembre le montant des baisses d'impôts, de 11 à 10 milliards d'euros.

Si le HCFP dit ne pas être "en situation de se prononcer sur le chiffrage" des mesures de baisse des prélèvements obligatoires, il considère toutefois que "la prévision des recettes tirées des prélèvements obligatoires" est "prudente".

- Risques sur les économies -

Le Haut conseil, dans son avis, juge par ailleurs "raisonnable" le "scénario macroéconomique" retenu par le gouvernement, qui confirme une prévision de croissance de 1,7% et un déficit public de 2,6% du produit intérieur brut (PIB) pour 2018.

Le HFCP, qui note qu'un effort visant à une "budgétisation plus réaliste" a été effectué sur le budget de l'État, met toutefois en garde contre des "risques significatifs" qui existent selon lui sur "la réalisation des économies" promises par l'exécutif.

Le gouvernement, pour des raisons budgétaires, a également revu à la baisse la semaine dernière ses ambitions en matière de dépense publique, passant de 20 milliards d'euros à 16 milliards d'euros d'économies, dont huit pour le seul périmètre de l'Etat.  

Mais ce nouvel objectif, quoique moins élevé, reste difficile à atteindre, alors que Bercy doit, outre les baisses d'impôts, intégrer plusieurs milliards d'euros de dépenses nouvelles, liées aux décisions prises sous François Hollande mais aussi aux promesses de campagne d'Emmanuel Macron.

Plusieurs portefeuilles ministériels sont ainsi annoncés en hausse, à l'image de la Justice (+3,8%), de l'Enseignement supérieur (+700 millions d'euros) et la Défense (+1,8 milliard d'euros)... dont l'exécutif avait assuré fin juillet qu'il serait le seul budget à augmenter.

En contrepartie, trois secteurs seront principalement mis à contribution: l'emploi, avec une réduction drastique des contrats aidés; le logement, avec une forte baisse des APL, notamment dans le logement social; et les transports, avec le gel probable de plusieurs grands projets d'infrastructures.

Selon l'avis du HCFP, les aides au logement subiront une baisse de 1,7 milliard d'euros de crédit, tandis que les contrats aidés se verront amputés de 1,5 milliard d'euros par rapport à la loi de finances initiale de 2017.

"Les objectifs d'économies sont plus exigeants qu'en 2017", observe le Haut Conseil, qui insiste sur "la nécessité de respecter les objectifs de maîtrise de la dépense, même si les recettes venaient à être meilleures que prévu", en cas d'accélération de la croissance."

Le couperet  sur le social et l'emploi d'abord  ...

Continuons de vendre nos bijoux de famille : les travailleurs n'auront même plus besoin de rêver de vacances en Grèce, ce sera chez nous ...:D

Citation juste pour pouvoir lire le texte de manière plus lisible.

Le gras, le noir, le bleu, le rouge, le tout dans une même phrase ça ne facilite pas du tout la lecture, bien au contraire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ouest35 Membre 14839 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 20 minutes, titenath a dit :

Citation juste pour pouvoir lire le texte de manière plus lisible.

Le gras, le noir, le bleu, le rouge, le tout dans une même phrase ça ne facilite pas du tout la lecture, bien au contraire.

Bien cheftaine : je retourne au fond de la classe :rolle:

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nerelucia Membre 12886 messages
Forumeur alchimiste‚ 113ans
Posté(e)

parce que le budget est digeste ?

la Défense (+1,8 milliard d'euros) oui mais baisse cette année de 800 millions, à récupérer....un jour, à la Saint glinglin !

Allocation logement en baisse parce qu'on on va faire la chasse aux pantouflards seuls dans de grands appartements HLM.

Hausse budget : la justice, faiblard, l'enseignement supérieur, pourquoi celui là-?

Les contrats aidés ? De la poudre aux yeux.

On voit qu'il est passé par Bercy.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 71052 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 48ans
Posté(e)
Il y a 10 heures, ouest35 a dit :

http://finance.orange.fr/actualite-eco/article/budget-2018-moins-de-baisses-d-impots-que-prevu-initialement-CNT000000ObfEe/photos/le-plan-d-investissement-e4943f02613bf0adcd53c506a24d1909.html

"AFP, publié le mercredi 27 septembre 2017 à 06h59

Sept milliards d'euros au lieu des dix jusque-là promis: le premier budget du quinquennat d'Emmanuel Macron, présenté mercredi, sera moins ambitieux en matière de baisses d'impôts que ce qui avait été annoncé par l'exécutif concernant l'année 2018.

Alors que Bercy doit détailler officiellement son texte budgétaire mercredi matin en Conseil des ministres, un avis du Haut conseil des finances publiques (HCFP), consulté par l'AFP, lève une partie du voile sur ce texte à haute valeur symbolique pour l'exécutif.

"Dans le PLF pour 2018, les mesures nouvelles représentent environ sept milliards d'euros de baisses nettes des prélèvements obligatoires", indique dans cet avis le HCFP, organe indépendant chargé d'évaluer la crédibilité des prévisions budgétaires.

Un montant nettement moins élevé que ce que promettait le gouvernement jusque-là. "Nous baisserons les impôts à fin 2018 d'environ 10 milliards d'euros", assurait encore mi-septembre le ministre de l'Economie Bruno Le Maire dans un entretien au Monde.

A l'origine de cette différence? La décision annoncée fin août de décaler à l'automne une partie de la baisse des cotisations chômage et maladie prévue pour les salariés du secteur privé, a précisé à l'AFP une source proche du dossier.

Cette baisse se fera ainsi en deux étapes, avec une réduction de 2,2 points au 1er janvier et une seconde de 0,95 point au 1er octobre... alors que la hausse de 1,7 point de la CSG -- destinée à compenser le coût de cette mesure pour les finances publiques -- se fera intégralement début janvier.

"En année pleine, la baisse" des prélèvements obligatoires liée aux réformes fiscales du projet de loi de finances "sera bien de 10 milliards", a expliqué à l'AFP la source proche du dossier, assurant que les objectifs seraient tenus.

Ce n'est pas la première fois, cependant, que le gouvernement revoit ses ambitions. Confronté à une équation budgétaire quasi insoluble, Bercy avait déjà révisé début septembre le montant des baisses d'impôts, de 11 à 10 milliards d'euros.

Si le HCFP dit ne pas être "en situation de se prononcer sur le chiffrage" des mesures de baisse des prélèvements obligatoires, il considère toutefois que "la prévision des recettes tirées des prélèvements obligatoires" est "prudente".

- Risques sur les économies -

Le Haut conseil, dans son avis, juge par ailleurs "raisonnable" le "scénario macroéconomique" retenu par le gouvernement, qui confirme une prévision de croissance de 1,7% et un déficit public de 2,6% du produit intérieur brut (PIB) pour 2018.

Le HFCP, qui note qu'un effort visant à une "budgétisation plus réaliste" a été effectué sur le budget de l'État, met toutefois en garde contre des "risques significatifs" qui existent selon lui sur "la réalisation des économies" promises par l'exécutif.

Le gouvernement, pour des raisons budgétaires, a également revu à la baisse la semaine dernière ses ambitions en matière de dépense publique, passant de 20 milliards d'euros à 16 milliards d'euros d'économies, dont huit pour le seul périmètre de l'Etat.  

Mais ce nouvel objectif, quoique moins élevé, reste difficile à atteindre, alors que Bercy doit, outre les baisses d'impôts, intégrer plusieurs milliards d'euros de dépenses nouvelles, liées aux décisions prises sous François Hollande mais aussi aux promesses de campagne d'Emmanuel Macron.

Plusieurs portefeuilles ministériels sont ainsi annoncés en hausse, à l'image de la Justice (+3,8%), de l'Enseignement supérieur (+700 millions d'euros) et la Défense (+1,8 milliard d'euros)... dont l'exécutif avait assuré fin juillet qu'il serait le seul budget à augmenter.

En contrepartie, trois secteurs seront principalement mis à contribution: l'emploi, avec une réduction drastique des contrats aidés; le logement, avec une forte baisse des APL, notamment dans le logement social; et les transports, avec le gel probable de plusieurs grands projets d'infrastructures.

Selon l'avis du HCFP, les aides au logement subiront une baisse de 1,7 milliard d'euros de crédit, tandis que les contrats aidés se verront amputés de 1,5 milliard d'euros par rapport à la loi de finances initiale de 2017.

"Les objectifs d'économies sont plus exigeants qu'en 2017", observe le Haut Conseil, qui insiste sur "la nécessité de respecter les objectifs de maîtrise de la dépense, même si les recettes venaient à être meilleures que prévu", en cas d'accélération de la croissance."

Le couperet  sur le social et l'emploi d'abord  ...

Continuons de vendre nos bijoux de famille : les travailleurs n'auront même plus besoin de rêver de vacances en Grèce, ce sera chez nous ...:D

Il n'est pas question de bijoux de famille dans cet article , du coup de quoi parlez vous ?

Pour le reste le haut conseil note les hypothèses prudentes et les budgets régaliens sont en hausse . Il manque celui de la transition écologique lui aussi en hausse .

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Scrongneugneu Membre 4197 messages
Forumeur alchimiste‚ 72ans
Posté(e)
Il y a 7 heures, DroitDeRéponse a dit :

Il n'est pas question de bijoux de famille dans cet article , du coup de quoi parlez vous ?

Pour le reste le haut conseil note les hypothèses prudentes et les budgets régaliens sont en hausse . Il manque celui de la transition écologique lui aussi en hausse .

 

Dixit nos sinistres, c'est un budget "sincère" et adapté aux réelles possibilités qui ne souffrira pas de trous ou de rallonges surprises. Nota, pour HULOT, c'est +500 millions. Autre nota, si c'est respecté, il n'y a plus que l'Espagne qui sera au dessus des fameux 3% dans la zone Euro...et la moyenne des 19 pays membre est de 0,8% de déficit...y a encore du boulot...3ème nota, les populistes Allemands n'ont pas voté que contre les immigrés, mais aussi pour que l'Allemagne cesse d'aider les pays du sud peu vertueux au détriment des Allemands. Les populistes des autres pays Nordiques disent la même chose. Semblerait que le discours MACRON sur l'Europe et sur " a tout prix" les - 3%, tient compte aussi de ces donnes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
LouiseAragon Membre 14351 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

:hum:

« les 500 plus grandes fortunes ont augmenté ces vingt dernières années 4 fois plus vite que le PIB !

Entre 1996 et 2016, leur fortune est passée de 80 milliards d’euros à 570 milliards !

Elles représentent maintenant 26 % de notre PIB, contre 6 % auparavant.

Et vous vous voulez supprimer l’ISF ? ».

:(

Il parait que c'est ça la démocratie !

 :hum:

LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE ... 

???

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 71052 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 48ans
Posté(e)
il y a 56 minutes, Scrongneugneu a dit :

Dixit nos sinistres, c'est un budget "sincère" et adapté aux réelles possibilités qui ne souffrira pas de trous ou de rallonges surprises. Nota, pour HULOT, c'est +500 millions. Autre nota, si c'est respecté, il n'y a plus que l'Espagne qui sera au dessus des fameux 3% dans la zone Euro...et la moyenne des 19 pays membre est de 0,8% de déficit...y a encore du boulot...3ème nota, les populistes Allemands n'ont pas voté que contre les immigrés, mais aussi pour que l'Allemagne cesse d'aider les pays du sud peu vertueux au détriment des Allemands. Les populistes des autres pays Nordiques disent la même chose. Semblerait que le discours MACRON sur l'Europe et sur " a tout prix" les - 3%, tient compte aussi de ces donnes.

Mais tout à fait , le gouvernement a intégré qu'il n'était pas possible de faire bouger nos partenaires en faisant peser sur l'euro zone nos déficits . Maintenant on ne passe pas De 5% à 0,8% en un an surtout quand on est nourri au déficit budgétaire depuis 1981 .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
stvi Membre 19207 messages
Forumeur alchimiste‚ 109ans
Posté(e)
il y a 53 minutes, LouiseAragon a dit :

:hum:

« les 500 plus grandes fortunes ont augmenté ces vingt dernières années 4 fois plus vite que le PIB !

Entre 1996 et 2016, leur fortune est passée de 80 milliards d’euros à 570 milliards !

Elles représentent maintenant 26 % de notre PIB, contre 6 % auparavant.

Et vous vous voulez supprimer l’ISF ? ».

:(

Il parait que c'est ça la démocratie !

 :hum:

LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE ... 

???

 

 dans le même temps,le pouvoir d'achat des Français a été multiplié par deux ...

http://france-inflation.com/evolution_pib_france.php

tu préférerais sans doute que ces gros riches soient ruinés et qu'on ait le niveau de vie des Cubains !....Tu devrais relire "la poule aux œufs d'or " ;)

ces grosses fortunes paient normalement entre 30 et 50% de leurs revenus en impôts ,et participent ainsi à la solidarité ...

c'est un discours ambigu que de réclamer plus de protection sociale et d'exiger la tête de ceux qui la paie ...

10% des ménages paient 70% de l'impôt

La concentration des contribuables qui sont assujettis à l'IR est particulièrement élevée. Selon la DGFiP, les ménages qui déclarent des revenus supérieurs à plus de 50.000 euros ont supporté l'an passé 70,4% de la charge globale de l'impôt. Ces foyers représentaient 10,2% des foyers fiscaux

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ouest35 Membre 14839 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

L'ISFla France était le seul pays d'Europe à avoir ce genre d'impôts mal boutiqué ...

.....  mais j'aimerais quand même que tous ces casseurs d'emplois et de revenus fiscaux pour la Nation reviennent au bercail et jouent le jeu à l'envers ... ils n'iront jamais a la soupe populaire même si leur pactole diminue de moitié. J'ai un doute affreux sur le résultat de ces cadeaux ...

Ce que notre gouvernement fait n'est que du raccommodage Jupiter peut bien se la péter en tant que Président il n'a aucune influence sur le plan mondial comme tous les autres : le problème c'est qu'il est a califourchon sur la France et le grand Capital sont ex-père nourricier et qu'il connait par coeur ... Donc le social il s'en tape ... c'est accessoire  !

Je ne fais confiance qu'à son intelligence ... mais il lui faudra surement une claque magistrale (laquelle je sais pas) pour que les ors du pouvoir  et de l'argent se révèlent à lui comme le poison qui tue ce qui reste d'humanité dans ceux qui le (les) détiennent et qui  fascine ses ambitions napoléoniennes un tantinet mégalos .

L'intelligence pour qu'elle soit efficace et juste doit s'allier à  l'intelligence du coeur ...là c'est loin d'être gagné .

 

(que mon avis)

 

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
LouiseAragon Membre 14351 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

"Pov' ... Faire l'autruche .... (et pardon aux véritables autruches) !

.https://www.inegalites.fr/IMG/pdf/rapport_sur_les_inegalites_2017_-_synthese_web_-_credit_observatoire_des_inegalites_20170613.pdf

« les 500 plus grandes fortunes ont augmenté ces vingt dernières années 4 fois plus vite que le PIB !

Entre 1996 et 2016, leur fortune est passée de 80 milliards d’euros à 570 milliards !

Elles représentent maintenant 26 % de notre PIB, contre 6 % auparavant.

  • France 2017: 10% possèdent 47 % du patrimoine 
  • Taux de pauvreté : 8.1 % ... 5 à 8 millions de pauvres en France selon les chiffres ...
  • 1.8 millions d'allocataires du RSA ...
  • Tous les chiffres montrent l'augmentation de la pauvreté 
  • Tous les chiffres montrent l'augmentation de la fortune des nantis 
  • Tous les chiffres montrent le creusement des inégalités ...

Et certains de gonfler le torse pour tordre la réalité et trafiquer les chiffres ... des tartuffes ... 

Un enfant meurt de faim toutes les 5 secondes sur terre. Pour Jean Ziegler, ex-rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, ce n’est pas une fatalité, mais la conséquence de politiques délibérées.  «La faim est un crime contre l’humanité»

Et les "bons patriotes " de frauder l'impôt et de s'exiler dans les paradis fiscaux :o° 

60 à 80 miliards /par an oui par an ...

et ces escrocs-là sont vénérés par certains !

Vivons-nous en République démocratique ? 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 71052 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 48ans
Posté(e)
il y a 52 minutes, stvi a dit :

 dans le même temps,le pouvoir d'achat des Français a été multiplié par deux ...

http://france-inflation.com/evolution_pib_france.php

tu préférerais sans doute que ces gros riches soient ruinés et qu'on ait le niveau de vie des Cubains !....Tu devrais relire "la poule aux œufs d'or " ;)

ces grosses fortunes paient normalement entre 30 et 50% de leurs revenus en impôts ,et participent ainsi à la solidarité ...

c'est un discours ambigu que de réclamer plus de protection sociale et d'exiger la tête de ceux qui la paie ...

10% des ménages paient 70% de l'impôt

La concentration des contribuables qui sont assujettis à l'IR est particulièrement élevée. Selon la DGFiP, les ménages qui déclarent des revenus supérieurs à plus de 50.000 euros ont supporté l'an passé 70,4% de la charge globale de l'impôt. Ces foyers représentaient 10,2% des foyers fiscaux

 

Certes mais ces 10% ne sont pas les familles très fortunées . Warren buffet a tout à fait raison ( Piketty aussi ) ... au final un milliardaire a un TMI inférieur au mien ça pose problème ...

Mais bon là le sujet c'est le budget , et non la refonte de l'impôt, et n'en déplaise à Louise les moulinets insoumis ne permettent pas de régler ce problème de taxations des actifs qui ne peut se régler qu'à l'échelle internationale .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nerelucia Membre 12886 messages
Forumeur alchimiste‚ 113ans
Posté(e)

stvi a la science infuse, il matraque et lance des chiffres incontrôlables, dire que 10% des français paient 70% des impôts, c'est n'importe quoi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
stvi Membre 19207 messages
Forumeur alchimiste‚ 109ans
Posté(e)
il y a 16 minutes, nerelucia a dit :

stvi a la science infuse, il matraque et lance des chiffres incontrôlables, dire que 10% des français paient 70% des impôts, c'est n'importe quoi.

 la science infuse ,non , suffisamment informé oui ...contrairement à d'autres ;)

http://www.latribune.fr/economie/france/qui-paie-l-impot-sur-le-revenu-746211.html

http://argent.boursier.com/impots/actualites/10-des-francais-paient-70-de-limpot-sur-le-revenu-4439.html

https://www.challenges.fr/economie/fiscalite/10-des-foyers-fiscaux-paient-70-de-l-impot-sur-le-revenu_491513  

 

maintenant que ces 10% ne soient pas les grandes fortunes ,comme le laisse entendre @DroitDeRéponse c'est fort possible ...

je ne sais plus qui disait que les très riche avaient les moyens de ne pas payer d’impôts ,que les très pauvres n'avaient pas les moyens d'en payer ,et il ne restait donc que 10% qui n'entraient pas dans ces deux catégories ... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bibifricotin Membre 11509 messages
Forumeur alchimiste‚ 75ans
Posté(e)
Le 28/09/2017 à 20:23, stvi a dit :

Mais ces 70% ne concernent que les impôts sur le revenu et qui ne représentent que 20% des recettes fiscales ! Ils sont donc très,très loin de payer 70% des recettes fiscales. En outre c'est aussi eux qui profitent le plus des niches fiscales et des paradis fiscaux.

Conclusion, vous racontez n'importe quoi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité fx.
Invité fx. Invités 0 message
Posté(e)
Le 28/09/2017 à 09:16, stvi a dit :

10% des ménages paient 70% de l'impôt

La concentration des contribuables qui sont assujettis à l'IR est particulièrement élevée. Selon la DGFiP, les ménages qui déclarent des revenus supérieurs à plus de 50.000 euros ont supporté l'an passé 70,4% de la charge globale de l'impôt. Ces foyers représentaient 10,2% des foyers fiscaux

 

Sources

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
stvi Membre 19207 messages
Forumeur alchimiste‚ 109ans
Posté(e)
Il y a 5 heures, bibifricotin a dit :

Mais ces 70% ne concernent que les impôts sur le revenu et qui ne représentent que 20% des recettes fiscales

il me semblait que c'était suffisamment précisé dans les citations que tu cites pour ne pas le préciser une fois de plus ,et puis c'est quand même un peu gros de penser que 10% des citoyens paient 70% de la TVA par exemple  :gurp:...

conclusion, tu fais l'âne pour avoir du son ....

Il y a 5 heures, fx. a dit :

Sources

Il y a 5 heures, bibifricotin a dit :

 la science infuse ,non , suffisamment informé oui ...contrairement à d'autres ;)

http://www.latribune.fr/economie/france/qui-paie-l-impot-sur-le-revenu-746211.html

http://argent.boursier.com/impots/actualites/10-des-francais-paient-70-de-limpot-sur-le-revenu-4439.html

https://www.challenges.fr/economie/fiscalite/10-des-foyers-fiscaux-paient-70-de-l-impot-sur-le-revenu_491513  

Mais ces 70% ne concernent que les impôts sur le revenu et qui ne représentent que 20% des recettes fiscales ! Ils sont donc très,très loin de payer 70% des recettes fiscales. En outre c'est aussi eux qui profitent le plus des niches fiscales et des paradis fiscaux.

Conclusion, vous racontez n'importe quoi.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bibifricotin Membre 11509 messages
Forumeur alchimiste‚ 75ans
Posté(e)
il y a 42 minutes, stvi a dit :

il me semblait que c'était suffisamment précisé dans les citations que tu cites pour ne pas le préciser une fois de plus ,et puis c'est quand même un peu gros de penser que 10% des citoyens paient 70% de la TVA par exemple  :gurp:...

conclusion, tu fais l'âne pour avoir du son ....

 

Alors, que  signifiait votre démonstration ? Elle ne dit absolument rien sur la contribution globale des grandes fortunes.

A votre avis, une catégorie sociale qui s'accapare 50% des richesses nationales devrait contribuer à quelle niveau d'imposition ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
stvi Membre 19207 messages
Forumeur alchimiste‚ 109ans
Posté(e)
il y a 46 minutes, bibifricotin a dit :

A votre avis, une catégorie sociale qui s'accapare 50% des richesses nationales devrait contribuer à quelle niveau d'imposition ?

elle ne s'accapare pas ,elle les possède ....

vas y ,donne ta solution ...

le patrimoine national est estimé à environ 35000 milliards la moitié donc 17.000 milliards est détenu par les 10% les plus riches ...pour adopter une gestion à la Chavez ,il faudrait donc les déposséder et distribuer les 10.000 milliards restants (car il faut penser que dans leurs fuites ces 10 % de cerveaux et entrepreneurs ,emporteraient un peu de leur patrimoine ) 

10.000 milliards composés principalement de valeurs immobilières  ce qui ferait en cas de redistribution aux 90% des Français les plus "pauvres" des valeurs disponibles une clio chacun ....

Il faudrait juste reconstruire l'économie ensuite et organiser des courses de clio pour passer le temps ....

:gurp:

Tu passes ton temps à râler comme @LouiseAragon sans proposer un semblant de solution qui ne conduirait pas à une catastrophe ...

le constat est simple ...Qui sont les grandes puissances économiques dans le monde  sinon les sociétés libérales ? et quel est le système qui apporte le plus de bien être  aux plus faibles sinon le socialisme libéral ?....(Suède ,Danemark,Norvège,Allemagne ..... )

maintenant on peut tous être également pauvres ,mais je ne vois pas l'intérêt ....il n'y a que les ex puissances socialistes soviétiques qui pourraient expliquer leur idéal d'égalité dans la mouise ....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 71052 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 48ans
Posté(e)
il y a 14 minutes, stvi a dit :

elle ne s'accapare pas ,elle les possède ....

vas y ,donne ta solution ...

le patrimoine national est estimé à environ 35000 milliards la moitié donc 17.000 milliards est détenu par les 10% les plus riches ...pour adopter une gestion à la Chavez ,il faudrait donc les déposséder et distribuer les 10.000 milliards restants (car il faut penser que dans leurs fuites ces 10 % de cerveaux et entrepreneurs ,emporteraient un peu de leur patrimoine ) 

10.000 milliards composés principalement de valeurs immobilières  ce qui ferait en cas de redistribution aux 90% des Français les plus "pauvres" des valeurs disponibles une clio chacun ....

Il faudrait juste reconstruire l'économie ensuite et organiser des courses de clio pour passer le temps ....

:gurp:

Tu passes ton temps à râler comme @LouiseAragon sans proposer un semblant de solution qui ne conduirait pas à une catastrophe ...

le constat est simple ...Qui sont les grandes puissances économiques dans le monde  sinon les sociétés libérales ? et quel est le système qui apporte le plus de bien être  aux plus faibles sinon le socialisme libéral ?....(Suède ,Danemark,Norvège,Allemagne ..... )

maintenant on peut tous être également pauvres ,mais je ne vois pas l'intérêt ....il n'y a que les ex puissances socialistes soviétiques qui pourraient expliquer leur idéal d'égalité dans la mouise ....

La suppression de l'isf et l'ajout de quelques tranches sur l'IR est tout à fait compatible d'une société libérale . Quant à l'accumulation patrimoniale , une vraie societe libérale la traite par la taxation de la rente donc De l'héritage . 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

×